Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
De la question sociale à la question politique en Amérique Latine – Coord. Ingrid Bejarano et Etienne Jezioro
Thomas Posado

Question sociale et politique : relations syndicat – gouvernement dans le Venezuela contemporain

[10/06/2013]

Résumés

L’intervention du gouvernement dans le champ syndical est une constante des sociétés latino-américaines. Les mobilisations sociales et la volonté gouvernementale de renverser la direction de la centrale syndicale affiliée à l’ancien système politique auraient pu créer les opportunités pour briser cette subordination du syndical au politique dans le Venezuela contemporain. Toutefois, le gouvernement d’Hugo Chávez a maintenu ce lien. Le renversement de l’ancienne direction syndicale par les mobilisations lui a permis de construire une nouvelle direction dépendante du gouvernement. La tutelle politique se maintient aujourd’hui face aux mobilisations avec la dégradation croissante des relations entre les travailleurs et le gouvernement. Ce dernier n’a pas réussi à constituer une centrale syndicale unifiée et puissante.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Touraine, Alain, « Le syndicalisme ouvrier », La parole et le sang, Politique et société en Amériqu (...)
  • 2 Cette mobilisation de deux mois, du 9 décembre 2002 au début février 2003 est une combinaison entre (...)

1L’intervention de l’Etat dans les syndicats est récurrente en Amérique latine. Un dirigeant comme Perón avait fait de la CGT, la centrale syndicale argentine, un relais puissant de sa politique. Alain Touraine définit la situation subcontinentale comme celle de la « subordination du syndicalisme au pouvoir politique »1. Le Venezuela n’échappe pas à la règle : durant plusieurs décennies, le parti social-démocrate au pouvoir, Acción Democrática (AD), a dirigé la Confederación de Trabajadores de Venezuela (CTV), la centrale syndicale hégémonique. Toutefois, sous le gouvernement d’Hugo Chávez, la mobilisation des travailleurs contre le lock-out de 2002-20032 et la volonté de renverser la direction de la CTV auraient pu créer des opportunités susceptibles de briser cette subordination. Comment le gouvernement d’Hugo Chávez a-t-il maintenu la subordination du syndicalisme au pouvoir politique dans un contexte de mobilisations sociales ? Le maintien de cette subordination s’est construit en trois étapes : dans un premier temps, le gouvernement conquiert le pouvoir syndical grâce aux mobilisations, ensuite, il met en place une direction syndicale à leur tête et enfin, il maintient sa tutelle politique face à elles.

Le renversement de l’ancienne direction syndicale grâce aux mobilisations

  • 3 Ellner, Steve, El sindicalismo en Venezuela en el contexto democrático (1958-94), Caracas, Tropykos (...)

2La CTV puise ses racines dans les grèves victorieuses contre les compagnies pétrolières de 1936. En 1946, au premier rétablissement de la démocratie, la CTV rassemble les syndicats existants en les unissant dans une confédération commune. Interdite durant la dictature de Marcos Pérez Jiménez de 1952 à 1958, la CTV devient l’organe de combat contre celle-ci en préparant des grèves dures qui participent au rétablissement de la démocratie. Le syndicalisme est déjà étroitement lié aux partis politiques. Historiquement lié à AD, la CTV devient sa « courroie de transmission » syndicale, dès 1959, lors de l’installation de ce dernier au pouvoir. La CTV, auréolé du prestige de la lutte pour le renversement de la dictature, devient une institution politiquement puissante et influente, l’organisation traditionnelle de la classe ouvrière vénézuélienne. AD associait les courants syndicaux des différents partis dans la direction de la CTV mais leur empêchait toute prise réelle d’influence3. Des centrales syndicales alternatives sont crées (la Central Unitaria de Trabajadores de Venezuela (CUTV) promue par le Partido Comunista de Venezuela (PCV) ou la Confederación de Sindicatos Autónomos (CODESA) et la Confederación General de Trabajadores (CGT) soutenues par le parti démocrate-chrétien, le COPEI), en vain.

  • 4 Urquijo, José Ignacio, El Movimiento Obrero de Venezuela, Caracas, OIT-UCAB-INAESIN, 2000, p.83.

3Au gré des années, le prestige de la CTV s’étiole. Les groupes indépendants comme La Causa R ont eu les plus grandes difficultés à imposer des élections syndicales transparentes sans ingérence du pouvoir politique dans les années 1970 et 1980. En 1979, Andrés Velásquez, futur dirigeant syndical de ce parti, réussit à gagner, avec la liste El Matancero, la direction de la SUTISS, le syndicat de l’usine SIDOR contre la direction liée à AD. La direction de la CTV obtient son licenciement de l’entreprise. Dès la fin des années 1980, la CTV souffre du soutien aux gouvernements impulsant des réformes inspirées par le néo-libéralisme, dégradant les conditions de vie des classes populaires. En mars 1997, la CTV signe la modification de la Loi des Prestations Sociales, pourtant défavorable aux travailleurs4. Le taux de syndicalisation passe de 26,4% en 1988 à 13,5% en 1995.

  • 5 Iranzo, Consuelo, Richter, Jacqueline, « La relación Estado-sindicatos en Venezuela (1999-2005) », (...)
  • 6 Ellner, Steve, « El sindicalismo frente al desafío del chavismo », in Ellner Steve, Hellinger Danie (...)

4De février 1999, investiture du leader bolivarien, à février 2003, le champ syndical devient le théâtre d’un affrontement entre les soutiens et les opposants à Hugo Chávez. Le gouvernement utilise ce que les sociologues Consuelo Iranzo et Jacqueline Richter appelle les stratégies de contrôle depuis l’extérieur puis depuis l’intérieur5. L’enjeu principal pour le chavisme réside dans la lutte contre la direction de la centrale syndicale. Durant la campagne électorale, Hugo Chávez et la direction de la CTV s’affrontent déjà ouvertement. Durant la campagne présidentielle de 1998, Hugo Chávez qualifie la centrale syndicale de « mafia syndicale qu’il faut détruire ». La CTV apparaît alors comme le versant syndical du régime de Punto Fijo, le système politique agonisant. Arrivé au pouvoir, Hugo Chávez met en œuvre les mesures annoncées qui pénalisent fortement la CTV : suspension du financement public, suppression des postes de directeurs du travail dans les organismes publics. Dès octobre 1999, les cadres de PDVSA, etc. l’entreprise pétrolière, en lien avec la direction de la CTV font quatre jours de grève pour les conventions collectives, sans succès. La nouvelle Constitution introduit des articles empêchant l’enrichissement personnel en utilisant le budget syndical mais aussi en permettant l’immiscion de l’Etat dans les affaires internes de chacune des structures syndicales. Les syndicalistes chavistes membres de l’Assemblée Constituante, proposent un référendum qui dissoudrait la CTV, mais la rédaction finale de l’objet du référendum convoqué par l’Assemblée se limite à la rénovation totale des directions des centrales syndicales, confédérations et fédérations syndicales du pays6.

5L’OIT condamne ce référendum, l’Etat n’ayant pas à déterminer le fonctionnement interne d’un syndicat. Le 3 décembre 2000, avec une participation faible de 23,84%, le oui à la rénovation des directions syndicales obtient 62,02% des suffrages exprimés. Deux coalitions principales s’organisent : Carlos Ortega, député AD, président sortant, pour le Frente Unico de Trabajadores soutenu par l’opposition à Chávez face à Aristóbulo Istúriz pour la Fuerza Bolivariana de Trabajadores soutenu par les partisans du locataire de Miraflores. Le 25 octobre 2001, Carlos Ortega l’emporte avec 57% des suffrages exprimés contre seulement 16% pour son adversaire. Les fraudes et la faible participation (50%) ternissent la légitimité de la direction. L’ancien secrétaire général de la CTV, Carlos Navarro, dirigeant des travailleurs du COPEI, démissionne de la centrale syndicale vu de l’ampleur de la triche et crée une nouvelle centrale syndicale, l’Alianzia Sindical Independiente (ASI). D’après notre enquête, il est probable que la liste de Carlos Ortega l’aurait emporté avec une marge beaucoup plus réduite.

6La CTV est partie prenante des tentatives insurrectionnelles de prise du pouvoir de l’opposition contre Chávez lors du coup d’Etat militaire du 11 avril 2002 ou lors du lock-out de décembre 2002 à février 2003. La direction de la CTV s’associe à la fédération des chefs d’entreprise, Fedecámaras, dans la contestation. En février 2003, après 62 jours consécutifs d’abandon de poste, 40% des employés de PDVSA opposés au gouvernement d’Hugo Chávez sont licenciés. Le gouvernement reprend le contrôle de l’entreprise pétrolière. Après ces deux tentatives insurrectionnelles de prise de pouvoir où la CTV, la centrale syndicale hégémonique, a joué un rôle majeur, une nouvelle centrale syndicale est créée par les chavistes, l’Unión Nacional de Trabajadores (UNT). Celle-ci devient d’emblée majoritaire.

La construction d’une nouvelle direction syndicale à la tête des mobilisations

  • 7 Janicke, Kiraz, Venezuela’s Co-Managed Inveval: Surviving in a Sea of Capitalism, [en ligne], mis e (...)

7Après la grève d’origine patronale de 2002 / 2003, la situation sociale est exceptionnelle. On estime à 1 200 le nombre d’usines prises et occupées après leur fermeture par le chef d’entreprise7. Hugo Chávez lance le mot d’ordre « Entreprise abandonnée, entreprise occupée » pour éviter la paralysie de l’économie. En 2005, trois entreprises occupées (Venezolana de Papel, Centro Nacional de Válvulas et INVETEX) passent en co-gestion Etats / travailleurs pour les deux premières et avec une participation supplémentaire de l’entrepreneur dans le dernier cas. Un nouveau modèle d’entreprise semble à l’ordre du jour. Le 30 janvier 2005, dans un discours tenu à l’occasion du Vème Forum Social Mondial, Hugo Chávez en appelle à la fondation d’un socialisme du XXIème siècle. Une nouvelle société plus égalitaire, plus participative, plus démocratique devient le projet de la Révolution Bolivarienne.

  • 8 Lucena, Héctor, Le mouvement ouvrier dans la révolution bolivarienne, [en ligne], mis en ligne le 1 (...)

8Une centrale syndicale alternative est créée, l’UNT. Celle-ci surgit comme un syndicat créé par le pouvoir, mais suscite un flux d’adhésions importantes. La structure créée ex-nihilo compte fin 2005, 1 200 000 adhérents soit le même chiffre que la CTV en 2001. Cette dernière ne se remet pas de la scission et tombe à 200 000 personnes. En moins d’un an, selon le ministère du Travail, 76,5% des accords d’entreprise sont signés par cette nouvelle centrale et 20,2% par la CTV. L’indépendance à l’égard du gouvernement n’a jamais réellement existé : les locaux de l’UNT sont fournis par le ministre du Travail qui s’exprime à son congrès. Certains voulaient d’ailleurs baptiser la centrale syndicale Union Bolivarienne des Travailleurs pour mieux marquer l’attachement au chef de l’Etat. Selon Héctor Lucéna, cette phase est « caractérisée par un renforcement du mouvement des travailleurs, qui a progressivement retrouvé sa capacité de mobilisation. La relation conflictuelle entre le gouvernement et le patronat, avant et après le coup d’État d’avril 2002, a permis au mouvement des travailleurs de se développer sans craindre de voir se former la traditionnelle alliance entre entrepreneurs et institutions publiques pour contrer leur action. Cette configuration a été déterminante pour le redéploiement du mouvement. »8.

9Les coups portés à la structure syndicale bureaucratique de la CTV permettent aux forces syndicales de gauche, longuement contenues par la direction, de gagner en marge de manœuvre. Toutefois, les contradictions entre ces secteurs de gauche et les tendances les plus proches du gouvernement existent. Fin 2004, deux des principaux dirigeants de la Fuerza Bolivariana de Trabajadores (FBT), Orlando Chirino et Marcela Maspero, en sont exclus. En mai 2006, le IIème Congrès de l’UNT se réunit. En trois ans, les tensions internes entre les différentes tendances ont bloqué tout processus électoral. Un courant semble majoritaire, la Corriente Clasista Unitaria Revolucionaria y Autónoma (C-CURA). Né le 18 février 2006, la C-CURA, revendiquant l’autonomie syndicale, rassemble les militants pour qui le soutien au processus chaviste n’est qu’une stratégie ponctuelle dans le cadre de la lutte de classes. Cette attitude, si elle suscite la méfiance du gouvernement, jouit d’une relative popularité à la base. Elle est dirigée par Orlando Chirino. 800 des 2 500 délégués du Congrès de l’UNT se reconnaissent dans son orientation contre 200 à 300 pour les courants concurrents et plus d’un millier hors du débat. Les autres courants empêchent, dans une ambiance délétère, l’élection d’une nouvelle direction et la convocation d’un processus électoral. Ce congrès s’achève avec des affrontements physiques, les chaises volent, les insultes fusent.

10A partir de ce moment-là, l’UNT est structurée en cinq courants. La FBT concentre le pouvoir par les liens étroits tissés avec le Ministère du Travail. Les principales mesures adoptées par le gouvernement Chávez sont appuyées par l’UNT. La C-CURA mène une opposition de plus en plus frontale à la FBT. Entre ces deux courants, plusieurs tendances s’associent tantôt à la C-CURA pour revendiquer parfois des élections transparentes et un minimum d’autonomie syndicale tantôt avec la FBT pour imposer une consigne de vote aux élections en faveur du camp bolivarien de la part de la centrale syndicale. Parmi ces courants, on trouve le Colectivo de Trabajadores Revolucionarios, de Marcela Maspero, membre du MVR, le parti d’Hugo Chávez, Autonomía Sindical, historiquement lié à LCR, puis à sa fraction chaviste, le PPT et la tendance syndicale du PCV, la Corriente Clasista Unitaria de Trabajadores (CCUT) aujourd’hui Corriente Clasista Cruz Villegas (CCCV).

  • 9 Iranzo, Consuelo, Richter, Jacqueline op. cit.

11Pour les sociologues du travail, Consuelo Iranzo et Jacqueline Richter, il s’agit d’une nouvelle stratégie dans la politique du gouvernement de Hugo Chávez contre le mouvement syndical. La constitution de l’UNT représente une action de parallélisme visant à affaiblir le mouvement syndical. Le gouvernement ignore la CTV dans les relations sociales. Les deux auteurs envisagent la définition d’une stratégie concomitante à celle de parallélisme syndical : le démantèlement par le bas. La constitution de coopératives représente une limite à la syndicalisation9. Celles-ci sont politiquement et financièrement privilégiées dans l’obtention de marchés publics car « économiquement prioritaire ». Or, les possibilités de syndicalisation sont difficiles dans des entreprises de petite taille. De plus, nombre d’entreprises publiques ou privées utilisent les coopératives sans respecter les droits sociaux.

Le maintien d’une tutelle politique face aux mobilisations

  • 10 El Universal, 19 avril 2009.

12Le gouvernement, appuyé par les travailleurs durant les tentatives de déstabilisation de l’opposition, s’est progressivement dissocié de ceux-ci sans renoncer à sa tutelle politique. La moindre répression des manifestations pacifiques, tendance forte depuis 1999, s’est arrêtée depuis 2007. Selon l’ONG PROVEA, les quatre dernières années (2007, 2008, 2009 et 2010) sont les années où le nombre de manifestations pacifiques et le taux de répression de celles-ci ont été les plus forts depuis 1999. La renégociation habituelle des conventions collectives semble bloquée dans les entreprises du secteur public. Aux travailleurs du Metro de Caracas qui réclame une renégociation de leur convention collective, le Président répond personnellement : « Vous pensez que je vais sortir de l’argent de Madres del Barrio ou de la mission Barrio Adentro pour les donner à quelques syndicats qui veulent gagner 3 000 bolivars et leur donner quelques avantages. Cela s’appelle corruption. »10.

13Un phénomène nouveau apparaît : la judiciarisation de l’action syndicale. 2 400 personnes sont aujourd’hui soumises au régime de présentations au Tribunal pour participation à une manifestation ou autre activité revendicative. Le cas le plus emblématique de cette judiciarisation de l’action syndicale est sans doute celui de Rubén Gonzales, militant du Partido Socialista Unido de Venezuela (PSUV, le nouveau parti unifié du chavisme depuis 2007). Leader syndical de l’entreprise Ferrominera, il dirige une grève d’une quinzaine de jours pour la renégociation de conventions collectives en juin 2009. Il a été emprisonné plus d’un an pour ses activités syndicales.

  • 11 PROVEA, Informes anuales

14Un autre phénomène concourt à cette dégradation de l’atmosphère progressiste des années d’apogée du chavisme : l’assassinat de dirigeants syndicaux. Durant les trois dernières années, 113 dirigeants syndicaux ont été assassinés11. S’il existe certains cas où l’assassinat de syndicalistes est lié à la répression de secteurs revendicatifs, il serait, en revanche, absurde d’assimiler cette situation avec celle de la Colombie voisine. Aucun de ces dirigeants syndicaux ne semble avoir été assassiné par un agent de l’Etat. Il est possible de reprocher à l’Etat de ne pas assurer une sécurité suffisante et de ne pas mener les enquêtes suffisantes pour punir les coupables mais la responsabilité directe de l’assassinat n’incombe pas au gouvernement. A la différence de la Colombie, ce n’est pas, dans la plupart des cas, une politique répressive contre l’activité des syndicalistes en défense des droits des travailleurs mais davantage la concurrence autour du contrôle des postes de travail principalement dans le secteur de la construction.

15Deux entreprises symbolisent ce divorce entre les travailleurs et le gouvernement : SIDOR, une entreprise sidérurgique du sud du pays et Mitsubichi Barcelona, une succursale de la multinationale japonaise. SIDOR est une entreprise de plus d’une dizaine de milliers de travailleurs. Privatisée en 1997 au profit d’un groupe argentin, Ternium, les travailleurs réclament une augmentation de salaire pour compenser les pertes dues à l’inflation durant les dernières années. Le 14 mars 2008, la Guardia Nacional attaque les travailleurs qui manifestent pacifiquement. 53 personnes sont arrêtées, 12 sont blessées dont le dirigeant du principal syndicat, SUTISS, José Acarigua Rodriguez. Durant plus d’un mois, l’entreprise est paralysée par la grève. Le Ministre du Travail, José Ramón Rivero, agit de concert avec le groupe argentin. Le 9 avril 2008, Hugo Chávez annonce la nationalisation de SIDOR et la répudiation du Ministre du Travail. Toutefois, les conditions de travail ne se sont pas améliorées, les salaires n’ont pas augmentés de manière significative et les accidents de travail sont plus fréquents que lorsque l’entreprise était privée. La lutte des travailleurs de Mitsubichi Barcelona illustre également cette attitude ambivalente du gouvernement vénézuélien. La multinationale japonaise exige de ses travailleurs, une augmentation de la productivité et le licenciement de 135 personnes. Face à l’opposition des salariés, le 29 janvier 2008, deux travailleurs sont assassinés par la police régionale de l’État d’Anzoátegui dont le gouverneur est inscrit au PSUV. Dans cette région, à la surprise générale, le PSUV a subi une grave défaite aux élections de septembre 2010, n’obtenant qu’un des huit sièges en lice. La principale centrale syndicale chaviste, l’UNT, établit un lien de causalité entre les deux événements12.

  • 13 Entretien avec Sonia Gallardo, le 12 mars 2010.

16Contrairement à ce qui s’est passé lors de la fondation de l’UNT, les alliances et divisions entre dirigeants syndicaux ne suscitent pas d’enthousiasme particulier à la base. Le taux de syndicalisation a baissé durant cette période. Il ne dépasse pas 11% en juillet 2008. Pourtant, au même moment, le nombre d’organisations syndicales a explosé passant de 2 974 en novembre 2001 à 6 124 en décembre 2008. Le doublement du nombre de structures syndicales concomitantes à la stagnation du taux de syndicalisation s’explique par le parallélisme syndical. Dans chaque entreprise, il existe plusieurs syndicats, chacun étant affilié à un courant politico-syndical. Celui-ci devient une forme de lutte contre les travailleurs. Dans le secteur de la santé d’Aragua, par exemple, les secteurs les plus proches du gouvernement semblent avoir créé un syndicat parallèle pour court-circuiter le syndicat lié à la C-CURA et ne pas reconnaître les droits sociaux13. Le ministère du Travail est directement impliqué, favorisant les tendances liées au gouvernement dans la plupart des accords syndicaux. Les recompositions en cours sont davantage la conséquence de contradictions entre dirigeants syndicaux que le fruit d’options politico-syndicales différentes à la base. Toutefois, le récit des scissions et alliances semble indispensable pour comprendre l’atomisation du champ syndical vénézuélien.

17Le 6 décembre 2006, l’ensemble des dirigeants se réclamant du processus bolivarien vote pour Hugo Chávez à la présidence de la République. Pourtant, dans les mois qui suivent, l’UNT implose sur la contradiction entre la défense des revendications économiques et celle du processus politique, entre l’autonomie et la dépendance de la centrale syndicale à l’égard du gouvenrement. L’atomisation du champ syndical est sans précédent dans l’Histoire du syndicalisme vénézuélien. Celle-ci est d’autant plus paradoxale que des expériences similaires en Amérique Latine comme le péronisme ou le cardénisme, avaient su, en leur temps, constituer une centrale syndicale forte et unifiée. Pourquoi Hugo Chávez échoue là où Juan Perón et Lázaro Cárdenas ont réussi ?

18Hugo Chávez défend l’inféodation du syndicat au politique par le biais d’une rhétorique révolutionnaire socialiste. Il invoque ainsi Rosa Luxembourg dans Grève de masses, parti et syndicat :

  • 14 Luxembourg, Rosa, Grève de masses, parti et syndicat, p. 24 [en ligne], consulté le 05 octobre 2011 (...)

« Qu'il se produise en Allemagne, à telle ou telle occasion, à tel ou tel moment, de grandes luttes politiques, des grèves de masse, elles inaugureront simultanément une période de violentes luttes syndicales, sans que l'histoire demande aux dirigeants syndicaux leur approbation ou leur désapprobation. Si les dirigeants syndicaux devaient rester en marge du mouvement, ou même s'y opposer, leur attitude n'aurait qu'une seule conséquence, ils seraient laissés de côté par la vague des événements, et les luttes économiques ou politiques de la masse se poursuivraient sans eux; il en serait de même, dans un cas analogue, des dirigeants du parti. En effet, la distinction entre la lutte politique et la lutte économique, l'autonomie de ces deux formes de combat ne sont qu'un produit artificiel, quoique historiquement explicable, de la période parlementaire »14.

  • 15 Chávez, Hugo, Primer Encuentro con Propulsores del Partido Socialista Unido de Venezuela, [en ligne (...)

19Début 2007, Hugo Chávez s’en prend ouvertement à l’autonomie pour laquelle lutte depuis plusieurs années, la C-CURA : « Du brouhaha, cela s’appelle du brouhaha, nous ne venons pas faire du brouhaha mais une révolution. (…) Beaucoup de syndicats sont nés ces dernières années mais tous empoisonnés avec le même poison : autonomie syndicale. (…) L’unité, c’est ce que nous voulons, ce que nous nécessitons, l’unité. »15. Les attaques contre l’autonomie et les injonctions à rejoindre le parti uni naissant, le PSUV, conduisent la C-CURA à la scission. Une partie dirigée par le dirigeant syndical Stalin Pérez Borges crée le courant Marea Socialista voulant poursuivre le combat pour l’autonomie à l’intérieur du PSUV. La majeure partie de la C-CURA dirigé par Orlando Chirino poursuit un chemin s’éloignant progressivement du gouvernement. Celui-ci est particulièrement influent dans les Etats industriels d’Aragua et de Carabobo ainsi que dans PDVSA. Ce courant appelle à l’abstention pour le référendum sur la réforme constitutionnelle de décembre 2007. Le divorce est consommé. En représailles, le gouvernement licencie Orlando Chirino de PDVSA ainsi qu’Armando Guerra, dirigeant syndical de la C-CURA de Hidrocapital, autre entreprise publique. La C-CURA poursuit son éloignement du gouvernement et construit depuis juillet 2009, un mouvement nommé, Movimiento Solidaridad Laboral, l’associant à des forces syndicales d’opposition et l’ASI de Carlos Navarro.

  • 16 Entretien avec Oswaldo Vera, le 11 mars 2010.

20L’épisode SIDOR que nous venons d’évoquer laisse des traces. Le ministre désavoué, José Ramón Rivero, issu de la FBT, annonce quelques jours plus tard la création de sa propre centrale syndicale, la Central Socialista de Trabajadores (CST) avec le député PSUV, Oswaldo Vera. La puissante fédération des employés du secteur public de Franklin Rondón se rallie à cette nouvelle confédération. Celle-ci n’est cependant toujours pas reconnue légalement, trois ans après l’annonce de sa fondation. De fait, elle fonctionne mais des blocages bureaucratiques (politiques ?) empêchent sa reconnaissance officielle. Après la sortie de son aile la plus revendicative, l’UNT est affaibli par la sortie de sa tendance souhaitant « donner la priorité à la défense de la Révolution face aux revendications des travailleurs »16.

21La situation est complexe pour le gouvernement. Les centrales syndicales le soutenant détiennent largement le plus grand nombre de syndiqués par les pressions du pouvoir politique. Toutefois, contrairement aux gouvernements auxquels Hugo Chávez se compare régulièrement, Fidel Castro, Juan Domingo Perón ou Lázaro Cárdenas, il ne possède pas de relais solide dans le mouvement ouvrier. Il existe aujourd’hui trois confédérations soutenant le processus bolivarien : CST, UNT et CUTV. Les deux premières comptent chacune plusieurs courants largement divergents entre eux. La plupart des courants restant à l’UNT (à l’exception de celui du PCV) et l’ensemble des courants de la CST se coordonnent néanmoins au sein du Front des Travailleurs du PSUV mais les positionnements politiques et syndicaux sont si hétérogènes qu’il n’est pas possible de parler de relais solide du gouvernement dans le champ syndical.

  • 17 Posado Thomas, Le gouvernement révolutionnaire cubain en 1959 : un facteur d’apaisement social ?, P (...)

22La constitution d’une centrale syndicale « révolutionnaire » unitaire semble échouer sur une contradiction que nous avons déjà étudiée dans le cadre d’un travail précédent sur la Révolution cubaine17. Lors d’une tentative d’émancipation des carcans de l’économie mondiale, le gouvernement « révolutionnaire » veut affermir son pouvoir, demander des sacrifices aux travailleurs et augmenter la production au nom de l’effort révolutionnaire. Face à cela, des revendications propres aux travailleurs émergent immédiatement. A Cuba, ces dernières ont été maîtrisées par l’ampleur des concessions du gouvernement. Au Venezuela, le même phénomène a existé entre 2003 et 2006. Depuis le début de la crise du chavisme et l’essoufflement des concessions aux classes populaires, les solutions à adopter face à ce dilemme deviennent de plus en plus divergentes. D’un côté, ceux qui veulent donner la priorité aux revendications économiques sur le processus politique qu’ils ne considèrent plus révolutionnaire (C-CURA). A l’opposé, la FBT donne un ordre de priorité inverse. Entre ces deux positionnements, un ensemble de nuances…

  • 18 Entretien avec José Bodas, le 12 mars 2010.

23Les élections syndicales reflètent ce divorce entre les travailleurs et le gouvernement. A PDVSA, Willy Rangel, candidat officiel du gouvernement, a été élu le 1er octobre 2009, avec une courte majorité de 56%. Pourtant, le gouvernement avait déployé des efforts considérables pour sa victoire : menaces de non-négociation de la convention collective, financement de la campagne par l’argent public, suspicions de fraudes, etc.18 A Corpoelec, Ángel Naval a été élu, fin 2007, avec une majorité plus large, de plus de 80% en revendiquant voire en s’opposant au gouvernement.

  • 19 El Universal, 16 mai 2010.

24En outre, les restrictions au champ d’action du syndicalisme se multiplient. Des Conseils de Travailleurs devraient être institués par la prochaine Loi Organique du Travail. Si les premières annonces sont votées, ceux-ci deviendraient obligatoires et relégueraient le syndicalisme à un des quinze comités de cette nouvelle structure19.

Conclusion

25La subordination du syndical au politique a été maintenue durant le gouvernement d’Hugo Chávez. Les mobilisations sociales ont été utilisées par le gouvernement pour ses objectifs propres sans concéder d’autonomie à leurs organisations. Toutefois, l’incapacité du gouvernement vénézuélien à créer une centrale syndicale unifiée et puissante est un échec. Sa faiblesse dans le mouvement ouvrier et sa désinvolture à son égard sont problablement à l’origine de cet échec.

  • 20 Entretien avec León Arismendi, le 8 mars 2010.
  • 21 Bourdieu, Pierre, « La délégation et le fétichisme en politique », Actes de la recherche en science (...)

26Le professeur de droit du travail, León Arismendi, qualifie le syndicalisme chaviste de « syndicalisme improvisé »20 soulignant ainsi le manque d’expérience des dirigeants syndicaux du chavisme. D’une part, certains d’entre eux comme Aristóbulo Istúriz, candidat du gouvernement aux élections syndicales de 2001 ou Nicolás Maduro aujourd’hui ministre des Affaires Etrangères ont été absorbés dans une activité de dirigeant politique national. D’autres comme Froilán Barrios, Ramón Machuca ou Orlando Chirino, un temps pressentis pour diriger le syndicalisme chaviste s’opposent aujourd’hui ouvertement au gouvernement. D’autre part, le recyclage de dirigeants syndicaux des anciens partis dominants semble une pratique établie à l’image de Franklin Rondón, dirigeant du secteur des travailleurs du secteur public, FENTRASEP, Marcela Máspero, aujourd’hui principale dirigeante de l’UNT ou encore Willy Rangel, président de la puissante fédération des travailleurs pétroliers. Cette inexpérience pourrait relever d’un calcul politique du gouvernement. En recyclant des éléments peu expérimentés des anciens partis dominants et en excluant de fait les dirigeants syndicaux ayant une longue expérience et un capital symbolique propre, le gouvernement choisit des personnes qui pourront difficilement s’opposer à lui. Comme l’écrit Pierre Bourdieu, ces éléments sont de la « chair à canon pour combattre les vieux qui, commençant à avoir du capital (…) se servent de ce capital pour contester (…). Celui qui n’a rien, est un inconditionnel ; il a d’autant moins à opposer que l’appareil lui donne beaucoup, à la mesure de son inconditionnalité, et de son néant »21.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, Pierre, « La délégation et le fétichisme en politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1984, n°52-53, p. 49-55.

Chávez, Hugo, Primer Encuentro con Propulsores del Partido Socialista Unido de Venezuela, [en ligne], mis en ligne le 24 mars 2007, consulté le 09 avril 2010, URL : http://www.minci.gob.ve/alocuciones/4/13788/primer_encuentro_con.html.

Ellner, Steve, El sindicalismo en Venezuela en el contexto democrático (1958-94), Caracas, Tropykos, 1995.

Ellner, Steve, « El sindicalismo frente al desafío del chavismo », in Ellner Steve, Hellinger Daniel, La política venezolana en la época de Chávez : clases, polarización y conflicto, Caracas, Nueva Sociedad, 2003, p. 209-230.

Iranzo, Consuelo, Richter, Jacqueline, « La relación Estado-sindicatos en Venezuela (1999-2005) », Venezuela visión plural. Una mirada desde el Cendes, t. II, Caracas, UCV-CENDES, 2005, pp. 653-684.

Janicke, Kiraz, Venezuela’s Co-Managed Inveval: Surviving in a Sea of Capitalism, [en ligne], mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 7 avril 2010. URL : http://www.venezuelanalysis.com/analysis/2520.

Lucena, Héctor, Le mouvement ouvrier dans la révolution bolivarienne, [en ligne], mis en ligne le 19 avril 2007, consulté le 24 mars 2010. URL : http://risal.collectifs.net/spip.php?page=imprimer&id_article=2126.

Luxembourg, Rosa, Grève de masses, parti et syndicat, [en ligne], consulté le 05 octobre 2011, URL : http://www.marxists.org/francais/luxembur/gr_p_s/greve.htm

Touraine, Alain, « Le syndicalisme ouvrier », La parole et le sang, Politique et société en Amérique latine, Paris, Odile Jacob, 1988, p. 259-293.

Urquijo, José Ignacio, El Movimiento Obrero de Venezuela, Caracas, OIT-UCAB-INAESIN, 2000.

Haut de page

Notes

1 Touraine, Alain, « Le syndicalisme ouvrier », La parole et le sang, Politique et société en Amérique latine, Paris, Odile Jacob, 1988, p. 267.

2 Cette mobilisation de deux mois, du 9 décembre 2002 au début février 2003 est une combinaison entre un lock-out dans le secteur privé, une grève des cadres de PDVSA et le sabotage de l’industrie pétrolière. Le caractère politique et insurrectionnel de cette action est remarquable à son objectif annoncé, « la démission de Chávez ».

3 Ellner, Steve, El sindicalismo en Venezuela en el contexto democrático (1958-94), Caracas, Tropykos, 1995.

4 Urquijo, José Ignacio, El Movimiento Obrero de Venezuela, Caracas, OIT-UCAB-INAESIN, 2000, p.83.

5 Iranzo, Consuelo, Richter, Jacqueline, « La relación Estado-sindicatos en Venezuela (1999-2005) », Venezuela visión plural. Una mirada desde el Cendes, t. II, Caracas, UCV-CENDES, 2005, pp. 653-684.

6 Ellner, Steve, « El sindicalismo frente al desafío del chavismo », in Ellner Steve, Hellinger Daniel, La política venezolana en la época de Chávez : clases, polarización y conflicto, Caracas, Nueva Sociedad, 2003, p. 222.

7 Janicke, Kiraz, Venezuela’s Co-Managed Inveval: Surviving in a Sea of Capitalism, [en ligne], mis en ligne le 27 juillet 2007, consulté le 7 avril 2010. URL : http://www.venezuelanalysis.com/analysis/2520.

8 Lucena, Héctor, Le mouvement ouvrier dans la révolution bolivarienne, [en ligne], mis en ligne le 19 avril 2007, consulté le 24 mars 2010. URL : http://risal.collectifs.net/spip.php?page=imprimer&id_article=2126.

9 Iranzo, Consuelo, Richter, Jacqueline op. cit.

10 El Universal, 19 avril 2009.

11 PROVEA, Informes anuales

12 http://www.aporrea.org/endogeno/n167423.html

13 Entretien avec Sonia Gallardo, le 12 mars 2010.

14 Luxembourg, Rosa, Grève de masses, parti et syndicat, p. 24 [en ligne], consulté le 05 octobre 2011, URL : http://www.marxists.org/francais/luxembur/gr_p_s/greve.htm

15 Chávez, Hugo, Primer Encuentro con Propulsores del Partido Socialista Unido de Venezuela, [en ligne], mis en ligne le 24 mars 2007, consulté le 09 avril 2010, URL : http://www.minci.gob.ve/alocuciones/4/13788/primer_encuentro_con.html.

16 Entretien avec Oswaldo Vera, le 11 mars 2010.

17 Posado Thomas, Le gouvernement révolutionnaire cubain en 1959 : un facteur d’apaisement social ?, Paris, Sciences Po, 2009, 101 p.

18 Entretien avec José Bodas, le 12 mars 2010.

19 El Universal, 16 mai 2010.

20 Entretien avec León Arismendi, le 8 mars 2010.

21 Bourdieu, Pierre, « La délégation et le fétichisme en politique », Actes de la recherche en sciences sociales, 1984, n°52-53, p. 54.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Posado, « Question sociale et politique : relations syndicat – gouvernement dans le Venezuela contemporain », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65600 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65600

Haut de page

Auteur

Thomas Posado

Paris-VIII – CRESPPA-CSU

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page