Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
De la question sociale à la question politique en Amérique Latine – Coord. Ingrid Bejarano et Etienne Jezioro
Irène Favier

« Rendre visibles les invisibles : le massacre du 5 juin, l’entrée sur la scène politique péruvienne d’un nouvel acteur indigène ? »

[07/06/2013]

Résumés

Cet article mêle les méthodes historienne et sociologique, et procède à la genèse historique d'un conflit social récemment survenu au Pérou, le 5 juin 2009 à Bagua. Le « massacre del cinco de junio » ou « el Baguazo », comme le désigne depuis l'opinion publiée péruvienne, fait l'objet de mémoires conflictuelles. Cet article défend également la thèse selon laquelle cet événement marque, quoique laborieusement, l'entrée sur la scène publique péruvienne d'un acteur politique jusque-là demeuré invisible: les nativos, les populations indigènes de l'Amazonie péruvienne. Si les indios de l'altiplano andin (sierra) avaient incarné et monopolisé dans l'imaginaire politique la subalternité péruvienne, la fin de la période du Sentier Lumineux est marquée par un déplacement du centre de gravité des luttes sociales vers la selva. Cette entrée en scène introduit de notables changements: si le discours politique récent prône l'inclusion de ces populations séculairement marginalisées, celles-ci entendent accompagner leur « intégration » d'importantes remises en questions des règles du jeu politique national. La communauté ainsi ré-imaginée dans un contexte post-colonial se pense selon un autre paradigme que celui des indigénistes des années 1920: au-delà de l'intégration, il s'agit de tenter de lier l'exigence universaliste de l'égalité des citoyens et la prise en compte de différences culturelles irréductibles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La récente élection d’Ollanta Humala à la présidence péruvienne a été suivie de la promotion dans les discours public d’un nouveau vocable : « l’inclusion », devenu le symbole d’un virage souhaité, d’un tournant politique que la nouvelle équipe au pouvoir dit appeler de ses vœux. Inclure au Pérou, consisterait dans cette logique à rompre avec une amnésie pluriséculaire, qui prive de facto de leur pleine citoyenneté les populations indiennes (qui vivent sur l’altiplano andin) et indigènes (qui peuplent l’Amazonie péruvienne). Inclure ces populations, consisterait ainsi, selon le discours de la nouvelle présidence à tourner le dos à un penchant pour le maintien de permanences post-coloniales non remises en question (domination blanche, captation du PIB national par la capitale, surinterprétation des différences culturelles entre costa, sierra et selva). Il s’agirait ainsi d’encourager un point de vue renouvelé sur la nation péruvienne, aux prises avec ses tensions sociales et ethniques, et avec une conflictualité politique qui a fortement augmenté au cours de la dernière décennie.

2Evaluer la pertinence de ce nouveau discours, ou sa traduction effective dans les pratiques du pouvoir, serait un exercice périlleux. La sociohistoire permet en revanche de s’interroger sur les ressorts de ce « virage » que semble inaugurer la nouvelle présidence péruvienne. Quels événements et processus l’ont-ils rendu possible ? Un événement survenu ces dernières années mérite particulièrement l’attention.

3En 2009, à Bagua, des affrontements font des dizaines de morts au sein de la police et des manifestants. Ces derniers bloquaient la route Belaunde, qui relie les villes de l'intérieur au seuil de l'Amazonie nord-péruvienne. Cette route constitue le symbole ambigu d'une double volonté: volonté d'intégration de populations marginalisées d'une part et, d'autre parts, volonté d'introduire des logiques économiques globales au sein d'un territoire relativement préservé jusqu'aux années 1970. Il ne s'agit plus, cette fois, des indiens de l'altiplano, mais des nativos, les indiens d'Amazonie péruvienne, ici issus des « nations » indigènes Awajun et Wampis. Les événements de Bagua viennent confirmer dans l'espace public national un phénomène qui désormais ne s'ignore plus: les autres marginaux du Pérou, les nativos, revendiquent désormais un statut d'acteurs politiques à part entière. Ils entendent exprimer nationalement leurs objections aux logiques économiques -notamment les incursions à des fins extractives en territoire amazonien des entreprises nationales ou étrangères- dont ils estiment qu'elles remettent en cause leurs modes de vie et leurs équilibres sociaux.

4La portée du massacre du 5 juin fut considérable, surtout en comparaison du peu d’espace occupé traditionnellement par les territoires amazoniens dans l’espace public, et dans la presse notamment. Il a suscité d’abondantes publications, la rédaction de plusieurs rapports parlementaires, et fait l’objet d’âpres débats et déclarations officielles au cours de l’année qui a suivi. En quoi le mouvement social nativo péruvien marque-t-il l'émergence d'un nouvel acteur social et politique à l'échelle nationale? En quoi la question indigène amazonienne implique-t-elle une remise en question de la définition, défendue par le pouvoir politique en place, de la nation péruvienne? Après des décennies de marginalisation sociale et politique, les nativos sont-ils porteurs d'une revendication d'intégration à la nation, ou de velléités sécessionnistes?

  • 1 Mariategui José Carlos, Sept essais d'interprétations de la réalité péruvienne, Lima, 1928.

5Après les luttes indiennes de la région du sud andin, particulièrement vives dans les années 1920 et 1960, un nouvel acteur social et politique semble émerger sur la scène politique péruvienne. A la suite de quarante ans de structuration institutionnelle relativement silencieuse et « invisible », du moins dans les premières décennies, les « natifs » d’Amazonie revendiquent une égalité de fait. On défend ici la thèse suivante: après une structuration institutionnelle du mouvement indigène amazonien durant près de quarante ans, les nativos tentent d'infléchir les logiques politiques qui sous-tendent le droit national. L'objectif est de ne pas se contenter de définir la nation par inclusion progressive, mais de changer en profondeur les orientations économiques et sociales nationales. Il s'agit, autrement dit, et selon une logique finalement proche de celle de Mariategui1, de défendre une définition de la nation non exclusivement formelle.

6Les événements de Bagua et le processus qui y aboutit appellent une mise en perspective socio-historique. Le massacre du cinco de junio, comme est désormais désigné cet événement dans le langage courant péruvien, apparaît en effet à la confluence de deux processus décennaux: la structuration du mouvement indigène d'une part, l'incursion croissante des logiques libérales dans le territoire amazonien, posent depuis la fin de la décennie 2010 le problème de l' « intégration » à la géographie nationale de cette partie refoulée du territoire péruvien. Les populations présentes sur ce territoire interrogent quant à elle la définition de la citoyenneté: la déstabilisation de leur sécurité juridique et le mouvement social qu'elle a en partie suscité ont donné une dimension politique à ce qui aurait a priori pu être cantonné à la catégorie de mouvement social. L'exercice d'une violence politique d'Etat et sa médiatisation ont contribué à forger un nouvel acteur politique sur la scène nationale

Un nouvel acteur social et politique au Pérou, les indiens d'Amazonie

7Le début des années 1970 marque une inflexion majeure dans l'histoire sociale péruvienne. Les populations amazoniennes entrent dans un processus de structuration politique au plan régional puis national. Au départ lié en partie à la reconnaissance juridique de la propriété collective des terres indigènes, ce processus de structuration politique entre en tension, à partir des années 1990, avec le choix de plus en plus clairement affiché par le pouvoir central d'un modèle économique libéral, favorable à la commercialisation des ressources en hydrocarbures.

L'Amazonie péruvienne: une zone de confins marquée par l'absence d'Estado de bienestar

8La distribution spatiale inégale des ressources dégagées par la croissance économique péruvienne au cours des dix dernières années épouse la tripartition géographique du territoire péruvien. Certes, le pays connaît depuis 1959 d'importantes dynamiques migratoires, qui en remodèlent les logiques sociales: exode rural à destination des villes, et notamment de Lima; migrations, dans une moindre mesure, de populations andines à destination de l'Amazonie. Pour autant, la tripartition sociospatiale du pays selon un axe ouest-est en costa (côte), sierra (zone montagneuse andine, dite altiplano andin), et selva (Amazonie) demeure une caractéristique structurante des rapports sociaux dans le Pérou actuel. Les inégalités au Pérou prennent dès lors une dimension socio-spatiale, comme indiqué sur le graphique et la carte suivants, issus des statistiques recueillies par l'INEI, l'institut péruvien de statistique nationale:

  • 2 Orihuela-Egoavil, Emilo Fernando. « Les inégalités devant la mort en bas âge au Pérou », Santé Publ (...)

9L'évolution récente de la répartition spatiale du pouvoir d'achat par tête au sein des ménages suggère le maintien d'importantes lignes de clivages au cours des dernières années. Cette évolution confirme ainsi des permanences historiques que la société ni l'Etat péruvien n'ont à ce jour été capables d'inverser. La progression des inégalités entre ville et campagne confirme le constat d'une pauvreté essentiellement rurale, en dépit de l'augmentation elle aussi réelle du nombre de populations vivant dans les pueblos jovenes, bidonvilles entourant notamment la métropole liménienne. Ces inégalités entre milieu urbain et rural se retrouvent également hors de la capitale et des zones côtières, puisque la selva urbaine manifeste une dynamique plus favorable que la selva rurale. En ce qui concerne la sierra, le graphique suggère certes une amélioration de la condition économique des populations rurales, mais il demeure toutefois à tempérer. En effet, les évolutions mises en lumière par le présent graphique concernent une période récente et restreinte dans le temps, qui ne remet pas, du moins pour l'instant, sérieusement en question la permanence de disparités géographiques importantes. Un autre indicateur, celui de la mortalité infantile, pris sur une plus longue durée, confirme les inégalités d'accès aux soins médicaux dans la sierra, aux dépens des zones rurales2.

10Outre cette ligne de force de l'expression spatiale des inégalités au Pérou, se vérifie l'autre logique spatiale précédemment évoquée: les inégalités se lisent d'ouest en est. Les récentes évolutions confirment les deux -ou trois- vitesses auxquelles avance la société péruvienne.

11En dépit donc de l'amélioration récente des conditions économiques en vigueur dans un département de sierra (celui de Pasco)et dans un département de selva (celui d'Ucayali), l'incidence de la pauvreté au Pérou continue de se concentrer dans les zones montagneuses. Elle affecte également la selva.

12Plus encore que par une pauvreté mesurable en termes absolus, les zones de selva se caractérisent par une marginalisation au sein du territoire national. Pour reprendre les termes marxistes de l'analyse proposée par José Carlos Mariategui, l'exploitation au Pérou a davantage concerné les populations indigènes andines; tandis que le territoire sur lequel évoluaient les populations indigènes amazoniennes (juridiquement qualifiées de « natives ») tenait lieu de marge géographique et était à ce titre très peu « intégrées » aux logiques économiques nationales -et ce alors que la zone amazonienne couvre la majeure superficie du territoire péruvien.

Une première reconnaissance: les politiques dites desarollistas des années 1960

  • 3 Contreras, Carlos, et Cueto, Marcos, « La restauracion oligarquica », Historia del Péru contemporán (...)

13Les années 1960 marquent un début de prise en compte des populations amazoniennes et de velléités d'intégration économique de cette zone au territoire national et aux logiques transnationales. Le président Fernando Belaunde Terry nourrit dès 1959 un projet de construction de la route transnationale dite marginal de la selva, qui parcoure selon un axe nord-sud le continent latino-américain depuis Caracas jusqu'à Buenos Aires. Cet axe terrestre était conçu pour concurrencer l'axe fluvial de transport des marchandises. Dans le même ouvrage, La conquista del Peru por los Peruanos, Belaunde expose l'autre projet qu'il met en oeuvre à son arrivée au pouvoir: une voie terrestre -goudronnée- de pénétration de la selva depuis la côte. Cette route qui devient au nord la Carretera Belaunde Terry revêt une réelle importance pour notre étude: c'est elle qu'occupèrent pendant plusieurs semaines les indigènes Awajun et Wampis. Elle fut à ce titre le théâtre du « massacre du 5 juin ». La décennie 1960 est donc au moins marquée par des velléités d'intégration économique de la zone amazonienne à l'espace national péruvien. Selon les historiens Carlos Contreras et Marcos Cueto, il s'agit même de la première occurrence d'un projet de (re)colonisation de l'Amazonie3.

14Avec le coup d'Etat militaire du général Velasco, l'Amazonie connaît un nouveau regain d'intérêt, et les populations indigènes amazoniennes acquièrent leur première arme juridique tangible: la reconnaissance de leur statut de comunidades nativas. Ce statut de communautés natives, reconnues par un décret de 1974, donnent droit aux populations indigènes de revendiquer la possession collective de leurs territoires amazoniens. Un processus de titrisation des terres s'engage alors. Toujours en cours, il concerne désormais une partie des populations amazoniennes, notamment awajun et wampis au nord, qui bénéficient donc d'un outil juridique.

15L'enjeu de cette titrisation apparaît à la lecture de la carte suivante: l'obtention par les communautés natives de la reconnaissance juridique de leurs terres est contemporain d'un autre processus, l'octroi croissant de concessions minières et pétrolifères à des entreprises, nationales ou étrangères. Progressivement, ces deux processus entrent en concurrence. Et si des demandes de titrisation sont formulées dès les années 1970 auprès des pouvoirs publics, c'est surtout à l'apparition de l'enjeu extractif que les communautés natives prennent conscience de la nécessité d'obtenir rapidement une reconnaissance juridique de leurs territoires.

Image 3

Image 3

Source: Instituto del Bien Comun, Lima.

16L'intérêt nouveau des gouvernements pour le territoire amazonien traduit ainsi une double ambition, qui va peu à peu se révéler potentiellement contradictoire et conflictuelle. Pour les pouvoirs publics et privés, il ne s'agit pas seulement d'intégrer les populations amazoniennes à la nation péruvienne, mais également de tirer parti des potentialités économiques offertes par le territoire amazonien. Et là où le décret de Velasco reliait juridiquement ces deux entités -populations et territoire- le choix du modèle économique opéré par les gouvernements successifs va au contraire favoriser un potentiel divorce. Et cette déconnection entre peuples et territoire va alors pousser les organisations indigènes à remettre en doute le bien-fondé de l'objectif d'assimilation. Pour l'heure, au seuil de la décennie 1970, ces organisations en sont au stade de la structuration organisationnelle.

Le processus de structuration institutionnelle des indiens d'Amazonie à partir des années 1970

17C'est en effet un élément extérieur qui pousse les communautés natives à se structurer à plus grande échelle qu'elles ne le faisaient jusqu'alors. Les premières prospections en Amazonie aux fins de localiser les gisements en hydrocarbures suscitent au sein des populations natives une prise de conscience de la nécessité d'adopter une attitude défensive. Un tournant s'opère alors: la fédération des nations indigènes en entités régionales témoigne d'une stratégie indigène désormais tournée vers le national.

18Il ne s'agit certes pas de prétendre que ces populations n'étaient auparavant dotées d'aucune structure politique décisionnaire et/ou représentative. L'existence des conseils de tribus atteste que les nations indigènes ne sont pas « entrées en politique » avec le deuxième XXème siècle, sous l'impulsion d'institutions extérieures. Mais ce processus de fédération est cette fois porteur d'une volonté d'interroger la définition péruvienne de la citoyenneté, en lien avec le choix du modèle économique.

19Au plan régional se structurent en premier lieu le peuple ashaninka, sous la forme du CECONSEC (Central de Comunidades Nativas de la Selva Central), le peuple Shipibo, avec la FECONAU (Federacion de Comunidades Nativas de Ucayali), et les peuples Awajun et Wampis, avec le CAH (Consejo Aguaruna y Huambisa). Cette centralisation organisationnelle se fait tout d'abord sous l'impulsion de groupes religieux (ordres missionnaires catholiques, comme à Santa Maria de Nieva, dans le Haut Maranon, où sont implantés les jésuites; ou Eglises évangéliques), qui laissent progressivement place à une relative auto-organisation indigène. D'autres communautés suivent alors le processus enclenché dès la fin des années 1960 par les Ashaninka, les Amuesha et les Awajun du Haut Maranon. En 1980, les organisations indigènes d'ampleur régionale se regroupent et créent l'AIDESEP (Asociacion Interetnica de Desarrollo de la Selva Peruana), qui est aujourd'hui la principale organisation porteuse des revendications indigènes dans l'espace public péruvien.

Un outil venu de l'extérieur pour les nativos: le Convenio 169 de l'OIT

20Les années 1990 sont marquées par une internationalisation de la question indigène. En 1989, l'Organisation Internationale du Travail adopte la convention 169 relative aux droits des peuples indigènes et tribaux4. Le Pérou la ratifie en 1993, sous la présidence d'Alberto Fujimori, soucieux de donner à la communauté internationale des gages en matière d'exercice démocratique du pouvoir.

  • 5 Remy, Maria Isabel, « Historia y discurso social, el debate de la identidad nacional », Peru 1964-1 (...)
  • 6 Cooper, Fred, et Brubaker, Rogers, « Beyond identity », Theory and society, Princeton, Princeton Un (...)

21Les considérants de la convention sont révélateurs d'une inflexion sensible dans les représentations indigènes: un doute pèse désormais sur le bien-fondé de l'objectif d'assimilation, suspect de constituer le prémice d'une dépossession à la fois territoriale, économique, sociale, culturelle et « identitaire »5. Ce dernier terme, qui pose aux sciences sociales un crucial problème terminologique et idéologique6, s'introduit dans le discours des acteurs: dès son préambule, la convention entend prendre acte «  de l'aspiration des peuples indigènes à avoir le contrôle de leurs institutions, de leurs modes de vie et de leur développement propres et à conserver et développer leur identité, leur langue et leur religion dans le cadre des Etats où ils vivent ».

  • 7 Voir Dumoulin, David, Internationalisation des acteurs en Amérique latine

22Malgré cette mention de la pertinence du cadre national, la convention 169, rapidement intégrée au coeur même des stratégies discursives et revendicatives de l'AIDESEP, suscite aussitôt le débat, tant elle soulève la question du rôle des organisations internationales dans la trajectoire nationale7. L'internationalisation des acteurs en Amérique latine repose en effet le débat de la pertinence et de la légitimité, en contexte post-colonial, de facteurs exogènes dans le devenir d'une nation héritière du colonialisme.

23C'est ce qui explique en partie la faible reconnaissance juridique de la convention 169 en pratique. Dès l'élection d'Alan Garcia et sa conversion à un modèle économique libéral, l'outil juridique fourni par l'OIT est présenté comme suspect d'introduire dans les affaires péruviennes courantes des biais issus d'une analyse et d'une souveraineté étrangères aux logiques nationales. Là encore, on le voit, l'intégration complète à la nation péruvienne des « nations » indigènes fait encore problème, et ce jusqu'à la fin du XXème siècle.

(Re) définir la nation par inclusions successives

  • 8 Anderson Benedict, Imagined communities, reflections on the origins and spread of nationalism, Lond (...)

24La « question » indigène traverse en effet tout le XXème siècle péruvien. C'est dans les années 1920, et non à partir de l'indépendance, qu'a lieu une prise de conscience des biais sociaux et ethniques qui caractérisent les rapports sociaux, et le regard que porte sur elle-même la « communauté imaginée » péruvienne8.

Les indigénistes et les indios dans les années 1920

25Cette décennie est en effet marquée par la naissance du courant dit indigéniste. Cette nouvelle préoccupation pour la part indigène de la nation péruvienne intervient dans le contexte de la naissance d'un fort mouvement social. Dans les régions andines du Sud, notamment autour de Puno, les populations paysannes indiennes exercent en effet une forte résistance contre les tentatives de privatisation de biens communaux -des terres laissées à l'usage collectif du pâturage selon une tradition coutumière. C'est alors qu'émerge dans le Pérou provincial un courant appelé « indigéniste », qui désigne un nationalisme régional et ethnique.

  • 9 Polar, Antonio Cornejo, « Literatura peruana e identidad nacional: tres décadas confusas », Peru 19 (...)
  • 10 Cf notamment l'oeuvre du peintre Sabogal, exposé en juillet 2010 au Museo de la Nacion de Lima. htt (...)

26Ce mouvement suscite l'intérêt des catégories intellectuelles du Sud et de Lima, moins pour ses revendications économiques et sociales que pour sa dimension culturelle. Nombre d'intellectuels liméniens expriment alors leur souhait d'une rénovation culturelle profonde, qui laisse toute sa place dans l'imaginaire national aux racines indiennes et incas. L'indigénisme émerge alors à Lima sous une forme littéraire9, puis gagne la peinture10, et diverses disciplines telles que l'arquéologie (avec les travaux de Julio C. Tello) ou la médecine (avec ceux de Nunez Butron). Les divers représentants de l'indigénisme intellectuel nourrissent alors l'ambition commune de placer au cœur des représentations nationales une culture autochtone d'origine précolombienne qui a survécu à des siècles d'adversité. Cela mène à des revendications centrées notamment sur l'accès à l'éducation des populations indiennes situées sur les hauts plateaux andins.

Retour sur l'oeuvre théorique de José Carlos Mariategui: Sept essais sur la réalité péruvienne, 1928

27Souvent présenté comme le chef de file de l'indigénisme en sciences sociales, José Carlos Mariategui élabore dans les années 1920 une analyse plus complexe de la réalité indigène se démarquant, à certains égards, du courant indigéniste dominant qui insiste, on l'a dit, sur la dimension culturelle du problème indigène -ce qui ne l'empêche par ailleurs pas de soutenir dans sa revue Amauta, qui paraît de 1926 à 1930, la poésie de Cesar Vallejo ou celle de Jose Maria Eguren.

  • 11 Espagne, Michel, Werner, Michael, « Le transfert de la culture allemande en France », Les Annale ES (...)
  • 12 Compagnon, Olivier, « L’Euro-Amérique en question. Comment penser les échanges culturels entre l’Eu (...)
  • 13 Contreras, Carlos, Cueto, Marcos, op. cit.

28Certes, sa trajectoire intellectuelle en fait un représentant des transferts culturels11 réalisés au cours du premier XXème siècle, même si cette dynamique est contrebalancée par des dynamiques inverses12 qui complexifient les termes des échanges euro-américains. Mariategui se forme en Europe, en particulier en Italie, où il fréquente les cercles autour du Parti socialiste italien et lit Gramsci, Sorel et Croce. Mais s'il s'agit bien d'une importation d'un cadre théorique élaboré en europe, toute l'oeuvre de Mariategui va précisément consister à adapter ce cadre à l'analyse de la réalité péruvienne. Ce projet culmine en 1928 avec la publication des Siete Ensayos de Interpretacion de la realidad peruana, ouvrage péruvien le plus réédité, traduit et vendu dans le monde13.

29Au paradigme culturel du premier indigénisme intellectuel, Mariategui entend substituer une analyse matérialiste des rapports socio-économiques dans le Pérou contemporain, et proposer une solution non-ethnique à la question indienne, à travers la fondation du parti socialiste péruvien en 1928 et la centralisation des syndicats ouvriers au sein de la CGTP (Central General de Trabajadores del Peru). Plutôt que de souligner l'indéniable dimension ethnique de la question indienne, Mariategui souligne le caractère structurant du régime de la propriété foncière, dont il s'agit selon lui de s'émanciper pour remédier à la domination sociale et symbolique des populations andines.

Les nativos, nouveaux indios? Comment conjurer la persistance de la domination socio-ethnique au Pérou

30L'apport de l'oeuvre de Jose Carlos Mariategui aux sciences sociales latino-américaines est crucial et a gardé aujourd'hui de sa pertinence, comme en témoignent, on l'a dit, les nombres ré-éditions dont son œuvre fait l'objet. Si les Sept essais d'interprétation n'évoquent pas les populations natives d'Amazonie péruvienne, il reste que l'insistance mise sur les enjeux territoriaux et liés aux ressources naturelles demeure pertinente pour l'analyse des situations contemporaines. Outre la persistance d'un racisme inscrit dans le vocabulaire courant, où le vocable indio a fonction d'insulte, la pression sur le territoire semble s'être en partie déplacée des hauts plateaux surandins à la selva amazonienne.

31La carte suivante, qui traduit spatialement l'état des conflits au Pérou en juin 2009, illustre l'émergence de mouvements revendicatifs hors de la région surandine au début du XXIème siècle. Si les hauts plateaux andins demeurent le coeur de la contestation du modèle économique péruvien prôné par le gouvernement d'Alan Garcia, la conflictualité des rapports sociaux a connu une très nette augmentation dans les régions amazoniennes, en raison de l'accroissement du nombre de concessions minières et pétrolifères en territoire amazonien.

Image 4
Répartition spatiale des conflits sociaux au Pérou en juin 2009

Image 4Répartition spatiale des conflits sociaux au Pérou en juin 2009

Source: Defensoria del Pueblo.

  • 14 Manaces Valverde, Jesús, Gómez Calleja, Carmen, Informe en minoría de la comisión especial para inv (...)

32Ces concessions s'accompagnent d'une remise en cause juridique des droits des populations indigènes sur leurs territoires, ce qui donne lieu à la fin du XXème siècle à une perte notable de sécurité juridique14, et à une déstabilisation de leurs modes collectifs de projection dans l'avenir.

Bagua 2009: un lieu de mémoire conflictuelle

33Cette conflictualité croissante des rapports sociaux en Amazonie péruvienne culmine en juin 2009 à Bagua, où a lieu ce qui est désormais désigné par les médias comme le « massacre du 5 juin ».

Retour sur Bagua 2009: le difficile établissement des faits

34Alors que des populations indigènes, notamment awajun et wampis, manifestaient à l'appel d'organisations diverses, parmi lesquelles l'AIDESEP, contre une série de décrets promus par le gouvernement qui revenaient sur leurs droits collectifs, la mobilisation connut une radicalisation de ses formes avec l'occupation durant plusieurs semaines de la route Belaunde Terry menant à Bagua, ville située au seuil de l'Amazonie, et notamment de la région du Haut Maranon. Une intervention policière se solda alors par plusieurs dizaines morts de part de d'autres et de nombreuses arrestations.

  • 15 Source: Radio Shipibo, article de Cristina L'Homme, Un an après le massacre de Bagua, retour du lea (...)

35Les faits survenus à Bagua le 5 juin 2009 demeurent difficiles à établir en raison du caractère profondément polémique pris par le débat au cours des mois qui ont suivi. L'enquête demeure à ce jour difficile à mener, et les investigations ont connu plusieurs interruptions. Les événements de Bagua ont également été suivi de poursuites contre Albero Pizango, leader de l'AIDESEP, accusé d'être l'instigateur d'un mouvement de rébellion et d'apologie de meurtre. Durant son exil d'un an au Nicaragua, le ministère de la Justice péruvien dépose en octobre 2009 une demande de dissolution de l'AIDESEP auprès du pouvoir judiciaire, s'appuyant sur l'article 96 du Code civile qui autorise la dissolution d'une association « dont les activités sont ou résultent contraires à l'ordre public ou aux bonnes moeurs »15.

Un massacre comme lieu de mémoire national?

  • 16 Journée d'études organisées à Paris VIII autour des mémoires conflictuelles, en février 2011.

36Malgré le retour de Pizango sans poursuite et le maintien de l'AIDESEP, la mémoire des événements survenus à Bagua le 5 juin 2009 demeure hautement conflictuelle16, et marquent l'intégration de la nouvelle « question indigène » au sein du débat public péruvien. A cette date, on note un regain d'intérêt pour la question indigène dans les médias nationaux, en particulier dans le quotidien d'opposition réformiste La Republica. Une certaine politisation se produit ainsi autour des événements de Bagua: Alan Garcia choisit de commémorer l'anniversaire des événements auprès des familles des policiers morts, tandis que l'AIDESEP brandit son souvenir comme un lieu de mémoire confictuel, censé augurer la poursuite de la résistance indigène face au choix d'un modèle économique opéré sans la consultation des populations concernées au premier chef.

37La topographie de la « curva del Diablo », à l'endroit où a eu lieu sur la route Belaunde l'assaut policier et l'affrontement entre manifestants et forces de l'ordre, prend désormais une dimension mémorielle. La croix blanche dressées sur le monticule qui borde la route est censé figurer la modestie des moyens avec lesquels les populations indigènes résistent à la pression extractive et aux tentatives gouvernementales de remise en cause de leurs droits collectifs; tandis qu'une ambiguïté caractérise le panneau dressé de l'autre côté de la route. Une figure biblique y est représentée, accompagnée d'une inscription censé rebaptisée le lieu en « curva de la esperanza ».

La notion de massacre en sciences sociales

38La politisation des événements survenus à Bagua appelle un retour théorique sur le traitement historiographique de la violence, et en particulier sur l'usage de la notion de massacre en sciences sociales. Longtemps tenue à l'écart dans l'historiographie dominante, la notion de violence a connu à partir des années 1970 un regain d'intérêt, notamment lors de la publication des travaux de Michel Foucault et de Norbert Elias, et des débats qu'ils ont suscités. Prendre en compte le facteur violence dans l'évolution contemporaine des sociétés, c'est remettre en cause le paradigme qui cantonnait la violence à un reliquat, appelé à être réduit par la tendance globale des sociétés. En occident, l'intérêt d'appréhender la violence comme un objet d'histoire à part entière apparaît avec les travaux sur la Première Guerre mondiale, et la grande polémique historiographique autour du thème du « consentement » proposé par Annette Becker et Stéphane Audoin-Rouzeau, et contesté par Nicolas Offenstadt et Nicolas Mariot.

39Au-delà de ces controverses historiographiques, la violence apparaît comme un élément central de l'évolution des sociétés contemporaines. La notion de massacre y occupe une importance de premier plan. Avec la mise en vigueur du concept de génocide, forgé en 1944 par le juriste Raphael Lemkin, la terminologie s'enrichit d'une notion qui fait alors courir à l'analyse de la violence le risque de... l'appauvrissement17. Les phénomènes de violence extrême survenus au cours du deuxième XXème siècle, c'est à dire après Auschwitz, contastés au Rwanda par exemple, rendent nécessaire un outillage conceptuel qui ne soit pas tributaire du seul héritage de la Deuxième Guerre mondiale. L'analyste Jacques Sémelin en appelle ainsi à un retour sur la notion de massacre, qu'il définit comme une forme d'action collective visant soit à l'éradication soit à la mise au pas d'une population avec laquelle s'instaure une relation dissymétrique. Le massacre doit dès lors être saisi dans sa double dimension rationnelle et irrationnelle18.

Conclusion

  • 19 Anderson, Benedict, op. cit.
  • 20 Pajuelo Teves, Ramon, Reinventando comunidades imaginadas, movimientos indígenas, nación y procesos (...)

40Ces considérations terminologiques éclairent dès lors les événements survenus à Bagua. Désignés « massacre » par les deux parties et par l'opinion publique, ces événements interrogent les dynamiques politiques à l'œuvre dans la société péruvienne contemporaine, dont ils remettent en cause une conception linéaire et consensuelle. Conformément à la thèse défendue par Benedict Anderson19, le processus -toujours en cours- de construction de la nation péruvienne correspond moins à l'élaboration culturelle d'un consensus qu'à une tentative d'imposition d'une légitimité centralisée en provenance de la capitale, passant par l'exercice ponctuel d'une violence revendiquée comme légitime. Les « communautés imaginées » d'Amérique latine20 sont ainsi le produit de constructions non consensuelles, où le recours ponctuel à la violence sert à imposer une conception dominante de la nation.

41Le pouvoir central péruvien se heurte toutefois à un réel dilemme, produit du contexte historique récent: après deux décennies de violence exercée par les membres du Sentier Lumineux et par les forces armées, la violence au Pérou s'est trouvée déligitimée dans l'imaginaire national, ou du moins dans l'opinion publique. La perte de contrôle d'une partie du territoire national (dans la zone de ceja de selva de Tinto Maria) suggère à l'heure actuelle la déstabilisation de l'Etat central. C'est pourquoi le « massacre del cinco de junio » peut être lu, non pas seulement comme la disqualification des revendications indigènes, mais comme l'entrée dans l'espace public d'un nouvel acteur socio-politique jusqu'alors tenu dans une citoyenneté marginale, les natifs d'Amazonie.

Haut de page

Bibliographie

Anderson Benedict, Imagined communities, reflections on the origins and spread of nationalism, Londres, 1983.

Compagnon, Olivier, « L’Euro-Amérique en question. Comment penser les échanges culturels entre l’Europe et l’Amérique latine », Nuevo Mundo – Mundos Nuevos, fév 2009.

Contreras, Carlos, et Cueto, Marcos, « La restauracion oligarquica », Historia del Péru contemporáneo, Cuarta Edicion, Lima, 2010, p. 320-321.

Cooper, Fred, et Brubaker, Rogers, « Beyond identity », Theory and society, Princeton, Princeton University Press, 2000.

Espagne, Michel, Werner, Michael, « Le transfert de la culture allemande en France », Les Annale ESC, 1987, p. 969-992.

Manaces Valverde, Jesus, Gomez Calleja, Carmen, Informe en minoría de la comisión especial para investigar y analizar los sucesos de Bagua, avril 2010.

Mariategui José Carlos, Sept essais d'interprétations de la réalité péruvienne, Lima, 1928.

Orihuela-Egoavil, Emilo Fernando. « Les inégalités devant la mort en bas âge au Pérou », Santé Publique, n°18, 2006.

Pajuelo Teves, Ramon, Reinventando comunidades imaginadas, movimientos indígenas, nación y procesos sociopolíticos en los países centroandinos, IEP, IFEA, 2007.

Polar, Antonio Cornejo, « Literatura peruana e identidad nacional: tres décadas confusas », Peru 1964-1994, publications de l'IEP, 1994, p. 293-303.

Remy Maria Isabel, « Historia y discurso social, el debate de la identidad nacional », Peru 1964-1994, Publications de l'IEP, Lima, p. 275-293.

Haut de page

Notes

1 Mariategui José Carlos, Sept essais d'interprétations de la réalité péruvienne, Lima, 1928.

2 Orihuela-Egoavil, Emilo Fernando. « Les inégalités devant la mort en bas âge au Pérou », Santé Publique, n°18, 2006.

3 Contreras, Carlos, et Cueto, Marcos, « La restauracion oligarquica », Historia del Péru contemporáneo, Cuarta Edicion, Lima, 2010, p. 320-321.

4 http://www2.ohchr.org/french/law/indigenes.htm

5 Remy, Maria Isabel, « Historia y discurso social, el debate de la identidad nacional », Peru 1964-1994, Publications de l'IEP, Lima, p. 275-293.

6 Cooper, Fred, et Brubaker, Rogers, « Beyond identity », Theory and society, Princeton, Princeton University Press, 2000.

7 Voir Dumoulin, David, Internationalisation des acteurs en Amérique latine

8 Anderson Benedict, Imagined communities, reflections on the origins and spread of nationalism, Londres, 1983.

9 Polar, Antonio Cornejo, « Literatura peruana e identidad nacional: tres décadas confusas », Peru 1964-1994, publications de l'IEP, 1994, p. 293-303.

10 Cf notamment l'oeuvre du peintre Sabogal, exposé en juillet 2010 au Museo de la Nacion de Lima. http://www.absolut-peru.com/el-movimiento-indigenista-en-el-museo-de-la-nacion-de-lima

11 Espagne, Michel, Werner, Michael, « Le transfert de la culture allemande en France », Les Annale ESC, 1987, pp 969-992.

12 Compagnon, Olivier, « L’Euro-Amérique en question. Comment penser les échanges culturels entre l’Europe et l’Amérique latine », Nuevo Mundo – Mundos Nuevos, fév 2009.

13 Contreras, Carlos, Cueto, Marcos, op. cit.

14 Manaces Valverde, Jesús, Gómez Calleja, Carmen, Informe en minoría de la comisión especial para investigar y analizar los sucesos de Bagua, avril 2010.

15 Source: Radio Shipibo, article de Cristina L'Homme, Un an après le massacre de Bagua, retour du leader des Indiens au Pérou, 29 mai 2010.

16 Journée d'études organisées à Paris VIII autour des mémoires conflictuelles, en février 2011.

17 Semelin, Jacques, Du massacre au processus génocidaire, avril 2002, http://www.ceri-sciences-po.org.

18 Ibid.

19 Anderson, Benedict, op. cit.

20 Pajuelo Teves, Ramon, Reinventando comunidades imaginadas, movimientos indígenas, nación y procesos sociopolíticos en los países centroandinos, IEP, IFEA, 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/65454/img-1.png
Fichier image/, 30k
Titre Image 2
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/65454/img-2.png
Fichier image/, 130k
Titre Image 3
Légende Source: Instituto del Bien Comun, Lima.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/65454/img-3.png
Fichier image/, 1,1M
Titre Image 4Répartition spatiale des conflits sociaux au Pérou en juin 2009
Légende Source: Defensoria del Pueblo.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/65454/img-4.jpg
Fichier image/, 98k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Favier, « « Rendre visibles les invisibles : le massacre du 5 juin, l’entrée sur la scène politique péruvienne d’un nouvel acteur indigène ? » », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 07 juin 2013, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65454 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65454

Haut de page

Auteur

Irène Favier

Doctorante à Paris VIII et à l’IHEAL

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page