Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2013Felipe Castro Gutiérrez, Historia...

Michel Bertrand

Felipe Castro Gutiérrez, Historia social de la Real Casa de Moneda de México, México, UNAM , 2012, 250 p.

[10/06/2013]

Texte intégral

1Cette histoire d’une institution financière clé du système colonial vient incontestablement combler un vide. De longue date, ce secteur administratif a retenu l’attention des historiens qui l’ont abordé sous des angles divers. Ce sont d’abord les sources produites par cette bureaucratie qui ont été l’objet d’études menées selon une approche d’histoire sérielle. Les comptes que ses officiers établissaient jour après jour ont ainsi permis, avec des résultats qui n’ont pas été exempts de débats, de suivre la conjoncture des prélèvements fiscaux dans l’espoir de reconstituer la conjoncture économique générale. Dans un second temps, c’est plus la question du fonctionnement de cette administration qui a été au centre des travaux. Cette approche, qui relevait bien d’une histoire « sociale » de l’institution, s’est cependant concentrée sur le groupe des officiers de rang supérieur, c’est-à-dire sur un monde relevant des élites administratives et politiques coloniales. Ce que propose Felipe Castro avec son étude c’est une histoire sociale par le bas de l’institution. Il envisage l’étude des travailleurs de la Casa de Moneda comme celle d’un lieu de production, certes particulier, mais soumis finalement aux règles communes des conditions de travail que connaissait le monde des salariés coloniaux.

2Une telle optique relève du défi, ne serait-ce que pour la question des sources disponibles. Ces travailleurs de la Casa de Moneda n’ont en effet que très rarement produit directement des sources qui permettraient de les suivre au cours de leur vie, professionnelle d’abord mais plus largement sociale. Comme souvent pour qui s’attache à suivre les « gens de peu » de ces sociétés d’Ancien Régime, c’est donc par des témoignages indirects que l’historien peut retrouver les itinéraires personnels de ces travailleurs. Dans le cas de Felipe Castro, ce sont des sources judiciaires qui lui ont permis de combler les silences des archives. Il s’agit des procès intentés à des travailleurs de la Casa de Moneda accusés de divers abus ou vols à l’encontre d’un service royal au sein duquel la tentation était sans doute fort grande. Les archives de l’audience de la capitale de Nouvelle Espagne recèlent donc nombre de ces procès liés à une pratique, sans doute courante, de sortie illégale de métal précieux débouchant sur une pratique, non moins courante, d’une véritable contrebande d’argent-métal. Revers de la médaille : ces sources déterminent par trop l’approche mise en œuvre, au risque peut-être d’offrir un regard quelque peu déformé de la réalité quotidienne de la Casa de Moneda de Mexico. Bien plus, ce qu’elles livrent à l’historien ce sont des fragments de vie : tant celle des travailleurs impliqués à un moment donné dans ces procès que celle de l’institution elle-même dont la vie de tous les jours ne se limite pas à la lutte contre la fraude et les fraudeurs. Ce caractère fragmentaire rend de ce fait difficile une reconstitution d’ensemble d’un service bien particulier au sein de l’administration coloniale.

3Le livre de Felipe Castro n’en donne pas moins à voir ce que fut le quotidien de la Casa de Moneda de Mexico pour le 18ème siècle. Or, c’est au cours de cette période que l’administration royale reprit le contrôle d’une institution qui, entre sa création en 1535 et sa refondation en 1732, était progressivement passée, pour cause de vénalité des offices, entre des mains privées. Après avoir rappelé, dans un premier chapitre fort utile qui met ainsi l’objet étudié en perspective, les conditions de la fondation et les finalités précises d’une telle institution – la fabrication des pièces de monnaies circulant dans la vice royauté et devant y animer sa vie économique et dont l’on sait que la rareté a été l’un des problèmes majeurs rencontrés par les acteurs économiques – le reste de l’ouvrage s’attache à reconstituer les grands moments de son histoire au cours du dernier siècle de l’histoire coloniale, c’est-à-dire aussi avant que, à l’extrême fin de la période, ne se multiplient ces hôtels des monnaies sur les divers centres miniers de Nouvelle Espagne.

4Le chapitre deux offre ainsi un tableau des divers services qui composent une Casa de Moneda coloniale. Il reconstitue d’abord sa composition professionnelle qui se partage entre offices dits « supérieurs » - une petite dizaine – et offices « mineurs », distinguant « operarios » et « acuñadores ». Le nombre de ces derniers n’était pas fixe : il oscillait selon les besoins et surtout le bon vouloir des officiers supérieurs chargés de veiller aux diverses étapes de la fabrication des monnaies. Mais il semble que le nombre des operarios (ou fondeurs) ne dépassait pas la dizaine pour mener à bien une « opération de fonte » et pouvait souvent descendre à moins de cinq. Parmi eux, il pouvait y avoir des esclaves même si la législation précisait le contraire… Au total, le nombre des travailleurs de l’institution était d’une centaine au début du 18ème siècle.

5Au début du 18ème, on assiste à une refondation de la Casa de Moneda via la réintégration des divers offices dans le cadre de l’administration directe. Cette imposition de la Nueva Planta, autrement dit des nouvelles règles, fait l’objet du chapitre trois. On sort ici de ce qui est le propos annoncé de l’ouvrage pour offrir une analyse des résistances des titulaires des offices supérieurs devant ce qu’ils perçoivent comme une spoliation. Cette opération se traduit par le déclenchement d’une inspection, procédure très classique déjà largement étudiée dans le monde des finances du 18ème siècle. Plus originale dans l’approche, cette « pesquiza » s’accompagne de l’introduction de nouvelles techniques de production qui s’étend en fait tout au long du siècle. A vrai dire, c’est même à compter des années 1770 que ces innovations sont introduites dans la Casa de Moneda, c’est-à-dire près d’un demi-siècle après la refondation des années 1728-1732. Mais il est probable que c’est cette reprise en main par l’administration royale qui rendit possible ces innovations ultérieures.

6Les deux derniers chapitres du livre reviennent à ce qui constitue le cœur du projet de Felipe Castro, à savoir une histoire des travailleurs de la Casa de Moneda. Le premier des deux aborde la question sous l’angle des « métiers » nécessaires à la fabrication de la monnaie. Avant la « Nueva Planta », le travail qui s’y exécutait relevait de ce que l’auteur qualifie d’« obraje ». L’essentiel s’y faisait à la force d’une main-d’œuvre soumise et faiblement spécialisée puisque le travail se distribuait en une dizaine de spécialités. Avec la Nueva Planta, l’introduction de nouvelles technologies signifie celle d’une plus grande complexité professionnelle allant de pair avec une véritable spécialisation des divers travailleurs. Celle-ci se traduit par une importante diversification des compétences qui, au milieu du siècle, ressortissent d’une cinquantaine de « métiers », c’est-à-dire d’autant de savoir-faire. Revers de la médaille : chaque fraction de travail, en se spécialisant, devient plus répétitive et ennuyeuse pour les travailleurs, causant une plus grande accidentalité parmi eux. Dans le même temps, cette évolution s’accompagne d’une inflation en termes de personnel, celui-ci passant d’une centaine à plus de 400 quand le voyageur allemand Humboldt la visite. Parmi eux, les 2/3 étaient des Espagnols, les travailleurs indiens ne représentant qu’un petit cinquième du total. C’est dire que ce travail gardait un réel prestige social que les Espagnols choisissaient de se réserver. Il faut dire que les salaires journaliers perçus étaient relativement attractifs, oscillant entre 4 et 10 pesos selon la qualification. Plus largement, ces travailleurs partageaient clairement un sentiment d’appartenance assez fort, fondé notamment sur la base de réseaux d’amitiés et d’entraides particulièrement développés. Leur institution constituait ainsi un véritable espace social, renforçant l’identité collective du groupe et contribuant à dépasser l’hétérogénéité des situations individuelles.

7Le dernier chapitre enfin aborde la question de la confrontation de ces hommes qui manipulaient à longueur de journée le « trésor des Amériques » et se laissaient régulièrement aller à des vols ou abus de toutes sortes. Les procès consultés révèlent l’ingéniosité de ces travailleurs pour contourner les contrôles de plus en plus sévères mis en place. Dans le même temps, les peines prononcées se trouvaient systématiquement être très en-deçà de ce que prévoyaient les ordonnances royales, à savoir la mort des coupables. De fait, la peine la plus fréquemment prononcée se limitait à une expulsion de l’institution pour un quart des cas étudiés. Une autre des peines appliquées n’était autre que la déportation vers les presidios, retenue dans 12% des cas.

8Malgré des sources fragmentaires et souvent hétérogènes, l’étude de Felipe Castro offre ainsi une vision de l’espace social que représentait la Casa de Moneda de Mexico tout au long du 18ème siècle. Ce faisant, il évite le principal écueil qui se dressait devant lui, à savoir traduire cette hétérogénéité documentaire dans une approche éclatée et anecdotique. Bien au contraire, c’est un véritable portrait de groupe qui nous est ici offert, d’autant plus précieux qu’il vient combler un réel vide historiographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Bertrand, « Felipe Castro Gutiérrez, Historia social de la Real Casa de Moneda de México, México, UNAM , 2012, 250 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 05 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65482 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.65482

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search