Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
De la question sociale à la question politique en Amérique Latine – Coord. Ingrid Bejarano et Etienne Jezioro
Laura Fuentes Belgrave

L’influence politique des discours chrétiens sur les droits reproductifs au Costa Rica et au Nicaragua

[10/06/2013]

Résumés

Dans un État laïc comme le Nicaragua et dans un État confessionnel comme le Costa Rica, les interventions politiques de l'Église catholique et des Églises évangéliques ont abouti à l’interdiction de l’avortement et de la fertilisation in vitro, ainsi qu’à la restriction de l’accès à la pilule du lendemain. Ces Églises ont constitué une alliance pour « la défense de la vie du non né » aux dépens des droits des femmes. Le champ politique se voit investi par le champ religieux, par l'intermédiaire d'une société politique instrumentalisant les droits sexuels et reproductifs dans des buts électoraux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 ZENIT.org, « Llamamiento de Benedicto XVI a movilizarse en defensa de la vida humana amenazada », i (...)

1Le discours prononcé par Benoît XVI devant l'Académie Pontificale pour la Vie, le 24 février 2007, mettait en garde cette dernière contre les : « pressions pour la légalisation de l'avortement dans les pays d'Amérique Latine », la « libéralisation des nouvelles formes d'avortement chimique sous prétexte de santé reproductive », et « la diffusion de la procréation artificielle »1.

  • 2 Il y a douze droits reproductifs fondamentaux comprenant d’autres droits spécifiques des femmes :  (...)

2Ce discours rappelle les fronts de bataille qui dominent les actions politiques de l’Église catholique, ainsi que plus récemment des Églises évangéliques, à l’égard des droits reproductifs2. Ces droits trouvent leur origine dans la Conférence Internationale pour la Population et le Développement (Caire, 1994), qui a élevé la santé sexuelle et reproductive à la qualité de droit humain, dont le socle est constitué par l’autonomie reproductive. Elle favorise la maternité libre et volontaire ; ce qui entre en contradiction avec la doctrine chrétienne.

3À cet égard, dans un premier temps les cas spécifiques du Nicaragua et du Costa Rica illustrent comment les lignes d’action évoquées par Benoît XVI ont abouti respectivement à l’interdiction de l’avortement et de la fertilisation in vitro, ainsi qu’à la restriction de la pilule du lendemain. Cet angle de l’analyse est vu dans le contexte politique des États ; l’un étant laïc, l’autre confessionnel.

4Par la suite est étudiée la constitution de l’alliance entre l’Église catholique et les Églises évangéliques autour de « la défense de la vie du non né », aux dépens des droits des femmes. Les conséquences de l’alliance sont comparées sur le terrain politique de chaque pays : à quoi sert à la société politique, l’imposition des restrictions aux droits reproductifs, là même où ils étaient légalement instaurés ?

La criminalisation de l’avortement thérapeutique au Nicaragua

  • 3 Véliz, Claudio, The Centralist Tradition of Latin America, Princeton, Princeton University Press, 1 (...)
  • 4 Marques-Pereira, Bérengère et RAES, Florence, « Trois décennies de mobilisations féminines et fémin (...)

5Selon Véliz3 le monopole moral et culturel de l’Église catholique en Amérique Latine, et le caractère d'exploitation de l’économie coloniale, sont des facteurs ayant conduit à la persistance d’acteurs corporatifs. Ainsi l'Église, a-t-elle été un obstacle permanent aux possibilités d’individuation et de rationalisation culturelles. Ceci se remarque, particulièrement dans le cas des femmes, comme l’ont souligné Marques-Pereira et Raes4.

6Cela s'exprime à travers la négation absolue de la sexualité et du plaisir en tant que droits humains ; par l’intermédiaire d’une vision sur les femmes où elles sont valorisées comme « réservoirs d’êtres humains ». Ces conceptions sont aussi diffusées par les Églises Évangéliques, dans la mesure où elles acquièrent la possibilité de jouer un rôle principal aux côtés de l’Église catholique.

7Pourtant, depuis la Conférence Internationale pour la Population et le Développement, les femmes revendiquent l’extension de leurs droits, notamment sexuels et reproductifs, lesquels symbolisent l’extension de leur citoyenneté. Le droit à l’autonomie est au cœur de ce débat dans la mesure où il n’est pas respecté dès lors que les Églises interviennent sur le droit des femmes à disposer de leur corps et de leur capacité reproductive. Cette situation perdure aussi bien au Nicaragua qu’au Costa Rica.

8Pourtant, le Nicaragua est un État laïc depuis 1893. Ce qui est paradoxal, c’est que toutes les cérémonies officielles se déroulent sous le rituel catholique, en violant l’article 14 de la Constitution Politique, lequel établit que « l’État n’a pas de religion officielle ». À ce propos, le pays a suivi un débat autour du nouveau Code Pénal qui a mis en question la laïcité de l’État.

9Depuis 2000 et jusqu’à 2008, les députés n’arrivaient pas à se mettre d’accord sur le maintien ou l’élimination de l’avortement thérapeutique, à la suite des interventions des Églises sur le sujet. Ce type d’avortement était le seul autorisé depuis 1837, pour sauver la vie ou la santé de la femme lorsqu’elle se trouvait en danger.

10Ainsi, le Code Pénal émis en 1974 n’avait qu’une exception pénale constituée par l’article 165, lequel affirmait : « L'avortement thérapeutique sera déterminé scientifiquement, au moins sous l’égide de trois médecins facultatifs, et avec le consentement du conjoint ou parent le plus proche de la femme, dans des buts légaux ».

  • 5 Décret-loi N° 10-2000, du 25 janvier 2000.

11Cette exception pénale commençait à être mise en question en 2000, sous le gouvernement d’Arnoldo Alemán. Il a émis un décret-loi déclarant « la Journée de l'Enfant à Naître »5. Sa décision a été basée sur le fait que la Constitution Politique reconnaît dans l'article 23 que « le droit à la vie est inviolable et inhérent à la personne humaine ». L’année suivante, Alemán a même affirmé qu’il mettrait son veto à la loi, si elle continuait de dépénaliser un type d’avortement. Ses déclarations ont été acclamées par l’Église catholique et les Églises Évangéliques.

  • 6 Un pseudonyme pour protéger la petite fille. Le cas de Rosa s’est déroulé pendant les mois de févri (...)

12Pourtant, c’est à partir de 2003 que l’avortement thérapeutique devient un thème de débat national. Cette année-là, l’affaire d’une petite fille nicaraguayenne violée au Costa Rica et mise enceinte à l’âge de 9 ans ; a bouleversé la population des deux pays. L’avortement de « Rosa »6 a été interdit au Costa Rica et quelques représentantes de l’ONG nicaraguayenne SI MUJER, ont ramené la petite et ses parents dans leur pays, dans l’espoir de la faire avorter.

  • 7 López Vigil, María, Historia de una Rosa, Managua, Red de Mujeres contra la Violencia, 2003.

13Néanmoins, le Ministère de la Santé a non seulement refusé l'assistance médicale à la petite fille violée, mais aussi a demandé qu'elle soit retirée à ses parents. L'Église catholique s'est officiellement opposée à l'intervention, menaçant d'excommunier les parents et les médecins. Les associations féministes ont aidé la petite à interrompre sa grossesse dans une clinique privée, puisque les hôpitaux publics étaient fermés à la famille7.

  • 8 Déclaration publique de la Conférence des Évêques du Nicaragua, 12 juillet 2004.

14Seulement quelques mois après, la Conférence des Évêques faisait une déclaration sur la réforme du Code Pénal, où elle affirmait que l’avortement thérapeutique était « une aberration, et le maintien de son statut légal un meurtre déguisé avec des caractéristiques pseudo-humanitaires »8.

15Pendant la campagne présidentielle de 2006, l’avortement thérapeutique est à nouveau entré en lice. En réponse à la mention en sa faveur par le candidat Edmundo Jarquín du Mouvement de Rénovation Sandiniste, l’Église catholique et les Églises Évangéliques ont organisé de nombreuses manifestations pour l’élimination de l’avortement thérapeutique. Le Cardinal Miguel Obando y Bravo a également, exhorté les citoyens à ne pas donner leur voix aux candidats appuyant l’exception pénale.

16Par la suite, les candidats ont déclaré publiquement être « pour la vie », et Daniel Ortega, le candidat du Front Sandiniste de Libération Nationale, a organisé des réunions avec le Cardinal et les dirigeants des Églises évangéliques, pour assurer ses partisans qu’il partageait la position des autorités religieuses sur le sujet.

17Le rôle politique joué par le Cardinal n’est pas négligeable. Depuis 1970, ses positions ont changé par rapport aux circonstances historiques. Ainsi, il a d’abord été un allié du Front Sandiniste contre la dictature des Somoza, pour devenir ensuite son principal adversaire pendant les années 1980, lorsqu’Ortega était dans sa première période présidentielle.

18Après l’échec électoral d’Ortega, candidat sandiniste en 1990, le Cardinal a montré ostensiblement sa sympathie pour l’opposition arrivée au pouvoir. Cependant, quelques années après, il est devenu de façon contradictoire le conseiller personnel d’Ortega, lorsqu’il s’est converti au catholicisme et a été marié par le Cardinal.

  • 9 La Loi 603, du 16 octobre 2006 a abrogé l’avortement thérapeutique.

19Ainsi, à quelques jours des élections de 2006, où a été élu Ortega pour son deuxième mandat présidentiel, l’Assemblée Nationale a adopté une proposition de loi pénalisant toute interruption de grossesse. Ce projet a été présenté par la Conférence des Évêques et son approbation a été recommandée par le président de l’époque : Enrique Bolaños. Les députés l’ont approuvé et l’avortement thérapeutique a été abrogé 169 ans après son autorisation9.

  • 10 Articles 148 et 149 du Code Pénal approuvé en 2008.

20Par conséquent, toute interruption de grossesse, même pour sauver la vie de la femme, est désormais pénalisée d’une peine de prison, autant pour les femmes que pour le personnel de santé impliqué. De même, le nouveau Code Pénal envisage la sanction de lésions causées aux « non nés »10, tel que cela a été demandé par les Églises.

21L’abrogation de l’avortement thérapeutique a été réaffirmée en 2007 par l’Assemblée Nationale sous le gouvernement d’Ortega. Quelques organisations comme le Centre Nicaraguayen de Droits Humains, le Mouvement Féministe et la Société Nicaraguayenne de Gynécologie et d'Obstétrique, ont présenté aux Tribunaux de Justice un recours en inconstitutionnalité, mais il n’est pas encore jugé.

22La pilule du lendemain a été aussi mise en cause par les Églises. Le Ministère de la Santé ne la distribue pas, mais il autorise sa commercialisation sans ordonnance médicale. Le Ministère inclut la pilule dans son règlement depuis 1997, comme une méthode contraceptive d'urgence. Pourtant, elle constitue la nouvelle cible des Églises, qui la considèrent comme un « avortement chimique ». Pour ce motif elles ont demandé au gouvernement la révision du règlement de santé.

23L’attitude des derniers gouvernements quant à la pénalisation de l’avortement thérapeutique obéit à l’utilisation de l’Église comme plateforme politique de négociation. Depuis l’échec du Front Sandiniste dans les élections de 1990, tous les ministres et les candidats présidentiels rendent visite au Cardinal Obando y Bravo comme signe d’obéissance à l’Église, et désormais ils rendent aussi visite aux leaders évangéliques.

La suspension de la fertilisation in vitro au Costa Rica

24La volonté de changer les normes juridiques en commandements religieux répond à une campagne menée par l’Église catholique et les Églises Évangéliques. Elle est dirigée à durcir la législation sur le « début de la vie » en Amérique Latine. Cette campagne encourage l’interdiction de l’avortement thérapeutique et promeut l’enseignement de valeurs religieuses dans les programmes d’éducation sexuelle.

25Cette campagne s’avérait plus propice au Costa Rica, un État confessionnel depuis 1821. L’article 75 de la Constitution Politique affirme que : « La religion Catholique Apostolique Romaine, est celle de l'État, lequel contribue à son maintien, sans empêcher le libre exercice d'un autre culte qui ne s'oppose ni à la morale universelle ni aux bonnes mœurs ».

26Seulement l’avortement thérapeutique est autorisé depuis 1970, selon l’article 121 du Code Pénal : « N’est pas punissable l’avortement pratiqué avec le consentement de la femme, par un médecin ou par un obstétricien accrédité, lorsque n’a pas été possible l’intervention du premier ; s’il est fait dans le but d’éviter de mettre en danger la vie ou la santé de la mère et s’il n’a pas été possible de l’éviter au moyen d’autres mesures ».

27Pourtant, il n’existe pas de règlement sur l’application de l’avortement thérapeutique, et les médecins ne le pratiquent pas à cause de critères moraux et religieux.

  • 11 Carcedo, Ana, « Lecciones del debate feminista en Costa Rica », in Fuentes Belgrave Laura (dir.) Vi (...)

28À ce titre, et hors de toute attente, la députée Nury Vargas, du Parti Unité Sociale Chrétienne, a présenté en 1991 un projet de loi pour la dépénalisation de l’avortement dans les cas de viol aux mineurs. Néanmoins, la députée a été menacée d’expulsion de son parti et d’excommunication par l’Église, et le projet de loi n'est même pas arrivé au débat parlementaire11.

  • 12 Décret-loi N° 28043 du 19 août 1999.
  • 13 Dossier Nº : 95-001734-0007-CO, Résolution : 2000-02306, Salle Constitutionnelle.
  • 14 Décret-loi Nº 24029-S du 3 février 1995.

29Avec ce précédent, le président Miguel Angel Rodríguez a créé par décret-loi, en 1999, la « Journée de la Vie avant de Naître »12. Le terrain était ainsi préparé pour les évènements à venir. Comme suite à un recours en justice, en 2000 la Salle Constitutionnelle a déclaré inconstitutionnelle la fertilisation in vitro. Elle a affirmé que « l'embryon est une personne humaine depuis le moment de la conception »13. Ainsi, le décret-loi sur la « Fertilisation in vitro et le transfert d'embryons »14 datant de 1995 a été annulé. À ce moment, dix couples touchés par le jugement ont porté plainte contre l’État devant la Commission Interaméricaine des Droits Humains (CIDH).

  • 15 Dossier N° 15.499, Assemblée Législative.
  • 16 Entretien personnel avec Mgr José Francisco Ulloa, président de la Conférence des Évêques du Costa (...)

30C’est dans ce contexte qu’en 2003 la réforme de la Loi Générale de la Santé15 a débuté. Cette réforme comprenait un chapitre sur les droits sexuels et reproductifs, désapprouvé publiquement par l’Église. À cette époque, l’évêque José Francisco Ulloa affirmait : « le chapitre le plus dangereux est celui qui menace la vie, parce qu’il approuve d’une façon implicite l’avortement (…) Parfois il utilise un langage très ambigu, nous les catholiques pouvons le dire : c’est ambigu et peut mener à l’avortement (…) Le même terme de “droits reproductifs” dans le langage des Nations Unies, et dans ce courant que nous pouvons appeler “le féminisme dans le monde” implique déjà l’avortement »16.

  • 17 Dossier Nº 16.357, Assemblée Législative.

31Cette réforme a été rejetée à cause de l’opposition de l’Église. Néanmoins, un groupe de députés a présenté en 2006 un projet de loi pour la révision de l’article 21 de la Constitution Politique17. Il cherchait à ajouter au fait que « la vie humaine est inviolable » que : « L’État veillera à la protection du droit à la santé ; pour ceci il fournira un régime solidaire adéquat, capable de garantir l’attention médicale, la qualité de vie et l’accès aux médicaments ».

  • 18 Dossier Nº 16.878, Assemblée Législative.

32Ce projet a été contesté en 2007 par un autre18, ayant le même but, mais en ajoutant : « La vie humaine est inviolable depuis le moment même de la conception, en comprenant celle-ci comme la fécondation ou fertilisation de l’ovule par le spermatozoïde ». Il faut noter que cette réforme faisait suite à la reconnaissance de la vie depuis la conception, avec le but d’interdire de façon tacite l’avortement thérapeutique.

  • 19 « Addition d’un nouveau chapitre III, référent aux droits en santé sexuelle et reproductive, au tit (...)

33Pourtant, en 2007 un nouveau projet de loi19 a été présenté. Il ne concernait pas toute la Loi Générale de Santé ; il cherchait à additionner les droits sexuels et reproductifs, ayant provoqué le retrait du premier projet.

34L’Église catholique et les Églises évangéliques s’y sont aussi opposées, bien qu’il y ait eu des changements par rapport aux points les plus contestés. L’article qui ne cherchait qu’à renseigner les femmes sur la légalité de l’avortement thérapeutique a été éliminé. Le projet proposait toujours de légaliser la pilule du lendemain, mais cela n’est pas passé à cause des obstacles posés par le Ministère de la Santé. Ce projet de loi a été aussi relégué.

35Ensuite, pendant la campagne présidentielle de 2010, la candidate Laura Chinchilla, l’actuelle présidente du Costa Rica ; a entretenu des échanges avec la Conférence des Évêques et l’Alliance Évangélique. Elle leur a garanti que sous un éventuel gouvernement elle ne soutiendrait pas : l’avortement, la pilule du lendemain, les unions homosexuelles et l’État laïc. Ces derniers sujets avaient aussi provoqué une polémique, étant donné que des projets de loi les concernant avaient été présentés en 2009, mais ils avaient été abandonnés.

  • 20 Rapport N° 85/10, rapport préliminaire du cas 12.361, CIDH.
  • 21 Barrantes, Hugo, « La dignidad del ser humano comienza en la fecundación », in La Nación [en ligne] (...)

36Pourtant, une surprise est venue de la Commission Interaméricaine des Droits Humains. En 2010, elle a jugé la plainte déposée contre l’État pour avoir déclaré inconstitutionnelle la fertilisation in vitro dix ans plus tôt. Le jugement de la Commission a affirmé que la décision de l'État avait été arbitraire et qu’elle violait le droit des personnes à former une famille. Par conséquent, la Commission a donné à l'État un délai pour mettre à jour sa législation et autoriser à nouveau la fertilisation in vitro, sous peine de poursuites à la Cour Interaméricaine des Droits Humains20. L'Église catholique et les Églises évangéliques se sont opposées publiquement à la réinstauration de la fertilisation in vitro. L’archevêque Hugo Barrantes a allégué que cette technique « enfreint la barrière que tutelle la dignité humaine »21.

37Il n’existe pas de consensus parmi les députés pour l’approbation d’une nouvelle loi. Le nœud du problème est toujours le statut de l’embryon, considéré par les Églises comme une personne. C’est pour cela que la première version du projet de loi proposait qu’un maximum de quatre ovules soit fécondé et qu’ils soient tous implantés dans l’utérus de la femme. Cette première version dédaignait toute possibilité de faire un Diagnostic Préimplantatoire (DPI), et de recherches sur les ovules fécondés : leur congélation et leur destruction étant aussi interdites.

38La fertilisation in vitro est pratiquée au Nicaragua depuis 2005 dans les cliniques privées, même s’il n’existe pas de normes spécifiques pour son application. En revanche, le projet de loi costaricien en essayant de normaliser cette matière, met en danger la vie de la femme, dont le corps est subordonné aux ovules fécondés.

En termes comparatifs

39Selon les dogmes chrétiens, bien qu’ils ne soient pas partagés par tous les Chrétiens, le corps féminin n’a d’autre but que la procréation. C’est un point de vue matérialisé dans le cadre juridique des pays étudiés. Ainsi à ce jour les Nicaraguayennes n’ont pas le droit d’interrompre une grossesse de risque, et les Costariciennes n’ont pas le droit d’avoir l’accès à la fertilisation in vitro.

40L’idéologie chrétienne la plus conservatrice trouve son essor en Amérique Latine. Les principes d’action du programme politique des Églises sont l’interdiction des droits sexuels et reproductifs et le refus de la laïcisation. Ce dernier aspect s’observe aussi au Costa Rica avec le rejet du projet de loi pour l’État laïc sous la pression de l’Église catholique. De même, pendant le débat sur l’avortement thérapeutique au Nicaragua, les Églises ont insisté sur le fait qu’un État laïc n’était pas synonyme d’un « État athée ».

41Par ailleurs, l’ensemble des arguments des pays pour rendre illégal l’avortement thérapeutique, la fertilisation in vitro ou la pilule du lendemain se rejoint autour du débat sur le statut de l’embryon. Les valorisations religieuses et morales sont privilégiées en matière juridique, en détriment des droits des femmes.

L’alliance des Églises avec la société politique

42L’alliance des Églises sur ces sujets n’est que conjoncturelle. Ces deux dernières décennies, l’Amérique Centrale a expérimenté une croissance progressive des Églises évangéliques, par rapport à la stagnation de l’Église catholique.

  • 22 Vayssiere Pierre, «Vers l’apaisement au sein de l’Eglise catholique : bilan d’une décennie», in Joë (...)

43Avant l’engourdissement catholique, « l’Église des Pauvres » inspirée par la théologie de la libération avait permis la constitution des Communautés Ecclésiales de Base (CEB) au Nicaragua. Elles étaient un modèle d’Église populaire. Cependant, l'échec du sandinisme dans les élections de 1990 a amené la délégitimation des CEB. Tandis que la hiérarchie ecclésiastique cherchait à se rallier aux nouveaux groupes du pouvoir, les secteurs démunis faisant partie des CEB restaient à l'écart. Cela a accentué les différences entre « l’Église des Pauvres » et la hiérarchie ecclésiastique22.

44Au Costa Rica, la théologie de la libération n’a eu d’effet que sur la sphère académique. L’Église est restée en contribuant à la consolidation de l’État-Providence dans le domaine de l’aide sociale. Cependant, avec le démantèlement du modèle étatique au début des années 1990, apparaissent quelques divisions entre le bas clergé et la hiérarchie ecclésiastique. Ces divisions ont été le résultat de l’opposition d’une partie du clergé aux politiques néolibérales adoptées par le gouvernement.

45A cause des conflits au sein de l’Église et de l’isolement des secteurs défavorisés, les Églises pentecôtistes ont multiplié par dix le nombre de leurs affiliés dans les deux pays. Ce phénomène s’est vu accompagné de la création de partis politiques pentecôtistes ; lesquels ont élu un petit nombre de députés. Ce fait a permis l’augmentation de la légitimité des Églises évangéliques, face à une société politique largement discréditée. Par conséquent, la société politique a soutenu ces nouveaux partis, en essayant de retrouver sa légitimité perdue.

46L’Église catholique étant un acteur corporatif, elle a cherché à renforcer son affinité élective avec la société politique. Bien que le Nicaragua soit laïc et le Costa Rica confessionnel, l’Église catholique défend son espace institutionnel d’une façon semblable.

  • 23 Fuentes Belgrave, Laura, Les enjeux du pouvoir sur le corps des femmes. Les rapports entre l’État, (...)

47Pourtant, la régulation juridique du corps des femmes devient le centre des discours et des pratiques politiques. L’Église lutte pour reproduire son champ d’action tout en affrontant de nouveaux principes qui induisent un changement structurel de la société. Elle considère que l’espace de reproduction de son discours et ses privilèges se trouvent en péril23.

48Face à son affaiblissement provoqué par l’entrée en politique électorale des pentecôtistes, elle n’a qu’une sortie stratégique : faire une alliance avec les Églises Évangéliques. Cette alliance ne peut avoir comme sujet que leur front de bataille en commun : « la défense de la vie ». L’alliance est aussi soutenue par l’Opus Dei et les groupes Pro-Vie, lesquels s’arrogent un rôle substantiel au sein des gouvernements.

49Ainsi, l’intervention des Églises dans les politiques publiques des deux pays se voit renforcée : elle permet de traiter les différentes mesures de modernisation éthique comme des « péchés », et non comme des demandes en rapport avec la vie et la citoyenneté des femmes. Le mécanisme est efficace dans la mesure où les Églises transmettent l’idée que les droits sexuels et reproductifs mettent en cause les frontières symboliques de ces pays très ancrées dans une culture chrétienne. Elles expriment alors l’idée populiste que ces droits des femmes sont une atteinte grave à l’identité des populations majoritairement chrétiennes.

50La déclaration des Journées de « l'Enfant à Naître » a mis en scène la possibilité de donner une personnalité juridique au zygote. Par conséquent, le lobby des Églises a débouché sur la diffusion du concept de la « culture de la vie », dont le représentant est le « non né » ou le nasciturus. Il devient un sujet de droit, donc, un sujet pré-embryonnaire, par la transformation de son signifié selon les dogmes chrétiens. Ainsi, loin d’être considéré comme une cellule œuf ; le « non né » devient une personne par le biais de la transposition de la figure de l’enfant sur le zygote. Ce dispositif permet de donner au zygote et par conséquent à l’embryon, la valeur d’un enfant, bien qu’il n’en soit pas encore un, d’un point de vue biologique. De cette manière, depuis l’union entre l’ovule et le spermatozoïde, le zygote devient un sujet sacré localisé dans l’utérus, lequel à son tour, est aussi considéré comme un lieu sacré pour les Églises.

  • 24 Lagarde, Marcela, Los cautiverios de las mujeres. Madresposas, monjas, putas, presas y locas, 3ª Ed (...)

51Une telle perception nie les droits reproductifs et l’existence de la femme, en tant que sujet de droit. Pour les Églises le corps de la femme est un espace sacré, il est le lieu même de la création de chaque être humain. Selon Lagarde24, la femme est en ce sens une matrice, un utérus destiné à accomplir les desseins de la nature ou de la divinité pour la reproduction de la société.

52Dans les discours chrétiens, la « culture de la vie » s’oppose à la « culture de la mort » ; cette dernière est personnifiée par les droits sexuels et reproductifs, étant donné qu’ils sont susceptibles de privilégier la vie de la femme sur la vie du zygote.

53L’alliance discursive des Églises provoque la négation de la citoyenneté des femmes. Celle-ci passe par un processus d’autonomisation et un pouvoir d’agir sur les capacités sexuelles et reproductives, qui entre en conflit avec les commandements de Dieu, exprimés par l’intermédiaire de la nature. Dès lors, les droits sont confrontés aux mandats dits naturels de la maternité et de la stérilité. Cela donne comme résultat que les femmes ne peuvent pas avoir accès à des décisions concernant leur propre corps.

54Au fur et à mesure que les États, sous l’emprise des Églises, se dirigent vers la resacralisation de la nature inscrite dans l’appareil juridique, les droits des femmes s’affaiblissent, ce qui conduit à l’accroissement des inégalités.

55Dans ce scénario, la société politique affronte la mutation de l’espace privé et de l’espace public vis-à-vis de la participation électorale des pentecôtistes, et du poids de l’alliance entre les Églises. Cela est conjugué avec une croissance des demandes démocratiques auxquelles la société politique cherche ou non à adhérer, en dépendant de la rentabilité électorale de chacune.

56Autant au Nicaragua qu’au Costa Rica, les présidents Daniel Ortega et Laura Chinchilla ont remporté les élections après avoir garanti aux dirigeants des Églises leur position « en défense de la vie ». Le champ politique se voit ainsi investi par le champ religieux. Le refoulement des droits sexuels et reproductifs permet à la société politique d’assurer les valeurs de chaque État, en étant accommodante avec la majorité chrétienne. Ce phénomène revalorise les identités locales et traditionnelles face à la globalisation. Ainsi la société politique cherche à limiter la contestation sociale, par l’instrumentalisation des droits sexuels et reproductifs.

57Les Églises conférèrent une légitimité aux fonctionnaires publiques, au regard de la population. La méthode de transaction dans le champ politique est identifiable : les Églises obtiennent la possibilité d’exercer un pouvoir politique selon une stratégie partagée. Cela au gré d’intérêts communs qui deviennent de véritables monnaies d’échange entre les mains de la hiérarchie ecclésiastique, des dirigeants évangéliques et de la société politique.

Conclusion

58Dans les Etats étudiés l’expansion des dogmes chrétiens sur le terrain politique prend de l’ampleur. Cette expansion efface les limites des champs politique et religieux. De sorte que les Églises multiplient leurs fonctions tout en reproduisant leurs discours, même si leur rôle devient plus politique que religieux.

59Les Églises ont rencontré une attitude réceptive chez les dirigeants politiques. Cela s’est traduit par la pénalisation totale de l’avortement, l’interdiction de la fertilisation in vitro, la restriction de la pilule du lendemain, et même par la tentative de réformer la Constitution  pour intégrer le droit à la vie depuis la conception.

60Une telle affinité élective trouve son origine dans le renforcement des anciens capitaux symboliques de l’Église catholique et de la société politique. Les Églises Évangéliques se joignent à cet assemblage, du fait que leur capital symbolique augmente de façon parallèle à leur capital économique.

61Selon l’exposition des cas, bien que l’État soit laïc ou confessionnel, les Églises soutiennent leur position avec une production discursive qui déborde du champ religieux ; les résultats de leur stratégie confirment leur influence sur le champ politique.

62Bien que les Églises développent leurs pratiques au cœur de la société civile, elles ont besoin du pouvoir politique pour leur légitimation et l’affirmation de leur espace social. Mais dans la réalité des pays concernés, le processus se renverse également : les régimes politiques ont besoin des Églises pour leur reproduction, et la société politique a toujours besoin des Églises pour l’établissement d’un consensus.

63De cette façon, les Églises soutiennent la possibilité d’intervenir dans la production de sens des laïcs à travers leur système de croyances, mais en exerçant une concurrence avec le système international de droits humains.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, Benedict., L’imaginaire national : réflexions sur l'origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2002.

Bastian, Jean-Pierre, (dir.), La modernité religieuse en perspective comparée: Europe latine, Amérique latine, Paris, Editions Karthala, 2001.

Bourdieu, Pierre, « Genèse et structure du champ religieux », Revue française de sociologie, XII, 1971, p. 295-334.

Carcedo, Ana, « Lecciones del debate feminista en Costa Rica », in Fuentes Belgrave L. (dir.) Vida y cuerpo para decidir: primeras jornadas de reflexión feminista costarricense por el derecho a decidir, San José, Colectiva por el Derecho a Decidir, 2004, p. 57-71.

Corten, André, (ed.), Les frontières du politique en Amérique Latine. Imaginaires et émancipation, Paris, Editions Karthala. 2006.

Facio, Alda, Asegurando el futuro: las Instituciones Nacionales de Derechos Humanos y los derechos reproductivos, San José, UNFPA, 2003.

Fuentes Belgrave, Laura, Les enjeux du pouvoir sur le corps des femmes. Les rapports entre l’État, la hiérarchie ecclésiastique et le mouvement féministe autour de l’avortement au Costa Rica et au Nicaragua, Mémoire de Master 2 Recherche, sous la direction de María Eugenia Cosio-Zavala, Paris, IHEAL, Sorbonne Nouvelle Paris III, 2006.

Lagarde, Marcela, Los cautiverios de las mujeres. Madresposas, monjas, putas, presas y locas, 3ª Edición, México, Coordinación General de Estudios de Posgrado, UNAM, 1997.

López Vigil, Maria, Historia de una Rosa, Managua, Red de Mujeres contra la Violencia. 2003.

Marques-Pereira, Bérengère et Raes, Florence, « Trois décennies de mobilisations féminines et féministes en Amérique Latine : Une évaluation des avancées, des limites et des futurs enjeux de l’action collective des femmes », Cahiers des Amériques Latines, Relations de genre et masculinités en Amérique latine, N. 39, 2002/1, Paris, IHEAL éditions, décembre 2002, p. 17-36.

Vayssiere Pierre, «Vers l’apaisement au sein de l’Eglise catholique : bilan d’une décennie», in Joël Delhom, Alain Musset (dir.), Nicaragua. Dans l'oeil du cyclone / En el ojo del huracán, Paris, IHEAL-IHNCA-UBS, Collection Travaux & Mémoires de l'IHEAL, N°69, 2000, p. 185-198.

VÉLIZ, Claudio, The Centralist Tradition of Latin America, Princeton, Princeton University Press. 1980.

Haut de page

Notes

1 ZENIT.org, « Llamamiento de Benedicto XVI a movilizarse en defensa de la vida humana amenazada », in ZENIT [en ligne] mis en ligne le 20 mars 2007. URL: http://www.zenit.org/article-23058?l=spanish. [Consulté le 12 avril 2011].

2 Il y a douze droits reproductifs fondamentaux comprenant d’autres droits spécifiques des femmes :  «  le droit à la vie, le droit à la santé, le droit à la liberté, la sécurité et l’intégrité personnelles, le droit à décider du nombre d’enfants et de l’intervalle entre leurs naissances, le droit à l’intimité, le droit à l’égalité et à la non-discrimination, le droit au mariage et à la fondation d’une famille, le droit au travail et à la Sécurité Sociale, le droit à l’éducation, le droit à une information appropriée et opportune, le droit de modifier les habitudes discriminatoires à l’égard de la femme, et le droit de profiter du progrès scientifique et de donner son consentement pour être objet d’expérimentation » (Facio, Alda, Asegurando el futuro: las Instituciones Nacionales de Derechos Humanos y los derechos reproductivos, San José, UNFPA, 2003, p. 15-17.

3 Véliz, Claudio, The Centralist Tradition of Latin America, Princeton, Princeton University Press, 1980.

4 Marques-Pereira, Bérengère et RAES, Florence, « Trois décennies de mobilisations féminines et féministes en Amérique Latine : Une évaluation des avancées, des limites et des futurs enjeux de l’action collective des femmes », in Cahiers des Amériques Latines, Relations de genre et masculinités en Amérique latine, N. 39, 2002/1, Paris, IHEAL éditions, décembre 2002, p. 17-36.

5 Décret-loi N° 10-2000, du 25 janvier 2000.

6 Un pseudonyme pour protéger la petite fille. Le cas de Rosa s’est déroulé pendant les mois de février et mars de l’année 2003.

7 López Vigil, María, Historia de una Rosa, Managua, Red de Mujeres contra la Violencia, 2003.

8 Déclaration publique de la Conférence des Évêques du Nicaragua, 12 juillet 2004.

9 La Loi 603, du 16 octobre 2006 a abrogé l’avortement thérapeutique.

10 Articles 148 et 149 du Code Pénal approuvé en 2008.

11 Carcedo, Ana, « Lecciones del debate feminista en Costa Rica », in Fuentes Belgrave Laura (dir.) Vida y cuerpo para decidir: primeras jornadas de reflexión feminista costarricense por el derecho a decidir, San José, Colectiva por el Derecho a Decidir, 2004, p. 57-71.

12 Décret-loi N° 28043 du 19 août 1999.

13 Dossier Nº : 95-001734-0007-CO, Résolution : 2000-02306, Salle Constitutionnelle.

14 Décret-loi Nº 24029-S du 3 février 1995.

15 Dossier N° 15.499, Assemblée Législative.

16 Entretien personnel avec Mgr José Francisco Ulloa, président de la Conférence des Évêques du Costa Rica pendant la période 2002-2008. Entretien réalise le 23/08/2005.

17 Dossier Nº 16.357, Assemblée Législative.

18 Dossier Nº 16.878, Assemblée Législative.

19 « Addition d’un nouveau chapitre III, référent aux droits en santé sexuelle et reproductive, au titre I du livre I de la Loi Générale de Santé », dossier N°16.887, Assemblée Législative.

20 Rapport N° 85/10, rapport préliminaire du cas 12.361, CIDH.

21 Barrantes, Hugo, « La dignidad del ser humano comienza en la fecundación », in La Nación [en ligne] mis en ligne le 11 octobre 2010. URL: http://www.nacion.com/2010-10-11/Opinion/Foro/Opinion2551562.aspx. Consulté le 13 avril 2011.

22 Vayssiere Pierre, «Vers l’apaisement au sein de l’Eglise catholique : bilan d’une décennie», in Joël Delhom, Alain Musset (dir.), Nicaragua. Dans l'oeil du cyclone / En el ojo del huracán, Paris, IHEAL-IHNCA-UBS, Collection Travaux & Mémoires de l'IHEAL, N°69, 2000, p. 185-198.

23 Fuentes Belgrave, Laura, Les enjeux du pouvoir sur le corps des femmes. Les rapports entre l’État, la hiérarchie ecclésiastique et le mouvement féministe autour de l’avortement au Costa Rica et au Nicaragua, Mémoire de Master 2 Recherche, sous la direction de María Eugenia Cosio-Zavala, Paris, IHEAL, Sorbonne Nouvelle Paris III, 2006.

24 Lagarde, Marcela, Los cautiverios de las mujeres. Madresposas, monjas, putas, presas y locas, 3ª Edición, México, Coordinación General de Estudios de Posgrado, UNAM, 1997.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Fuentes Belgrave, « L’influence politique des discours chrétiens sur les droits reproductifs au Costa Rica et au Nicaragua », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 15 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65578 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65578

Haut de page

Auteur

Laura Fuentes Belgrave

Doctorante à l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) - Centre d'Études Interdisciplinaires des Faits Religieux (CEIFR)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page