Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
Amérique au singulier, Amériques au pluriel: à quoi nous sert la perspective hémisphérique ? – Journée d'étude des doctorants du MASCIPO (Institut des Amériques, 30 octobre 2012)
Emmanuelle Perez

Entre Mexique et États-Unis, la Californie dans une perspective hémisphérique (1815-1850). Le défi des frontières historiographiques au sein de la thèse

[11/06/2013]

Résumés

L'histoire de la Californie et des Californiens avant 1848 tombe dans un angle mort historiographique lié au peu d'intérêt par l'histoire nationale mexicaine à ce territoire perdu et à l'ignorance des historiens de la Californie du processus historique précédant l'annexion aux États-Unis. Si le courant historiographique nord-américain étudiant la frontière, et dans son versant hispanique, les « borderlands » a étudié cette région pendant les périodes espagnole et mexicaine, elle échoua souvent à l'englober dans l'histoire de l'Empire espagnol ou de la nouvelle nation mexicaine. La perspective hors des deux champs historiographiques nationaux permet de s'abstraire de cet angle mort. La prise en compte des deux traditions historiographiques est l'occasion de les connecter, y compris pour les périodes hors de leur champ national. C'est ce que je tente de faire en croisant deux thèmes centraux dans chacune des deux historiographies : la frontière d'un côté, l'évolution et la socialisation de pratiques politiques nouvelles après les indépendances de l'autre. La connexion géographique des histoires par la Californie s'accompagne aussi d'une histoire comparée, qui permet de comprendre la nature de la rencontre entre les populations venues du Mexique et venues de Nouvelle Angleterre – notamment – en Californie, par la compréhension de leur politisation de départ.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Helena M. Wall, « Confessions of a British North Americanist: Borderlands Historiography and Early (...)

"The most expansive idea which interests me is the presentation of American History as Western Hemisphere History, instead of Brazilian History, Canadian History, or United States History. It is inconceivable that we should not have histories of Europe as well as histories of Germany, France, England, etc. It is just as absurd to assume that the Western Hemisphere has developed in isolated chunks and yet we in the United States have proceeded on that assumption." 1

1Mon travail de recherche, comme tout travail de recherche, se voudrait ancré dans une multiplicité de conversations historiographiques (nationales, régionales, thématiques, théoriques). Sa particularité, peut être, est que le territoire que j'étudie appartient aujourd'hui à un autre pays que celui auquel il appartenait au début de la période considérée dans ma recherche ; et que ce changement eut lieu au cours de la période que j'étudie. En effet, après avoir appartenu à l'Empire espagnol jusqu'en 1821, la Californie releva de la souveraineté mexicaine jusqu'en 1848 avant d'être annexée par les États-Unis à l'issue de la guerre entre les deux pays. Cela a pour conséquence d'ancrer d'une manière qui semble évidente (mais ne l'a pas toujours été) la Californie dans deux histoires nationales. Une fois cela admis, il paraît plus facile de considérer presque tout territoire comme méritant une approche pluri-nationale, transnationale : si les frontières ne bougent pas tous les jours (et cela dit, elles bougent), les populations, elles, migrent. Dans mon cas, je choisis de suivre la population qui était installée en Californie avant 1848 après cette date. Cette population relève-t-elle de l'histoire des États-Unis (en tant que minorité?) ou de l'histoire du Mexique (en tant que population née au Mexique) ? On voit comment le simple déplacement de la frontière pousse à bousculer des évidences et à s'interroger sur la pertinence même d'une histoire nationale. En effet, on comprend dès lors la nécessité de poser d'abord ce qu'on cherche : l'histoire de la construction nationale mexicaine compte, si on cherche à comprendre comment se fait cette construction dans les différents territoires mexicains, y compris à la marge, et y compris pour des populations qui y sont nées, mais ne vivent plus dans ce pays ; les mentalités « mexicaines » si tant est qu'elles existent comptent à condition de comprendre si et comment les mentalités se diffusent et se répandent à tout endroit du territoire. Parallèlement, du fait de l'installation croissante de populations étatsuniennes en Californie à partir des années 1820 mais surtout 1830-40, et du fait des ambitions géopolitiques des États-Unis sur la Californie, et enfin du passage de la frontière au Sud de la Californie au milieu de ma recherche, l'histoire américaine (de la frontière, de l'expansion, de la politique) est à son tour de plus en plus pertinente.

  • 2 Le territoire que j'étudie est globalement compris dans l'État étatsunien de Californie actuel (« C (...)

2Aujourd'hui, parce que ce qui était la Haute Californie (Alta California)2 à l'époque de l'Empire espagnol fait désormais partie du territoire étatsunien, son étude est plus ou moins formellement rattachée, du moins dans la recherche aux États-Unis, à la branche d'histoire américaine dite «  histoire de l'Ouest », ou histoire du « Sud-Ouest » ou encore des « Borderlands » (je reviendrai sur ce terme un peu plus loin). À la fois du fait de sa localisation géographique (territoire le plus à l'ouest du continent nord-américain) et de sa place de choix dans le discours sur la Destinée manifeste des États-Unis (la baie de San Francisco étant explicitement un objectif des visées conquérantes des États-Unis dans les années 1840), la Californie tient sa place dans ce qu'on appelle la « frontière », ce front d'avancée de peuplement venu des États déjà formés et allant vers l'ouest à la conquête de ressources supplémentaires (peaux et fourrures, terres, minerais, conquêtes stratégiques).

  • 3 Passé d'ailleurs idéalisé comme hors du temps, et souvent réduit à « espagnol » entre autres par la (...)

3Aussi étrange que cela puisse paraître, relativement rares sont, ou du moins étaient, les travaux sur la Californie et le Sud-Ouest en général qui tenaient compte de l'historiographie mexicaine ou mexicaniste. Comme si ces régions n'avaient pas vraiment fait partie de la Nouvelle Espagne puis du Mexique. Cela s'explique par un angle mort double, et aussi par une sorte d'exceptionnalisme de la frontière (et de la Californie) que l'on trouve dans l'historiographie américaine. La (Haute) Californie, du fait d'une part de son changement d'appartenance nationale en 1848 (de même que le reste du Sud-Ouest), et d'autre part de son destin à succès par la suite, tombe en effet dans un angle mort historiographique : en tant que territoire « perdu », elle n'a été que peu étudiée au Mexique, puisqu'elle n'appartient plus au territoire national ; d'ailleurs, l'histoire mexicaine des États-Unis est peu développée. Aux États-Unis, les événements de la Ruée vers l'Or, puis les « booms » successifs de cet État masquent plus que dans les autres États du Sud-Ouest le passé mexicain3, non seulement du fait de l'écriture d'une histoire nationale, et par rejet d'un passé mexicain, mais par un préjugé ethnocentrique qui masque le processus de développement d'une société avant l'arrivée de la civilisation américaine.

  • 4 Erika Pani, « Ciudadanos, cuerpos, intereses », 23 mai 2012.

4Je m'inscris dans une recherche autour de la transformation des pratiques politiques et à la socialisation (ou non) des identités nationales suite aux révolutions et aux indépendances du tournant du XIXème siècle un ancrage  thématique, à l'origine plutôt développé en France, puis en Europe : la politisation. Si la passerelle espagnole permet une translation au contexte mexicain, c'est une problématique qui a été peu sollicitée pour l'Angleterre et donc les États-Unis. Erika Pani est l'une des historiennes mexicaines qui a comparé les processus de changement d'imaginaire politique au Mexique et aux États-Unis, et qui nous aide ainsi à franchir les frontières, et à nous distancier d'une idée commune, celle de l'incomparabilité des processus démocratiques étatsunien (globalement réussi) et mexicain (globalement manqué)4. L'inscription dans une double historiographie permet aussi d'entrer dans son sujet de deux manières différentes, tant les historiographies se développent de manière autonomes. Je vais ainsi par exemple montrer comment deux thèmes centraux dans les historiographies nationales étatsunienne et mexicaine (voire latino-américaine) me permettent d'inscrire ma recherche dans deux récits, dans deux conversations plus larges : d'abord, l'historiographie de la frontière comprise comme un lieu de tension entre liberté et dépendance ; ensuite, l'évolution des imaginaires et des pratiques politiques après les révolutions et les indépendances du tournant du siècle.

5Ma réflexion ici portera donc moins sur la comparaison entre Amérique anglophone et Amérique latine, que sur le moyen de les connecter. Je montrerai aussi le croisement entre ces deux thèmes, dans la mesure où ce qui fait la particularité de la frontière permet en partie de comprendre les formes qu'y prend la politisation.

1/Une expérience américaine de la frontière ?

  • 5 En 1890 le bureau du recensement annonça qu'il y avait tellement de poches de population dans l'oue (...)
  • 6 Frederick Jackson Turner, The significance of the frontier in American history., 1893 ; Frederick J (...)
  • 7 L'Ouest, et comme ce nom relatif l'implique, est un concept spatial changeant quand on parle des co (...)
  • 8 Le terme « anglo-saxon » couramment et familièrement employé pour désigner en fait les pays angloph (...)
  • 9 Herbert Eugene Bolton, The Spanish borderlands: a chronicle of old Florida and the Southwest, New H (...)

6Depuis la fin du XIXème siècle, l'idée de frontière a pris aux États-Unis un sens original et est devenue un thème puissant pour évoquer l'exceptionnalisme américain. Jusque là ligne de démarcation entre deux États ou royaumes, et par extension un no man's land marginal, périphérique, elle s'est transformée en foyer de l'esprit américain, lieu d'expérimentation et de diffusion de la liberté et de l'égalité américaines, dans l'historiographie comme dans la culture populaire. Dans l'historiographie, le moment central fut le discours de Frederick J. Turner au congrès annuel des historiens américains en 1893 à Chicago. Tout en prenant acte de sa clôture au vu des résultats du dernier recensement, Turner faisait de la frontière l'expérience centrale et explicative du caractère américain.5 En effet, analysait-il, front de peuplement, espace de confrontation entre le pionnier et la sauvagerie, la frontière était le lieu par excellence où le pionnier se défaisait de ses vieux oripeaux européens et forgeait son caractère américain entreprenant, égalitaire, démocratique.6 En faisant ce discours, publié par la suite, Turner renversait une tendance lourde de l'historiographie : il affirmait non seulement que ces étendues semi-barbares de l'Ouest7 avaient une histoire, mais de plus une histoire intéressante à étudier, voire centrale pour comprendre l'Amérique. La frontière concentrait tout ce qui était nouveau, jeune, énergique, en résumé, ce qui faisait l'originalité, l'exceptionnalisme du nouveau continent. Or cela allait à rebours des études historiques de l'époque, dont Turner représentait tout juste la deuxième génération : les chercheurs et les professeurs des vénérables institutions privilégiaient en effet plutôt un fil narratif relatant la transposition des institutions « anglo-saxonnes »8 des forêts de Germanie aux colonies britanniques, et mettaient au cœur du succès américain les villes des anciennes colonies de la côte Est. On a donc avec Turner, et on le constate avec l'importante influence de ses travaux jusqu'au deuxième tiers du XXème siècle un changement de paradigme. Herbert Eugen Bolton, un élève de Turner, en arrivant en poste à l'université de Berkeley, en Californie, se mit à étudier la frontière sur son versant espagnol. Les Borderlands, terme employé dans ce contexte plutôt que frontière, devinrent alors comme un sous-champ, avec une plus forte emphase sur la période espagnole que sur la période mexicaine, certes plus courte.9 Ses conclusions le conduisirent à mettre en valeur un système de collaboration entre les institutions de la mission et de l'avant poste militaire plutôt que sur l'individualisme courageux d'aventuriers sans peur et sans reproche.

  • 10 Herbert E. Bolton, « The Mission as a Frontier Institution in the Spanish-American Colonies », The (...)

7Ce qui est intéressant, c'est que si dans l'historiographie initiale de la frontière dans son modèle anglo-américain, on insiste sur la dimension de liberté, quand les historiens se mirent à faire le même travail, en comparaison, sur la frontière hispanique, l'emphase fut plutôt sur la dépendance à l'État ou à l'Église. Cela tient certes en partie aux différences effectives de la colonisation dans les deux espaces, mais cette différence est aussi influencée par les préjugés des anglo-américains sur la culture catholique et absolutiste, liberticide, des Espagnols et leurs héritiers mexicains (Black Legend ou légende noire). On a également la mise en valeur d'une frontière inclusive (par rapport aux « autres » que sont les Indiens) par opposition à une frontière exclusive anglo-américaine (Indian removal) ; à nouveau à partir de faits, on a une extrapolation à la fois idéalisatrice, généralisatrice et vaguement critique. Au lieu de souligner le caractère aventureux des missionnaires, ce qui aurait suivi le modèle turnerien, Bolton insistait plutôt sur l'aspect institutionnel.10

  • 11 En premier lieu, le «paradigme de la frontière turnerienne a été ré-utilisé comme grille d'analyse (...)
  • 12 Par exemple, Ramón A Gutiérrez, When Jesus came, the Corn Mothers went away : marriage, sexuality, (...)
  • 13 David J. Weber, « The Spanish Borderlands, Historiography Redux », The History Teacher, 1 novembre (...)
  • 14 Richard White, The middle ground : Indians, empires, and republics in the Great Lakes region, 1650- (...)
  • 15 L'ouvrage qui marque le passage à cette « nouvelle histoire de l'Ouest » : Patricia Nelson Limerick (...)

8Ce qu'on appelle « la thèse de la Frontière » (The Frontier thesis) a exercé une influence considérable et contribue à alimenter l'exceptionnalisme étatsunien. L'appel de Bolton pour une histoire hémisphérique, qui étudierait une frontière multi-ethnique, une expérience vraiment américaine, est plutôt resté lettre morte, d'autant plus que son histoire des Borderlands souffrait des mêmes faiblesses que l'histoire de Turner, par sa vision ethnocentrée et limitée d'un côté aux Espagnols, de l'autre aux Anglo-Américains. À partir des années 196011 mais surtout des années 1980, on assiste à un aggiornamento de la part de ceux qui voulurent fonder une « nouvelle histoire de l'Ouest » aussi bien du côté de la frontière turnerienne que des Borderlands boltoniennes.12 Cela donna lieu non seulement à une fusion de ces champs qui avaient évolué parallèlement mais aussi à l'inclusion dans les synthèses des groupes oubliés dans les histoires précédentes, ou bien réduits à des rôles passifs et pré-écrits, ce qui conduisit à une réévaluation de la thèse de la frontière.13 Au lieu d'en avoir une vision conquérante, positive et téléologique, ils montrèrent que cette frontière n'était pas un lieu d'accomplissement unilatéral de la destinée manifeste, mais un lieu de rencontre et de négociation ;14 un lieu de violence et non pas seulement d'épanouissement pacifique égalitaire ; un lieu « colonisé » et dépendant (du capital de l'Est, de l'État), et pas seulement un lieu de liberté individuelle.15

  • 16 Lire à ce sujet Kerwin Lee Klein, « Reclaiming the « F » Word, or Being and Becoming Postwestern », (...)
  • 17 On peut par exemple mentionner la recherche conduite à l'Université de Stanford aux États-Unis, au (...)
  • 18 Pedro Navarro Floria, « La construction des territoires nationaux latino-américains vue depuis leur (...)

9Cela donna lieu à une controverse importante, compréhensible vu le lien extrêmement fort entre le thème de la frontière et l'identité américaine.16 Fallait-il garder le concept de frontière comme opérant, ou était-il bon à jeter car intrinsèquement ethnocentrique, et se contenter d'étudier l'Ouest comme région ? D'autres proposèrent d'étudier le phénomène de la frontière à une échelle plus globale, afin de mettre en perspective l'exceptionnalisme américain tout en conservant une grille de lecture mettant en valeur les particularités des zones de frontière, de contact par rapport à ce qu'on peut appeler les cœurs de peuplement.17Un élément intéressant que l'on peut tirer de ce survol historiographique est la tension autour de cet espace distant et sur lequel se projettent des ambitions individuelles et collectives, entre lieu de liberté et lieu de dépendance. Un grand absent de la grille de lecture turnerienne, et ce n'est pas un hasard, c'est l'État. Or si le rôle de la frontière dans la construction de l'État est la première idée qui vient à l'esprit d'un Européen en pensant à la frontière, c'est justement contre cette idée européenne, « ancien monde » de frontière que Turner inscrit sa réflexion. Il paraît essentiel de rétablir là encore cette tension pour mettre en évidence comment la relation aux zones marginales participent de la légitimation d'un État national, dans ce cas aussi bien les États-Unis mexicains que ceux d'Amérique.18 Inversement, du fait de la position marginale, et de l'importance de la frontière pour l'affirmation des États, leurs habitants se voient dotés de leviers, de marges de manœuvre dans leurs actions.

  • 19 Il y a des missions protestantes, par exemple à Hawai'i, mais pas sur le continent, et dont le fonc (...)
  • 20 Cynthia Radding de Murrieta, « The Function of the Market in Changing Economic Structures in the Mi (...)

10En guise de transition, et d'illustration, je voudrais revenir sur un domaine où la consultation de la littérature mexicaniste ou latino-américaniste paraît fondamentale, celui des missions. En effet, c'est un phénomène marginal dans le reste de l'Amérique du Nord protestante19, mais qui par contre était très répandu dans le reste de l'Amérique catholique. Le courant étudiant les Borderlands les mettait déjà au centre du système permettant de contrôler la frontière. Ainsi, y a-t-il beaucoup à gagner à adopter une perspective « régionale » - en allant juste de l'autre côté de ce qui est aujourd'hui la frontière, pour aller, par exemple, lire les travaux sur la Sonora ou encore une démarche comparatiste en allant voir ce qui s'écrit sur le rôle des missions dans d'autres frontières latino-américaines du point de vue de la politisation. L'exemple de la Pimeria Alta (Sonora) étudiée par Cynthia Redding, nous permet de nous placer dans des territoires relativement ressemblants mais dont l'appartenance nationale ne fait pas de doute aujourd'hui et donc dont l'histoire est étudiée dans une perspective mexicaniste.20

2/Variations de la culture politique après les Indépendances

  • 21 John Tutino, From insurrection to revolution in Mexico : social bases of agrarian violence, 1750-19 (...)
  • 22 La constitution de Cadix, libérale, fut adoptée en 1812, puis écartée au retour du roi Ferdinand VI (...)
  • 23 Virginia Guedea, « Las primeras elecciones populares en la ciudad de México. 1812-1813 », Mexican S (...)
  • 24 Alan Knight, « Patterns and Prescriptions in Mexican Historiography », Bulletin of Latin American R (...)

11Mais la frontière/l'histoire de l'Ouest/des Borderlands n'est qu'un des angles sous lequel je conduis ma réflexion sur la Californie du XIXème siècle. À la date où je commence mon étude dans les années 1810-1820, la Haute Californie est au moins autant au nord (de Mexico) qu'au sud-ouest (de Washington) et si elle est une marge, une frontière espagnole, puis mexicaine, elle en reste tout de même un territoire. Or, l'histoire sociale de la politique et de ses mobilisations est un champ extrêmement dynamique de l'historiographie sur le Mexique, en particulier autour de deux périodes phares : l'indépendance (1810-1821) et la révolution (1910) ; parfois, les deux sont liées, pour expliquer une trajectoire et des cycles alliant mobilisations et démobilisations et soulignant la nature turbulente de la politique mexicaine.21 L'indépendance et les débuts de la république, mais aussi les conséquences de la législation libérale des années 1812-1814, de la révolution libérale espagnole de 182022 et les changements de pratiques, d'imaginaires qui s'ensuivent ont ainsi fait l'objet de multiples recherches, afin de comprendre la réception, l'adaptation, l'utilisation par les différentes couches de population, mais aussi par les différentes régions suivant leurs caractéristiques propres. En effet, du fait de la taille d'un pays comme le Mexique, et de sa variété de peuplement, d'histoire, d'institutions ou encore même de la taille immense de l'Empire espagnol, il y a un questionnement sur la construction de l'État, notamment dans sa dimension territoriale (et donc à ses frontières) et la politisation. Par conséquent, un peu comme dans les études sur la politisation à la française, se sont multipliées les études plus ou moins locales sur les nouvelles pratiques de la politique et sur le rapport au nouvel état indépendant.23 Il s'agit dans ces monographies, notamment les plus récentes, de comprendre le changement politique au moment des indépendances dans l'épaisseur de la société, parmi les classes populaires, les Indiens, les paysans. Ces recherches ont montré une mobilisation intense et une circulation importante des idées politiques nouvelles dans le contexte impérial ; que les classes populaires étaient non seulement des acteurs politiques, mais des acteurs politiques et socio-économiques conscients, et que si la révolution n'avait pas donné lieu à un changement social dramatique, ce n'était pas le cas pour ce qui est de la politique.24 Mon travail de thèse cherche à entrer en dialogue avec cette historiographie, pour montrer et comprendre si, comment et pourquoi la Californie est une déclinaison de ces conclusions en tenant compte de sa situation de frontière, à l'écart, à la marge mais aussi en position stratégique pour le nouvel État indépendant.

  • 25 Andres Resendez, « National Identity on a Shifting Border: Texas and New Mexico in the Age of Trans (...)
  • 26 Louise Pubols, The father of all : the de la Guerra family, power, and patriarchy in Mexican Califo (...)

12Je voudrais évoquer comme exemple le travail de deux historiens. S'ils sont associés à l'histoire du Sud-Ouest ou des Borderlands du fait de leur objet d'étude, ils sont surtout des historiens formés à la fois en histoire étatsunienne, et en histoire du Mexique voire de l'Amérique Latine, parfois dans les deux contextes nationaux. Le premier d'entre eux, Andrés Reséndez, est né au Mexique, où il a commencé sa formation, qu'il a achevée aux États-Unis. Dans son livre sur le Texas et le Nouveau-Mexique avant et après la guerre entre Mexique et États-Unis (1800-1850), il montre d'une part comment se jouent localement la politique nationale et la diplomatie entre Mexique et États-Unis, et d'autre part la concurrence entre politique et marché pour le choix et l'évolution des identités à la frontière.25Louise Pubols dans son livre sur une famille influente de Santa Barbara met en évidence l'importance du modèle patriarcal pour comprendre les comportements politiques en Californie.26 En contraste avec l'historiographie pré-existante sur la politique californienne, Pubols décrit la rationalité des engagements politiques californiens, en les éclairant par sa lecture de l'historiographie sur le Mexique et le monde ibérique de cette époque. L'analyse est surtout culturelle, et en outre n'est focalisée principalement que sur un établissement (Santa Barbara), et une famille (les de la Guerra), et donc ne saurait rendre compte de toute la Californie ou de tous les Californiens. Mais elle montre comment écrire une histoire de Californie qui soit aussi une histoire mexicaine, et pas seulement régionale, ou de la frontière.

13J'ai dit que je voulais plus montrer la possibilité d'une histoire connectée que celle d'une histoire comparée dans cet article. Mais deux considérations me poussent à évoquer la politisation et la formation du nationalisme aux États-Unis : d'une part, parce que la mobilisation autour de la Destinée manifeste menée par le parti démocrate, entre autres, concerne directement le destin de la Californie. D'autre part, parce que la nature de la politisation et de la relation à l'identité nationale des migrants étatsunien avant et après la guerre de 1846-1848 eut une importance dans leur manière de se comporter une fois arrivés en Californie.

  • 27 Pour une synthèse en français sur cette période, voir le chapitre 5 de Claude Fohlen, Jean Heffer, (...)

14La culture politique du début du XIXème siècle. fut marquée aux États-Unis par ce qu'on appelle la « démocratie jacksonienne ». Ce courant qui anima les États-Unis entre 1828 (élection de Jackson) et 1850 (conquête jusqu'au Pacifique ; crise entre Nord et Sud sur le thème de l'extension de l'esclavage du fait de cette conquête) désigne une période où se mit en place un deuxième système de partis qui mobilisaient intensément la population. La participation électorale était forte, les résultats, serrés.27 L'un des partis, le parti démocrate, promouvait l'expansion géographique dans un but économique et égalitaire (terres pour tous) mais aussi nationaliste. Ce qu'on peut en retenir pour le sujet qui nous concerne est d'une part, une politisation importante des populations, y compris celles qui venaient s'aventurer dans l'Ouest (nationalisme, conviction des droits des États-Unis sur le territoire jusqu'au Pacifique, conviction de droits individuels politiques et économiques étendus), et d'autre part une diplomatie relativement agressive de la part des États-Unis au sujet des territoires du Nord mexicain, soutenue par l'opinion publique. Ce qui est frappant également, et qui nous ramène au thème de la frontière et de gradients au sein d'un même ensemble national, c'est que le choc des migrants étatsuniens à leur arrivée en Californie ressemble fort à celui des officiels ou marchands mexicains, qui étaient horrifiés par l'inculture politique et le manque de patriotisme (qui se traduisait soit par un localisme fort, soit par une loyauté persistante à l'Espagne) de leurs concitoyens, conséquence de l'isolement et du dénuement de ce territoire à l'écart des communications, sans établissement d'éducation et sans presse.

Conclusion

15En conclusion, ce n'est pas seulement en termes de contenu d'une histoire nationale, mais dans la structure de l'historiographie et de ses pistes de réflexion propres, de ses questionnements que je trouve une pertinence à aller au-delà des frontières et adopter une perspective hémisphérique. Pour élargir un peu mon propos, et sortir de mon étude de cas qui m'oblige à franchir les frontières historiographiques, je voudrais livrer deux réflexions d'historiens étatsuniens, pour lesquels adopter une perspective « hémisphérique » devient un devoir scientifique et même civique.

  • 28 Helena M. Wall, « Confessions of a British North Americanist », op. cit.

161/ D'un point de vue scientifique, Helena Wall, spécialiste de l'époque coloniale (britannique) explique dans un article comment l'inclusion d'autres groupes que les Puritains est utile, y compris en terme de méthode. En effet, souligne-t-elle, les Puritains ont tellement écrit sur leurs propres motifs, qu'il est difficile de prendre le recul nécessaire à l'étude du passé. Prendre en compte d'autres populations permet de relativiser l'exceptionnalisme américain, et de faire dialoguer les historiographies non seulement en terme de contenu, mais aussi en terme de méthodes ; de croiser histoire intellectuelle et histoire des mentalités, perspectives sur l'espace de F.J. Turner, et celle des Annales. Du point de vue de l'histoire de l'Amérique du Sud, lire l'historiographie basée sur l'Amérique du Nord peut avoir l'effet inverse et complémentaire.28

  • 29 Michael J. González, « Louise Pubols. The Father of All: The de la Guerra Family, Power, and Patria (...)
  • 30 Dans les années 1960 avec l'émergence du champ des « Chicano studies », on commença à écrire l'hist (...)

172/ Certains historiens, en particulier issus des minorités, mais pas seulement, mettent également en avant une perspective civique : les transformations démographiques des États-Unis, et en particulier la croissance de la population d'origine latino-américaine, obligent à et impliquent de tenir compte non plus seulement des Puritains, mais aussi de toute la palette des origines. Il est particulièrement intéressant par exemple de citer la fin de ce compte-rendu du livre de Pubols, que j'ai mentionné : « La recherche de succès par de la Guerra reflète ce que vivent actuellement les États-Unis, et vont continuer de vivre à mesure de la croissance de la population hispanique. Les nouveaux venus, et aussi ceux qui sont ici depuis des siècles sont diligents, résolus, et innovateurs. Ce n'est pas le lieu pour démontrer comment la pauvreté et la mauvaise qualité de l'éducation ont limité les Hispaniques, mais contentons-nous de dire que, comme de la Guerra, ils possèdent des qualités qui sont similaires à la détermination américaine à atteindre la prospérité par son travail acharné. Ainsi, en se focalisant sur de la Guerra, Pubols propose un nouveau point de vue sur l'histoire américaine et montre comment le passé de la Californie annonce l'avenir. »29 Cette citation trahit l'aspect militant de l'histoire de la communauté mexicaine-américaine, et un de ses traits : l'intérêt pour le XIXème siècle. comme moyen de comprendre et de s'armer face aux problèmes rencontrés par la minorité aux XXème et XXIème siècles.30 Elle met aussi en évidence que l'adoption même temporaire du point de vue du Sud vers le Nord et vice-versa permet de faire un récit différent. Étant donné l'asymétrie entre la recherche mexicaniste étatsunienne et la recherche sur les États-Unis au Mexique on se prend ainsi à rêver à un rééquilibrage, où l'on entendrait la voix des historiens mexicains sur l'histoire du voisin du Nord, ou au moins, sur la frontera du México perdido. En attendant une histoire véritablement américaine de l'Amérique.

Haut de page

Bibliographie

Almaguer, Tomás, Racial Fault Lines: the Historical Origins of White Supremacy in California, Berkeley, University of California Press, 1994.

Annino, Antonio, Historia de las elecciones en Iberoamérica, siglo XIX : de la formación del espacio político nacional, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 1995.

Bolton, Herbert E., « The Mission as a Frontier Institution in the Spanish-American Colonies », The American Historical Review, octobre 1917, vol. 23, no 1, pp. 42‑61.

Bolton, Herbert E., The Spanish Borderlands: a Chronicle of Old Florida and the Southwest, New Haven [Conn.], Yale University Press, 1921.

Brooks, James, et Omohundro Institute of Early American History & Culture, Captives & Cousins : Slavery, Kinship, and Community in the Southwest Borderlands, Chapel Hill, NC, Published for the Omohundro Institute of Early American History and Culture, Williamsburg, Virginia, University of North Carolina Press, 2002.

Camarillo, Albert, Chicanos in a Changing Society: from Mexican Pueblos to American Barrios in Santa Barbara and Southern California, 1848-1930, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1979.

Countryman, Edward, Americans, a Collision of Histories, New York, Hill and Wang, 1996.

DeLay, Brian, War of a Thousand Deserts : Indian Raids and the U.S.-Mexican War, New Haven; [Dallas, TX], Yale University Press ; Published in association with the William P. Clements Center for Southwest Studies, Southern Methodist University, 2008.

DeLyser, Dydia, « Ramona Memories: Fiction, Tourist Practices, and Placing the Past in Southern California », Annals of the Association of American Geographers, 1 décembre 2003, vol. 93, no 4, pp. 886‑908.

Floria, Pedro Navarro, « La construction des territoires nationaux latino-américains vue depuis leurs marges », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM, 18 novembre 2008, no 16.

Fohlen, Claude, Heffer, Jean, Weil, François, et Fohlen, Claude, Canada et États-Unis depuis 1770, Paris, Presses Universitaires de France, 1997.

Fowler, Will, Mexico in the Age of Proposals, 1821-1853, Westport, Conn, Greenwood Press, 1998.

González, Michael J., « Louise Pubols. The Father of All: The de la Guerra Family, Power, and Patriarchy in Mexican California. », The American Historical Review, 1 avril 2011, vol. 116, no 2, pp. 445‑446.

Griswold del Castillo, Richard, The Los Angeles Barrio, 1850-1890 : a Social History, Berkeley, University of California Press, 1979.

Guardino, Peter F., The Time of Liberty : Popular Political Culture in Oaxaca, 1750-1850, Durham, Duke University Press, 2005.

Guedea, Virginia, « Las primeras elecciones populares en la ciudad de México. 1812-1813 », Mexican Studies/Estudios Mexicanos, 1991, vol. 7, no 1, pp. 1‑28.

Guerra, François-Xavier, Modernidad e independencias : ensayos sobre las revoluciones hispánicas, Madrid, Editorial MAPFRE, 1992.

Gutiérrez, Ramón A., When Jesus Came, the Corn Mothers Went Away : Marriage, Sexuality, and Power in New Mexico, 1500-1846, Stanford, Calif., Stanford University Press, 1991.

Hafen, LeRoy R., « The Old Spanish Trail, Santa Fe to Los Angeles », Huntington Library Quarterly, 1 février 1948, vol. 11, no 2, pp. 149‑160.

Hämäläinen, Pekka, et William P. Clements Center for Southwest Studies, The Comanche Empire, New Haven, Yale University Press, 2008.

Horton, Sarah, « Where is the « Mexican » in « New Mexican »? Enacting History, Enacting Dominance in the Santa Fe Fiesta », The Public Historian, 1 novembre 2001, vol. 23, no 4, pp. 41‑54.

Hurtado, Albert L., Herbert Eugene Bolton Historian of the American Borderlands, Berkeley, University of California Press, 2012.

Hutchinson, C. Alan, Frontier Settlement in Mexican California  : the Híjar-Padrés Colony and its Origins, 1769-1835, New Haven, Yale University Press, coll. « Yale western Americana series, », 1969, 457 p.

Irwin, Robert McKee, « Ramona and Postnationalist American Studies: On « Our America » and the Mexican Borderlands », American Quarterly, 1 décembre 2003, vol. 55, no 4, pp. 539‑567.

Klein, Kerwin Lee, « Reclaiming the « F » Word, or Being and Becoming Postwestern », Pacific Historical Review, 1 mai 1996, vol. 65, no 2, pp. 179‑215.

Knight, Alan, « Patterns and Prescriptions in Mexican Historiography », Bulletin of Latin American Research, 1 juillet 2006, vol. 25, no 3, pp. 340‑366.

Kropp, Phoebe S., California Vieja : Culture and Memory in a Modern American Place, Berkeley, University of California Press, 2006.

Limerick, Patricia Nelson, The Legacy of Conquest : the Unbroken Past of the American West, New York, Norton, 1987.

McWilliams, Carey, North from Mexico; the Spanish-Speaking People of the United States, New York, Greenwood Press, 1968.

Murrieta, Cynthia Radding de, « The Function of the Market in Changing Economic Structures in the Mission Communities of Pimería Alta, 1768-1821 », The Americas, 1 octobre 1977, vol. 34, no 2, pp. 155‑169.

Pani, Erika, « Ciudadanos, cuerpos, intereses », 23 mai 2012.

Pubols, Louise, The Father of All: the de la Guerra Family, Power, and Patriarchy in Mexican California, Berkeley, Calif., Published for the Huntington-USC Institute on California and the West by University of California Press and Huntington Library, San Marino, Calif., 2009.

Pubols, Louise, The De La Guerra family: Patriarchy and the Political Economy of California 1800-1850, 2000.

Radding Murrieta, Cynthia, Wandering Peoples: Colonialism, Ethnic Spaces, and Ecological Frontiers in Northwestern Mexico, 1700-1850, Durham, Duke University Press, 1997.

Resendez, Andres, « National Identity on a Shifting Border: Texas and New Mexico in the Age of Transition, 1821-1848 », The Journal of American History, septembre 1999, vol. 86, no 2, pp. 668‑688.

Rodríguez O., Jaime, Revolución, independencia y las nuevas naciones de América, Madrid, Fundación Histórica Tavera, 2005.

Stevens, Donald Fithian, Origins of Instability in Early Republican Mexico, Durham, Duke University Press, 1991.

Taylor, Alan, American Colonies, New York, Viking, 2001.

Turner, Frederick Jackson, The Frontier in American History, New York, Henry Holt, 1920.

Turner, Frederick Jackson, The Significance of the Frontier in American History, 1893.

Tutino, John, From Insurrection to Revolution in Mexico: Social Bases of Agrarian Violence, 1750-1940, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1986.

Wall, Helena M., « Confessions of a British North Americanist: Borderlands Historiography and Early American History », Reviews in American History, 1 mars 1997, vol. 25, no 1, pp. 1‑12.

Warren, Richard A., Vagrants and Citizens: Politics and the Masses in Mexico City from Colony to Republic, Wilmington, Del., Scholarly Resources, 2001.

Weber, David J., The Spanish Frontier in North America, New Haven, Yale University Press, 1992.

Weber, David J, El México perdido : ensayos escogidos sobre el antiguo norte de México (1540-1821) : antología de David J. Weber, México, Secretaría de Educación Pública, Dirección General de Divulgación, 1976.

Weber, David J., « The Spanish Borderlands, Historiography Redux », The History Teacher, 1 novembre 2005, vol. 39, no 1, pp. 43‑56.

White, Richard, The Middle Ground : Indians, Empires, and Republics in the Great Lakes Region, 1650-1815, Cambridge; New York, Cambridge University Press, 1991.

Haut de page

Notes

1 Helena M. Wall, « Confessions of a British North Americanist: Borderlands Historiography and Early American History », Reviews in American History, 1 mars 1997, vol. 25, no 1.

2 Le territoire que j'étudie est globalement compris dans l'État étatsunien de Californie actuel (« California ») ; le territoire dit de « Haute Californie » (« Alta California ») dans l'empire espagnol, puis au Mexique comprenait tout le territoire compris entre la côte Pacifique et le Nouveau Mexique, et entre la Sonora et le 42e parallèle. Il comprenait donc, outre l'État actuel de Californie tout ou partie des États suivants : Utah, Arizona, Sud Ouest du Wyoming. Mais seule était colonisée une bande côtière et quelques établissements dans la vallée centrale et dans le piémont de la Sierra Nevada au Nord (Sacramento). Le reste était désertique, peuplé d'indiens indépendants et utilisés ponctuellement pour la circulation des personnes et des marchandises, comme l'itinéraire de Santa Fe à Los Angeles (« Old Spanish Trail », nommé ainsi par les marchands américains dont la base était au Nouveau Mexique) ou l'itinéraire du Missouri à la Californie à partir des années 1830 (« California trail »). Voir LeRoy R. Hafen, « The Old Spanish Trail, Santa Fe to Los Angeles », Huntington Library Quarterly, 1 février 1948, vol. 11, no 2.. Sur la puissance indienne dans le Sud Ouest, voir Pekka Hämäläinen et William P. Clements Center for Southwest Studies, The Comanche empire, New Haven, Yale University Press, 2008. Brian DeLay, War of a thousand deserts : Indian raids and the U.S.-Mexican War, New Haven; [Dallas, TX], Yale University Press ; Published in association with the William P. Clements Center for Southwest Studies, Southern Methodist University, 2008.

3 Passé d'ailleurs idéalisé comme hors du temps, et souvent réduit à « espagnol » entre autres par la publicité immobilière des compagnies de chemin de fer dans les années 1880, origine considérée comme plus noble. On doit en particulier à Charles Fletcher Lummis ce recours à l'héritage espagnol fantasmé. Ce phénomène est entre autres analysé dans Carey McWilliams, North from Mexico; the Spanish-speaking people of the United States., New York, Greenwood Press, 1968. Robert McKee Irwin, « Ramona and Postnationalist American Studies: On « Our America » and the Mexican Borderlands », American Quarterly, 1 décembre 2003, vol. 55, no 4 ; Dydia DeLyser, « Ramona Memories: Fiction, Tourist Practices, and Placing the Past in Southern California », Annals of the Association of American Geographers, 1 décembre 2003, vol. 93, no 4. David J Weber, The Spanish frontier in North America, New Haven, Yale University Press, 1992 ; Phoebe S Kropp, California vieja : culture and memory in a modern American place, Berkeley, University of California Press, 2006 ; Sarah Horton, « Where is the « Mexican » in « New Mexican »? Enacting History, Enacting Dominance in the Santa Fe Fiesta », The Public Historian, 1 novembre 2001, vol. 23, no 4.

4 Erika Pani, « Ciudadanos, cuerpos, intereses », 23 mai 2012.

5 En 1890 le bureau du recensement annonça qu'il y avait tellement de poches de population dans l'ouest des États-Unis qu'on ne pouvait plus parler d'un front pionnier linéaire. Le seuil de population considéré pour considérer une aire peuplée était de 2 habitants au mile carré. https://www.census.gov/dataviz/visualizations/001/ accédé le 31 janvier 2013.

6 Frederick Jackson Turner, The significance of the frontier in American history., 1893 ; Frederick Jackson Turner, The frontier in American history, New York, Henry Holt, 1920.

7 L'Ouest, et comme ce nom relatif l'implique, est un concept spatial changeant quand on parle des colonies britanniques en Amérique du Nord, puis des États-Unis après 1776. Il s'agit du territoire situé à l'Ouest des colonies déjà installées, et donc a progressé vers l'Ouest à mesure de l'avancée de la colonisation, depuis les Appalaches, vers jusqu'au-delà du Mississipi dans les années 1820.

8 Le terme « anglo-saxon » couramment et familièrement employé pour désigner en fait les pays anglophones (le plus souvent du fait de leur colonisation par les britanniques), est issu du lexique racialisé de la fin du XIXe s. L'utilisation ici du terme « anglo-saxon » entre guillemets fait référence précisément à cet usage puisqu'il renvoie à cette idée d'une descendance raciale et institutionnelle entre les tribus germaniques qui envahirent les îles britanniques et les américains blancs et protestants (cf. le terme WASP)

9 Herbert Eugene Bolton, The Spanish borderlands: a chronicle of old Florida and the Southwest, New Haven [Conn.], Yale University Press, 1921 ; Albert L Hurtado, Herbert Eugene Bolton historian of the American borderlands., Berkeley, University of California Press, 2012.

10 Herbert E. Bolton, « The Mission as a Frontier Institution in the Spanish-American Colonies », The American Historical Review, 1 octobre 1917, vol. 23, no 1.

11 En premier lieu, le «paradigme de la frontière turnerienne a été ré-utilisé comme grille d'analyse au Nord mexicain, notamment dans David J Weber, El México perdido : ensayos escogidos sobre el antiguo norte de México (1540-1821) : antología de David J. Weber, México, Secretaría de Educación Pública, Dirección General de Divulgación, 1976 ; C. Alan Hutchinson, Frontier settlement in Mexican California  : the Híjar-Padrés colony and its origins, 1769-1835, New Haven, Yale University Press, coll. « Yale western Americana series, ISSN 0084-3563 ; 21 », 1969, 457 p.

12 Par exemple, Ramón A Gutiérrez, When Jesus came, the Corn Mothers went away : marriage, sexuality, and power in New Mexico, 1500-1846, Stanford, Calif., Stanford University Press, 1991., ou encore James Brooks et Omohundro Institute of Early American History & Culture, Captives & cousins : slavery, kinship, and community in the Southwest borderlands, Chapel Hill, NC, Published for the Omohundro Institute of Early American History and Culture, Williamsburg, Virginia, University of North Carolina Press, 2002.

13 David J. Weber, « The Spanish Borderlands, Historiography Redux », The History Teacher, 1 novembre 2005, vol. 39, no 1.

14 Richard White, The middle ground : Indians, empires, and republics in the Great Lakes region, 1650-1815, Cambridge; New York, Cambridge University Press, 1991.

15 L'ouvrage qui marque le passage à cette « nouvelle histoire de l'Ouest » : Patricia Nelson Limerick, The legacy of conquest : the unbroken past of the American West, New York, Norton, 1987.. Pour un bilan historiographique en français : « L’historiographie de l’Ouest américain : un bilan ». Bulletin du CENA-EHESS, 6 (2000), p. 47-66. Et pour le résultat de ces travaux dans l'écriture de l'histoire américaine voir : Alan Taylor, American colonies, New York, Viking, 2001 ; Edward Countryman, Americans, a collision of histories, New York, Hill and Wang, 1996.

16 Lire à ce sujet Kerwin Lee Klein, « Reclaiming the « F » Word, or Being and Becoming Postwestern », Pacific Historical Review, 1 mai 1996, vol. 65, no 2.

17 On peut par exemple mentionner la recherche conduite à l'Université de Stanford aux États-Unis, au sein du séminaire pluridisciplinaire « Ouest comparés » (Comparative Wests) incluant les Amériques et l'Océanie au Centre d'études de l'Ouest Américain et auquel participent entre autres Richard White (histoire, Ouest américain), Tamar Herzog (histoire/droit, Amérique Latine), Douglas Bird (anthropologie, Australie) http://comparativewests.stanford.edu/

18 Pedro Navarro Floria, « La construction des territoires nationaux latino-américains vue depuis leurs marges », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM, 18 novembre 2008, no 16.

19 Il y a des missions protestantes, par exemple à Hawai'i, mais pas sur le continent, et dont le fonctionnement n'est pas le même

20 Cynthia Radding de Murrieta, « The Function of the Market in Changing Economic Structures in the Mission Communities of Pimería Alta, 1768-1821 », The Americas, 1 octobre 1977, vol. 34, no 2 ; Cynthia Radding Murrieta, Wandering peoples : colonialism, ethnic spaces, and ecological frontiers in northwestern Mexico, 1700-1850, Durham, Duke University Press, 1997.

21 John Tutino, From insurrection to revolution in Mexico : social bases of agrarian violence, 1750-1940, Princeton, N.J., Princeton University Press, 1986. L'historiographie est également traversée par la tension et la dépendance avec les États-Unis ; et l'échec ou le retard économique et politique (violences, instabilité, oligarchie) du Mexique en particulier et de l'Amérique Latine en général, par rapport au colosse du Nord.

22 La constitution de Cadix, libérale, fut adoptée en 1812, puis écartée au retour du roi Ferdinand VII en 1814, puis ré-imposée au roi par la révolution libérale espagnole de 1820, dont l'indépendance mexicaine est en partie une conséquence.

23 Virginia Guedea, « Las primeras elecciones populares en la ciudad de México. 1812-1813 », Mexican Studies/Estudios Mexicanos, 1991, vol. 7, no 1 ; Antonio Annino, Historia de las elecciones en Iberoamérica, siglo XIX : de la formación del espacio político nacional, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 1995 ; Will Fowler, Mexico in the age of proposals, 1821-1853, Westport, Conn, Greenwood Press, 1998 ; Peter F Guardino, The time of liberty : popular political culture in Oaxaca, 1750-1850, Durham, Duke University Press, 2005 ; Donald Fithian Stevens, Origins of instability in early republican Mexico, Durham, Duke University Press, 1991. Jaime Rodríguez O, Revolución, independencia y las nuevas naciones de América, Madrid, Fundación Histórica Tavera, 2005 ; François-Xavier Guerra, Modernidad e independencias : ensayos sobre las revoluciones hispánicas, Madrid, Editorial MAPFRE, 1992 ; Richard A Warren, Vagrants and citizens : politics and the masses in Mexico City from Colony to Republic, Wilmington, Del., Scholarly Resources, 2001 ; Will Fowler, Mexico in the age of proposals, 1821-1853, op. cit.

24 Alan Knight, « Patterns and Prescriptions in Mexican Historiography », Bulletin of Latin American Research, 1 juillet 2006, vol. 25, no 3.

25 Andres Resendez, « National Identity on a Shifting Border: Texas and New Mexico in the Age of Transition, 1821-1848 », The Journal of American History, septembre 1999, vol. 86, no 2.

26 Louise Pubols, The father of all : the de la Guerra family, power, and patriarchy in Mexican California, Berkeley, Calif., Published for the Huntington-USC Institute on California and the West by University of California Press and Huntington Library, San Marino, Calif., 2009 ; Louise Pubols, The De La Guerra family : patriarchy and the political economy of California 1800-1850, 2000.

27 Pour une synthèse en français sur cette période, voir le chapitre 5 de Claude Fohlen, Jean Heffer, François Weil et Claude Fohlen, Canada et États-Unis depuis 1770, Paris, Presses Universitaires de France, 1997.

28 Helena M. Wall, « Confessions of a British North Americanist », op. cit.

29 Michael J. González, « Louise Pubols. The Father of All: The de la Guerra Family, Power, and Patriarchy in Mexican California. », The American Historical Review, 1 avril 2011, vol. 116, no 2.

30 Dans les années 1960 avec l'émergence du champ des « Chicano studies », on commença à écrire l'histoire des Californiens mexicains au début de la période américaine comme une pré-histoire des immigrants mexicains du XXème siècle, venus plutôt après la Révolution de 1910. Le terme « chicano » péjoratif au départ désignait les descendants d'immigrants mexicains nés aux États-Unis. Voir Albert Camarillo, Chicanos in a changing society: from Mexican pueblos to American barrios in Santa Barbara and southern California, 1848-1930, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1979 ; Richard Griswold del Castillo, The Los Angeles barrio, 1850-1890 : a social history, Berkeley, University of California Press, 1979 ; Tomás Almaguer, Racial fault lines: the historical origins of white supremacy in California, Berkeley, University of California Press, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Perez, « Entre Mexique et États-Unis, la Californie dans une perspective hémisphérique (1815-1850). Le défi des frontières historiographiques au sein de la thèse », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 11 juin 2013, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65622 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65622

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Perez

Doctorante au CENA, Mondes Américains UMR 81 68, sous la direction de François Weil
emmanuelle.tisserant@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page