Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
Amérique au singulier, Amériques au pluriel: à quoi nous sert la perspective hémisphérique ? – Journée d'étude des doctorants du MASCIPO (Institut des Amériques, 30 octobre 2012)
Virginie Adane

Penser le genre en Nouvelle Néerlande au XVIIe siècle : enjeux historiographiques

[11/06/2013]

Résumés

Dans le cadre d’une réflexion sur les apports d'une perspective macro-régionale, hémisphérique, cet article vise à montrer les méfaits d'une historiographie trop longtemps cloisonnée, voire gagnée par un esprit de clocher assez marqué. Il ne s’agit pas ici de dresser un bilan historiographique exhaustif, mais de proposer une mise en perspective sur la façon dont la recherche sur la Nouvelle Néerlande, devenue New York à partir de 1664, a donné lieu à une production historiographique à l’exceptionnalisme si marqué qu’il en a empêché l’émergence d’une réelle analyse critique de cet objet. Cet exceptionnalisme s’est longtemps appuyé sur l’identification de rôles sexués originaux dans les sociétés néerlandaises au Siècle d’Or, conduisant à définir les rapports de genre en Nouvelle Néerlande comme étant d’une inhabituelle libéralité envers les femmes de la colonie ; il s’agissait, ainsi, d’assigner à la Nouvelle Néerlande un rôle d’âge d’or perdu. L’adoption d’une perspective hémisphérique permet non seulement de décloisonner ce terrain colonial et de l’insérer dans sa macro-région américaine ; mais, outre le changement d’échelle géographique, cette perspective conduit à mobiliser des outils méthodologiques et thématiques propres à la réflexion sur les rapports de genre en situation coloniale.

Haut de page

Texte intégral

1 La colonie de Nouvelle Néerlande, occupée à partir des années 1620 et devenue New York à partir de 1664, présente un terrain particulièrement intéressant pour aborder les rapports de genre, et ce à deux égards. Premièrement, la colonie se distingue dès ses premières années par l’extrême diversité de sa population, composée de groupes européens de tous horizons (Hollandais, Wallons francophones, Luthériens venus de l’Empire, Anglais venus de la Nouvelle Angleterre voisine, etc.), de nations indiennes aussi bien algonquines qu'iroquoises et de populations serviles et non-serviles noires introduites par la traite, venues d'Afrique et des Antilles. Deuxièmement, la colonie présente la spécificité d’être une colonie néerlandaise dans un monde principalement anglophone, marquée par un changement de souveraineté au cours du XVIIe siècle. Ce changement va de pair avec une évolution du droit et une transformation de la société coloniale. Ces transformation ont conduit l’historiographie à s’intéresser aux effets de ce changement de souveraineté dans la gestion des rapports sociaux et des rapports de genre – en l’occurrence les pratiques sociales entre hommes et femmes dans la colonie, ainsi que la façon dont celles-ci s’articulent aux normes sexuées et à leur évolution.

2 Cette originalité double a donc tout pour faire de la Nouvelle Néerlande un laboratoire particulièrement fécond pour comprendre les rapports de genre en situation coloniale, et pourtant, c’est précisément cette originalité qui a isolé la recherche sur la Nouvelle Néerlande du reste de la recherche sur l’Amérique du Nord coloniale. La spécificité néerlandaise aidant, la recherche sur cette colonie a longtemps été marquée du sceau de l’exceptionnalisme. Or c’est précisément en changeant d’échelle, grâce à une perspective hémisphérique évitant un essentialisme hollandais ou même étatsunien, que peut venir un cadre d’analyse plus fécond.

3 Dans un premier temps, il s’agira de montrer comment l’attention portée au genre n’a servi qu’à apporter une pierre de plus à l’édifice de l’exceptionnalité hollandaise en terrain britannique, tout en montrant comment les tenants de cet exceptionnalisme on chargé l’Amérique hollandaise d’une valeur paradigmatique pour comprendre l’Amérique contemporaine. Cette lecture, héritée de schémas intellectuels du XIXe siècle, est anachronique à bien des égards. Il sera ensuite question de voir comment un changement d’échelle, et l’attention portée à des travaux faits sur d’autres terrains, ouvre non seulement sur des perspectives comparatistes fécondes, mais permet aussi de sortir cette colonie de son ancrage national ; il s’agit avant tout de prendre la mesure d’une société nouvelle où sont en jeu des dynamiques de transferts culturels, d’adaptations, de jeux de pouvoir et de domination, dynamiques dont le genre offre une clé de compréhension cruciale, et de montrer ainsi les apports d’une approche macro-régionale de la recherche.

1) Les femmes en Nouvelle Néerlande : les impasses de l’exceptionnalisme

  • 1 Laurel Ulrich, Good Wives: Image and Reality in the Lives of Women in Northern New England, 1650-17 (...)
  • 2 Kathleen M. Brown, « Brave New Worlds: Women’s and Gender History », The William and Mary Quarterly (...)
  • 3 Carol Karlsen, The Devil in the Shape of a Woman: Witchcraft in Colonial New England, 1ère éd., New (...)
  • 4 Margaret S. Creighton et Lisa Norling, Iron Men, Wooden Women: Gender and Seafaring in the Atlantic (...)

4 A la fin des années 1970 et au début des années 1980, alors que l’histoire des femmes, puis l’histoire du genre se développaient aux États-Unis, le terrain colonial s’est vite avéré être l’un des laboratoires les plus propices à cette évolution de la recherche. En effet, la possibilité de travailler sur des processus sociaux de long terme y semblait plus évidente, donnant lieu à une véritable effervescence historiographique au cours des trente dernières années, et surtout pendant les années 1980 et 1990. Ainsi, l’historiographie sur le genre en Amérique coloniale est passée par une perspective d’histoire des femmes, plutôt compensatoire. Cette approche visait à montrer l’importance du rôle des femmes dans les sociétés coloniales d’Amérique du nord, dans la lignée des travaux tels que ceux de Laurel Thatcher Ulrich sur la Nouvelle Angleterre, insistant sur la place des femmes dans l’économie familiale coloniale (Ulrich parle notamment de « deputy husbands »1). Par la suite, ces travaux ont évolué vers une histoire du genre, mobilisant, entre autres thèmes, une réflexion sur le paradigme de la domination, notamment à travers les travaux de Kathleen Brown sur la Virginie2 ou encore ceux sur la sorcellerie à Salem, de Carol F. Karlsen3. L’évolution vers l’histoire du genre a donné également lieu au développement de l’histoire des hommes et de la masculinité4.

  • 5 Linda Briggs Biemer, Women and Property in Colonial New York: the Transition from Dutch to English (...)
  • 6 Ariadne Schmidt, « Vrouwen en het Recht », Jaarboek van het Centraal Bureau voor Genealogie, deel 5 (...)
  • 7 Johan Huizinga, Nederland’s beschaving in de zeventiende eeuw, een schets., Haarlem, H. D. Tjeenk W (...)
  • 8 Conrad Busken Huet, Het land van Rembrandt: Studiën over de Noordnederlandsche beschaving in de zev (...)

5 Pourtant, alors que l’histoire du genre en Amérique coloniale était l’un des domaines de recherche les plus prolifiques, et en constante évolution dans les années 1980-90, celle sur le genre en Nouvelle Néerlande est restée bloquée sur un enjeu exceptionnaliste dont il semblait, à première vue, difficile de sortir. En effet, dès le XIXe siècle, les femmes hollandaises du Siècle d’Or furent célébrées pour leur rôle social à part, considéré comme unique dans l’Europe moderne, ainsi que dans les colonies. Ce constat fut ensuite réinvesti lors du développement de l’histoire des femmes, puis du genre, dans le contexte deuxième féminisme à la fin des années 19705. Il s’agissait dans un premier temps de mettre en avant la spécificité du statut juridique, et par conséquent social, des femmes dans les sociétés hollandaises, s’appuyant pour cela sur les provisions du droit romain hollandais. Ainsi, sous juridiction hollandaise, les femmes avaient accès à la propriété directe, ce qui leur était refusé dans les sociétés soumises au droit commun anglais, par exemple. Il s’ensuivait un certain nombre de prérogatives originales, telles que l’accès au commerce en leur nom propre, l’accès à l’héritage, une importante présence publique et l’émergence, dans les sociétés portuaires commerçantes, d’une classe de femmes marchandes, les koopvrouwen. Ces analyses, loin d’être récentes, et largement réévaluées depuis6, sont directement empruntées à l’historiographie hollandaise portant sur le Siècle d’Or, notamment incarnée par les travaux tardifs de Johan Huizinga7, et remontent au XIXe siècle8.

6 Ce sont ces conclusions qui furent reprises et adaptées au contexte colonial de la Nouvelle Néerlande à la fin des années 1970, pour inscrire dans cette société coloniale les prémices de l’émancipation des femmes. Ainsi, l’historiographie sur le genre en Nouvelle Néerlande a été centrée sur une réflexion sur le statut juridique original des femmes dans les sociétés hollandaises, tout d’abord en cherchant à montrer comment le rôle et la place des femmes à New York furent amoindris par le changement de souveraineté. Cette réflexion, informée dans un premier temps par les théories émancipatoires du deuxième féminisme, confinait parfois à la téléologie et à l’anachronisme. En effet, une partie de l’exceptionnalisme sur les femmes en Nouvelle Néerlande était bâti sur leur implication dans les affaires économiques publiques de la colonie. Décrivant des rapports de genre originaux, où les femmes seraient plus présentes et moins soumises à la domination masculine, les premiers travaux montraient comment la prise en main de la colonie par les Britanniques avait conduit à l’imposition d’un prisme patriarcal qui n’allait pas de soi – et dont les femmes auraient été prisonnières jusque dans les années 1970. Il s’agissait donc de dire qu’avant l’arrivée des Britanniques, les femmes avaient connu une forme de liberté dont elles auraient été par la suite privées, assignant à la Nouvelle Néerlande un rôle d’âge d’or perdu. Une telle thèse est fortement discutable – et discutée, sa mise en cause étant à l’origine de la plupart des travaux sur le genre pour cette colonie. Si les travaux ultérieurs sont plus nuancés, l’hypothèse longtemps avancée par l’historiographie consistait à considérer que la principale clé pour comprendre la place des femmes dans la société de Nouvelle Néerlande / New York était l’évolution du droit. Le passage du droit romain, pratiqué dans les sociétés hollandaises, à la common law, graduellement appliquée par les Anglais après la prise en main de la colonie en 1664, aurait notamment conduit à la perte de prérogatives économiques particulières – une hypothèse qui, en déplaçant le curseur des femmes vers le genre, puis du droit vers les pratiques sociales, peut être largement réévaluée.

  • 9 A quelques notables exceptions près : Jaap Jacobs, Een zegenrijk gewest: Nieuw-Nederland in de zeve (...)
  • 10 Le livre le plus lu et le plus reconnu sur cette colonie est celui de Russell Shorto, un journalist (...)
  • 11 Voir les travaux incessants d’édition et de traduction menés à bien par le New Netherland Project, (...)
  • 12 L’histoire coloniale a, en effet, longtemps été dominée par des modèles socio-culturels anglais, qu (...)

7 Comment comprendre cet exceptionnalisme marqué autour de la colonie hollandaise en Amérique du Nord ? D’un point de vue très pragmatique, dans un monde colonial principalement anglais et étudié par des anglophones, la barrière de la langue peut sembler significative. En effet, les archives sur la Nouvelle Néerlande, ainsi qu’une importante partie des archives concernant le New York colonial sont en néerlandais, une langue moins facilement accessible pour les chercheurs sur l’Amérique du nord coloniale, principalement confrontés aux langues anglaise et française. Cette barrière linguistique referme le champ de la recherche à ceux qui ont la maîtrise du néerlandais (ou à ceux qui sont disposés à ne travailler que sur sources traduites, un postulat insatisfaisant) et ont contribué à faire de la Nouvelle Néerlande un parent pauvre de la recherche colonialiste nord-américaine – mais aussi hollandaise, tant la Nouvelle Néerlande représente une colonie mineure de l’Empire hollandais9. Les principaux travaux sur cette colonie sont ainsi menés par ceux qui en maîtrisent les archives, historiens amateurs mais bilingues, férus de généalogie10, archivistes experts sur cette colonie, mais moins au fait des avancées de la recherche universitaire11. La barrière n’est cependant pas uniquement linguistique, elle semble être aussi idéologique et méthodologique. Affirmer l’exceptionnalité de la Nouvelle Néerlande, c’est garantir la place de l’Amérique hollandaise dans l’héritage national américain et la promesse de fonds pour mener à bien la restauration des archives se trouvant dans le Capitole d’Albany. Il faut en effet s’interroger sur les motivations intellectuelles que recouvre cet exceptionnalisme qui touche, non seulement les travaux sur le genre en Nouvelle Néerlande, mais la recherche sur la Nouvelle Néerlande d’une manière générale. Cette insistance sur un héritage spécifiquement hollandais (le terme anglais de dutchness est souvent mis en avant) est à renvoyer au fait que les historiens qui travaillent sur ce terrain cherchent à rétablir l’importance de la colonisation hollandaise sur ces territoires ou même à mettre en évidence l’importance d’une colonie « oubliée » par rapport aux colonies anglophones d’Amérique du nord12.

  • 13 Ainsi Joyce Goodfriend intitule-t-elle sa monographie consacrée à New York à l’époque coloniale « B (...)

8 Ainsi, un double discours exceptionnaliste sur le passé colonial de New York est en jeu. D’une part, il s’agit, pour les tenants de ce discours, de célébrer la colonie hollandaise dans un monde anglais, et de questionner l’inscription de l’héritage hollandais dans un récit anglo-saxon des origines de la nation américaine. Le passé colonial hollandais de New York contribuerait à en faire un terrain unique et original. D’autre part, l’originalité de New York serait, paradoxalement, particulièrement pertinente pour comprendre l’Amérique contemporaine. En effet, cette dutchness jouerait une part aussi importante que l’héritage « anglo-saxon » dans la formation de la société américaine contemporaine13. En plus de montrer que le passé colonial new-yorkais se démarque du récit colonial anglais, le discours exceptionnaliste vise à montrer dans quelle mesure le legs hollandais à l’Amérique est plus à même d’expliquer la nation étatsunienne qu’un récit anglo-saxon.

9 Le rôle des femmes dans la définition de cette exceptionnalité apparaît assez vite comme central – au centre de l’entrée du New York State Museum, à Albany, trône ainsi une plaque célébrant l’apport culturel hollandais aux États-Unis avec ces mots: « L’héritage culturel hollandais en Amérique : tolérance [religieuse], diversité culturelle, éducation pour tous, droits des femmes, pratiques de succession, pratiques bancaires et le Père Noël » ; dans cette liste, deux catégories renvoient ainsi directement à des problématiques sexuées. L’attention portée au genre ne viserait, pour les conservateurs du New York State Museum, mais aussi pour les membres du New Netherland Institute et les archivistes des New York State Archives, tous hébergés dans le même bâtiment, qu’à apporter une pierre de plus à l’édifice de l’exceptionnalité hollandaise en terrain britannique, tout en montrant la valeur paradigmatique de l’Amérique hollandaise pour comprendre l’Amérique contemporaine.

10 Il apparaît donc que travailler sur le genre dans un territoire colonial en ne tenant compte que de l’historiographie qui lui est spécifique, sous prétexte que les conditions locales, la temporalité, les peuples impliqués ne sont pas les mêmes, comporte un certain nombre d’impasses méthodologiques. Alors même que le paradigme exceptionnaliste s’appuie sur des sources privées de femmes de l’élite, minoritaires, je propose de changer d’approche et de sources afin d’appréhender l’ensemble de la société. L’adoption d’une perspective hémisphérique permet d’inscrire ce territoire colonial spécifique dans un cadre d’analyse plus thématique que géographique, et d’envisager les rapports de genre en Nouvelle Néerlande comme étant avant tout en situation coloniale. Travailler sur le genre constitue, en effet, une porte d’entrée pour comprendre la complexité de cette société coloniale plurielle, marquée, notamment, par la brutalité des rapports sociaux en milieu portuaire marchand. Mon approche consiste à travailler à partir des relations sociales du quotidien, telles qu’elles transparaissent dans les sources judiciaires, avec tout ce qu’elles reflètent de négociations des rôles de chacun, notamment sexués. Les historiographies d’autres territoires coloniaux fournissent des outils méthodologiques utiles pour mener à bien ce type d’approche.

2) Le genre comme outil d’analyse : décloisonnement et changement d’échelle

11 Travailler sur le genre en Nouvelle Néerlande requiert donc un changement d’échelle, dans la mesure où celui-ci permet de replacer la colonie dans un contexte de sociétés en construction, et dans les jeux de pouvoir que cela implique. À ce titre, la mise en regard de la Nouvelle Néerlande avec d’autres territoires coloniaux s’avère particulièrement fructueuse.

  • 14 David Armitage et M. J. Braddick, The British Atlantic World, 1500-1800, Houndmills, Basingstoke, H (...)
  • 15 Kathleen Wilson, A New Imperial History: Culture, Identity, and Modernity in Britain and the Empire (...)

12 L’adoption d’une telle approche représente l’une des principales évolutions dans le champ de l’histoire coloniale, où le paradigme atlantique est devenu incontournable depuis une quinzaine années aux États-Unis, et invite précisément à sortir de ce cloisonnement en proposant de connecter les continents qui bordent l’Atlantique entre eux, mettant ainsi l’accent sur les circulations et sur la comparaison des territoires concernés14. Plus récemment, l’histoire hémisphérique, tout comme la nouvelle histoire impériale15 voire la world history visent à montrer les limites de l’histoire atlantique telle qu’elle a monopolisé l’attention des chercheurs ; pourtant, en dépit des variations qui les distinguent, ces courants convergent dans leur injonction à décloisonner les historiographies nationales, à se défaire d’une perspective téléologique menant nécessairement, pour l’Amérique continentale anglophone, à la Révolution Américaine. Il s’agit surtout de voir ces espaces comme des espaces de circulation (d’hommes, d’idées, de biens), des sociétés nouvelles, et des espaces pouvant, à ce titre, être mis en regard les uns avec les autres. Bref, dire de la perspective hémisphérique qu’elle permet d’ouvrir sur un changement d’échelle et des comparaisons n’est donc pas vraiment nouveau en soi. La question est de savoir concrètement, quels sont les outils conceptuels qui peuvent être mobilisés lorsqu’on travaille sur le genre en Nouvelle Néerlande.

  • 16 Cornelia Hughes Dayton, Women Before the Bar: Gender, Law, and Society in Connecticut, 1639-1789, C (...)

13 Tout d’abord, outre la réinscription la colonie dans son monde impérial, notamment en faisant le lien, dans une perspective d’histoire connectée, entre la colonie et Curaçao, avec laquelle les rapports étaient constants, notamment via la figure tutélaire de Pieter Stuyvesant, la comparaison entre plusieurs territoires coloniaux s’avère bien entendu fructueuse pour sortir du prisme de l’exceptionnalisme, comme le montre la mise en regard des pratiques judiciaires à la Nouvelle Amsterdam avec les pratiques judiciaires à New Haven, telles qu’analysées par Cornelia Dayton16. Les travaux de cette dernière sur la présence des femmes de New Haven en justice mettent en avant des pratiques similaires à celles de New Amsterdam en termes d’implication des femmes dans l’économie coloniale. La venue répétée des femmes en justice pour des affaires économiques, dans une société anglaise régie par un droit commun, invite à pousser le jeu de la comparaison, et à questionner la centralité du droit hollandais pour comprendre le rôle et la place des femmes dans la société coloniale.

14 Mais, plus encore qu’un changement d’échelle et l’insertion dans une aire régionale plus vaste, le principal enjeu posé par l’histoire hémisphérique consiste à proposer une nouvelle grille d’analyse, à la faveur des avancées de la recherche sur le genre et des outils d’analyse propres au cadre colonial. Prêter attention aux Amériques dans une perspective hémisphérique, comme point d’ancrage et de comparaison, permet de réassigner à la Nouvelle Néerlande son statut de société coloniale, c’est-à-dire de société nouvelle, marquée par des problématiques de transferts, d’adaptations, et par des jeux de dominations et de pouvoir et conduit à réévaluer la place des rapports de genre dans ces dynamiques.

15 En s’intéressant aux pratiques sociales plutôt qu’au droit seul, l’enjeu principal consiste à travailler à partir d’archives publiques, portant sur les échanges sociaux dans des lieux publics tels que la rue et la taverne, pour aborder les interactions quotidiennes d’hommes et de femmes ordinaires. En bref, il est nécessaire de prendre le contrepied d’une recherche qui s’est jusqu’ici intéressée principalement aux femmes exceptionnelles, à partir de leurs documents privés. Mon projet vise donc à partir des relations sociales du quotidien, telles qu’elles transparaissent dans les sources judiciaires, avec tout ce qu’elles reflètent de négociations des rôles de chacun, notamment sexués. Un tel changement d’approche n’est possible qu’en prenant en compte les apports historiographiques d’autres territoires coloniaux.

  • 17 Tamar Herzog, Rendre la justice à Quito (1650-1750), Paris, Harmattan, 2001, p. 15.

16 Étudiant les pratiques judiciaires à Quito entre 1650 et 1750, Tamar Herzog invite à voir comment, en situation coloniale, la loi apparaît comme « un simple instrument du jeu social »17. Or, la loi ne suffit pas à comprendre les articulations entre le droit, les rapports sociaux et la norme. Ses recherches montrent comment institutions et groupes sociaux interagissent. Elles permettent de voir comment appréhender les sources administratives et judiciaires dans une perspective d'histoire des pratiques sociales, une approche qui invite à réfléchir à des dynamiques de négociations des rôles de chacun, notamment sexués. Au cœur de ce travail se trouve une réflexion sur les subalternes, impliquant des questions de hiérarchie sociale, mais aussi de race, et rappelant que travailler sur le droit et la justice ne saurait être désincarné, et implique des jeux de hiérarchie sociale marqués. Ces analyses invitent à questionner la dimension genrée des conflits tels qu’ils apparaissent dans les pratiques judiciaires et invitent en outre à réfléchir à l’articulation entre genre et lieux publics, notamment à travers des notions telles que la réputation (objet d’un chapitre de Herzog, dans lequel elle identifie la réputation comme facteur crucial aussi bien du déclenchement que du déroulement d'un procès).

  • 18 Edité et traduit dans : Berthold Fernow (dir.), The Records of New Amsterdam from 1653 to 1674 Anno (...)

17 Une telle approche s’avère utile pour comprendre certains enjeux sociaux propres à la Nouvelle Néerlande. Ainsi, dans les années 1650, Maria Joris, épouse de Nicolaes Boot et tavernière à La Nouvelle Amsterdam, comparaît régulièrement devant les magistrats, soit pour poursuivre de mauvais clients, soit parce qu’elle était accusée de diffamation contre ceux-ci. Au cours de ses procès, Maria Joris montrait constamment une conscience assez claire de sa condition de femme comme étant la cause de ses problèmes, un témoignage à rebours de l’image de libéralité envers les femmes des sociétés administrées par le droit hollandais, longtemps véhiculée par l’historiographie. L’examen des sources invite à mettre en parallèle ces disputes constantes avec le poids de la mauvaise réputation dont Maria Joris faisait l’objet, en raison de ses troubles conjugaux et de son alcoolisme, montrant à quel point le droit est informé, non seulement par les normes mais aussi par les pratiques sociales. Son cas, ainsi que de nombreux autres trouvés dans les archives judiciaires, montre que la participation des femmes à la vie publique de la colonie représentait certes un phénomène courant. Nombre de femmes accédaient à un commerce, parfois en leur nom propre. Pourtant, rares étaient celles qui devenaient des marchandes respectées de tous ; la plupart étaient au contraire assignées à des professions les plaçant de facto à la marge, principalement comme tavernières, et faisant l’objet de constantes négociations reflétant des enjeux de pouvoir et des hiérarchies fortement sexuées à l’œuvre dans la construction d’une société coloniale18.

  • 19 Kathleen M. Brown, « Brave New Worlds », op. cit.
  • 20 Ann Laura Stoler, Race and the Education of Desire: Foucault’s History of Sexuality and the Colonia (...)
  • 21 Ann Stoler, « Tense and Tender Ties: The Politics of Comparison in North American History and (Post (...)

18 L’attention portée à d’autres territoires coloniaux permet, en outre, de rappeler à quel point la réflexion sur les rapports de genre en contexte colonial ne saurait se limiter aux populations européennes, un enjeu trop souvent absent de l’historiographie sur la Nouvelle Néerlande, bien que largement balisé pour le reste de l’Amérique du Nord coloniale. Kathleen Brown le rappelait ainsi, dès le début des années 1990, et soulignait à quel point les problématiques de genre étaient complémentaires des problématiques de race, conformément au paradigme instauré dès les années 1960 par la Nouvelle Histoire Sociale, et fondamentaux pour comprendre les jeux de hiérarchie se mettant en place dans les sociétés coloniales19. Dans la mesure où le genre traduit des relations de pouvoir en renvoyant à des hiérarchies supposément naturelles, il imprègne les rencontres coloniales et les prescriptions pour l’ordre social. Analysant le genre comme une rencontre interculturelle, qualifiée de « gender frontier », elle incitait à mettre en évidence la dimension de construction sociale du genre, grâce au comparatisme et à l’articulation genre / race. Ce faisant, elle mettait en évidence à quel point les sociétés coloniales s’étaient bâties suivant des rapports de domination et de hiérarchie, au sein desquels le genre joue un rôle crucial dans la construction de l’altérité. S’intéressant, quant à elle, à la vie intime, Ann Laura Stoler propose des outils d’analyse connectant la race au genre20, posant la question de l’intimacy21 et du métissage, et mettant avant tout l’enjeu fondamental que représente la sexualité en situation coloniale, une approche qui ouvre sur des perspectives jusqu’ici délaissées en Nouvelle Néerlande. Ainsi, l’adoption d’une perspective hémisphérique et, plus généralement, décloisonnée, permet de réassigner à la Nouvelle Néerlande son statut de société nouvelle, de société coloniale, et invite à réfléchir à la façon dont les rapports de genre sont informés par cette situation coloniale.

19 Ces travaux, bien que portant sur des territoires très éloignés de la Nouvelle Amsterdam (et, dans le cas de Stoler, dépassant même le cadre hémisphérique ici en question), permettent de voir que le travail sur le genre en situation coloniale vise avant tout à livrer une nouvelle compréhension de ces sociétés, articulée autour de hiérarchies raciales, mais aussi sociales et sexuées qui se répondent et s’informent. Prendre ces éléments et ces outils en compte pour la Nouvelle Néerlande permet d’avoir une nouvelle lecture quant aux enjeux sexués de cette colonie. Prêter attention aux pratiques et à la diversité sociale et raciale de la société coloniale permet de voir que l’implication des femmes dans l’économie marchande de la colonie, au cœur du postulat exceptionnaliste de libéralité précédemment évoqué, passait également par l’assignation de celles-ci à des rôles économiques subalternes et obéissait à une hiérarchie sociale fermement bâtie sur l’honneur, hiérarchie nécessairement rendue plus complexe par la situation coloniale et le contact avec d’autres peuples. L’extrême diversité de la population de cette colonie contribue, en effet, à en faire un laboratoire d’analyse privilégié pour confronter genre, pratiques traditionnelles et cadre juridique hérités des Provinces-Unies et redéfinition des rapports sociaux. En outre, l’attention prêtée à la dimension intime des rapports de genre permet de voir dans quelle mesure ceux-ci informent les enjeux de pouvoir qui caractérisent cette société coloniale. Ainsi peut se dessiner une image contrastée de cette société coloniale, hollandaise par les institutions, extrêmement diverse par la population et les rapports sociaux qui s’ensuivent.

20 La perspective hémisphérique, dans ce qu’elle apporte de jeu d’échelle et de comparaisons, permet d’échapper à l’essentialisme à plusieurs égards. D’une part, elle permet d’échapper à un essentialisme aussi bien « batave » qu’étatsunien, en réinsérant la colonie dans une macro-région où les rapports sociaux sont confrontés aux mêmes enjeux. Le changement d’échelle occasionné permet de mobiliser un certain nombre de concepts performants pour comprendre les rapports de genre en Nouvelle Néerlande, et de définir une boîte à outils conceptuelle. Le dialogue suscité entre des territoires et des historiographies diverses s’avère en outre particulièrement efficace pour échapper également à une réification des rapports de genre, en rappelant que, bien que des terrains très différents soient comparables, la diversité des enjeux propres à chaque région invite à un jeu subtil entre comparaison et territorialisation des rapports sociaux.

Haut de page

Notes

1 Laurel Ulrich, Good Wives: Image and Reality in the Lives of Women in Northern New England, 1650-1750, New York, N.Y., Knopf: Distributed by Random House, 1982.

2 Kathleen M. Brown, « Brave New Worlds: Women’s and Gender History », The William and Mary Quarterly, 1993, vol. 50, no 2, p. 311-328 ; Kathleen M. Brown et al., Good Wives, Nasty Wenches, and Anxious Patriarchs: Gender, Race, and Power in Colonial Virginia, Chapel Hill, Published for the Institute of Early American History and Culture by the University of North Carolina Press, 1996.

3 Carol Karlsen, The Devil in the Shape of a Woman: Witchcraft in Colonial New England, 1ère éd., New York, Norton, 1987.

4 Margaret S. Creighton et Lisa Norling, Iron Men, Wooden Women: Gender and Seafaring in the Atlantic World, 1700-1920, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1996 ; Voir par exemple : Lisa Wilson, Ye Heart of a Man: the Domestic Life of Men in Colonial New England, New Haven, Conn., Yale University Press, 1999.

5 Linda Briggs Biemer, Women and Property in Colonial New York: the Transition from Dutch to English Law 1643-1727, Ann Arbor, Mich., UMI Research Press, 1983.

6 Ariadne Schmidt, « Vrouwen en het Recht », Jaarboek van het Centraal Bureau voor Genealogie, deel 58 « Vrouwen, Familie en Maatschappij », Den Haag, Central Bureau voor Genealogie, 2004, p. 27-44 ; Ariadne Schmidt, « Vrouwenarbeid in de vroegmoderne tijd in Nederland », Tijdschrift voor sociale en economische geschiedenis: TSEG., 2005, vol. 2, no 3, pp. 2-21 ; Danielle Heuvel, Women and Entrepreneurship : Female Traders in the Northern Nederlands c. 1580-1815, Amsterdam, Aksant, 2007.

7 Johan Huizinga, Nederland’s beschaving in de zeventiende eeuw, een schets., Haarlem, H. D. Tjeenk Willink, 1941 ; Traduction française : Johan Huizinga et Guillaume Van der Schrieck, La Civilisation néerlandaise au dix-septième siècle, Haarlem, Tjeenk Willink, 1941.

8 Conrad Busken Huet, Het land van Rembrandt: Studiën over de Noordnederlandsche beschaving in de zeventiende eeuw, Haarlem, H.D. Tjeenk Willink, 1882.

9 A quelques notables exceptions près : Jaap Jacobs, Een zegenrijk gewest: Nieuw-Nederland in de zeventiende eeuw, Amsterdam, Uitg. Prometheus / B. Bakker, 1999 ; Traduction anglaise : Jaap Jacobs, The Colony of New Netherland : a Dutch Settlement in Seventeenth-Century America, Ithaca N.Y., Cornell University Press, 2009 ; Willem Frijhoff, Wegen van Evert Willemsz. : een Hollands weeskind op zoek naar zichzelf, 1607-1647, Nijmegen, SUN, 1995 ; Traduction anglaise : Willem Frijhoff, Fulfilling God’s mission the two worlds of Dominie Everardus Bogardus, 1607-1647, Leiden; Boston, Brill, 2007.

10 Le livre le plus lu et le plus reconnu sur cette colonie est celui de Russell Shorto, un journaliste du New York Times, qualifiant la colonie d’« oubliée » : Russell Shorto, The Island at the Center of the World: The Epic Story of Dutch Manhattan and the Forgotten Colony that Shaped America, 1re éd., Doubleday, 2004.

11 Voir les travaux incessants d’édition et de traduction menés à bien par le New Netherland Project, dirigé par Charles Gehring au sein du New Netherland Institute. http://www.newnetherlandinstitute.org/

12 L’histoire coloniale a, en effet, longtemps été dominée par des modèles socio-culturels anglais, qu’il s’agisse de la Nouvelle-Angleterre ou de la Chesapeake. La Nouvelle-Angleterre et le modèle de société coloniale créé par les puritains furent longtemps brandis par les premiers historiens colonialistes, notamment du « consensus », comme les éléments matriciels de la société et de la culture américaines. Ce n’est qu’à partir des années 1980 que ce modèle fut graduellement remis en cause dans la recherche colonialiste. Ainsi, Jack P. Greene propose en 1988 de réévaluer ce modèle novanglais. « All the world was not New England », remarque-t-il. Il suggère ainsi la prééminence du modèle socio-culturel légué par les colonies de la Chesapeake, plus représentatif, selon lui, des développements et des évolutions connues par les sociétés anglaises coloniales. Quoiqu’il en soit, dans le cadre de cette recherche d’un « modèle » social et culturel, il apparaît que l’ancienne colonie hollandaise ne fait jamais figure de candidat potentiel

Jack P. Greene, Pursuits of Happiness: The Social Development of Early Modern British Colonies and the Formation of American Culture, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1988.

13 Ainsi Joyce Goodfriend intitule-t-elle sa monographie consacrée à New York à l’époque coloniale « Before the Melting-Pot ». Joyce D. Goodfriend, Before the Melting Pot: Society and Culture in Colonial New York City, 1664-1730, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1992.

14 David Armitage et M. J. Braddick, The British Atlantic World, 1500-1800, Houndmills, Basingstoke, Hampshire ; New York, Palgrave Macmillan, 2002 ; Nicholas Canny, « Writing Atlantic History : Or, Reconfiguring the History of Colonial British America », Journal of American history, vol. 86 ; Ian Kenneth Steele, The English Atlantic, 1675-1740: an Exploration of Communication and Community, New York, Oxford University Press, 1986 ; Cécile Vidal, « La nouvelle histoire atlantique: nouvelles perspectives sur les relations entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques du XVe au XIXe siècle », La Revue Internationale des Livres et des Idées, 24 février 2009 http://www.revuedeslivres.net/articles.php?idArt=120.

15 Kathleen Wilson, A New Imperial History: Culture, Identity, and Modernity in Britain and the Empire, 1660-1840, Cambridge, UK; New York, Cambridge University Press, 2004.

Contrairement à la vieille histoire impériale, racontée du point de vue des métropoles exclusivement, l’enjeu de la nouvelle histoire impériale consiste à mettre l’accent sur les circulations au sein des Empires, tout en rappelant le rôle structurel des Empires (et le fait que certains Empires ne se limitaient pas à l’aire atlantique).

16 Cornelia Hughes Dayton, Women Before the Bar: Gender, Law, and Society in Connecticut, 1639-1789, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1995.

17 Tamar Herzog, Rendre la justice à Quito (1650-1750), Paris, Harmattan, 2001, p. 15.

18 Edité et traduit dans : Berthold Fernow (dir.), The Records of New Amsterdam from 1653 to 1674 Anno Domini, New York, Knickerbocker Press, 1897.

19 Kathleen M. Brown, « Brave New Worlds », op. cit.

20 Ann Laura Stoler, Race and the Education of Desire: Foucault’s History of Sexuality and the Colonial Order of Things, Duke University Press, 1995, 256 p.

21 Ann Stoler, « Tense and Tender Ties: The Politics of Comparison in North American History and (Post) Colonial Studies », Journal of American History, 2001, vol. 88, no 3, pp. 829‑865.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Adane, « Penser le genre en Nouvelle Néerlande au XVIIe siècle : enjeux historiographiques », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 11 juin 2013, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65618 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65618

Haut de page

Auteur

Virginie Adane

Doctorante au CENA / Mondes Américains (EHESS)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page