Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
L´usage des imprimés. Réception et diffusion des savoirs issus d'Amérique (XVI-XVIIe siècles) – Coord. Géraldine Méret
Roxana Nakashima

La circulation d’imprimés anglais : une fuite dans le système ibérique de contrôle des connaissances sur le Nouveau Monde

[03/09/2013]

Résumés

Pendant les dernières décennies du XVIème siècle s’est établie une relation d’opposition entre les couronnes ibériques et anglaise. Dans l’Amérique espagnole les corsaires anglais ont attaqué et combattu le pouvoir de Philippe II. Mais outre les pillages et les destructions, d’autres types d’affrontements ont également eu lieu. Nous analyserons divers aspects liés à la circulation d'informations sur l’Amérique, notamment les lois qui existaient en Castille pour la contrôler, ainsi que les façons par lesquelles les corsaires anglais ont détourné ces lois et affecté cette circulation, en récoltant directement des informations sur le sol américain pour les publier ensuite, mais aussi en interceptant la correspondance administrative ibérique, et enfin en introduisant des ouvrages interdits en Amérique.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie les auteurs de tous les commentaires et suggestions formulés pendant la journée, et également Géraldine Méret pour la correction du texte.

1Pour comprendre un aspect de la réception et de la diffusion des savoirs issus d’Amérique, dans cet article, je me propose d’analyser le rôle qu’ont joué les corsaires anglais en Amérique espagnole, pendant les dernières décennies du XVIe siècle.

2La relation d’opposition qui existait entre la monarchie espagnole et la monarchie anglaise constitue le contexte privilégié pour répondre à la question suivante : comment les corsaires anglais ont-ils affecté la circulation et la diffusion d’information existant à cette époque sur l’Amérique ?

  • 1 Fernández de Oviedo, Ouiedo de la natural hystoria de las Indias, Tolède : Remon Petras, 1526 ; Lóp (...)

3En ce qui concerne les imprimés, pour la première moitié du XVIe siècle, les sources les plus abondantes et significatives disponibles sur le Nouveau Monde étaient produites par les ibériques, surtout par les Espagnols, parmi lesquels on peut nommer des ouvrages comme ceux de Fernández de Oviedo, López de Gómara, Agustín de Zárate ou Bartolomé de las Casas. Les Italiens n’étaient pas en reste, et l’on peut citer notamment Martyr d’Anghiera (au service de la monarchie espagnole), ou bien Girolamo Benzoni. Se développe également un corpus français important, avec les voyages de Cartier en Nouvelle-France pour les années 1530 et 1540, ou bien les textes liés aux projets huguenots de l’amiral Gaspard de Coligny de coloniser la France Antarctique et la Floride entre 1555 et 1565 (voir par exemple les textes de André Thevet, Jean de Léry ou Nicolas le Challeux)1.

  • 2 Parker a montré clairement comment ces traductions anglaises ont augmenté à partir de 1570. Parker, (...)

4Enfin, en ce qui concerne le cas anglais, l’intérêt pour l’Amérique change surtout à partir du règne de Marie Tudor (1553) et fondamentalement avec Elizabeth Ière. On observe alors une activité de traduction en anglais de plusieurs ouvrages, notamment les correspondances compilées par Pierre Martyr d’Anghiera, les textes de Las Casas, López de Gómara, et aussi des traductions du corpus huguenot français2.

  • 3 Hakluyt, Richard, Diuers voyages touching the discouerie of America…, Londres : [By Thomas Dawson] (...)

5Néanmoins, pour l’Angleterre, le changement le plus profond s’est opéré avec la collection de voyages publiée par Richard Hakluyt. Un premier « échantillon » va être publié en 1582 sous le titre de ‘Diuers voyages touching the discouerie of America3. Dans les quelques 130 pages qui constituent la petite collection, on trouve des voyages d’Espagnols, Portugais, Français et aussi d’Anglais, réunis tous ensemble, et c’est seulement dans la dédicace que l’intention de Hakluyt peut être clairement repérée

  • 4 Hakluyt, Richard, Diuers voyages touching the discouerie of America…Edited with notes and an introd (...)

I maruaile not a little … that since the first discouerie of America… after so great conquests and plantings of the Spaniardes and Portingales there, that wee of Englande could neuer haue the grace to set fast footing in such fertill and temperate places as are left as yet vnpossessed of them. But againe, when I consider that there is a time for all men, and see the Portingales time to be out of date, and that the nakednesse of the Spaniards and their long hidden secretes are nowe at length espied… I conceiue great hope that the time approcheth and nowe is, that we of England may share and part stake (if wee will our selues), both with the spaniarde and the Portingale, in part of America and other regions, as yet vndiscouered4

  • 5 Hakluyt, Richard, Discourse concerning western planting, written in the year 1584. Preface and intr (...)

6Il établit une comparaison entre les situations du Portugal, de l’Espagne et de l’Angleterre face à l’Amérique, et insiste sur la nécessité d’un rattrapage urgent des Anglais. Hakluyt souligne le désir, ou plutôt le devoir, de participer à la répartition du monde non encore découvert. Deux ans après il écrit, mais sans le publier, son Discourse sur les plantations de l’occident, où son idée de coloniser l’Amérique apparaît de plus en plus explicite et claire5.

  • 6 Hakluyt, Richard, The principall navigations, voiages and discoveries of the English nation, made b (...)
  • 7 Hakluyt, Richard, The principal navigations, voiages, traffiques and discoueries of the English nat (...)

7Finalement en 1589 Hakluyt publie les Principales navigations, voyages, trafiques et découverts de la nation anglaise6. On y trouve déjà une grande quantité de récits de voyages présentés comme des témoignages des participants des aventures, avec une partie dédiée à l’Amérique. Le volume unique in folio d’environ 800 pages de la première édition de la collection augmente, pour la deuxième édition de 1600, à deux volumes, dont la troisième partie est exclusivement dédiée à l’Amérique. L’accent est mis (sans hésitation) sur les exploits de la nation anglaise, et la présence de textes de Français, Espagnols ou Portugais est considérablement réduite7.

8Un des éléments les plus intéressants est le fait que, bien que quelques textes aient été déjà publiés séparément, Hakluyt réunit tout le matériel possible (notamment des textes inédits) en lui donnant un fort sens d’homogénéité. En effet, l’idée de la nation anglaise devient centrale dans son ouvrage, même si le type de matériel rassemblé demeure assez hétérogène.

  • 8 Ramusio, Giovanni Bautista. Delle navigationi e viaggi, Venise, 1556 ; de Bry, Théodore, Grands Voy (...)

9Certes, comme collection de voyages, celle de Hakluyt prolonge la ligne commencée par Ramusio en 1555 avec ses Navigationi, et après lui d’autres collections se sont développées, comme celle de la famille De Bry, ou de Levinus Hulsius, toutes deux en langue allemande8.

  • 9 Voir par exemple Helgerson, Richard, Forms of Nationhood. The Elizabethan Writing of England, Chica (...)

10Mais l’objectif qui sous-tend la collection de Hakluyt constituait sa particularité. Il a déjà été souligné qu’il s’agissait surtout de fomenter l’intérêt impérialiste anglais fondé sur la colonisation des territoires encore non conquis par d’autres puissances dans le monde, et surtout avec un intérêt très marqué pour l’Amérique9.

11Surtout, c’est dans la collection de Hakluyt que nous pouvons trouver les récits de voyageurs anglais qui nous intéressent ici, notamment, des corsaires et marchands en Amérique.

  • 10 «...il n'est pas de texte hors le support qui le donne à lire (ou à entendre) et qu'il n'est pas de (...)

12Il est évident que les processus d’édition et de confection d’un texte sont complexes, et que plusieurs acteurs sont impliqués (correcteurs, éditeurs, imprimeurs, narrateurs, etc.)10. Nous ne cèderons pas ici à l’illusion de croire qu’en lisant un de ces textes nous avons accès à l’expression directe d’une personne, dans notre cas un soldat, un marin ou un marchand. Mais chez Hakluyt, on trouve une apparence de témoignage, ou du moins on se trouve en présence de textes pour la plupart construits à la première personne avec l’intention de transmettre l’expérience vécue d’une façon directe, en donnant l’impression de participation. Nous soulignons aussi que, à côté de ces récits, Hakluyt joint des documents divers comme des lettres, observations, discours, etc. qui deviennent le soutien des voyages.

  • 11 Pour les caractéristiques des récits de voyages, voir par exemple Shapiro, Barbara J., A Culture of (...)

13Concernant le contenu des récits, le type d’information présenté est très varié. Il n’y a pas vraiment d’ordre de présentation ou d’organisation au sein des récits. En effet, l'information n'est pas distinguée, on trouve tout ensemble des commentaires sur la géographie et la navigation, la flore et faune, les peuples et leurs mœurs… Ainsi par exemple on peut lire le récit d’une attaque et, au milieu, la description d’une plante ou d’une technique, ou quelque tradition locale, sans priorité claire, mais plutôt dans une sorte d’équivalence de l’information présentée11. Cette information paraît donc d’une façon (pour nous aujourd’hui) désordonnée, mélangée dans la narration et l’avancement de l’action, sans hiérarchie explicite.

14Mais au-delà des contenus, ce que nous voulons souligner davantage est que pour les Anglais (mais aussi, après les traductions de ces récits, pour un marché plus vaste en Europe), l’information rapportée par les navigateurs anglais, et en particulier par les corsaires, a été une source directe sur le Nouveau Monde qui pouvait contester et enrichir les sources ibériques et françaises.

15Nous ne nous intéresserons pas ici à cette information en elle-même, mais nous chercherons à expliquer les questions plus formelles qui ont rendu possibles des collections comme celle de Hakluyt. En effet, l’absence d’une collection de voyages racontés directement par des témoins est significative pour le cas ibérique.

16Il est intéressant de se demander pourquoi on ne trouve pas dans les sources imprimées des Ibériques les voix de marchands ou de soldats comme on les trouve chez les Anglais (dans une collection). On peut aussi se demander pourquoi l’information sur l’Amérique obtenue par les navigateurs anglais pouvait être diffusée par des imprimés.

  • 12 Voir notamment les ouvrages de Bouza, Fernando, Communication, Knowledge, and Memory in Early Moder (...)

17Bien évidement il y a plusieurs cas de textes de témoins imprimés. On ne doit pas non plus négliger la circulation manuscrite et orale, qui à l’époque coexistait avec les textes imprimés12. Mais si l’on se concentre sur les sources imprimées, les cas anglais et ibérique présentent des particularités intéressantes.

18Nous considérerons en premier lieu le système juridique en vigueur dans chaque espace, et les règles et contrôles cherchant à conditionner la circulation et la diffusion des imprimés. Certes, on peut se poser des questions quant à l’effectivité de tels mécanismes, mais il nous faut d’abord les expliquer succinctement.

Angleterre

  • 13 Arber, Edward, A Transcript of the Registers of the Company of Stationers of London. 1554-1640, Lon (...)

19Pour le cas anglais, la situation est à première vue plus simple, car une corporation d’origine médiévale a monopolisé l’activité liée à tous les différents aspects de la production et vente des imprimés (le papier, les imprimeries, la reliure, les vendeurs…). Cette organisation s’appelait la Stationers’ Company. Elle obtint en 1557 l’approbation de la reine Marie Tudor (alors mariée avec Philipe II) et grâce à d’autres lois et décrets, au fil des années l’institution a renforcé et consolidé son pouvoir (la compagnie existe encore aujourd’hui, et elle est à l’origine du droit de copyright, par exemple)13.

20Pour donner quelques exemples du pouvoir de la compagnie, signalons que la Stationers’ pouvait se gouverner elle-même suivant ses statuts, et qu’elle participait politiquement au niveau du gouvernement de la ville de Londres. Le monopole lui permettait de limiter le nombre de presses actives sur le territoire, et la compagnie réussit ainsi à concentrer les presses à Londres, sauf une à Oxford et une autre à Cambridge. La Stationers’ avait même le pouvoir de s’assurer le contrôle postérieur, une fois l’ouvrage imprimé, à travers les visites aux magasins ou aux divers endroits où il était possible de trouver des livres sans licence. De plus, la compagnie avait le droit d’emprisonner les contrevenants et de fixer des amendes.

  • 14 Elton, G. R., The Tudor Constitution. Documents and commentary, Cambridge : Cambridge University Pr (...)

21Dans ce système, l’outil de contrôle par excellence était justement l’octroi de licences. Les ouvrages devaient être approuvés pour être imprimés et, à partir de 1586, une autre institution appelée la High Commission, un tribunal ecclésiastique, s’est occupée de contrôler cette partie fondamentale du mécanisme. La High Commission, représentée par l’archevêque de Canterbury et l’évêque de Londres, octroyait l’autorisation ou non de publication des ouvrages14. La Stationers’ s’occupait ensuite de toutes les autres instances.

  • 15 Voir les ouvrages de Clegg, Cyndia Susan, Press Censorship in Elizabethan England, Cambridge : Camb (...)

22Il faut signaler que, malgré le monopole gagné par la Stationers’ Company, et aussi le poids ecclésiastique dans tout le système, la Couronne a toujours conservé le pouvoir sur les autres institutions pour autoriser ou non un ouvrage. Il s’agissait évidemment d’une lutte entre ces trois éléments, la Couronne, la High Commission et la Stationers’ Company, qui limitaient les décisions les uns des autres15.

23Qu’est-ce qui pouvait empêcher un ouvrage de recevoir l’approbation pour être publié ? Les critères n’ont pas été très spécifiques au début, mais à partir du décret de 1586 il s’est établi que les textes ne devaient pas attenter contre les ordonnances ou lois du royaume, ou les décisions de la reine ou du gouvernement, ou contre les lettres patentes, commissions ou interdictions du gouvernement, ou bien contre les statuts établis pour le bon fonctionnement de la Stationers’ Company. Par ailleurs, l’idée de sédition avait été à la tête des motivations qui avaient mené à l’approbation de 1557 de la compagnie. De façon curieuse, la référence à l’hérésie qui accompagnait celle de sédition n’avait pas été changée par Elizabeth, même si l’hérésie signifiait des choses différentes pour Marie et pour Elizabeth.

  • 16 Blagden, op. cit., p. 59.

24La Stationers’ Company avait surtout des intérêts économiques pour l’activité, et pendant des années le système s’est consolidé, en protégeant surtout les intérêts des imprimeurs et libraires. Le ‘biographe’ de la Stationers’ a même signalé l’investissement de la compagnie dans diverses affaires commerciales, comme par exemple un voyage organisé par Ralegh et Howard en 1591 pour attaquer les bateaux des Espagnols autour les Açores16.

Espagne

  • 17 Elliott, John H., « A Europe of Composite Monarchies », Past & Present, Nº. 137, The Cultural and P (...)

25En Espagne la situation est, en principe, beaucoup plus complexe. Le premier point à signaler est qu’il n’y avait pas d’unité dans le royaume, il s’agissait en fait de plusieurs royaumes et chacun respectait son propre système17. Justement, les caractéristiques des monarchies composites sont très claires au niveau du contrôle de la production et de la circulation des imprimés.

26Nous ne considérerons ici que la situation en Castille. On verra que, de toute façon, le contrôle était exercé d’une manière assez homogène pour les domaines ibériques, grâce aux Tribunaux de l’Inquisition.

  • 18 Paredes Alonso, Javier, Mercaderes de Libros. Cuatro siglos de historia de la Hermandad de San Geró (...)

27La première différence par rapport à l’Angleterre est l’absence d’une institution comme la Stationers’ Company. En effet, en 1611 va être fondée la ‘Hermandad de San Gerónimo’ à Madrid, mais elle n’a pas réussi à concentrer le monopole des différents aspects de l’impression et de la diffusion des imprimés, comme l’avait fait la corporation londonienne18. De plus, les questions religieuses de la Hermandad (confrérie) constituent l’un des aspects les plus importants des activités de cette organisation (comme la participation aux processions, ou s’occuper des rites mortuaires des membres). À partir de 1633, l'organisation exige un paiement de la part de ceux qui veulent y être admis, ainsi que le dépôt de deux livres pour chaque titre produit, ce qui va doter la Hermandad d’une capacité d’action qui est à la base de son âge d’or, plus avant dans le XVIIIe siècle.

28Plus tard, en 1762, est fondée la Real compañía de Impresores y Libreros, et la Hermandad continue ses activités, mais en étant de plus en plus centrée sur les aspects religieux, s’éloignant progressivement des questions livresques.

29Bien évidemment, l’activité de production et de vente de matériel imprimé était bien développée dans la péninsule ibérique, mais pour la Castille il n’existait aucune organisation capable de protéger en exclusivité les intérêts des imprimeurs, relieurs ou vendeurs de livres, comme en Angleterre.

30En ce qui concerne le contrôle du monde des imprimés, deux temps peuvent être distingués : le contrôle a priori et a posteriori de l’ouvrage imprimé.

  • 19 Voir de los Reyes Gómez, Fermín, El libro en España y América. Legislación y Censura (siglos XV-XVI (...)

31La loi la plus importante pour la Castille remonte à 1558, date à laquelle plusieurs conditions sont établies19. A priori, l’outil fondamental est aussi la licence délivrée par le Consejo Real. Cependant, les critères n’ont jamais été bien définis, ce qui autorisait une dimension très arbitraire à ces actes. Les idées de sédition et d'hérésie constituent, comme en Angleterre, les bases qui ont justifié les contrôles établis.

32Une fois l’ouvrage publié, le Consejo de la Inquisición était chargé du contrôle a posteriori. Les outils, dans ce cas, étaient comme pour la Stationers’ Company les visites aux imprimeries, libraires, maisons privées et tous les endroits que l’Inquisition considérait susceptibles d’infraction. De plus, le Consejo pouvait confisquer les biens, les marchandises, les presses, et condamner à une amende.

33Une des activités des Tribunaux de l’Inquisition relative au contrôle des imprimés qui a été la plus contestée était les inspections menées dans les ports. En effet, ces registres de boîtes, ballots et marchandises signifiaient l’intromission directe dans les affaires des marchands. L’opposition aux tâches des Tribunaux était très répandue et on trouve plusieurs plaintes, soit dans la péninsule Ibérique, soit également en Amérique.

  • 20 Bujanda, J. M. de, Index des livres interdits : 1583, 1584. VI. Index de l'Inquisition espagnole, G (...)

34Un autre mécanisme a posteriori utilisé et développé par l’Inquisition a été l’index des livres interdits. Il s’agissait d’une liste d’auteurs et d’ouvrages en croissance permanente20. Après 1584, l’Inquisition d’Espagne a introduit l’idée d’expurgation, à savoir, de lire et censurer le contenu de livres dont certains passages particuliers étaient enlevés, l’ouvrage pouvant donc être admis et non interdit dans sa totalité. L’index devait être publié, et tous les libraires devaient connaître les ouvrages concernés, et ainsi être au courant pour ne pas transgresser la loi.

  • 21 Voir par exemple les ouvrages classiques : Torre Revello, José, El libro la imprenta y el periodism (...)

35Outre ce système juridique de contrôle de la production et de la circulation des imprimés, il y a eu d’autres lois qui ont touché spécifiquement certains types de contenus. Par exemple, la littérature populaire de chevalerie a été un cas très étudié21. On constate que plusieurs efforts ont été menés pour limiter ce genre, sans succès. D’autres lois ont visé à contrôler les textes qui ont eu comme sujet l’Amérique. Ainsi, une loi de 1556 établissait le contrôle spécifique pour ces ouvrages du Consejo de Indias, celui-ci octroyait les licences et devait surveiller l’impression et la vente de ce type de matériel. Comme nous avons vu, la pragmática de 1558 avait attribué le contrôle général au Consejo Real, et de cette façon la superposition de pouvoirs était évidente. Le système était loin d’être clair et, en 1597, on trouve encore des tentatives de clarification des mécanismes,

  • 22 de los Reyes Gómez, Fermín, 2 : 831. Oficio dirigido por el Consejo de Indias al Rey sobre licencia (...)

que V.M. se sirva de mandar advertir al Consejo de Castilla que cuando se pida licencia en él para semejantes impresiones, ordene que antes que se conceda, se vean y censuren los libros en que se trata de cosas de Indias por alguno de los deste Consejo22

  • 23 Selon Schäfer, de la seule impression des Ordenanzas de 1571 il ne reste aucun exemplaire. L’éditio (...)

36En parallèle à cette législation qui cherchait à contrôler l’information sur l’Amérique, et outre les fonctions du Consejo de Indias et du Consejo de la Inquisicion, la création d’un poste officiel a été ajoutée en 1571: celui de cronista mayor de Indias. Les tâches assignées au cosmógrafo-cronista étaient celles de compiler l’histoire générale, morale et particulière des événements mémorables et des choses naturelles exceptionnelles et, notamment, tous les aspects se rapportant à la cosmographie et à la description des Indes23. Ainsi, on lit sur les missions du cronista et cosmographo le texte suivant :

  • 24 Muro Orejón, 1957, p. 410.

Y porque la memoria de los hechos memorables y señalados que ha auido y uviere en las Indias se conserue el cronista cosmographo de Indias, vaya siempre escribiendo la historia general de ellas con la mayor precision y verdad que ser pueda, de las costumbres, ritos, antigüedades, hechos y acontecimientos que se entendieren por las descripciones, historias, y otras relaciones, y averiguaciones que se embiaren a nos en el consejo: la qual historia este en el, sin que de ella se pueda publicar ni dexar leer, mas de aquello que a los del consejo pareciere que sea publico24

37On voit comment la combinaison entre les pouvoirs du Consejo de Indias liés à l’autorisation d’ouvrages touchant l’Amérique, les contrôles a posteriori menés par l’Inquisition et le poste de cronista mayor de Indias permet de comprendre les conditions formelles qui ont été associées à la circulation de l’information imprimée sur le Nouveau Monde, au moins pour l’espace de la Castille.

38Ainsi, on trouve une version officielle produite par un fonctionnaire de l’État ayant accès aux sources primaires de l’administration. En effet, le cronista avait l’accès direct aux archives avec la correspondance de tout le réseau bureaucratique qui connectait la métropole et ses colonies et, de plus, sa production recevait l’aval des autorités.

  • 25 Herrera y Tordesillas, Antonio de, Historia general de los hechos de los castellanos en las islas i (...)

39Parmi les chroniqueurs des Indes de l’époque, Antonio de Herrera (1559-1625) a été le plus prolifique. Son Histoire générale des faits des Castillans et surtout son Histoire Générale du Monde sont fondamentales pour la période25. L’Histoire générale du monde, par exemple, apporte une synthèse des événements les plus significatifs des dernières décennies du XVIe siècle, et l’espace américain y est intercalé avec les épisodes de l’Europe.

  • 26 Et aussi plus stable. La chronologie de tout le mécanisme se trouve dans les ouvrages eux-mêmes, da (...)

40Certes, on peut douter de l’efficacité de tous ces contrôles et constater la présence permanente de circuits clandestins, tout comme il faut reconnaître, face à cette forte surveillance de l’imprimé, que la circulation de manuscrits a été beaucoup plus difficile à contrôler et par conséquent très importante et vivante pendant le XVIe siècle. Pourtant, le contrôle effectué sur les imprimés a été assez efficace26.

  • 27 Stow, John, A summarie of Englyshe chronicles, conteynyng the true accompt of yeres, wherein euery (...)

41Pour le cas anglais on ne trouve pas de poste équivalent à celui de chroniqueur officiel chez les Castillans. Évidemment, plusieurs ouvrages appelés « chroniques » ont bien été publiés. Les plus célèbres de l’époque (d’après le nombre de rééditions) ont été les Chroniques Anglaises de John Stow, de 1565, et plusieurs éditions et titres pendant tout le reste du XVIe siècle et le suivant. À partir de 1577 on a les Chroniques de l’Angleterre, l’Écosse et l’Irlande, de Raphael Holinshed, moins célèbre à l’époque. On peut aussi citer les Annales de William Camden, publiées en latin en 1615, avec plusieurs rééditions et une traduction anglaise en 162527. Cependant, il ne s’agissait pas de chroniques spécifiques sur l’Amérique, même si des aventures de Drake, Cavendish ou Ralegh occupent quelques pages de ces ouvrages. Si on force la comparaison, seule la collection de voyages de Hakluyt ressemblait aux chroniques sur l’Amérique.

42Un autre aspect fondamental à considérer est que, pendant le XVIe siècle, les Anglais n’avaient pas de colonies d’outre mer, ni de système administratif développé tel que celui des Ibériques. Cette différence peut aussi expliquer le type de textes produits, c'est-à-dire des textes construits à la première personne, émanant de soldats, marins ou marchands qui avaient voyagé en Amérique et racontaient leurs expériences pour le cas anglais. Face à eux, on a les textes produits par des fonctionnaires officiels qui répondaient à la Couronne d’Espagne, des individus produisant une version polie grâce à l’accès aux sources, sans se déplacer et sans le contact direct avec le Nouveau Monde. L’intérêt des Anglais, et notamment de Hakluyt, pour publier l’information obtenue est évident: en effet, il s’agissait d’attirer les investissements et de promouvoir les entreprises commerciales pour s’établir dans une région ou une autre de la vaste Amérique.

43Nous ne disons pas que chez les Habsbourgs tout devrait avoir été imprimé, mais nous voulons signaler l’intentionnalité de réguler certain type d’information très spécifique (sur l’Amérique dans ce cas) parce que cela nous permet d’affirmer que les navigateurs anglais ont affecté d’une façon claire cette prétention ibérique.

Voyageurs en Amérique

44Comme nous l’avons montré, c’était surtout la collection de Richard Hakluyt qui présentait l’information sur l’Amérique obtenue in situ par les voyageurs anglais. Certains textes contenus dans la collection ont été traduits en plusieurs langues à l’époque, et ils sont ainsi parvenus à un public européen très étendu. Nous avons indiqué comme exemples la collection de l’atelier de de Bry et celle de Levinus Hulsius, parmi les plus importantes. On souligne aussi que, grâce à la publication en latin de la collection de de Bry, le marché des collections de voyages en Amérique a été très vaste (les gravures de l’atelier de de Bry ont aussi contribué à la célébrité de la collection), et la voix des voyageurs anglais a pu être entendue dans plusieurs espaces de l’Europe.

45Si on prend en compte la législation de Castille, on trouve aussi des limites à l’introduction de produits de l’étranger:

  • 28 Par exemple, Consulta au Consejo 30/7/1598, Madrid. Tasa de libros procedentes del extranjero. De l (...)

«… esta prohiuido ymprimir Libros sin Lizencia de V.M. y dada la horden que se ha de tener y guardar en darla, y que no se puedan vender antes de tasarse en el Consejo y por que de fuera de estos Reynos se traen muchos libros y se venden en ellos sin traerlos al Consejo para que se tasen y los venden a muy excesiuos precios platicado en el Consejo sobre ello Ha parecido se mande que qualesquier personas naturales de estos Reyno, o estrangeros de ellos, que trugeren, o metieren en ellos qualesquier libros ympresos, no los puedan vender, ni vendan sin que primero sean tasados por el Consejo…»28

46Même si l’accent était mis sur une question économique, comme celle de la taxe, le contrôle que ce mécanisme permettait sur les contenus des ouvrages était évident. On voit ainsi comment une sorte d’isolement à été envisagé comme politique d’État destinée aux vassaux du roi. Bref, pour les Ibériques et notamment pour les Castillans, il y avait un contrôle très fort sur les imprimés liés à l’Amérique, à travers les licences octroyées par le Consejo de Indias et la surveillance de l’Inquisition, et il y avait surtout une version officielle imprimée et avérée des événements sur le Nouveau Monde écrite par le cronista mayor de Indias.

  • 29 Bulle pontificale Inter caetera, du 4 mai 1493, émise par Alexandre VI, qui donnait à l’Espagne de (...)
  • 30 Des circuits d’introduction de ces ouvrages anglais sur le territoire castillan peuvent être envisa (...)

47De cette façon, l’existence même d’une collection comme celle de Hakluyt peut être vue comme une sorte d’anomalie, aux yeux des Castillans. Certainement, si l’on considère les intentions ibériques de contrôler l’information sur l’Amérique, et bien entendu l’accès même à l’espace en principe attribué par bulle papale en 149329, la circulation de l’information que signifiaient les volumes de Hakluyt a constitué une claire évidence de l’impuissance de la monarchie espagnole pour matérialiser son pouvoir énoncé. Ainsi, on peut considérer que les corsaires anglais ont affecté la circulation de l’information du point de vue ibérique. Même s’il est clair que le matériel compilé par les Anglais aurait difficilement pu parvenir au public de la péninsule ibérique30.

Correspondance

48De plus, un autre aspect lié à la circulation de l’information est la publication de lettres de l’administration Habsbourg interceptées par les corsaires anglais. En effet, à plusieurs occasions, pendant des attaques ou abordages, le butin n’était pas seulement l’or et l’argent… Les cartes de côtes mal connues, les derroteros, l’information vitale pour la navigation, ou bien des renseignements sur les conditions du sol, les circuits établis par les ibériques, l’information sur les produits du Nouveau Monde… tout avait de la valeur pour les Anglais. N’importe quel type de nouvelles pouvait toujours devenir des biens profitables pour les ennemis du roi d’Espagne.

49En effet, dans la collection de Hakluyt sont aussi publiés beaucoup de lettres, observations, documents et discours qui sont liés aux voyages. Ces lettres avaient été interceptées par les corsaires anglais en sortant ainsi de la sphère de l’administration espagnole. Hakluyt a plus tard traduit, imprimé et publié ce matériel, qui à la fin a circulé dans plusieurs espaces sans l’intentionnalité originaire des Ibériques.

  • 31 Lestringant, Frank, Le Huguenot et le Sauvage : l'Amérique et la controverse coloniale en France au (...)

50Un autre exemple qu’on peut citer est la relation établie entre Hakluyt et le cosmographe du roi de la France, André Thevet. Hakluyt aurait volé les manuscrits des voyageurs en Floride que Thevet lui avait prêtés, et finalement les récits ont été publiés en Angleterre sans le consentement de Thevet.31

  • 32 Voir Quinn, David Beers, The Hakluyt Handbook, Londres : The Hakluyt Society, 1974, 2 vols., notamm (...)

51Dans la collection de Hakluyt, dans la troisième partie de la deuxième édition de 1600, on trouve plusieurs exemples de correspondance interceptée, traduite et publiée à côté des récits de voyages32.

52Ainsi, pour le cas de navigateurs anglais en Amérique, on voit comment ils ont affecté la circulation d’information d’une autre façon beaucoup plus directe, autrement dit en prenant la correspondance qui était à la base même de la structure administrative de l’empire ibérique (et en la publiant).

  • 33 Voigt, Lisa, Writing Captivity in the Early Modern Atlantic. Circulations of Knowlege and Authority (...)

53Comme l’a noté Lisa Voigt, la circulation et l’appropriation de textes, discours et sujets a caractérisé l’expansion outre mer de certaines régions de l’Europe, en particulier de l’Espagne, du Portugal et de l’Angleterre33. Dans ce contexte, on considère que les navigateurs anglais en Amérique (et plus particulièrement les corsaires) ont joué un rôle important comme médiateurs. D’un côté en tant que témoins directs qui ont amassé ces expériences et les ont ensuite publiées (la collection de Hakluyt en est l’expression achevée).

54D’une autre façon, les corsaires ont aussi affecté la circulation de l’information établie par les Ibériques, en cassant la confidentialité voulue, et en traversant les systèmes de contrôle implantés. Ainsi, l’interception de correspondance réalisée pendant les attaques navales des Anglais, et la diffusion de ce matériel par les presses londoniennes qui s’ensuivit montrent les limites de l’efficacité souhaitée par la monarchie espagnole.

Introduction d’ouvrages interdits

55Une troisième façon à travers laquelle les corsaires anglais ont affecté la circulation de l’information est liée à l’introduction directe de livres interdits dans les ports américains. Il s’agit d’une menace signalée notamment par l’administration espagnole et par quelques références un peu dispersées qu’on retrouve dans des correspondances et commentaires marginaux. Même la loi xiiii du livre I, de la Recopilación de Leyes de Indias datant de 1609, dénonce cette activité. On peut lire sous le titre XXIV,

  • 34 Recopilación de Leyes de los Reynos de las Indias. Mandadas imprimir, y publicar por la magestad ca (...)

Que se recojan los libros de Hereges, y impida su comunicacion: Porque Los Hereges Piratas con occasion de las presas y rescates han tenido alguna comunicacion en los Puertos de las Indias, y esta es muy dañosa á la pureza con que nuestros vassallos creen y tienen la Santa Fé Catolica por los libros hereticos y proposiciones falsas, que esparcen y comunican á gente ignorante. Mandamos á los Governadores y Iusticias, y rogamos y encargamos á los Arçobispos y Obispos de las Indias y Puertos de ellas, que procuren recoger todos los libros que los Hereges huvieren llevado, ó llevaren á aquellas partes, y vivan con mucho cuidado de impedirlo34.

  • 35 Sur l’absence d’un aspect religieux chez les Anglais, du moins au début des expéditions du XVIème s (...)
  • 36 Pour le cas d’expéditions en Amérique, voir Andrews, Kenneth R., Elizabethan Privateering. English (...)

56Malgré la loi et les divers commentaires et dénonciations du côté ibérique, nous croyons que le danger était probablement beaucoup plus imaginaire que réel. Du moins, sauf peut-être au niveau des images, la présence de livres hérétiques amenés en Amérique par les corsaires anglais est douteuse pour plusieurs raisons. La première considération est l’absence d’intentions évangélisatrices chez les Anglais durant cette période. Il n’y a pas non plus de références explicites dans les sources anglaises à ce propos35. Bien évidemment, des livres protestants ont été transportés dans les navires anglais, mais ils étaient utilisés pour les services religieux pendant la navigation. Par ailleurs, les voyages en Amérique, ont été réalisés sur la forme de ‘joint-stock companies’, à savoir, un groupe d’investisseurs réunis pour un voyage spécifique, avec l’intention de voir augmenter l’argent investi, à partir du commerce de marchandises, ou directement grâce au pillage36.

  • 37 Daniel Pimenta Oliveira de Carvalho suggère qu'un autre sujet de crainte des Castillans pourrait av (...)

57On peut imaginer une intention religieuse à côté de la priorité économique qu’avaient ces voyages, mais c’est difficile à soutenir, surtout si l’on considère la précarité ou faiblesse que la religion réformée présentait en Angleterre (l’installation de l’anglicanisme n’était pas assurée pendant le règne d’Elizabeth Ière, ni sous celui de son successeur Stuart). Ainsi, il n’est pas impossible d’imaginer une expédition subventionnée par des marchands anglais qui impliquait le transport de matériel imprimé à caractère religieux, pour le distribuer chez les catholiques ou les Indiens d’Amérique. Mais cela reste improbable. Ce qu’on peut tirer de la peur exprimée par les Ibériques est surtout une sorte de sensation d’instabilité du contrôle des territoires coloniaux et de leur population, et de la menace, non seulement matérielle mais surtout spirituelle, que représentaient les corsaires anglais en Amérique37.

Conclusion

58Pour résumer, les trois niveaux que l’on peut distinguer quant à la façon dont les corsaires anglais ont affecté la circulation de l’information sont les suivants : en publiant les aventures sur le sol américain obtenues de première main par des participants directs ; en interceptant et en faisant imprimer la correspondance de l’administration ibérique ; et en introduisant des livres hérétiques sur le sol américain.

59Ainsi, le rôle joué par les corsaires anglais au niveau de la réception et de la diffusion des savoirs issus d’Amérique a surtout été celui d’intermédiaires culturels, en liant l’Amérique et l’Europe à travers leurs récits, qui ont circulé dans plusieurs espaces du Vieux Monde, grâce à l’imprimerie et aux traductions, en traversant aussi les barrières législatives établies par la Couronne castillane.

Haut de page

Notes

1 Fernández de Oviedo, Ouiedo de la natural hystoria de las Indias, Tolède : Remon Petras, 1526 ; López de Gómara, Primera y segunda parte de la historia general de las Indias con todo su descubrimiento y cosas notables que han acaecido dende que se gano la Española y el Peru, Saragosse : Miguel Capilla, 1553 ; de Zárate, Agustín, Historia del descubrimiento y conquista del Peru…, Anvers : Martin Nucio, 1555 ; de Las Casas, Bartolomé, Brevísima relación de la destrucción de las Indias, Séville : en casa de Sebastián Trugillo, 1552 ; Martir de Anglería, Pedro, De Orbe Novo. Alcalá : in contubernio Arnaldi Guillelmi, 1516 ; Benzoni, Girolamo, La Historia del Mondo Nuovo, Venise : appresso F. Rampazetto, 1565 ; Thevet, André. Les singularitez de la France antarctique, Paris : Maurice de la Porte, 1558 ; de Léry, Jean, Histoire d´un voyage fait en la terre du Brésil, Genève : A. Chuppin, 1578 ; le Challeux, Nicolas, Discours et histoire de ce qui est advenu en la Floride, en l'an mille cinq cents soixante-cinq…, Dieppe, 1566.

2 Parker a montré clairement comment ces traductions anglaises ont augmenté à partir de 1570. Parker, John, Books to Build an Empire, Amsterdam : N. Israel, 1965.

3 Hakluyt, Richard, Diuers voyages touching the discouerie of America…, Londres : [By Thomas Dawson] for Thomas VVoodcocke, 1582.

4 Hakluyt, Richard, Diuers voyages touching the discouerie of America…Edited with notes and an introduction by John Winter Jones, Londres : Hakluyt Society, 1850.

5 Hakluyt, Richard, Discourse concerning western planting, written in the year 1584. Preface and introduction by Leonard Woods, Cambridge : John Wilson and Son, 1877. Il faut ajouter un autre texte de Hakluyt adressé à la reine, dans lequel il propose la colonisation du détroit de Magellan, parmi d’autres idées pour s’implanter en Amérique. Voir Taylor, E.G.R., The Original Writings and Correspondence of the Two Richard Hakluyts. Hakluyt Society Second Series LXXVI, Londres : Hakluyt Society, 1935, 2 vol. Vol. 1 : Document 24 : « A Pamphlet by Richard Hakluyt the Younger, 1579-80. A discourse of the commodity of the taking of the straight of Magellanus », p. 139-146.

6 Hakluyt, Richard, The principall navigations, voiages and discoveries of the English nation, made by sea or ouer land, to the most remote and farthest distant quarters of the earth at any time within the compasse of these 1500. yeeres…, Londres : By George Bishop and Ralph Newberie, deputies to Christopher Barker, printer to the Queenes most excellent Maiestie, 1589.

7 Hakluyt, Richard, The principal navigations, voiages, traffiques and discoueries of the English nation, made by sea or ouer-land, to the remote and farthest distant quarters of the earth, at any time within the compasse of these 1500. yeeres…, Londres : by George Bishop, Ralph Newberie and Robert Barker, 1598-1600, 3 vols.

8 Ramusio, Giovanni Bautista. Delle navigationi e viaggi, Venise, 1556 ; de Bry, Théodore, Grands Voyages. 1590-1634, 13 Theil ; Hulsius, Levinus, 26. Schiffahrt. 1598-1650. Voir Böhme, Max. Die grossen Reisesammlungen des 16. Jahrhunderts und ihre Bedeutung, Strasbourg : Heritz & Mündel, 1904, notamment p. 120-136.

9 Voir par exemple Helgerson, Richard, Forms of Nationhood. The Elizabethan Writing of England, Chicago et Londres : The University of Chicago Press, 1992, notamment le chapitre 4 : « The voyages of a Nation », p. 149-192 ; Mancall, Peter C., Hakluyt’s Promise. An Elizabethan’s Obsession for an English America, New Haven et Londres : Yale University Press, 2007.

10 «...il n'est pas de texte hors le support qui le donne à lire (ou à entendre) et qu'il n'est pas de compréhension d'un écrit, quel qu'il soit, qui ne dépende des formes dans lesquelles il atteint son lecteur. De là, la distinction indispensable entre deux ensembles de dispositifs: ceux qui relèvent des stratégies d'écriture et des intentions de l'auteur, ceux qui résultent d'une décision d'éditeur ou d'une contrainte d'atelier....». Chartier, Roger, Au bord de la falaise. L'histoire entre certitudes et inquiétude, Paris : Albin Michel, 1998, p. 76-77.

11 Pour les caractéristiques des récits de voyages, voir par exemple Shapiro, Barbara J., A Culture of Fact. England, 1550-1720, Ithaca : Cornell University Press, 2000, notamment le chapitre 3 : « Discourses of Fact: Chorography, Description, and Travel Reporting », p. 63-85 ; Rubiés, Joan Pau, « Travel Writing and Ethnography » in Hulme, Peter, et Youngs, Tim (dir.), The Cambridge Companion to Travel Writing, Cambridge : Cambridge University Press, 2002, chapitre 14, p. 242-260 ; López de Mariscal, Blanca, Relatos y relaciones de viaje al Nuevo Mundo en el siglo XVI. Un acercamiento a la identificación del género, Madrid : Ediciones Polifemo, 2004, chapitre 1, « La categoría “relato de viajes”: su heterogeneidad ».

12 Voir notamment les ouvrages de Bouza, Fernando, Communication, Knowledge, and Memory in Early Modern Spain, Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 2004, et Bethencourt, Francisco, et Egmond, Florike (eds.), Correspondence and Cultural Exchange in Europe, 1400-1700. Cambridge : Cambridge University Press, 2007.

13 Arber, Edward, A Transcript of the Registers of the Company of Stationers of London. 1554-1640, Londres : privately printed, 1875. Vol.1. xxx-xxxi ; Blagden, Cyprian, The Stationers´ Company. A History, 1403-1959, Londres : Ruskin House, 1960 ; Bennett, Henry S., English books & readers. 1558 to 1603. Being a study in the history of the book trade in the reign of Elizabeth I, Cambridge : Cambridge University Press, 1965.

14 Elton, G. R., The Tudor Constitution. Documents and commentary, Cambridge : Cambridge University Press, 1972, Document 89 : « Star Chamber decree concerning printers », 23.6.1586, p. 180.

15 Voir les ouvrages de Clegg, Cyndia Susan, Press Censorship in Elizabethan England, Cambridge : Cambridge University Press, 1997, et Press Censorship in Jacobean England, Cambridge : Cambridge University Press, 2004.

16 Blagden, op. cit., p. 59.

17 Elliott, John H., « A Europe of Composite Monarchies », Past & Present, Nº. 137, The Cultural and Political Cosntruction of Europe (Nov. 1992), p. 48-71.

18 Paredes Alonso, Javier, Mercaderes de Libros. Cuatro siglos de historia de la Hermandad de San Gerónimo, Madrid : Fundación Germán Sánchez Ruipérez, 1988.

19 Voir de los Reyes Gómez, Fermín, El libro en España y América. Legislación y Censura (siglos XV-XVIII), Madrid : Arco, 2000, 2 vols., vol. 2, p. 799, « Pragmática-sanción de Felipe II y en su nombre la princesa Dª Juana, sobre la impresión y libros », 7/9/1558, Valladolid.

20 Bujanda, J. M. de, Index des livres interdits : 1583, 1584. VI. Index de l'Inquisition espagnole, Genève : Droz, 1983 ; Index des livres interdits : 1551, 1554, 1559. V. Index de l'Inquisition espagnole, Genève : Droz, 1984.

21 Voir par exemple les ouvrages classiques : Torre Revello, José, El libro la imprenta y el periodismo en América durante la dominación española, Mexico : Universidad Nacional Autónoma de México, 1991 [1940] ; Leonard, Irving, Los libros del conquistador, Mexico : Fondo de Cultura Económica, 1996 [1949].

22 de los Reyes Gómez, Fermín, 2 : 831. Oficio dirigido por el Consejo de Indias al Rey sobre licencia de libros de Indias, 16/7/1597, Madrid.

23 Selon Schäfer, de la seule impression des Ordenanzas de 1571 il ne reste aucun exemplaire. L’édition facsimilée de 1585 a été publiée par Muro Orejón, Antonio, « Las Ordenanzas de 1571 del Real y Supremo Consejo de las Indias », dans Anuario de estudios americanos. Sección Historiografía y bibliografía americanistas, Séville, 1957, Tomo 14, p. 363-423. Sur les ordenanzas concernant le poste de cosmographo chronista, voir p. 117-122 et 409-412. Schäfer, Ernesto, El Consejo Real y Supremo de las Indias. Su historia, organización y labor administrativa hasta la terminación de la Casa de Austria, Séville : Escuela de estudios hispano-americanos, 1947, 2 vol. Voir T. 1, p. 235.

24 Muro Orejón, 1957, p. 410.

25 Herrera y Tordesillas, Antonio de, Historia general de los hechos de los castellanos en las islas i tierra firme del mar océano… quatro Decadas desde el año de 1492 hasta el de 1531…, Madrid : en la Emplenta [sic] Real : por Iuan Flamenco, 1601 ; Primera parte de la Historia General del Mundo, de XVII. Años del tiempo del señor Rey don Felipe II. El Prudente, desde el año de M.D.LIIII. Hasta el de M.D.LXX, Madrid : por Luis Sánchez, 1601 ; Segunda Parte de la Historia General del mundo de XI. años del tiempo del Señor don Felipe II. el Prudente, desde el año de MDLXXV hasta el de MDLXXXV, Madrid : Pedro Madrigal, 1601 ; Tercera parte de la historia general del mundo, de XII ahos del tiempo del sehor Rey don Felipe II el Prudente, desde el aho de 1585 hasta el de 1598 que passó a mejor vida, Madrid : Alonso Martín de Balvoa, 1612.

26 Et aussi plus stable. La chronologie de tout le mécanisme se trouve dans les ouvrages eux-mêmes, dans les préliminaires qui permettent de reconstruire le processus et connaître les noms des personnes impliquées et les différentes décisions prises. Par contre, le système anglais ne présente pas ces traces, et ainsi les mécanismes sont plutôt cachés, sauf pour le cas de privilège royal. Je dois cette observation à Roger Chartier.

27 Stow, John, A summarie of Englyshe chronicles, conteynyng the true accompt of yeres, wherein euery kyng of this realme of England began theyr reigne, howe long they reigned: and what notable thynges hath bene doone durynge theyr reygne…, Londres : In ædibus Thomæ Marshi, 1565 ; Holinshed, Raphael, The firste volume of the chronicles of England, Scotlande, and Irelande, Londres: Imprinted for Iohn Hunne, 1577 ; Camden, William, Annales the true and royall history of the famous empresse Elizabeth Queene of England France and Ireland &c. True faith’s defendresse of diuine renowne and happy memory…, Londres : printed [by George Purslowe, Humphrey Lownes, and Miles Flesher] for Beniamin Fisher, 1625.

28 Par exemple, Consulta au Consejo 30/7/1598, Madrid. Tasa de libros procedentes del extranjero. De los Reyes González. Vol 2, p. 832.

29 Bulle pontificale Inter caetera, du 4 mai 1493, émise par Alexandre VI, qui donnait à l’Espagne de Ferdinand et Isabelle de Castille et Aragon les terres à l’ouest et au sud d’un méridien spécifique.

30 Des circuits d’introduction de ces ouvrages anglais sur le territoire castillan peuvent être envisagés surtout parmi les diplomates et aussi les religieux, dans des bibliothèques privées ou institutionnelles. Je dois cette piste à Bernard Vincent, qui suggère la recherche de la présence d’ouvrages anglais dans les collèges jésuites de la péninsule, comme celui de Valladolid. Antonella Romano a suggéré aussi qu’il faut considérer la place de Rome dans la circulation de textes entre les Ibériques et les Anglais.

31 Lestringant, Frank, Le Huguenot et le Sauvage : l'Amérique et la controverse coloniale en France au temps des guerres de religion 1555-1589, Paris: Aux amateurs de livres, 1990, notamment chapitre V, « Les séquelles de la Floride huguenote (1565-1586) », p. 149-182 ; Mancall, Peter, Hakluyt’s Promise. An Elizabethan’s Obsession for an English America, New Haven : Yale University Press, 2007, p. 170.

32 Voir Quinn, David Beers, The Hakluyt Handbook, Londres : The Hakluyt Society, 1974, 2 vols., notamment vol. 2, partie 4, « Contents and sources of the three major works », p. 338-460.

33 Voigt, Lisa, Writing Captivity in the Early Modern Atlantic. Circulations of Knowlege and Authority in the Iberian and English Imperial Worlds, Monticello : North Carolina Press, 2009.

34 Recopilación de Leyes de los Reynos de las Indias. Mandadas imprimir, y publicar por la magestad catolica del rey Don Carlos II nuestro señor, Madrid : Iulian de Paredes, 1680, 4 vol., volumen 2, 125v.

35 Sur l’absence d’un aspect religieux chez les Anglais, du moins au début des expéditions du XVIème siècle, voir par exemple Pestana, Carla Gardina, Protestant Empire. Religion and the Making of the British Atlantic World, Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 2009, notamment le chapitre 3, « Exporting the Religious Tensions of the Three Kingdoms », p. 66-99.

36 Pour le cas d’expéditions en Amérique, voir Andrews, Kenneth R., Elizabethan Privateering. English Privateering during the Spanish War 1585-1603, Cambridge : Cambridge University Press, 1964. Pour une vision plus vaste du commerce anglais, voir aussi Brenner, Robert, Merchants and Revolution. Commercial Change, Political Conflict, and London’s Overseas Traders, 1550-1653, Cambridge : Cambridge University Press, 1993.

37 Daniel Pimenta Oliveira de Carvalho suggère qu'un autre sujet de crainte des Castillans pourrait avoir été la distribution en Amérique des imprimés anglais sur leurs voyages vers le Nouveau Monde. La présence de titres anglais dans les inventaires des collections de livres en Amérique pourrait soutenir cet argument, qui mérite une analyse plus poussée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roxana Nakashima, « La circulation d’imprimés anglais : une fuite dans le système ibérique de contrôle des connaissances sur le Nouveau Monde », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 03 septembre 2013, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65687 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65687

Haut de page

Auteur

Roxana Nakashima

Doctorante en co-tutelle à l'EHESS et à l’Istituto Italiano di Scienze Umane, Florence (SUM) sur le sujet des navigateurs anglais en Amérique entre 1570 et 1618.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page