Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
L´usage des imprimés. Réception et diffusion des savoirs issus d'Amérique (XVI-XVIIe siècles) – Coord. Géraldine Méret
Oury Goldman

Les imprimés et l'Amérique en France pendant les guerres de Religion

[15/12/2013]

Résumés

Contrairement à une vision historiographique tenace, la France du 16e siècle n'a pas été insensible aux informations venues des « Nouveaux Mondes ». Cependant, l'utilisation et la production des imprimés sur l'Amérique ont bien connu une histoire singulière dans l'espace francophone, marquée par les débats et les affrontements issus des guerres de Religion qui s'y déroulaient. Cet article propose d'explorer quelques utilisations par des humanistes, des penseurs protestants ou issus des milieux « Politiques » de ce matériau américain et expose leur interaction avec les débats confessionnels et politiques de l'époque. Il s'agit de comprendre comment les informations sur les « Sauvages », en étant confrontées à celles sur les « Anciens » et les « Modernes », ont permis à ces auteurs de renouveler leur interrogation sur la légitimité de la violence, les limites de l'autorité politique ou même le sens de l'Histoire. Néanmoins, pour aller au-delà du constat d'une simple utilisation stratégique des informations venues de l'Amérique par les auteurs étudiés, l'article cherche à montrer comment ce contexte de production a autant modifié les propres normes des acteurs de ce temps que la vision même des Nouveaux Mondes. 

Haut de page

Texte intégral

1 Puisque l'objet de cette journée d'étude est d'explorer la réception et l'usage des savoirs issus de l'Amérique via les imprimés, notre intervention parcourra rapidement l'utilisation de ces imprimés (récits de voyages, histoires du Nouveau Monde, etc.) par les milieux humanistes et politiques français dans la seconde partie du 16e siècle (Loys Le Roy, La Popelinière, Lescarbot, Claude Guichard, Thévet, Urbain Chauveton, etc.). Si nous avons choisi ce cadre large et en même temps chronologiquement assez borné (le temps des guerres de Religion en France), c'est qu'il nous semble propice à explorer des tendances communes qui ont affecté la diffusion et l'appropriation des imprimés sur l'Amérique en France. Plus précisément, nous pensons qu'en étudiant l'utilisation de ces imprimés dans le cadre de projets intellectuels ne se limitant pas spécifiquement au Nouveau Monde mais l'intégrant (comme les histoires universelles), il sera possible de comprendre quelle place a joué l'Amérique dans l'univers intellectuel et politique français de cette époque. Puisque Geoffroy Atkinson remarquait au début du 20e siècle l'apparent désintérêt des auteurs français pour les Nouveaux Mondes jusqu'au 17e siècle, par rapport aux informations sur l'Empire ottoman, il faudra s'interroger sur le statut précis accordé à ces informations américaines dans l'économie générale du savoir de la Renaissance française. Ainsi, nous nous appuierons sur la grille d'analyse fournie par François Hartog avec sa triade Anciens/Modernes/Sauvages pour mieux comprendre comment les humanistes français ont articulé, comparé et confronté les savoirs issus de l'Antiquité, ceux du Nouveau Monde et ceux issus des autres voyageurs ou historiens de l'Asie ou même de l'Europe « contemporaine ». Cette articulation semble féconde à partir du moment où elle rencontre deux phénomènes qui sont au cœur de cette journée d'études, à savoir l'imprimerie, qui permet la circulation des textes et leur interprétation critique, et la conquête et l'appropriation du continent américain par les Européens, qui élargissent le spectre du monde connu et les obligent alors à redéfinir leur relation à ce monde. Plus précisément, nous formulerons l'hypothèse que la circulation des imprimés américains a servi dans les grands débats politiques, éthiques et intellectuels sur les légitimités et les normes de la violence, mais aussi du rapport aux autorités (tant politiques qu'intellectuelles) et à l'interprétation de l'histoire. Dans ce cadre, il ne s'agit pas d'opposer une utilisation stratégique des informations issues de l'Amérique à un intérêt simplement intellectuel pour l'histoire et les peuples du Nouveau Monde, mais de comprendre leur imbrication en mettant en lumière combien ce contexte d'appropriation a autant modifié les propres normes des acteurs que la vision même des Nouveaux Mondes. 

2 Pour ce faire, nous développerons notre propos en quatre moments. Le premier permettra de poser un cadre chronologique en montrant combien la seconde partie du 16e siècle est marquée par des modifications profondes dans la production et la circulation des savoirs américains dans l'espace français ou francophone (car il faut évidemment y intégrer les imprimeries d'Anvers ou de Genève). Dans un deuxième temps, il s'agira alors d'étudier la place précise des exemples américains dans l'économie générale du savoir de l'époque, notamment dans les œuvres historiques ou intellectuelles ne portant pas exclusivement sur l'Amérique. Ceci nous permettra ensuite de passer en revue la signification politique et philosophique de l'utilisation de ces savoirs, en suivant comment le jeu autour des définitions de la barbarie et de la sauvagerie a pu être un levier politique et intellectuel puissant pour se positionner sur l’échiquier politique de l'époque. Enfin, nous étudierons comment ces usages plus ou moins stratégiques des informations américaines se combinent avec la mise en place d'un savoir spécifique sur l'Amérique, qui tous deux prennent place aussi dans le débat renaissant sur les autorités. La constitution progressive d'un langage commun et d'un savoir plus ou moins homogène sur l'Amérique sera alors vu comme le fruit d'une discussion, de controverses et de mise en débat des cadres normatifs et interprétatifs de la Renaissance.

L'Amérique en France ou les deux seizièmes siècles

  • 1 « Le recueil de costumes apparaît ainsi, tout au long du XVIe siècle, comme un excellent indicateur (...)
  • 2 Voir par exemple Frank Lestringant, Le Huguenot et le Sauvage, l'Amérique et la controverse colonia (...)

3Nous aimerions retracer rapidement la question des Nouveaux Mondes, de leur réception et de leur appropriation, dans le contexte français. En effet, la France possède à cet égard sa spécificité mais celle-ci ne peut se comprendre indépendamment des autres contextes. Pour la France, Geoffroy Atkinson, dans des développements devenus aujourd'hui des lieux communs historiographiques, a montré que la « littérature géographique » de l’époque de la Renaissance se serait au moins deux fois plus intéressée au voisin turc qu’aux réalités américaines. L’échec des tentatives coloniales françaises tout au long du 16e siècle (Canada, Brésil, Floride), la prégnance des guerres intra-européennes (en Italie, contre l’Empire ou l’Angleterre) puis des guerres civiles, auraient plus qu’ailleurs en Europe limité l’intérêt pour les nouveaux horizons. La rareté apparente des mentions américaines provient aussi de la dissymétrie entre un Orient rattaché à une tradition de connaissance depuis l’Antiquité et l’absolue nouveauté des Amériques. Au cœur même de la lente appropriation européenne des réalités américaines, dont témoignent par exemple le caractère très eurocentré des recueils d’habit de l’époque1 ou des références essentiellement eurasiatiques de La République de Bodin, la France se distinguerait, (déjà!) par son retard. Les nombreux travaux de Frank Lestringant2 dont nous aurons l’occasion de parler ont permis de se faire une image plus précise et moins grossière de la littérature (au sens large) française sur les Nouveaux Mondes, en montrant sa richesse et son intérêt propre.

  • 3 Gonzalo Fernandez de Oviedo, Historia general y natural de las Indias, Madrid, 1535
  • 4 La traduction française est de Jean Poleur, L'histoire naturelle et générale des Indes, isles et te (...)
  • 5 Les deux ouvrages à caractère historique auxquels nous feront référence pour Le Roy sont : Consider (...)
  • 6 Urbain Chauveton, Histoire nouvelle du Nouveau Monde, contenant en some ce que les Hespagnols ont f (...)
  • 7 Au cours de la discussion, Roger Chartier a insisté sur les changements de sens opérés par les trad (...)
  • 8 Benjamin Schmidt, Innocence Abroad, The Dutch Imagination and the New World, 1570-1670, Cambridge, (...)

4 Toutefois, il est vrai que, jusqu’aux années 1560, la production de savoirs sur l’Amérique, et donc leur mention dans les œuvres secondaires, n’est pas très importante en France. La construction d’une vision et donc d’une identité de l’Amérique se fait essentiellement par les écrits d’Italiens jusqu’aux années 1520 (Colomb, Vespucci ou d’Anghiera) puis par les auteurs espagnols (Oviedo, López de Gómara, Las Casas, Cortés). En suivant les voies de production et de diffusion de ces textes sur l’Amérique, on comprend alors effectivement comment la « réalité américaine » est construite selon les impératifs et les intérêts, ici géopolitiques ou « nationaux », de leurs auteurs. Ainsi, les premiers textes émanant d’Italie se concentrent beaucoup sur les merveilles des paysages, les coutumes nouvelles des Indiens et sur la question de la place de l’Amérique dans l’économie générale du savoir en rapport avec la validité de l’autorité des Anciens. Dans les années 1520-1530, la dominance des écrits espagnols installe davantage le thème de la grande geste espagnole de conquête et d’évangélisation. Le premier 16e siècle voit alors peu de critiques de la Conquête, du fait du contexte politique et international. L’Empire de Charles Quint est conquérant, contrôle les Pays-Bas, une partie de l’Italie, où de nombreuses villes lui sont alliées contre les Français, et l’Angleterre poursuit encore une politique anti-française en se rapprochant de l’Empire. En France, la connaissance de ces écrits a pu se faire par des traductions, des Décades de Pierre Martyr (dont différentes versions paraissent en latin autour des années 1515, puis rapidement en français), à l’œuvre d’Oviedo3, traduite en partie en 15554. On trouve d'ailleurs la trace de ces auteurs dans les œuvres Loys Le Roy5 par exemple. En revanche, la seconde moitié du 16e siècle voit un renversement assez important des écritures sur l’Amérique. L’Amérique cesse d’être un domaine spécifiquement ibérique, à mesure que Flamands, Français et Anglais tentent de s’y installer. Les différentes narrations vis-à-vis du Nouveau Monde sont donc aussi la conséquence logique de la concurrence qui se développe pour son contrôle. On peut citer, en France, l’œuvre de Thevet dont Les Singularitez de la France antarctique paraissent en 1557 à la suite de l'aventure brésilienne de Villegagnon. Parallèlement, avec le développement des sensibilités religieuses protestantes, de nouvelles visions de l’Amérique émergent. Au-delà de ces différences nationales ou religieuses, c’est avant tout la tonalité qui change ainsi que le jugement porté sur les conquêtes espagnoles. De fait, dans un contexte international de plus en plus hostile à la monarchie catholique espagnole, des Pays-Bas alors en révolte jusqu’à l’Angleterre élisabéthaine en conflit de plus en plus ouvert avec Philippe II, en passant par l’Italie traumatisée par le sac de Rome de 1527 ou par la galaxie protestante luthérienne ou huguenote, en France comme à Genève, se développent des écrits très critiques à l’égard des agissements espagnols au Nouveau Monde. L’œuvre de l’italien Benzoni, Historia del Mondo Nuovo, paraît ainsi en  1565 à Venise et connaît une grande diffusion dans l’espace francophone grâce à la traduction du pasteur protestant Urbain Chauveton en 15796. Les écrits de Jean de Léry suivent peu après tandis que divers récits sur le massacre des Français en Floride se diffusent. La traduction de l’œuvre de Las Casas7 et son extraordinaire diffusion dans l’Europe anti-espagnole, longtemps vue comme l’origine de la légende noire anti-espagnole, s’ancre dans un contexte déjà très défavorable aux Espagnols, même s’il ne faut nullement généraliser cette tonalité. Comme le dit Benjamin Schmidt dans son étude sur le regard néerlandais sur le Nouveau Monde, « au final, l’image du Nouveau Monde se développa en conjonction des événements politiques et religieux de l’Ancien8. »

Quelle place pour l'Amérique ?

  • 9 Roger Chartier a ici encore souligné la nécessité de bien souligner la diversité des écrits « histo (...)
  • 10 Claude Guichard, Funérailles & diverses manières d'enselevir des Rommains, Grecs, & autres nations, (...)
  • 11 Claude Guichard, op. cit., p. 437.

5Conséquence du développement des sources d'information sur l'Amérique en français (traductions ou ouvrages directement en langue française), les écrits historiques9 plus généraux intègrent de plus en plus dans la seconde partie du 16e siècle des exemples provenant des terres américaines. De manière assez évidente, tous les grands ouvrages se rapportant au genre des « histoires universelles » intègrent de manière plus ou moins importante les réalités américaines. C'est évidemment le cas de Thévet dans sa Cosmographie universelle mais aussi de François de Belleforest ou de La Popelinière. Prenons l'exemple de Claude Guichard et de son ouvrage Funérailles & diverses manières d'enselevir des Rommains, Grecs, & autres nations, tant anciennes que modernes10. Si les références antiques (grecques et romaines) tiennent une place prépondérante, tant dans la disposition de l'ouvrage (Rome et la Grèce sont les deux premiers chapitres) que dans leur importance numérique, les exemples américains sont nombreux et variés, allant des traditions funéraires des Incas à celle des peuples Brésiliens en passant par celles des Aztèques. A cet égard, Guichard cite directement ses sources pour l'Amérique et mentionne Belleforest, Benzoni, Gomara, Pierre de Cieca de Leon (pour le Pérou), Jean de Léry ou Thévet et démontre par là la variété des exemples et des points de vue sur l'Amérique que pouvait posséder un humaniste français de cette époque. Loin d'être réduite au simple topos du sauvage anthropophage, les peuples américains seraient même ceux qui « ont surpassé toutes les autres nations quelles qu'elles soyent en somptuosité de tombeaux & sepulcres11. »

  • 12 Pour les mentions portant sur l’Amérique ou ses habitants, dans toutes les œuvres de Le Roy que j’a (...)
  • 13 Dans son ouvrage De l’excellence du gouvernement royal qui vise à relégitimer le pouvoir royal héré (...)
  • 14 Loys Le Roy, Consideration, op. cit., p. 18.
  • 15 Loys Le Roy, De la Vicissitude, op. cit., fol. 112 recto.
  • 16 « Comme on l’a souvent remarqué, l’émergence de l’Amérique complète l’image européenne de la planèt (...)

6 A première vue, Le Roy semble plutôt représentatif de ce relatif désintérêt des lettrés de son époque pour les événements contemporains et, dans le cadre français, assez peu occupé par les récentes découvertes et l'ouverture au Nouveau Monde, en comparaison de la place accordée chez lui aux peuples anciens et orientaux (Turcs et Perses essentiellement). En parfait humaniste, ses références historiques et intellectuelles se trouvent d'abord en Grèce ou à Rome et se combinent à son éducation et ses convictions chrétiennes. Dans son œuvre majeure qu’est De la Vicissitude, les exemples antiques (Grecs, Romains mais aussi Égyptiens, Éthiopiens, Mèdes ou Assyriens) occupent les trois quart des développements. S'il cite les peuples américains récemment découverts12, c'est sans commune mesure avec ses références aux peuples appartenant à l'aire islamique. En outre, quand il se réfère aux réalités américaines, ce n'est que pour fournir des exemples supplémentaires venant valider une observation générale, sans que ces exemples américains n'acquièrent de statuts particuliers ou exceptionnels. Cependant, une simple analyse quantitative de la place de l'exemple américain dans son corpus ne permet pas de saisir la place singulière et significative qu'occupent ces terres découvertes et leurs peuples dans l'oeuvre historique de Loys Le Roy. En effet, il nous faut d'abord remarquer que dans la quasi-totalité des ouvrages de Loys Le Roy, même ses traductions, les Nouveaux Mondes sont évoqués. Ensuite, il convient de noter qu'ils le sont presque toujours comme un élément de la spécificité du temps présent vécu par Le Roy. Il convient donc d’analyser la fonction que revêtent les mentions américaines et de mettre en lumière ce à quoi elles sont rapprochées. On peut remarquer que dans les rares mentions sur l’Amérique données par Le Roy, la fonction première est de confirmer ses analyses qu’il a appliquées à d’autres époques ou d’autres peuples pour leur conférer un supplément de validité et donc d’universalité13. Si l’on veut faire une synthèse sur l’horizon géographique de Loys Le Roy, le plus important nous semble la manière dont il considère que les Nouveaux Mondes ont rendu l’ensemble du globe connu et comment dès lors il se place à ce niveau général du globe terrestre. Comme il le dit, s’il devait tracer un tableau de son époque il « verroit tout le monde descouvert, dont une grande partie estoit demeurée incongneuë jusques à présent : les extremitez d’Orient & Occident, du Midy & du North14 » et affirme autre part « nous pouvons veritablement affermer que le monde estre aujourd’huy entierement manifesté & tout le genre humain cogneu15 ». Le Roy profite de cette vision désormais globale sur le monde pour illustrer avec davantage de force ses considérations générales par des exemples tirés de l’Antiquité, du Moyen Age, des mondes islamiques, mais aussi de l’Amérique, de Calicut et de Cochin, ou des Moluques. On note là un élargissement effectif de l’horizon de réflexion qui est caractéristique de son époque. Et c’est bien là où se joue la jonction entre les Nouveaux Mondes et la modernité, entre l’horizon géographique et celui de la temporalité. En effet, le monde moderne, contrairement à celui des Anciens, est celui de l’universalité, par le dévoilement aux Européens de l’ensemble du globe. C’est d’ailleurs cette prétention à l’universalité et au point de vue surplombant, voire neutre du penseur, qui caractérisent pour certains la modernité occidentale. Et il n’est pas ici inutile de voir comment les travaux sur la colonisation, notamment ceux dans le sillage des postcolonial studies, qui insistent sur la relation intrinsèque entre modernité et colonisation, n’ont pas tout à fait tort en remarquant que cette possibilité de se dire universel, objectif ou rationnel découle d’une position spécifique des Européens au moment de ces « Grandes Découvertes »16. Il est amusant, dans le cadre de cette journée d'étude, de remarquer que pour caractériser la grandeur de son époque, Le Roy cite systématiquement l' « invention » de l'imprimerie comme la découverte de Nouveaux Mondes ! Utilisant lui-même les différents imprimés sur l'Amérique pour nourrir sa réflexion sur celle-ci, Le Roy perçoit alors bien la jonction entre ce nouvel instrument du savoir et ce nouvel espace du savoir dans la définition de la modernité au 16e siècle. Lier imprimés et Nouveaux Mondes comme fondement de la « modernité » de la Renaissance ne découle pas uniquement d'une réflexion historienne a posteriori, mais se construit dès cette même époque renaissante.

7 Connaître les Nouveaux Mondes implique alors le recours aux imprimés contemporains, dès lors que le recours aux Anciens est inutile pour saisir la pleine nouveauté de ces contrées. Il existe alors une autre différence dans le rapport temporel entre les Nouveaux Mondes et les territoires de l’Islam par exemple. En effet, le caractère proprement « inconnu » de cette quatrième partie de la Terre oblige à se positionner quant à la validité du savoir des Anciens et permet en même temps, aux Européens, de projeter plus simplement leurs propres interrogations sur la figure (multiple et hétérogène) de l’Indien. Adossée évidemment à une domination plus ou moins grande des peuples indigènes, l’entreprise de construction d’une image instrumentale de l’Indien s’avère alors plus évidente. Et s’il y a bien un lien avec la dimension temporelle, c’est qu’en créant des images multiples et plastiques de ces Indiens, les Européens pouvaient édifier un réseau symbolique signifiant pour leur propre futur. L’Amérique devient un lieu de projection de l’imaginaire et de réalisation, tout entier tourné vers le futur. La figure des indigènes qui la peuple a donc servi pour certains humanistes à penser leur époque et à s'engager politiquement et intellectuellement dans la tourmente française des guerres de Religion.

Barbare ou sauvage : violence et légitimité politique à l'aune des mondes américains

  • 17 Chacun de ses termes est polysémique et complexe à saisir. Voir pour des définitions Histoire et di (...)

8Nous l'avons dit, la diffusion et la réception des imprimés sur les savoirs américains a connu, en France, pendant la seconde moitié du 16e siècle, un nouveau développement. Ce développement est lié tant à un contexte géopolitique nouveau qu'au contexte intérieur du royaume de France et des territoires qui lui sont liés (Genève ou les Pays-Bas alors en révolte). Benjamin Schmidt a étudié comment, dans les territoires des futures Provinces-Unies, la diffusion d'informations sur la cruauté espagnole vis-à-vis des peuples Indiens, à cette même époque, a permis aux acteurs de ces révoltes de se poser comme « frères de souffrance » des Amérindiens face à la tyrannie espagnole. Dans les interrogations flamandes sur la légitimité de l'autorité politique et du rapport entre politique et religieux, les discours (dont le plus célèbre, à savoir l'Apologie de Guillaume d'Orange) ont mobilisé l'exemple indien. Ce dernier a alors acquis une force heuristique profonde pour définir une identité « néerlandaise » en construction. En retour, cette vision venues des Provinces-Unies a modifié les formes de savoir sur l'Amérique. Pour revenir à la France, le pays est marqué, non par la révolte contre un souverain étranger, mais par une guerre intérieure et civile, et dès lors la question de la violence et de sa légitimité (contre des civils, entre des chrétiens ou des Français) est mobilisée à travers les exemples américains. Ainsi, tout un réseau d'auteurs, du camp « Politique », « Malcontent » ou protestants17, semble se répondre ou se confronter dans cette optique de repositionnement face aux violences exercées tant par le pouvoir royal, que par les catholiques zélés ou les iconoclastes protestants. C'est au travers notamment d'une réflexion sur le langage et la nomination que se mène ce débat. Les termes comme « sauvages », « barbare », « cruauté », « bestes » sont discutés et mis en parallèle pour dénoncer l'accroissement de la violence dans l'Europe des guerres de Religion et donc montrer l'abaissement de ceux qui pratiquent la violence pour contraindre la conscience des hommes. Citons par exemple Marc Lescarbot qui conteste la barbarie des indigènes, dans une perspective certes coloniale qui insiste sur la possibilité de commercer avec les « sauvages », mais qui n'en garde pas moins son implication politique et éthique face à ces questionnements  :

  • 18 Marc Lescarbot, Histoire de la Nouvelle France, contenant les navigations, découvertes et habitatio (...)

Et neantmoins noz peuples de la Nouvelle France ne sont si brutaux, stupides, ou lourdaux que l'on pourroit penser. Et touve que c'est à grand tort qu'on dit d'eux que ce sont des betes, gens cruels, et sans raison. […] pour la cruauté, quand je revoque en memoire noz troubles derniers, je croy que ni Hespagnols, ni Flamens, ni François, ne leur devons rien en ce regard, voire les surpassions de plus de juste mesure: Car ils ne sçavent que c'est de donner le fronteau, de chauffer la plante des pieds18

9Si la visée de propagande coloniale est essentielle pour comprendre ce positionnement, il serait réducteur de ne le voir qu'à travers cette optique. En effet, le jugement de Lescarbot est aussi solidaire d'une vision politique de l'unité du royaume et d'une dépréciation des troubles civils, comme on le voit dans une autre de ses réflexions :

  • 19 Ibid., p. 860-861.

Voire je diray qu'ils ont plus d'humanité que beaucoup de Chrétiens, lesquels depuis cent ans en diverses occurences ont exercé sur les femmes et enfans des cruautez plus que brutales, dont les histoires sont pleines: et à ces deux sortes de creatures nos Sauvages pardonnent19

10C'est encore plus flagrant si l'on rapproche ces jugements de ceux bien connus de Montaigne, de Jean de Lery mais aussi de Crespin, Cloppenburch ou Chauveton, où la cruauté des hommes pendant les guerres de Religion est comparée à celle des peuples américains avec leur pratique anthropophage. Ainsi, Jean de Léry imagine un tableau des cruautés de son temps dans un triptyque et décrit ainsi au lecteur le troisième bien plus terrible :

  • 20 Jean de Léry, Histoire d'un voyage faict en la terre du Brésil (1578), 2e edition, 1580, texte étab (...)

où vous verrrez les furieux et endiablés François, qui rompans toutes les loix de nature, et violans tous les Edits de leur Roy et Prince Souverain : les uns comme bouchers d'hommes les pendront par les pieds 20

11Les poèmes liminaires à l'oeuvre de Léry témoignent bien que la réception de son œuvre se faisait aussi selon cette grille d'analyse. Voici la fin d'un de ces poèmes :

  • 21 Ibid., p. 55.

Car s'ils sçavoient, LERY, comme sans nul merci /Nous nous entremageons, ils craindroyent que d'ici/ Leurs vinssions quereller le tiltre de Sauvage21.

12Alors même que Thévet et Léry se sont opposés violemment sur la description de l'expérience brésilienne, suivant des enjeux idéologiques et politiques analysés par Frank Lestringant, on retrouve ce même retournement du « stigmate » barbare dans l'ode d'Etienne Jodelle qui précède le texte de Thévet :

  • 22 Ode d'Etienne Jodelle en ouverture de la Cosmographie universelle de Thévet, Paris, Guillaume Chaud (...)

Car qui voudroit un peu blasmer/Le pays qu'il nous fault aymer,/Il trouveroit la France arctique/Avoir plus de monstres je croy/Et plus de barbarie en soy/ Que n'a pas ta France antarctique22

13On retrouve chez Chauveton des arguments similaires à ceux de Lescarbot (Chauveton lui est bien entendu antérieur) utilisés contre les Espagnols. Il cite ainsi leur propre justification pour maltraiter les indigènes :

  • 23 Urbain Chauveton, op. cit, p. 4 et 11 de l'Histoire d'un voyage de quelques François en la Floride, (...)

Voila ce qu'ils alleguent pour donner quelque couleur aux carnages sanglants, qu'ils ont executez sur ces povres peuples Barbares [...]. Touteffois qui feroit disputer un de ces povres barbares Indiens contre un Hespagnol (comme fait le pourceau Coryllus contre Ulysses dans Plutarque) je croy qu'il luy feroit confesser, que les Hespagnols qui les dominent, tiennent plus de la beste qu'eux23.

  • 24 Jean Crespin et Simon Goulart, Histoire des martyrs : persecutez et mis à mort pour la verité de l' (...)

14Chez le martyrologue Jean Crespin, l'histoire des huguenots tués par Villegagnon au Brésil sert à montrer que les catholiques sont « plus barbares que les Barbares mesmes: voire des plus sauvages qui soyent sur la terre24. » Ce qui nous semble dans toutes ces citations intéressant sont les fluctuations et jeux sémantiques sur les termes de « sauvage », « barbarie », « beste ». Si les auteurs que nous avons cités appartiennent plutôt au réseau protestant en conflit avec l'autorité monarchique et cherchant à attaquer l'adversaire espagnol, on retrouve trace de ces débats chez les partisans de la monarchie et du pouvoir royal, notamment chez les « Politiques ». S'ils sont moins prompts à utiliser ces comparaisons qui « ensauvagent » les modernes (et donc aussi les soutiens royaux), les partisans de la concorde et de l'unité du royaume utilisent les « sauvages » comme pôle négatif pour décrire la manière dont leurs contemporains se sont éloignés de leur devoir d’obéissance et donc de civilité. Ainsi Pasquier, après l'assassinat du roi Henri III place-t-il les Français au tribunal des peuples de la Terre :

  • 25 « Remonstrance aux François sur leur sedition, rebellion et felonnie, contre la Majesté du Roy » de (...)

Que diront-ils, dis-je, quand ils entendront vos seditions et rebellions contre nostre Roy, veu la fidelite et obeissance de nos peres ? Voulez-vous que les Alemans, Espagnols, ou Italiens, vous ravissent cest honneur, voire mesme que les nations barbares des Indes et terres Neufves qui sont idolatres, sauvages et cruels, se mangeans les uns les autres, sacrifians les hommes à leurs idoles, et vivans comme bestes brutes, vous condament par l'obeissance qu'ils rendent à leurs Roys et Princes, les estimans saints et sacrez25

15Chez Le Roy, les hommes tombés en guerre civile sont décrits comme plus proches de l'état sauvage car ils s'en vont :

  • 26 Loys Le Roy, Des troubles et differens advenans entre les hommes par la diversité des Religions, Ly (...)

s'entrepersecutant inhumainement en tout genre de cruauté comme bestes sauvages, en oubliant la civilité à laquelle ils sont naiz26 

16La concorde que Le Roy appelle de ses voeux est un moyen de remettre le peuple français sur le chemin de la civilité. L'exemple américain sert également chez Le Roy à dédramatiser l'histoire récente de la France et des guerres de Religion. En effet, sans nier la violence extrême qu'elles représentent (c'est même tout le combat de Le Roy que de les faire cesser), les événements américains permettent de mettre en lumière l'universelle condition de discorde qui frappe les hommes de son siècle. C'est ainsi qu'il écrit :

  • 27 Loys Le Roy, Consideration, op. cit., p. 5-6. Dans L’Exhortation, on retrouve à peu près la même fo (...)

Lesquelz maux iaçoit qu'ilz ayent esté terribles:toutefois y aura moindre occasion de s'en esbahir, en considerant la condition universelle de ce siecle merveilleux. Car qui est celuy entre tous les hommes Chrestiens & Barbares qui n'aye beaucoup souffert en ce temps ?[…] Qu’elle sorte de malheur pourroit on imaginer ou penser, qui ne soit advenue en cest aage27 

17S'en suit une longue liste d'oppostions et de conflits qui se termine par la formule :

  • 28 Loys Le Roy, De la Vicissitude, op. cit., fol. 6 verso ; Consideration, op. cit., p. 18 ; Des Troub (...)

 & au Bresil les Sauvages, jusquees à s'entremanger quand sont prins en guerre28

18Que ce soit à travers un pôle de négativité ou d'identification (factice), la frontière civilité/barbarie est bien utilisée comme un levier politique, éthique et intellectuel pour penser et agir dans la sphère politique des guerres de Religion. Si les œuvres que nous avons citées nous semblent traversées par ces interrogations sur l'autorité politique et la violence, il serait intéressant de voir comment les informations sur l'Amérique, via les imprimés, sont utilisées dans un contexte plus large de redéploiement des normes de l'autorité (tant politique qu'intellectuelle) et de redéfinition des savoirs.

Savoirs américains et redéfinition des légitimités

  • 29 Lettre de La Popelinière à Scaliger daté du 4 janvier 1604, cité in George Huppert, L'idée de l'his (...)

19De cette « mauvaise » nomination des Sauvages, dont nous avons relevé quelques exemples plus haut, découle alors pour les contemporains une nécessité de s'informer et en retour d'informer le lecteur des « réalités » (telles qu'elles sont perçues ou construites par les auteurs), de ce Nouveau Monde. Ce défaut partiel du savoir guide la démarche par exemple de La Popelinière qui écrit à Scaliger son désir d'aller lui-même étudier les peuples qu'on « on appelle assez improprement sauvages » car « on a peu de cognoissance de ceux qui le sont au vray29 ». Il n'est pas inutile de rappeler ici que La Popelinière est aussi un auteur qui utilise les informations du Nouveau Monde pour remettre en partie en cause les vérités héritées des Anciens. Plus largement, il serait intéressant de s'interroger sur le lien qui existe entre remise en cause et redéfinition du rapports aux Anciens et renégociation de la légitimité politique chez la plupart de ces auteurs du second 16e siècle. En effet, le terme « inconnu des Anciens » devient un lieu commun et presqu'une périphrase pour désigner les terres nouvellement explorées par les Européens. Si cette période ne marque nullement une rupture avec les savoirs antiques et leurs autorités, pas plus qu'une rupture des modalités de l'autorité politique par exemple, elle fournit de multiples exemples de renégociation de ces frontières de l'autorité. La constitution progressive d'un langage commun et d'un savoir partagés sur les Amériques est le fruit de controverses et de discussions sur ces formes de l'autorité du savoir et leur validité, qui rendent impossible tout schéma simple en la matière.

  • 30 Marc Lescarbot, op. cit., p. 697.
  • 31 Ibid., p. 710.

20 L'un des instruments qui permet aux auteurs humanistes français de mener à bien cette redéfinition des légitimités est la méthode comparative. Or, cette méthode comparative est précisément facilitée par la circulation de plus en plus importante des imprimés. Ces derniers présentent un réservoir d'exemples parfois contradictoires qui permettent aux différents auteurs de sélectionner les informations selon leurs intérêts propres. Quoi qu'il en soit, en faisant jouer la triade Anciens/Modernes/Sauvages selon de multiples agencements, cette méthode permet de critiquer selon les besoins les agissements des Modernes, de démontrer l'écart temporel avec les Anciens ou de mettre en place une image des peuples indiens conformes aux objectifs que les auteurs cherchent à promouvoir. Marc Lescarbot cherche à promouvoir la colonisation française en Amérique du Nord en offrant à son lecteur une image moins « barbare » des populations locales, et ne cesse alors de mobiliser sa culture classique pour dresser des parallèles avec les Anciens et les Modernes. Ces parallèles et cette méthode comparative lui permettent de minorer les prétendues supériorités des Anciens comme des Modernes. Indiquant que les femmes indiennes sont très attachées à leurs enfants, contrairement aux peuples européens, il conclut : « et ainsi je trouve qu'on leur fait tord de les appeller barbares, veu que les anciens Romains l'estoient beaucoup plus, qui vendoient le plus souvent leurs enfants, pour avoir moyen de vivre30. » De même, lorsqu'il évoque les peintures corporelles des peuples indiens, il cherche à montrer que les peuples d'Europe dans l'Antiquité faisaient de même, «  cette humeur de se peindre ayant esté si generale par deça, il n'y a dequoy se mocquer si les peuples des Indes Occidentales en ont fait et font encore de méme31 ». Dans une veine analogue, Jean de Léry pourra utiliser la nudité des Indiens pour dénoncer la frivolité et l'hypocrisie de l'habillement et des artifices européens. De même, relatant les chants pour les morts qui ont cours chez les Tupi, il les rapprochera de certaines pratiques paysannes du Pays Basque.

21 Ce dernier exemple nous permet également de comprendre comment ces savoirs sur l'Amérique, via les imprimés, s'ils se constituent en fonction d'enjeux propres de production et de réception qui permettent de les comprendre, acquièrent aux yeux des contemporains la forme propre d'un savoir. Puisque les peuples d'Amérique sont inconnus des auteurs antiques, ces derniers pourront être mobilisés selon la méthode comparative pour rendre intelligible des pratiques ou des coutumes, mais ne peuvent pas constituer les sources premières du savoir. Dès lors, au-delà des conflits idéologiques entre auteurs liés à leur position géopolitique, religieuse, sociale, etc., la particularité de ces imprimés est de servir, au-delà de leur inscription contextuelle, comme source de savoir pour les humanistes ou les penseurs. Ainsi, Chauveton, tout en participant à la légende noire, peut-il citer comme source informative Lopez de Gomara. De même, Claude Guichard, pour rédiger son texte sur les funérailles, utilisa de manière concomitante des auteurs qui pourtant se sont opposés comme Léry, Thévet et Belleforest. De ces interrogations sur la factualité, l'autorité des Anciens et grâce à la possibilité de mettre en regard les savoirs (possibilité à laquelle l'imprimé confère toute sa puissance), naît aussi une interrogation sur les formes du savoir, notamment historique, et sa validité. Encore une fois, la méthode comparative qui a servi de clé heuristique pour l'appropriation savante du Nouveau Monde est mobilisée dans cette entreprise de redéfinition des légitimités savantes. L'incorporation de cet élément permettrait de préciser le débat déjà ancien sur le renouvellement du savoir historique dans l'Europe de la Renaissance. Les liens entre récits de voyage (et plus généralement les savoirs sur les mondes extra-européens) et les arts historiques sont soulignés par Romain Bertrand dans son dernier ouvrage :

  • 32 Romain Bertrand, L'Histoire à part égales. Récits d'une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècl (...)

il existe d'ailleurs [...] un lien étroit, longtemps inaperçu, entre la narration du passé et les « récits de voyages ». Les préceptes de méthode des artes historicae - qui visent à passer au crible de la raison critique les historiens grecs et romains - se nourrissent en effet de plus en plus des façons de dire des voyageurs.32 »

22Marie-Madeleine Fontaine ne dit pas autre chose lorsqu'elle remarque que Claude Guichard s'inspire de la méthode des antiquaires mise en place pendant la Renaissance. Selon elle,

  • 33 Marie-Madeleine Fontaine « Antiquaires et rites funéraires » in Les funérailles à la Renaissance, a (...)

Seule la méthode des antiquaires – c'était déjà en place avant Guichard, qui se contente d'en profiter ici lucidement, mais sans commentaire – permettait de trouver une méthode capable d'analyser les mondes nouveaux. L'ethnographie compréhensive, installée comme une méthode d'investigation sur le passé par des hommes de la qualité de Chasseneux, Giraldi ou Ligorio, avait donné les bases de ce qui passera pour introduire l'ethnologie moderne avec Thévet et Léry33

23S'il faut être plus prudent pour caractériser ce lien unilatéral et simple (et surtout pour nommer Thévet et Léry comme pères de l'ethnologie moderne), il nous semble intéressant de réfléchir sur les liens entre les différents contextes intellectuels européens et leurs objets pour comprendre l'appropriation des savoirs américains mais aussi leur constitution !

24 En conclusion de ce trop rapide panorama, nous aimerions insister sur la diversité des usages des imprimés sur l'Amérique et leur circulation multiforme dans la France du second 16e siècle, et probablement plus largement dans l'Europe renaissante. Notre présentation visait précisément à faire ressortir quelques tendances générales et à poser quelques hypothèses. Notre réflexion s'ancre donc dans l'idée que la constitution progressive du savoir sur les nouveaux peuples et les nouvelles terres « découverts » par les Européens est autant traversée par les enjeux des sociétés coloniales en formation que par ceux des sociétés européennes et ces deux mondes entretiennent un rapport mutuel dans la définition de la modernité naissante.

Haut de page

Bibliographie

Sources :

Chauveton, Urbain, Histoire nouvelle du Nouveau Monde, contenant en some ce que les Hespagnols ont fait jusqu’à présent aux Indes Occidentales, & le rude traitement qu’ils font à ces povres peuples-la. Extraite de l’italien de M. Hierosme Benzoni Milanois, qui ha voyagé XIII. ans en ces pays-la : & enrichie de plusieurs Discours & choses dignes de mémoire, Genève, Eustache Vignon, 1579.

Crespin, Jean et Goulart, Simon, Histoire des martyrs : persecutez et mis à mort pour la verité de l'Evangile, depuis le temps des Apostres jusques à l'an 1597 comprinse en douze livres, contenant les Actes memorables du Seigneur en l'infirmité des siens, non seulement contre les efforts du monde, mais aussi contre diverses sortes d'assaux et heresies monstrueuses, Genève, Eustache Vignon, 1597

Guichard, Claude Funérailles & diverses manières d'enselevir des Rommains, Grecs, & autres nations, tant anciennes que modernes, descrites par Claude Guichard Docteur ès droits, Jean de Tournes, Lyon, 1574

Jodelle, Etienne, Ode en ouverture de la Cosmographie universelle de Thévet, Paris, Guillaume Chaudière, 1575.

Léry, Jean de Histoire d'un voyage faict en la terre du Brésil (1578), 2e edition, 1580, texte établi, présenté et annoté par Frank Lestringant, Paris, Livre de Poche, 1984

Le Roy, Loys, Consideration sur l'histoire françoise et l'universelle de ce Temps,dont les merveilles sont succintement récitées, Lyon, Benoit Rigaud, 1568 ; De la Vicissitude ou Variété des Choses en l'Univers, ..., Paris, Pierre l'Huillier, 1575, in-f° ; Loys Le Roy, Des troubles et differens advenans entre les hommes par la diversité des Religions, Lyon, Benoît Rigaud, in-8°, 1568.

Lescarbot, Marc Histoire de la Nouvelle France, contenant les navigations, découvertes et habitations faites par les François és Indes Occidentales et Nouvelle-France sous l'avoeu et authorité de noz Roys Tres-Chrétiens, et les diverses fortunes d'iceux en l'execution de ces choses, depuis cent ans jusques à hui, Paris, Jean Millot, 1611,

Pasquier, Etienne« Remonstrance aux François sur leur sedition, rebellion et felonnie, contre la Majesté du Roy » de 1589 in Estienne Pasquier, Ecrits politiques, textes réunis, publiés et anotés par D. Thickett, Genève, Droz, 1966

Oviedo, Gonzalo Fernandez de Historia general y natural de las Indias, Madrid, 1535. La traduction française est de Jean Poleur, L'histoire naturelle et générale des Indes, isles et terre ferme de la grand mer oceáne, traduicte de castillan en françois, Paris, M. de Vascosan, 1555

Bibliographie citée dans l'article :

Atkinson, Geoffroy Les nouveaux horizons de la Renaissance française, Genève, Slatkine, 2010 (1935).

Bertrand, Romain, L'Histoire à part égales. Récits d'une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Seuil, 2011.

Fontaine, Marie-Madeleine, « Antiquaires et rites funéraires » in Les funérailles à la Renaissance, actes du XIIe colloque de la Société d'Etude du Seizième siècle, Bar-le-duc, décembre 1999, dir. Jean Balsamo, Genève, Droz, 2002, pp.329-355.

Hartog, François, Anciens, modernes, sauvages, Paris, Galaade Editions, 2005.

Lestringant, Frank, Le Huguenot et le Sauvage, l'Amérique et la controverse coloniale, en France, au temps des guerres de Religion (1555-1589), Paris, Klincksieck, 1999.

Pellegrin, Nicole, « Vêtements de peau(x) et de plumes : la nudité des Indiens et la diversité du monde au XVIe siècle » in Voyager à la Renaissance, actes du colloque de Tours, juin-juillet 1983, dir. Jean Céard et Jean-Claude Margolin, Paris, Maisonneuve et Larose, 1987, pp. 509-530

Rabasa, José, L’invention de l’Amérique. Historiographie espagnole et formation de l’eurocentrisme, trad. de l’anglais Claire Forestier-Pergnier et Eliane Saint-André-Utudjian, Paris, L’Harmattan, 2002 [1993 pour l’édition anglaise].

Schmidt, Benjamin, Innocence Abroad, The Dutch Imagination and the New World, 1570-1670, Cambridge, Cambridge University Press, 2001

Haut de page

Notes

1 « Le recueil de costumes apparaît ainsi, tout au long du XVIe siècle, comme un excellent indicateur des processus de diffusion de savoir. En enregistrant tardivement et avec de grossières erreurs la découverte et la conquête des différentes parties du continent américain, il souligne avec quelle parcimonie les informations sur les empires récemment conquis parvenaient en Europe », Nicole Pellegrin « Vêtements de peau(x) et de plumes : la nudité des Indiens et la diversité du monde au XVIe siècle » in Voyager à la Renaissance, actes du colloque de Tours, juin-juillet 1983, dir. Jean Céard et Jean-Claude Margolin, Paris, Maisonneuve et Larose, 1987, pp. 509-530, citation p. 520

2 Voir par exemple Frank Lestringant, Le Huguenot et le Sauvage, l'Amérique et la controverse coloniale, en France, au temps des guerres de Religion (1555-1589), Paris, Klincksieck, 1999.

3 Gonzalo Fernandez de Oviedo, Historia general y natural de las Indias, Madrid, 1535

4 La traduction française est de Jean Poleur, L'histoire naturelle et générale des Indes, isles et terre ferme de la grand mer oceáne, traduicte de castillan en françois, Paris, M. de Vascosan, 1555.

5 Les deux ouvrages à caractère historique auxquels nous feront référence pour Le Roy sont : Consideration sur l'histoire françoise et l'universelle de ce Temps,dont les merveilles sont succintement récitées, Lyon, Benoit Rigaud, 1568 ; et De la Vicissitude ou Variété des Choses en l'Univers, ..., Paris, Pierre l'Huillier, 1575, in-f°.

6 Urbain Chauveton, Histoire nouvelle du Nouveau Monde, contenant en some ce que les Hespagnols ont fait jusqu’à présent aux Indes Occidentales, & le rude traitement qu’ils font à ces povres peuples-la. Extraite de l’italien de M. Hierosme Benzoni Milanois, qui ha voyagé XIII. ans en ces pays-la : & enrichie de plusieurs Discours & choses dignes de mémoire, Genève, Eustache Vignon, 1579.

7 Au cours de la discussion, Roger Chartier a insisté sur les changements de sens opérés par les traductions de Las Casas qui révèlent bien les liens entre les dynamiques de l'imprimerie et le façonnement d'une image de l'Amérique spécifique à chaque espace européen. Ainsi, les premières traductions anglaises ou françaises transforment le titre de l'ouvrage de Las Casas et celle de Jacques de Miggrode s'intitule Tyrannies et cruautés des Espagnols perpétrées ès Indes occidentales.

8 Benjamin Schmidt, Innocence Abroad, The Dutch Imagination and the New World, 1570-1670, Cambridge, Cambridge University Press, 2001, p. 33 (nous traduisons). Son ouvrage est majeur dans l’analyse de l’impact de la construction d’une vision spécifiquement « néerlandaise » de l’Amérique en lien avec la constitution en même temps d’une identité politique, religieuse et culturelle néerlandaise aux 16e-17e siècles. Nous y reviendrons puisque la première partie de son ouvrage se concentre sur l’usage des motifs américains (notamment du thème de la tyrannie) dans le contexte de la révolte des futures Provinces-Unies. Or, cette révolte entretient avec le contexte français des rapprochements majeurs, tant parce que les acteurs qui y officient s’y retrouvent (Philippe Duplessis-Mornay, François d’Anjou ou Coligny) que parce que les deux sociétés sont confrontés à des questionnements similaires sur l’autorité politique, les normes de la violence, la place du religieux et de la tolérance. Et si au final chacune de ces sociétés a apporté à ces tensions une réponse originale, les débats entre les deux contextes n’ont cessé de se féconder mutuellement.

9 Roger Chartier a ici encore souligné la nécessité de bien souligner la diversité des écrits « historiques » à la Renaissance et des manières de narrer le passer. Le savoir historique et son écriture se déclinent selon des chroniques plus ou moins officielles, l'histoire des antiquaires et la vogue de l'histoire « universelle » ou histoire de tout. Il s'agit donc de ne pas unifier ces genres discursifs hétérogènes qui permettent aux hommes du 16e siècle de narrer le passé.

10 Claude Guichard, Funérailles & diverses manières d'enselevir des Rommains, Grecs, & autres nations, tant anciennes que modernes, descrites par Claude Guichard Docteur ès droits, Jean de Tournes Lyon, 1574

11 Claude Guichard, op. cit., p. 437.

12 Pour les mentions portant sur l’Amérique ou ses habitants, dans toutes les œuvres de Le Roy que j’ai consultées, j’ai trouvé plus ou moins une quarantaine de références, ce qui est effectivement assez peu. Il faut cependant se souvenir que la grande majorité de ses ouvrages sont vraiment très courts et même De la Vicissitude qui est son ouvrage le plus long ne développe de fait pas beaucoup d’exemples.

13 Dans son ouvrage De l’excellence du gouvernement royal qui vise à relégitimer le pouvoir royal héréditaire en pleines guerres de Religion en France, il utilise l’argument selon lequel la royauté est le principe politique de base de toute communauté politique et qu’elle est toujours première dans l’organisation politique. Même si la royauté ne se manifeste pas forcément par la présence d’un roi en tant que tel, on retrouve chez tous les peuples une forme royale ou monarchique. Selon lui, « la plus grande partie du genre humain a vescu soubs Roys », et cite pour le montrer les exemples antiques, Egyptiens, Ethiopiens, Scythes, Assyriens, Parthes, Juifs, Perses ou Numides, les peuples « posterieurs », Goths, Lombards, Sarrasins, Mamelouks puis les peuples actuels de l’Europe et du Bassin méditerranéen, mais aussi les « Chinois, Calecutiens, Cocchinois, Nasringuois, les Tartares, & Arabes vagabons, les Brasiliens, Peruviens, Canadiens & infinis autres vivans sous Roys, tant es trois parties du monde, qu’és contrées nouvellement descouvertes ». Dans cette liste vertigineuse, ordonnancement lui aussi très apprécié à la Renaissance, les exemples des peuples exotiques et américains viennent confirmer une règle universelle. On remarque bien toutefois le balancement entre les « trois parties du monde » correspondant aux mondes connus depuis l’Antiquité (Europe, Asie et Afrique) et les « contrées nouvellement descouvertes »

14 Loys Le Roy, Consideration, op. cit., p. 18.

15 Loys Le Roy, De la Vicissitude, op. cit., fol. 112 recto.

16 « Comme on l’a souvent remarqué, l’émergence de l’Amérique complète l’image européenne de la planète, au-delà de ce fait, toutefois, elle établit aussi l’universalité de l’histoire et de la subjectivité européennes. Cette universalité ne se limite pas à des questions de situation géographique, elle comprend aussi l’inauguration de modes de pensée définissant une réalité globale. » José Rabasa, L’invention de l’Amérique. Historiographie espagnole et formation de l’eurocentrisme, trad. de l’anglais Claire Forestier-Pergnier et Eliane Saint-André-Utudjian, Paris, L’Harmattan, 2002 [1993 pour l’édition anglaise], p.19.

17 Chacun de ses termes est polysémique et complexe à saisir. Voir pour des définitions Histoire et dictionnaire des guerres de Religion, dir. Arlette Jouanna, Jacqueline Boucher, Dominique Biloghi, Paris, Robert Laffont, 1998.

18 Marc Lescarbot, Histoire de la Nouvelle France, contenant les navigations, découvertes et habitations faites par les François és Indes Occidentales et Nouvelle-France sous l'avoeu et authorité de noz Roys Tres-Chrétiens, et les diverses fortunes d'iceux en l'execution de ces choses, depuis cent ans jusques à hui, Paris, Jean Millot, 1611, p. 8.

19 Ibid., p. 860-861.

20 Jean de Léry, Histoire d'un voyage faict en la terre du Brésil (1578), 2e edition, 1580, texte établi, présenté et anoté par Frank Lestringant, Paris, Livre de Poche, 1984, p. 584

21 Ibid., p. 55.

22 Ode d'Etienne Jodelle en ouverture de la Cosmographie universelle de Thévet, Paris, Guillaume Chaudière, 1575.

23 Urbain Chauveton, op. cit, p. 4 et 11 de l'Histoire d'un voyage de quelques François en la Floride, qui y furent massacrez par les Hespagnols qui vient compléter la traduction de l'Histoire du Nouveau Monde de Benzoni.

24 Jean Crespin et Simon Goulart, Histoire des martyrs : persecutez et mis à mort pour la verité de l'Evangile, depuis le temps des Apostres jusques à l'an 1597 comprinse en douze livres, contenant les Actes memorables du Seigneur en l'infirmité des siens, non seulement contre les efforts du monde, mais aussi contre diverses sortes d'assaux et heresies monstrueuses, Genève, Eustache Vignon, 1597, fol. 414 recto.

25 « Remonstrance aux François sur leur sedition, rebellion et felonnie, contre la Majesté du Roy » de 1589 in Estienne Pasquier, Ecrits politiques, textes réunis, publiés et anotés par D. Hitckett, Genève, Droz, 1966, p. 130.

26 Loys Le Roy, Des troubles et differens advenans entre les hommes par la diversité des Religions, Lyon, Benoît Rigaud, in-8°, 1568, fol. 3 recto.

27 Loys Le Roy, Consideration, op. cit., p. 5-6. Dans L’Exhortation, on retrouve à peu près la même formulation sur les hommes qui « s’entrepersecutent cruellement par haynes & inimitez, se monstrans plus brutaux que bestes, qui ne s’adonnent à cruauté pour chaque occasion », Loys Le Roy, Exhortation, op. cit., fol. 16 verso.

28 Loys Le Roy, De la Vicissitude, op. cit., fol. 6 verso ; Consideration, op. cit., p. 18 ; Des Troubles, op. cit., fol. 11 verso.

29 Lettre de La Popelinière à Scaliger daté du 4 janvier 1604, cité in George Huppert, L'idée de l'histoire parfaite, trad. Françoise et Paulette Braudel, Paris, Flammarion, 1973 pour la traduction française [1970 original], p. 201-202.

30 Marc Lescarbot, op. cit., p. 697.

31 Ibid., p. 710.

32 Romain Bertrand, L'Histoire à part égales. Récits d'une rencontre Orient-Occident (XVIe-XVIIe siècle), Paris, Seuil, 2011, p.53

33 Marie-Madeleine Fontaine « Antiquaires et rites funéraires » in Les funérailles à la Renaissance, actes du XIIe colloque de la Société d'Etude du Seizième siècle, Bar-le-duc, décembre 1999, dir. Jean Balsamo, Genève, Droz, 2002, pp.329-355, citation p. 345.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oury Goldman, « Les imprimés et l'Amérique en France pendant les guerres de Religion  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 15 décembre 2013, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65810 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65810

Haut de page

Auteur

Oury Goldman

Étudiant à l'EHESS
oury.goldman@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page