Skip to navigation – Site map
Workshops | 2013
L´usage des imprimés. Réception et diffusion des savoirs issus d'Amérique (XVI-XVIIe siècles) – Coord. Géraldine Méret
Gimena Fernández

Histoire de la première imprimerie de Lima et d'un manuscrit redécouvert, El primer nueva corónica y buen gobierno de Felipe Guaman Poma de Ayala

[13/10/2013]

Abstracts

The first printing press moved to Peru in the late sixteenth century, on the occasion of the edition, in 1584, of the Doctrina Christiana there Cathecismo para la instrucción de los Indios, the first trilingual catechism in Spanish, Quechua and Aymara by the Italian typographer Ricardo. Until then, everything arriving to the colonies came from Spain and was published under the control of the Crown and the Church. The circulation of knowledge was entrusted to various religious orders that were intended for the evangelization of the indigenous populations. The first printed materials were catechisms, confessionals, vocabularies and dictionaries. Chronicles and relaciones continued to be printed in Europe under strict censorship laws till the first half of the seventeenth century. All manuscripts had to obtain a license issued by the Council of the Indies, and therefore, having been presented to the colonial authorities in Lima, were to be sent to the old continent. On the way to Europe, some manuscripts were lost. This is the case of El primer nueva Coronica y buen gobierno by Felipe Guaman Poma de Ayala, found three centuries after it was written on the other side of the ocean, in Denmark, among the treasures of the Royal Library of Copenhagen.

Top of page

Full text

1La conquête de ce qu’aujourd’hui nous appelons le Pérou a été marquée en 1532 à Cajamarca par un acte symbolique : le rejet de la part de l’Inca Atahualpa devant les conquérants espagnols et un curé dominicain du premier imprimé, du livre par excellence, c’est-à-dire la Bible. Cette scène emblématique, dans laquelle nous retrouvons tous les protagonistes d’une nouvelle histoire, montre le manque de compréhension et de communication à la base entre les Européens et les Américains, voire à cause de langues ou de stratégies sémiotiques différentes. Elle nous donne également l’idée de l’impact que l’introduction du livre et de l’écriture a eu sur les habitants du Nouveau Monde. Mais elle nous introduit surtout à ce qui sera le principal usage des imprimés au XVIe siècle en Amérique Latine, soit servir à l’évangélisation.

2Suite à la conquête et aux débuts de la colonisation, l’Amérique espagnole se composait de deux vice-royaumes, celui de Nueva España (comprenant une grande partie de l’Amérique septentrionale et centrale ainsi que ses îles) et le Virreinato del Perú (comprenant l’Amérique méridionale à l’exception du Brésil). En même temps, arrivèrent les missions avec leurs missionnaires pourvus de bibles, confessionnaux, vocabulaires ecclésiastiques et d’autres livres de philosophie morale et d’apologétique chrétienne écrits en espagnol et en latin. Tout ce qui arrivait aux colonies au cours de la première partie du XVIe siècle s’imprimait en Espagne sous la sévère surveillance des autorités de la Couronne et de l’Église. Il en allait de même pour toutes les informations issues des Amériques.

  • 1 Cf. Leonard, Irving A., Books of the Brave, University of California Press, Berkley, 1992 [1949].

3L’invention de l’imprimerie a transformé et changé radicalement les techniques de communication du Moyen Âge, mettant en alerte le pouvoir sur le danger qu’impliquait la diffusion indistincte des informations. C’est donc suite à la bulle papale de 1487, qui interdisait la publication des livres non autorisés, que les Rois Catholiques dictèrent, en 1502, une Pragmática (loi royale espagnole) qui se pose comme la première loi régulatrice du droit d’impression, c’est-à-dire la censure, et qui sera institutionnalisée en 1542 avec la création de l’Inquisition romaine (Sacrée Congrégation de l'Inquisition romaine et universelle) et la publication en 1559 de l’Index librorum prohibitorum. Entre-temps, en 1558, Philippe II, le nouveau roi d’Espagne, publie une nouvelle Pragmatica Sanción intitulée Nueva orden que ha de observarse en la impresión de libros y diligencias, que deben practicar los libreros y las Justicias, qui donna main libre aux inspections des « libraires, des particuliers suspects, des universités et des monastères » et un rôle décisif à l’Inquisition dans l’administration des normes d’impression. C’était ce contrôle exercé directement par les autorités espagnoles et cette censure – qui pouvaient cependant être parfois déjoués comme le montre Leonard dans son ouvrage, en se fondant sur les listes des livres embarqués vers le continent américain1 – qui ont fait que pendant des décennies la Couronne a empêché qu’une imprimerie ne s’installe dans ses terres d’outre mer. Pendant la période coloniale, la circulation de l’information et des savoirs vers et issus des Amériques fut donc difficile, à la fois à cause de la lenteur à parvenir d’un côté et l’autre de l’océan par bateau, ce qui représentait plusieurs mois, et du fait du manque de moyens à disposition in situ pour leur diffusion.

4Les premières informations à débarquer en Espagne arrivèrent sous forme de récits, lettres, pétitions, rapports aux autorités, etc. Chaque jour, à Séville, s’imprimaient les Relaciones de Sucesos pour un public curieux. Mais il s’agissait d’un type d’information porté par les marins et les voyageurs, tandis que l’information « officielle » arrivait directement aux palais royaux qui recevaient ainsi une multitude de rapports écrits par les autorités de la colonie. La Casa de Contratación de Séville, fondée en 1503, gardait beaucoup de cette documentation qui ensuite, à partir de 1785, est passée à faire partie des fonds des Archives des Indes. Elle était l’organisme qui réglait le commerce et la navigation avec l’Amérique. Chargés du contrôle du trafic maritime dans les deux directions, ses officiels devaient inspecter les bateaux et enregistrer tout ce qui partait vers le Nouveau monde ou qui en provenait.

5Dans les deux décennies successives à la conquête, les ordres religieux créèrent les premiers centres d’études supérieures. Au Pérou, c’était le cas de l’université de San Marcos, fondée en 1551 par le dominicain Fray Tomás de San Martín, et du collège de San Pablo, fondé en 1568 par les jésuites. Comme pour le Mexique auparavant, ce fut l'Eglise qui souligna l’urgence d’établir une imprimerie afin de satisfaire les inquiétudes des spécialistes et pour s’en servir en tant qu’outil pour la propagation de la foi. C’est ainsi que les premières imprimeries s’installèrent sur le continent américain, en 1539 en Nueva España et en 1584 dans le Virreinato del Perú.

6Ce fut l’Italien Antonio Ricardo qui arriva le premier à Lima en 1581 après plusieurs péripéties, avec le soutien des jésuites. Il était originaire de Turin et avait commencé son activité de typographe à Venise, pour ensuite passer par Lyon et s’installer en Espagne vers 1560, à Medina del Campo, dans la province de Valladolid. Là, il travailla pour la famille del Canto. En 1569 il quitta l’Europe pour le Mexique et devint le typographe de Pierre Ocharte, avec qui travaillera jusqu’à 1577, avant de s'installer à son propre compte et de commencer sa collaboration avec la Compagnie de Jésus. Pendant cette période, il imprimera des textes religieux et des ouvrages de la culture espagnole de l’époque. Suite à des problèmes financiers, il décide de quitter le Mexique pour s’installer définitivement au Pérou, en demandant l’autorisation d’amener avec lui ses deux assistants, Pedro Pareja et Gaspar de Almazán. Mais il ne put pas exercer son activité de typographe tout de suite à cause des prohibitions de la Couronne imposées par le roi Felipe II dans le but d’éviter la diffusion de doctrines dangereuses pour la foi et le trône. Son matériel fut retenu par les autorités de la colonie et gardé par les jésuites. Ce sera le IIIe Concilio Provincial, sous requête de l’archevêque Toribio de Mogrovejo et célébré à Lima entre 1582 et 1583, qui favorisa le travail du typographe italien pour l’édition de la Doctrina Christiana y Cathecismo para la instrucción de los Indios, premier catéchisme trilingue en castillan, quechua et aymara. Bien que prête dès la fin de 1583, cette édition devra attendre les autorisations de la Couronne pour être imprimée en 1584, après l’édition de la Pragmática sobre los diez días del año, portant sur la correction du calendrier grégorien. Avec ces deux imprimés, Antonio Ricardo devint le premier imprimeur de l’Amérique méridionale et demeura le seul à Lima jusqu’à sa mort, survenue en 1606. Son successeur fut Francisco del Canto, membre de la même famille pour laquelle le typographe italien avait travaillé à Medina del Campo, en Espagne. Entre 1584 et 1605 Ricardo a réussi à imprimer une quarantaine de manuscrits.

7La circulation des savoirs était confiée à l’époque aux différents ordres religieux. Grâce à leurs bibliothèques bien fournies, l’Universidad de San Marcos et le Colegio de San Pablo devinrent les principaux centres de diffusion des savoirs et de la culture lettrée.

8Les premiers imprimés ont été des catéchismes, des confessionnaux, des vocabulaires et des dictionnaires, ainsi que tout type d’ouvrage utile à l’endoctrinement des indigènes et à l’apprentissage des langues locales de la part des religieux. Il faut remarquer, ici, l’importance des images dans le cadre de l’œuvre missionnaire. De ce fait, dans plusieurs de ces publications, on trouve des gravures à sujet religieux, païen (limités à leur fonction décorative) et héraldique en suivant la technique d’entaillé en bois utilisée au cours du XVe siècle en France, en Allemagne et aux Pays-Bas. À part la Doctrina Christiana, on peut citer les ouvrages suivants : Arte y Vocabulario du jésuite Diego Torres Rubio, imprimé en 1586 ; Preceptos de Gramática, du frère augustinien Julián Martell, publié en 1594, et le Symbolo Catholico Indiano du frère franciscain Jerónimo de Oré, publié en 1598 .

9D’un autre genre mais qui présentent également des gravures, sont le Libro General de las Reducciones de Plata y Oro (1597) de Juan de Belveder, sur les qualités, poids et mesures de ces deux métaux précieux, et la première partie de Arauco Domado (1596) de Pedro de Oña, sous requête du vice-roi García Hurtado de Mendoza en réponse à l’ouvrage La Araucana de Alonso de Ercilla, publiée à Madrid en 1569. Cet ouvrage, où apparait pour la première fois un portrait gravé, avait l’intention de mettre en avant le courage de l’ex-gouverneur du Chili lors des campagnes militaires contre les indigènes, dont Ercilla avait déjà vanté la bravoure. Le fait d’avoir imprimé ce texte causa à Ricardo de sérieux problèmes avec l’Inquisition, si bien qu'il dut se réfugier auprès des franciscains l’année de sa publication .

  • 2 Après le vice-roi, l’administrateur détenant le plus de pouvoir dans la colonie

10D’autres imprimés concernant des sujets non liés à l’Eglise, sont le Arancel de Alcabalas (impôts à payer à la Couronne) du même vice-roi, García Huratdo de Mendoza, et ses Ordenanzas afin de régler les abus des corregidores2 contre les indigènes, publiés tous les deux en 1592. Le Memorial de Pedro Arana portant sur la rébellion de Quito suite à l’augmentation des impôts publiée dans l’ Arancel de 1592, date de 1594 .

11Par contre, à l’exception de la Relación de Pedro Balaguer de Salcedo sur les événements qui portèrent à la défaite et capture du corsaire anglais Richard Hawkins, publiée par Antonio Ricardo en 1594, les relations et les chroniques continuèrent à se publier en Europe, notamment en Espagne et aux Pays-Bas, jusqu’à la première moitié du XVII siècle. À la période entre 1532 et 1535 correspondent les récits de la découverte et la conquête ; entre 1538 et 1550 on a des nouvelles par rapport aux guerres civiles entre les conquistadores ; c’est à partir de 1550 que les chroniques informent des thématiques les plus variées concernant le Nouveau Monde en général.

12Le but des premières chroniques était d’informer les autorités de la Couronne - qui pouvaient être le roi lui-même - sur ce qui se passait dans les terres d’outre-mer. Parmi les premières à être publiées, on peut citer la Relación de la conquista del Perú llamada la Nueva Castilla, publiée de manière anonyme en 1534 et puis attribuée à Cristobal de Mena, suivie, la même année, par une autre version de la conquête de Francisco de Jérez, secrétaire de Francisco Pizarro, intitulée Verdadera relación de la conquista del Perú y provincia del Cuzco, llamada la Nueva Castilla. On a la Relación de varios sucesos del tiempo de los Pizzarros, Almagros, Gasca y otros de Pedro de Salma, imprimée à Séville entre 1549 et 1550. À la même période appartient la chronique qui a été à l’origine d’un grand débat philosophique, théologique et juridique sur la légitimation ou pas de la conquête et qui a inspiré les fameuses illustrations de Théodore de Bry en donnant lieu à cette qu’on appelle la « leyenda negra ». Il s’agit de la Brevísima relación de la destrucción de las Indias de Bartolomé de las Casas, publiée à Séville en 1552. D’une part, l’impact généré par son contenu est sans doute emblématique d’un véritable problème de conscience qui se pose en Europe. D’autre part, en Amérique, cet ouvrage a inspiré plusieurs auteurs, religieux ou non, à dénoncer les abus et les erreurs commis par les officiels de la Couronne. Il a constitué également un outil important aux mains des adversaires de l’Espagne pour l’attaquer au niveau juridique et politique.

13Finalement, on peut citer la Primera y segunda parte de la Historia General de las Indias de Francisco Lopez de Gómara (Zaragoza, 1552) et Parte Primera de la Crónica del Perú (Séville, 1553) de Cieza de León (la deuxième partie ne sera éditée qu’en 1880, après la troisième partie qui date de 1877).

14En général, on peut classer les informations issues des Amériques et dirigées vers l’Espagne en deux catégories : celles envoyées à la cour par les administrateurs de la colonie et qui n'étaient pas diffusées publiquement ; et celles mises à connaissance du public à travers l’édition et la mise en vente après avoir été approuvées par l’Inquisition et les autorités espagnoles.

15Afin d’éviter la censure et d’être publié, tout manuscrit devait suivre certaines normes et obtenir une licence de publication du Conseil des Indes. Il fallait le faire passer par Lima et le présenter aux autorités coloniales chargées de l’envoyer en Espagne. Dans ce long chemin et à travers les couloirs de la cour, quelques manuscrits ont été perdus. Parmi eux, on trouve El primer nueva corónica y buen gobierno du chroniqueur andin Felipe Guaman Poma de Ayala. Sa disparition et sa redécouverte trois siècles après, de l’autre côté de l’océan, au Danemark, sont tout à fait mystérieuses. Le destin de cette œuvre est en effet particulièrement étrange, ne serait-ce que par le fait qu’elle a survécu, quand les dénonciations qu’elle contenait, exprimées tant par le texte que par ses images et qui pointaient les abus des fonctionnaires de la Couronne dans les Indes auraient pu la condamner à la disparition.

16Le texte a la prétention d’être une lettre écrite au roi d’Espagne Felipe III.  Guamán Poma s’adresse au roi pour lui signaler l’état dans lequel se trouvaient les Indes et pour qu’il intervînt en tant que juge en rétablissant la justice en faveur de son peuple. Pour cela, il lui propose un plan de réforme sociale afin d’éviter les abus, dans le respect des lois. Il cherche à trouver une sorte de médiation entre les deux systèmes administratifs, le système inca et le colonial, et deux cultures, la culture andine et l’européenne.

17El primer nueva corónica y buen gobierno se compose de 1189 pages, dont 399 dessins réalisés par Guamán Poma lui-même. De façon générale, on peut diviser l’œuvre en deux parties. Dans une première partie, l’auteur andin narre l’histoire pré-incaïque et incaïque et établit en même temps des parallèles chronologiques avec les faits qui à chaque époque ont eu lieu en Europe. Dans une deuxième partie, qui commence à partir du folio 436, il dénonce de manière explicite la violence destructrice des Espagnols et propose une solution politique afin de remédier aux dommages causés par la conquête et ses conséquences.

18La première partie constitue la prémisse et l'explication pour comprendre le pourquoi de la seconde partie et le projet politique tel qu’il est articulé. C’est la justice et le gouvernement des Incas, l’éthique de ce monde perdu exposé in primis par l’auteur qu’il veut intégrer pour améliorer le système de la nouvelle réalité coloniale qu’il dénonce dans la deuxième partie de l’œuvre.

19En tant que lettre au roi, l'œuvre se présente comme une sorte d’ « essai politique » qui transforme en projet la culture de l’auteur et qui demande un nouveau gouvernement pour le monde.

20En tant que chronique, elle nous offre une description détaillée des deux sociétés, la société andine et la coloniale, dans l'admiration et l'idéalisation de la première et dans la dénonciation des failles de la seconde.

21Finalement, en tant que traité de « bon gouvernement », elle se propose comme le programme des alternatives à la situation actuelle pour une nouvelle articulation politique qui permette un changement social.

22Tout ceci nous mène à nous poser une série de questions, et tout d’abord : à qui Guaman Poma a-t-il remis son manuscrit et par quelles mains est-il passé ?

23Redécouvert en 1908, par Richard Pietchsmann, directeur, à l’époque, de la bibliothèque de Göttingen et chercheur allemand, parmi les trésors de la Bibliothèque Royale de Copenhague, ce manuscrit n’a cependant été publié qu’en 1936, grâce à Paul Rivet et à l’Institut d’Ethnologie de Paris. Après plusieurs éditions (París, Oruro (Bolivia), Ciudad de México, Caracas, Madrid, Lima), l’œuvre ne connaît une diffusion d’ampleur qu’à partir de 2001, suite à sa digitalisation menée par la bibliothèque-même.

24La façon dont le manuscrit est arrivé au Danemark n’est pas encore très claire. Pendant le XVII siècle ce pays comptait de grands collectionneurs de textes et documents hispaniques. Les dernières recherches de Rolena Adorno, spécialiste de Guaman Poma, et d’Ivan Boserup, chef du département de Manuscrits et Livres Rares de la Bibliothèque Royale, nous mènent à penser que le manuscrit aurait y pu arriver moins d’un siècle après sa rédaction. Ce qui est sûr, c’est qu'il apparaît dans le Catalogus manuscriptorum Bibliothecae Regiae scriptus et ordinatus annis 1784-1786, préparé sous la supervision de Jón Erichsen, bibliothécaire entre 1781 et 1787, sous la catégorie « histoire espagnole et portugaise récente », donnant ainsi à la Nueva corónica sa première classification thématique. Cependant, cette catégorie comprenait toute une collection d’ouvrages de caractère assez hétérogène : œuvres historiques, politiques, à caractère juridique et économique et aussi des chroniques.

25D’autres recherches, menées par l’historien danois Harald Ilsøe, ancien bibliothécaire et chercheur, nous donnent la date la plus récente à laquelle le manuscrit apparaît enregistré dans un autre catalogue, identifié comme « E20 » dans les archives de la Bibliothèque Royale et qui correspond à l’année 1729. Cette nouvelle date renforce l’idée que le manuscrit est arrivée à Copenhague au cours du siècle précédent. Il figure sous l’entrée : « Un manuscrit espagnol in quarto avec beaucoup d’illustrations. Le titre est El primer nueva corónica, y buen gobierno por D. Filippe Guaman poma de Aiala ». Il se trouve sous le n°46 au sein d’une liste figurant des ouvrages dont les thématiques sont les plus variées et à proximité d’autres qui, selon Ilsøe, rendent probable son achat sous le royaume de Frederick III (1648-1670), soit avant 1663. En fait, il n’y a pas de trace de la Nueva corónica dans la liste des acquisitions (appelée « E8 ») qui correspond à la période 1663-1671. Parmi ces ouvrages, on trouve un éloge au même roi de Danemark.

26Ceci nous mène à suivre avec plus de conviction la piste lancée en 1948 par l’historien péruvien Raúl Porras Barrenechea, indiquant Cornelius Lerche (1615-1681) comme le possible donateur du manuscrit. Il a été à deux reprises ambassadeur danois en Espagne, une première fois entre 1650 et 1655 et une deuxième fois entre 1658 et 1662. Nous ne disposons pas de preuves certaines, mais nous sommes également orientés dans cette direction.

27En fouillant dans les archives de la bibliothèque, Ilsøe a découvert qu’à l’exception des acquisitions provenant des collections Coyet et Reitzer, toutes les autres faites pendant le royaume successif de Frederick IV (1699-1730) apparaissent enregistrées ensemble dans le catalogue E20, cent pages avant la Nueva corónica. En ressemblant les données dérivant de ce catalogue et de la liste « E8 », Ilsøe en déduit que le manuscrit a été acquis avant 1700 sous le royaume de Frederick III, en 1663 au plus tard. Ceci porte Ilsøe à écarter la possibilité que le manuscrit ait pu arriver de la main de l’ambassadeur qui a suivi Lerche, soit Jørgen Reedtz, pour la période 1671-1680. Il n’est pas non plus possible que la Nueva corónica ait fait partie de la bibliothèque de Laurids Ulfeldt (1605-1659), contenant 163 imprimés espagnols, mais pas de manuscrits. Toutefois, la possibilité reste ouverte qu’il ait appartenu à Joachim Gersdorff (1611-1661), dont la bibliothèque a été acquise en 1661. Pour cette bibliothèque, on ne compte de catalogue que pour les imprimés. Dernière supposition de Ilsøe, c’est le fait que le manuscrit fût un cadeau que Lerche fit à Frederick III vers la fin de 1662, suite à l’obtention, en 1660, d’un titre nobiliaire. En tout cas, Gersdorff avait acquis des livres espagnols à travers l’ambassadeur danois, ce qui nous mène à penser que le manuscrit est passé effectivement par les mains de Lerche.

28En effet, il possédait à l’époque la collection la plus importante qui soit jamais arrivée au Danemark, dont certains manuscrits en langue indigène – ce qui montrerait son intérêt vers les sociétés de l’Amérique préhispanique – et d’autres ayant appartenu au Comte-Duc de Olivares. Ce personnage est important en tant que mécène de Vélazquez et propriétaire d’une bibliothèque de grande valeur. Don Gaspar de Guzmán y Pimentel Ribera y Velasco de Tovar, connu comme le Comte-Duc de Olivares, a été le favorito du roi d’Espagne Felipe IV - c’est-à-dire la personne la plus proche au roi et celle de plus grande confiance - et homme politique remarquable pendant son règne. Sa présence à la cour datait de longtemps. En 1604, son père, Enrique de Guzmán, avait été nommé conseiller d’Etat par le roi Felipe III (1621-1665), ce qui l’a mené à déménager dans le palais royal et à hériter plus tard, en 1607, à la mort de son père, le majorat. C’est l’année aussi de son mariage avec sa cousine, Inés de Zuñiga y Velasco, fille de Gaspar de Zuñiga y Acevedo, compte de Monterrey et vice-roi du Pérou entre 1604 et 1606. Les mariages entre proches parents étaient stratégiques et faisaient partie de la politique des alliances matrimoniales de l’époque. En fait, à travers ce mariage, le Comte-Duc de Olivares avait l’intention d’être investi du titre de Grande de España, le plus grand titre de la noblesse espagnole. Suite à son échec, il se retira de la cour pour y faire retour en 1615 convoqué par le nouveau roi d’Espagne Felipe IV. Il y restera jusqu’en 1643, quand il sera condamné à l’exil suite aux événements politiques. Suite à sa mort, survenue à Toro en 1645, le roi Felipe IV récupérera sa précieuse bibliothèque qui comptait plus de 1000 manuscrits. C’était en 1646. Felipe IV meurt en 1665.

29Pour sa part, Herald Ilsøe nous informe qu’au moins six des quarante-six manuscrits espagnols et italiens qui figurent dans la liste de vente aux enchères de 1682 de la bibliothèque personnelle de Lerche appartenaient à la bibliothèque du Comte-Duc de Olivares. Il est intéressant de constater que, dans le catalogue de Erichsen daté de 1784-86 (catalogue « E20 »), son nom apparait dans les documents qui se trouvent placés à côté de la Nueva corónica, qu'il soit le sujet, le propriétaire ou le destinataire. En conclusion et selon son avis, très probablement Lerche acquit le manuscrit en Espagne entre 1650 et 1662. Reste alors la question de savoir ce qui s’est passé entre 1616, date de la fin de sa rédaction par Guaman Poma au Pérou, et 1650, quand il se trouve désormais en Espagne : comment et quand est-il débarqué dans le vieux continent ?

30Avant d’avancer notre idée à ce propos, on donnera les derniers éléments pour mieux faire des considérations. Grâce à ses recherches, Herald Ilsøe a également découvert que El primer nueva corónica y buen gobierno avait bien été repéré plus d’un siècle avant sa découverte « officielle » par Richard Pietschmann en 1908. Daniel Gotthilf Moldenhawer, directeur de la Bibliothèque Royale entre 1788 et 1823, spécialiste de la langue espagnole et intéressé par cette culture, non seulement trouva le manuscrit, mais il a surtout reconnu sa valeur potentielle et pensé à sa publication, au moins d’une partie. Le projet qui inclut la publication d’ « information et exemples dérivant d’une chronique du Pérou qui contient l’histoire des Incas et la conquête de son royaume, pourvue d’une description des affaires domestiques illustrée par des dessins », date de 1809. D’auprès d’autres études de Rolena Adorno et Mercedes Lopez-Baralt, tout suggère que El primer nueva corónica y buen gobierno suit les codes de l'époque pour la publication. Le même Guaman Poma déclare dans son œuvre l’intention de publier son manuscrit pour la Couronne et la Papauté et pour qu'il reste comme « mémoire du monde ». En étudiant de près le manuscrit, Adorno montre que cette intention se manifeste dans la pagination, dans les répétition des en-têtes et les titres pour les dessins, ainsi que dans les mots à pie de page qui seront repris dans l’en-tête de la page suivante. Le calcul des feuilles par plis correspond aux conventions utilisées dans la pagination moderne et non à la numérotation traditionnelle de l’époque.

31En 1802, un fonctionnaire allemand, August Hennings, visite la bibliothèque en laissant une trace dans son journal dont des extraits ont été publiés en 1934. Il cite la Nueva corónica et, à propos de Moldenhawer, il nous livre une confession : l’ancien directeur estimait que ce manuscrit, avec d’autres provenant de l’Espagne et aujourd’hui gardés dans la Bibliothèque Royale, avait été « acheté d’une bibliothèque laissée par un ambassadeur espagnol, un homme cultivé qui est mort à Copenhague ». Comme bien le remarque Rolena Adorno, on ne sait pas si l’ancien directeur pensait à un diplomate espagnol ou danois.

32Malgré cette découverte beaucoup plus tôt que celle de Pietschmann, probablement la seule activité sous laquelle le manuscrit est passé a été celle d’être relié à nouveau entre 1823 et 1861. Selon Adorno, ce pourrait être l’indice qu’il y avait une intention de publier au moins quelques sections de l’œuvre. Après cette tentative, le manuscrit est retombé dans le silence des étagères de la bibliothèque jusqu’à sa redécouverte.

33Ce sont deux documents encore qui nous guident dans l’avancement de notre hypothèse. La lettre que Guaman Poma avait écrit au roi Felipe III pour lui annoncer la fin de la rédaction de la Nueva corónica, datée du 14 février 1615 et retrouvée par l’historien péruvien Lohmann Villena en 1945 dans les Archives des Indes à Séville ; et le Memorial de las historias del Nuevo Mundo (1630) du frère franciscain Buenaventura Salinas y Córdova.

34La première nous intéresse par rapport aux dates de la probable arrivée de la Nueva corónica à Lima et sa remise à la cour vice-royal. Or, c’est à partir de là que le mystère de sa disparition démarre, en considérant les derniers mots effacés de sa dernière page (on ne sait pas si le manuscrit a été remis à une seule ou plusieurs personnes) et le manque du nom du fonctionnaire qui l’a reçue. De plus, à notre avis, la façon dont Guaman Poma nomme Luis de Velasco y Castilla, vice-roi du Pérou entre 1596 et 1604 est importante. Il l’appelle de « marquis de Salinas » et président du Conseil des Indes et l’indique au roi en tant que personne capable de fournir des références sur son compte par connaissance directe. Or, l’ex vice-roi n’avait été nommé marquis que le 18 juillet 1609, c’est-à-dire après la conclusion de son mandat au Pérou lorsqu’il était vice-roi de la Nueva España. Il deviendra le président du Conseil des Indes en 1611 à son retour en Espagne et en sera chargé jusqu’en 1617, soit après que Guaman Poma ait fini de rédiger sa Nueva corónica.

35Le successeur de Velasco est le vice-roi Gaspar de Zuñiga y Acevedo, comte de Monterrey, le même qui a été le beau-père du Comte-Duc de Olivares, ainsi que le beau-fils de Iñigo Fernández de Velasco, VIIIe condestable de Castilla, au commandement suprême de l’armée et le plus grand représentant du roi en son absence. Par contre, il n’a pas réussi à faire retour en Espagne car sa mort est survenue au Pérou. Une remarque : son cadet, Baltasar de Zuñiga y Velasco, a été le président du Conseil d’Etat sous le royaume de Felipe II et avait été appelé à nouveau par son successeur Felipe III en 1617 pour s’occuper du jeune et futur régnant Felipe IV d’Espagne.

36Finalement, le dernier vice-roi qui nous intéresse dans toute cette histoire : Don Juan de Mendoza y Luna, de la maison nobiliaire des Mendoza, marquis de Montesclaros. En effet, comme Rolena Adorno le souligne, Guaman Poma est très bien informé sur les actions passées, présentes et futures de ce vice-roi tout au long de son mandat. Les événements dont il nous parle sont enregistrés dans la documentation connue. Il semble avoir eu connaissance de très près des « maisons et palais du bon gouvernement » et, par les épisodes narrés dans la Nueva corónica, on a l’impression que l’auteur lui-même en a fait partie. Don Juan de Mendoza y Luna a été vice-roi du Pérou entre décembre 1607 et le 18 décembre 1615. Encore une fois et comme pour les autres deux vice-rois, Guaman Poma nous donne les dates presque précises de son mandat. En 1616, il est rentré en Espagne en prenant partie de la cour royale et devenant conseiller d’Etat. Plus tard, en 1621, il sera nommé Grande de España par Felipe IV. La bibliothèque de Copenhague garde une copie de son rapport de fin de mandat au Pérou sous le titre Luz de materias de Indias, daté du 12 décembre 1615 et placé non loin de la Nueva corónica. Cette copie a été acquise en 1721 et faisait partie de la collection de l’avocat, historien et collectionneur Christian Reitzer (1665-1736).

37Ce traité, qu’on peut également consulter sur le site de la Bibliothèque Royale dans les pages dédiées à Guaman Poma, présente des aspects politiques et de réforme en commun avec notre auteur. Rolena Adorno lance l’idée que les deux manuscrits ont quitté le Pérou par le même envoi diplomatique.

38Tout ceci est lié au Memorial de Salinas y Córdova. Or, avant de prendre les vœux, Sancho de Salinas y Córdova a été page de chacun des trois vice-rois dont nous nous sommes occupés. C’était le dernier vice-roi qui lui a permis mettre de l’ordre dans les archives du gouvernement. Par conséquent, il a eu dans ses mains plusieurs documents importants concernant l’administration coloniale et les communautés indigènes. Il écrit dans son œuvre :

  • 3 Cf. Salinas y Córdova, Fray Buenaventura de, Memorial, informe y manifiesto del P. F. Buenaventura (...)

« Finalmente vine a conocer en aquel Archivo, y Gouierno de las Indias que Dios me yba disponiendo, con los clarísimos exemplos de la piedad, y zelo de tan santos reyes : y darme aquella alta, y secreta voz de su vocación eterna, con que me auía de traer a la Religión de mi seráfico Padre S. Francisco, para que le ayudase a la predicación y defensa de los indios, ocupándome en este misterio todo el tiempo de mi vida. »3

39Le fait que ce Memorial présente des similitudes avec la Nueva corónica (dans la description des quatre âges pré-incaïques), a mené quelques historiens (entre eux, Porras Barrenechea, Valcárcel et Cook) à affirmer que, avant de devenir frère, son auteur ait pu avoir accès au manuscrit de Guaman Poma, bien que dans un temps plus tardif à la fin du mandat du vice-roi.

40L’idée ici proposée est la suivante : Guaman Poma a remis son manuscrit à quelqu’un de très proche du vice-roi Don Juan de Mendoza y Luna (1607-1615), sinon au vice-roi lui-même (ce qui pourrait expliquer que le mot « señores » au pluriel ait été effacé), vers la fin de son mandat ou peu après. Ce dernier l’a gardé parmi les documents et ouvrages faisant partie de sa bibliothèque personnelle en l’envoyant en Espagne par voie diplomatique peu avant de quitter le Pérou en 1616. Guaman Poma se fiait à la fois à son autorité et à son pouvoir auprès de la cour et à ceux de l’ex-vice-roi Luis de Velasco, président, à l’époque, du Conseil des Indes, c’est-à-dire l’organisme d’où finalement provenait l’autorisation à la publication de tout manuscrit. Ceci confirme l’idée que le chroniqueur andin connaissait les deux vice-rois en personne. Le manuscrit arrive à la cour d’Espagne pendant le royaume de Felipe III, qui très probablement ne l’a jamais lu, et peut-être trop tard pour que Velasco puisse le recevoir et donner éventuellement son avis favorable afin d’autoriser sa publication (qui dépendait également, bien sûr, de l’Inquisition). À la cour, et plus précisément au sein du Conseil d’Etat, le Comte-Duc de Olivares en fait connaissance et en devient le propriétaire jusqu’à sa mort. Un an plus tard, en 1646, le manuscrit sera à nouveau dans le palais royal et dans la cour de Felipe IV. Ce sera l’ambassadeur Cornelius Lerche qui finalement l’achètera de Felipe IV et le fera devenir l’un des trésors de la Bibliothèque Royale de Copenhague.

41Bien que fondée en partie sur des données confirmées, cette hypothèse reste, pour l’instant, simplement une conjecture.

  • 4 Sur la genèse de l’œuvre, voir les études de Pietschmann, Murra et Adorno.
  • 5 Guaman Poma de Ayala, Felipe, El primer nueva corónica y buen gobierno, f.1074.

42En tout cas, le manuscrit qu’on connait aujourd’hui, dont la rédaction remonte très probablement aux années 1612-1615,4 correspond à la transcription d'un brouillon préalable qui n'a pas encore été retrouvé. C'est le même auteur qui nous en parle dans son œuvre.5

43Suivre de plus près les routes et les enjeux diplomatiques entre la Danemark et l’Espagne au XVII siècle, comme Bernard Vincent l’a suggéré, pourrait nous aider à éclaircir les mécanismes grâce auxquels une grande partie de la production artistique coloniale de l’époque appartient aux collections danoises. Par exemple, si l’on pense aux nombreuses représentations de l’archange arquebusier, comme Jean-Fréderic Schaub l’a souligné. De ce fait, on pourrait envisager de nouvelles pistes de recherche à partir desquelles trouver d’autres données qui nous permettent de mieux tracer et définir la route du manuscrit vers la Bibliothèque Royale de Copenhague.

44Par rapport à la circulation et l’éventuelle publication des manuscrits à l’époque, la remarque de Roger Chartier sur Las Casas se montre intéressante. Dans l’épitomé de la Brevísima relación de la destrucción de las Indias, l’évêque de Chapas nous parle des étapes qu’il a du passer avant sa publication, d’abord celle de lire son œuvre dans la cour devant le roi. La comparaison avec El primer nueva corónica y buen gobierno nous confirme encore une fois les intentions de Guaman Poma de publier son manuscrit. Or, dans le denier chapitre intitulé « Camina el autor », en allant vers Lima pour remettre son manuscrit à la cour vice-royale, le chroniqueur andin fait mention de Castille et de la cour d’Espagne et de l’impossibilité pour lui d’y porter le manuscrit car il est trop âgé pour un tel voyage. De plus, dans le chapitre «Pregunta su Magestad », Guaman Poma imagine un dialogue avec le roi pour le conseiller sur le bon gouvernement des Indes Occidentales. Ce n’est rien de plus que son désir de lui exposer son œuvre en personne.

Top of page

Bibliography

ADORNO, Rolena, New Studies of the Autograph Manuscript of Felipe Guaman Poma de Ayala’s Nueva corónica y buen gobierno, Museum Tusculanum Press, Copenhague, 2003.

ADORNO, Rolena, Guaman Poma and His Illustrated Chronicle from Colonial Peru: From a Century of Scholarship to a New Era of Reading. A new introduction to the web publication of The Nueva corónica y buen gobierno/ Guaman Poma y su crónica ilustrada del Perú colonial: un siglo de investigaciones hacia una nueva era de lectura. Una nueva introducción para la publicación en internet de la Nueva corónica y buen gobierno, Copenhague, Museum Tusculanunm Press, 2001.

GUAMAN POMA DE AYALA, Felipe, El primer nueva corónica y buen gobierno [1615], http://www.kb.dk/permalink/2006/poma/info/es/frontpage.htm.

GUAMAN POMA DE AYALA, Felipe, El primer Nueva corónica y buen gobierno [1615], eds. John V. Murra et Rolena Adorno, traductions du quechua par Jorge L. Urioste, Siglo Veintiuno, Mexico, 1980.

GUAMAN POMA DE AYALA, Felipe, Nueva corónica y buen gobierno. Codex péruvien illustré, [1615] 1936. Avant-propos par Paul Rivet. Renseignements sommaires par Richard Pietschmann. Travaux et mémoires de l'Institut d'Ethnologie 23. Institut d'Ethnologie, Université de Paris, Paris.

LEONARD, Irving A., Books of the Brave, University of California Press, Berkley, 1992 [1949].

MEDINA, José T., Historia de la imprenta en los antiguos dominios españoles de América y Oceanía, Santiago du Chili, Fondo Histórico y Bibliográfico José Toribio Medina, 1958, vol. I.

VARGAS UGARTE, Rubén, Impresos peruanos: 1584-1650”, Biblioteca Peruana, Lima, Ed. San Marcos, 1953, vol. VII.

Top of page

Notes

1 Cf. Leonard, Irving A., Books of the Brave, University of California Press, Berkley, 1992 [1949].

2 Après le vice-roi, l’administrateur détenant le plus de pouvoir dans la colonie

3 Cf. Salinas y Córdova, Fray Buenaventura de, Memorial, informe y manifiesto del P. F. Buenaventura de Salinas y Córdova, 1646, Fol. 32, 80.

4 Sur la genèse de l’œuvre, voir les études de Pietschmann, Murra et Adorno.

5 Guaman Poma de Ayala, Felipe, El primer nueva corónica y buen gobierno, f.1074.

Top of page

References

Electronic reference

Gimena Fernández, « Histoire de la première imprimerie de Lima et d'un manuscrit redécouvert, El primer nueva corónica y buen gobierno de Felipe Guaman Poma de Ayala », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [Online], Workshops, Online since 13 October 2013, connection on 21 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65801 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65801

Top of page

About the author

Gimena Fernández

Doctorante à l'EHESS

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page