Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
Amérique au singulier, Amériques au pluriel: à quoi nous sert la perspective hémisphérique ? – Journée d'étude des doctorants du MASCIPO (Institut des Amériques, 30 octobre 2012)
Félix Landry

Construction de l’État, formation de la nation et violence légitime en Argentine et aux États-Unis (années 1860) : une expérience américaine ?

[11/06/2013]

Résumés

Cette présentation propose une réflexion sur des expériences américaines de violence d’État au XIXème siècle, soit durant le processus de formation des États-nations américains. Il s’agit de rendre compte de la manière dont Domingo Faustino Sarmiento, président de la République argentine entre 1868 et 1874, justifie l’usage de la violence dans la répression d’un soulèvement (la rébellion d’Ángel ‘Chacho’ Peñaloza) à une étape antérieure de sa carrière, en mobilisant ce qu’il croit ou fait mine de croire être l’état d’un droit de la guerre et de la répression forgé aux Etats-Unis dans le contexte de la guerre de Sécession. La justification de la violence par l’idée d’une lutte ‘coloniale’ contre la ‘barbarie’ est aussi discutée. À partir de cet exemple, nous nous interrogeons sur la nature des ‘transferts’ internationaux réels ou imaginaires de pratiques de pouvoir et de discours sur ces pratiques.

Haut de page

Texte intégral

El nombre de Abraham Lincoln ha llegado á la América del Sud entremezclado con la narracion de los acontecimientos sorprendentes de una guerra gigantesca, que ha tenido en suspenso á la humanidad entera. […] Mas de cerca que el resto del globo, nos interesa comprender las evoluciones que en su desarrollo ejecutan los Estados Unidos de Norte-América, cuyas instituciones y rápido engrandecimiento son como el itinerario que nos está trazado por la similitud de origen colonial, la comunidad de continente, y hasta de ríos estupendos […].

Domingo Faustino Sarmiento, Vida de Lincoln (1866)

Introduction : El Chacho, un fil dans l’écheveau – et un cadavre dans le placard

  • 1 Cf. William Katra, The Argentine Generation of 1837: Echeverría, Alberdi, Sarmiento, Mitre, Madison (...)
  • 2 Cf. José Carlos Chiaramonte, Ciudades, provincias, Estados: ogenes de la nación argentina, 1800 (...)

1Mes recherches actuelles ne relèvent pas, à proprement parler, de l’histoire hémisphérique ou panaméricaine ; j’entends en effet aborder, dans une perspective certes transnationale mais pour l’essentiel cantonnée au Cône Sud – Argentine, Uruguay, Bolivie, Chili – l’articulation entre production intellectuelle et action politique chez trois membres majeurs de la génération argentine de 1837, à savoir Juan Bautista Alberdi, Bartolomé Mitre et Domingo Faustino Sarmiento1. Opposants en exil à la dictature de Juan Manuel de Rosas de la fin des années 1830 à 1852, ces publicistes très actifs dans les pays limitrophes deviennent ensuite, de manière incidente dans le cas d’Alberdi – inspirateur de la Constitution argentine de 1853 – et de plain pied dans les cas de Mitre et Sarmiento – successivement présidents de la République argentine entre 1862 et 1874 – des figures de premier plan dans la consolidation d’un État-nation argentin à partir de la mosaïque de « provinces » largement indépendantes caractérisant la première moitié du XIXème siècle2.

  • 3 Cf. Oscar Oszlak, La formación del Estado argentino: orden, progreso y organización nacional, Bueno (...)

2Cette consolidation de l’État, soit à la fois de l’autorité coercitive souveraine et d’institutions fonctionnant à l’échelle d’une « nation » dont les contours posent autant problème du point de vue socio-ethnique que du point de vue territorial3, ne va pas sans conflits, auxquels les hommes de 1837 doivent participer, confrontant ainsi leur doctrine centrée sur la garantie des droits individuels, forgée en tant qu’opposants dans les années 1840, à la pierre de touche que constitue l’exercice concret du pouvoir dans le contexte d’une absence de monopole de la violence physique légitime. Sarmiento, dans le cas qui nous intéresse ponctuellement ici, est gouverneur de San Juan pendant la rébellion du caudillo riojano Ángel Vicente « El Chacho » Peñaloza (1863), et contribue à orienter la manière dont celle-ci est réprimée, soit comme nous le verrons une « manière forte » peu compatible avec l’invocation quasi rituelle des garanties omniprésente dans les écrits d’exil de Sarmiento.

3Il y a là un enjeu important dans l’appréhension des rapports entre production intellectuelle et action politique, et ce à deux niveaux. D’une part, mais nous ne nous en occuperons pas ici, il apparaît intéressant de réfléchir au degré d’éloignement perceptible entre le « programme » politique plus ou moins formellement élaboré par les exilés anti-rosistes, et les réalités de leur pratique du pouvoir à partir des années 1850 ; d’autre part, et c’est le sujet de cette communication, il nous faut comprendre comment divers écrits sont produits, diffusés et présentés au public de façon à justifier a posteriori la manière dont le leader rebelle a été éliminé et ses suivants châtiés, réaction dont la violence représente un handicap potentiel pour Sarmiento lorsqu’il devient candidat à la succession de Mitre à la présidence de la République argentine en 1868.

  • 4 Cf. Ariel De la Fuente, Children of Facundo: Caudillo and Gaucho Insurgency during the Argentine St(...)
  • 5 La lettre de la Constitution de 1853, inspirée par Alberdi, est très proche de la nord-américaine ; (...)

4Quel rapport avec l’histoire hémisphérique ? La rébellion de Peñaloza, qui s’oppose au début des années 1860 à la pénétration de troupes « fédérales » dans l’intérieur argentin, destinées à mettre au pas les velléités locales ou régionales d’autonomie dans le cadre d’une construction autoritaire et « top down » de l’État depuis Buenos Aires après l’insertion conquérante de celle-ci dans la Confédération argentine (1862)4, suscite diverses comparaisons de la part de Sarmiento. L’une, classique chez lui, met en équivalence « conquête » de l’intérieur argentin « barbare » par un appareil d’État et une armée pilotés par les habitants « civilisés » de la capitale et des autres villes majeures, et colonisation française de l’Algérie, elle aussi peuplée de supposés « barbares », « bédouins » dont l’imagination sarmientine fait à la fois de lointains ancêtres et d’archaïques copies des montoneros de La Rioja ou de San Juan. L’autre, qui est à l’origine de ce travail, consiste à puiser dans la casuistique récente de la Guerre civile états-unienne (1861-1865) pour justifier, par un usage transnational de la jurisprudence permis dans une certaine mesure à dessein par la proximité entre les constitutions états-unienne de 1787 et argentine de 18535– le recours à la violence lorsque l’autorité et l’intégrité de l’État sont mises en danger par la rébellion et/ou la sédition.

  • 6 Domingo Faustino Sarmiento, Vida de Lincoln (1866) in Obras de D. F. Sarmiento, vol. XXVII, Buenos (...)

5Sarmiento, ambassadeur aux États-Unis de 1865 à 1868 – il a justement été éloigné de San Juan, et d’Argentine, après être devenu une source d’embarras pour l’administration Mitre du fait du fait de son rôle dans la répression du soulèvement de Peñaloza – publie successivement une biographie de Lincoln (1866), élogieuse en général, et en particulier au sujet du rôle de l’homme d’État nord-américain – récemment assassiné – au cours de la Guerre civile, et une biographie à charge de Peñaloza dont le propos consiste, pour l’essentiel, à faire l’apologie de son propre rôle en tant que gouverneur de San Juan (1868)6. Ces deux ouvrages constituent, en quelque sorte, les clés de voûte d’une « campagne électorale » menée depuis New York et Washington, et effectivement soldée par l’élection de Sarmiento à la magistrature suprême.

6Il va de soi que le modeste soulèvement des Llanos de La Rioja et du caudillo Peñaloza, n’est pas un événement directement comparable à la sécession, à peine antérieure, des États esclavagistes du Sud des Etats-Unis, pas plus, en termes d’opérations militaires, que la répression d’une révolte ne peut être comparée à l’une des premières « guerres totales » de l’histoire de la modernité occidentale. De ce point de vue il serait plus pertinent de mener une comparaison de la Guerre de sécession avec la guerre de la Triple Alliance (1864-1870), dont la justification fait partie des missions diplomatiques attribuées à l’ambassadeur Sarmiento, et dont les effets sur la société argentine mobilisée contribuent à expliquer les dernières révoltes de caudillos de l’intérieur, parmi lesquels Felipe Varela.

7Il ne semble cependant pas inutile de prendre – du moins dans un premier temps – au sérieux le parallèle dressé par Sarmiento entre l’une et l’autre forme de recours à la violence pour préserver l’intégrité de l’État et consolider la nation en formation. Y a-t-il, au-delà du contraste entre des combats d’ampleur et d’aspect très différents, un parallèle juridique solide, et la construction transnationale, du Nord au Sud des Amériques, d’une jurisprudence apte à la conservation de la sûreté de l’État aux dépens des droits fondamentaux des individus – libres – qui les peuplent ? Ne peut-on également, à partir de la concomitance des deux rébellions, et toujours sans masquer leurs différences, être tenté de mettre un terme au lieu commun de l’opposition entre des États nord-américains « unis » dès la fin du XVIIIème siècle, et une Amérique espagnole ou une Argentine minées par la sédition, la fragmentation territoriale, nous dirions aujourd’hui la « balkanisation », jusqu’au milieu du XIXème et au- delà ?

De l’état d’urgence, et de son usage

  • 7 Domingo Faustino Sarmiento, Viajes por Europa, África i América in Obras de D. F. Sarmiento, vol. V(...)

8Quelle que puisse être l’ambition transformatrice, dans la sphère socioéconomique, du programme inscrit dans la Constitution argentine de 1853, sa réalisation est conditionnée à la stabilité de l’autorité de l’État, susceptible d’être remise en cause périodiquement par la sédition ou la révolte armée dans le contexte argentin du milieu du XIXème siècle. Les pouvoirs spéciaux dont l’exécutif peut se prévaloir en cas de crise sont par conséquent l’un des piliers de soutènement de l’édifice institutionnel bâti à partir de 1853. Sarmiento en a formulé une doctrine élaborée, forgée à la confluence d’une observation tocquevillienne des sociétés hispano-américaines et du fonctionnement de leurs systèmes politiques, d’un recours à la jurisprudence pragmatique et transnationale qu’il affectionne, et de la pratique du pouvoir au temps des montoneras. Dès la période de l’exil, Sarmiento écrit occasionnellement sur l’état de siège, vu comme un mal nécessaire existant sous des appellations diverses dans les différentes traditions juridiques qu’il connaît, le vote de confiance considéré comme hispanique équivalant à ses yeux, en 1849, à la suspension temporaire de l’habeas corpus anglo-saxon, à la suspension des garanties montévidéenne, ou encore à l’état de siège en usage en France et au Chili7.

  • 8 « Suma del poder público, llamóla el sagacísimo Rosas, por no ser jente mui ducha en sumar sus gobe(...)
  • 9 Domingo Faustino Sarmiento, « El estado de sitio en Chile y la suma del poder público (Sud América, (...)

9Il distingue tôt l’usage légitime de cet instrument de pouvoir, destiné à assurer le rétablissement de l’ordre, et les abus que ne manquent pas de commettre bon nombre des gouvernants choisissant d’y avoir recours, Rosas au premier chef, la « somme des pouvoirs publics » dont la Chambre des représentants de Buenos Aires investit son gouverneur n’étant qu’une variété parmi d’autres de ces pouvoirs spéciaux, dont la spécificité monstrueuse est le caractère permanent : « somme des pouvoirs publics, l’a appelé le très-sagace Rosas, comme ses gouvernés ne sont pas bien forts en additions, et l’ont laissé inclure dans le lot cédé le droit de jamais lui retirer ladite somme »8. De même, un article rédigé au cours de l’exil chilien établit une distinction entre l’état de siège pratiqué dans la république portalienne, consistant en une suspension temporaire et prévue par le droit des libertés individuelles, d’aller et venir ou de se rassembler notamment, mais sans remise en cause des droits de propriété ni de la sécurité physique des personnes, et la « somme des pouvoirs publics » dont Rosas se prévaut pour multiplier les assassinats et les confiscations de biens9.

  • 10 Domingo Faustino Sarmiento, El Chacho, último caudillo de la montonera de los Llanos (1868) in Obra(...)

10L’exercice du pouvoir, notamment lorsqu’il assume des responsabilités exécutives, comme gouverneur de San Juan (1862 – 1864) puis comme président de la République (1868 – 1874), est marqué chez Sarmiento par un recours fréquent à l’état de siège, et à des méthodes coercitives – ne se limitant pas en fin de compte à la suspension de la liberté d’aller et venir – auxquelles il laisse place. L’usage qu’en fait l’ennemi des caudillos et des montoneras lui attire de vigoureuses critiques, notamment après la répression du soulèvement riojano de Peñaloza, dont il ordonne ou du moins approuve l’exécution sommaire. Désireux de donner la réplique à ses contempteurs sur ce point, dont il sent qu’il peut miner sa légitimité politique, il élabore une doctrine de la violence d’État, exprimée dans de nombreuses publications et ses discours parlementaires au fil des années, et plus particulièrement dans une biographie de Peñaloza rédigée en 1868, soit juste avant d’accéder à la présidence de la République argentine10.

  • 11 Ibid., p. 326-327 et 353-355.

11Dans cet ouvrage, Sarmiento prolonge la doctrine classique de l’état d’urgence ou de siège permettant de suspendre temporairement certaines garanties, par un propos sur la légitimité d’une violence nettement plus radicale, pouvant aller jusqu’à l’élimination physique pure et simple. Après avoir justifié sa décision de recourir à l’état de siège en tant que gouverneur de San Juan alors que c’est au gouvernement fédéral que revient cette prérogative d’après la Constitution11, l’auteur du Facundo s’attaque à matière plus délicate en revendiquant l’exécution de Peñaloza et l’exposition publique de son cadavre.

  • 12 « La palabra outlaw, fuera de la ley, con que el inglés llama al bandido, contiene todo el procedim(...)

12Pour Sarmiento, l’exécution du caudillo se justifie dans son principe et dans ses modalités par le statut de « hors-la-loi » de Peñaloza, qu’il refuse de considérer comme le leader d’une faction politique. Dans son esprit, ou du moins dans son discours, le hors-la-loi n’est pas un individu qui ne respecte pas les lois, mais un criminel d’un type particulier qui, du fait qu’il porte atteinte à l’intégrité de l’État, cesse de se voir appliquer la loi – et la sécurité physique qu’elle est censée lui garantir : « le mot outlaw, hors-la-loi, par lequel l’anglais désigne le bandit, contient toute la procédure »12. Réduit juridiquement au statut de bandit de grand chemin, il peut être exécuté sur le lieu même de son crime, le procédé relevant alors d’une simple opération de police. Plus exactement, précise Sarmiento après avoir semble-t-il hésité sur la marche argumentative à suivre, une simple opération de police n’aboutissant pas en général à la décapitation d’un délinquant même pris en flagrant délit, les garanties individuelles inscrites dans la Constitution, même la plus élémentaire, cessent de s’appliquer dès lors que Peñaloza prend la tête d’une insurrection portant atteinte à la souveraineté même de l’État.

  • 13 Ibid., p. 388.
  • 14 Ibid., p. 393-394.

13Ce n’est pas une « simple » opération de police, mais une « guerre de police », dans les termes des instructions du gouvernement Mitre reçues par l’auteur lorsqu’il officiait comme gouverneur de San Juan13. Le maintien de l’ordre à l’intérieur du territoire de l’État, lorsqu’il y a insurrection armée, doit se faire à la manière militaire, et suivant les règles de procédure d’une opération militaire, ce qui ne garantit toujours pas que la décapitation fasse partie des procédés consacrés, mais justifie l’exécution. Sarmiento est scandalisé par la gestion que le gouvernement national fait du cas Clavero, l’un des alliés de Peñaloza et assassin d’Antonio Aberastain – ami de longue date de Sarmiento, qui est jugé par un tribunal civil plutôt que militaire. Pour Sarmiento, cette affaire pose problème par la jurisprudence qu’elle établit, et il aurait mieux valu gratifier Clavero d’une amnistie pure et simple, ou d’une annulation de son procès pour vice de forme, plutôt que de le soustraire à la justice militaire, dont le domaine de compétence se trouve diminué14.

  • 15 « El Estado, en los crimenes que atacan su existencia, cualquiera que la forma del gobierno sea, no(...)
  • 16 José Guillermo Guerra, Sarmiento, su vida y sus obras, Santiago du Chili, Imprenta Elzeviriana, 190 (...)

14Il y va du salut de l’État, les garanties propres à la justice civile ne doivent pas s’appliquer aux rebelles dont le crime consiste à porter atteinte à la souveraineté : « l’État, en cas de crime attaquant son existence, quelle que soit la forme du gouvernement, n’entre pas en litige avec ses ennemis dans des tribunaux créés pour régler des questions individuelles, mais a au contraire ses lois spécifiques et ses juges, qui procèdent rapidement et hors des formes ordinaires. Il s’agit des lois militaires et des conseils de guerre. […] On a fait usage des armes de l’État dans l’intention de le subvertir ? On est inculpé pour délit militaire, que l’on soit soldat, paysan ou femme, parce que l’on ne dira pas qu’une balle ou une baïonnette entre les mains d’un paysan est moins mortelle que celle du soldat en service »15. Le châtiment corporel en public peut faire partie de l’arsenal coercitif mobilisé, Sarmiento faisant fouetter les suivants de Peñaloza ramenés prisonniers à San Juan, les natifs de la province recevant une ration double16.

  • 17 « Los salteadores notorios están fuera de la ley de las naciones y de la ley municipal, y sus cabez(...)

15L’exposition sur la voie publique de la tête coupée du caudillo parachève un dispositif confinant à la terreur d’État dont Sarmiento estime la nature radicalement différente de celle des assassinats de la mazorca rosiste deux décennies plus tôt, à partir du moment où le coupable est un rebelle et non un opposant politique reconnaissant par ailleurs l’autorité supérieure de l’État : « les bandits notoires se trouvent en dehors de la loi des nations et de la loi municipale, et leurs têtes doivent être exposées sur le lieu de leurs méfaits. C’est l’usage non de la république la plus jalouse de ses garanties, mais de tout État, de tout souverain, des privilèges que les nations se sont données pour pourvoir à leur préservation et leur conservation, attaquées par qui que ce soit, nation étrangère, soldat, citoyen ou femme, tous pouvant lui porter atteinte »17.

Guerre civile et guérilla, d’une Amérique à l’autre : quel(s) droit(s) ?

  • 18 Domingo Faustino Sarmiento, Vida de Lincoln, op. cit. ; lettre à José Posse (5 avril 1866) in Obras(...)

16Comme il en a l’habitude à partir des années 1860, voire de son premier séjour de 1847 comme voyageur et observateur des systèmes d’instruction publique, Sarmiento emprunte à la jurisprudence états-unienne pour justifier sa façon de procéder, la Guerre de sécession lui fournissant un vaste répertoire d’exemples en la matière, qu’il peut associer au nom prestigieux d’Abraham Lincoln, dont la biographie rédigée en 1866 est en partie une œuvre politique de Sarmiento, souhaitant se positionner favorablement dans la perspective de l’élection de 186818.

  • 19 « Cuatro años de guerra civil en los Estados Unidos han mostrado cómo entienden los pueblos libres (...)
  • 20 « El congreso de los Estados Unidos después del primer o de guerra civil, to una resolución apr(...)

17Sarmiento, en premier lieu, croit pouvoir affirmer à tort ou à raison que le recours à l’état d’urgence ou d’exception et à la suspension des garanties individuelles qu’il implique, va de soi dans la République nord-américaine dont l’imitation constitue, de plus en plus distinctement, son propre programme politique : « quatre années de guerre civile aux États-Unis ont montré comment s’y entendent les peuples libres en cas de rébellion, et comment ils appliquent le remède là où le mal se manifeste. Dans les États rebelles comme dans les États loyaux, quatre années durant la guerre, et encore un an après, la suspension de l’habeas corpus et la loi martiale ont été maintenues, celle-ci s’appliquant encore dans des cas particuliers, et ce sans que personne ne s’inquiète ni que le Congrès ne s’interpose »19. De plus, il considère que le jeu des institutions de l’Union au cours de la guerre civile équivaut à un blanc-seing du Congrès à l’exécutif pour qu’il prenne toute mesure nécessaire, y compris celles qui tomberaient en dehors des limites habituellement prescrites par la Constitution : « le Congrès des États-Unis, à l’issue de la première année de la guerre civile, prit une résolution approuvant tous les actes inconstitutionnels ou infractions à la loi auxquels se serait vu forcé l’exécutif pour étouffer la rébellion, sans les qualifier plus avant ni les discuter »20.

  • 21 « ¿Qué interés había, por entonces al menos, de hacer penetrar hondamente en la conciencia del pueb(...)

18Il existe pourtant, dans les État-Unis de la Guerre civile et dans l’historiographie subséquente, un vaste débat quant au statut et au sort des combattants « rebelles », sur lequel Sarmiento choisit, sans doute délibérément, de faire complètement l’impasse. Dans son discours, ce qui vaut pour les Nord-Américains, peuple « avancé » et habitué de longue date à la pratique des institutions républicaines et des libertés fondamentales, ne peut être insuffisant pour les habitants si indociles de l’intérieur argentin. De manière plus cynique, s’il faut s’attendre à ce qu’à l’avenir l’usage de la répression se fasse moins fréquent, mieux vaut ne pas laisser douter de sa légitimité tant qu’on en a l’usage : « quel intérêt y avait-il, alors du moins, à faire pénétrer profondément dans la conscience du peuple, que le gouvernement argentin eût pu faire ce qu’aucun gouvernement sur terre n’avait jamais fait, soit se maintenir par des moyens ordinaires face à l’invasion combinée à l’insurrection ? »21.

  • 22 Sur les aspects généraux de la Guerre civile états-unienne, nous nous sommes principalement appuyés (...)

19L’un des enjeux juridiques majeurs posés par les combats de la Guerre de sécession, comme Sarmiento semble en avoir été conscient, correspond au statut des combattants confédérés, dont les autorités, et pour cause, n’ont jamais été reconnues officiellement par l’Union, dont le choix de combattre était légitimé par la doctrine suivant laquelle un État membre ne peut pas faire sécession, ni par conséquent s’ériger en entité souveraine susceptible de mener légalement des opérations militaires22. En théorie, cette posture aurait fait de l’ensemble des soldats confédérés, en droit, des rebelles ou des traîtres individuels passibles de représailles sans doute un peu différentes des procédés utilisés dans le piémont andin, mais du moins fort éloignées du droit des prisonniers de guerre. Si l’artifice juridique d’une application du droit de la guerre aux combattants confédérés réguliers sans reconnaissance de la légitimité de leur gouvernement allait en quelque sorte de soi, la question se posait en revanche entière au sujet d’individus combattant contre les forces de l’Union en dehors de toute armée régulière.

  • 23 « Los Estados Unidos declarando rebeldes á los Estados del Sur en armas contra su gobierno, trataro(...)

20Pour Sarmiento, les choses sont claires : les Confédérés argentins d’Urquiza ont été battus à Pavón en 1862 – quelle qu’ait été la cause de leur défaite, souvent attribuée au renoncement volontaire d’Urquiza plutôt qu’à une véritable victoire militaire des troupes de Buenos Aires – après quoi il ne peut plus y avoir autre chose qu’une rébellion contre le gouvernement national, et non une véritable guerre civile ; et il en va exactement de même aux États-Unis dans la foulée de la victoire de l’Union, les mêmes causes produisant les mêmes effets. Selon lui, « les États-Unis, déclarant rebelles les États du Sud en armes contre leur gouvernement, ont traité leurs prisonniers suivant les pratiques du droit des gens entre nations, bien qu’ils n’aient reconnu ni les gouvernements ni les généraux qui les soutenaient. […] Les guérillas ne se trouvent pas encore, dans les guerres civiles, sous la protection du droit des gens. Après que, dans celle des États-Unis, se soient rendues les armées régulières de Lee et Johnston, et que Richmond ait été soumise, le gouvernement a donné l’ordre à ses commandants en campagne de passer par les armes comme bandits tous combattants de guérilla qui auraient persisté à poursuivre la guerre de déprédation ou pour les ressources à leur propre compte. Et en effet, ont été exécutés tous ceux qui sont tombés au pouvoir des détachements de troupes, là où ils ont été appréhendés, et par les chefs qui les ont pris, comme l’a été El Chacho, dans les mêmes conditions, et de par les mêmes ordres du gouvernement, donnés dès le début de la guerre de police, sans les honneurs de la guerre civile, tous étant châtiés comme bandits »23.

  • 24 Mark Neely, The Fate of Liberty: Abraham Lincoln and Civil Liberties, New York, Oxford University P (...)
  • 25 Sur la persistance aux Amériques, du Nord au Sud, d’éléments de droit naturel hérités de l’Ancien R (...)
  • 26 Sur le programme de l’Union prévoyant le retour au Sud, comme civils, de certains prisonniers ou dé (...)

21Si l’affaire semble univoque pour Sarmiento, elle ne l’est pas dans un contexte nord- américain, où l’ampleur des combats et leur caractère dans une certaine mesure fratricide ont suscité une réflexion intense sur le sort des combattants, aussi bien dans la perspective de la victoire de l’un et l’autre camp en présence que dans celle de la reconstruction à venir. Outre le sort des prisonniers de guerre, se posait la question de la transformation des pratiques du pouvoir, et de la préservation de la liberté mise à l’épreuve par les impératifs du conflit24. Loin de se limiter à une partition entre combattants réguliers, traités suivant le « droit des gens » hérité de l’Ancien Régime25, et irréguliers exécutés sommairement suivant une « coutume » sans âge, le problème des combattants dans la Guerre civile états-unienne a donné lieu à une production juridique nouvelle, et à des innovations notables dans le droit comme dans la pratique de la guerre26.

  • 27 Daniel E. Sutherland, « Abraham Lincoln, John Pope, and the Origins of Total War », The Journal of (...)
  • 28 Mark Neely, « Was the Civil War a Total War ? », Civil War History, vol. 50, n. 4, 2004, p. 434-458

22Paradoxalement, la Guerre civile états-unienne a été considérée par les historiens du fait militaire et du droit de la guerre à la fois comme un jalon important dans l’histoire de la« guerre totale » – dont la « totalité » cependant porte plutôt sur la prise en compte stratégique des ressources matérielles de l’ennemi que sur l’intensité de la violence physique que l’on peut lui faire subir, laquelle n’a rien de particulièrement moderne – et comme un moment d’innovation et de progrès en matière de droit de la guerre – et de droits des combattants27. D’après Daniel Sutherland, dès 1862, certaines décisions-clé de Lincoln commencent à faire basculer le conflit dans la « guerre totale », dans la mesure où il est décidé, en réponse aux victoires inattendues des forces confédérées, de porter atteinte directement, et par l’usage de la force militaire, aussi bien aux ressources économiques – ce qui aboutira en fin de compte à l’abolition de l’esclavage – qu’au moral de l’ennemi. C’est à John Pope que Lincoln confie, dès 1862 donc, la mission de reformuler les modalités du conflit, même si concrètement ses préconisations ne sont appliquées à grande échelle qu’à partir de 1863-1864, ce qui correspond à la date habituellement retenue pour qualifier le conflit de « guerre totale », autour des campagnes des généraux Grant et Sherman28.

  • 29 Cité par Sutherland, art. cit., p. 577.
  • 30 Ibid., p. 579.

23Les ordonnances de Pope en juillet 1862, bien qu’antérieures à la reddition des forces confédérées, ont pu servir de sources à Sarmiento : « no privileges and immunities of warfare apply to lawless bands of individuals not forming part of the organized forces of the enemy nor wearing the garb of soldiers »29. D’après les instructions de Pope, lorsque des civils tirent sur des soldats de l’Union, ils doivent être exécutés, mais il est aussi possible de raser leurs demeures ou d’extorquer à leurs voisins des contributions forcées de façon à « rembourser » les pertes occasionnées – bien qu’il ne soit pas prévu apparemment d’exhiber des morceaux de leurs cadavres sur la voie publique ; cependant, Sutherland remarque que la sévérité des instructions contraste, immédiatement, avec les ordres particuliers donnés par Lincoln incitant à la modération envers certaines forces de guérilla opérant outre-Mississippi30.

  • 31 Cf. Stephen W. Sears, George B. McClellan, New York, Da Capo Press, 1999.
  • 32 Cf. Frank Freidel, Francis Lieber, Nineteenth-Century Liberal, Clark, Lawbook Exchange, 2003.

24D’après Sutherland, les exactions commises par les soldats de l’Union en application des directives de Pope, incluant exécutions ou mutilations sommaires, viols et pillages, suscitent une réaction y compris au sein d’une partie du haut commandement unioniste, lequel entreprend de mieux réglementer l’usage de la force y compris envers les irréguliers. Là ou George McClellan exige que l’on en reste aux usages de la guerre entre « nations civilisées », autant par conviction que pour trouver un exutoire à sa rivalité avec Pope31, d’autres officiers unionistes, craignant également d’éventuelles représailles sudistes, entendent faire codifier à nouveaux frais le droit de la guerre de façon à l’adapter au déroulement du conflit en cours. En réponse à ces demandes, Francis Lieber rédige dans un premier temps un pamphlet sur la guerre de guérilla, puis une œuvre plus ambitieuse, le « code Lieber », qui entend poser des limites à ce qu’il est permis de faire dans un contexte de guerre « totale » ou en voie de le devenir32.

25Comme le fait remarquer Burrus Carnahan, le « code Lieber » est contemporain d’autres initiatives visant à introduire du droit dans la pratique de la guerre, dont la plus célèbre est la convention de Genève de 1864. Sa clé de voûte notionnelle est la catégorie de « nécessité militaire ». A première vue, l’ouvrage de Lieber préconise l’inverse de ce que défend Sarmiento : bien que le gouvernement confédéré ne soit pas reconnu par l’Union, les combattants sudistes, même les guérilleros, peuvent et doivent « pour raisons humanitaires », être considérés comme des belligérants à part entière, avec les garanties même minimales que cela implique. Le texte de Lieber n’a jamais eu valeur normative, mais il a été approuvé par Lincoln, et l’on peut le penser globalement représentatif de l’esprit des décisions prises au cours du conflit. Sa formulation vague du concept de « nécessité militaire » n’a pas manqué de susciter l’indignation de nombre de sudistes, qui ont pu y voir carte blanche à tout type d’exaction : s’il est con- traire au droit de la guerre de torturer pour le plaisir ou par cruauté, il pourrait en revanche s’avérer légitime de le faire pour obtenir une information cruciale, voire même pour obtenir un simple avantage psychologique, comme le dénonce le ministre sudiste de la Guerre James Seddon. D’après Carnahan, si l’on extrait des choix de Lincoln un contour plus précis de la « nécessité militaire », on en obtient en fait une délimitation plutôt restrictive, les objectifs poursuivis directement par la violence physique devant être strictement militaires et cantonnés au champ de bataille.

26Pour Lincoln, les États ne pouvant faire sécession, leurs rapports et ceux de lors ressortissants avec le gouvernement fédéral et ses armées ne peuvent, non plus, cesser d’être régis par la Constitution, ce qui s’oppose diamétralement à la doctrine sarmentine évoquée plus haut. De même pour Lincoln, la suppression physique de la rébellion est un objectif militaire, mais non son châtiment, qui est du domaine de la justice civile, là encore à l’opposé de ce que préconise Sarmiento après la défaite de la montonera des Llanos. Cependant, malgré ces tentatives d’endiguer le flux de la violence, il va de soi que l’ampleur des affrontements de la Guerre de sécession, vus depuis une autre perspective, peut amener à tolérer un degré de violence physique « collatérale » étirant au maximum le concept de droit de la personne humaine en guerre.

  • 33 Obras de D. F. Sarmiento, vol. XIX: Discursos parlamentarios II, Buenos Aires, Imprenta y Litografí (...)
  • 34 « el unitario tipo », « carecido en mas alto grado de sentido práctico », « á la víspera de una bat(...)

27Le renfort ambigu de la casuistique états-unienne n’est pas de trop, la liquidation sommaire de Peñaloza demeurant jusqu’à la fin de sa carrière l’un des principaux talons d’Achille politiques de Sarmiento, comme en témoignent les discours prononcés à l’occasion de sa polémique avec Guillermo Rawson sur ce point, au Sénat national33. Malgré toute la virtuosité d’un Sarmiento cherchant à justifier en droit, a posteriori, un fait pensé au moment de son exécution comme relevant de la guerre, n’oublions pas qu’il a toujours, d’une manière ou d’une autre, jugé légitime de s’écarter de toute règle écrite, aussi fondamentale ou sacrée soit-elle, lorsque la nécessité l’exige. Les écrits de « pratique constitutionnelle » réunis dans les volumes XXXI à XXXIII de ses œuvres comptent bon nombre de cas où il cherche à justifier, souvent en invoquant la jurisprudence états-unienne, l’opportunité de faire autre chose que ce qu’exige la lettre de la Constitution argentine. Mais déjà en 1845, l’auteur du Facundo se moquait de l’« unitarien type », éliminé par Rosas comme il eût pu l’être par la sélection naturelle parce que « dépourvu au plus haut point de sens pratique » qui, « à la veille d’une bataille s’occupera encore de discuter sous toutes ses formes un règlement ou d’adopter une nouvelle formalité juridique ; parce que les formules juridiques sont le culte extérieur qu’il rend à ses idoles, la Constitution, les garanties individuelles »34.

Spectre de l’approche coloniale ou « constitution de la tyrannie » ?

  • 35 Par exemple, pour le cas qui nous intéresse ici, El Chacho, op. cit., p. 301-304 et passim. Mais l (...)
  • 36 Sur l’influence possible de ces techniques dans la répression de la montonera de Peñaloza, El Chach (...)

28Autre antécédent, qui ne manque pas de donner une impression troublante de continuité quant aux sources d’inspiration de l’appareil répressif de l’État argentin, Sarmiento évoque dans ses récits de voyage de 1849 l’Algérie depuis peu française, et, fasciné par la ressemblance physique superficielle entre les paysages et les habitants des marges du Sahara et ceux du piémont andin semi-aride35, se montre très intéressé par les méthodes de l’armée française, confrontée elle aussi à ce qu’il considère comme la lutte de la civilisation contre la barbarie. L’observateur de l’intérieur argentin recopie avidement ce que le maréchal Bugeaud lui raconte sur les tactiques militaires employées contre les « montoneras » arabes36, les plans de colonisation agricole et les modalités de prise de contrôle d’un espace particulièrement difficile à convertir en territoire d’empire.

  • 37 Sarmiento, en 1847 déjà, n’était pas qu’un homme de lettres en Algérie… Ricardo Cicerchia, « Journe (...)
  • 38 « Durante los doce primeros años de la guerra, los árabes han sido, mas bien que reprimidos, animad (...)

29Pour Sarmiento, l’Algérie représente une sorte de laboratoire, un théâtre d’expérimentation dont les enseignements sont clairs : contre le barbare, seule vaut la coutume barbare, la civilisation – donc l’État – laissant indûment l’avantage à son ennemi lorsqu’elle lui applique les règles et garanties ne devant concerner que ses propres ressortissants37. Ainsi, paraît-il, « durant les douze premières années de la guerre, les Arabes ont été, plus que réprimés, encouragés à la rébellion, par la douceur même des moyens employés pour les soumettre ». « Mais après l’insurrection de Dahra, l’administration a été montée suivant les pratiques de gouvernement et les traditions propres aux Arabes », ce qui ne constitue pas une apologie du relativisme : « aux premiers temps de ce système, le général Royer, lorsqu’il était informé de l’assassinat d’un Européen, se rendait auprès de la tribu la plus proche du lieu de la catastrophe, et exigeait le délinquant, ou cent têtes d’Arabes en pénitence ! »38.

  • 39 Brian Loveman, The Constitution of Tyranny: Regimes of Exception in Spanish America, Pittsburgh, Un (...)
  • 40 Gabriel L. Negretto, « En repensant le républicanisme libéral en Amérique latine. Alberdi et la con (...)

30L’accusation de barbarie, chez Sarmiento, justifie tous les traitements de la part de l’État, dans la mesure où le barbare est par définition incapable d’en faire partie, et supposé hostile. Il y a là, dans son cas du moins, un élément à apporter au débat historiographique sur la « constitution de la tyrannie », suivant le titre de l’ouvrage de Brian Loveman39. Pour Loveman, les constitutions hispano-américaines comme l’argentine de 1853 peuvent être interprétées comme de simples cache-sexes légaux de la « tyrannie » ou du moins d’un autoritarisme répressif, de facto légalisé par la possibilité de recourir à l’état de siège et, dans la foulée, aux méthodes les plus brutales. Sa position a été critiquée par des auteurs cherchant à faire valoir le « progrès » représenté par la codification des modalités du recours à la violence d’État, laquelle existait déjà auparavant mais sous la forme de voies de fait40. De plus, ces auteurs rappellent que l’autorité de l’État est effectivement constamment menacée par des insurrections armées jusqu’à la fin du XIXème siècle, oubliant peut-être que le caractère répété des rébellions prouve aussi que le triomphe de l’État national en bout de course n’allait pas de soi.

  • 41 Juan Bautista Alberdi, Biograa del general Don Manuel Bulnes, presidente de la República de Chile(...)

31Le cas de Sarmiento, de notre point de vue, abonde plutôt dans le sens de Loveman. Il y a certes une formalisation juridique des critères du recours à la coercition, mais le critère décisif reste infrajuridique, recoupant la traditionnelle opposition entre civilisation et barbarie. Alberdi, lui aussi, assimilait dans le cas des Mapuches du Chili le conflit ethnique, civilisationnel, voire racial, à la dissidence envers l’État. Dans sa biographie de Bulnes, rédigée au Chili en 1846, Alberdi ne se montre pas choqué par les caractères intrinsèques de l’économie des indigènes, mais par le fait qu’ils ne payent pas d’impôts ; il ne dénonce pas leurs croyances comme idolâtres, mais comme contraires au culte catholique en tant qu’il est le seul admis par la constitution. Il leur reproche bien d’être des « sauvages », mais aussi de conserver des formes « féodales et aristocratiques » de gouvernement alors qu’ils vivent sous un régime fondé sur l’« égalité civile et politique »41.

  • 42 « Jamas la barbarie i el fanatismo han logrado penetrar mas hondamente en el corazón de un pueblo, (...)

32C’est que l’État est aussi, entre autres, pour les hommes de 1837, un élément de civilisation dont le contour exclut par définition le « barbare ». Dès lors, l’État ayant vocation à exercer son autorité sur l’ensemble d’un territoire, mais ne pouvant l’exercer de manière civilisée sur le barbare, ce qui serait un contresens ou une ingénuité, c’est une partie de la population qui n’est décidément pas la bienvenue : « jamais la barbarie et le fanatisme n’ont réussi à pénétrer plus profondément le cœur d’un peuple, et à le pétrifier pour qu’il résiste à tout progrès. Entre les Européens et les Arabes en Afrique, il n’y a aujourd’hui et n’y aura jamais d’amalgame ni d’assimilation possible ; l’un ou l’autre peuple devra disparaître, se retirer ou se dissoudre ; et j’aime trop la civilisation pour ne pas désirer dès maintenant le triomphe définitif en Afrique des peuples civilisés », écrit Sarmiento en 184942, n’en pensant pas moins au sujet de sa propre Amérique.

Conclusion : L’une et l’autre Amérique – usage et détournement d’un modèle

33Sarmiento peut sans doute, à bon droit, faire remarquer que les forces armées régulières d’un gouvernement « civilisé », qui plus est celui qu’il admire le plus intensément, et l’un de ceux qu’il connaît le mieux de par son rôle d’ambassadeur, ont exercé une violence physique intense dans la répression de combattants irréguliers, en obéissant aux instructions rédigées aux plus hauts sommets de leur commandement. Le caractère sélectif de son traitement du problème juridique posé par les à-côtés de la Guerre civile américaine, comme par les derniers feux de la résistance des montoneras de l’intérieur à la construction d’un État argentin ne reconnaissant pas pleinement leur droit à faire partie de la nation en devenir, renseigne cependant sur l’usage qu’il fait de l’ « expertise » acquise au fil de trois années d’ambassade. Il ne fait aucun doute, comme il l’exprime éloquemment dans les premières pages de son travail biographique sur Lincoln, cité en exergue de cette communication, que Sarmiento entend effectivement, à l’orée de sa présidence de la République argentine, rendre son pays plus semblable à la république états-unienne dont il entend faire un modèle.

34Mais, comme dans tout cas de transfert culturel, ou de savoir-faire étatique, ou encore de norme juridique, l’emprunt – dans ce cas d’ailleurs rétrospectif – ne va pas sans distorsion et détournement à de nouveaux usages. Il y a, dans la trajectoire des membres de la génération de 1837 parvenus aux plus hautes responsabilités publiques, une dimension d’acquisition et de transfert transnationaux de savoir-faire étatique, forgée au fil d’exils, voyages d’observation et missions diplomatiques. Mais l’exemple de la violence d’État étudié ici amène à prendre en compte la dimension discursive, quoique possiblement performative dans le champ politique, de cette internationalisation des pratiques du pouvoir. Sarmiento n’applique pas à San Juan et aux alentours des instructions formulées l’année précédente par John Pope, quoi qu’il reste à savoir précisément si l’observation – rapide, cursive – des méthodes de l’armée française en Algérie a pu laisser une trace autre que littéraire. Il peut, en revanche, au-delà de l’admiration notoire qu’il porte à la patrie de Lincoln, faire usage de son statut légitimant d’ancien ambassadeur, ainsi que des documents auxquels il a pu avoir accès aux États-Unis, pour introduire une version somme toute tronquée du débat états-unien sur le sort des combattants irréguliers en rébellion et/ou en guerre civile, et revêtir rétrospectivement d’une caution ambiguë le châtiment sommaire de rebelles riojanos dont la mémoire est encore, en 1868, suffisamment brûlante pour menacer la stabilité politique de l’intérieur argentin dans la foulée de son élection.

  • 43 Julio Saguir, ¿Unión o secesión? Los procesos constituyentes en Estados Unidos (1776-1787) y Argent (...)

35Malgré ces nuances, il convient de remarquer que la Guerre civile états-unienne fournit bien un terrain d’observation et de réflexion aux hommes d’État argentins, comme sans doute d’autres pays hispano-américains, confrontés depuis les indépendances à des conflits « internes » – mais non nécessairement perçus comme internes par l’ensemble des belligérants, dont la récurrence entrave la consolidation des appareils d’État comme des sentiments d’appartenance nationale qu’ils appellent de leurs vœux. Dans cette optique, il convient d’envisager, de manière quelque peu hétérodoxe, l’idée d’une expérience américaine, hémisphérique, de la construction des États-nations des années 1770 aux années 1870. Si l’on oppose souvent le rapide processus constituant des États-Unis (1776-1787) à une interminable propension argentine au conflit civil (1810-1862, voire 1874 ou 1880), comme le fait par exemple un ouvrage comparatif sur le sujet issu d’un travail de recherche mené aux États-Unis43, on peut considérer la tension structurelle entre Nord et Sud états-unien, perceptible dans sa potentialité explosive dès les années 1840, voire avant, comme un équivalent grossier du dilemme quasi séculaire qu’a représenté pour l’Argentine le rapport d’une capitale portuaire hypertrophiée avec son arrière-pays politiquement demandeur d’autonomie mais économiquement et fiscalement dépendant.

36Sans passer outre la longue période états-unienne de paix civile entre l’indépendance et le milieu du XIXème siècle, on peut remarquer que l’Argentine est, jusqu’à un certain point, issue de la vice-royauté du Río de la Plata, créée en 1776, et que la résolution – violente – de sa principale contradiction structurelle est à peu près concomitante du dépassement états- unien de la fracture entre États esclavagistes et non esclavagistes, ce qui amène à relativiser le découplage habituel des chronologies. Dans une chronologie plus fine, on peut voir dans les années 1860, notamment après que la victoire de l’Union et l’abolition de l’esclavage aient renforcé le prestige états-unien et son aura de « modèle » pour les républiques sud-américaines, le moment d’un échange d’expériences de gestion et de répression des forces centrifuges, encore que les acteurs de l’échange y procèdent aussi en fonction de leurs propres intérêts, y compris individuels.

Haut de page

Notes

1 Cf. William Katra, The Argentine Generation of 1837: Echeverría, Alberdi, Sarmiento, Mitre, Madison (New Jersey), Fairleigh Dickinson University Press, 1996, ouvrage utile mais dont l’inféodation aux sources produites par les protagonistes, le manque de profondeur historiographique et les carences dans l’approche de la dimension transnationale du sujet justifient la réouverture du chantier…

2 Cf. José Carlos Chiaramonte, Ciudades, provincias, Estados: ogenes de la nación argentina, 1800 1846, Buenos Aires, Ariel, 1997.

3 Cf. Oscar Oszlak, La formación del Estado argentino: orden, progreso y organización nacional, Buenos Aires, Planeta, 1997.

4 Cf. Ariel De la Fuente, Children of Facundo: Caudillo and Gaucho Insurgency during the Argentine State-Formation Process. La Rioja, 1853 1870, Durham, Duke University Press, 2000.

5 La lettre de la Constitution de 1853, inspirée par Alberdi, est très proche de la nord-américaine ; Sarmiento, lui, dans sa polémique constitutionnelle avec Alberdi, eût souhaité qu’elle fût identique, précisément de façon à pou- voir appliquer, « importer » en quelque sorte directement et tel quel, le demi-siècle écoulé de jurisprudence nord- américaine, et pas uniquement dans le domaine de la violence d’État. Cf. Juan Bautista Alberdi, Bases y puntos de partida para la organizacion política de la República argentina (éd. de 1858) in Obras completas de J. B. Alberdi, vol. III, Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p. 371-580, et Domingo Faustino Sarmiento, Comentarios de la Constitucion (1853) in Obras de D. F. Sarmiento, vol. VIII, Imprenta y Litografía Mariano Moreno, 1895, p. 31-396.

6 Domingo Faustino Sarmiento, Vida de Lincoln (1866) in Obras de D. F. Sarmiento, vol. XXVII, Buenos Aires, Imprenta y Litografía Mariano Moreno, 1899, p. 5-298, et El Chacho, último caudillo de la montonera de Los Llanos (1868) in Obras de D. F. Sarmiento, vol. VII, Buenos Aires, Imprenta y Litografía Mariano Moreno, 1896, p. 296-400.

7 Domingo Faustino Sarmiento, Viajes por Europa, África i América in Obras de D. F. Sarmiento, vol. V, Buenos Aires, Félix Lajouane, 1886.

8 « Suma del poder público, llamóla el sagacísimo Rosas, por no ser jente mui ducha en sumar sus gobernados, que han dejado incluir en las partidas cedidas, el derecho de no quitarle jamas la suma misma », ibid., p. 51.

9 Domingo Faustino Sarmiento, « El estado de sitio en Chile y la suma del poder público (Sud América, tomo II) » in Obras de D. F. Sarmiento, vol. XIII, Buenos Aires, Imprenta y Litografía Mariano Moreno, 1896, p. 355-357.

10 Domingo Faustino Sarmiento, El Chacho, último caudillo de la montonera de los Llanos (1868) in Obras de D. F. Sarmiento, vol. VII, Buenos Aires, Imprenta y Litografía Mariano Moreno, 1896, p. 296-400.

11 Ibid., p. 326-327 et 353-355.

12 « La palabra outlaw, fuera de la ley, con que el inglés llama al bandido, contiene todo el procedimiento », ibid., p. 388.

13 Ibid., p. 388.

14 Ibid., p. 393-394.

15 « El Estado, en los crimenes que atacan su existencia, cualquiera que la forma del gobierno sea, no entra en litigio con sus enemigos en los tribunales creados para arreglar cuestiones individuales, sino que tienen sus leyes especiales y sus jueces que proceden rápidamente y sin las formas ordinarias. Son aquellas las leyes mili- tares y los consejos de guerra. [] ¿Se ha cometido con armas del Estado con intento de subvertirlo? Es reo de delito militar, sea soldado, paisano ó mujer el complicado, porque no ha de decirse que la bala ó la bayoneta en manos del paisano es menos mortífera que la del soldado en servicio », ibid., p. 394.

16 José Guillermo Guerra, Sarmiento, su vida y sus obras, Santiago du Chili, Imprenta Elzeviriana, 1901, p. 229.

17 « Los salteadores notorios están fuera de la ley de las naciones y de la ley municipal, y sus cabezas deben ser expuestas en los lugares de sus fechoas. Este es el uso que hace, no la república mas celosa de sus garanas, sino todo estado, todo soberano, de los privilegios que las naciones se han reservado á sí mismas para proveer á su preservacion y conservacion, atacadas por quien quiera que sea, nacion extranjera, soldado, ciudadano ó mujer, que todos pueden dañarla », Domingo Faustino Sarmiento, El Chacho, op. cit., p. 397.

18 Domingo Faustino Sarmiento, Vida de Lincoln, op. cit. ; lettre à José Posse (5 avril 1866) in Obras de D. F. Sarmiento, vol. XXIX: Ambas Américas, Buenos Aires, Imprenta y Litografía Mariano Moreno, 1899, p. 225- 227.

19 « Cuatro años de guerra civil en los Estados Unidos han mostrado cómo entienden los pueblos libres en caso de rebelion, y cómo aplican el remedio donde el mal aparece. En los estados rebeldes y en los leales, cuatro años durante la guerra, y un o despues, se mantuvo la suspencion del habeas corpus, y la ley marcial, y continua ésta aun en casos particulares, sin que nadie se alarme ni el congreso se interponga », El Chacho, op. cit., p. 354-355.

20 « El congreso de los Estados Unidos después del primer o de guerra civil, to una resolución aprobando todos los actos inconstitucionales, ó las infracciones de la ley á que hubiese vístose forzado el ejecutivo para sofocar la rebelión, sin determinarlos ni discutirlos », ibid., p. 352.

21 « ¿Qué interés había, por entonces al menos, de hacer penetrar hondamente en la conciencia del pueblo, que el gobierno argentino podía hacer lo que gobierno alguno de la tierra había intentado jamas, que es mantenerel gobierno por los medios ordinarios contra la invasión combinada con la insurrección? », ibid., p. 354. L’invasion à laquelle il est fait allusion renvoie aux déplacements des troupes montoneras de La Rioja dans les provinces voisines.

22 Sur les aspects généraux de la Guerre civile états-unienne, nous nous sommes principalement appuyés sur James MacPherson, Battle Cry of Freedom: The Civil War Era, New York, Oxford University Press, 1988.

23 « Los Estados Unidos declarando rebeldes á los Estados del Sur en armas contra su gobierno, trataron á sus prisioneros sen las prácticas del derecho de gentes entre naciones, aunque no reconociesen ni á los gobiernos ni á los generales que los sostenían. [] Las guerrillas no están todavía en las guerras civiles bajo el palio del derecho de gentes. Cuando en la de los Estados Unidos fueron rendidos los ejércitos regulares de Lee y Johnston y sometida Richmond, el gobierno dio orden á sus jefes en campa de pasar por las armas como á salteadores á toda guerrilla que persistiese en continuar la guerra de depredación ó recursos por su propia cuenta, y fueron ejecutados cuantos cayeron en poder de las partidas, en lugar de su aprehensión, y por el jefe que los tomó, como lo fué el Chacho, en las mismas condiciones, y por las mismas órdenes del gobierno, dadas desde el principio de la guerra de policía, sin los honores de guerra civil, castigándolos como á salteadores », ibid., p. 390-391.

24 Mark Neely, The Fate of Liberty: Abraham Lincoln and Civil Liberties, New York, Oxford University Press, 1991.

25 Sur la persistance aux Amériques, du Nord au Sud, d’éléments de droit naturel hérités de l’Ancien Régime jusque vers le milieu du XIXème siècle, cf. José Carlos Chiaramonte, Fundamentos intelectuales y políticos de las independencias, Buenos Aires, Teseo, 2010.

26 Sur le programme de l’Union prévoyant le retour au Sud, comme civils, de certains prisonniers ou déserteurs sudistes jugés utiles à la future reconstruction, cf. Harold M. Hyman, « Civil War Turncoats: A Commentary on a Military View of Lincoln’s War Prisoner Utilization Program », Military Affairs, vol. 22, n. 3, 1958, p. 134- 138.

27 Daniel E. Sutherland, « Abraham Lincoln, John Pope, and the Origins of Total War », The Journal of Military History, vol. 56, n. 4, octobre 1992, p. 567-586 ; Burrus M. Carnahan, « Lincoln, Lieber, and the Laws of War: The Origins and Limits of the Principle of Military Necessity », The American Journal of International Law, vol. 92, n. 2, 1998, p. 213-231.

28 Mark Neely, « Was the Civil War a Total War ? », Civil War History, vol. 50, n. 4, 2004, p. 434-458.

29 Cité par Sutherland, art. cit., p. 577.

30 Ibid., p. 579.

31 Cf. Stephen W. Sears, George B. McClellan, New York, Da Capo Press, 1999.

32 Cf. Frank Freidel, Francis Lieber, Nineteenth-Century Liberal, Clark, Lawbook Exchange, 2003.

33 Obras de D. F. Sarmiento, vol. XIX: Discursos parlamentarios II, Buenos Aires, Imprenta y Litografía Mariano Moreno, 1898, p. 276-357, et vol. XX: Discursos parlamentarios III, Buenos Aires, La Facultad, 1914, p. 89- 107.

34 « el unitario tipo », « carecido en mas alto grado de sentido práctico », « á la víspera de una batalla se ocu- pará todavía de discutir en toda forma un reglamento ó de establecer una nueva formalidad legal; porque lasfórmulas legales son el culto exterior que rinde á sus ídolos, la constitución, las garantías individuales », Domingo Faustino Sarmiento, Facundo o civilizacion i barbarie (1845) in Obras de D. F. Sarmiento, vol. VII, Buenos Aires, Imprenta y Litografía Mariano Moreno, 1896, p. 107.

35 Par exemple, pour le cas qui nous intéresse ici, El Chacho, op. cit., p. 301-304 et passim. Mais les explications « ethniques » ne sont jamais loin chez Sarmiento des explications sociales : suit p. 309-310 un second faisceau d’explication de la récurrence des montoneras à la Rioja par les conditions de vie et les difficultés d’accès aux rares terres facilement cultivables, qui ne s’éloigne pas tellement de celle proposée récemment par Ariel de la Fuente dans Children of Facundo, op. cit. Reste à mentionner l’élément principal de discorde entre l’homme d’État et l’historien : si de la Fuente insiste aussi sur la prévalence d’un sentiment puissant d’adhésion non pas au fédéralisme, mais aux hommes susceptibles d’entretenir par leur « charisme » la mémoire de l’ancien parti fédéral, Sarmiento, lui, évite tout trait pouvant conduire à la reconnaissance d’une faction politique dans le soulèvement riojano : El Chacho, op. cit., p. 345.

36 Sur l’influence possible de ces techniques dans la répression de la montonera de Peñaloza, El Chacho, op. cit., p. 353.

37 Sarmiento, en 1847 déjà, n’était pas qu’un homme de lettres en Algérie… Ricardo Cicerchia, « Journey to the Centre of the Earth: Domingo Faustino Sarmiento, a Man of Letters in Algeria », Journal of Latin American Studies, vol. 36, n. 4, novembre 2004, p. 665-684.

38 « Durante los doce primeros años de la guerra, los árabes han sido, mas bien que reprimidos, animados a la rebelión, por la dulzura misma de los medios que se empleaban para someterlos », « mas, después de la insurrección de Dahra, la administración ha sido montada según las prácticas de gobierno i las propias tradiciones árabes », « en los primeros tiempos de este sistema, el jeneral Royer, cuando tenia noticia del asesinato de un europeo, acudia a la tribu mas cercana al lugar de la catástrofe, i pedia el delincuente, o cien cabezas de árabesen espiacion! », Domingo Faustino Sarmiento, Viajes, op. cit., p. 214.

39 Brian Loveman, The Constitution of Tyranny: Regimes of Exception in Spanish America, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press, 1993.

40 Gabriel L. Negretto, « En repensant le républicanisme libéral en Amérique latine. Alberdi et la constitution argentine de 1853 », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM, n. 11, 2005, en ligne [URL http://alhim.revues.org/index962.html, consulté le 20 octobre 2012] ; Gabriel L. Negretto et Antonio Aguilar Rivera, « Rethinking the Legacy of the Liberal State in Latin America: The Cases of Argentina (1853 – 1916) and Mexico (1857 – 1910) », Journal of Latin American Studies, vol. 32, n. 2, mai 2000, p. 361-397.

41 Juan Bautista Alberdi, Biograa del general Don Manuel Bulnes, presidente de la República de Chile (1846) in Obras completas de J. B. Alberdi, vol. II, Buenos Aires, La Tribuna Nacional, 1886, p. 433-434.

42 « Jamas la barbarie i el fanatismo han logrado penetrar mas hondamente en el corazón de un pueblo, i petrificarlo para que resista a toda mejora. Entre los europeos i los árabes en África, no hai ahora ni nunca habrá amalgama ni asimilación posible; el uno o el otro pueblo tendrá que desaparecer, retirarse o disolverse; i amo demasiado la civilización para no desear desde ahora el triunfo definitivo en África de los pueblos civilizados », Domingo Faustino Sarmiento, Viajes, op. cit., p. 213-214.

43 Julio Saguir, ¿Unión o secesión? Los procesos constituyentes en Estados Unidos (1776-1787) y Argentina (1810-1862), Buenos Aires, Prometeo Libros, 2007

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Félix Landry, « Construction de l’État, formation de la nation et violence légitime en Argentine et aux États-Unis (années 1860) : une expérience américaine ? », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 11 juin 2013, consulté le 23 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65628 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65628

Haut de page

Auteur

Félix Landry

Doctorant au CERMA / Mondes Américains (EHESS)
felix.landry@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page