Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
De la question sociale à la question politique en Amérique Latine – Coord. Ingrid Bejarano et Etienne Jezioro
Carolina Hernández Páramo

Les réseaux transnationaux de défense des droits de l'homme en Colombie : autour de la socialisation de l'Etat

[10/06/2013]

Résumés

Sous la théorie de la socialisation des Etats et des réseaux transnationaux de défense, l'article applique le modèle en spirale pour analyser le rôle joué par certains acteurs non étatiques qui font pression sur l'Etat dans un processus d'assimilation des droits de l'homme. L'intérêt est porté sur le rôle des ONG nationales et internationales et des organisations internationales dans la constitution d'un réseau de défense des droits humains en Colombie. Le cas colombien se révèle particulièrement intéressant du fait que, ayant un discours soucieux des droits de l'homme face à la communauté internationale, l'État a mis en place plusieurs programmes concernant les droits fondamentaux, a proclamé leur respect dans la Constitution et la loi et a signé et ratifié la plupart des instruments internationaux, tout en montrant des taux gravissimes de violations de ces droits.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Devin, Guillaume, La sociologie des relations internationales, Paris, La Découverte, 2002.
  • 2 Tendance à la prédominance des solutions juridiques dans des questions politiques et sociales.
  • 3 Smouts, Marie-Claude, « La coopération internationale: de la coexistence à la gouvernance mondiale  (...)

1L'activité normative internationale a connu un développement continu depuis le XIXème siècle et son intensification dès 1945 a entraîné une diversification de ses formes, de domaines d'application et d'acteurs participant à son élaboration: Etats, organisations internationales, organisations non gouvernementales (ONG), mouvements sociaux et acteurs privés1. Des Conventions de sauvegarde ont été adoptées sur le plan international et régional (en Europe, Afrique et aux Amériques) et les organismes chargés de les promouvoir et de les défendre se sont multipliés (la Cour européenne des droits de l'homme, la Commission et la Cour interaméricaine, la Cour pénale internationale, les organes conventionnels des Nations Unies, les institutions nationales et les organisations non gouvernementales): une juridicisation2 de la scène internationale3.

2Si ce constat n'est guère discutable, ses effets sur le comportement des acteurs sont moins certains car leur application partout et pour tous n'est pas tout à fait effective. Leur proclamation n'a pas limité la dégradation des conflits et les violations massives au Rwanda, ex-Yougoslavie et Colombie, pour ne mentionner que quelques cas. De plus, une multiplicité de textes internationaux ne sont pas encore ratifiés par tous les Etats ou, bien que ratifiés, ne sont pas respectés.

3La force des droits de l'homme (plus loin : DH) semble reposer sur un processus par lequel les normes sont élaborées, diffusées et incorporées dans et par un système politique. D'où l'intérêt d'étudier le rôle des acteurs qui participent au développement, à la revendication et à la protection de ces normes dans un effort de socialisation des États au régime international des DH.

4Nous aborderons dans cet article la théorie de la socialisation des Etats et des réseaux transnationaux de défense des DH en analysant une étude de cas: la Colombie. Le cas se révèle particulièrement intéressant du fait que ce pays, tenant un discours soucieux des DH face à la communauté internationale, a mis en place plusieurs programmes concernant les droits fondamentaux, proclamé leur respect dans la Constitution et la loi, et signé et ratifié la plupart des instruments internationaux, mais montre des taux gravissimes de violations de ces droits.

  • 4 Nous étudions les actions de deux ONG domestiques: la Commission colombienne des juristes (CCJ) et (...)
  • 5 Nous abordons les actions de deux ONG internationales: la Fédération internationale des ligues des (...)
  • 6 Nous analysons le travail de deux organisations internationales: l'Organisation des États Américain (...)
  • 7 Entretien avec Jimena Reyes, Directrice du bureau des Amériques de la Fidh, Paris.

5Dans ce contexte, l'analyse du rôle joué par des acteurs se mobilisant pour l'internationalisation de la situation et exerçant pression sur l'Etat dans un processus d'assimilation des normes se révèle nécessaire. Dans cet objectif, nous nous intéresserons spécifiquement au rôle des ONG nationales4 et internationales5 et des organisations internationales6 dans la constitution d'un réseau de défense des DH dans le pays. En bref, la question se pose sur le rôle de ces réseaux dans la socialisation de l'Etat colombien: un « pompier pyromane » en matière des DH7.

Le processus d'assimilation étatique aux normes internationales des droits de l'homme

  • 8 Katzenstein, Peter, « Introduction» . In, Peter Katzenstein (ed.), The Culture of National Security (...)
  • 9 Ronald Jepperson; Alexander Wendt; Peter Katzenstein, « Norms, Identity, and Culture in National Se (...)
  • 10 Finnemore, Martha; Sikkink, Kathryn, « International norm dynamics and political change », Internat (...)
  • 11 Daviaud, Sophie, L'enjeu des droits de l'homme dans le conflit colombien, France, Karthala, Science (...)
  • 12 A titre d'exemple les critères de Copenhague adoptés par le Conseil européen en 1993 établissent le (...)
  • 13 Simmons, Beth, Mobilizing for Human Rights: International Law in Domestic Politics, New York, Harva (...)

6Les normes, tels que définies par Katzenstein, constituent « des attentes collectives quant à un comportement adéquat d'acteurs dotés d'une identité propre »8. Au niveau international, elles trouvent leur expression dans le droit international public qui communique les accords globaux sur la manière dont la société des Etats doit marcher9. D'après l'approche constructiviste en relations internationales, la structure internationale est déterminée par la distribution des idées et, dans le même temps, les idées, expectatives et valeurs partagées du comportement approprié donnent au monde structure, ordre et stabilité10. Dans ce sens, les normes du droit international des DH, étant à la fois des valeurs morales et des constructions sociales11, peuvent réguler le comportement d'un acteur tout en étant partie constitutive de son identité et de ses intérêts12. Les traités internationaux ont ainsi le potentiel de changer l'ordre juridique national, les politiques publiques et, par ce biais, le comportement étatique13.

  • 14 Krasner, Stephen (ed.), International Regimes, Ithaca, Cornell University Press, 1983, p. 2.
  • 15 LEVY, Marc; Young, ORAN; Zurn, Michael, « The study of international regimes », European Journal of (...)
  • 16 Donnely identifie le système interaméricain en tant que régime international des DH. Donnely, Jack, (...)

7La diffusion de ces normes à l'échelle internationale suppose son application à travers la constitution d'un régime international: « un ensemble de principes, de normes, de règles et de procédures de décision, implicites ou explicites, autour desquels les attentes des acteurs convergent dans un domaine spécifique »14. Ces institutions sociales gouvernent les interactions entre les acteurs et donnent lieu aux pratiques reconnues dans la société internationale15. Nous nous intéresserons ici au régime international des DH en tant que normes qui établissent les paramètres de comportement des Etats au niveau régional16 et international.

  • 17 Risse, Thomas; Sikkink, Kathryn, « The socialization of international human rights norms into domes (...)

8La socialisation étatique constitue le processus par lequel les Etats assimilent et internalisent ces normes dans leurs pratiques domestiques. Joignant la conception abordée par Pierre Bourdieu, Risse et Sikkink définissent la socialisation comme le processus par lequel des principes deviennent des normes, dans le sens d'accords collectifs du comportement approprié, qui mènent aux changements d'identités, d'intérêts et de comportement17. Les auteurs utilisent un raisonnement par analogie individu/État, précisant que le système international serait constitué d'une société d'États. Cette conception doit néanmoins être complétée par une vision plus complexe de la communauté internationale, comprenant une multiplicité d'acteurs étatiques et non étatiques. L'identité politique d'un État se constitue, en effet, par rapport à et en interaction avec ces autres acteurs. Dans ce sens, le concept de socialisation aide à comprendre comment la communauté internationale transmet des normes et donne forme au comportement étatique.

  • 18 Parmi les acteurs qui y participent les auteurs identifient: ONG nationales et internationales, mou (...)

9L'un des éléments fondamentaux pour aborder ce processus est le rôle joué par les acteurs qui font pression sur les Etats pour qu'ils agissent en conformité avec les attentes collectives existantes sur leur comportement. Parmi ces agents de pression, Keck et Sikkink ont identifié des réseaux transnationaux de défense (advocacy seeking networks), des regroupements à caractère horizontal qui s'organisent pour promouvoir des causes et des idées fondées sur des principes et des normes18.

Le modèle en spirale : mise en réseau des acteurs non étatiques autour de la socialisation

  • 19 Pour mettre en évidence les progrès réalisés dans la reconnaissance des agents de pression non état (...)
  • 20 Keck, Margaret; Sikkink, Kathryn, Activists beyond borders: advocacy networks in international poli (...)

10Dans le processus de socialisation étatique aux DH, outre l'intérêt étatique d’embrasser une légitimité internationale, la pression externe d'une multiplicité d'acteurs en faveur de leur adoption est fondamentale19. Les réseaux transnationaux de défense constituent des instruments d'influence importants sur le comportement des Etats, notamment quand les individus n'ont pas d'outils efficaces pour dénoncer et revendiquer une situation au niveau domestique. Tel est le cas de l'effet boomerang: quand un gouvernement viole un droit ou refuse sa reconnaissance, les groupes sans accès au recours dans l'arène politique ou judiciaire domestique, cherchent des liens au niveau international afin d'exprimer leurs inquiétudes20. Quand les voies entre l'Etat et les acteurs domestiques sont bloquées, les ONG nationales contournent l'Etat et cherchent des alliés extérieurs comme des ONG et organisations internationales, autres Etats et l'opinion publique, afin de faire pression depuis l'extérieur, par le biais de recommandations ou sanctions économiques.

  • 21 Risse Thomas; Ropp Stephen; Sikkink Kathryn, The power of human rights, op. cit.

11Ce modèle peut s'intégrer dans une conceptualisation plus dynamique sur les effets des réseaux dans la politique domestique: le modèle en spirale. Développé par Risse, Ropp et Sikkink21, il consiste en plusieurs coups de boomerang qui se développent en cinq étapes: 1) l'activation: l'opposition locale fait appel à la communauté internationale pour dénoncer la situation, activant le réseau et introduisant le cas dans l'agenda international; 2) la négation: l'Etat refuse d'accepter la validité des normes internationales et s'oppose à ce que les pratiques internes deviennent de l'intérêt de la communauté internationale; 3) des concessions tactiques: l’Etat fait des changements stratégiques pour mitiger les critiques, récupérer l'aide extérieure, réduire l'isolement international et renforcer son pouvoir vis-à-vis de l'opposition domestique; 4) le statut prescriptif des normes: l'Etat fait référence aux normes pour décrire son comportement et celui des autres; et 5) le comportement conforme aux normes: les normes sont internalisés.

12Quatre lignes d'actions peuvent être identifiées dans cette dynamique: 1) une politique de l’information qui consiste à récolter et diffuser l'information; 2) une politique symbolique visant à faire comprendre la situation; 3) une politique de soutien et pression qui appelle des acteurs puissants à exercer une pression directe quand les membres du réseau se voient limités pour le faire; et 4) une politique d' « accountability » qui cherche à ce que les dirigeants étatiques agissent de façon cohérente avec des principes qu'ils ont soutenu. Nous nous intéresserons à ce modèle pour analyser le rôle joué par des acteurs non étatiques qui participent à la socialisation de l'Etat colombien.

La situation en Colombie : un État soucieux des droits de l’homme (?)

  • 22 Pour Tickner, la communauté internationale voit la Colombie comme un Etat « faible » ou « failli » (...)

13Victime depuis plus d'un demi-siècle d'un conflit armé complexe ayant comme principaux acteurs les forces de sécurité, groupes paramilitaires et guérillas, la Colombie reste le théâtre d'effroyables violations des DH et du droit international humanitaire (DIH) pour lesquelles l'impunité perdure. La prolongation et la dégradation de la situation, dans l'une des « démocraties » les plus anciennes de la région, se révèle évidente en raison du trafic de drogue, de la corruption, de l’impunité, du manque de croissance économique soutenable et certainement de la violation des DH, parmi d'autres facteurs qui ont mené au passage vers une démocratie instable22.

  • 23 Amnesty International, Déjenos en Paz!, Madrid, Editorial Amnistía Internacional, 2008, p. 10.
  • 24 « Colombia: kidnap capital of the world », BBC News, 2001-06-27; Fundación País Libre, Estadísticas (...)
  • 25 Amnesty International, Colombia: Hechos más destacados entre enero y diciembre de 2009, Londres, AI (...)
  • 26 Hudson Andrew, Baseless Prosecutions of Human Rights Defenders in Colombia In the Dock and Under th (...)

14Au fil des vingt dernières années, plus de 70.000 morts –la plupart civils- dus aux hostilités, l'une des plus grandes crises de déplacement dans le monde avec environ 3 millions de déplacés dans le pays et entre 15.000 et 30.000 disparitions forcées23. Nommée capitale mondiale de l'enlèvement avec plus de 20.000 les quinze dernières années24, la Colombie représente 60% des attaques à l'encontre des syndicalistes dans le monde, avec un taux d'impunité de 96%25. Elle a été déclarée par Human Rights First comme « un des pays les plus dangereux pour les défenseurs »26.

  • 27 CIDH, Troisième rapport sur la situation des droits de l'homme en Colombie, doc. OEA/Ser.L/V/II.102 (...)
  • 28 CCJ, Violaciones de derechos humanos y violencia sociopolítica en Colombia: Derecho a la vida, Bogo (...)

15Un panorama auquel il convient d'ajouter la responsabilité des agents de l'Etat27. Les chiffres concernant les violations au droit à la vie (exécutions extrajudiciaires, disparitions forcées et homicides politiques), commis entre 1996 et 2008 et imputables à l'Etat ont montré une augmentation progressive de 26,25% en 1996 à 43.22% en 200828. La situation des DH s'y révèle donc gravissime.

  • 29 Le Plan pluriannuel d'investissement a planifié une allocation de 222.187.775 millions de pesos pou (...)
  • 30 Douze instruments onusiens et six dans le cadre du système interaméricain de protection des DH.

16Plusieurs programmes ont pourtant été mis en place au niveau national. Même avec un très faible investissement en matière de « déplacement, DH et réconciliation » par rapport à la « consolidation de la politique de sécurité » axée sur la défense29, la Colombie a fait un compromis important sur le plan international et régional. L'Etat a signé et ratifié la validité d'une multiplicité d'instruments des DH le liant juridiquement30.

Le rôle des ONG (inter)nationales : signal d’alarme vers la communauté internationale

  • 31 Le Pape, Simeant, et Vidal définissent les ONG en tant qu’« acteurs de terrain et producteurs de ré (...)

17Les ONG31 n'ont été mobilisés que de manière tardive dans le pays par rapport à d'autres en Amérique Latine. Ce n'est qu'à partir des années 1980, avec l'établissement d'une mission d'Amnesty international en Colombie que les acteurs non étatiques internes commencent à utiliser la scène internationale pour faire connaître la situation.

18Les ONG domestiques ont développé, entre autres, des activités d'enquête et d'alerte sur la situation colombienne. Elles ont mis en place une politique d’information solide à travers la publication de rapports et de communiqués de presse sur des violations concrètes des DH dans différentes régions. L'objectif: que l'opinion publique et les acteurs internationaux connaissent les irrégularités du pays. Elles ont notamment dénoncé des faits concernant des pratiques irrégulières de la part des forces de sécurité, leurs liens avec les paramilitaires, des exécutions extrajudiciaires, le manque d'efficacité du système judiciaire et les défauts du processus de démobilisation des paramilitaires.

  • 32 Ainsi l'a constaté un représentant de la CCJ selon qui cette ONG « a effectué un excellent travail (...)
  • 33 Le Cajar, la Fidh et d'autres ONG ont envoyé un communiqué à la CPI alléguant que le texte de loi d (...)
  • 34 Le Cajar et d'autres ONG ont soutenu l'action du Mouvement des Victimes d'envoyer une lettre au dir (...)

19En donnant des « coups de boomerang », elles ont réussi à développer des réseaux avec des ONG internationales, qui utilisent leurs informations pour mieux connaître la situation et la diffuser, et des organisations internationales. Ces ONG ont été à la base de la représentation des victimes nécessaire à l'ouverture de tous les cas examinés par la Commission interaméricaine, ayant été objet de décisions de la Cour32 et, en collaboration avec des ONG internationales, ont fait appel à l'intervention de la CPI33 et du Haut Commissariat aux DH (plus loin : HCDH)34. Ce qui permet de souligner leur rôle dans la mise sur l'agenda international et la recherche d'alliés internationaux pour faire pression sur l'Etat, mettant en place une importante politique de soutien et pression.

  • 35 Pour mettre en avant les persécutions des défenseurs, les ONG ont dénoncé les espionnages réalisés (...)
  • 36 CCJ, Colombia: En contravía de las recomendaciones internacionales sobre derechos humanos. Balance (...)
  • 37 CAJAR, Communiqué de presse, « Se incrementan amenazas contra organizaciones en coincidencia con se (...)

20Néanmoins, victimes d'une véritable chasse aux sorcières, les ONG ont subi des intimidations allant des écoutes téléphoniques à l’attentat, en passant par des campagnes de discrédit relayées au plus haut niveau de l'État35. En 2003, l'ex-président Uribe a fait référence à ceux qui critiquent le gouvernement comme des « porte-paroles du terrorisme »36. Pour le Cajar et 23 autres ONG, ces injures ont été dirigées à ceux qui dénoncent de façon ouverte « l’impunité qui se cache derrière le processus de négociation avec les groupes paramilitaires et qui ont demandé des enquêtes sur la responsabilité des politiciens, fonctionnaires publiques et corporations économiques dans les commissions des crimes contre l'humanité »37.

  • 38 Leur indignation à propos de la situation des défenseurs s'est accrue en 2004 quand l'ex président (...)

21Pour leur part, les ONG internationales (IONG) ont mis l'accent sur une politique de sensibilisation et d'information solide à travers la publication de rapports, communiqués de presse, pétitions, lettres ouvertes et conférences, en développant un travail hybride à celui des ONG domestiques. Elles ont ainsi consolidé la politique d'information développée par ces ONG en la complétant avec leurs propres recherches. Leur ligne de pression vers l'Etat colombien s'est donc dirigée dans la même direction: l'action des forces de sécurité en connivence avec les paramilitaires, l'impunité, la continuité des crimes paramilitaires malgré leur « démobilisation », les défauts de la loi de « Justice et Paix » qui ne respecte pas les normes internationales de vérité, de justice et de réparation, et la dangerosité acquise dans le travail des défenseurs des DH38. Le fait qu'elles aient toutes deux coïncidé année après année sur les mêmes inquiétudes donne de l'importance à la pression exercée.

  • 39 La Fidh a joué un rôle fondamental dans la transmission au procureur de la CPI de communications l' (...)

22En effet, plusieurs acteurs internationaux dont les Nations Unis (ONU), les tribunaux internationaux et d'autres Etats –comme les Etats-Unis et les membres de l'Union Européenne- se sont servis, à plusieurs reprises, des rapports des IONG pour diagnostiquer la situation et décider, par exemple, de juger ou de certifier le pays. Cela met en relief le développement d'une politique de soutien et pression qui appelle des acteurs puissants pour qu'ils fassent pression. « On cherche à publier des rapports et des communiqués de presse pour faire directement pression sur le gouvernement et, au travers du lobbying sur l'ONU, l'UE, l'OEA et la CPI »39, a affirmé à ce sujet la responsable du bureau des Amériques de la Fédération internationale des ligues des DH (Fidh).

23Des difficultés ont été néanmoins mises en évidence dans leur coordination. Les ONG ont les mêmes objectifs et inquiétudes, et participent aux mêmes réunions, où l'information est partagée pour réaliser des activités coordonnées et constituer une pression plus forte, mais travaillent parallèlement. Comme l'indique la Fidh, les ONG analysées appartiennent au « Bureau international pour les DH Action Colombie », un réseau de 42 organisations, cependant « elles ne travaillent pas comme une grande ONG; dommage mais trop difficile face à une volonté d'avoir le rôle principal ».

Le rôle des organisations internationales: la socialisation par la justice et la mise sous examen

  • 40 La Commission a effectué de multiples visites en Colombie et des rapporteurs spéciaux chargés d'enq (...)
  • 41 La Colombie est Etat partie de la Convention Américaine depuis 1973 et en 1985 elle a reconnu la co (...)
  • 42 HCDH, Rapports sur la situation des droits de l'homme en Colombie, 2001-2009, docs: E/CN.4/2001/15, (...)

24La situation des DH en Colombie a longtemps souffert d'une visibilité précaire sur la scène internationale. C’est seulement en 1980 qu'une mission de la Commission interaméricaine des DH de l'Organisation des États Américains (OEA) s'y est instaurée pour mener des enquêtes. Par la suite, le rôle des organisations internationales, notamment de l'OEA (dont la Commission40 et la Cour interaméricaine41) et de l'ONU (dont le HCDH42 et le Conseil des DH) est devenu fondamental.

25Le système interaméricain a énormément contribué à la protection des DH dans l'hémisphère et son action s'est intensifiée au fil des ans. Six ans se sont passés après la première décision de la Cour condamnant l'Etat colombien en 1995, avant qu'elle ne se prononce à nouveau. Puis, seulement trois avant sa condamnation suivante en 2004, pour finalement proférer une décision par an. S'agissant d'un système d'administration de justice, l'axe des décisions de la Cour s'est centré sur la recherche de la juridicisation des responsables et dans des mesures de réparation des victimes. Selon un avocat de la Cour « sa jurisprudence a été évidement indispensable pour répondre à la situation, notamment en termes de justice et réparation ». En effet, depuis 2005, sa préoccupation pour le développement des enquêtes respectant les garanties judiciaires et la mise en place de programmes d'éducation pour les agents des forces armées en matière des DH et DIH, s'est accentuée.

  • 43 ODIMBA, Jean Cadet, « Logros alcanzados y ajustes pendientes en la Corte Interamericana de Derechos (...)

26La Commission et la Cour ont été l'objet d'une politique de soutien et de pression de la part des ONG, qui ont posé des plaintes en représentation des victimes, et ont réussi à faire pression pour un comportement conscient avec les normes de la part de l'Etat. Néanmoins, l'État n'a toujours pas mis en place les mesures ordonnées par la Cour. Faute de mesures contraignantes, elle montre des difficultés dans la supervision, comme souligné dans de nombreuses résolutions43. Ces résultats constatent les difficultés inhérentes à l'Etat colombien à surpasser l'étape de statut prescriptif des normes et avoir un comportement conscient.

  • 44 Tirado Mejía, Álvaro, « Avances, fortalezas y desafíos del sistema interamericano de derechos human (...)

27Malgré cela, la Commission et la Cour ont mené une importante politique d'accountability, cherchant à ce que l'Etat agisse de façon cohérente avec les normes et les compromis acquis. Le système interaméricain agit en tant que mécanisme de contrôle sur l'observation de la normativité régionale, jouant un rôle définitif en tant qu'agent de pression pour la socialisation de l'Etat par la justice. Le bilan semble donc optimiste. Selon Tirado le système interaméricain est la plus grande satisfaction de l’OEA depuis sa création44.

  • 45 Garibay, David; Guerrero Bernal, Juan Carlos, « La « communauté internationale » face au conflit ar (...)
  • 46 HCDH, op. cit., 2008.
  • 47 La Colombie a été visité par: les rapporteur spéciaux sur le droit à l'éducation; sur les formes co (...)

28Pour ce qui est du rôle de l'ONU en Colombie, les appels pour qu'elle intervienne ont rencontré l'opposition du gouvernement45.Néanmoins, sa présence s'est matérialisée en matière de DH par l’envoi du HCDH46, depuis 1997 et par le travail du Conseil des DH. Le pays compte 23 bureaux, parmi lesquels des agences, des fonds et aux programmes et il existe une invitation ouverte aux organes et aux procédures spéciales47.

29Le HCDH fait un travail d'observation, d’assistance et de promotion en interlocution avec les autorités étatiques, l'Eglise, les ONG et la société civile. Il offre une coopération technique, reçoit des plaintes, informe sur le respect des DH et le DIH en effectuant des activités avec les différents secteurs, et publie des recommandations dirigées à l'Etat, aux ONG, aux groupes armés illégaux et à la communauté internationale. En 2007 seulement, le HCDH a reçu plus de 1.871 plaintes et donné suite à 1.562, effectué plus de 234 missions d'observation, publié 42 communiqués de presse et 11 rapports.

  • 48 HCDH, op. cit., 2008.

30Ses recommandations peuvent s'interpréter comme une preuve de l'intérêt profond de l'ONU dans le pays. « Leur formulation implique aussi l'ouverture de possibilités et d’opportunités pour que l'Etat colombien entreprenne l'adoption de mesures qui lui permette de résoudre les problèmes, en surpassant les écueils et en rendant moins difficile leur conjoncture. Leur mise en œuvre intégrale, prompte et prévenante des recommandations internationales permet aux Etats de démontrer l'attitude sérieuse assumée dans la réalisation de leur tâches de projecteurs et garants des DH », a affirmé le HCDH48.

  • 49 Ibid, 2003.
  • 50 Ibid, 2003-2009.
  • 51 Ibid, 2002, 2003 et 2007.
  • 52 Ibid, 2001 et 2005.

31Ces rapports ont exprimé sa préoccupation en signalant que « l'Etat n’a pas enregistré de progrès significatifs dans l'observation des recommandations liées au renforcement de l'état de droit »49. Dans le même sens que les ONG nationales et internationales, les rapports du HCDH ont critiqué, entre autres, le processus de démobilisation des paramilitaires en raison du non accomplissement des principes de vérité, justice et réparation proclamées par le droit international, l'existence de liens avec les paramilitaires et la situation des défenseurs50. En ce qui concerne la normativité, il a recommandé à l'Etat de s'abstenir de dicter des législations contraires aux instruments internationaux, d'incorporer l'étude des DH et du DIH aux formations de la force publique, de chercher à introduire de nouvelles normes liant l'Etat, et de ratifier d'autres instruments comme la Convention interaméricaine contre les disparitions forcées51. D'autre part, il a recommandé d'élaborer un Plan d'action et un Plan d'éducation pour les DH et un système statistique national, affirmant que la systématisation précaire montre le manque de volonté pour élucider les faits52. Ces recommandations peuvent être interprétées comme un moyen cherchant un comportement en concordance avec les normes.

  • 53 Ibid, 2007.

32Le HCDH a fréquemment souligné le rôle de la communauté internationale dans la mise en place des recommandations, en partenariat avec les autorités nationales et la société civile. Ainsi, il a invité le G24 à maintenir un soutien politique, une coopération technique et une assistance financière pour que l'Etat, les ONG et le HCDH puissent contribuer à la mise en œuvre des recommandations53. Une vraie politique de soutien faisant appel à des acteurs puissants pour qu'ils exercent pression.

  • 54 Ibid.

33Nonobstant, le HCDH a dû insister sur la plupart de ses recommandations, mettant en évidence que l'Etat ne répond pas toujours aux inquiétudes des agents de pression. Il a souligné, cependant, avoir identifié un plus grand compromis chez les autorités. Le gouvernement, pour sa part, a acquis le compromis de respecter ces recommandations et a renouvelé son compromis en reconnaissant qu'il reste des obstacles à surpasser, requérant des mesures coordonnées de la part de tous les secteurs54. Cela marque l'effectivité des recommandations du HCDH en tant que méthode de pression sur l'Etat, qui a reconnu leur légitimité et s'est engagé à les suivre.

  • 55 Decaux, Emmanuel; Bossuyt, Marc, « De la Commission au Conseil des droits de l’homme, un nom pour u (...)

34Le rôle du Conseil des DH, quant à lui, commence seulement à porter ses fruits. Mis en place en 2006, il a pour mission de promouvoir le respect des DH et d'examiner leurs violations. Le nouveau concept « d'engagement volontaire », devant être exprimé par les États présentant leur candidature à l'élection au Conseil, a été consacré lors de la réforme. L'acceptation de cette nouvelle disposition constitue en elle-même un progrès55. La Colombie, non candidate depuis sa création, n'a pas dû présenter ses engagements. Un pas qui constituerait un point définitif dans la phase du statut prescriptif des normes, s'agissant d'une pratique discursive ouvrant la possibilité à différents acteurs d'exiger l'accomplissement des promesses formulées par l’Etat à travers une politique d'accountability.

35D'autre part, la nouvelle possibilité d'exclure les États « défaillants », permettant à la majorité des deux-tiers des membres de suspendre le droit de siéger d'un Etat ayant commis des violations systématiques des DH, semble très limitée dans les faits. Elle a néanmoins le mérite d'exister et constitue non seulement un progrès pour le Conseil par rapport à la Commission, mais aussi et surtout un outil de pression sur les Etats répressifs.

  • 56 « Situación de Derechos Humanos en Colombia fue debatida por Consejo de DH de la ONU », El Tiempo, (...)
  • 57 ONU, Rapport nationale présenté au Conseil des droits de l'homme, doc. A/HRC/WG.6/3/COL/1, 19/09/20 (...)

36Finalement, l'Examen périodique universel (Epu) est une procédure unique permettant d'examiner la situation des DH dans chacun des pays membres de l'ONU, une fois tous les quatre ans. Cette mise sous examen donne aux Etats l'occasion de rendre compte des actions qu'ils entreprennent pour améliorer la situation des DH. Le 10 décembre 2008, à l'occasion du 60ème anniversaire de la DUDH, l'examen a été dédiée à la Colombie. Qualifiant la situation des DH comme « honteuse », l'ex-vice et actuel président colombien a souligné les efforts du gouvernement dans la matière et a demandé pardon aux victimes56. « La Colombie a effectué de grands efforts pour accomplir ses obligations en matière de DH et pour identifier la responsabilité des institutions et des fonctionnaires avec la garantie et la protection de ces droits » a-t-il affirmé. Selon l'Etat, « la Colombie est un pays ouvert au scrutin international et engagé avec les organes de l'ONU et du système interaméricain des DH »57.

37A cette occasion, une multiplicité d'ONG organisées en plateformes ont présenté plus de vingt rapports au HCDH et un rapport au Conseil. Leur vision a été très distante de celle du gouvernement. Pour la représentante devant l'ONU de la CCJ, « cette occasion a été l'exemple parfait des contradictions entre le discours du gouvernement, apparemment soucieux des DH, et une réalité qui montre tout le contraire ».

  • 58 L'État s'est engagé à instaurer des mécanismes de contrôle des DH; répondre aux recommandations du (...)

38Plus de quarante pays ont participé activement à cet examen. Le Mexique a recommandé l'envoi de trois rapporteurs spéciaux pour aborder la situation des défenseurs, les exécutions extrajudiciaires et l'indépendance du système judiciaire, et demandé d'envoyer un groupe de travail pour analyser les détentions arbitraires. Le Chili a exigé d'éviter que les responsables de violations « soient avantagés par des lois d'amnistie ». L'Espagne a demandé de résoudre « les vides de la Loi de Justice et Paix ». Le Brésil a questionné les mesures prises pour lutter contre l'impunité dans les violations commises par des agents de l'Etat. Finalement, la Suisse a soutenu que « la politique de sécurité doit aller de pair avec le respect des DH ». Autant d’interventions qui mettent en évidence la préoccupation de la communauté internationale autour du thème et l'importance de l'Epu comme outil de pression, d'autant plus qu'il a été l'occasion pour que l’Etat prenne des engagements58.

Conclusion

39Plusieurs programmes concernant les DH ont été mis en place par l'Etat colombien qui a proclamé leur respect de la Constitution et de la loi, signé et ratifié la plupart des instruments internationaux et opté un discours « droit de l'hommiste ». Une position qui pourrait nous mener à le situer dans la phase du statut prescriptif des normes du modèle en spirale. Toutefois, les chiffres concernant ces violations montrent que les exécutions extrajudiciaires, disparitions forcées, assassinats et enlèvements font partie du paysage national. Le gouvernement, qui clame la démobilisation des structures paramilitaires et dit initier la persécution des ses agents impliqués dans des exécutions extrajudiciaires -alors dans une phase de concessions tactiques-, n'a pas véritablement réussi à protéger ni à promouvoir les DH. Il a, par contre, mis en place une politique de dé-légitimation de l'opposition. Une situation qui s'aggrave avec la constante persécution, entre autres, des ONG de défense des DH, journalistes, syndicalistes et mouvements sociaux. Ce qui le place alors plutôt dans la phase de négation.

40Nous ne pouvons néanmoins négliger certains progrès. Pour n'en mentionner que quelques uns : le développement d'un plan d'action et d'un plan d'éducation en la matière -impulsés par le HCDH et la Cour interaméricaine- ou les compromis acquis au sein du Conseil des DH lors de l'Epu indiquent une évolution de son comportement.

41A ce stade, il semble difficile d'établir si ce comportement prouve un véritable état de conformité ou d'identité avec ces normes ou s'il s'agit d'une adaptation instrumentale à la pression croissante dans le but de garder un soutien économique et politique international et renforcer sa légitimité interne. L'investissement peu significatif dans les programmes liés aux DH par rapport au budget national, la dégradation du conflit et les taux ascendants des violations des DH, nous permettent d'affirmer que le comportement étatique se situe plutôt dans une phase de concessions stratégiques dans laquelle il cherche à mitiger les critiques de la communauté internationale.

42Ne pouvant situer son comportement de façon univoque dans aucune de ces phases, nous pouvons constater la difficulté de l'application du modèle au cas colombien, s'appliquant plus précisément aux gouvernements dictatoriaux. De plus, sous le concept classique de la responsabilité internationale, le modèle garde une vision stato-centriste où le comportement étatique constitue la seule cible de pression. L'État n'est pourtant pas le seul concerné : les acteurs armés illégaux (guérillas, groupes paramilitaires et bandes criminelles) sont responsables de la plupart des violations des DH en Colombie. Le modèle nous permet tout de même de mieux comprendre le rôle joué par les agents de pression et d'affirmer que la force des DH n'existe pas en elle-même, mais repose sur tout un processus d'élaboration, de diffusion et d’incorporation des normes dans et par un système politique.

43En Colombie, l'organisation d'une véritable dynamique de réseaux est encore à mi-chemin et toujours loin de la socialisation étatiques aux DH. Toutefois, à ce stade, l'effet le plus important a été le renfort de la mobilisation nationale et internationale en la matière, qui a consolidé la situation dans l'agenda international. De plus, l’attention croissante internationale a permis, malgré la répression, la consolidation d'une mobilisation locale, l'instauration d'une politique d’information solide et une mise en réseau avec les acteurs internationaux en étendant leurs revendications à l'arène internationale. Grâce à ces efforts, l'Etat a commencé à faire des concessions et à insérer les DH dans son discours, ouvrant la possibilité de mettre en place des politiques d'accountability. Ce discours apparemment soucieux des DH a constitué le point central d'appui de la critique de l'opposition et a ouvert le débat à de multiples acteurs sur la politique colombienne dans des forums domestiques et internationaux.

44Nous devons applaudir, de ce fait, les efforts réalisés par une multiplicité d'acteurs non étatiques qui ont participé à la socialisation de l'Etat, multipliant leurs efforts pour qu'il agisse en conformité avec les attentes collectives et enfin respecte les normes des DH. Il ne faut par ailleurs pas négliger le rôle d'autres agents de pression sur lesquels la recherche doit être approfondie (des acteurs étatiques certes mais aussi les médias, l'Eglise et les corporations économiques). La mise en réseau de tous ces acteurs a été et sera déterminante dans la reforme de la situation des DH en Colombie, en Amérique Latine et dans le monde.

Haut de page

Bibliographie

Charillon, Frédéric, Politique Etrangère. Nouveaux regards, Paris, Presse de Science Po., 2002.

Daviaud, Sophie, L'enjeu des droits de l'homme dans le conflit colombien, France, Karthala, Science Po Aix, 2010.

Decaux, Emmanuel; Bossuyt, Marc, « De la Commission au Conseil des droits de l’homme, un nom pour un autre? », Revue des Droits Fondamentaux, janvier-décembre, (No. 5), 2005, p. 599-616.

Devin, Guillaume, La sociologie des relations internationales, Paris: La Découverte, 2002.

Donnely, Jack, Universal Human Rights in Theory and Practice, New York, Cornell University Press, 2003.

Finnemore, Martha; Sikkink, Kathryn, « International norm dynamics and political change », International organization, Autumn, Vol. 52, (No. 4), 1998, p. 887-917.

Garibay, David; Guerrero Bernal, Juan Carlos, « La communauté internationale face au conflit armé en Colombie ». In Andrés Alarcón, Les régions comme acteurs de la coopération entre l'Union européenne et la Communauté Andine de Nations, Genève: Institut européen de l’Université de Genève, juin 2005.

Katzenstein, Peter, The Culture of National Security: Norms and Identity in World Politics, New York, Columbia University Press, 1996.

Keck, Margaret; Sikkink, Kathryn, Activists beyond borders: advocacy networks in international politics, London, Cornell University Press, 1998.

Krasner, Stephen (ed.), International Regimes, Ithaca, Cornell University Press, 1983.

Le Pape, Marc; Simeant, Johanna; Vidal, Claudine (dir.), Crises Extrêmes. Face aux massacres, aux guerres civiles et aux génocides, Paris, La Découverte.

Levy, Marc; Young, Oran; Zurn, Michael, « The study of international regimes », European Journal of international relations,1 (No.3), 1995, p. 267-330.

Odimba, Jean Cadet, « Logros alcanzados y ajustes pendientes en la Corte Interamericana de Derechos Humanos », Anuario mexicano de derecho internacional, México, Enero (No. 6), 2006, p. 703-727.

Risse, Thomas; Sikkink, Kathryn; Ropp, Stephen, The power of human rights, Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

Sikkink, Kathryn, « Human Rights, principle issue-networks and sovereignty in Latin America », International Organization, Vol. 47, (No. 3), summer 1993, p. 411-441.

Simmons, Beth, Mobilizing for Human Rights: International Law in Domestic Politics, New York, Harvard University, Cambridge University Press, 2009.

Smouts Marie-Claude (dir.), Les nouvelles relations internationales. Pratiques et théories, Paris: Presse de Sciences Po., 1998.

Tickner, Arlenne, « Tensiones y consecuencias indeseables de la política exterior estadounidense en Colombia », Colombia Internacional, Bogotá, (No. 49-50), 2000, CESO, Universidad de Los Andes, p. 39-61.

Tirado Mejía, Álvaro, « Avances, fortalezas y desafíos del sistema interamericano de derechos humanos », Estudios de Derecho, V. 59, (No.133-134), 2000, Medellín, p. 217-245.

Haut de page

Notes

1 Devin, Guillaume, La sociologie des relations internationales, Paris, La Découverte, 2002.

2 Tendance à la prédominance des solutions juridiques dans des questions politiques et sociales.

3 Smouts, Marie-Claude, « La coopération internationale: de la coexistence à la gouvernance mondiale ». In Marie-Claude Smouts (dir.), Les nouvelles relations internationales. Pratiques et théories, Paris, Presse de Sciences Po., 1998.

4 Nous étudions les actions de deux ONG domestiques: la Commission colombienne des juristes (CCJ) et le Collectif d'avocats José Alvear Restrepo (Cajar).

5 Nous abordons les actions de deux ONG internationales: la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (Fidh) et Amnesty international.

6 Nous analysons le travail de deux organisations internationales: l'Organisation des États Américains (dont la Commission et la Cour interaméricaine des droits de l'homme) et les Nations Unis (dont le Haut commissariat aux droits de l'homme et le Conseil des droits de l'homme)

7 Entretien avec Jimena Reyes, Directrice du bureau des Amériques de la Fidh, Paris.

8 Katzenstein, Peter, « Introduction» . In, Peter Katzenstein (ed.), The Culture of National Security: Norms and Identity in World Politics, New York, Columbia University Press, 1996, p.5.

9 Ronald Jepperson; Alexander Wendt; Peter Katzenstein, « Norms, Identity, and Culture in National Security», Peter Katzenstein (ed.), The Culture of National Security: Norms and Identity in World Politics, New York, Columbia University Press, 1996.

10 Finnemore, Martha; Sikkink, Kathryn, « International norm dynamics and political change », International organization, Autumn, Vol. 52, (No. 4), 1998, p. 887-917.

11 Daviaud, Sophie, L'enjeu des droits de l'homme dans le conflit colombien, France, Karthala, Science Po Aix, 2010, p. 12.

12 A titre d'exemple les critères de Copenhague adoptés par le Conseil européen en 1993 établissent les normes que doivent respecter les pays candidats à l'Union Européen et qui régissent le comportement de ses membres. Mcleod, Alex, « L’approche constructiviste de la politique étrangère », In Charillon, Frédéric, Politique Etrangère. Nouveaux regards, Paris, Presse de Science Po., 2002, p. 73.

13 Simmons, Beth, Mobilizing for Human Rights: International Law in Domestic Politics, New York, Harvard University, Cambridge University Press, 2009, p. 4.

14 Krasner, Stephen (ed.), International Regimes, Ithaca, Cornell University Press, 1983, p. 2.

15 LEVY, Marc; Young, ORAN; Zurn, Michael, « The study of international regimes », European Journal of international relations,1 (No.3), 1995, p. 267-330.

16 Donnely identifie le système interaméricain en tant que régime international des DH. Donnely, Jack, Universal Human Rights in Theory and Practice, New York, Cornell University Press, 2003, p. 143.

17 Risse, Thomas; Sikkink, Kathryn, « The socialization of international human rights norms into domestic practices: introduction », In Thomas Risse; Stephen Ropp; Kathryn Sikkink, The power of human rights, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 11.

18 Parmi les acteurs qui y participent les auteurs identifient: ONG nationales et internationales, mouvements sociaux, fondations privées, médias, églises, syndicats, organisations de consommation, intellectuels, dépendances des organisations intergouvernementales régionales ou internationales et des dépendances du pouvoir législatif et exécutif des gouvernements. Keck, Margaret; Sikkink, Kathryn, Activists beyond borders: advocacy networks in international politics, London, Cornell University Press, 1998.

19 Pour mettre en évidence les progrès réalisés dans la reconnaissance des agents de pression non étatiques -longtemps marginalisés par la recherche-, il convient de faire référence aux travaux de Sikkink, qui à introduit le modèle du « principled issue networks » et a ensuite affiné sa théorie dans l'analyse faite avec Keck sur les « advocacy seeking networks », Sikkink, Kathryn, « Human Rights, principle issue-networks and sovereignty in Latin America », International Organization, Vol. 47, (No. 3), summer 1993, p. 411-441.

20 Keck, Margaret; Sikkink, Kathryn, Activists beyond borders: advocacy networks in international politics, op. cit., p. 27.

21 Risse Thomas; Ropp Stephen; Sikkink Kathryn, The power of human rights, op. cit.

22 Pour Tickner, la communauté internationale voit la Colombie comme un Etat « faible » ou « failli » dans l'hémisphère occidental et une menace pour la stabilité subrégionale. Tickner, Arlenne, « Tensiones y consecuencias indeseables de la política exterior estadounidense en Colombia », Colombia Internacional, (No. 49-50), 2000, Universidad de Los Andes, Bogotá, p. 39-61.

23 Amnesty International, Déjenos en Paz!, Madrid, Editorial Amnistía Internacional, 2008, p. 10.

24 « Colombia: kidnap capital of the world », BBC News, 2001-06-27; Fundación País Libre, Estadísticas del secuestro a diciembre 2007, Bogota, Fundación País Libre, 2007.

25 Amnesty International, Colombia: Hechos más destacados entre enero y diciembre de 2009, Londres, AI Publications, 2009.

26 Hudson Andrew, Baseless Prosecutions of Human Rights Defenders in Colombia In the Dock and Under the Gun, New York, Human Rights First, 2009 ; Conseil des droits de l'homme, Report submitted by the Special Rapporteur on the situation of human rights defenders, Margaret Sekaggya, 4 mars, 2009, doc. A/HRC/10/12/Add.1.

27 CIDH, Troisième rapport sur la situation des droits de l'homme en Colombie, doc. OEA/Ser.L/V/II.102, doc.9 rev.1.

28 CCJ, Violaciones de derechos humanos y violencia sociopolítica en Colombia: Derecho a la vida, Bogota, CCJ, 2009.

29 Le Plan pluriannuel d'investissement a planifié une allocation de 222.187.775 millions de pesos pour la période 2007-2010 dont 8.896.894 millions pour le premier axe et seulement 3.330.786 millions pour le deuxième. Un chiffre qui n'inclut pas les 45.070.985 millions de pesos consacrés aux dépenses de fonctionnement du secteur de Sécurité et Défense. Presidencia de la República de Colombia, « Plan plurianual de inversiones », In Presidencia, Plan nacional de desarrollo, Colombia, 2007.

30 Douze instruments onusiens et six dans le cadre du système interaméricain de protection des DH.

31 Le Pape, Simeant, et Vidal définissent les ONG en tant qu’« acteurs de terrain et producteurs de récits, de versions des faits, d'interprétations », Le Pape, Marc; Simeant, Johanna; Vidal, Claudine (dir.), Crises Extrêmes. Face aux massacres, aux guerres civiles et aux génocides, Paris, La Découverte, 2006, p. 15.

32 Ainsi l'a constaté un représentant de la CCJ selon qui cette ONG « a effectué un excellent travail dans la représentation des victimes face au système interaméricain qui a un impact extrêmement utile par rapport à ce qui se passe dans le pays, et c'est là qu'on peut constater l'importance de la coordination entre le niveau local et l'international ».

33 Le Cajar, la Fidh et d'autres ONG ont envoyé un communiqué à la CPI alléguant que le texte de loi de « Justice et Paix » sur la démobilisation des paramilitaires « constitue une amnistie cachée ». Une intervention de la part de la CPI a été sollicitée pour initier des procédures pénales contre les paramilitaires pour des crimes contre l'humanité. CAJAR, Communiqué de presse, « Comunicación al fiscal de la corte penal internacional », Colombia, juillet 2005.

34 Le Cajar et d'autres ONG ont soutenu l'action du Mouvement des Victimes d'envoyer une lettre au directeur en Colombie du HCDH en évaluant l'attitude du gouvernement face aux victimes, à la lumière des recommandations formulées par l'organisme.

35 Pour mettre en avant les persécutions des défenseurs, les ONG ont dénoncé les espionnages réalisés par le service de renseignement (le Département administratif de sécurité DAS), l’assassinat des leaders des Communauté de Paix aux mains de l’armée et la persécution des syndicalistes. CAJAR, Communiqué de presse, « Libertad de Hernando Hernández y Carlos Correa comprueba burdos montajes del DAS contra dirigentes sociales y populares en Colombia », Bogota, novembre 2005.

36 CCJ, Colombia: En contravía de las recomendaciones internacionales sobre derechos humanos. Balance de la política de seguridad democrática, la situación de derechos humanos y DIH, Bogota: CCJ, 2004.

37 CAJAR, Communiqué de presse, « Se incrementan amenazas contra organizaciones en coincidencia con señalamientos del presidente Uribe », Bogota, février 2007.

38 Leur indignation à propos de la situation des défenseurs s'est accrue en 2004 quand l'ex président a affirmé: « faute d'avoir le courage de dénoncer Amnesty, nous avons permis qu'ils légitiment le terrorisme internationalement ». Amnesty International, Rapports annuels, Colombia: Hechos más destacados entre enero y diciembre, Londres, AI Publications, 2001-2009; Fidh, Colombia, la desmovilización paramilitar, en los caminos de la CPI, Paris, 2007.

39 La Fidh a joué un rôle fondamental dans la transmission au procureur de la CPI de communications l'informant sur la commission de crimes relevant de la compétence de la Cour et dans la bataille pour rendre publique les situations qui pourraient entrer en enquête préliminaire afin de « maximiser l'impact des actions de la Cour et d'accroître son effet dissuasif ». Fidh, CPI: les premières années de la Cour Pénale Internationale, Paris, Fidh, mars 2009. Le résultat a été la modification en 2007 de la politique de confidentialité du Bureau du procureur. Il a reconnu analyser les situations en Afghanistan, Géorgie, Côte d’Ivoire, Kenya et Colombie. CPI, Douzième séance d'information à l'intention du corps diplomatique organisée par la CPI, Document d'information, La Haye: CPI, 18 mars 2008.

40 La Commission a effectué de multiples visites en Colombie et des rapporteurs spéciaux chargés d'enquêter sur des sujets spécifiques ont visité le pays en 1981, 1993, 1999, 2004 et 2008. CIDH, Informe anual de la Comisión Interamericana de derechos humanos, 2008, Colombia, Washington, CIDH, 2008.

41 La Colombie est Etat partie de la Convention Américaine depuis 1973 et en 1985 elle a reconnu la compétence de la Cour. Jusqu'à 2001 la Cour s'était prononcé sur 30 cas, avait émis 16 opinions consultatives et plusieurs mesures provisoires. Depuis, le nombre de litiges contentieux a considérablement augmenté.

42 HCDH, Rapports sur la situation des droits de l'homme en Colombie, 2001-2009, docs: E/CN.4/2001/15, E/CN.4/2002/17, E/CN.4/2003/13, E/CN.4/2004/13, E/CN.4/2005/18, E/CN.4/2006/9, A/HRC/4/48, A/HRC/7/39, A/HRC/10/32. Le gouvernement colombien et l'ONU ont souscrit en 1996 un accord, prorogé jusqu'à 2013, ouvrant un bureau à Bogota.

43 ODIMBA, Jean Cadet, « Logros alcanzados y ajustes pendientes en la Corte Interamericana de Derechos Humanos », Anuario mexicano de derecho internacional, Enero (No. 6), 2006, México, p. 703-727.

44 Tirado Mejía, Álvaro, « Avances, fortalezas y desafíos del sistema interamericano de derechos humanos », Estudios de Derecho, V. 59, (No.133-134), 2000, Medellín, p. 217-245.

45 Garibay, David; Guerrero Bernal, Juan Carlos, « La « communauté internationale » face au conflit armé en Colombie ». In Andrés Alarcón Gaviria, Les régions comme acteurs de la coopération entre l'Union européenne et la Communauté Andine de Nations, Genève: Institut européen de l’Université de Genève, juin 2005, p. 148.

46 HCDH, op. cit., 2008.

47 La Colombie a été visité par: les rapporteur spéciaux sur le droit à l'éducation; sur les formes contemporaines de racisme, discrimination raciale et xénophobie; sur la situation des DH et les libertés fondamentales des indigènes; sur les droits à l'opinion et l'expression; sur le droit de toute personne à la santé physique et mentale; sur les enfants et le conflit armé; le groupe de travail sur les disparitions forcées ou involontaires; les groupes de travail sur les détentions arbitraires; le représentant spécial du secrétaire général sur les DH des déplacés internes et l'expert indépendant sur la question de la pauvreté.

48 HCDH, op. cit., 2008.

49 Ibid, 2003.

50 Ibid, 2003-2009.

51 Ibid, 2002, 2003 et 2007.

52 Ibid, 2001 et 2005.

53 Ibid, 2007.

54 Ibid.

55 Decaux, Emmanuel; Bossuyt, Marc, « De la Commission au Conseil des droits de l’homme, un nom pour un autre? », Revue des Droits Fondamentaux, janvier-décembre, (No. 5), 2005, p. 599-616.

56 « Situación de Derechos Humanos en Colombia fue debatida por Consejo de DH de la ONU », El Tiempo, Colombia, 2008-12-11.

57 ONU, Rapport nationale présenté au Conseil des droits de l'homme, doc. A/HRC/WG.6/3/COL/1, 19/09/2008.

58 L'État s'est engagé à instaurer des mécanismes de contrôle des DH; répondre aux recommandations du Conseil; améliorer la protection face à l'action des groupes armés; assister les victimes; accélérer l'élucidation de la vérité et réparation des victimes; mener des enquêtes disciplinaires sur les membres de la force publique; suivre les délits de disparitions forcées et ratifier la Convention sur la matière; prévenir le déplacement et accélérer leur réparation. D'autre part, l'Etat s'est montré particulièrement concerné par les droits des enfants, femmes, indigènes, journalistes, syndicalistes et défenseurs. Concernant ces trois derniers, l'Etat s'est compromis à perfectionner les garanties pour l'exercice de leurs libertés, maintenir l'interlocution, impulser les enquêtes sur leurs crimes et promouvoir une culture facilitant leur travail. Il a reconnu qu'une situation d'affrontement aigue s'est présentée avec certaines ONG et s'est compromis à maintenir des relations constructives avec les ONG et « des relations fluides avec la communauté internationale ». Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carolina Hernández Páramo, « Les réseaux transnationaux de défense des droits de l'homme en Colombie : autour de la socialisation de l'Etat », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65565 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65565

Haut de page

Auteur

Carolina Hernández Páramo

Doctorante en Science Politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CESSP-CRPS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page