Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
L´usage des imprimés. Réception et diffusion des savoirs issus d'Amérique (XVI-XVIIe siècles) – Coord. Géraldine Méret
Géraldine Méret

Introduction aux actes de la journée d'études du lundi 14 mai 2012 – L´usage des imprimés : réception et diffusion des savoirs issus d'Amérique (XVIe-XVIIe siècles)

[02/09/2013]

Texte intégral

1Je tiens à remercier les discutants de cette journée, Jean Hébrard et Bernard Vincent, ainsi que Roger Chartier qui a bien voulu présider ces présentations consacrées à l'usage des imprimés et plus précisément à la réception et à la diffusion des savoirs issus d'Amérique aux XVIe et XVIIe siècles. Ils ont tous trois non seulement accepté de consacrer de leur temps à la lecture des différents textes, mais ils ont également contribué à la qualité des différents articles présentés ici, qui portent la marque des discussions nourries et enrichissantes qui ont suivi chacune des interventions. Il me faut également nommer ici Jean-Frédéric Schaub, le véritable instigateur de cette journée d'études, qui a été très présent non seulement lors des interventions et des débats, mais aussi tout au long de la préparation de cet événement, par ses encouragements et son soutien constants.

2Plus généralement, je voudrais remercier le CRBC, Mondes Américains et l'EHESS sans lesquels cette journée n'aurait pas été possible. Il est en effet très agréable et stimulant de travailler dans une institution qui accorde beaucoup de place aux jeunes chercheurs et encourage fortement les prises d'initiatives et l'organisation d'événements scientifiques.

L'usage des imprimés : appropriations, pratiques, coutumes et savoirs

3Les différentes interventions proposées ici s'articulent autour d'une réflexion centrée sur la question du rôle des imprimés dans la transmission et la propagation des savoirs issus du Nouveau Monde au seuil de la modernité, aux XVIe et XVIIe siècles.

  • 1 Cf. Alain Boureau et Roger Chartier, Les usages de l'imprimé. XVe-XIXe siècle, Fayard, 1992, 446 p.

4Bien que le mot d'ordre de cette journée ait été la pluridisciplinarité et que nous ayons cherché à réunir des doctorants et jeunes chercheurs issus de formations et d'institutions différentes, nous nous sommes tous attachés à étudier et à décrire ici l'usage des imprimés, et ce non seulement pour paraphraser ou rendre hommage au président de cette journée, Roger Chartier1, mais aussi pour souligner qu'il a été question ici de prêter attention aux différentes appropriations qui ont pu être faites des imprimés aux XVIe et XVIIe siècles, aux pratiques et aux habitudes des individus, des groupes sociaux et même des institutions de cette époque face à ces objets, en tâchant de leur restituer une part de leur matérialité.

5Mais « l'usage des imprimés » est aussi celui que nous faisons, nous, chercheurs, historiens, littéraires, en les prenant comme sources. Que peuvent-ils nous apprendre de la façon dont on appréhendait l'Amérique et les choses d'Amérique aux XVIe et XVIIe siècles ?

Production, diffusion, réception : les imprimés comme sources

  • 2 L'expression paraphrase le titre de l'ouvrage codirigé par Serge Gruzinski et Louise Bénat Tachot, (...)

6Les imprimés, par leur vocation à être diffusés largement, peuvent être définis comme des outils de propagation de l'information, le support de sa large transmission. C'est justement cette dimension de support, de médium de l'information que nous avons cherché ici à examiner ; c'est-à-dire que nous aimerions insister non seulement sur la matérialité des imprimés (ce que la qualité du papier, le choix des caractères, le tirage d'un ouvrage peut nous apprendre), mais aussi sur leur dimension d'interface, de « passeurs culturels » entre deux mondes2.

7Cette journée d'études, dont les textes sont reproduits ici, visait à soulever certains des aspects spécifiques des usages des imprimés pour la recherche en sciences humaines. Dans la limite du cadre restreint de ces quelques interventions et des discussions qui ont suivi, nous avons tenté de mettre en lumière, à partir d'études de cas, les problèmes du recueil de l'information, de sa sélection, de sa présentation et de sa diffusion, en mettant l'accent sur la façon dont les imprimés permettent de lever beaucoup d'obstacles qui s'opposaient à la circulation manuscrite ou orale de l'information, mais en insistant aussi sur les barrières nouvelles qu'ils rencontrent (notamment la censure, sous ses différentes formes et selon les différents niveaux auxquels elle s'exerce) et la façon dont ils contournent ces barrières.

8Une des caractéristiques principales des imprimés est en effet leur caractère public, l'ampleur sans précédent de la diffusion de ces écrits, qui suppose un certain nombre d'instances chargées de contrôler – ou de tenter de contrôler – cette propagation à une échelle jusque là inconnue. Cette révolution de la communication écrite en Europe n'est sans doute pas étrangère au sentiment de supériorité technique, voire civilisationnelle, manifesté vis-à-vis de l'Amérique, face à laquelle l'Europe revendique non seulement l'écrit mais aussi une technicité et un mode de circulation accéléré des écrits. Un sentiment de supériorité dont il n'est pas toujours aisé de se détacher pour qui utilise ces écrits comme sources, tant il est vrai que la narrativité dépasse largement les seuls récits estampillés comme « littéraires » et, à l'œuvre aussi bien dans les récits historiques, les écrits géographiques ou les traités de sciences naturelles – si tant est que la distinction entre ces différents « genres » soit pertinente pour l'époque considérée –, élabore une hiérarchie eurocentrée qui affirme et représente la supériorité des sociétés qui ont engendré aussi bien ces techniques de diffusion que les auteurs qui les mobilisent.

9Proposer une réflexion sur l'usage des imprimés suppose donc de s'attacher à l'étude d'un certain nombre de thèmes de recherche :

10Une étude attentive à la matérialité du support : des éléments tels que le prix des livres, leur tirage, leur qualité d'impression en disent long en effet sur les destinataires potentiels des ouvrages et donc sur les usages pour lesquels ils étaient pensés.

11Le « genre » des ouvrages considérés, tout en étant un élément fragile de définition – la notion de « genre » littéraire et d'écriture étant soumise à débat pour la période considérée, et différant en tout état de cause de celle qui est la nôtre aujourd'hui – est un outil d'analyse indispensable à la compréhension des spécificités des différents imprimés considérés. Récits de voyage de navigateurs autorisés, témoignages à la première personne rassemblés dans des collections, ouvrages scientifiques, textes « philosophiques » ou livres d'histoire ne se prêtent pas toujours aux mêmes appropriations, même si l'absence de frontières nettes et de catégories d'écrits bien définies permet une grande souplesse dans les différentes utilisations auxquelles peuvent donner lieu ces ouvrages.

12La place de la matière américaine dans ces livres conditionne leur réception et leur rôle dans le processus de diffusion des informations sur l'Amérique et venues d'Amérique. Le fait que le thème américain constitue la matière principale d'un livre ou bien qu'il y prenne place de façon secondaire – perçant comme une réalité dont on ne peut plus faire l'économie dans le monde moderne et les réflexions qu'il suscite, et que l'on retrouve même là où on ne l'attend pas – conditionne des lectures très différentes de ces ouvrages, qu'il convient d'interroger.

13Traiter des imprimés dans leur rôle de « passeurs » entre Amérique et Europe suppose d'être attentif aux différents circuits par lesquels transite l'information, depuis sa « source » américaine (qu'il s'agisse d'indigènes, d'agents de la Monarchie catholique, de missionnaires, de savants ou de marchands), jusqu'à son « débouché », les bibliothèques européennes, en passant par les navires et les aléas de la navigation et des ports de transit, par les presses (américaines ? européennes ?), les libraires, la recherche de financement (s'agit-il d'une œuvre de commande, a-t-elle bénéficié de mécènes ?) et éventuellement par un circuit d'approbation (Casa de Contratación, Inquisition, privilège)... ou de contournement des autorités.

14Les barrières qui peuvent s'opposer à la circulation ou à la réception des imprimés traitant de l'Amérique méritent en effet une attention toute particulière, car elles conditionnent à bien des égards le sort de ces écrits, mais aussi la forme de ceux qui parviennent à les contourner. La fiabilité d'informateurs si lointains ne manque pas ainsi d'être mise en question (qu'il s'agisse d'indigènes toujours suspects d'être plus ou moins réticents à divulguer des indications sur leur culture et leur société, d'autodidactes dont les formations font fi des parcours traditionnels de légitimation par les autorités reconnues, ou tout simplement d'auteurs lointains dont on ignore tout), quand ce ne serait que du fait de la langue et des problèmes de traduction des réalités et des langues américaines de manière à les rendre intelligibles pour les lecteurs européens. Se posent enfin des problèmes matériels, liés notamment au transfert des données outre-Atlantique et aux différentes formes de censure (politique, religieuse ou financière).

15Prêter attention aux barrières suppose en retour de bien avoir à l'esprit les différents liens et réseaux qui au contraire permettent de faire parvenir ces imprimés traitant de l'Amérique jusqu'à leur lectorat européen. Les circuits de diffusion de l'information, les grands centres d'édition, les confréries et l'administration constituent des acteurs à part entière de ce processus de circulation de la matière américaine et doivent être appréhendés non seulement dans leur lien avec la censure, mais aussi de façon positive, en tant qu'ils engendrent également toute une production (l'administration produit ainsi des écrits, par l'intermédiaire de chroniqueurs et de cartographes officiels). À ces parcours officiels s'ajoutent bien évidemment les différentes voies de subversion des circuits classiques, tant il est vrai qu'à des situations de « blocage » (comme par exemple le souci d'exclusivité ibérique) répondent souvent des solutions de contournement. Nous verrons ici le rôle des marins anglais, représentatif de l'importance stratégique des traductions, des éditions pirates et du vol de manuscrits.

16La question des détournements éventuels est en effet très intéressante : que signifie le fait de transformer un document destiné aux archives d'une administration et conçu comme confidentiel en document de large diffusion? Le fait de faire passer un récit à la première personne pour le rendre plus vivant? De publier en Italie ou en Angleterre les récits d'aventures ou de mésaventures hispaniques ou françaises?

17Se pose enfin le problème de savoir où ont été retrouvées ces sources imprimées. Ont-elles connu une ample diffusion, comme c'est le cas pour les écrits de Monardes, les collections italiennes de Ramusio ou les « traductions » anglaises ? Une circulation restreinte, voire inattendue (nous verrons par exemple que dans le cas du livre de Guaman Poma la question de la circulation de la source est fondamentale) ?

Impression d'Amérique

  • 3 Elizabeth Lewisohn Eisenstein, La Révolution de l'imprimé : À l'aube de l'Europe moderne, Hachette (...)

18Nous ne nous intéresserons pas ici à la « révolution de l'imprimé » en elle-même, pour reprendre le titre de l'étude, désormais classique, d'Elizabeth Lewisohn Eisenstein3. Ce n'est pas le propos de ce colloque et c'est un argument bien trop vaste pour être abordé en une journée.

19Nous voudrions seulement insister ici sur le fait que la « culture de l'imprimé » qui caractérise l'Europe aux XVIe et XVIIe siècles est encore relativement neuve et que cette nouveauté, dans l'esprit des contemporains, va de pair avec le bouleversement des horizons géographiques, au sens où non seulement ces deux événements contribuent au changement des cadres de vie, au point que l'on peut distinguer un « ancien temps » d'une « modernité », mais aussi au sens où si l'Amérique acquiert une quelconque épaisseur et présence dans l'esprit des contemporains, c'est bien aux imprimés qu'elle le doit.

20Si l'on peut parler d'une « première mondialisation » pour qualifier l'expansion ibérique et européenne aux XVIe et XVIIe siècles, c'est bien en effet par la vaste circulation des êtres, des choses et des idées qui intègre et rattache aux mondes connus ce nouveau monde. La découverte puis la conquête d'un « Nouveau Monde », tout comme la vaste circulation des imprimés par-delà même les océans ont en effet entraîné un changement d'échelle qui est peut-être une des marques les plus saillantes de la modernité.

  • 4 Roger Chartier, dans son commentaire au texte de Walter D. Mignolo, « Misunderstanding and Coloniza (...)

21Comme l'a dit Roger Chartier à propos de l'ouvrage d'Edmundo O'Gorman, The Invention of America (1958), « l'Amérique n'a pas été ''découverte'', mais ''inventée'', c'est-à-dire constituée par les perceptions et les savoirs qui l'ont construite comme une entité pensable et descriptible »4.

22Il me semble que cette phrase résume parfaitement notre projet. Il s'agit en effet pour nous de chercher à cerner, autour d'études de cas précises, comment l' « objet » Amérique pénètre les consciences européennes, comment les objets et les savoirs issus d'Amérique s'introduisent dans le quotidien des hommes et des femmes d'Europe pour faire peu à peu du nouveau continent un objet du paysage mental, sinon familier, du moins évident.

  • 5 Walter D. Mignolo, The Darker Side of the Renaissance: Literacy, Territoriality, & Colonization, Th (...)

23L'Amérique, en tant que continent neuf, devait en effet prendre forme dans les esprits européens, si bien que tout ce qui la concerne, à commencer par son nom même, est le résultat d'une conquête des esprits, d'une sorte de guerre de propagande pourrait-on dire, impensable sans l'imprimé. L'appropriation de l'Amérique ne passait pas seulement par les armes, elle devait aussi se faire dans l'ordre des représentations, si bien que les ouvrages imprimés ont joué un rôle crucial dans ce que Walter Mignolo définit comme « the colonization of space and of the mind »5. Mais la matière américaine agit aussi en retour sur les imprimés, imposant de nouvelles formes, ouvrant la voie à de nouvelles expérimentations, nous le verrons à travers les différents textes auxquels ces interventions ont donné lieu.

Les imprimés, l'Amérique et le monde : études de cas

24Le texte de Roxana Nakashima qui ouvre les actes de cette journée d'études propose d'aborder la question de la circulation des savoirs issus d'Amérique à travers une étude comparative entre deux systèmes juridiques distincts, mais en montrant comment censure et interdiction se trouvent déjoués dans cet espace échappant aux juridictions nationales qu'est l'Atlantique. Son article étudie la circulation en Europe des imprimés anglais, qui reproduisent, dans l'ordre des livres, la situation de piratage qui était déjà celle des corsaires anglais sur les mers, cherchant à s'infiltrer dans les failles du système mis en place par la monarchie ibérique pour contrôler la production d'écrits sur l'Amérique. En comparant les systèmes juridiques des deux royaumes, Roxana Nakashima nous permet de comprendre comment des stratégies de communication différentes doivent être replacées dans le contexte politique et colonial qui est le leur.

25Natalia Maillard propose ensuite une analyse très fine, à partir des inventaires des bibliothèques espagnoles et plus particulièrement de Séville, des livres sur l'Amérique qui étaient réellement lus par les hommes et les femmes du XVIe et du XVIIe siècle, en tâchant, à partir de ces inventaires, d'établir quels étaient les préoccupations majeures de ces lecteurs, en fonction de leur origine sociale et géographique.

  • 6 Cette communication n'a malheureusement pas pu faire l'objet d'une publication.

26Samir Boumediene analyse plus en détail l'une de ces œuvres que l'on rencontre dans de très nombreuses bibliothèques espagnoles, la production du célèbre médecin sévillan Monardes, au croisement de la littérature médicale et de la littérature commerciale. Ayant largement contribué à la diffusion des remèdes américains dans l'ensemble du vieux continent, l'œuvre de Monardes est en effet d'un grand intérêt pour comprendre les enjeux épistémologiques mais aussi commerciaux liés à la transmission des savoirs sur l'Amérique par le biais des textes imprimés. Une œuvre qui nous permet donc d'aborder la diffusion des savoirs sur l'Amérique sous l'angle d'une histoire de la consommation et de la communication6.

27L'article de Gimena Fernández propose quant à lui de décentrer quelque peu notre regard en étudiant l'impact de l'imprimerie outre-Atlantique, avec le cas des premières presses de Lima et le rôle d'Antonio Ricardo, le premier imprimeur de l'Amérique méridionale. Gimena Fernández montre l'évolution des premières impressions aux Pérou, les interactions entre imprimeur et ordres religieux et les longs circuits d'approbation par lesquels devaient transiter tous les textes avant de pouvoir être imprimés. Le cas du manuscrit retrouvé du chroniqueur andin Felipe Guaman Poma de Ayala, El primer nueva corónica y buen gobierno, constitue une sorte de cas limite extrêmement intéressant, du fait de son destin mouvementé et encore largement mystérieux et de sa circulation paradoxale, entre manuscrit et imprimé, entre censure et circulation et entre oubli et préservation.

28Les deux derniers articles enfin s'interrogent sur les formes nouvelles d'écriture que suscite l'irruption de la matière américaine dans les traditions littéraires européennes et plus précisément françaises. Phillip John Usher pose la question de savoir comment la matière américaine fait irruption dans un genre qui lui est a priori interdit (l'épopée), précisément grâce à la culture de l'imprimé qui caractérise l'Europe des XVIe et XVIIe siècles.

29Le texte d'Oury Goldman attire quant à lui notre attention sur la place investie par la matière américaine dans les réflexions historiques et politiques d'auteurs français au temps des guerres de religion, montrant comment l'Amérique se constitue peu à peu en référence incontournable pour toute réflexion sur les fondements de l'autorité politique et la légitimité de la violence. Son travail révèle combien l'image du Nouveau Monde se développe en conjonction avec les événements politiques et religieux de l'Ancien. Le Nouveau Monde, en mettant en crise le savoir issu des Anciens, transforme le dialogue entre Anciens et Modernes en triade Anciens/Modernes/Sauvages, et entraîne une nouvelle façon de concevoir l'histoire et l'écriture de l'histoire. Une interrogation sur les formes du savoir, notamment historique, et sa validité, dans laquelle l'imprimé joue un rôle essentiel, en permettant et en rendant même nécessaire la pratique de confrontation des sources, désormais indissociables du geste d'historien.

Limites du sujet

30Avant de céder la place aux textes eux-mêmes, qui constituent la matière de cette journée d'études et qui se trouvent enrichis par les discussions et les interventions qui ont suivi chacune des présentations, je voudrais préciser les limites que nous nous sommes posées lors de cette journée d'études. Nous avons choisi, pour des limites évidentes de temps, ne disposant que d'une journée, de nous restreindre à cette partie de l'Océan Atlantique, même s'il y aurait eu encore beaucoup à dire sur la pénétration des livres en Amérique, à la même époque. Il aurait également fallu, dans un souci d'exhaustivité, nous intéresser à la pénétration des savoirs issus d'Amérique dans d'autres parties du monde, et notamment en Asie (que l'on songe à l'Atlas universel de Fernão Vaz Dourado, réalisé à Goa en 1575, où l'on trouve des représentations de l'Amérique parmi les plus précises de l'époque).

31Ce recueil d'articles se veut donc davantage un éclairage apporté à la question du rôle des imprimés dans le passage et la diffusion de connaissances sur l'Amérique et par l'Amérique, qu'une synthèse de ce vaste champ de recherche. À travers des études de cas précises, nous avons voulu donner un aperçu de la vivacité et de la complexité des réseaux de circulation de l'écriture sous sa forme imprimée. Nous espérons que ces quelques contributions pourront constituer une incitation à la réflexion.

Haut de page

Bibliographie

Aquilon, Pierre, Martin, Henri-Jean, et Dupuigrenet Desroussilles, François, Le livre dans l'Europe de la Renaissance: actes du XXVIIIe Colloque international d'études humanistes de Tours, Promodis, 1988, 596 p.

Bernand, Carmen, et Gruzinski, Serge, Histoire du Nouveau Monde, tome 1 : De la découverte à la conquête, une expérience européenne, 1492-1550, Tome 1 seul., Fayard, 1991, 762 p.

Boureau, Alain, et Chartier, Roger, Les Usages de l'imprimé. XVe-XIXe siècle, Fayard, 1992, 446 p.

Chartier, Roger, Culture écrite et Société, Albin Michel, 1996, 256 p.

Duviols, Jean-Paul, L'Amérique espagnole vue et rêvée: les livres de voyages de Christophe Colomb à Bougainville, Cercle De La Librairie, 1985, 514 p.

Farge, Arlette, Le Goût de l'archive, Seuil, 1997, 152 p.

Giudicelli, Christian (dir.), Le Livre et la Lecture, América n. 23, Centre de Recherches Interuniversitaire sur les Champs Culturels en Amérique Latine, Presses Sorbonne Nouvelle, 1999, 224 p.

Gruzinski, Serge, L'Aigle et le Dragon : démesure européenne et mondialisation au XVIe siècle, Paris, Fayard, 2011, 434 p.

Gruzinski, Serge, Les Quatre Parties du monde : histoire d'une mondialisation, Seuil, 2006.

Gruzinski, Serge, et Wachtel, Nathan, Le Nouveau Monde, mondes nouveaux : l'expérience américaine, Éditions Recherche sur les civilisations, 1996, 782 p.

Gruzinski, Serge et Bénat-Tachot, Louise (dir.), Passeurs culturels : mécanismes de métissage, [Marne-la-Vallée] Paris, Presses universitaires de Marne-la-Vallée / Éd. de la Maison des sciences de l'homme, 2001, 319 p.

Johns, Adrian, The Nature of the Book: Print and Knowledge in the Making, University of Chicago Press, 2000, 767 p.

Johnson, Julie Greer, The Book in the Americas: The Role of Books and Printing in the Development of Culture and Society in Colonial Latin America, Oak Knoll Pr, 1988, 142 p.

Lewisohn Eisenstein, Elizabeth, La Révolution de l'imprimé : À l'aube de l'Europe moderne, Hachette Littératures, 2008, 352 p.

Martínez, José Luis, El libro en Hispanoamérica: origen y desarrollo, 2a ed., Lectorum Pubns Inc (J), 1986, 99 p.

Mignolo, Walter D., The Darker Side of the Renaissance: Literacy, Territoriality, & Colonization, The University of Michigan Press, 1995, 448 p.

Revello, José Torre, et Bibliográficas, Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones, El libro, la imprenta y el periodismo en América durante la dominación española, UNAM, 1940, 573 p.

Sánchez, Carlos, et Alberto González, Los mundos del libro: medios de difusión de la cultura occidental en las Indias de los siglos XVI y XVII, Universidad de Sevilla, 1999, 268 p.

Zulaica Gárate, Román, Los franciscanos y la imprenta en México en el siglo XVI, Instituto de Investagaciones Bibliográficas, Universidad Nacional Autónoma de México, 1991, 392 p.

Haut de page

Notes

1 Cf. Alain Boureau et Roger Chartier, Les usages de l'imprimé. XVe-XIXe siècle, Fayard, 1992, 446 p.

2 L'expression paraphrase le titre de l'ouvrage codirigé par Serge Gruzinski et Louise Bénat Tachot, Passeurs culturels : mécanismes de métissage, [Marne-la-Vallée] Paris, Presses universitaires de Marne-la-Vallée Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 2001, 319 p.

3 Elizabeth Lewisohn Eisenstein, La Révolution de l'imprimé : À l'aube de l'Europe moderne, Hachette Littératures, 2008, 352 p.

4 Roger Chartier, dans son commentaire au texte de Walter D. Mignolo, « Misunderstanding and Colonization : the Reconfiguration of Memory and Space », tous deux dans l'ouvrage de Serge Gruzinski et Nathan Wachtel, Le Nouveau Monde, mondes nouveaux : l'expérience américaine, Éditions Recherche sur les civilisations, 1996, p. 311.

5 Walter D. Mignolo, The Darker Side of the Renaissance: Literacy, Territoriality, & Colonization, The University of Michigan Press, 1995, 448 p.

6 Cette communication n'a malheureusement pas pu faire l'objet d'une publication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Méret, « Introduction aux actes de la journée d'études du lundi 14 mai 2012 – L´usage des imprimés : réception et diffusion des savoirs issus d'Amérique (XVIe-XVIIe siècles) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 02 septembre 2013, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65680

Haut de page

Auteur

Géraldine Méret

geraldine.meret@ehess.fr
École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Centre de Recherche sur le Brésil Contemporain (CRBC), Université de Genève (UNIGE).
Doctorante en 2e année de thèse sous la direction de Jean-Frédéric Schaub (EHESS, CRBC) et de Frédéric Tinguely (Université de Genève), Géraldine Méret est normalienne et agrégée de lettres modernes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page