Navigation – Plan du site
Débats | 2003
Frédérique Langue

Les relations civils-militaires dans l’histoire récente du Venezuela. Une historiographie en perspective

[09/02/2005]

Texte intégral

Publié initialement dans Hugo Chávez et le Venezuela. Une action politique au pays de Bolívar (Paris, L'Harmattan, 2002). Mis en ligne avec l'autorisation de l'éditeur.

1Tout au long de cet itinéraire visant à proposer une biographie de l'atypique président qu'est Hugo Chávez et de sa "révolution bolivarienne", une constante s'est imposée : la difficulté, et, dans une certaine mesure, l'impossibilité de recourir à des définitions classiques du chavisme, le phénomène n'entrant véritablement dans aucune des cases théoriques existantes. L'une des dernières opinions recueillies sur ce thème est celle d'un expert en relations internationales, Demetrio Boersner. Reprenant l'interprétation avancée par Ramón J. Velázquez, politicien d'envergure, qui considère le "projet" chaviste comme partie intégrante d'un phénomène historique qu'il conviendrait d'appeler "socialisme militaire", cet analyste avance cependant le commentaire suivant :

"Bien que sa praxis ne soit en rien socialiste, mais plutôt favorable au capital financier international (auquel il accorde sa préférence plus qu'au capital criollo), son discours, au-delà des références aux "trois racines", peut être classé dans le courant "social nationaliste", né de l'"aile gauche" du fascisme européen qui ensuite s'est transportée en Amérique latine".

2Prenant l'exemple de plusieurs pays latino-américains (le Chili de Marmaduke Grove, la Bolivie de Busch, Villaroel, et Torres, l'Argentine de Perón, le Pérou de Velasco Alvarado et le Panamá de Torrijos), ce partisan d'une réaction de centre gauche ajoute :

  • 1 Demetrio Boersner, "Por una posición de centro izquierda", Tal Cual, 11/05/2001.

"Dans tous ces régimes, on assiste à une combinaison d'impulsions nationales libératrices et socio-égalitaires mêlées à un fort ingrédient d'autoritarisme personnel" (...) Cet autoritarisme personnel ou caudilliste joue un rôle si déterminant face aux autres ingrédients du "socialisme militaire" que d'entrée, il les domine et les déforme. Le caudillisme charismatique, au lieu d'être au service des forces nationales et sociales émergentes, les met à son service et, en agissant de la sorte, leur enlève leur authenticité populaire; il les subjugue, les médiatise, les corrompt et les dénature. Il atteint cet objectif au moyen de la manipulation habile des contradictions existantes au sein de l'ensemble de facteurs qui forment sa base de sustentation. En ce sens, le "socialisme militaire" latino-américain constitue la version vernaculaire du bonapartisme, phénomène historique universel que les authentiques socialistes, ainsi que les autres démocrates, condamnent et combattent depuis près de deux siècles, en tant que grand falsificateur des luttes populaires, le grand illusionniste qui arrache les masses à ses dirigeants naturels, démocratiquement élus, et les conduit au précipice de la frustration et à une contre-révolution inévitable"1.

3Cette définition présente un intérêt indéniable : celui de mettre l'accent sur l'évolution du chavisme — depuis ses origines —tout en conférant une rationalité politique et historique, tout du moins une intelligibilité — non plus seulement émotionnelle — à des décisions ou attitudes perçues comme incompréhensibles, dans le meilleur des cas comme des revirements apparents, sans exclure nombre des approches que nous avons présentées. Ceci nous conduit, dès lors, à considérer non plus la biographie politique de l'actuel mandataire vénézuélien dans la perspective des représentations, ou encore, en termes d'image projetée très violemment hors des frontières nationales, mais l'analyse qui a été proposée par les historiens spécialistes des relations entre civils et militaires. Ce type d'approche ne peut en effet faire l'impasse sur un bilan historiographique de la question dans ses grandes lignes, telle qu'elle a été traitée dans le cas vénézuélien. Peu d'ouvrages ou d'études ont, paradoxalement, été publiés sur cet aspect fondamental de la réalité historique vénézuélienne, et les concepts présidant à ce type d'analyse n'ont été, dans leur ensemble, et jusqu'à une période très récente, que peu discutés. Les approches pluridisciplinaires du phénomène ont contribué, à cet égard, à en préciser les tenants et aboutissants, sans pour autant verser dans l'interprétation déterministe.

Une modernisation institutionnelle accélérée

  • 2 D. Irwin, Relaciones civiles-militares en el siglo XX, Caracas, El Centauro ediciones, 2000, p. 101 (...)

4Le XXe siècle se présente avant tout comme un temps de structuration de l'institution militaire dans un cadre national. Modernisation et professionnalisation des forces armées sont ainsi les deux constantes de ce processus, plus ou moins marqué selon le régime ou le gouvernement considéré mais particulièrement visible depuis la décennie 1960. On considère par ailleurs que, jusqu'aux années soixante, prévaut une "particulière et paradoxale symbiose militaire civile et politico-militaire". Une "nouvelle version du séculaire accord militaire-civil et politico-militaire vénézuélien" se met en place pendant les années soixante. Cette caractérisation, avancée par l'historien Domingo Irwin, et qui dépasse véritablement la simple appréhension en termes de pôles de pouvoir complémentaires ou antagoniques, repose sur la constatation suivante : la situation de force, dans certains cas de guerre civile, à laquelle sont confrontés les régimes du moment, ainsi Cipriano Castro (1899-1908) et Juan Vicente Gómez (1908-1935) considéré comme le modernisateur par excellence des forces armées vénézuéliennes2.

  • 3 Domingo Irwin, "Balance y perspectivas de las relaciones civiles y militares en Venezuela", texte i (...)

5En d'autres termes, le contrôle de l'armée ouvre la voie à la magistrature suprême, et les ministres de la guerre et de la marine, ou les ministres de la défense, ont toutes les chances d'accéder à la présidence de la République. Tel fut le cas du général Eleazar López Contreras (au pouvoir de 1935-1941), du général Isaías Medina Angarita (1941-1945), du colonel Delgado Chalbaud (1948-1950) et du général Marcos Pérez Jiménez (1952-1958)3. Quant à la période 1945-1948 ou triennat, que nous avons eu l'occasion d'évoquer en raison des parallélismes existant sur le plan constitutionnel avec la République bolivarienne, elle aurait été surévaluée, et même, magnifiée par ses historiens en raison de son caractère civil. Le projet civiliste du Triennat ne prendra véritablement forme qu'à la fin des années soixante-dix, dans un contexte extrêmement favorable qui est celui de la hausse des prix du pétrole, et par conséquent du Venezuela de la prospérité économique et de ses dirigeants politiques. Or, c'est précisément pendant cette période de "mirage historique" que l'institution militaire se renforce, au point de provoquer l'insurrection, pour ne pas dire le coup d'Etat de 1948 (l'écrivain Rómulo Gallegos est renversé à cette occasion). L'exercice du pouvoir par les militaires s'achèvera en 1958, avec la chute de la dictature de Pérez Jiménez et la signature du pacte de Punto Fijo, date fondatrice du processus démocratique que l'on connaît bien, de ce que S. Huntington a caractérisé comme étant la "deuxième vague" de la démocratisation.

6Les années soixante inaugurent à cet égard non plus seulement une symbiose civils-militaires, mais une phase d'accommodements, qui conduit à un accord de longue durée, de type politico-militaire et militaire civil. Face à une société civile marquée par l'essor des partis politiques — en particulier le parti social démocrate Action démocratique (AD) et le parti social-chrétien COPEI—, l'institution militaire redéfinit non seulement son rôle — demeuré essentiel — mais également ses moyens d'expression. Elle se modernise également en se professionnalisant, et renonce de ce fait, et en partie, à son caractère "prétorien", qui ressurgit cependant à la fin du siècle. Cette modernisation ne constitue cependant pas un obstacle à la résurgence de projets politico-militaires clandestins qui impliquent les opposants civils — souvent d'orientation marxiste-léniniste — aux gouvernements de Betancourt et de Leoni. L'élite dirigeante de ces partis assurera le lien avec les chefs de l'armée, suivant le principe, traditionnel dans l'histoire vénézuélienne, de "fusion des intérêts militaires civils et politico-militaires". Même si des mouvements de type insurrectionnels, ourdis par des militaires ou par des civils éclosent dans la décennie 1980.

  • 4 D. Irwin, Relaciones civiles-militares en el siglo XX, op.cit., p. 51. Brian Loveman, Thomas Davis, (...)

7D'après les travaux de B. Loveman et T. Davis, depuis la création des armées nationales en Amérique latine, se développe un sentiment de rejet de la politique et de ses acteurs, que les militaires rendent responsables des difficultés économiques, du "désordre" et de l'instabilité politique de leur pays. Participant de ce sentiment diffus, l'idée prend forme entre les militaires "modernisateurs" et des secteurs civils "conservateurs" d'une solution fondée sur l'absence de partis, en d'autres termes la dépolitisation du pays : c'est "l'antipolitique militariste" (Military Antipolitics) dont la fusion militaire-civil et politique-militaire des premières décennies du XXe siècle vénézuélien serait une "expression vernaculaire, y compris et surtout la "tyrannie illustrée" de Juan Vicente Gómez4.

8À cet égard, il n'est pas sans intérêt de revenir sur le contexte des années soixante, marquées par les insurrections armées, l'expression la plus adéquate étant celle de "lutte armée", telle que l'ont décrite les ouvrages d'A. Blanco Muñoz. Les fronts guérilleros ruraux furent une réalité de ces années, et l'échec de la guérilla aurait été davantage politique que militaire. La décision prise en 1964 par les dirigeants du PCV, de renoncer à la lutte armée pour parvenir au pouvoir, illustre cette évolution. Une autre réalité, peu évoquée, ou passée sous silence, est celle, au même moment, d'une alliance des forces armées avec les secteurs civils radicalisés, conjonction qui n'est guère nouvelle dans l'histoire du Venezuela et consiste, dans une certaine mesure, à répéter l'épisode de 1945. Le point culminant de cette conjonction des forces politiques et militaires est l'insurrection militaire de Puerto Cabello (1962), plus connue dans l'historiographie locale sous le nom de El porteñazo.

  • 5 Pour une vision d'ensemble de ces années, nous renvoyons à notre ouvrage, Histoire du Venezuela. D. (...)

9Les échecs rencontrés dans ce type d'insurrection sont à l'origine de la création, dans les années 1963-1964, des Forces armées de libération nationale (FALN), et du Front de libération national (FLN) à vocation politique et logistique. Le "foquisme", favorisé par l'appui logistique, matériel et humain du gouvernement de Fidel Castro, caractérisa de la sorte les années 1964-1968, la "pacification" — telle est la teneur du décret promulgué par le président R. Caldera — intervenant vers les années 1968-1971. C'est la naissance du MAS, la division du PCV, et le choix de stratégies électorales et démocratiques. C'est également le moment où les forces armées vénézuéliennes ont intensifié leur entraînement anti-guérilla, bénéficiant de l'assistance américaine, aussi bien au Panama (dans la zone du canal contrôlée par les Etats-Unis) qu'au Venezuela même. Cette étape entrerait ainsi en ligne de compte dans la professionnalisation de l'armée5.

10Le prix à payer pour le pouvoir civil fut relativement élevé, compte tenu de l'importance acquise ultérieurement par l'institution militaire. La structure militaire reçut des privilèges économiques (augmentation de la solde des officiers de 140 % entre les années 60 et les années 70), vit son statut conforté en guise de récompense immédiate, pour avoir défendu par les armes le système démocratique. Ces prérogatives seront ensuite farouchement défendues, une sorte d'immunité est conférée à une institution par définition impénétrable aux civils, les aires d'influence réciproques bien définies, compromettant l'exercice du contrôle civil sur le secteur militaire. Les relations civils-militaires en seront par conséquent durablement influencées. Face à un ennemi commun, des liens se sont tissés entre les dirigeants des partis AD et COPEI, et les chefs de l'armée, mais l'image d'un contrôle civil affermi, née de la chute de la dictature (1958), n'est alors qu'illusion. De même l'idée que les forces armées ne seraient qu'une structure monolithique.

11Autre aspect qui retient l'attention : le rôle prédominant des forces armées dans la gestion des affaires dites frontalières (essentiellement la frontière avec la Colombie, un conflit n'étant pas exclu par le secteur militaire, hypothèse partagée par les dirigeants politiques civils), une fois l'ennemi intérieur vaincu. D'où une indépendance certaine, que renforce l'intensification du processus de professionnalisation de l'aviation (acquisition pendant les années 80 de "Mirages" puis de "F-16", pour ne mentionner qu'une partie du matériel très perfectionné acquis dans ces années), et, dans une moindre mesure, de la marine et de la garde nationale dès la fin des années 70.

12La meilleure formation "académique" — à l'Académie militaire, le futur officier en sortant après cinq années d'études, nanti d'une licence en sciences et arts militaires, et avec le grade de sous-lieutenant — sera cependant dévolue à l'armée de terre, principal vainqueur de la lutte anti-guérilla dans les années 60. C'est de ce secteur que viendront les officiers à l'origine de la tentative de coup d'Etat de 1992. Les cours de IAEDEN, ou Institut des hautes études de la défense nationale (créé en 1969-1970 constituent une sorte de troisième cycle destiné à former les officiers supérieurs, quelle que soit la force à laquelle ils appartiennent. L'Institut polytechnique des forces armées (IUPFAN), bien que moins prestigieux, appartient également à cette catégorie. À noter que tous deux sont ouverts à des civils, cette décision permettant de justifier les frais engagés par ces institutions, d'éviter un isolement de l'armée, la sécurité et la défense nationale étant par ailleurs considérées comme concernant l'ensemble de la population. D. Irwin signale à cet égard que l'amélioration des études militaires au Venezuela, leur "perfectionnement constant" se produit en même temps que la déroute de la guérilla marxiste-léniniste. Celle-ci ne disparaîtra pas complètement dans les années 70, des groupuscules politiques comme Bandera Roja, Venceremos, Tercer Camino et le Parti révolutionnaire vénézuélien (PRV) de Douglas Bravo étant encore identifiés en 1992.

  • 6 D. Irwin, "Balance ...", op. cit., et "Sobre civiles y militares en la Venezuela de la segunda mita (...)

13L'échec de la guérilla sur le plan militaire aurait conduit les "survivants politiques" à nouer des liens, d'une part avec les instituts d'éducation supérieure et les universités, et d'autre part avec les jeunes officiers. Ce sera l'une des deux "tendances conspiratrices" identifiées au sein des forces armées, la première, favorable à une solution autoritaire, étant influencée par les thèmes de sécurité, défense et développement, et bénéficiant de la sympathie d'une certaine élite économique qu'elle soutiendra en partie lors des élections des années 80 (Eduardo Fernández et Alvarez Paz pour COPEI, et C.A. Pérez pour AD). La deuxième est celle dont nous avons eu l'occasion de retracer l'itinéraire, lequel se confond en effet avec celui du Mouvement bolivarien. Les chefs de file en sont les lieutenants-colonels Izarra et Chávez pour le secteur militaire, et Douglas Bravo et Pablo Medina pour la sphère civile. Les loges militaires portent les noms de M-83, ARMA et MBR-2006. Les "loges militaires organisées" (l'expression est de D. Irwin) ne se manifestent violemment qu'en 1992, à l'occasion des deux tentatives de coup d'Etat. Elles témoignent dans une certaine mesure des limites ainsi que des effets pervers de ce processus de professionnalisation des forces armées telle que l'ont traitée des auteurs aussi divers que S. Huntington, Morris Janowitz, S.E. Finer et E. Nordlinger.

  • 7 Domingo Irwin, "Balance ...". Nordlinger, Eric, Soldiers in Politics: Military Coups and Government (...)

14Au-delà du système compétitif d'études et d'évaluation mis en place, de l'acquisition de connaissances approfondies dans le domaine de la stratégie et de la surveillance constante des officiers par leurs supérieurs immédiats, la professionnalisation du secteur comporte en effet une caractéristique essentielle : la gestion, ou l'"administration" selon certains auteurs, de la violence organisée, directe et légitime de l'Etat. Ce que l'on peut qualifier d'"idéologie militaire" comporte également une responsabilisation à l'égard de la société civile, mais aussi le développement d'un esprit de corps. En ce sens, et contrairement à certaines approches du phénomène, on ne peut parler, dans le contexte vénézuélien, de subordination des forces armées au pouvoir civil démocratiquement élu7.

Prétorianisme et militarisme : questions de définitions

15Par prétorianisme, caractérisation peu fréquente dans la littérature historique ou politique vénézuélienne (Augusto Mijares dans les années soixante, Diego Bautista Urbaneja dans les années soixante-dix) et ailleurs, on entend une "situation dans laquelle le secteur militaire d'une société donnée exerce une influence politique abusive, recourant à la force ou menaçant de le faire". Or cette expression polysémique, mais rarement considérée comme telle, s'avère fondamentale pour comprendre aussi bien le passé que l'histoire du "temps présent", et plus encore, du "très contemporain" au Venezuela, ceci depuis les guerres d'Indépendance. Prétoriens et officiers issus de la professionnalisation de l'armée seraient ainsi les principaux acteurs du XXe siècle vénézuélien.

  • 8 Domingo Irwin, "Reflexiones sobre el caudillismo y el pretorianismo en Venezuela (1830-1910)", Tiem (...)

16Le prétorianisme continuerait en effet de se manifester d'une façon latente ou plus manifeste, en tant qu'arbitre ou au gouvernement, bien après la création de l'armée moderne. Il subit toutefois une crise dans la conjoncture historique 1957-1962, échouant cependant à contrôler politiquement la société vénézuélienne. Du point de vue de l'analyse historique et de la discussion théorique, et non de l'évaluation politique des événements, la tentative de coup d'Etat de 1992 serait ainsi une "expression d'un prétorianisme récurrent du XXe siècle"8.

17En revanche, le terme militarisme, d'utilisation plus récente et de forte connotation politique, volontiers déformé (notamment dans la presse, dans laquelle il équivaut à un jugement de valeur) renverrait à une "situation politique dans laquelle le secteur militaire d'une société donnée envahit celle-ci par une sorte de métastase, et parvient ainsi à dominer tous les aspects fondamentaux de la vie sociale". Sur ce sujet, les études se font plus nombreuses, et les commentateurs plus prolixes, portant leur intérêt aussi bien sur les caudillos du XIXe siècle que sur les caudillos "civils" et "militaires". Conséquence d'interprétations fondées non sur une étude systématique de la réalité historique et des documents d'archives, mais sur l'usage de dictionnaires généraux : certaines erreurs conceptuelles persistantes d'un ouvrage à l'autre, même et surtout lorsqu'il s'agit de classiques du genre, et la confusion entre "militarisme" et interventionnisme militaire, ce que souligne d'ailleurs une publication du ministère de la défense espagnol.

18Toujours selon Domingo Irwin, le "caudillo militaire" ne serait par conséquent qu'une "chimère conceptuelle" et le militarisme — dans le sens universitaire du terme — n'a même jamais existé dans l'histoire du Venezuela. Aucune de ses caractéristiques de base ne correspond au cas vénézuélien, en particulier depuis la mise en œuvre du processus de modernisation engagé par Gómez. En effet, il n'existe pas de programmes d'austérité nationale indispensables selon cet auteur, afin de réaliser des préparatifs de guerre. D'autre part, l'endoctrinement réalisé par des groupes paramilitaires à grande échelle est tout aussi absent. Et enfin, on ne retrouve pas davantage l'insistance en faveur de l'idéologie militaire et de l'"auto-exclusivité de la zone d'influence militaire".

  • 9 Domingo G. Irwin, Relaciones civiles-militares en el siglo XX, Caracas, El Centauro ediciones, 2000 (...)

19À l'extrême rigueur, on ne peut l'évoquer qu'au sens où l'entendent les dictionnaires généraux et encyclopédies — lors du coup d'Etat de 1945 et pendant les années 1948-1958. Pour d'autres auteurs, la prise en main de l'action politique par les militaires serait motivée par l'absence d'institutions capables de mener à bien un projet national. Telle est la thèse "instrumentaliste", censée expliquer le phénomène militariste dans certains pays latino-américains, mais qui ne tient pas compte de la conscience interne au secteur militaire, et encore moins du projet politique propre à celui-ci9.

20Le caudillo, si présent dans l'imaginaire national et pas seulement dans ses déclinaisons littéraires, émane de l'élite des propriétaires. Il est par définition un "civil guerrier, personnaliste, qui utilise la violence dans l'arène politique" et parvient de la sorte à dominer la société dans son ensemble. L'instrument de ses ambitions est la force brute, qui s'incarne en une sorte d'armée privée, en une réminiscence des guerres d'Indépendance, et en l'absence d'une armée organisée au niveau national. Véritable perversion politique et économique, il ne peut être un représentant de l'institution militaire à une époque où celle-ci n'a pas d'existence formelle, à l'instar des ... constitutions du XIXe siècle.

  • 10 Domingo G. Irwin, Relaciones civiles-militares en el siglo XX, Caracas, El Centauro ediciones, 2000 (...)

21Paradoxalement, cet obstacle majeur à l'évolution politique et économique d'un pays a permis, dans le cas vénézuélien, de renforcer le processus d'intégration nationale, ceci jusqu'à la fin du XIXe siècle. L'armée dite "restauratrice" du caudillo Cipriano Castro semble ainsi avoir amorcé sa transformation en une véritable armée nationale pendant les guerres civiles de 1899-1903, les armées privées des caudillos ayant été vaincues pour la plupart d'entre elles. L'autre paradoxe des premières décennies du XXe siècle vénézuélien est que l'armée en tant que telle ne détient pas le pouvoir politique. L'usage politique de l'armée revient dans cette perspective à celui qui exerce un pouvoir personnel sur la structure militaire10.

  • 11 Domingo Irwin , "Usos y abusos del militarismo y el pretorianismo en la historia y en la política: (...)

22Il conviendrait donc de distinguer, dans l'historiographie vénézuélienne ou venezolanista, deux orientations majeures : la première part précisément d'une définition générale, celle des dictionnaires de langue, quand ce n'est pas d'une conceptualisation "colloquiale" et événementielle. Dans la deuxième ligne d'interprétation, marquée par une certaine clarté conceptuelle et dépourvue d'ambiguïté quant à l'écueil signalé, se situent les ouvrages de Virgilio Tosta, Ramón J. Velázquez et Inés Quintero. Il reste que les travaux d'auteurs vénézuéliens, écrits pour des Vénézuéliens, privilégient l'aspect événementiel ou conjoncturel — éludant de ce fait la question du vocabulaire et des définitions préalables — plutôt que l'analyse de ce problème clef dans le long terme, un problème qui revêt un caractère "militaire civil" plus que "civil militaire" si l'on considère l'histoire de ces dernières décennies et plus encore l'histoire récente. Elle démontrerait amplement que le contrôle exercé par les civils est insuffisant, quand il ne relève pas de la fiction, et que l'héritage du prétorianisme est une réalité encore incontournable11.

23Quant au choix de l'expression "civils-militaires", ou encore "militaires-civils" — plutôt que celle, redondante, de "civico-militaires" — , elle procède, toujours selon D. Irwin qui rejoint les approches de S. Huntington et R. Bañón, du fait que, si un militaire présente un caractère civique dans la mesure où il est un citoyen, il n'est et ne peut être un civil. Dans cette perspective, les premiers travaux portant sur les relations civils-militaires dans le cas vénézuélien sont ceux de W. Burggraff et Gene E. Bigler. Ils mettent notamment en évidence l'insuffisante consolidation du contrôle exercé par les civils sur les forces armées depuis les années soixante, en d'autres termes, la subordination relative, dans un cadre démocratique, du secteur militaire au secteur civil.

  • 12 D. Irwin, "Usos y abusos ..."; Daniel de Barandiarán, "Las fronteras nacionales en la era de las au (...)

24Si l'on reprend les catégories définies par S. Huntington, celles de contrôle subjectif-objectif, les années soixante seraient au Venezuela une période de contrôle subjectif de la part des civils. D'autres publications ultérieures, comme celle de Humberto Njaim, spécialiste de sciences politiques, s'attachent à décrire et à analyser le fonctionnement du système politique vénézuélien sans approfondir cependant cet aspect, si ce n'est en ce qui concerne les tensions créées dans les années soixante-dix entre la hiérarchie militaire, les hauts gradés, et le reste des forces armées. Pour F. Jácome, trois étapes sont à distinguer : la première, celle des années soixante, voit s'instituer des normes démocratiques et le contrôle civil sur les forces armées; la deuxième, dans les années soixante-dix, est marquée par le développement institutionnel du secteur militaire; la troisième enfin, qui se situe dans les années quatre-vingt, est marquée par une crise du processus d'institutionnalisation et de professionnalisation des forces armées12.

25Cette crise qui se déroule en liaison étroite avec la détérioration de la situation économique et politique qui affecte le pays vers la fin des années 80 eut deux effets sensibles sur les forces armées. Le premier fut d'ordre institutionnel, le deuxième renvoyait aux conditions de vie du personnel militaire, qu'il soit actif ou retiré des cadres de l'armée. Dans le domaine institutionnel, la diminution des ressources et par conséquent du budget affecté entraîna une rivalité entre les quatre composantes des forces armées (armée de terre, marine, aviation et garde nationale), malgré l'autonomie obtenue dans ce domaine dès 1958. Dans ce cas précis, l'indépendance acquise pour ce qui est de la gestion du budget militaire conduisit à la multiplication des cas de corruption interne, à des problèmes de coordination et, en définitive, de fonctionnement.

26Autre conséquence que distingue F. Jácome, toujours au niveau institutionnel : le développement de relations clientélistes entre les militaires et les partis politiques, développement qui remet en question le processus d'institutionnalisation mis en œuvre depuis la chute de la dictature. Cette attraction exercée par les partis politiques n'est pas seulement due à l'influence exercée par ces derniers sur les militaires en poste, mais également à la participation des militaires hors cadres ou retraités au système politique. Cette participation prit les formes les plus diverses : on y trouve aussi bien des candidats aux élections présidentielles que des appuis accordés à d'autres candidatures civiles, à l'occasion un engagement direct au sein de ces partis, la formation de véritables réseaux de relations civils-militaires. Cette configuration n'est pas sans influer sur la politisation des forces armées dans leur ensemble, tout en entraînant une division plus préjudiciable entre "bureaucrates" et "officiers de combat".

  • 13 F. Jácome, "las relaciones cívico-militares ...", idem.

27D'où un phénomène comparable à celui qui est enregistré au même moment dans la société civile : celui d'une distanciation entre les "élites" et la base (mais surtout les officiers de rang intermédiaire), d'où la perception différentielle des événements de 1989 au sein du secteur militaire, et plus encore de 1992. Ces divergences d'interprétation ne sauraient cependant, malgré la conjoncture, remettre véritablement en cause le pacte tacite établi depuis Punto Fijo. Le secteur militaire réaffirma toutefois son autonomie en ce qui concerne les équipements militaires, et la question — omniprésente — des frontières13.

  • 14 Luis Esteban Rey, José Vicente Rangel et alter, Militares y Política (Una polémica inconclusa), Car (...)

28Plus actuel, compte tenu des problématiques défendues réunissant des articles publiés dans les médias et destiné par conséquent à un public dépassant les cercles universitaires, l'ouvrage collectif Militares y política amorce un débat entre les protagonistes de cette histoire (dont l'actuel ministre de la défense de H. Chávez), quant au rôle dévolu aux forces armées et à celui qu'elles pourraient être conduites à jouer dans le futur. Cette publication ouvre la voie à des discussions qui se font plus précises au fur et à mesure que l'on avance dans les années 80. Le thème des relations civils-militaires s'en trouve cerné selon des critères beaucoup plus affinés, même si certains de ces ouvrages sont le fait d'acteurs de cette histoire récente — certaines contributions font d'ailleurs partie d'ouvrages collectifs consacrés à la situation politique du Venezuela — et comportent inévitablement une prise de position politique sur le sujet. S'y trouvent mises en évidence les rivalités existant sur le plan politique entre les militaires et les civils-partis politiques (voir sur ce point les travaux de G. Bigler), les attitudes conservatrices qui prévalent aux échelons plus élevés des forces armées mais aussi le respect des formes de la démocratie qui y dominent (J. Yépez Daza, E. Shaposnik)14.

29Pour J. Machillanda Pinto, il n'existe dans le Venezuela des années démocratiques qu'un contrôle relatif des civils sur une armée. La cohabitation des deux pouvoirs est décrite dans les ouvrages de Gil Yepes et Cardoso de Da Silva, des analyses essentiellement conjoncturelles selon D. Irwin, et qui ne tiennent pas compte des apports théoriques sur le sujet (S.E. Finer). Le livre de l'ancien général Alberto Müller Rojas, auquel nous avons fait référence à plusieurs reprises au cours de cet ouvrage, aborde de front le sujet, privilégiant l'hypothèse de la fusion civils-militaires dans un système dont il fut acteur plus qu'observateur.

  • 15 José Machillanda Pinto, Poder político y poder militar en Venezuela, 1958-1986, Caracas, Centauro, (...)

30Diverses synthèses soulignent la conjoncture changeante qui est celle des relations civils-militaires dans les années 90 (G. Gómez Sucre- D. Cornett, F. Jácome), la composante rébellion se trouvant mise en exergue dans certains travaux qui prennent pour point de départ la tentative de coup d'Etat de 1992 (F. Agüero, D. Norden). Le professionnalisme militaire peut en effet déboucher sur la politisation, à tout le moins sur une prise de conscience des forces armées : les militaires effectuent alors une distinction entre nation-patrie, et gouvernement institutionnel. Dans cette perspective, loyauté et obéissance, ainsi que tout autre valeur, sont mises en pratique sans intermédiation et en fonction exclusive des intérêts de la patrie, sans tenir compte de la "légitimité" du pouvoir politique en place (selon S.E. Finer), issue des élections et garantie par la charte constitutionnelle (1961)15.

Le "paradigme du contrôle civil", théorie et pratique

  • 16 L'expression est "paradigme du contrôle civil" de D. Irwin, "Balance ...". Idem. Voir également, du (...)

31Le "paradigme du contrôle civil" des années 60 aux années 90 oscille par conséquent entre mirage, fiction théorique, et réalité concrète. Le modèle proposé par Karen Remmer permet cependant d'en appréhender les variables. La première, la "compétitivité", est complétée par un axe d'"inclusivité", en d'autres termes la participation politique. Elles permettent donc de définir plusieurs types de gouvernement. Une compétitivité haute signifie démocratie; en revanche, une compétitivité politique basse renverrait à des phénomènes d'autoritarisme. Selon les niveaux de participation citoyenne enregistrée, la démocratie peut être considérée comme "excluante" (niveau bas), incluante (les deux variables sont élevées). Si la participation est basse, un régime autoritariste serait considéré alors comme excluant, en revanche, si elle est élevée, il est dit incluant. Dans cette perspective, les gouvernements de Péron en Argentine et de Velasco Alvarado au Pérou seraient considérés comme autoritaristes incluants, le régime de Trujillo en République dominicaine comme autoritariste excluant16.

32Dans le cas vénézuélien, les gouvernements de Castro et de Gómez, qui couvrent la période 1899-1935, seraient l'expression d'un autoritarisme excluant. Ceux de López Contreras et Medina Angarita seraient en revanche plus proches d'une démocratie excluante. Le Triennat (1945-1948) se veut une démocratie incluante, mais échoue, et des gouvernements autoritaires des deux types lui succèdent, bien que plus proches de l'exclusion que de l'inclusion. Dans un autre ordre d'idées, cette période est l'expression accomplie d'une fusion militaire civile et politico-militaire. Elle est aussi celle du renforcement du potentiel "prétorien" de l'armée, et se termine en novembre 1948 par un coup d'Etat, qui met fin au gouvernement démocratiquement élu de Rómulo Gallegos.

33De 1948 à 1958, les forces armées s'autoproclament "gérants politiques de la société et administrateurs du processus de développement économique". Leur professionnalisme s'accroît et les années suivantes — qui sont aussi celles de la lutte contre la guérilla — voient s'affirmer définitivement la tendance des officiers professionnels, et la subordination des prétoriens au nouvel ordre constitutionnel des partis. À partir de 1958, la conception du maintien de l'ordre social s'est en fait transformée, les militaires adoptant désormais les mécanismes de négociation et l'usage du consensus, y associant partis, syndicats, et dirigeants d'entreprises. Un équilibre est dès lors créé dans les relations civils-militaires, aussi bien en ce qui concerne leur dimension légale (l'armée joue un rôle stratégique, mais non-délibératif, et apolitique), politique (absence d'influence perceptible des partis), qu'idéologique (thèse de la sécurité nationale, de la défense de la constitutionnalité et de la démocratie représentative).

  • 17 D. Irwin, "Balance ...", op. cit. et Relaciones civiles-militares en el siglo XX, op. cit., pp. 97- (...)

34Les gouvernements qui ont suivi la chute de la dictature de Pérez Jiménez (1958) se présentent comme des démocraties incluantes. En d'autres termes, l'évolution des régimes politiques du Venezuela s'est faite en faveur de variables élevées, ce qui n'exclut cependant pas des formes de divergences à l'intérieur des régimes concernés. Les formes de la participation doivent en effet être nuancées. Si les niveaux de compétitivité demeurent élevés, la participation est en fait médiatisée par les partis politiques AD et COPEI, qui détiennent un monopole de fait sur l'ensemble de la société civile (syndicats, associations professionnelles, universités etc.). Les partis restreignent de ce fait la circulation de l'information : "l'expression de ce modèle particulier de capitalisme d'Etat fut la formation d'une intelligentsia qui servait d'appui aux partis AD et COPEI et s'étendait à tout le tissu social de la réalité civile vénézuélienne". Le paradoxe des années 1958-1962 est que, dans un régime à la fois légal et légitime, l'"institutionnalité" domine et canalise la participation politique, par l'intermédiaire des partis politiques, et par des biais institutionnels et électoraux sur lesquels la violence n'a pas prise17.

35Malgré la subordination de l'institution militaire au pouvoir civil (article 132 de la Constitution de 1961), le contrôle civil est dans ce contexte inexistant si l'on considère les mécanismes de contrôle institutionnel qui sont censés faire obstacle à des initiatives militaires, et le coût que supposerait une remise en question des institutions politiques, légitimes et civiles. Le cas vénézuélien comporte un accord tacite, non-écrit, entre le secteur militaire et les deux partis hégémoniques, d'où la symbiose que nous évoquions précédemment, traduction concrète de ce type d'accord. Dans ce cadre, le ministre de la défense est un officier d'active appartenant à la plus haute hiérarchie, même si la Constitution de 1961 permet au président de la République de nommer un civil à ce poste, ce qui ne fut jamais le cas pendant les 40 années de démocratie qui vont de 1958 à 1998. Dès lors, toute influence politique est limitée à un cercle extrêmement réduit de cette hiérarchie, généraux et amiraux. Cette situation sous forme d'exclusion des autres gradés de moindre importance est devenue, au cours des années 1970-1990, relativement frustrante pour les lieutenants-colonels et colonels, qui en rejettent la responsabilité sur le régime des partis.

36Deuxième aspect de cette insuffisance du contrôle civil : le monopole détenu par les militaires en ce qui concerne les affaires de sécurité et de défense. Des civils de haut niveau n'ont jamais été formés dans ce domaine pendant cette même période, et ces thèmes ne sont par conséquent connus de l'opinion publique que dans la mesure où la hiérarchie militaire consent à en divulguer la teneur. Dans une tradition héritée des années 1950, la participation civile est strictement limitée au domaine policier et à la sécurité politique intérieure (ainsi avec la Police technique judiciaire (PTJ), ou la DISIP, police politique dépendant du ministère de l'intérieur), et à l'occasion, au secteur de l'intelligence politique qui participe à la lutte anti-guérilla des années soixante. Le thème militaire devient tabou pour les milieux académiques et universitaires, et pour la très grande majorité de l'opinion publique. Le "secret militaire" justifie cette exclusion, même si d'autres sources d'information sur l'armée vénézuélienne sont désormais accessibles hors du pays. L'acceptation de civils aux cours du IAEDEN, Institut des hautes études de la défense nationale, n'était donc, dans cette perspective, qu'une opération de relations publiques, et ne portait nullement atteinte au monopole détenu par la hiérarchie militaire. En revanche, ces cours permettaient de familiariser la hiérarchie intermédiaire des colonels et capitaines de frégate avec le fonctionnement du système politique national, en prolongeant l'"apprentissage démocratique" (F. Jácome).

  • 18 Hernán Castillo, "El plan Colombia y las relaciones civiles militares venezolanas", Research and Ed (...)

37Troisième manifestation, beaucoup plus subtile, de la faiblesse de ce contrôle civil : le droit de veto implicite dont disposent les forces armées pour tout ce qui concerne les problèmes frontaliers et les questions de "limites" selon le terme consacré, et, plus largement toute question de politique extérieure qui concernerait les frontières nationales (en témoignent amplement les polémiques concernant la frontière avec la Colombie — incursions de la guérilla colombienne en territoire vénézuélien — ou la Guayana Esequibo). Le littoral caribéen constitue également une zone sensible, dont certaines limites, en particulier sous-marines, restent effectivement à définir. D'où une circulation de hauts fonctionnaires et plus encore de hauts fonctionnaires entre le ministère de la défense et celui des affaires étrangères. La mise en place du plan Colombie, sous l'égide des Etats-Unis, censé réduire le trafic de drogue de moitié en six ans — mais militarisant cette lutte, sans pour autant évoquer la question de la guérilla colombienne, pourtant implicite — crée un déséquilibre régional flagrant (notamment en ce qui concerne les forces aériennes) entre le Venezuela et la Colombie. Le président Chávez n'a accordé son appui que récemment à ce plan, lors du sommet de Carthagène (avril 2001), réunissant les chefs d'Etat du "Système andin de préférences". Aucune coordination militaire entre les deux pays n'est cependant prévue, alors même que les forces armées vénézuéliennes se trouvent engagées dans le Plan Bolívar 2000, version étendue des traditionnelles opérations d'action civique, et destinée à accorder également une priorité aux questions frontalières. Les risques de débordement de cette guerre interne à la Colombie sont signalés par les experts. Dernière conséquence envisageable : celle d'une militarisation de la vie politique vénézuélienne en réponse aux implications militaires manifestes de ce plan18.

  • 19 D. Irwin, "Balance ...", op. cit.; et : "Civil-military relations or military-civil relations: géné (...)

38Plus difficile à accepter pour le secteur militaire est le rôle bienveillant joué par l'exécutif ou le législatif en ce qui concerne le système de sécurité socio-économique de ce secteur malgré la récession enregistrée dans la fin des années 80 (niveaux des salaires, pensions, logement, santé, prestations sociales et autres privilèges comparables à ceux de certaines professions). A noter que ces privilèges sont dûment reconnus dans la Constitution de 1999 (titre VII). En revanche, les mécanismes de contrôle du budget militaire sont pour les civils extrêmement réduits. Ce contrôle n'est exercé en effet que par les organismes relevant directement des forces armées, malgré le rôle en principe dévolu dans ce domaine aux commissions de défense du Congrès, ou à la Contraloría General de la República (sorte de Cour des comptes). Les forces armées bénéficient par conséquent d'une véritable liberté d'action dans ce domaine. L'une des conséquences majeures de cette autonomie conférée au secteur militaire pour les questions liées à la sécurité et à la défense nationale est l'immunité qui lui est assurée en prévision de toute critique émanant du monde civil. Le contrôle civil n'est ainsi qu'apparence19.

39Ce sont précisément les faiblesses de ce contrôle civil et par conséquent de la démocratie, ainsi que les incertitudes de cette relation de pouvoir qui se trouvent dévoilées lors des insurrections militaires des 4 février et 27 novembre 1992. Les liens établis a posteriori avec les révoltes civiles de février 1989 l'ont été de manière artificielle et aucune source digne de foi ne permet actuellement de confirmer cette relation. La réaction des militaires, qui s'est manifestée, en particulier, par l'intermédiaire des "loges militaires insurrectionnelles", ou plus généralement, via des groupes de conspirateurs de ces années, a été la surprise. Les effets des deux tentatives de coup d'Etat survenues en 1992, et plus précisément de l'échec d'une partie du secteur militaire ont été décisifs. Remarquons aussi que les acteurs du 27-N, à la différence de ceux du 4-F, furent des officiers haut gradés, provenant pour l'essentiel de l'aviation, même s'ils obtinrent l'appui et la participation de représentants des autres forces. Dans cette tentative de soulèvement qui fut le fait du Mouvement dit du 5 juillet — et non du MBR-200, avec lequel il n'entretenait que des relations occasionnelles — s'illustrèrent notamment les contre amiraux Hernán Grúber Odreman, Cabrera Aguirre et le général Visconti Osorio. Là encore, la condamnation d'élites corrompues, aussi bien civiles que militaires (la politisation croissante du système d'avancement en est l'un des aspects), est l'une des caractéristiques de ce mouvement, qui met en valeur l'hétérogénéité des forces armées.

40Ces faits ont certes conduit à une tentative du pouvoir législatif de contrôler notamment le budget des forces armées, provoquant un malaise certain au sein de l'institution et des frictions entre les deux secteurs, civil et militaire. L'un des points de discussion portait ainsi sur l'intervention des forces armées dans le déroulement de la vie civile, dont la surveillance des élections. L'intervention croissante du secteur militaire, et, dans une très large mesure, la "militarisation" de la société vénézuélienne, n'en fut que plus marquée : le président Carlos Andrés Pérez en vint à désigner comme ministre des affaires étrangères un militaire à la retraite, Ochoa Antich. Pour la première fois depuis 1958, un militaire occupait cette charge. De même Rafael Caldera décida-t-il de choisir comme ministre des transports et des communications l'ancien ministre de la défense, Moisés Orozco Graterol, ceci dans le dessein avoué de mettre un terme à la corruption prévalant dans ce domaine. Le même mandataire recourut à des militaires lors de conflits avec les syndicats (contrôleurs aériens, personnel des hôpitaux publics ou des transports urbains) afin de remplacer provisoirement les travailleurs en grève.

41La Loi organique de sécurité et de défense (dont une première version avait été adoptée en 1976 avant d'être actualisée en 1999) invertit la relation de contrôle et de subordination du secteur militaire au pouvoir civil. Ce texte très controversé prévoit la militarisation des activités économiques en cas de grève. Cette interventionnisme militaire est d'ailleurs à l'origine du classement effectué par l'Agence fédérale d'aviation des Etats-Unis, laquelle se refusa à accorder une meilleure évaluation au Venezuela, la surveillance des lignes aériennes commerciales devant être assurée par des civils et non par des militaires (octobre 1997).

  • 20 D. Irwin, Relaciones civiles-militares en el siglo XX, op. cit., pp. 153-154. F. Jácome, Idem.

42Le secteur militaire, et en particulier la garde nationale et les officiers intermédiaires, reste cependant réticent à l'usage de la force lors de manifestations contre le gouvernement ou lors de violence sociale, sa participation nuisant très fortement à son image dans l'opinion publique et ne visant qu'à apporter une solution provisoire à des problèmes créés et gérés par les civils. Dans ce contexte, il est évident que deux évolutions conjointes s'étaient produites : d'une part l'identification de la hiérarchie avec les élites économiques et politiques, suivant les termes que nous avons examinés, et d'autre part celle des jeunes officiers, le plus souvent très bien formés, avec la masse d'une population aux conditions de vie de plus en plus dégradées20.

43La situation politique a, comme nous l'avons vu, évolué d'une manière extrêmement rapide, conduisant à la destitution du président Carlos Andrés Pérez moins d'une année plus tard, et à l'effondrement des partis politiques, en particulier AD et COPEI, et enfin au retour de Rafael Caldera, dirigeant d'envergure nationale, au prestige demeuré intact malgré la déconfiture des partis. Le MAS, jusqu'alors confiné dans l'opposition, accéda aux cabinets ministériels par l'intermédiaire de dirigeants politiques civils qui, dans les années 1960, avaient été impliqués dans des activités de guérilla (Teodoro Petkoff, Pompeyo Márquez). Le triomphe électoral de Hugo Chávez exprimerait dans ces conditions, moins l'appui populaire aux inspirateurs de la tentative de coup d'Etat de février 1992, que l'aspiration à un changement quant à la représentation politique et le rejet de politiques économiques néo-libérales.

La Constitution de 1999 : une nouvelle symbiose dans les relations civils-militaires?

44En ce qui concerne les relations civils-militaires, une période de transition s'est ouverte avec la refonte constitutionnelle. Le contrôle civil ne va guère au-delà de la symbiose militaire-civil et politico-militaire évoquée précédemment, et du jeu des apparences signalées plus haut, l'évolution politique de ces deux dernières années confirmant l'une des caractéristiques immuables de l'histoire nationale : tout changement requiert l'accord du secteur militaire, et ne peut, en tout état de cause, s'effectuer contre celui-ci. Ce qui, d'après les spécialistes de la question, ne constituerait pas un obstacle à la consolidation de ce contrôle civil en ce début de XXIe siècle. Au cours de ces dernières années, bien que s'appuyant sur le "nouveau professionnalisme militaire" inspiré des idées de sécurité nationale-développement, le secteur militaire s'est en effet érigé en orientateur, dans le domaine politique, du processus social vénézuélien.

  • 21 D. Irwin, Relaciones civiles-militares en el siglo XX, op. cit., pp. 153, 163, 169.

45En d'autres termes, et à la différence d'autres pays latino-américains — du cône sud notamment —, devant l'échec persistant des dirigeants des partis auparavant prédominants (AD, COPEI), il assure la "gestion politique" du pays. Une telle configuration est certes susceptible de provoquer de fortes tensions prétoriennes entre les officiers, selon des schémas déjà expérimentés, dans un contexte de politisation croissante du secteur militaire. Des décisions prises par le gouvernement de Hugo Chávez et le secteur militaire au pouvoir dans les années à venir dépend en grande partie le contrôle de ce "potentiel prétorien", présent dès les années soixante-dix au sein de la nouvelle génération de militaires professionnels, formée précisément après la déroute du "prétorianisme gouvernant"21.

46Deux interprétations sont toutefois présentées, quant à la nature des relations civils-militaires dans la Constitution bolivarienne de 1999. L'une consiste à voir précisément dans les transformations incorporées dans la nouvelle charte une confirmation de la relative indépendance et de l'autonomie du secteur militaire dans ses relations avec le pouvoir civil. En vertu de la Constitution, les forces armées accèdent à une autre citoyenneté, dans la mesure où le droit de vote est désormais accordé aux militaires.

47Si l'on considère le titre VII de la Constitution (pour la première fois, un titre est consacré au rôle des forces armées), on ne peut donc plus les qualifier d'institution sans implication politique, "apolitique, obéissante, non délibérante et subordonnée au pouvoir civil", comme tel était le cas précédemment, y compris aux termes du texte constitutionnel de 1953 (article 56) approuvé par le gouvernement militaire de Pérez Jiménez. Dans la Constitution de 1961, les questions relatives aux forces armées étaient regroupées sous le titre IV : "Du pouvoir public". Leurs fonctions et leur structure se trouvent désormais définies à l'article 328 de la nouvelle Constitution, significativement intitulé "Force armée nationale". Chacune des composantes des forces armées conserve un commandement spécifique, mais un commandement unifié est institué.

48Les officiers ont par ailleurs obtenu, et pour la première fois également, que les questions traitant de la sécurité nationale et les questions militaires qui en dérivent figurent dans la Constitution. Cette disposition contribue, dans une certaine mesure, à éluder plus sûrement le contrôle que les civils pourraient être appelés à exercer dans ce domaine. Cette question de l'incorporation du thème de la sécurité de la nation à la charte constitutionnelle est d'ailleurs l'une des plus controversées sur le continent latino-américain. Mais un fait est à signaler : l'article 326 de la Constitution de 1999 dispose que la sécurité de la nation est fondée sur la "responsabilité conjointe de l'Etat de la société". Faire des civils des responsables de la sécurité de la nation, dans des conditions comparables à celle des fonctionnaires publics élus ou nommés à de telles fonctions, constitue sans nul doute une manière novatrice d'interpréter les relations civils-militaires. Une partie de la responsabilité incombe dès lors à la société civile, sans que celle-ci dispose pour autant des moyens nécessaires à l'exercice de cette fonction à moins que la norme constitutionnelle ne soit interprétée de la manière suivante : le secteur militaire déterminant la politique de sécurité, les civils se chargeant de son exécution ou contribuant à cette réalisation. En ce sens, la relation est inversée, la subordination revenant aux civils.

49Le pouvoir civil a, d'autre part, perdu une partie de sa capacité de contrôle sur les fonctions dévolues à l'institution militaire : désormais, c'est l'exécutif — à savoir le président de la République en sa qualité de commandant en chef des forces armées — qui, seul, décide des promotions militaires sans avoir à solliciter préalablement l'autorisation du pouvoir législatif. Aux termes de la Constitution de 1961, le pouvoir exécutif, représenté par le président de la République assisté du commandant en chef des forces armées, approuvait en dernière instance les promotions des généraux et amiraux, et décidait des nominations des commandants de chaque force ou des commandos d'unités militaires. Le ministre de la défense était alors l'un des généraux de plus grande ancienneté et qualification. Le pouvoir législatif conserve certes une faculté de contrôle en ce qui concerne la formulation des lois et des textes qui régissent le fonctionnement des forces armées et, d'une manière plus large, concernent la sécurité de la nation. De même conserve-t-il son pouvoir de décision quant au budget militaire. Le contrôle des dépenses militaires est effectif, par l'intermédiaire de la Commission de la défense nationale du Congrès.

50Le secteur militaire parvient cependant à dépasser la fonction strictement militaire. Des responsabilités lui sont en effet conférées pour des questions internes ou relevant des politiques de développement national. Dans ce cadre, des pouvoirs certains sont concentrés à l'endroit de l'exécutif, dans la mesure où celui-ci décide des promotions militaires, au détriment du législatif, désormais dépourvu de ce type de faculté. Des privilèges comparables à ceux des hauts-fonctionnaires leur sont conférés : comme ces derniers, ils ne peuvent désormais être jugés sans intervention préalable du Tribunal de justice (article 266).

  • 22 Miguel Manrique, "Relaciones civiles militares en la Constitución bolivariana de 1999", Research an (...)

51Si l'on se situe en revanche dans la perspective des "facteurs de pouvoir réel" (pris en compte pour la première fois dans l'histoire constitutionnelle du Venezuela par la charte de 1961), la Constitution de 1999 se présente en revanche comme une somme de bonnes intentions sans lien véritable avec la réalité et les pouvoirs de fait dont les intérêts sont incorporés dans le texte constitutionnel. Ses principes sont en effet le résultat d'une confrontation d'intérêts politiques, idéologiques et économiques, et l'expression des intérêts d'une majorité, mais en aucun cas de la nation dans son ensemble. Une telle imprécision est susceptible de provoquer des tensions que les mécanismes consensuels ne peuvent totalement éliminer. Toujours dans cette perspective éminemment pratique, les relations civils-militaires s'inscrivent dans un processus de lutte entre des facteurs sociaux et politiques divergents si ce n'est opposés22. Les relations civils-militaires sont dès lors analysées dans la perspective civile comme un espace d'influence et de contrôle politique, et deviennent un enjeu aussi bien pour les partisans du projet gouvernemental que pour ses adversaires. Un détail significatif peut être relevé sur ce point dans la nouvelle Constitution : la surveillance, le commerce, la possession et l'usage des armes et autres munitions qui, dans la Constitution de 1961, incombaient au ministère de l'intérieur, reviennent désormais aux forces armées (article 324). Autre élément, qui va dans le sens d'une différenciation du secteur militaire : le régime de protection sociale conserve sa spécificité, une spécificité désormais garantie par la Constitution (article 328).

52La Constitution de 1999 réoriente par ailleurs les pratiques politiques. Compte tenu de l'autonomie et de l'indépendance reconnues aux forces armées, celles-ci peuvent désormais devenir l'un des acteurs du système politique — malgré la limitation conservée par l'article 326, interdisant un engagement ou une prise de décision politique, comme si l'institution n'était qu'une —, d'autant que l'affaiblissement du système des partis, l'inexistence de l'opposition et la présence encore insuffisamment affirmée d'autres organisations représentatives de la société civile a produit un déséquilibre favorable en ce sens au secteur militaire. Cette limitation à l'activité politique des membres de l'institution militaire entre bien évidemment en contradiction avec l'un des principaux changements introduits par la Constitution de 1999, le vote militaire.

53L'extension des fonctions dévolues aux forces armées à des domaines de politique intérieure et de développement, et la volonté du président de conférer à des cadres intermédiaires du secteur militaire des responsabilités dans le cadre du gouvernement et de l'administration publique, sans compter l'administration de ressources destinées à des œuvres d'intérêt social, font des forces armées la seule institution qui exerce un contrôle de fait sur l'Etat et serait à même de le faire dans le cas de la société civile. L'absence de médiation entre les plus hauts niveaux de l'Etat et la société civile, le "peuple souverain" a rendu possible une communication directe du président avec son électorat. Les forces armées peuvent, en ce sens, être appelées à jouer ce rôle, à l'instar d'une organisation politique. La désignation d'un civil au poste de ministre de la défense préserve cependant l'exercice du contrôle civil sur la structure militaire, et tend par conséquent à relativiser le processus de militarisation politique décrit par certains analystes.

54Un autre élément est, de toute évidence, à prendre en ligne de compte : le contexte international peu favorable à des solutions de type autoritaire, et par conséquent, la défense de systèmes démocratiques, au-delà de la répression du trafic de drogue et des guérillas, telle qu'elle a été impulsée par les Etats-Unis. Le rejet des solutions autoritaires se présente par conséquent comme un mécanisme de dissuasion à l'échelle internationale. F. Jácome rappelle à cet égard la signature, en septembre 1997, du "protocole de Washington" par les membres de l'OEA et la création du "Système latino-américain de sécurité" destiné à garantir l'existence d'une "zone de paix" à l'échelle régionale.

55L'élément clef dans la conjoncture actuelle consisterait, au vu des analyses les plus récentes, à utiliser à bon escient les hauts niveaux de compétitivité politique existants. Le renforcement du contrôle civil ne peut se faire sans une "catéchèse civile" qui s'appuierait sur les médias et le système éducatif. Or les changements structurels initiés dans la période 1989-1992 participent d'un processus — à long terme, et de caractère libéral — qui n'est pas encore achevé.

56Devant l'échec de la "partidocratie adeco-copeyana" et l'inconsistance de l'opposition gérée par les partis, il incombe en effet à la société civile de s'organiser rationnellement et démocratiquement, et à l'une de ses expressions, les médias, de maintenir une attitude critique face aux réalisations gouvernementales mais aussi face à de possibles abus du pouvoir. Au-delà du modèle théorique, la situation s'avère particulièrement intéressante dans la mesure où ces hauts niveaux de compétitivité peuvent se traduire par l'augmentation des niveaux de participation politique, sans pour autant occasionner des fractures dans la structure institutionnelle du système ou recourir à des solutions prétoriennes désactualisées.

57L'intervention récente du général Lucas Rincón Romero, qui, en l'absence du président Chávez — alors en voyage officiel en Europe, au Moyen-Orient et au Canada — et lui-même de retour d'une visite de travail à Cuba, ouvre cependant une brèche dans la façade institutionnelle et politique de la République bolivarienne : prenant le contrepied des déclarations faites par L. Miquilena et plus encore par le ministre de la défense J.V. Rangel à propos du terroriste Carlos (toujours emprisonné en France et "réclamé" en quelque sorte par H. Chávez), le haut gradé et inspecteur général des forces armées vénézuéliennes (le ministre de tutelle étant en effet un civil, il ne peut exercer cette responsabilité) réaffirme le caractère terrorriste des actions menées par ce dernier et la solidarité de son pays avec les Etats-Unis, solidarité que l'ambassadrice de ce pays à Caracas n'a pas manqué d'apprécier à sa juste valeur.

  • 23 D. Irwin, "Una visión histórica de conjunto sobre las relaciones políticas entre los civiles y los (...)

58Dans un contexte dominé par le rejet du terrorisme, ce discours diversement interprété mais d'une grande habileté — car éliminant les contradictions avec les positions défendues précédemment par le ministre de la défense — semble contribuer d'ore et déjà à restaurer la confiance dans les forces armées d'une part, et de ces dernières en elles-mêmes d'autre part. Dans un contexte international fragilisé mais aussi recomposé à la suite des attentats du 11 septembre aux Etats-Unis, il est manifestement des signes avant-coureurs non seulement de "contradictions" internes, mais aussi d'une nouvelle distribution des cartes, si ce n'est d'une redéfinition des alliances dans l'arène politique nationale. Un symbole avait précédé de peu cette pragmatique reprise en main et nouvelle étape de l'histoire politique nationale : la disparition, le 20 septembre, dans son exil doré madrilène, du dernier dictateur du Venezuela, Marcos Pérez Jiménez23.

Haut de page

Notes

1 Demetrio Boersner, "Por una posición de centro izquierda", Tal Cual, 11/05/2001.

2 D. Irwin, Relaciones civiles-militares en el siglo XX, Caracas, El Centauro ediciones, 2000, p. 101. A. Müller Rojas, Epoca de revolución en Venezuela, op. cit., pp. 122 et ss.

3 Domingo Irwin, "Balance y perspectivas de las relaciones civiles y militares en Venezuela", texte inédit; et Relaciones civiles-militares en el siglo XX, op. cit., pp. 17-22. Pour un aperçu de la gestion gouvernementale de ces présidents et des circonstances de la modernisation des forces armées, se reporter à notre ouvrage Histoire du Venezuela de la conquête à nos jours, Paris, L'Harmattan, 1999, chap. VI-VII. La plupart des réflexions présentées dans cet appendice s'appuient sur une synthèse de travaux récents, en particulier de ceux de Domingo Irwin.

4 D. Irwin, Relaciones civiles-militares en el siglo XX, op.cit., p. 51. Brian Loveman, Thomas Davis, M. (coord.), The Politics of Antipolitics: The Military in Latin America, Londres-Lincoln, Nebraska University Press, 1979.

5 Pour une vision d'ensemble de ces années, nous renvoyons à notre ouvrage, Histoire du Venezuela. D. Irwin, "Balance ...", op. cit.

6 D. Irwin, "Balance ...", op. cit., et "Sobre civiles y militares en la Venezuela de la segunda mitad del siglo XX: una síntesis histórica", texte encore inédit. Voir le témoignage récent de l'un des principaux acteurs — et bénéficiaires — à la fois de cette modernisation des forces armées et des antécédents du Mouvement bolivarien, W. Izarra, En busca de la revolución, op. cit. A. Garrido, Historia secreta de la revolución bolivariana, op. cit. Pablo Medina, Rebeliones, Caracas, Edition de l'auteur, 1999; et le chap. II de cet ouvrage.

7 Domingo Irwin, "Balance ...". Nordlinger, Eric, Soldiers in Politics: Military Coups and Governments, Engleewood Cliffs, New Jersey, Prentice Hall, 1977. Janowitz, Morris, Military Institutions and Coercion in Developing Nations, Chicago, University of Chicago Press, 1977.

8 Domingo Irwin, "Reflexiones sobre el caudillismo y el pretorianismo en Venezuela (1830-1910)", Tiempo y Espacio, Caracas, UPEL, 1985, n°4, pp. 71-91. Du même auteur : "Desde la desaparición de las huestes caudillescas del siglo XIX venezolano hasta el fracaso del protagonismo político visible del sector militar en la Venezuela del siglo XX; una síntesis interpretativa", Tiempo y Espacio, Caracas, Centro de Investigaciones Históricas “Mario Briceño Iragorry”- IUPC, 1999, n° 31-32, pp. 225-257. Et : "Una visión histórica de conjunto sobre las relaciones políticas entre los civiles y los militares venezolanos en el siglo XX", Research and Education in Defense and Security Studies Seminars, CHDS-NDU, Washington, mai 2001. Amos Perlmutter, The Military and Politics in Modern Times: on Professional, Praetorians and Revolutionary Soldiers, New Haven-Londres, Yale University Press, 1977.

9 Domingo G. Irwin, Relaciones civiles-militares en el siglo XX, Caracas, El Centauro ediciones, 2000, pp. 49-50. Du même auteur : "Una visión histórica de conjunto sobre las relaciones políticas entre los civiles y los militares venezolanos ... ", Idem.

10 Domingo G. Irwin, Relaciones civiles-militares en el siglo XX, Caracas, El Centauro ediciones, 2000, p. 50. Et : "Una visión histórica de conjunto sobre las relaciones políticas entre los civiles y los militares venezolanos ... ", Idem.

11 Domingo Irwin , "Usos y abusos del militarismo y el pretorianismo en la historia y en la política: Unos comentarios generales sobre como son empleados en la literatura política venezolana de la segunda mitad del siglo XX", communication présentée au colloque "Balance y perspectivas de las relaciones civiles y militares venezolanas en la segunda mitad del siglo XX", Caracas, Universidad Simón Bolívar, février 2001. Du même auteur : "Una visión histórica de conjunto sobre las relaciones políticas entre los civiles y los militares venezolanos ... ", Idem. Et : Relaciones civiles-militares en el siglo XX, Caracas, El Centauro ediciones, 2000. Bustamante, F., "Los paradigmas en el estudio del militarismo en América Latina", en L. Goodman, J. Mendelson et alter, Los militares y la democracia, Montevideo, Peitho Editores, 1997.Voir notamment Robert L. Gilmore, Caudillism and Militarism in Venezuela 1810-1910, Athens-Ohio, Ohio University Press, 1964; John Lynch, Caudillos in Spanish America, Oxford, Oxford University Press, 1992. Virgilio Tosta, El Caudillismo según once autores venezolanos, Caracas, Tipografía Garrido, 1964; Ramón J. Velásquez, La caída del liberalismo amarillo, Caracas, Cronotip, 1973; Inés Quintero, El ocaso de una estirpe, Caracas, Alfadil, 1989. Exemple de confusion entre militarisme et interventionnisme militaire, ce qui n'exclut pas que des analyses tout à fait valables mais portant sur d'autres questions figurent dans cet ouvrage : José Ramón Avendaño Lugo, El militarismo en Venezuela (la dictadura de Pérez Jiménez), Caracas, Centauro, 1982. La publication du ministère de la défense espagnol est la suivante : Centro Superior de la Defensa Nacional, Cuaderno de Estrategia, Madrid, 1992, n°48, Instituto Español de Estudios estratégicos (cité par D. Irwin).

12 D. Irwin, "Usos y abusos ..."; Daniel de Barandiarán, "Las fronteras nacionales en la era de las autocracias militares", Montalbán, Caracas, Universidad Católica Andrés Bello, 1999, n°32, pp. 309-356. R, Bañón, J.A. Olmedo, La institución militar en el Estado contemporáneo, Madrid, Alianza Universitaria, 1985. Samuel P. Huntington, "Relaciones civiles-militares", Enciclopedia Internacional de las ciencias sociales (David L. Skill, ed.), Madrid, Aguilar, 1976. Gene E Bigler, “The Armed Forces and Patters of Civil-Military Relations”… in John Martz y David J. Miers (eds.), Venezuela: The Democratic Experience, Nueva York, Praeger, 1977. W. Burggraff, The Venezuelan Armed Forces in Politics, 1935-1939, Columbia, Missouri, Missouri University Press, 1972. Humberto Njaim (ed.), El Sistema político Venezolano, Caracas, U.C.V -Instituto de Estudios Políticos, 1975. Francine Jácome, “Las Relaciones Cívico-Militares en Venezuela (1992-1997)”, in Rut Diamint (ed.), Control Civil y Fuerza Armada en las Democracias Latinoamericanas, Buenos Aires, Universidad Torcuato Di Tella-Nuevo Hacer, 1999.

13 F. Jácome, "las relaciones cívico-militares ...", idem.

14 Luis Esteban Rey, José Vicente Rangel et alter, Militares y Política (Una polémica inconclusa), Caracas, Ediciones Centauro, 1976. Jacobo Yépez Daza, “El Realismo Militar Venezolano”, in Moisés Naím, Ramón Piñango (eds.), El Caso Venezuela: Una Ilusión de Armonía. Caracas, IESA, 1984., Eduardo Carlos Schaposnik, La democratización de las Fuerzas Armadas Venezolanas, Caracas, Fundación Nacional Gonzalo Barrios-ILDIS, 1985.

15 José Machillanda Pinto, Poder político y poder militar en Venezuela, 1958-1986, Caracas, Centauro, 1988, 2eme. ed. José Antonio Gil Yépes, “El Encaje Político del Sector Militar, el caso de Venezuela” in Augusto Varas (coord.), La Autonomía Militar en América Latina, Caracas, Nueva Sociedad, 1988. S.E. Finer, The Man on Horseback: The Role of the Military in Politics, Londres, Pall Mall Press, 1962. Elsa Cardoso de Da Silva, “Militares y Política: propuestas para el estudio del caso venezolano”, in Carlos Juan Moneta (coord.) Civiles y Militares, Fuerzas Armadas y Transición Democrática, Santiago de Chile-Caracas, Nueva Sociedad, 1990. Alberto Müller Rojas, Relaciones peligrosas. Militares, política y Estado, Caracas, Fondo Editorial Tropykos/APUCV/Fundación Gual y España, 1992. Gisela Gómez Sucre, Dolores Cornett, “Civil-Military Relations in Venezuela”, in David R. Mares (ed.), Civil-Military Relations Building Democracy and Regional Security in Latin America, Souther Asia, and Central Europe, Boulder, Westview Press, 1998. Francine Jácome, “Las Relaciones Cívico-Militares en Venezuela (1992-1997)”, in Rut Diamint (ed.), Control Civil y Fuerza Armada en las Democracias Latinoamericanas, Buenos Aires, Universidad Torcuato Di Tella-Nuevo Hacer, 1999. Deborah Norden, “Research Reports and Notes: Democracy and Military Control in Venezuela, from subordination to insurrection”, Latin American Research Review, 1998, vol. 33, n°. 2, pp. 1143-1165. D. Irwin, "Balance ...", op. cit.

16 L'expression est "paradigme du contrôle civil" de D. Irwin, "Balance ...". Idem. Voir également, du même auteur : "Sobre civiles y militares en la Venezuela de la segunda mitad del siglo XX: una síntesis histórica", texte inédit, et Relaciones civiles-militares en el siglo XX, op. cit., pp. 53-54, 142 et ss. Samuel P. Huntington, Political Order in Changing Societies, New Heaven-Londres, Yale University Press, 1968.

17 D. Irwin, "Balance ...", op. cit. et Relaciones civiles-militares en el siglo XX, op. cit., pp. 97-99. F. Jácome, Idem. W. Izarra, En busca de la revolución, pp. 29 et ss.

18 Hernán Castillo, "El plan Colombia y las relaciones civiles militares venezolanas", Research and Education in Defense and Security Studies Seminars, CHDS-NDU, Washington, mai 2001. Vilma Petrash, "Venezuela's National Security Policy under the Chávez Regime: the Impact of Changed perceptions and Practices on Venezuelan Regional Dynamics", Research and Education in Defense and Security Studies Seminars, CHDS-NDU, Washington, mai 2001.

19 D. Irwin, "Balance ...", op. cit.; et : "Civil-military relations or military-civil relations: général comments on a south american country", Third Annual Society for Military and Strategic Studies Conferences, Alberta, University of Calgary, february 2001.

Peter Feaver, “Civil-Military Relations”, Annual Review of Political Sciences, 1999, Vol. 2, pp. 211-241. Brian Loveman, For La Patria. Politics and the Armed Forces in Latin America, Wilmington, E.R. Books, 1999. Elsa Cardoso de Da Silva, “Militares y Política: propuestas para el estudio del caso venezolano”, in Carlos Juan Moneta (coord.), Civiles y Militares, Fuerzas Armadas y Transición Democrática, Santiago de Chile-Caracas, Nueva Sociedad, 1990. José Antonio Gil Yepes, Seguridad y desarrollo: el problema de la coordinación entre sectores, Caracas, Oficina Central de Información, 1983; du même auteur : “El Encaje Político del Sector Militar, el caso de Venezuela”, in Augusto Varas (coord.), La Autonomía Militar en América Latina, Caracas, Nueva Sociedad, 1988.

20 D. Irwin, Relaciones civiles-militares en el siglo XX, op. cit., pp. 153-154. F. Jácome, Idem.

21 D. Irwin, Relaciones civiles-militares en el siglo XX, op. cit., pp. 153, 163, 169.

22 Miguel Manrique, "Relaciones civiles militares en la Constitución bolivariana de 1999", Research and Education in Defense and Security Studies, CHDS-NDU, Washington, may 2001.

23 D. Irwin, "Una visión histórica de conjunto sobre las relaciones políticas entre los civiles y los militares ...", Idem. "Venezuela en encrucijada política difícil", El Nuevo Herald, 17/09/2001 (Venezuela Analítica). Elsa Cardozo, "Chávez perdió la esperanza de liderar la revolución mundial", El Nacional, 11/10/2001. R. Cardona Marrero, "Rincón Romero opinó sobre El Chacal y la lucha antiterrorista: la FAN es aliada de Estados Unidos", El Universal, 18/10/20111. Dubraska Romero, "Una voz solitaria en la FAN", Tal Cual, 19/10/2001, et "Rangel no renuncia, por ahora. Analistas militares coinciden en que el presidente Chávez intenta que el ministro se decida a renunciar", 23/10/2001; et éditoriaux des 22 et 23/10/2001. Fernando Ochoa Antich, "Contradicciones y más contradicciones", El Universal, 20/10/2001. Armando Frontero, "Militares venezolanos se alejan de Chávez", Venezuela Analítica, 24/10/2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Langue, « Les relations civils-militaires dans l’histoire récente du Venezuela. Une historiographie en perspective  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 09 février 2005, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/657 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.657

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page