Navigation – Plan du site
Gilles Havard

A. Irving Hallowell, Contributions to Ojibwe Studies. Essays, 1934-1972, edited and with introductions by Jennifer S. H. Brown and Susan Elaine Gray, Lincoln, University of Nebraska Press, 2010.

[10/06/2013]

Texte intégral

1Dans les années 1930, l’anthropologue américain A. Irving Hallowell (1892-1974) effectue des enquêtes de terrain parmi les Indiens ojibwés de la région du lac Winnipeg (dans le Manitoba), notamment au sein de la communauté de Berens River. Son principal informateur est le chef William Berens, avec qui il noue une relation très forte – et très « rentable » d’un point de vue ethnographique : « Chief William Berens, my interpreter and mentor during the course of my inquiries, écrit Hallowell en 1936, proved to be such a spontaneous and reliable source of information in regard to all events and personalities during his lifetime…, that I felt impelled to record as much as I was able, of what he told me … owing above all to an exceedingly alert mind and fine memory, I consider the facts obtained from him to be as reliable as any such information can humanely be » (p. 382). Ce livre, Contributions to Ojibwe Studies, fait d’ailleurs suite à un volume centré sur William Berens, également édité par Jennifer S. H. Brown et Susan E. Gray : Memories, Myths, and Dreams of an Ojibwe Leader: William Berens, as told to A. Irving Hallowell (Mc Gill Queens University Press, 2009).

  • 1 L’anthropologue français Emmanuel Désveaux, à presque un demi-siècle de distance (autour de 1980), (...)
  • 2 Voir par exemple Philippe Descola, Par-delà nature et culture,  Paris, Gallimard, 2005; Frédéric B. (...)

2De la culture matérielle à la cosmologie, Hallowell, pendant plus d’une quarantaine d’années, a porté son attention sur maints aspects de la culture des Ojibwés septentrionaux1. Au cours de la première moitié du XXe siècle, il n’est pas le seul anthropologue américain à étudier des Indiens du Canada (pays où la professionnalisation de l’anthropologie a été plus tardive qu’aux États-Unis) : pensons à Franz Boas bien sûr, mais aussi à Ruth Landes (elle aussi spécialiste des Ojibwés), à Edward Sapir ou à Frank Speck. Hallowell qui, surtout au début de sa carrière, s’inscrit dans le courant de l’anthropologie psychologique, a surtout marqué les études amérindiennes par son exploration de l’ontologie ojibwée. C’est en précurseur, en effet, qu’il propose une vue emic (de « l’intérieur », basée sur les discours, savoirs et représentations des autochtones) de la culture ojibwée, et s’efforce de se détacher des catégorisations occidentales. Il montre ainsi que les animaux et autres éléments de la nature sont également des « personnes », c’est-à-dire des personnes « autres qu’humaines » – on le sait, cette dimension de la sociologie amérindienne, celle du dialogue et de la continuité (ou de la discontinuité) entre humains et non-humains, forme de nos jours un champ d’études florissant, comme l’attestent les travaux de Philippe Descola, d’Eduardo Viveiros de Castro (cf. ses réflexions sur le perspectivisme amazonien) et de bien d’autres2.

3Contributions to Ojibwe Studies rassemble 28 travaux d’Hallowell consacrés à ce groupe publiés entre 1934 et 1972 – seul manque à cette anthologie, pour des questions de droits, l’un des articles majeurs de l’auteur : « Ojibwa World View and Disease ». L’ouvrage est divisé en sept sections thématiques, chacune précédée d’une introduction des deux éditeurs. La première section (qui fait suite à un article de nature réflexive, « On Being an Anthropologist ») est surtout consacrée à des écrits sur la culture matérielle. La deuxième, plus sociologique, comprend un article sur le mariage et un autre sur la polygynie, quand la troisième est dévolue aux conceptions ojibwées de l’espace et du temps. Composée de six articles écrits entre 1936 et 1941, la quatrième section témoigne de l’approche psychologisante du travail d’Hallowell. Ce dernier est alors sous l’influence d’Edward Sapir, l’un des tenants du concept anthropologique baptisé « Culture et personnalité », qui pose que la personnalité des individus est le produit de la culture dans laquelle ils sont nés. Les articles qui composent cette section offrent une vision très sombre de la société ojibwée, qui serait marquée par le stress, l’anxiété et la conflictualité. Dans « Agression in Saulteux Society », par exemple (chap. 15), l’auteur dépeint une personnalité de base qui, sous le couvert d’un « self-control » de surface et d’une apparente harmonie avec l’environnement social, manifeste une agressivité permanente (commérages, sorcellerie). Les éditeurs, de façon judicieuse, précisent que le pessimisme de l’auteur a pu être influencé par sa vie personnelle : son jeune fils adopté présentait des troubles de comportement notoires – bien plus tard, en 1973, ce fils perturbé assassinera d’ailleurs sa mère adoptive, la première femme d’Hallowell, elle-même spécialiste en psychologie de l’enfance (cf. p. 206-207). La cinquième partie, où l’auteur explore la façon dont les Ojibwés conçoivent la maladie, comprend notamment deux articles sur les normes du comportement sexuel, sujet très peu abordé à cette époque par les anthropologues américanistes : « Sin, Sex and Sickness in Saulteaux Beliefs », publié en 1939 et « Psychosexual Adjustement, Personality, and the Good Life in a Nonliterate Culture », publié en 1949, c’est-à-dire un an après la parution du célèbre rapport Kinsey sur la sexualité des Américains. Enfin, les sections 6 et 7 comprennent les réflexions les plus influentes de l’auteur, consacrées à son élucidation du « soi » (« self ») et de la vision du monde (« world view ») chez les Ojibwés. A l’écoute de ses informateurs locaux, et notamment de William Berens, Hallowell forge progressivement la notion de « other-than-human persons », qu’il substitue à celle de « spiritual entities », pour identifier des êtres qui, comme les humains, sont dotés d’une intériorité et d’une sociabilité. Son article de 1960 « Ojibwa Ontology, Behavior and World View » (chap. 27) est aujourd’hui considéré comme un classique de l’anthropologie nord-américaine. Hallowell, en pionnier, s’est aussi fait ethnohistorien, du moins a-t-il fait usage de la méthode dite de l’« upstreaming ». En 1946, dans « Some Psychological Characteristics of the Northeastern Indians » (chap. 25), il combine ainsi ses recherches de terrain avec des écrits européens des xviie-xviiie siècles, par exemple avec la prose du jésuite Paul Le Jeune, dont les remarques trouvent un écho dans ses propres observations sur la « structure émotionnelle » (p. 494) des populations algonquiennes septentrionales.

4L’ouvrage, qui se termine par un glossaire des termes ojibwés utilisés par l’auteur, constitue donc à la fois une somme ethnologique passionnante sur les Ojibwés septentrionaux, particulièrement sur leur ontologie et leur cosmologie, mais aussi un témoignage précieux sur l’histoire de l’anthropologie nord-américaine des années 1930-1960, dont Hallowell fut un acteur majeur.

Haut de page

Notes

1 L’anthropologue français Emmanuel Désveaux, à presque un demi-siècle de distance (autour de 1980), a lui aussi récolté des matériaux ethnographiques parmi les Ojibwés septentrionaux, mais dans une autre communauté, un peu plus au nord, à Big Trout Lake : voir son livre, Sous le signe de l’ours. Mythes et temporalité chez les Ojibwa septentrionaux, Paris, Edition de la Maison des Sciences de l’Homme, 1988.

2 Voir par exemple Philippe Descola, Par-delà nature et culture,  Paris, Gallimard, 2005; Frédéric B. Laugrand et Jarich G. Oosten, dir., La nature des esprits dans les cosmologies autochtones, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2007 ; Eduardo Viveiros de Castro, Métaphysiques cannibales, Paris, PUF, 2009 ; Marc Lenaerts, « Ontologie animique, ethnosciences et universalisme cognitif. Le regard ashéninka », L’Homme, 2006/3, 179, p 113-139.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Havard, « A. Irving Hallowell, Contributions to Ojibwe Studies. Essays, 1934-1972, edited and with introductions by Jennifer S. H. Brown and Susan Elaine Gray, Lincoln, University of Nebraska Press, 2010. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65528

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page