Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
De la question sociale à la question politique en Amérique Latine – Coord. Ingrid Bejarano et Etienne Jezioro
David Gomes

Le peuple elliptique : nouveau sujet politique et indigénéité d’État dans la Bolivie contemporaine

[07/06/2013]

Résumés

Dans le contexte du projet politique de rupture dirigé par le président Evo Morales, l’article aborde la double question de la création d’un nouvel imaginaire national et d’un sujet politique inédit dans la Bolivie contemporaine. Une analyse détaillée de la nouvelle Constitution permet de saisir l’évolution sémantique vers la pluralité interculturelle de ses concepts-clé, tels que “nation” ou “peuple”, et de comprendre son impact sur l’architecture institutionnelle du nouveau modèle d’État plurinational, notamment à travers le régime des autonomies. Les résultats suggèrent que l’adoption d’une nouvelle indigénéité d’État, fondée sur la récupération historique de la catégorie d’indigène, a propulsé celle-ci au rang de protagoniste quasi-consensuel du processus de refondation nationale en cours.

Haut de page

Texte intégral

« Le peuple bolivien, de composition plurielle, depuis la profondeur de l’histoire, inspiré par les luttes du passé, le soulèvement indigène anti-colonial, l’indépendance, les luttes populaires de libération, les marches indigènes, sociales et syndicales, les guerres de l’eau et d’octobre, les luttes pour la terre et le territoire, avec la mémoire de nos martyrs, construisons un nouvel État. »

Préambule à Nueva Constitución Política del Estado, entrée en vigueur le 7 février 2009

Introduction : le changement, au nom de qui ?

1La nouvelle Constitution bolivienne débute par une ellipse. Dans le deuxième paragraphe du préambule, le désaccord entre le sujet de la phrase – « le peuple bolivien » – et le prédicat – « construisons un nouvel État » – ne peut être surmonté que par le recours à cette figure de style. Un nous omis se révèle alors, évocateur. Mais qui, dans l’esprit des députés constituants, se cache derrière ce sujet multiple, simultanément absent et indispensable pour surmonter l’étrangeté grammaticale de la proposition ?

  • 1 Cabezas, Marta, « Caracterización del « ciclo rebelde » 2000-2005 », in Espasandín, López Jesús et (...)

2Cette question apparaît d’autant plus pertinente lorsqu’on prend en compte les changements importants survenus en Bolivie depuis onze ans. Quatre événements majeurs marquèrent la période entre 2000 et 2005 : la décennie avait commencé par la désormais célèbre guerre de l’Eau (2000), où un ensemble d’organisations populaires avait obligé le gouvernement de La Paz à rompre le contrat avec la multinationale chargée d’approvisionner en eau la ville de Cochabamba. En 2003, la colère populaire s’était tournée contre un projet d’exportation de gaz vers les États-Unis à travers un port chilien, dans celle qui est restée connue sous le nom de guerre du Gaz. Le président Sánchez de Losada n’avait alors pas résisté à la pression de la rue, et s’était exilé à Miami. Le point culminant de ce « cycle rebelle »1 avait été la victoire d’Evo Morales et de son parti, le Movimiento Al Socialismo (MAS), aux élections générales de décembre 2005 et la convocation, dans la foulée, d’une assemblée constituante.

  • 2 Zuazo, Moira, ¿Cómo nació el MAS? La ruralización de la política en Bolivia, 2ème édition, La Paz, (...)
  • 3 Grisaffi, Thomas, « We Are Originarios... ‘We just aren’t from here’ : Coca leaf and Identity Polit (...)

3Les origines, identité, idéologie et discours du MAS ont déjà fait l’objet d’une série d’études2, dont ressortent certaines caractéristiques significatives pour le développement du présent texte. Soulignons-en quelques-unes : ses débuts ruraux, en 1995, comme instrument politique des cocaleros (producteurs de coca) de la région du Chapare, à Cochabamba, violemment opposés aux politiques d’éradication des gouvernements successifs ; leur croissante utilisation d’un discours à consonance ethnoculturelle pour défendre leur droit à cultiver la feuille3 ; la fonction axiale du mouvement comme point de convergence politique des organisations sociales protestataires, à partir de 2002, et la combinaison dans son discours d’éléments anticapitalistes, anti-impérialistes et anti-système politique sous le trait unificateur d’une identité indigène souple et inclusive.

  • 4 Blaser, Mario, « Bolivia : los desafíos interpretativos de la coincidencia de una doble crisis hege (...)
  • 5 Nous utilisons « sens commun » dans le sens que lui a donné Luis Tapia, adaptant le concept de Gram (...)

4La chute du régime politique en vigueur depuis 1985 (appelé « pacte démocratique » pour le principe d’alliances entre les trois partis les plus importants) et l’ascension du MAS ont également été considérées, d’un point de vue sociologique, comme une «  double crise hégémonique »4. Le premier volet de cette crise voit dans le refus des orientations néolibérales et du système de partis traditionnels une remise en question des principes du libéralisme politique et du sens commun néolibéral5. Ce phénomène s’inscrit dans une tendance plus générale en Amérique Latine, mais spécialement valable en Bolivie, qui correspond à

  • 6 Santos, Boaventura de Sousa, Refundación del Estado en América Latina. Perspectivas desde una epist (...)

5« (...) un usage contra-hégémonique d’instruments politiques hégémoniques tel que la démocratie représentative, le droit, les droits de l’Homme et le constitutionnalisme. (…) L’usage contra-hégémonique signifie l’appropriation créative par les classes populaires de ces instruments afin de faire avancer leurs agendas politiques au-delà du cadre politico-économique de l’État libéral et de l’économie capitaliste. »6

  • 7 Albó, Xavier, « Muchas naciones en una », in Gonzalo Rojas Ortuste (coord.), Nación o Naciones boli (...)
  • 8 Hylton, Forrest ; Thomson, Sinclair, Horizons révolutionnaires. Histoire et actualité politique de (...)

6Le deuxième volet concernerait un processus de longue durée (la « mémoire longue » décrite par Albó7) qui inscrit les soulèvements contemporains dans une histoire séculaire de contestation structurale contre la domination coloniale avant et après l’indépendance. Cette interprétation historique est notamment présente chez Hylton et Thomson8. Elle soutient que les formes communautaires d’organisation sociale pré-colombiennes se sont prolongées, certes avec modifications, jusqu’à nos jours et que les évènements survenus dans la première décennie du XXIe siècle doivent être considérés comme la suite structurellement logique des luttes indiennes depuis 1780, année de la première grande rébellion des peuples andins.

  • 9 Tapia, Luis, « Una reflexión sobre la idea de Estado Plurinacional », OSAL, septembre 2007, nº22, p (...)

7Ces deux courants – la crise simultanée de l’hégémonie libéral-capitaliste et du colonialisme interne – correspondent chacun à deux projets historiquement différenciés quoique aujourd’hui concomitants dans la direction suivie par le pouvoir en place. Le projet issu de la faillite du modèle sociétal néolibéral se présente comme le descendant de la révolution de 1952, qui voulut se doter pour la première fois, par l’extension universelle de la citoyenneté, d’un corps politique conçu comme la nation9. Cette idée de nation homogène métisse, chère au constitutionnalisme libéral attaché aux droits uniquement individuels, négligeait pourtant la diversité inhérente à la société bolivienne. Par ailleurs, la stratification raciale héritée de la hiérarchie coloniale survécut aux réformes de 1952 et continua à modeler les rapports politiques, culturels et économiques. Malgré ses limitations, le dénommé projet national-populaire est rentré dans l’histoire bolivienne comme le premier projet aux ambitions intégratrices et redistributives par le biais d’une logique de classe.

  • 10 García Linera, Álvaro, La potencia plebeya. Acción colectiva e identidades colectivas, obreras y po (...)
  • 11 postero, Nancy, « Morales’s MAS Gouvernement : Building Indigenous Popular Hegemony in Bolivia », L (...)

8De son côté, la remise en cause postérieure des structures historiques du colonialisme interne a engendré une tentative de transformation radicale non seulement à partir de l’État, mais surtout de l’État lui-même et de ses rapports avec la société. L’horizon anti-colonial s’appuie sur les luttes indigènes du passé pour légitimer l’accès des secteurs naguère subalternes aux postes de pouvoir, pour démocratiser les formes d’exercice de ce pouvoir et créer un modèle décentralisé de l’État où celui-ci reste la garantie d’un co-gouvernement national accompagnant les multiples zones d’auto-gouvernement. Nous trouvons ici les deux concepts les plus discutés ces dernières années en Bolivie : celui de décolonisation et celui d’État plurinational. Pour certains auteurs10, ces deux horizons, le national-populaire et l’anti-colonial, se retrouvent actuellement dans une convergence historique, ce qui configure pour l’avenir une hégémonie indigène-populaire11.

  • 12 O’Donnell, Guillermo. « Acerca del Estado en América Latina contemporánea : diez tesis para discusi (...)

9Il y a pourtant une autre dimension qui semble constituer un défi à long terme pour la pérennité de l’hégémonie indigène-populaire que nous venons d’évoquer. Dans un pays historiquement marqué par l’exclusion citoyenne et la négation de la diversité ethnique, au nom de qui entreprendre la refondation de l’État et des rapports sociaux ? La légitimité du nouveau pouvoir doit être acceptée par le peuple, mais lequel ? Cela dépendra des choix d’interprétation du passé et de propositions d’avenir. Puisque, comme l’affirmait O’Donnell, « (...) il ne s’agit pas seulement de savoir qu’est-ce l’État, mais aussi pour quoi et pour qui – ou, dit autrement, pour quelle nation – existe et devrait exister cet État-là. »12

10En résumé, la question que nous essaierons de tirer au clair concerne la façon dont ces deux projets d’État, de société, de nation, qui fusionnent dans le discours et l’idéologie du MAS, sont capables de bâtir une idée de pays commune, une notion de nation partagée, un idéal de peuple réconcilié. Le présent travail prend donc l’apparent lapsus grammatical du préambule constitutionnel comme point de départ pour aborder la double question de la création d’un nouvel imaginaire national et d’un sujet politique inédit dans la Bolivie contemporaine. Nous nous baserons sur les termes et les dispositions de la Nouvelle Constitution Politique de l’État (NCPE), approuvée par référendum en janvier 2009. La nouvelle charte constitutionnelle s’assume comme une source de données fondamentale car elle est à la fois le résultat des bouleversements politiques de ces dernières années et le principal instrument pour l’instauration d’un éventuel nouveau régime politique, social et économique.

11Nous adopterons une double démarche, sémantique et juridique. Dans un premier temps, nous examinerons la charge sémantique de certains concepts-clé, comme « nation » ou « peuple », et les rapports entre eux, notamment dans le préambule et dans la première partie de la NCPE. Dans un second temps, armés de ces interprétations, nous nous pencherons sur l’architecture institutionnelle et les originalités légales jugées nécessaires à l’instauration de l’État plurinational voulu par les constituants. L’analyse de l’imbrication entre les innovations sémantiques et juridiques nous aidera à identifier le moment et les raisons de l’émergence d’un sujet national renouvelé, les caractéristiques de ce corps politique et ses implications pour le fonctionnement du nouveau modèle d’État. La recherche par les nouvelles autorités d’une cohérence entre ces trois éléments nous permet d’avancer l’hypothèse selon laquelle ces dernières années auraient vu l’émergence d’une indigénéité d’État qui oriente les décisions gouvernementales et façonne durablement les rapports entre l’État et la société.

12Dans une troisième partie, nous réfléchirons sur les conséquences des résultats obtenus en ce qui concerne plusieurs aspects essentiels pour le futur de la démocratie bolivienne: le degré d’intégration citoyenne de la majorité de la population ; l’établissement des agendas politiques et des priorités sociales ; ou encore les dangers qui peuvent entourer l’actuel projet de refondation nationale.

13Avant, pourtant, et pour mieux saisir les évolutions conceptuelles du texte constitutionnel lorsqu’on y pénétrera, procédons à une brève contextualisation historique de ce que la “nation” a représenté (ou manqué de représenter) pour la majorité des Boliviens depuis l’indépendance et jusqu’à nos jours.

Colonialisme interne et sentiment national, de l’indépendance à la Constitution de 2009

Exclusion ethnique et exploitation économique, ou le “nationalisme sans nation”

  • 1 Tapia, Luis, « Una reflexión sobre... », op. cit. p. 55.

«  (...) la nation bolivienne est une histoire d’exclusions et d’inclusions (…) qui a comme matrice culturelle celle correspondant à la société coloniale, laquelle s’organise sous de formes qui correspondent, elles aussi, à la société dominante (...) » 1

  • 2 Langer, Erick D., « Bringing the Economic Back In : Andean Indians and the Construction of the Nati (...)

14Erick D. Langer, dans un article récent2, nous a rappelé l’importance d’une perspective économique dans l’analyse du processus de construction de l’État-nation bolivien, et y invite le chercheur à compléter une approche centrée sur les rapports de force politiques par l’étude des mécanismes d’intégration économique entre les communautés indiennes et le pouvoir central. Cette double optique semble d’autant plus pertinente que l’attitude du gouvernement de Sucre envers les populations andines a été marquée, pendant tout le XIXème, par des questions directement liées au domaine économique; et que les épisodes insurrectionnels des indigènes pendant le siècle correspondirent à des réponses directes aux changements de leur statut fiscal et foncier.

  • 3 Platt, Tristan, Estado boliviano y ayllu andino : tierra y tributo en el norte de Potosí, Lima, Ins (...)

15Si la rupture avec la Couronne espagnole n’a pas signifié une rupture avec la structure coloniale, celle-ci s’est encore prolongée sans grandes perturbations jusqu’au dernier tiers du XIXe siècle. Platt a décrit avec exactitude le « pacte de réciprocité » dans la région de Potosí, selon lequel les communautés agricoles andines remplissaient les caisses de l’État avec leur tribut en échange de la protection de leurs terres collectives3. Langer, dans l’étude déjà citée, brosse un portrait différent du département d’Oruro : ici, et jusqu’aux années 1860, les activités commerciales de communautés indigènes plutôt prospères recréaient un espace économique andin où les frontières nationales constituaient plus une entrave au libre-échange (et à la contrebande) qu’un repère protecteur. Ces deux régimes économiques semblent avoir coexisté, mais aucun des deux ne liaient les populations indigènes à l’État : dans le premier cas, c’était un partenaire distant ; dans le deuxième, une autorité fiscale indésirable.

16Lors du dernier tiers du XIXème siècle on a assisté à la fin de cet équilibre précaire, dû à l’attaque des oligarchies foncières sur les terres communautaires, à l’abolition du tribut indigène, à l’établissement de frontières nationales plus rigides et à l’idéologie raciste qui orientait désormais les pratiques discriminatoires de l’État. La participation, à côté des libéraux, d’une partie de la population indigène à la guerre dite « fédérale » de 1899 a démontré de nouveau sa volonté de résistance à l’expansion des «  haciendas » . La stratégie d’alliance avec des secteurs métisses et blancs n’a pourtant pas, encore une fois, porté ses fruits.

  • 4 Clavero, Bartolomé, Derecho indígena y cultura constitucional en América, México, Siglo XIX, 1994.
  • 5 Du titre d’une œuvre de Demelas, Danièle, Demelas, Danièle, Nationalisme sans nation? La Bolivie au (...)

17On s’aperçoit ainsi à quel point le projet national des élites blanches était voué à l’échec et, dans un certain sens, ne cherchait même pas le succès. La complète exclusion politique de la majorité indigène rurale et les caractéristiques de ses deux principaux régimes économiques n’invitaient pas celle-ci à ressentir une quelconque identification avec un État territorialement peu présent et idéologiquement éloigné. Cet État qui souffrait de « l’aveuglement constitutionnel » diagnostiqué par Bartolomé Clavero4 – une insensibilité intégrale aux particularités des sociétés amérindiennes couplée avec la primauté d’une conception individualiste des droits et restrictive de la citoyenneté – fut à l’origine d’un « nationalisme sans nation »5 qui laissa ses traces jusqu’à l’actualité.

  • 6 Soruco Sologuren, Ximena, op. cit., p. 22.

18Cette séparation nette entre le projet des élites et ce qu’on pourrait appeler, mutatis mutandis, le sentiment national de la majorité indienne sera remise en question pour la première fois à partir des années 1930. La participation massive de soldats andins dans la guerre du Chaco contre le Paraguay a accéléré une prise de conscience collective du partage d’un même territoire et d’une soumission commune à l’oligarchie foncière et minière. Si la Constitution de 1938 a nationalisé le pétrole et octroyait déjà une série de droits sociaux et syndicaux, c’est la Révolution de 1952 qui, comme nous l’avons déjà vu, a cristallisé l’émergence d’un nouveau nationalisme de base anti-impérialiste et anti-oligarchique. Mais, malgré les efforts initiaux des nouveaux gouvernants, « la domination coloniale (négation de l’indigène) et la domination capitaliste (assujettissement formel de la main-d’œuvre et déstructuration des économies ‘pré-capitalistes’) se sont reproduites sous des nouvelles formes »6. Dans le domaine de l’intégration ethnique, le nationalisme de 1952 a cherché à promouvoir un idéal de nation métisse sans tenir compte des différentes pratiques culturelles et des disparités matérielles extrêmes entre catégories sociales. La diffusion du modèle syndical, superposé aux formes communautaires, visait à combattre la ségrégation par la voie de la négation : l’État traiterait désormais les indiens comme des paysans ; et sans indiens, il n’y aurait plus de discrimination.

  • 7 Harten, Sven, The Rise of Evo Morales and the MAS, Londres, Zed Books, 2011, p. 106.

19Ce modèle restera en vigueur jusqu’aux années 1980. L’idéologie néolibérale qui a accompagné le retour à la démocratie s’est alors distancée de la vision nationaliste prônée depuis 1952 et renoncée à un projet de construction de la nation. Comme le rappelle Sven Harten, « le vide relatif de l’imaginaire de la nation durant les années 1980 et 1990 a rendu plus attirante l’imagination par le MAS d’une nouvelle nation”7. Ce vide a coïncidé, à la fin du siècle, avec les maigres résultats sociaux obtenus par le “pacte démocratique” et l’inexistence d’un système effectif de représentation, ce qui conduit à une volonté d’auto-représentation extra-institutionnelle. Celle-ci s’est alors structurée autour d’organisations de la société civile (le syndicalisme étant affaibli par les réformes néolibérales) et de mouvements ethniques. Ces mouvements ont assisté dans leur sein à une rapide récupération identitaire qui réclamait leur appartenance à une tradition de lutte indigène et proposait une approche culturelle de la résolution des problèmes politiques du pays. Suivant cette logique, le MAS n’a de cesse d’évoquer les “500 ans de lutte”, inscrivant ses combats dans la droite lignée d’une culture politique insurrectionnelle indigène remontant à la période coloniale.

20Cette revendication de l’agence historique de la majorité indigène a des conséquences cruciales sur le renouvellement de l’imaginaire national dont la NCPE est un symbole. La récupération discursive de l’acteur indigène comme protagoniste de l’histoire bolivienne pré et post-indépendance donne à cet acteur la légitimité nécessaire pour diriger une refondation de la nation et des rapports sociaux sans pour autant renier un État bolivien unitaire. La “mémoire longue”, associant les rebellions quechua et aymara de 1781 aux élections de 2005, devient une invitation à ce que l’indigène prenne l’État-nation à sa charge. Voyons maintenant comment cela s’est traduit dans le texte constitutionnel.

La NCPE : peuple(s), nation(s) et autonomies

  • 8 Komadina Rimassa, Jorge, « Identidad democrática y proceso de cambio », in Gonzalo Rojas Ortuste (c (...)

21“Les Constitutions”, nous rappelle Jorge Komadina, “ne sont pas simplement des corps de lois qui énoncent des droits et établissent les modalités du pouvoir public ; ce sont aussi des récits atives explicites ou implicites sur l’identité d’une communauté”8. C’est dans ce sens que la NCPE constitue une étape majeure dans un processus de reconstruction de l’identité nationale bolivienne. Celle-ci s’articule désormais autour de la notion d’État plurinational, qui attribue des valeurs sémantiques réformées à des termes longtemps associés à l’État-nation de matrice libérale (comme « nation » ou « peuple ») et reconnaît des nouveaux points d’ancrage identitaires (par exemple, avec « originaire » ou « plurinational »). L’imbrication de ces termes dans le maillage sémantique constitutionnel exige une approche d’ensemble, car nous ne pouvons pas comprendre les uns sans évoquer les autres.

  • 9 Nous reprenons ici l’image employée dans Albó, Xavier ; Romero, Carlos, Autonomías indígenas en la (...)

22L’évolution de la connotation de la “nation” dans la NCPE s’inscrit dans le perpétuel jeu du chat et de la souris entre État et nation depuis les révolutions bourgeoises du XVIIIème siècle9. Ce labyrinthe de sens et de contre-sens ressort clairement de l’article 3 :

23« La nation bolivienne est formée par la totalité des boliviens et des boliviennes, les nations et peuples indígena originario campesinos [indigène-originaire-paysans, ou IOC], et les communautés interculturelles et afro-boliviennes qui dans son ensemble constitue le peuple bolivien. »

  • 10 Harten, Sven, op. cit., p. 188.
  • 11 Albó, Xavier ; Romero, Carlos, op. cit., p. 6.

24Dans une première version de cet article, la « nation bolivienne » n’y figurait pas, remplacée par « le peuple bolivien ». Ce sont les secteurs métisses de l’Assemblée qui, se sentant exclus de cette définition et donc privés de « nationalité », ont exigé la formule qui a finalement été retenue. De leur côté, « la nation bolivienne » étant historiquement trop associée à l’idée libérale d’homogénéité populaire, les constituants du MAS ont essayé de rendre sa portée la plus ouverte possible, en incluant une référence explicite aux « nations et peuples indígena originario campesinos (IOC) » et aux communautés interculturelles et afro-boliviennes. D’où plusieurs apparentes redondances, dont la plus visible est la question presque tautologique du rapport entre « nation » et « peuple ». Qui naît le premier ? La complexité de cette définition illustre à merveille le caractère expérimental et inédit d’une constitution qui se veut fondatrice d’un État-nation plurinational, et où c’est en fin de comptes « la diversité de sujets historiques [qui] constitue la nation »10. D’où la coexistence plus ou moins pacifique de deux types de « nation » : l’une, la bolivienne, renvoie à l’État-nation ; l’autre, « les nations IOC », sont à la base de l’appellation plurinationale. Ce concept de « nations et peuples IOC », lequel selon Albó et Romero11, apparaît soixante-neuf fois dans la NCPE, doit donc être considéré comme une unité qui regroupe les secteurs historiquement tenus à l’écart par l’État monoculturel et condense l’ensemble de leurs structures propres, désormais présentes tout au long des dispositions constitutionnelles.

25Dans le préambule de la NCPE, pourtant, aucune mention à la nation au singulier ni aux nations plurielles. Mais cet aller-retour entre l’unité et la diversité est néanmoins présent. L’ellipse avec laquelle nous avons commencé ce texte n’en est pas le seul exemple. Il y est question à plusieurs reprises du caractère diverse de la société bolivienne et de son ouverture à la différence : « la pluralité intrinsèque de toutes les choses », « notre diversité comme êtres et cultures », « de composition plurielle », « le respect de la pluralité économique, sociale, juridique, politique et culturelle », etc. Le « peuple » y est unitaire à deux reprises, pluriel à trois. L’article 1 souligne ce message, en déclarant que « la Bolivie se fonde sur la pluralité et le pluralisme politique, économique, juridique, culturel et linguistique, dans le processus intégrateur du pays ». D’autre part, les références à la diversité ethnique et culturelle renvoient à l’historicité des populations pré-coloniales et à leur contrôle ancestral sur le territoire (article 2). On établit alors un lien solide entre une certaine interprétation de l’histoire nationale, ses protagonistes indigènes (dans le rôle de martyrs ou de héros), la redéfinition de la nation comme corps politique et le bouleversement institutionnel en cours.

  • 12 Canessa, Andrew, « Todos somos indígenas : Towards a New Language of National Political Identity », (...)
  • 13 Cette affirmation doit être relativisée, car au sein même de cette indigénéité d’État il y a de la (...)

26L’enjeu de la pluralité culturelle semble ainsi s’accompagner d’un recentrage vers une « neutralité indigène » : la diversité est aujourd’hui pensée depuis l’endroit de l’indigène, qui devient le nouveau repère normatif, non d’un point de vue juridique (puisque tous les boliviens demeurent égaux devant la loi), mais grâce à son incarnation du peuple et de sa souveraineté retrouvée. De la même façon, et comme il en ressort du premier quinquennat au pouvoir du MAS et de son hégémonie partisane, l’indigénéité est devenue le langage commun (ou mainstream) de l’engagement politique12. L’indigène, avec ses valeurs et pratiques récupérées ou imaginées, abandonne les marges de la légitimité sociale et s’assume en tant que majorité non seulement quantitative mais aussi, et pour la première fois, qualitative. À tel point que l’État reprend cette indigénéité à son compte et la promeut dans ses politiques de portée nationale. On saisit là la distance paradoxale entre l’esprit des traités internationaux (tels que la Convention 169 de l’Organisation internationale du travail ou la Déclaration des droits des peuples autochtones de l’ONU) et la situation actuelle de la Bolivie : un traité protégeant les minorités peut-il concerner ceux qui, au moins aux yeux des autorités, constituent la majorité d’une population13? Ceci à des conséquences évidentes sur les questions auxquelles nous devons ici donner réponse, à savoir pour qui et au nom de qui se justifient les actuels changements.

27Cette métamorphose relativement soudaine du statut de l’indigène, d’une position d’infériorité sociale et politique au rôle de garant de l’authenticité nationale et de phare vers l’étape plurinationale, s’est matérialisée dans l’architecture institutionnelle élaborée par les députés constituants. L’objectif de la décolonisation de l’État se concrétise dans la pratique administrative à travers le régime des autonomies, qui vise à donner aux nations et peuples IOC les moyens de s’auto-gouverner, comme prévu dans l’article 2 de la NCPE. Le fait que l’article 276 précise que « les entités territoriales autonomes [municipalités, régions ou territoires IOC] ne seront pas subordonnées entre elles et auront le même rang constitutionnel » accorde aux décisions prises par chaque autorité législative autonome un caractère irréversible, sauf en cas d’incompatibilité constitutionnelle.

  • 14 Gray Molina, George (2007). « El Estado del interculturalismo en Bolivia », in PNUD, Democracia / E (...)

28La capacité législative des territoires autonomes – équivalente, dans la limite de ses compétences constitutionnelles, au statut de l’Assemblée législative plurinationale – confirme le nouvel équilibre entre les instances d’auto-gouvernement (les nations au pluriel) et l’instance, centralisée, de co-gouvernement (la nation, ou le peuple, au singulier). Cet équilibre est prévu par l’article 7, qui déclare que « la souveraineté réside dans le peuple bolivien, s’exerçant de façon directe et déléguée. » Le dépassement graduel de la colonialité serait ainsi accompli par la négociation interculturelle qu’implique le régime des autonomies. Cette négociation serait d’autant plus nécessaire que l’État d’inspiration libéral n’a pas toujours respecté ses obligations et a laissé bien de zones grises. Ces lacunes territoriales dans la fonction étatique pourraient servir de point de départ pour une passation de compétences à des organisations sociales locales, plus en phase avec les particularités culturelles des communautés sur place14. Par-là, les structures IOC se verraient attribuer une vraie agence politique qui favoriserait leur identification à une communauté nationale de citoyens, diverse mais solidaire entre ses membres collectifs.

  • 15 Soruco Sologuren, Ximena, op. cit., p. 31.

29La question de la solidarité nationale, touchant de près à notre sujet, se trouve directement liée à celle de l’horizontalité des rapports entre milieux culturels différents et du concept opératoire pour la mettre en œuvre, l’interculturalité. Les références, dans l’article 1, au caractère “unitaire” de la Bolivie et au « processus intégrateur du pays » et, dans l’article 9, à la mission de l’État de « réaffirmer et consolider [son] unité », nous rappellent que le « conglomérat de sujets collectifs » que sont les nations et peuple IOC « requiert une instance d’articulation supérieure à eux tous, l’État plurinational, comme condition de possibilité de chacun d’entre eux »15. Mais en quoi doit consister cette articulation ? Doit-elle s’arrêter à l’établissement de normes constitutionnelles communes qui permettent un vivre ensemble à minima ? Ou l’État doit-il, en revanche contre, se réserver certaines prérogatives de rééquilibrage territorial et de lancement de projets de portée nationale ? Dans l’épineux débat concernant l’utilisation des ressources naturelles, notamment les hydrocarbures, cette deuxième option a été celle retenue par les constituants (articles 348 à 368) et pratiquée par la présidence Morales. La solution à long terme semble passer par un équilibre entre les deux extrêmes, évitant une réaction identitaire des sphères sous-nationales à des interventions de l’État perçues comme contraires à leur autorité territoriale.

  • 16 Albro, Robert, « Confounding Cultural Citizenship and Constitutional Reform in Bolivia », Latin Ame (...)

30Avant de passer aux conclusions, nous devons aborder brièvement la question de l’identité de ces groupes IOC et, plus généralement, la définition de l’indigène dans le contexte bolivien et sa nouvelle place dans un imaginaire national recomposé. Les deux termes sont un condensé de quelques chose de plus vaste : IOC réunit sous la même expression les dizaines de nations et peuples des terres basses, traditionnellement connus comme indigènes ; les nations originaires, ceux des hautes terres andines (notamment aymaras et quechuas) ; et les communautés paysannes, des membres d’une ethnie originaire qui ont choisi de s’éloigner de l’acception, encore péjorative pour certains, du terme « indigène ». Cette triple désignation cache en son sein de multiples variantes. En même temps, elle instille dans la NCPE ce qu’Albro appelle « un récit radical de l’identité collective indigène »16, une ligne rigide qui sépare ceux qui en appartiennent de ceux qui n’en font pas partie, ceux qui ont accès à des droits culturels spécifiques (articles 30 à 32) de ceux qui en sont privés. Le problème, c’est que ces identités sont, sur le terrain, bien plus souples.

31La même difficulté est présente dans le débat sur le rôle de l’indigénéité dans la construction d’un sujet politique actif et inclusif. Si l’appartenance à une culture indigène n’est pas donnée d’avance et est décidée dialogiquement, comment espérer que chaque citoyen et chaque communauté puissent offrir une réponse claire lorsque questionnés sur le sujet ? Et même si dans certaines régions le sentiment d’appartenance peut sembler assez net, que dire des zones urbaines, ces lieux de brouillage des repères culturels où habitent de plus en plus d’indigènes ? D’un autre côté, on peut se poser la question de savoir comment traduire juridiquement la nature mouvante de l’indigénéité urbaine. Sur le terrain, un des symptômes de ce problème est le retard dans l’élaboration des chartes organiques des nouvelles autonomies indigènes.

Conclusions et futures lignes d’investigation : la laborieuse construction d’un nouveau sujet politique bolivien

32Le mouvement contra-hégémonique du début du siècle, la réactivation des identités indigènes au sein de ce mouvement et le projet de refondation d’un État plurinational prôné par le gouvernement d’Evo Morales et les organisations alliées nous ont amené à soulever l’hypothèse de l’émergence d’un imaginaire national renouvelé et d’un nouveau sujet politique dans la Bolivie contemporaine. Si leur existence peut paraître aisément repérable dans le discours politique national, ce sont leurs origines, caractérisation et fonctions qui donnent du fil à retordre à l’observateur. L’analyse de la sémantique et des dispositions de la NCPE nous a aidé à trouver quelques pistes de réponses.

33La Constitution offre, notamment dans son préambule et ses premiers articles, une interprétation originale du passé du pays et propose un projet d’État sous des termes eux aussi novateurs. « Depuis la profondeur de l’histoire », le récit national est présenté comme une lutte séculaire pour la libération d’un peuple constitué par une pluralité de communautés culturelles distinctes. La NCPE s’assume donc simultanément comme un récit sur la formation de l’identité du corps politique, un programme politique d’avenir, positif et unificateur, et le dispositif fondateur de l’armature institutionnelle dont ce dernier a besoin.

  • 1 O’Donnell, Guillermo, op. cit., p. 151.

34La cristallisation juridique de ce nouvel imaginaire national s’est fixée sur la nature plurinationale de l’État et sur la figure des nations et peuples IOC. L’union de ces deux concepts sous la bannière des autonomies permettrait de tirer un trait sur le colonialisme interne de la société et de résoudre l’équation tortueuse des rapports entre l’État, les communautés sous-nationales et la participation citoyenne dans une société culturellement plurielle. L’État deviendrait donc un État-pour-la-nation, lequel « invite à la reconnaissance généralisée d’un ‘nous’ qui vise à créer une identité collective qui serait, ou devrait être, au-dessus des conflits et des clivages sociaux »1. Il se pourrait que ce « nous » soit, en fin de comptes, le sujet manquant du préambule...

35C’est de cette identité collective au-dessus des conflits qu’émerge un sujet politique effectivement consensuel, au nom de qui est mené le changement social et dont la promotion est érigée en politique d’État. Car, qui ose attaquer frontalement ce que représente aujourd’hui l’indigène en Bolivie ? Celui-ci a fusionné avec la nation, et a remplacé l’ancienne idée libérale d’homogénéisation par le métissage. L’indigène, est-il le nouveau métisse ?

36Malgré l’esprit provocateur de ces questions, il est certain que la politisation des différences culturelles survenue dans la dernière décennie du XXème siècle a grandement contribué à la diffusion d’une conscience collective, à l’intérieur des divers groupes culturels, de leur soumission historique aux mains d’une élite blanche extrêmement attachée à ses privilèges d’ethnie dominante. La composante économique de cet assujettissement s’est alors mêlée aux doléances ethniques, ce qui explique le double pouvoir symbolique de l’indigène, tantôt aymara ou quechua, tantôt exploité ou rebelle.

  • 2 Svampa, Maristella ; Stefanoni, Pablo, « Entrevista a Álvaro García Linera : « Evo simboliza el qui (...)
  • 3 Goodale, Mark, « Reclaiming modernity : Indigenous cosmopolitanism and the coming of the second rev (...)

37La récupération de la figure de l’indien comme celui au nom de qui entreprendre le changement a eu une autre conséquence de l’ordre de la psychologie collective : la fin de l’internalisation de la subalternité de la part des citoyens indigènes2. Ceux-ci ont engagé une démarche de décolonisation des esprits qui n’hésite pas à remettre en question les pratiques de la modernité naguère toute-puissante, et réinvente les catégories d’appartenance dans le cadre national bolivien3. Dans le champ politique, cela se traduit par une expansion du domaine de l’imaginable et la participation de la majorité dans la formulation des priorités sociales. Ce processus reste néanmoins marqué dans la réalité par des négociations ardues et souvent conflictuelles pour les groupes concernés : la récente marche indigène contre la décision du gouvernement d’autoriser, sans la consultation préalable des habitants natifs exigée dans la Constitution, la construction d’une route à travers le Territoire indigène et Parc naturel Isiboro Sécure (TIPNIS) en est un exemple paradigmatique.

38Nous terminerons par une mise en garde concernant les dangers qui peuvent entourer l’actuel projet de refondation nationale dans ses rapports avec la démocratie, la diversité culturelle et l’idée prédominante sur l’indigène. D’abord, il convient de rappeler que le changement culturel, maintes fois évoqué par les leaders réformistes comme le principal but du projet politique, ne doit pas devenir un dispositif instrumental pour contrôler ce dernier et conserver le pouvoir à tout prix. Inversement, l’hégémonie politique pour l’instant dans les mains du MAS doit être un processus continuellement sous auto-critique et un moyen pour atteindre le but du changement social et culturel, et pas une finalité en elle-même, sous risque de comportement autoritaire. Finalement, il conviendrait d’observer attentivement les dynamiques d’appartenance aux identités post-coloniales et de faire en sorte qu’aucune ne retombe dans la ségrégation, se replie sur elle-même ou concurrence les autres. En tout cas, le prolongement de l’actuelle primauté d’une notion « macro » de l’indigène politique pourrait constituer un frein à ce dernier risque, même si elle contribue à une interprétation uniformisatrice de ce qu’est l’extrême variété des communautés indigènes, y compris au sein d’une même culture ethnique, et permet parfois une neutralisation habile, de la part des autorités, de demandes identitaires légitimes.

Haut de page

Bibliographie

Albó, Xavier, « Muchas naciones en una », Nación o Naciones boliviana(s) ? Institucionalidad para nosotros mismos, Gonzalo Rojas Ortuste (coord.), La Paz, CIDES-UMSA, 2009, p.63-98.

Albó, Xavier ; Romero, Carlos, Autonomías indígenas en la realidad boliviana y su nueva Constitución, La Paz, Vicepresidencia del Estado Plurinacional, 2009.

Albro, Robert, « Confounding Cultural Citizenship and Constitutional Reform in Bolivia », Latin American Perspectives, nº37, 2010, p.71-90.

Blaser, Mario, « Bolivia : los desafíos interpretativos de la coincidencia de una doble crisis hegemónica », Reinventando la nación en Bolivia. Movimientos sociales, Estado y poscolonialidad, Karin Monasterios, Pablo Stefanoni et Hervé do Alto (eds.), La Paz, CLACSO-Plural Editores, 2007, p.11-21.

Cabezas, Marta. « Caracterización del ‘ciclo rebelde’ 2000-2005 », Bolivia en movimiento : acción colectiva y poder político, Jesús Espasandín López y Pablo Iglesias Turrión (coord.), Espagne, El Viejo Topo, 2007, p. 189-220.

Canessa, Andrew, « Todos somos indígenas : Towards a New Language of National Political Identity macro », Bulletin of Latin American Research, 2006, vol.25, nº2, p. 241-263.

Clavero, Bartolomé. Derecho indígena y cultura constitucional en América, México, Siglo XIX, 1994.

Demelas, Danièle, Nationalisme sans nation? La Bolivie aux XIX-XX siècles, Paris, CNRS, 1980.

García Linera, Álvaro. La potencia plebeya. Acción colectiva e identidades colectivas, obreras y populares en Bolivia, Buenos Aires, CLACSO-Prometeo Libros, 2008.

Gomes, David. « El factor indígena y los marcos de la acción colectiva en Bolivia (2000-2005) », Cahiers des Amériques Latines, nº 63-64, 2010, p. 173-91.

Goodale, Mark, « Reclaiming modernity : Indigenous cosmopolitanism and the coming of the second revolution in Bolivia macro », American Ethnologist, novembre 2006, vol.33, nº4, p. 634-649.

Gray Molina, George. « El Estado del interculturalismo en Bolivia macro », Democracia / Estado / Cuidadanía. Hacia un Estado de y para la democracia en América Latina, Lima, PNUD, 2007, p. 291-306.

Grisaffi, Thomas. « We Are Originarios... « We just aren’t from here »: Coca leaf and Identity Politics in the Chapare, Bolivia macro », Bulletin of Latin American Research, vol.29, nº4, 2010,p. 425-439.

Harten, Sven. The Rise of Evo Morales and the MAS, Londres, Zed Books, 2011.

Hylton, Forrest ; Thomson, Sinclair. Horizons révolutionnaires. Histoire et actualité politique de la Bolivie, Paris, Imho, 2010.

Komadina Rimassa, Jorge. « Identidad democrática y proceso de cambio », Nación o Naciones boliviana(s) ? Institucionalidad para nosotros mismos, Gonzalo Rojas Ortuste (coord.), La Paz, CIDES-UMSA, 2009, p.99-110.

Langer, Erick D., « Bringing the Economic Back In : Andean Indians and the Construction of the Nation-State in Nineteenth-Century Bolivia macro », Journal of Latin American Studies, 2009, nº41, p. 527-551.

Nueva Constitución Política del Estado. La Paz, Ediciones Yachaywasi, 2009.

O’Donnell, Guillermo, «  Acerca del Estado en América Latina contemporánea : diez tesis para discusión » , La democracia en América Latina. Hacia una democracia de ciudadanas y ciudadanos. Contribuciones al debate, Buenos Aires, PNUD-Aguilar, 2004, p.149-191.

Platt, Tristan, Estado boliviano y ayllu andino : tierra y tributo en el norte de Potosí, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1982.

Postero, Nancy, « Morales’s MAS Gouvernement : Building Indigenous Popular Hegemony in Bolivia macro », Latin American Perspectives, mai 2010, vol.37, nº3, p.18-34.

Prada, Raul, Subversiones indígenas, La Paz, CLACSO-Muela del Diablo-Comuna, 2008.

Salazar Ortuño, Fernando, De la coca al poder. Políticas públicas de sustitución de la economía de la coca y pobreza (1975-2004), Buenos Aires, CLACSO-CROP, 2008.

Santos, Boaventura de Sousa, Refundación del Estado en América Latina. Perspectivas desde una epistomología del Sur, Lima, IIDS-PDTG, 2010.

Soruco Sologuren, Ximena, « Estado plurinacional-pueblo, una construcción inédita en Bolivia macro », OSAL, octobre 2009, nº26, p. 19-33.

Stefanoni, Pablo, « El nacionalismo índigena como identidad política: La emergencia del MAS-IPSP (1995-2003) », Informe final del concurso: Movimientos sociales y nuevos conflictos en América Latina y el Caribe, Buenos Aires, Programa Regional de Becas CLACSO, 2003.

Svampa, Maristella ; Stefanoni, Pablo, « Entrevista a Álvaro García Linera : « Evo simboliza el quiebre de un imaginario restringido a la subalternidad de los indígenas » », OSAL, septembre 2007, nº22, p. 143-164.

Tapia, Luis, « La reforma del sentido común en la dominación neoliberal y en la constitución de nuevos bloques históricos nacional-populares », De los saberes de la emancipación y de la dominación, Ana Esther Ceceña (coord.), Buenos Aires, CLACSO, 2008, p. 101-113.

Tapia, Luis, “Una reflexión sobre la idea de Estado Plurinacional”, OSAL, septembre 2007, nº22, p. 47-63.

Thomson, Sinclair. Cuando sólo reinasen los indios. La política aymara en la era de la insurgencia, La Paz, Muela del Diablo-Aruwiyri, 2006.

Van Cott, Donna Lee, From Movements to Parties in Latin America : The Evolution of Ethnic Politics, Cambridge, CUP, 2005.

Zegada, María Teresa ; Tórrez, Yuri ; Cámara, Gloria, Movimientos sociales en tiempos de poder. Articulaciones y campos de conflicto en el gobierno del MAS (2006-2007), La Paz, Centro Cuarto Intermedio-Plural Editores, 2008.

Zuazo, Moira. ¿Cómo nació el MAS? La ruralización de la política en Bolivia, 2ème édition, La Paz, Fundación Ebert, 2009.

Haut de page

Notes

1 Cabezas, Marta, « Caracterización del « ciclo rebelde » 2000-2005 », in Espasandín, López Jesús et Iglesias Turrión, Pablo (coord.), Bolivia en movimiento : acción colectiva y poder político, Espagne, El Viejo Topo, 2007, p. 189-220.

2 Zuazo, Moira, ¿Cómo nació el MAS? La ruralización de la política en Bolivia, 2ème édition, La Paz, Fundación Ebert, 2009. ; Salazar Ortuño, Fernando, De la coca al poder. Políticas públicas de sustitución de la economía de la coca y pobreza (1975-2004), Buenos Aires, CLACSO-CROP, 2008. ; Stefanoni, Pablo, « El nacionalismo índigena como identidad política: La emergencia del MAS-IPSP (1995-2003) », Informe final del concurso: Movimientos sociales y nuevos conflictos en América Latina y el Caribe, Buenos Aires, Programa Regional de Becas CLACSO, 2003 ; Van Cott, Donna Lee, From Movements to Parties in Latin America : The Evolution of Ethnic Politics, Cambridge, CUP, 2005. ; Zegada, María Teresa ; Tórrez, Yuri et Cámara, Gloria, Movimientos sociales en tiempos de poder. Articulaciones y campos de conflicto en el gobierno del MAS (2006-2007), La Paz, Centro Cuarto Intermedio-Plural Editores, 2008. ; Postero, Nancy, « Morales’s MAS Gouvernement : Building Indigenous Popular Hegemony in Bolivia », Latin American Perspectives, 2010, vol.37, nº3, p. 18-34. ; Gomes, David, « El factor indígena y los marcos de la acción colectiva en Bolivia (2000-2005)  », Cahiers des Amériques Latines, nº 63-64, 2010, p. 173-91.

3 Grisaffi, Thomas, « We Are Originarios... ‘We just aren’t from here’ : Coca leaf and Identity Politics in the Chapare, Bolivia », Bulletin of Latin American Research, vol.29, nº4, 2010, p. 425-39.

4 Blaser, Mario, « Bolivia : los desafíos interpretativos de la coincidencia de una doble crisis hegemónica », Monasterios, Karin, Stefanoni Pablo et Do Alto Hervé (eds.), Reinventando la nación en Bolivia. Movimientos sociales, Estado y poscolonialidad, La Paz, CLACSO-Plural Editores, 2007, p. 11-21.

5 Nous utilisons « sens commun » dans le sens que lui a donné Luis Tapia, adaptant le concept de Gramsci au contexte bolivien. Le sens commun viserait donc à « ordonner les faits sociaux et historiques selon une structure idéologiquement façonnée dans le processus de constitution d’une culture politique comme hégémonique », in Tapia, Luis, « La reforma del sentido común en la dominación neoliberal y en la constitución de nuevos bloques históricos nacional-populares », in Ceceña Ana Esther (coord.), De los saberes de la emancipación y de la dominación, Buenos Aires, CLACSO, 2008, p. 101-113. N’étant intrinsèquement ni positif ni négatif, il limite néanmoins le champ du politiquement imaginable.

6 Santos, Boaventura de Sousa, Refundación del Estado en América Latina. Perspectivas desde una epistomología del Sur, Lima, IIDS-PDTG, 2010, p. 58-59.

7 Albó, Xavier, « Muchas naciones en una », in Gonzalo Rojas Ortuste (coord.), Nación o Naciones boliviana(s) ? Institucionalidad para nosotros mismos, La Paz, CIDES-UMSA, 2009, p. 63-98.

8 Hylton, Forrest ; Thomson, Sinclair, Horizons révolutionnaires. Histoire et actualité politique de la Bolivie, Paris, Imho, 2010. Cf. aussi Thomson, Sinclair, Cuando sólo reinasen los indios. La política aymara en la era de la insurgencia, La Paz, Muela del Diablo-Aruwiyri, 2006, et Prada, Raul, Subversiones indígenas, La Paz, CLACSO-Muela del Diablo-Comuna, 2008.

9 Tapia, Luis, « Una reflexión sobre la idea de Estado Plurinacional », OSAL, septembre 2007, nº22, p. 56.

10 García Linera, Álvaro, La potencia plebeya. Acción colectiva e identidades colectivas, obreras y populares en Bolivia, Buenos Aires, CLACSO-Prometeo Libros, 2008, p. 331-391. ; Soruco Sologuren, Ximena, « Estado plurinacional-pueblo, una construcción inédita en Bolivia », OSAL, octobre 2009, nº26, p. 19-33. ; Hylton, Forrest ; Thomson, Sinclair, op. cit.

11 postero, Nancy, « Morales’s MAS Gouvernement : Building Indigenous Popular Hegemony in Bolivia », Latin American Perspectives, 2010, vol.37, nº3, p. 18-34.

12 O’Donnell, Guillermo. « Acerca del Estado en América Latina contemporánea : diez tesis para discusión. », La democracia en América Latina. Hacia una democracia de ciudadanas y ciudadanos. Contribuciones al debate, Buenos Aires, PNUD-Aguilar, 2004, p. 155.

1 Tapia, Luis, « Una reflexión sobre... », op. cit. p. 55.

2 Langer, Erick D., « Bringing the Economic Back In : Andean Indians and the Construction of the Nation-State in Nineteenth-Century Bolivia. », Journal of Latin American Studies, 2009, nº41, p. 527-551.

3 Platt, Tristan, Estado boliviano y ayllu andino : tierra y tributo en el norte de Potosí, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 1982.

4 Clavero, Bartolomé, Derecho indígena y cultura constitucional en América, México, Siglo XIX, 1994.

5 Du titre d’une œuvre de Demelas, Danièle, Demelas, Danièle, Nationalisme sans nation? La Bolivie aux XIX-XX siècles, Paris, CNRS, 1980.

6 Soruco Sologuren, Ximena, op. cit., p. 22.

7 Harten, Sven, The Rise of Evo Morales and the MAS, Londres, Zed Books, 2011, p. 106.

8 Komadina Rimassa, Jorge, « Identidad democrática y proceso de cambio », in Gonzalo Rojas Ortuste (coord.), Nación o Naciones boliviana(s) ? Institucionalidad para nosotros mismos, La Paz, CIDES-UMSA, 2009, p. 107.

9 Nous reprenons ici l’image employée dans Albó, Xavier ; Romero, Carlos, Autonomías indígenas en la realidad boliviana y su nueva Constitución, La Paz, Vicepresidencia del Estado Plurinacional, 2009, p. 6.

10 Harten, Sven, op. cit., p. 188.

11 Albó, Xavier ; Romero, Carlos, op. cit., p. 6.

12 Canessa, Andrew, « Todos somos indígenas : Towards a New Language of National Political Identity », Bulletin of Latin American Research, 2006, vol.25, nº2, p. 241-263.

13 Cette affirmation doit être relativisée, car au sein même de cette indigénéité d’État il y a de la place pour plusieurs catégories. Au niveau interne, la pratique du gouvernement du MAS semble passer par la consigne “Nous sommes tous indigènes, mais certains sont plus indigènes que d’autres”. Ce qui finalement correspond aux appartenances multiples de la majorité des citoyens. Lire à ce sujet le discours prononcé par Evo Morales, le 21 avril 2008, devant l’Instance permanente sur les questions autochtones des Nations Unies, disponible sur http://www.presidencia.gob.bo/discursos1.php?cod=13

14 Gray Molina, George (2007). « El Estado del interculturalismo en Bolivia », in PNUD, Democracia / Estado / Cuidadanía. Hacia un Estado de y para la democracia en América Latina, Lima, PNUD, p. 303.

15 Soruco Sologuren, Ximena, op. cit., p. 31.

16 Albro, Robert, « Confounding Cultural Citizenship and Constitutional Reform in Bolivia », Latin American Perspectives, 2010, nº37, p. 79.

1 O’Donnell, Guillermo, op. cit., p. 151.

2 Svampa, Maristella ; Stefanoni, Pablo, « Entrevista a Álvaro García Linera : « Evo simboliza el quiebre de un imaginario restringido a la subalternidad de los indígenas » », OSAL, septembre 2007, nº22, p. 143-164

3 Goodale, Mark, « Reclaiming modernity : Indigenous cosmopolitanism and the coming of the second revolution in Bolivia », American Ethnologist, novembre 2006, vol.33, nº4, p. 634.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Gomes, « Le peuple elliptique : nouveau sujet politique et indigénéité d’État dans la Bolivie contemporaine », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 07 juin 2013, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65462 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65462

Haut de page

Auteur

David Gomes

Doctorant à l’Univiversidad Complutense de Madrid / Instituto Ortega y Gasset

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page