Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
L´usage des imprimés. Réception et diffusion des savoirs issus d'Amérique (XVI-XVIIe siècles) – Coord. Géraldine Méret
Daniel Pimenta Oliveira de Carvalho

Conclusion

[03/09/2013]

Texte intégral

1Depuis quelques décennies, les historiens se sont accoutumés à mesurer l’impact de l’invention de l’imprimerie dans la culture et dans les sociétés européennes, dès l’aube de l’âge moderne. On s’est accoutumé à considérer les effets révolutionnaires de la capacité de dissémination, de préservation et de fixation des textes offerte par la presse, dans différentes sphères de l’expression et de l’action humaines. Si on peut parler d’une culture imprimée, c’est parce qu’il s’agit désormais d’un nouveau moment de l’histoire de la communication, de l’échange et de la stabilité de l’information et des savoirs en Europe. Si l’on considère le rapport entre cette culture imprimée et la circulation de manuscrits, ainsi qu’entre ces dernières et la culture orale, on peut d’autant plus voir l’usage de l’imprimé donner des impulsions déterminantes aux bouleversements politiques, religieux et scientifiques qui ont singularisé les siècles suivants.

2De façon plus traditionnelle, le rôle des Grandes Découvertes est souvent placé au centre des forces de transformation culturelles et sociales de l’âge moderne, le voyage de Colomb, quelques décennies après l’invention de Gutenberg, a souvent disputé avec la chute de Constantinople le titre de borne chronologique finale de la page médiévale de l’histoire. Au-delà de l’accès à de nouvelles sources de richesses, de nouvelles routes de commerce et à de nouveaux territoires, on s’est accoutumé à identifier le noyau des changements provoqués par l’arrivée des Européens aux Indes plutôt dans la possibilité d’une nouvelle vision du monde, élargie en plusieurs sens, et d’une autre compréhension de l’humain, issue du contact et de la conquête sur les habitants de ces nouveaux mondes. Ce bouleversement est plus important encore dans le rapport à l’Amérique, puisque c’est précisément là que les Européens ont pu se voir comme source et comme les artisans d’une nouvelle civilisation. Parmi tous les nouveaux mondes, seule l’Amérique pouvait devenir à la fois le laboratoire et le miroir de l’Europe.

3Ces transformations de nature épistémologique n'auraient pas eu la même ampleur, ni la même profondeur, sans cette coïncidence temporelle entre le développement des sociétés européennes en Amérique et l’expansion européenne de l’imprimerie. En effet, les nouvelles et les débats sur le Nouveau Monde ont parcouru l’Europe à travers des imprimés de tout genre. Cependant, il faut le dire, ces transformations n’ont pas été abruptes, ni si rapides, malgré l’ampleur de la nouveauté et le pouvoir de diffusion de la presse. Pour comprendre cette interaction entre le recours à l’imprimerie et la diffusion de savoirs et d’informations sur l’Amérique, la concevoir comme un long processus d’incorporation, il faut l’observer sur le terrain de la contingence. Nous avons organisé la journée d’études L'usage des imprimés XVIe-XVIIe​, Réception et diffusion des savoirs issus d'Amérique dans l’intention de stimuler ce genre de réflexion, avec la conviction que l’étude de cas significatifs peut apporter des conclusions beaucoup plus riches que des démonstrations générales. Cette conviction vient non seulement du constat que l’imprimerie a rendu possible une telle transformation dérivée du contact européen avec un nouveau continent et ses habitants, mais aussi de l’intuition que ces deux inventions, de l’imprimerie et de l’Amérique, ont façonné ensemble le changement radical de la posture de l’Europe occidentale à l’égard du temps et de l’Histoire, qui est une trace constitutive de la modernité. Si Louis Le Roy met côte à côte la découverte du nouveau monde et l’invention de l’imprimerie, comme Oury Goldman nous l’a rappelé dans son travail, c’est précisément lorsqu'il s'agit de définir quelles sont les inventions les plus grandes, la presse typographique en premier, puis la boussole et le canon, celles qui permettraient aux hommes de son époque de surpasser la connaissance et la civilisation des Anciens.

4Maintenant, en guise de conclusion de la journée d’études, et comme partie de l’actuelle publication de ses résultats, il faut répercuter les contributions présentées par chaque communication, notamment à travers la référence aux débats suscités le jour même du colloque. Nous profitons de l’occasion pour remercier encore une fois la présence et la collaboration de tous, intervenants, discutants, professeurs, étudiants et auditeurs ; nous avons vécu un agréable, et mémorable, 14 mai 2012, merci beaucoup.

5Tout d’abord, le travail de Roxanna Nakashima nous a fait discerner la nécessité, dans l’effort de contextualisation des entreprises éditoriales liées à la diffusion des savoirs issus d’Amérique, d’un travail d’aller-retour. S’il s’agit dans un premier moment de démontrer l’influence et la contrainte exercées par les structures de production et de contrôle des imprimés sur la publication de livres sur le Nouveau Monde, l'issue de ce travail consiste à percevoir le rôle de ces ouvrages comme partie des projets politiques et commerciaux qui ont développé la présence européenne en Amérique, et principalement la mise en débat de l’Amérique en Europe. Chemin faisant, nous arrivons à discerner ces mêmes structures de production et contrôle comme des institutions également établies et maniées en vue de ces projets et débats. Cette analyse nous permet d'aboutir à une vision plus précise de ce que nous avons appelé influence et contrainte.

6La comparaison entre la production castillane et la production anglaise effectuée par Nakashima met en avant ce qu’on peut considérer comme la plus grande utilité du comparatisme en Histoire, quand la connaissance d’un objet fait poser des questions inattendues sur un autre objet. Pourquoi, enfin, les ouvrages castillans sont si différents de la production typographique anglaise ? La différence n’est pas seulement un reflet de différents moments des deux entreprises ultramarines, mais le signe des différentes façons de représenter et de défendre ces entreprises, comme l’a bien souligné Jean Hébrard, parmi ses commentaires à ce travail. Du côté hispanique, un gros apparat de contrôle et de production du discours officiel sur l’Amérique est mobilisé ; du côté britannique, la seule existence d’ouvrages comme celui d’Hakluyt suffit pour démontrer la faiblesse des prétentions ibériques, et pour attirer de nouveaux investissements impériaux.

7Une riche discussion a été suscitée par la communication de Nakashima : nous avons nuancé, par exemple, le fonctionnement des mécanismes de censure, et nous avons essayé de voir les chemins possibles de la circulation d’information sur l’Amérique. Tout cela a très bien démontré l’importance de cet effort de comparaison pour l’établissement de nouvelles approches dans les domaines que nous avons tenté de croiser durant cette journée : l’histoire des empires, de l’imprimerie et de l’information.

8Avec le travail de Natalia Maillard, nous nous sommes concentrés sur le monde hispanique, pour mieux comprendre cette structure de production et de contrôle, dont l’importance du Consejo de Indias, soulignée dès la discussion antérieure, qu’elle a bien identifié avec une politique de l’information engendrée par la monarchie catholique. Pour ce faire, Maillard part d’une histoire de la lecture et des bibliothèques en Espagne, qui indique une présence faible des livres spécifiques sur les Indes occidentales dans les inventaires post mortem, mais aussi un intérêt sur l’Amérique plus aigu parmi les lecteurs d’une ville comme Séville, très connectée au commerce atlantique. Sur ce point, la remarque faite par Jean-Frédéric Schaub, pendant la discussion ultérieure, est très significative : l’absence de livres peut aussi signifier un excès d’informations.

9Même si on considère les limites d’une projection des pratiques de lecture à partir de la seule consultation de ces inventaires, cela n’empêche pas d’imaginer que, si les entreprises éditoriales anglaises sur l’Amérique représentaient aux lecteurs l’échec de la politique d’information castillane, les données présentées par Natalia Maillard peuvent nous indiquer où serait son succès. En effet, la monarchie hispanique, même à l’intérieur de ses territoires, devait limiter la diffusion des informations sur l’Amérique, mais en même temps bien stimuler la production des savoirs indispensables au bâtiment d’un empire de telle magnitude, y compris à la formation des responsables du fonctionnement des institutions de publication et de contrôle des informations sur ce sujet, dont Séville était le siège principal.

10Pour conclure la matinée, et approfondir encore cette investigation, nous avons pu examiner le cas spécifique d’un de ces livres très bien représentés dans les bibliothèques seiziémistes sévillanes. Les ouvrages de Nicolás Monardes, comme l’a démontré le travail de Samir Boumediene, attestent en définitive l’inutilité d’une séparation étanche des enjeux savants, politiques et commerciaux qui ont encouragé et soutenu la production typographique sur l’Amérique, ses habitants et ses richesses. Le débat auquel nous avons assisté après la communication a démontré que cette imbrication peut même aider à comprendre le positionnement de Monardes à l’égard de l’expérience. En outre, il n’est pas vraiment étrange de voir le développement de tout un nouveau domaine de connaissance associé à des intérêts commerciaux. Mais on peut dire encore que la richesse et la puissance de la pharmacologie de Monardes proviennent exactement de cette imbrication : si l’impression de son traité peut être désignée comme une entreprise de promotion des produits américains, c’est qu’il s’agissait de publier pour convaincre, pour combattre une utilisation plus répandue de la pharmacopée d’origine asiatique en Europe, mais également pour faire remarquer en Espagne la valeur de ce secteur de l’action impériale, et attirer des investissements, des volontés politiques. Ce n’est peut-être pas par hasard qu’on retrouve comme source première des savoirs déployés par le médecin sévillan, ces mêmes acteurs mis en valeur par les recueils de voyages anglais : des missionnaires, mais aussi des soldats et des marchands.

11L’après-midi, nous avons retrouvé une dernière fois l’empire hispanique, pour reprendre le débat sous un autre angle. L’histoire du manuscrit de Guamán Poma, racontée par Gimena Fernández, comme l’histoire d’un projet éditorial échoué, peut nous aider à envisager des problèmes parfois cachés par des visions trop monolithiques de la censure religieuse et politique. Certes, l’éloge des traditions incaïques et la défense d’un amalgame des cultures européennes et andines représentaient peut-être des images trop hétérodoxes au regard des tribunaux de l’Inquisition et, bien sûr, la critique des procédures des agents de la Couronne au Pérou a probablement été considérée comme dangereuse par une grande partie de ses lecteurs en Espagne. Cependant, le texte n’a pas été détruit et n'a probablement pas cessé de circuler, d’être copié, acheté, et lu. Le dessein de publication manifesté par Guamán Poma, de laquelle il attendait un certain effet et entendait provoquer une certaine action, n’a pas été suivi, et a peut-être été censuré, mais cela n’a pas empêché que des ministres, des vice-rois, des diplomates, et bien d’autres hommes politiques aient fait d’autres usages de son texte, de son propos.

12Le cas de l’adresse au lecteur de la première édition imprimée de la Breuissima relacion de la destruycion de las Indias, de Bartolomé de Las Casas, évoqué par Roger Chartier, président de la séance, prouve suffisamment la dimension politique des différentes voies de circulation des textes. Si le roi ne peut lire que la version imprimée de l’ouvrage de Las Casas, ou les illustrations de la chronique de Guamán Poma, c’est parce que l’arrivée aux mains du roi symbolise une autre inscription politique de l’écriture.

13En France, les ouvrages de Marc Lescarbot n’ont pas été censurés, et il a pu, comme nous l’a bien montré Phillip John Usher, se servir des possibilités offertes par l’imprimerie, dans la direction d’une ouverture aussi des possibilités du genre épique. La suite de publications de Lescarbot nous a de nouveau amenés à nous poser la question de l’action d’imprimer comme stratégie de propagande, de promotion d’un projet colonial, afin d’inciter des investissements économiques et politiques, tout en nous renvoyant au sein de la complexité contenue dans l’expression « l’usage des imprimés ». Certes, la technologie typographique a transformé les bibliothèques et l’accessibilité des textes, en produisant de nouvelles pratiques de lecture qui ont permis soit l’incorporation des nouveaux savoirs dans l’écriture de l’épopée, soit la manipulation de ces mêmes nouvelles possibilités de lecture par un auteur comme Lescarbot et, bien sûr, par les imprimeurs de ces ouvrages, comme l'a suggéré Géraldine Méret lors de ses remarques. Mais ces innovations ne vont pas de soi, comme si l’invention de l’imprimerie générait l’invention littéraire. Si l’usage des savoirs sur l’Amérique et des potentialités de la typographie peut être décrit comme plus intéressant chez Lescarbot que chez Du Bartas, c'est parce qu'il en fait un usage plus recherché, visant à atteindre non seulement un effet à partir de la diffusion des informations sur l’Amérique, mais aussi la réussite d'une stratégie éditoriale associée à l’interpénétration de l’Histoire et de l’épopée. Cette intervention nous a heureusement rappelé que le soi-disant impact de l’imprimerie n’est pas une fatalité.

14L’œuvre de Lescarbot nous fait remarquer la mobilisation active des capacités de diffusion, fixation et communication de la typographie, et même l’élaboration consciente d’expédients qui stimulent le changement des pratiques de lecture. En effet, quand on parle de « l’usage des imprimés », cela concerne l’écriture et la composition de l’objet imprimé, mais aussi sa lecture et sa réappropriation. La lecture vouée à l’écriture de nouveaux textes, la lecture simultanée de plusieurs livres, et même les pratiques d’oralisation des textes : tous ces exemples évoqués dans le débat sur le texte de Phillip John Usher ont stimulé diverses innovations dans la composition des ouvrages imprimés ; mais ces nouvelles pratiques pouvaient aussi être provoquées par des stratégies éditoriales comme celle des impressions et réimpressions des livres de Lescarbot.

15Ce thème de la réappropriation auquel nous a mené le débat autour de l'intervention de Phillip John Usher a d'ailleurs constitué le point d'aboutissement de notre journée d'étude, puisqu'il était au centre de l'intervention d'Oury Goldman, qui a analysé, également dans un cas particulier très expressif, l’usage des savoirs sur l’Amérique répandus à travers l’imprimerie, fait par les acteurs politiques et intellectuels de la période des guerres de religion en France. On ne peut guère imaginer un contexte plus éloigné des soucis liés à la découverte d’un nouveau continent et de ses habitants, que celui d’une guerre intestine, écrasée par des persécutions religieuses et politiques, attentats, massacres, batailles. C'est pourtant là que nous avons pu voir de façon privilégiée le passage du constat d’un nouveau monde à la vision d’un nouveau temps, et que la réflexion sur l'Amérique a pu aboutir à l'affirmation du dépassement des savoirs des mondes anciens, ainsi qu'à une critique du présent par rapport à un horizon futur.

16C’est là, justement, qu’on peut voir, à travers l'œuvre de Louis Le Roy par exemple, le produit le plus achevé de l’imbrication entre l’imprimerie et la découverte de l’Amérique dans la formation de l’Europe moderne. Pendant les Guerres de Religion, les débats sur la connaissance de l’Antiquité et sur les frontières entre la civilité et la barbarie se sont développés et réinventés, portés comme des armes par les adversaires religieux et politiques.

17On ne doit pas s’étonner que ces formulations apparaissent comme conséquence d’une manipulation des savoirs issus d’Amérique tout à fait motivée par des problèmes et combats strictement européens, et qu’on trouve des essors intellectuels traditionnels à la base de propositions nouvelles. Des problèmes et des combats semblables ont forgé autant l’invention de l’imprimerie que le déclenchement de l’aventure ultramarine européenne ; il n'en a pas été autrement pour l'élaboration des discours sur le nouveau monde en tant que savoir propre, dont les questions nodales sont parvenues à bouleverser, comme l’ont confirmé ces discussions, la pensée historique et anthropologique de la modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Pimenta Oliveira de Carvalho, « Conclusion », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 03 septembre 2013, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65693 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65693

Haut de page

Auteur

Daniel Pimenta Oliveira de Carvalho

Doctorant au CRBC / Mondes Américains (EHESS). Boursier du CNPq - Brasil. daniel.pimenta@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page