Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
De la question sociale à la question politique en Amérique Latine – Coord. Ingrid Bejarano et Etienne Jezioro
Marion Bouchaud

Rôles et transformations des organisations sociales dans la Bolivie d’Evo Morales : le cas des organisations de cocaleros

[07/06/2013]

Résumés

A partir des années 1980, les organisations sociales de producteurs de coca ont été à la pointe des mobilisations sociales paysannes en Bolivie et de ce fait à l’origine du débat sur la nécessité d’un « instrument politique » pour les organisations sociales paysannes-indigènes et donc de la création du MAS. Structure particulièrement efficace pour relayer la contestation sociale dans le champ politique et pour conquérir le pouvoir politique, le MAS a posé les bases de ce qui devait devenir un « gouvernement des mouvements sociaux ». En particulier, les organisations cocaleras se sont vu confié un rôle décisif dans l’élaboration et la mise en place des politiques de contrôle de la production et du trafic de stupéfiants. Cependant, des tensions sont rapidement apparues, tensions qui s’expliquent par la difficulté pour le gouvernement de trouver un équilibre entre les revendications corporatistes des syndicats et les exigences de résultat à court terme dans la lutte contre le trafic de drogues. Soucieux de pérenniser sa base sociale, le gouvernement tente de ménager les intérêts contradictoires, aux dépens de la mise en place d’une stratégie claire quant au contrôle de la production de coca.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Komadina, Jorge, Geffroy, Céline, El poder del movimiento político. Estrategia, tramas organizativa (...)
  • 2 Zegada, Ma.Teresa, Tórrez, Yuri F., Cámara, Gloria, Movimientos sociales en tiempos de poder, 1ª ed (...)
  • 3 Zuazo, Moira, « ¿Los movimientos sociales en el poder? El gobierno del MAS en Bolivia », Nueva Soci (...)

1La victoire d’Evo Morales aux élections présidentielles de 2005 est celle d’un parti, le MAS (Movimiento al Socialismo), caractérisé par une relation quasi-organique avec les organisations sociales qui le soutiennent. Conçu à l’origine comme l’« instrument politique » des organisations syndicales paysannes, le MAS « agit aux frontières entre la société civile et le champ politique dans un double sens : il codifie et projette les mobilisations et les représentations des organisations sociales dans le champ politique institutionnalisé et à travers la participation électorale, et ce bien qu’il aspire à changer les règles du jeu politique »1. Une fois la conquête démocratique du pouvoir acquise, l’objectif du parti a été de changer effectivement ces règles en tentant de mettre en place ce qui a été présenté comme un « gouvernement des mouvements sociaux »2. Alors que l’émergence et la consolidation du parti se sont fondées sur la revalorisation du « capital organisationnel » (capital organizativo) de la société bolivienne, son institutionnalisation, à travers l’exercice du pouvoir, est marquée par l’idéal d’une société civile organisée occupant le pouvoir3. Ainsi, la nouvelle constitution, approuvée par référendum en janvier 2009, stipule dans son article 242, que « le peuple souverain, à travers la société civile organisée, participera aux prise de décisions liées aux politiques publiques ».

2Ce sont les conditions de cette participation que l’on souhaite étudier ici, à travers le cas des syndicats paysans de producteurs de coca (cocaleros), afin de tenter de dépasser la contradiction entre le caractère traditionnellement contestataire des mouvements sociaux et leur relation plus ou moins directe, organique, avec le parti au pouvoir et le gouvernement.

  • 4 Do Alto, Hervé, Stefanoni, Pablo, Evo Morales de la coca al Palacio, 1ª edición, La Paz: Malatesta, (...)

3L’exemple des cocaleros est en effet particulièrement symptomatique des transformations des relations entre l’État et la société civile en Bolivie. À partir des années 1980, ils ont été à la pointe de la contestation sociale et politique, développant une culture de la confrontation face aux gouvernements néolibéraux. Cependant, depuis 2006, cette confrontation historique a laissé place à une relation de coopération. En analysant cette transformation et les conséquences qu’elle a eues à la fois sur l’action des organisations syndicales de cocaleros et sur les politiques du gouvernement, ce travail propose de questionner l’ « idéal organisationnel »4 d’un « gouvernement des mouvements sociaux ».

4Nous verrons que malgré les intentions affichées de placer ces organisations au centre de la décision politique, les faits montrent davantage une marginalisation des mouvements sociaux qui s’explique avant tout par la confrontation du parti aux réalités de l’exercice du pouvoir et qui se traduit par la faiblesse du rôle politique des mouvements sociaux. Nous reviendrons d’abord sur les caractéristiques et l’expérience contestataire de ces organisations jusqu’à l’arrivée au pouvoir du MAS, ce afin de mieux comprendre les relations développées ensuite avec le gouvernement.

1988 – 2005 : de la lutte pour la défense de la coca à la stratégie de prise du pouvoir politique

5On ne peut saisir les caractéristiques actuelles des relations entre le mouvement cocalero et le gouvernement sans revenir sur les conditions de son émergence, et notamment sur la façon dont, à partir de la défense de leurs intérêts sectoriels, à savoir le droit à cultiver librement la coca, les syndicats paysans ont donné naissance à une véritable structure de mobilisation sociale face à l’État, elle-même peu à peu convertie en un mouvement politique en mesure de prendre le pouvoir par les urnes.

Production de coca et lutte contre le trafic de drogues

6Plante traditionnelle dont l’usage par les populations andines remonte à plusieurs milliers d’années, la coca continue aujourd’hui de jouer un rôle culturel, économique et social central dans la société bolivienne en général et dans les communautés indigènes andines en particulier. Elle est essentiellement produite dans deux régions: les Yungas de La Paz et le Chapare.

  • 5 Laserna, Roberto, 20 juicios y prejuicios sobre coca-cocaína, 1ª edición, La Paz, Clave consultores (...)
  • 6 García Linera, Álvaro, Chávez León, Marxa, Costas Monje, Patricia, Sociología de los movimientos so (...)
  • 7 Spedding, Alison, Kawsachun Coca, Economía campesina cocalera en los Yungas y el Chapare, 2ª edició (...)

7Dans les Yungas, région de piémonts de la Cordillère andine située au nord-est de la capitale bolivienne, la culture de la coca remonte au moins à la période coloniale. La réforme agraire de 1953 a permis la redistribution des terres parmi les paysans et aujourd’hui, c’est le système agricole du « minifundisme » qui domine, les familles produisant plusieurs produits en quantités réduites, principalement destinées à l’autoconsommation. Dans ce cadre, la coca est un des seuls produits destinés à la vente qui permette d’obtenir des revenus réguliers5 et constitue donc « l’activité articulatoire du système productif complexe des familles paysannes »6. Dans le Chapare, la culture de la coca est plus récente. La réforme agraire a fait de cette région tropicale du département de Cochabamba un des principaux fronts de colonisation agricole. Cette colonisation s’est déroulée en plusieurs vagues, parfois organisées par l’État (réforme agraire), parfois spontanées. À partir de la fin des années 1970, la hausse du prix de la coca – provoquée par l’explosion de la demande de cocaïne aux États-Unis puis en Europe – combinée à la dégradation du contexte économique et social pousse plusieurs milliers de familles des hauts-plateaux andins à migrer vers le Chapare. La culture de coca devient alors une des principales activités économiques de la région. À la même époque, dans les Yungas, la culture de la coca s’étend au-delà des zones traditionnellement concernées7 .

  • 8 « la zona de producción tradicional de coca es aquella donde histórica, social y agroecológicamente (...)
  • 9 Do Alto, Hervé, Stefanoni, Pablo, op. cit. p.37.

8C’est dans les années 1980 que, notamment sous la pression des États-Unis, sont élaborées les premières politiques nationales de lutte contre le trafic de stupéfiants, politiques qui s’attachent principalement à contrôler, voire à éliminer, la production de coca. Elles ont pour fondement légal une loi votée en 1988, la Ley del Régimen de la Coca y de las Sustancias Controladas, connue sous le nom de Loi 1008. En termes de contrôle des cultures, le principal apport de cette loi est la création de trois zones de culture : la « zone de production traditionnelle », la « zone de production excédentaire en transition » et la « zone de production illicite » (art. 8). La première fait référence aux régions identifiées comme celles où la coca est cultivée « historiquement, socialement et agro-écologiquement »8 (art. 9) et destinée aux usages licites (infusions, acullicu/mastication, usages rituels et médicinaux, voir art.4), et dans la limite de 12000 ha (art. 29) ; elle comprend six provinces du département de La Paz, dont une importante partie des Yungas. La « zone de production excédentaire en transition » est définie comme la « zone où la culture de coca est le résultat d’un processus de colonisation spontanée ou dirigée qui a entretenu l’expansion de cultures excédentaires liées à la croissance de la demande pour les usages illicites » (art. 10). Cette zone doit faire l’objet de programmes de réduction des cultures (art. 10) ; elle comprend notamment les zones de colonisation des Yungas de la Paz et le Chapare. Enfin, sur le reste du territoire, la culture de la coca est strictement interdite. La loi 1008 identifie donc clairement certaines régions à la production de coca « illicite » – comprendre : « servant à la fabrication de cocaïne ». Parmi elles, le Chapare est en première ligne et devient dans les années 1990 la « zone rouge de la guerre contre le narcotrafic »9.

Caractéristiques des syndicats cocaleros

9Les politiques d’éradication menées dans le Chapare et, dans une moindre mesure, dans les Yungas, se sont heurtées dès le début à la résistance des producteurs, mobilisés par l’intermédiaire des syndicats paysans.

  • 10 Lavaud, Jean-Pierre, L’instabilité politique en Amérique Latine. Le cas de la Bolivie, 1ère édition (...)
  • 11 Trois de niveau provincial (Nor Yungas, Sud Yungas et Inquisivi) et trois de niveau régional (La As (...)

10La création de syndicats agricoles a été largement encouragée par la réforme agraire de 1953. Les fonctions de ces organisations sont très diverses : elles négocient la redistribution des terres, organisent les travaux publics, règlent les conflits entre affiliés, etc. : « aucun domaine de la vie sociale ne leur échappe »10. Ces syndicats « de base » sont rassemblés en centrales, elles-mêmes rassemblées au sein de fédérations syndicales. Dans les Yungas, six fédérations paysannes coexistent aujourd’hui11. Elles se sont rassemblées en 1989 au sein de l’ADEPCOCA, une association de producteurs chargée du transport et de la commercialisation de la coca. En novembre 1994, son équivalent politique est créé: la COFECAY (Conseil des Fédérations Paysannes des Yungas de La Paz), qui rassemble les 20.000 familles cocaleras de la région. Dans le Chapare, au fur et à mesure de la colonisation, six fédérations ont également été formées; elles rassemblent environ 45.000 familles. C’est en 1992 qu’est formellement créée la Coordination des Six Fédérations du Tropique de Cochabamba (Coordinadora de las 6 Federaciones del Trópico de Cochabamba), qui va devenir l’une des structures d’action collective la plus cohérente et la plus dense du paysage syndicaliste bolivien.

  • 12 Garcia Linera, Álvaro, Chávez León, Marxa, Costas Monje, Patricia, op. cit., p.416.
  • 13 D’après la loi 1008, les zones de colonisation sont considérées comme « excédentaires ».
  • 14 Garcia Linera, Álvaro, Chávez León, Marxa, Costas Monje, Patricia, op. cit., p.467.

11Il est important de souligner les différences entre les deux hiérarchies syndicales en termes de capacité de mobilisation. Dans le Chapare, l’obtention du consensus entre les six fédérations (au sein de la Coordinadora) est une condition indispensable à l’organisation d’actions collectives. Ce consensus est le garant de la force mobilisatrice des cocaleros du Chapare : lors de chaque mobilisation l’ensemble des fédérations et des syndicats qu’elles représentent participent12. A l’inverse, dans les Yungas, le centre de décision se situe au niveau des fédérations. Celles-ci peuvent donc choisir de participer ou non à une action collective, voire de se mobiliser sans le soutien des cinq autres. Cette différence s’explique avant tout par la division de la région entre zones « légales » et zones « illégales »13 : l’activité économique des producteurs des zones « légales » est légitimée par la loi 1008 et ces derniers considèrent souvent les producteurs « illégaux » comme des concurrents déloyaux. Certains gouvernements ayant remis en question cette légitimité et parfois tenté d’organiser le contrôle des cultures dans les zones « traditionnelles », les cocaleros de ces régions se sont cependant également mobilisés régulièrement pour défendre la culture de la coca14.

L’instrument politique et le passage à la sphère politique nationale

  • 15 Sivak, Martín, Jefazo, Retrato Intimo de Evo Morales, 1ª edición, La Paz: Sudamericana/El País, 200 (...)

12De la fin des années 1980 au début des années 2000, les affrontements entre cocaleros et forces de l’ordre se sont multipliés, contribuant à instaurer parmi les organisations paysannes une véritable culture de la confrontation : répression des marches et bloqueos, arrestations arbitraires ou encore constitution de comités de défense paysans, parfois comparés à des milices. Une des forces des cocaleros de cette région a été sa capacité à « médiatiser » ses mobilisations et ces affrontements. En particulier, les grandes marches organisées à plusieurs reprises au cours des années 1990 ont contribué à « nationaliser le conflit de la coca qui paraissait [jusqu’alors] limité au Chapare »15.

  • 16 Garcia Linera, Álvaro, Chávez León, Marxa, Costas Monje, Patricia, op. cit., p.435

13L’idée d’investir le champ politique émerge afin de dépasser la logique organisationnelle territoriale du syndicalisme paysan. En 1992, la création d’un « instrument politique » ayant pour but de pallier aux « insuffisances de la forme syndicat »16 est évoquée pour la première fois par les organisations paysannes, au sein desquelles les cocaleros jouissent d’une influence grandissante.

  • 17 Komadina, Jorge, Geffroy, Céline, op. cit., p.20
  • 18 Ibid., p.34.
  • 19 Le Bot, Yvon, La grande Révolte indienne, 1ère édition, Paris : Robert Laffont, 2009, p.193.
  • 20 Do Alto, Hervé, Stefanoni, Pablo, op. cit., p.30

14Une véritable « stratégie démocratique »17 prend forme dans les années suivantes, qui aboutit à la création du MAS en 1997 puis à la victoire d’Evo Morales en 2005. En 1999, le MAS présente pour la première fois ses propres candidats aux élections municipales et se distancie de la gauche traditionnelle, notamment de sa matrice socialiste et anticapitaliste, pour se recentrer davantage sur des références à la lutte contre le néolibéralisme et l’impérialisme, dont la défense de la feuille de coca constitue le dispositif central18. Peu à peu, la « ligne électorale » permet aux mobilisations, auparavant limitées par leur caractère sectoriel, de prendre une ampleur nationale à travers des alliances avec des secteurs sociaux habituellement fragmentés19. En privilégiant cette stratégie d’alliances, notamment lors de la « Guerre de l’eau » à Cochabamba en 2000, le MAS évolue vers une « nouvelle forme d’agrégation sociale flexible et multisectorielle »20 et parvient à articuler les revendications particulières (y compris la défense de la coca) au sein d’une plateforme politique nationale. Il devient alors un mouvement populaire légitime et organisé et étend son réseau de soutien au-delà du syndicalisme rural: Église, Organisations Non Gouvernementales, mouvement indigène, universitaires et chercheurs, etc.

15En 2005, après deux années de luttes sociales et politiques intenses qui se sont traduites par la démission de deux présidents et l’organisation d’élections générales anticipées, Evo Morales est élu Président de la République avec 53,7% des voix, un record. Le MAS dispose de la majorité absolue au Congrès, et peut donc initier les réformes correspondant à son programme politique ambitieux.

Un gouvernement de cocaleros ?

  • 21 Los Tiempos, Cocaleros dejan la resistencia para defender a Evo, Cochabamba, 13/02/2006

16Deux mois après l’élection d’Evo Morales et à peine quinze jours après son investiture, a lieu le VIIIème Congrès de la Coordinadora des cocaleros du Chapare. À cette occasion, Evo Morales est réélu à la tête de l’organisation syndicale, poste qu’il occupe depuis 1996. D’emblée, l’ambigüité des relations entre la sphère syndicale et le gouvernement se fait donc jour. Comme le résume Julio Salazar, un des principaux dirigeants cocaleros du Chapare : « les Six Fédérations sont dans le gouvernement et le Président de la République est un cocalero »21.

Satisfaction des revendications traditionnelles des cocaleros

  • 22 Ibid.
  • 23 La Prensa, Sindicatos cocaleros recibirán $us 15 miliones para controlar, La Paz, 10/04/2008
  • 24 República de Bolivia, CONALTID, Estrategia de Lucha contra el Narcotráfico y Revalorización de la H (...)
  • 25 El Deber, Chapare, de la guerra a la paz, Santa Cruz, 12/03/2006
  • 26 La Convention de Vienne de 1961 (Convention unique sur les stupéfiants), principal outil de législa (...)

17De fait, dès le début de sa gestion, le gouvernement d’Evo Morales annonce plusieurs mesures allant dans le sens des revendications traditionnelles des cocaleros. En février 2006, il s’engage à garantir, par une loi, le droit au cato dans le Chapare (surface de coca autorisée pour chaque affilié, correspondant à un champ de 40m x 40m), légalisant de fait la culture dans cette région22. Le nombre total d’hectares cultivés en coca autorisé au niveau national passe quant à lui de 12 à 20.000 ha, afin d’y inclure les cultures du Chapare, qui étaient auparavant destinées à être détruites23. En janvier 2007, le gouvernement publie sa « Stratégie de Lutte contre le Narcotrafic et de Revalorisation de la Feuille de Coca, 2007-2010 ». Les objectifs de ce plan d’action sont, d’une part, de « réduire le potentiel de production de cocaïne en Bolivie à travers des mesures de contrôle social des cultures, d’interdiction du narcotrafic et des actions de prévention » et, d’autre part, de « revaloriser la feuille de coca grâce au contrôle social de la production et le développement des cultures organiques destinées à la transformation »24. À travers le principe du « contrôle social », une place importante est conférée aux syndicats paysans. Ils sont chargés par exemple de repérer les cultures excédentaires (c'est-à-dire dépassant la limite du cato). On ne parle plus d’éradication forcée mais d’éradication « consensuelle ». En échange du droit au cato, les syndicats s’engagent donc à renoncer à la libre culture de la coca et à lutter contre le trafic de cocaïne : « Nous avons toujours lutté contre le narcotrafic et maintenant que nous sommes le gouvernement nous allons lutter encore plus fort depuis les organisations de base, les fédérations, les mairies, et toutes les institutions que nous tenons, nous, les cocaleros » (Félix Barra, Vice-ministre de la coca et cocalero des Yungas)25. Enfin une campagne internationale est lancée pour tenter d’obtenir le retrait de la coca de la liste des stupéfiants soumis à un contrôle strict par l’ONU26.

18D’autre part, les organisations syndicales se voient accorder un rôle prépondérant dans les débats et l’élaboration des politiques de la coca et de lutte contre le trafic de drogues, rôle qui s’ajoute à leur participation active dans la mise en œuvre du contrôle des cultures.

  • 27 Il sera plus tard remplacé par Gerónimo Mendeses puis par Germán Loza, eux aussi dirigeants syndica (...)
  • 28 Zegada, Ma.Teresa, Tórrez, Yuri F., Cámara, Gloria, op. cit., p.49.

19La présence de dirigeants syndicaux au sein du gouvernement, et particulièrement aux postes liés au thème de la coca, vise à garantir cet espace de collaboration. Ainsi, Felipe Caceres, dirigeant cocalero du Chapare, devient le nouveau « tsar anti-drogue » du gouvernement (Vice-ministère de la défense sociale) et Félix Barra, dirigeant de la COFECAY, est nommé vice-ministre de la coca27. Tout en renforçant la légitimité du gouvernement, ces nominations sont vues par les bases comme un moyen d’assurer la défense de leurs intérêts sectoriels28.

  • 29 El Deber, Juristas coinciden en que la ley 1008 cumplió su ciclo, Santa Cruz, 13/05/2006

20Au-delà de ces nominations, des espaces de débats sont ménagés pour les syndicats. Par exemple, il est prévu que la loi 1008, à l’origine de nombreux conflits entre les cocaleros et les gouvernements précédents, soit rapidement remplacée par deux lois distinctes : une sur la coca et la seconde sur la lutte contre le trafic de stupéfiants29. Les organisations cocaleras sont invitées dans ce cadre à faire des propositions ; de nombreux débats ont alors été organisés au sein des syndicats de base et jusqu’au niveau des fédérations.

  • 30 Asamblea Constituyente, Comisión n°18, La Coca en la Constituyente, Informe final, 2007

21De même, la façon dont les débats ont été menés au sein de la commission de l’Assemblée Constituante chargée de l’élaboration de l’article sur la coca montre à quel point la participation de l’ensemble des secteurs sociaux concernés, de près ou de loin, par la question de la coca, a été encouragée. Au total, soixante-dix-neuf propositions ont été présentées. Parmi les secteurs ayant participé, on peut citer les syndicats cocaleros des Yungas et du Chapare, les syndicats de commerçants de coca, les transporteurs, mais aussi différentes organisations estimant représenter les usagers de la coca (communautés indigènes, syndicats de mineurs, d’étudiants, etc.)30. L’analyse de ces propositions et du processus d’élaboration de l’article concerné permet de saisir la capacité des différents secteurs à défendre leurs intérêts et l’importance du principe de consensus. Finalement, la nouvelle Constitution Bolivienne reconnait la coca comme « patrimoine culturel, ressource naturelle renouvelable de la biodiversité de la Bolivie et facteur de cohésion sociale ». Et précise : « dans son état naturel ce n’est pas un stupéfiant » (art. 384).

De la résistance à la défense du gouvernement

22En plus de cette participation directe, les cocaleros du Chapare sont décidés à défendre ce qu’ils considèrent comme « leur » gouvernement. Que ce soit par des concessions faites sans négociation au gouvernement sur la libre culture de la coca ou par un soutien actif à ses politiques, cette défense marque un réel renversement des relations classiques entre organisations syndicales et État.

  • 31 Cité dans Zegada, Ma.Teresa, Tórrez, Yuri F., Cámara, Gloria, op. cit., p.164.
  • 32 Ibid.
  • 33 Los Tiempos, Cocaleros dejan la resistencia para defender a Evo, Cochabamba, 13/02/2006

23Ainsi, lorsque Julio Salazar, dirigeant du Chapare, déclare : « nous respectons le cato de coca pour ne pas décrédibiliser le gouvernement »31, il souligne de nouveau l’ambigüité de la relation entre les syndicats et le gouvernement tout en révélant les premiers indices d’une forme de subordination au gouvernement32. Cette subordination est souvent mise à profit par le gouvernement, qui utilise la capacité de mobilisation inaltérée des syndicats cocaleros pour défendre ses propres intérêts. Le même dirigeant résume bien ce renversement assumé du positionnement des cocaleros du Chapare face au gouvernement lorsqu’il déclare : « Il est certain qu’il n’y aura pas de mobilisation contre le président de la République et son administration, si ce n’est pour faire respecter le gouvernement »33.

24À plusieurs reprises, les syndicats se sont dits prêts à descendre dans la rue pour défendre les choix politiques gouvernementaux face à ses détracteurs, parfois ouvertement à la demande du gouvernement. Ce fut le cas lors de la nationalisation des hydrocarbures en mai 2006 ou encore, plus récemment, lorsque la communauté internationale a refusé de légaliser l’acullicu.

Instabilité des rapports entre l’État et les organisations sociales

Difficile consensus au-delà du Chapare

  • 34 La Prensa, La política en tema coca es distinta en Yungas y Chapare, La Paz, 31/08/2006
  • 35 Ibid.
  • 36 La Prensa, Gobierno y cocaleros acuerdan erradicación de coca yungueña, La Paz, 19/09/2008

25Si l’on ne peut nier que la stratégie gouvernementale de l’approche consensuelle ait fait ses preuves dans le Chapare, elle a été bien plus poussive dans les Yungas. Ainsi, de février à août 2006, 2915 ha de coca ont été détruits volontairement dans le Chapare ; sur la même période, dans les Yungas, seuls 10 ha ont été détruits34. Contrairement à la stratégie mise en place dans le Chapare, à savoir la négociation avec l’ensemble des organisations syndicales concernées par l’intermédiaire de la Coordinadora, dans les Yungas, le gouvernement a tenté de s’adresser directement aux communautés. Les fédérations paysannes n’ont pas accepté ces conditions et dès l’été 2006, la fédération de La Asunta s’est mobilisée pour exiger de participer aux négociations35. Face à ces difficultés, les opérations d’éradication consensuelle ont été suspendues jusqu’à l’obtention d’un accord. Après la mise en place d’une étude de cadastre pour déterminer les cultures à éliminer, ce n’est finalement que deux ans plus tard, en août 2008, qu’un accord fragile a été conclu avec les six fédérations des Yungas36.

  • 37 El Deber, Gobierno y cocaleros enfrentados, La Paz, 26/04/2008
  • 38 El Deber, Tras 20 años de lucha, la coca va en aumento, La Paz,01/03/2009
  • 39 La Razón, El Gobierno autoriza que los productores vendan la coca, La Paz, 18/06/2006
  • 40 La Prensa, La política en tema coca es distinta en Yungas y Chapare, La Paz, 31/08/2006
  • 41 El Deber, Gobierno y cocaleros enfrentados, La Paz, 26/04/2008
  • 42 Los Tiempos, Gobierno plantea a cocaleros elaborar nuevo reglamento para suspender bloqueo, Cochaba (...)

26Plusieurs facteurs expliquent ces difficultés à appliquer le même modèle consensuel en dehors du Chapare. Tout d’abord, la subordination qui caractérise les relations entre les cocaleros du Chapare et le gouvernement d’Evo Morales n’est pas généralisable à tout le secteur cocalero. En outre, on l’a vu, les organisations des Yungas ont davantage tendance à défendre leurs intérêts sectoriels quand ils estiment qu’ils sont menacés, même si ceux-ci sont en contradiction avec ceux des régions voisines. Cela souligne également l’hétérogénéité du mouvement, et donc des demandes dans cette zone. Une partie des producteurs voit d’un mauvais œil la possible concurrence résultant de l’augmentation des surfaces cultivées. D’un autre côté, les producteurs des zones de colonisation, n’imaginent pas être exclus du droit au cato alors même qu’ils se sont battus aux côtés du MAS et d’Evo Morales pendant des années pour obtenir ce droit. Par conséquent, au cours des cinq dernières années, le gouvernement a dû faire face à plusieurs mobilisations des secteurs cocaleros des Yungas, que ce soit contre ses politiques ou contre les demandes formulées par d’autres cocaleros. Ainsi, lorsqu’en avril 2008 les paysans de La Asunta se mobilisent pour être inclus dans la zone « traditionnelle », les cocaleros des fédérations Nord et Sud Yungas refusent que ce droit leur soit accordé37. Cependant, dans l’ensemble, force est de constater que face à la multiplication des conflits sectoriels, le gouvernement a souvent choisi de répondre favorablement aux revendications, et ce même si cela allait à l’encontre de mesures précédentes. Ainsi, lorsqu’ADEPCOCA demande la fermeture du second marché de coca de La Paz, au motif que la coca qui y est vendue est cultivée hors zones traditionnelles, les cocaleros de Caranavi exigeaient sa légalisation. Finalement, le marché n’a jamais été officiellement autorisé, mais il fonctionne toujours et est contrôlé de fait par les organismes administratifs concernés38. En outre, les producteurs des Yungas ont obtenu tour à tour la possibilité de pouvoir vendre directement la coca sans passer par des intermédiaires39, la suspension des opérations d’éradication40, l’élargissement de la « zone traditionnelle » aux zones de colonisation41 ou encore l’annulation d’un règlement limitant les ventes aux particuliers42.

27Les réticences du gouvernement à jouer son rôle de médiateur entre les secteurs opposés aboutissent donc à une succession de déclarations d’intention contradictoires qui semblent obéir finalement davantage aux rapports de force conjoncturels qu’à une ligne politique réfléchie. Du coup, c’est la lisibilité des politiques publiques qui en pâtit. Certes, ces réticences s’expliquent facilement par la volonté de ne pas perdre la base sociale du parti et de mettre en avant sa propension au dialogue et au consensus. Mais les conséquences sur l’efficacité des politiques de contrôle de la coca commencent à se faire sentir au point de remettre en question la pertinence même de la stratégie « alternative » prônée depuis les années 1990 par les cocaleros.

Pression internationale et renversement de la stratégie

  • 43 UNODC, Gobierno Plurinacional de Bolivia, Monitoreo de Cultivos de Coca, Viena, 2009
  • 44 En premier lieu par les États-Unis, même si depuis trois ans maintenant la part des financements ét (...)
  • 45 Cité dans Ledebur, Kathryn, Youngers, Coletta A., « Balancing Act: Bolivia’s Drug Control Advances (...)

28De fait, les résultats de cette stratégie sont plutôt médiocres. Même si les surfaces détruites « volontairement » dépassent souvent les objectifs fixés annuellement, les surfaces totales ont augmenté de plus de 12% depuis l’arrivée au pouvoir d’Evo Morales. Les saisies de stupéfiants sont également en hausse, ce qui laisse supposer que le trafic de cocaïne est en expansion dans le pays43. Or, le financement de cette stratégie est largement assumé par la communauté internationale44 et ces résultats ont donc valeur de garantie. Comme le résume le vice-ministre de la défense sociale : « Un échec du gouvernement à agir détériorerait sa légitimité internationale et mettrait donc en danger l’ensemble de la stratégie de réduction de la coca »45.

  • 46 Opinión, Gobierno impondrá erradicación forzosa de la coca excedentaria, Cochabamba, 05/03/2009
  • 47 Los Tiempos, Lamentan sucesos de Caranavi, Cochabamba, 31/07/2010

29Le gouvernement se trouve donc pris en étau entre la volonté de concilier les différents intérêts corporatistes et son obligation de résultats à court terme. Il en résulte une attitude ambivalente à la fois dans le discours et dans les faits. À plusieurs reprises, devant l’échec des négociations et de la recherche d’un consensus, la menace du recours à l’éradication forcée a été brandie. Ce fut le cas à Yapacaní, communauté voisine du Chapare qui a aussi connu une colonisation importante à partir des années 1950. Alors que les paysans exigeaient le droit au cato de coca, celui-ci leur a été refusé et l’éradication « forcée » a été décidée46. Ailleurs, lorsque le gouvernement a refusé de céder dans un premier temps à la pression de des paysans, des confrontations violentes ont parfois éclaté, allant jusqu’à la mort de manifestants, comme ce fut le cas à Caranavi dans les Yungas en mai 2010, où deux personnes ont été tuées, vraisemblablement par des tirs de policiers47.

  • 48 Opinión, Reforma de Ley 1008 no será inmediata y se priorizara lucha regional antidrogas, Cochabamb (...)
  • 49 La Prensa, Cocaleros del Chapare hacen tres sugerencias al Gobierno, La Paz, 28/12/2008

30Enfin, les textes de lois censés remplacer la loi 1008 n’ont toujours pas été votés, et le gouvernement a fait comprendre qu’il ne s’agissait plus d’une priorité, au contraire de la lutte contre le trafic de stupéfiants48. Devant les producteurs du Chapare, Evo Morales a même menacé de revenir à « zéro coca » si le principe du cato n’était pas strictement respecté49.

Conclusion

31C’est donc toute la stratégie du consensus qui se trouve fragilisée puisqu’en faisant preuve à la fois de faiblesse face aux mobilisations sociales des syndicats de paysans cocaleros et de fermeté face à ceux qui ne respectent pas les « règles du jeu » et qui n’ont pas forcément les moyens de faire entendre leurs revendications, le gouvernement brouille les pistes et compromet sa stratégie en se décrédibilisant. Les organisations sociales se retrouvent cantonnées à la défense de leurs intérêts particuliers.

  • 50 Lavaud, Jean-Pierre, « ¿Bolivia un futuro político hipotecado ?», Nueva Sociedad, Buenos Aires, May (...)
  • 51 Zegada, Ma.Teresa, Tórrez, Yuri F., Cámara, Gloria, op. cit., p.70.

32En multipliant les prises de positions contradictoires ce même gouvernement court-circuite les espaces de négociation qu’il avait tenté de mettre en place avec les organisations sociales et les incite, de fait, à aller au conflit pour voir leurs revendications satisfaites. Cet état de fait encourage en outre les pratiques clientélistes envers les organisations syndicales partenaires du MAS50. En cherchant à tout prix à canaliser les demandes corporatistes, le gouvernement ne parvient finalement pas à proposer « d’espaces effectifs de décision » à la société civile51.

33Les relations entre les organisations sociales et le gouvernement, telles qu’elles se sont mises en place depuis cinq ans en Bolivie sont donc loin de correspondre à l’idéal d’un « gouvernement des mouvements sociaux » tel qu’il était présenté en 2006. Au contraire, il semble que le MAS et les organisations sociales aient échoué à développer une proposition alternative en matière de participation démocratique et que le registre conflictuel reprenne le dessus. 

34À ce titre, le conflit qui a opposé le gouvernement à la COB (Central Obrera Boliviana) dans les premiers mois de l’année 2011 est significatif. Présentée comme une organisation syndicale sur le déclin depuis les années 1980 et au regard du dynamisme du mouvement paysan-indigène, la COB a toujours gardé ses distances avec le MAS, jugeant préférable de préserver son autonomie. Or, la capacité inattendue de mobilisation dont elle a fait preuve sur le thème des salaires montre une certaine résurgence de la confrontation sociale « à l’ancienne ».

Haut de page

Bibliographie

Do Alto, Hervé, Stefanoni, Pablo, Evo Morales de la coca al Palacio, 1ª edición, La Paz, Malatesta, 2006.

García Linera, Álvaro, Chávez León, Marxa, Costas Monje, Patricia, Sociología de los movimientos sociales, 3ª edición, La Paz, Plural Editores, 2008.

Komadina, Jorge, Geffroy, Céline, El poder del movimiento político. Estrategia, tramas organizativas e identidad del MAS en Cochabamba (1999-2005), 1ª edición, La Paz, CESU-UMSS – Fundación PIEB, 2007.

Laserna, Roberto, 20 juicios y prejuicios sobre coca-cocaína, 1ª edición, La Paz, Clave consultores s.r.l/Plural, 1996.

Lavaud, Jean-Pierre, L’instabilité politique en Amérique Latine. Le cas de la Bolivie, 1ere édition, Paris, L’Harmattan/IHEAL, 1991.

Lavaud, Jean-Pierre, « ¿Bolivia un futuro político hipotecado ?», Nueva Sociedad, Buenos Aires, Mayo /Junio 2007, n°209, p. 142-160.

Ledebur, Kathryn, Youngers, Coletta A., « Balancing Act: Bolivia’s Drug Control Advances and Challenges », WOLA/AIN, mis en ligne le 23 mai 2008, [consulté le 13 novembre 2011]. URL : http://www.wola.org/publications/balancing_act_bolivias_drug_control_advances_and_challenges

Le Bot, Yvon, La grande Révolte indienne, 1ère édition, Paris, Robert Laffont, 2009.

Sivak, Martín, Jefazo, Retrato Intimo de Evo Morales, 1ª edición, La Paz, Sudamericana/El País, 2008.

Spedding, Alison, Kawsachun Coca, Economía campesina cocalera en los Yungas y el Chapare, 2ª edición, La Paz, PIEB, 2005.

Zegada, Ma.Teresa, Tórrez, Yuri F., Cámara, Gloria, Movimientos sociales en tiempos de poder, 1ª edición, Cochabamba, Centro Cuarto Intermedio/Plural, 2008.

Zuazo, Moira, « ¿Los movimientos sociales en el poder? El gobierno del MAS en Bolivia », Nueva Sociedad, mayo/junio 2010, n°227, pp.120-135.

UNODC, Gobierno Plurinacional de Bolivia, Monitoreo de Cultivos de Coca, Viena, 2009.

Documents officiels boliviens :

Asamblea Constituyente, Comisión n°18, La Coca en la Constituyente, Informe final, 2007.

Estado Plurinacional de Bolivia, CONALTID, Estrategia de Lucha contra el Narcotráfico y Revalorización de la Hoja de Coca 2007 – 2010, La Paz, 2007.

Estado Plurinacional de Bolivia, Constitución Política del Estado Plurinacional de Bolivia, Sucre, 2009.

Périodiques :

El Deber, Santa Cruz

La Patría, Santa Cruz

La Prensa, La Paz

La Rázon, La Paz

Los Tiempos, Cochabamba

Opinión, Cochabamba

Haut de page

Notes

1 Komadina, Jorge, Geffroy, Céline, El poder del movimiento político. Estrategia, tramas organizativas e identidad del MAS en Cochabamba (1999-2005), 1ª edición, La Paz, CESU-UMSS – Fundación PIEB, 2007, p.20.

2 Zegada, Ma.Teresa, Tórrez, Yuri F., Cámara, Gloria, Movimientos sociales en tiempos de poder, 1ª edición, Cochabamba: Centro Cuarto Intermedio/Plural, 2008.

3 Zuazo, Moira, « ¿Los movimientos sociales en el poder? El gobierno del MAS en Bolivia », Nueva Sociedad, mayo/junio 2010, n°227, pp.120-135.

4 Do Alto, Hervé, Stefanoni, Pablo, Evo Morales de la coca al Palacio, 1ª edición, La Paz: Malatesta, 2006.

5 Laserna, Roberto, 20 juicios y prejuicios sobre coca-cocaína, 1ª edición, La Paz, Clave consultores s.r.l/Plural, 1996.

6 García Linera, Álvaro, Chávez León, Marxa, Costas Monje, Patricia, Sociología de los movimientos sociales, 3ª edición, La Paz, Plural Editores, 2008, p.484.

7 Spedding, Alison, Kawsachun Coca, Economía campesina cocalera en los Yungas y el Chapare, 2ª edición, La Paz, PIEB, 2005, p.85.

8 « la zona de producción tradicional de coca es aquella donde histórica, social y agroecológicamente se ha cultivado coca »

9 Do Alto, Hervé, Stefanoni, Pablo, op. cit. p.37.

10 Lavaud, Jean-Pierre, L’instabilité politique en Amérique Latine. Le cas de la Bolivie, 1ère édition, Paris, L’Harmattan/IHEAL, 1991, p.184.

11 Trois de niveau provincial (Nor Yungas, Sud Yungas et Inquisivi) et trois de niveau régional (La Asunta, Irupana et Chamaca). Les fédérations « régionales » correspondent à des zones de colonisation.

12 Garcia Linera, Álvaro, Chávez León, Marxa, Costas Monje, Patricia, op. cit., p.416.

13 D’après la loi 1008, les zones de colonisation sont considérées comme « excédentaires ».

14 Garcia Linera, Álvaro, Chávez León, Marxa, Costas Monje, Patricia, op. cit., p.467.

15 Sivak, Martín, Jefazo, Retrato Intimo de Evo Morales, 1ª edición, La Paz: Sudamericana/El País, 2008, p.74.

16 Garcia Linera, Álvaro, Chávez León, Marxa, Costas Monje, Patricia, op. cit., p.435

17 Komadina, Jorge, Geffroy, Céline, op. cit., p.20

18 Ibid., p.34.

19 Le Bot, Yvon, La grande Révolte indienne, 1ère édition, Paris : Robert Laffont, 2009, p.193.

20 Do Alto, Hervé, Stefanoni, Pablo, op. cit., p.30

21 Los Tiempos, Cocaleros dejan la resistencia para defender a Evo, Cochabamba, 13/02/2006

22 Ibid.

23 La Prensa, Sindicatos cocaleros recibirán $us 15 miliones para controlar, La Paz, 10/04/2008

24 República de Bolivia, CONALTID, Estrategia de Lucha contra el Narcotráfico y Revalorización de la Hoja de Coca 2007 – 2010, La Paz, 2007

25 El Deber, Chapare, de la guerra a la paz, Santa Cruz, 12/03/2006

26 La Convention de Vienne de 1961 (Convention unique sur les stupéfiants), principal outil de législation internationale en matière de stupéfiants, et dont la Bolivie est signataire, considère la coca comme un stupéfiant présentant un « important risque d’abus », au même titre que la cocaïne. En outre, elle interdit la pratique de l’acullicu.

27 Il sera plus tard remplacé par Gerónimo Mendeses puis par Germán Loza, eux aussi dirigeants syndicaux dans les Yungas.

28 Zegada, Ma.Teresa, Tórrez, Yuri F., Cámara, Gloria, op. cit., p.49.

29 El Deber, Juristas coinciden en que la ley 1008 cumplió su ciclo, Santa Cruz, 13/05/2006

30 Asamblea Constituyente, Comisión n°18, La Coca en la Constituyente, Informe final, 2007

31 Cité dans Zegada, Ma.Teresa, Tórrez, Yuri F., Cámara, Gloria, op. cit., p.164.

32 Ibid.

33 Los Tiempos, Cocaleros dejan la resistencia para defender a Evo, Cochabamba, 13/02/2006

34 La Prensa, La política en tema coca es distinta en Yungas y Chapare, La Paz, 31/08/2006

35 Ibid.

36 La Prensa, Gobierno y cocaleros acuerdan erradicación de coca yungueña, La Paz, 19/09/2008

37 El Deber, Gobierno y cocaleros enfrentados, La Paz, 26/04/2008

38 El Deber, Tras 20 años de lucha, la coca va en aumento, La Paz,01/03/2009

39 La Razón, El Gobierno autoriza que los productores vendan la coca, La Paz, 18/06/2006

40 La Prensa, La política en tema coca es distinta en Yungas y Chapare, La Paz, 31/08/2006

41 El Deber, Gobierno y cocaleros enfrentados, La Paz, 26/04/2008

42 Los Tiempos, Gobierno plantea a cocaleros elaborar nuevo reglamento para suspender bloqueo, Cochabamba, 13/10/2010

43 UNODC, Gobierno Plurinacional de Bolivia, Monitoreo de Cultivos de Coca, Viena, 2009

44 En premier lieu par les États-Unis, même si depuis trois ans maintenant la part des financements étatsuniens diminue au profit de Europe, de l’ONU et des pays sud-américains, Venezuela et Brésil en tête.

45 Cité dans Ledebur, Kathryn, Youngers, Coletta A., « Balancing Act: Bolivia’s Drug Control Advances and Challenges », WOLA/AIN, mis en ligne le 23 mai 2008, [consulté le 13 novembre 2011]. URL : http://www.wola.org/publications/balancing_act_bolivias_drug_control_advances_and_challenges

46 Opinión, Gobierno impondrá erradicación forzosa de la coca excedentaria, Cochabamba, 05/03/2009

47 Los Tiempos, Lamentan sucesos de Caranavi, Cochabamba, 31/07/2010

48 Opinión, Reforma de Ley 1008 no será inmediata y se priorizara lucha regional antidrogas, Cochabamba, 09/11/2008

49 La Prensa, Cocaleros del Chapare hacen tres sugerencias al Gobierno, La Paz, 28/12/2008

50 Lavaud, Jean-Pierre, « ¿Bolivia un futuro político hipotecado ?», Nueva Sociedad, Buenos Aires, Mayo /Junio 2007, n°209, p. 142-160.

51 Zegada, Ma.Teresa, Tórrez, Yuri F., Cámara, Gloria, op. cit., p.70.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Bouchaud, « Rôles et transformations des organisations sociales dans la Bolivie d’Evo Morales : le cas des organisations de cocaleros », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 07 juin 2013, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65445 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65445

Haut de page

Auteur

Marion Bouchaud

Doctorante à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales – Centre d’Etudes Sociologiques et Politiques Raymond Aron

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page