Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
Le « bon gouvernement des peuples » : une recherche collaborative et son contexte historiographique – Actes du colloque international des 4 et 5 avril à Lisbonne
Marjolaine Carles

Gestion des ressources hydriques et activité minière au Minas Gerais (Brésil) des premières découvertes d'or alluvionnaire à 1736

[14/10/2013]

Résumés

À partir d'une historiographie sur le concept de partage de l'eau, cet article a pour objectif de proposer et d'analyser une classification juridique des eaux au Minas Gerais (Brésil) au XVIIIe siècle. Dans le cadre de l'activité minière, nous ne traitons que des statuts des eaux utilisées par les mineurs : c'est-à-dire des « eaux communes » depuis les premières découvertes de gisements alluvionnaires (à l'extrême fin du XVIIe siècle) jusqu'à 1736, année témoin de la dernière réforme sur le partage des « eaux aurifères ».

Les étapes fondamentales de la capitalisation des eaux sont dégagées à l'échelle locale parallèlement à l'évolution des normes de partage des terrains aurifères (datas) ainsi que des systèmes de fiscalité. Sur le territoire des mines nouvellement conquis, la métropole portugaise devait faire face à deux problèmes majeurs : d'une part, la montée en puissance des grands entrepreneurs, véritables gestionnaires des eaux qui échappaient au contrôle d'une « administration centralisée » ; et, d'autre part, les dysfonctionnements institutionnels répétitifs qui encourageaient l'enrichissement des maîtres des eaux autant que le détournement de l'or. De fait, les imprécisions des réglementations du partage des eaux et les abus des autorités locales chargées de leur gestion contraignaient la métropole à compléter la législation minière et à réformer les cadres politico-administratifs locaux en favorisant une spécialisation des compétences des juridictions puis une multiplicité de pouvoirs périphériques.

Ainsi, les enjeux de gestion des eaux, à la fois spatiaux (selon le droit coutumier d'appropriation par l'usage des eaux et des terres puis, d'après la logique de répartition des datas) et économiques (production aurifère et fiscalité,) provoquaient d'importantes mutations institutionnelles au sein du « bon gouvernement » de la zone minière dans la colonie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 D'après Adam Smith, l'eau est une richesse naturelle dotée d'une certaine variabilité ce qui comple (...)
  • 2 Du latin capitalis « relatif à la tête », le terme capital renvoie à la partie principale d'une ric (...)

1Depuis les premiers temps de l'histoire des Minas Gerais, réputés pour les découvertes d'extraordinaires richesses minières, la métropole fut confrontée à deux principales difficultés : le maintien d'un système de fiscalité efficace et une montée en puissance de pouvoirs locaux qui échappaient à son contrôle. Puisque l'eau était indispensable à l'activité minière quels que fussent les modes d'exploration dans les lits de rivières et dans les montagnes, les enjeux de sa gestion méritent une profonde attention. Ce processus de contrôle commence dès l'accès à la ressource, il se poursuit au cours de son partage jusqu'à ses fins après usages. En cela, il implique la transformation d'une eau considérée comme une richesse sociale1 à un capital2 capable de produire des intérêts.

2Dans la région des mines, les ressources hydriques se présentaient sous diverses formes avec des eaux territoriales (sources, puits naturels, cours d'eau) et des eaux pluviales. Malgré cette abondance, la ressource était mal répartie. Lorsqu'un mineur utilisait l'eau au détriment d'autres usagers, il était question de « partage concurrentiel ».

3L'institutionnalisation de la gestion communautaire des eaux dans la colonie portugaise apparaît à travers une grande quantité de documents archivistiques en l'occurrence législatifs, administratifs dont les livres des terres et des eaux minérales à Vila Rica, judiciaires ainsi que des correspondances entretenues entre certaines autorités locales et la métropole. La consultation de ces sources très diversifiées et produites par différents pouvoirs dans la colonie et en métropole, permet de reconstituer une chronologie évolutive de la législation en fonction des problèmes liés à l'appropriation et aux usages de l'eau. Grâce à ce matériel, nous sommes en mesure d'étudier d'une part, le cercle des acteurs qui participaient au partage de la ressource et, d'autre part, de mettre en évidence des incohérences entre le droit coutumier et les normes métropolitaines de partage.

4Quelle était alors la valeur politique de l'eau ? Autrement dit, à partir de l'exemple des Minas Gerais, quelle était la place de la gestion de l'eau au sein du processus d'amélioration de l'exercice du pouvoir dans l'espace colonial ? Depuis les premières découvertes de gisements alluvionnaires de l'extrême fin du XVIIe siècle à 1736 —date marquée par des réformes importantes notamment sur le partage des eaux—, nous centrons notre analyse sur les aires d'exploitation aurifère les plus réputées. Celles-ci étaient implantées sur le Rio das Velhas et le Ribeirão do Carmo, affluents du Rio São Francisco et du Rio Doce.

5À partir d'une historiographie sur le concept de partage de l'eau, nous mettons en valeur l'intérêt de proposer une classification juridique des eaux au Minas Gerais au XVIIIe siècle. Nous nous attachons à démontrer en quoi il s'agit d'un cas d'étude remarquable du partage des eaux dans le cadre de l'activité minière selon deux approches : spatiale et économique.

État de la question « partage de l'eau »

  • 3 Aubriot, Olivier; Jolly, Geneviève, Histoire d'une eau partagée. Irrigation et droits de l'eau du M (...)

6Le concept de partage de l'eau a été récemment défini et abordé tout particulièrement depuis les années 2000 par des chercheurs en sciences humaines et sociales qui s'interrogent sur l'histoire environnementale et s'intéressent aux conséquences écologiques de la gestion de la ressource3. Ces travaux ont tendance à distinguer les droits des eaux en contexte urbain et en contexte agraire. Le partage relève d'une gestion communautaire avec tout d'abord la maîtrise technique de la ressource (déviation, acheminement, stockage) puis, l'application de règles d'usage et de coexistence entre usagers en accord avec l'équilibre écologique.

  • 4 Cressier, Patrice; Wateau, Fabienne, « Le partage de l'eau (Espagne, Portugal, Maroc) », Dossier de (...)
  • 5 Le Louarn, Patrick, L'eau sous le regard des sciences humaines et sociales, Paris, L'Harmattan, 200 (...)
  • 6 Fournier, Patrick, Lavaud, Sandrine, « Eaux et conflits dans l'Europe médiévale et moderne », Actes (...)

7Parmi les études récentes, un numéro des Mélanges de la Casa de Velázquez4 sous la direction de Cressier et Wateau a permis de dégager en 2006 le paradoxe du partage de l'eau à la fois source de rassemblement, assurant la solidité des liens sociaux, et source de discorde. Ces dernières années, des travaux se sont spécialisés sur les conflits, les différents niveaux d'intervention des acteurs au sein de la gestion et sur les droits des eaux. Citons l'ouvrage dirigé par Le Louarn (2007)5. Plus précisément, les études réunies en 2012 sous la direction de Fournier et Lavaud6 traitent des conflits liés à l'eau dans l'Europe médiévale et moderne. Parmi les recherches développées sur l'Élément par des sociologues, des ethnologues, des anthropologues, des géographes et des historiens, la complexité de différenciation entre droit d'accès, droit d'usage et gestion demeurent au cœur des problématiques.

  • 7 Glick, Thomas, Irrigation and society in medieval Valencia, Cambridge, Belknap Press, 1970.
  • 8 Morales Gil, Alfredo, Agua y territorio en la Región de Murcia, Murcia, Fondo de Estudios Histórico (...)
  • 9 Marcos Martíns, Alberto, Agua y Sociedad en la Época Moderna, Valladolid, Instituto de Historia Sim (...)
  • 10 Chaves, Manuel Fernándes, Los Caños de Carmona y el abastecimiento de agua em la Sevilla moderna, S (...)
  • 11 Musset, Alain, De l'eau vive à l'eau morte: enjeux techniques et culturels dans la vallée de Mexico (...)
  • 12 Piwoka, Gonzalo Figueroa, Las aguas de Santiago de Chile (1541-1741), Santiago, Editoria Universita (...)
  • 13 Macías Hernández, Antonio, « La colonización europea y el derecho de aguas. El ejemplo de Canarias, (...)

8Dans le monde ibérique, plusieurs études ont été développées, succédant aux travaux de Glick7 , sur les droits des eaux dans un contexte d'irrigation du Moyen Âge à l'Époque moderne. Dans l'empire espagnol, l'historiographie de la gestion de l'eau est assez conséquente en métropole et dans l'espace colonial. Les spécialistes s'attachent aussi bien à des milieux semi-arides, par exemple dans la province de Murcie8, qu'à des contextes où l'eau se trouvait en abondance. À l'issue d'un colloque à Simancas en 2007, une compilation des interventions des chercheurs a été publiée avec la coordination de Marcos Martíns9 sur le thème de l'eau et de la société à l'Époque moderne. La gestion des eaux dans la ville fait l'objet d'études spécialisées comme le montre l'ouvrage de Chaves10 à Séville (2011) et comme d'autres travaux dans l'espace colonial. Par exemple, la thèse de Musset11 publiée en 1991 traite des enjeux techniques et culturels dans la vallée de México entre le XVIe et le XIXe siècle. L'œuvre de Gonzalo Piwoka12 s'intéresse, elle aussi, aux aspects techniques et politiques de la gestion des eaux à Santiago au Chili entre le XVIe et le XVIIIe siècle. L'étude de cas des îles Canaries de Macías Hernández publiée en 2009 dans la revue Hespanha13, propose une analyse avancée sur le rôle de l'aristocratie sucrière au sein d'un processus de capitalisation des eaux, de la fin du XVe siècle au premier quart du XVIe siècle. L'auteur explicite la différenciation des eaux : les unes qualifiées de « communes » qui relevaient de la res communis et d'autres qui faisaient l'objet d'usages « particuliers » par les propriétaires des exploitations sucrières. Bien que la littérature sur la gestion de l'eau soit abondante et variée, il est important de noter que ces travaux ne distinguent pas les divers statuts des eaux en privilégiant une approche axée sur les aspects techniques et politiques.

  • 14 Caetano, Joaquim Oliveira, Silva, Jorge Cruz, Chafarizes de Lisboa, Sacavém, Distrieditora, 1991. F (...)
  • 15 Silva, Germano, Fontes e chafarizes do Porto, Porto, SMAS-Serviços Municipalizados de Águas e Sanea (...)
  • 16 Companhia Geral das Águas do Porto, Regulamento para os encanamentos particulares e consumo d'água.(...)
  • 17 Ces ouvrages ont été réalisés dans une dynamique de politique de patrimonialisation de l'architectu (...)
  • 18 Bruno, Barbara; Inácio, Pedro, Galerias subterrâneas e Chafarizes monumentais de Lisboa abastecidos (...)
  • 19 Certaines études sur le calcul de la consommation démontrent que l'approvisionnement pensé de maniè (...)

9Au Portugal et dans son empire d'outremer, malgré une grande quantité de travaux sur l'eau selon divers points de vue, la thématique du partage de la ressource a été très peu abordée à l'Époque moderne. Des architectes et des historiens de l'art, parfois des associations d'érudits et des ingénieurs étrangers, ont accordé un vif intérêt à l'aspect technique et esthétique des infrastructures hydrauliques ; c'est-à-dire, des solutions de partage dans les villes pourvues d'un réseau hydraulique public important avec des aqueducs et des fontaines monumentales. Parmi ces villes nous citerons Lisbonne14, Porto15, Coimbra, Braga, Évora. Des études urbanistiques permettent de reconstituer la genèse du réseau hydraulique dans ces villes. Les compagnies privées des eaux dès le XIXe siècle16, les services des archives historiques municipales17 de même que le Musée de l'Eau à Lisbonne à partir des années 198018 ont souvent été les instigateurs de travaux de retranscriptions des sources archivistiques propres à la gestion de l'eau en ville et aux stratégies de calcul de consommation à l'échelle globale de la population19. Cependant, ces études ne développent pas d'analyse historique. Les enjeux politiques et socio-économiques d'une eau partagée entre la population et les différents pouvoirs impliqués dans sa gestion ne sont pas contextualisés.

  • 20 Bayón, Damián, L’art colonial sud-américain: domaine espagnol et brésilien, Paris, Aurore, 1990. Co (...)
  • 21 Par exemple, les approches historiques de F. Bicalho à Rio de Janeiro et de C. Damasceno Fonseca da (...)
  • 22 Andrade, Francisco Eduardo de. A invenção das Minas Gerais: empresas, descobrimentos e entradas nos (...)
  • 23 Fonseca, Alberto, Controle e uso da água na Ouro Preto dos Séculos XVIII e XIX, Dissertação de Mest (...)
  • 24 Silva, Fabiano Gomes da, Pedra e cal: Os construtores de Vila Rica no século XVIII (1730-1800), Dis (...)
  • 25 Tedeschi, Denise, Águas urbanas: as formas de apropriação das águas em Mariana/MG (1745-1798), Diss (...)
  • 26 Frias, Renato Coimbra, Abastecimento de água no Rio de Janeiro Joaninno : uma geografia do passado.(...)
  • 27 Cabral, Diogo de Carvalho, « Águas passadas: sociedade e natureza no Rio de Janeiro oitocentista », (...)

10De même, en ce qui concerne l'Amérique portugaise, le thème de partage n'a pas été abordé dans sa globalité. Des recherches sur la maîtrise technique et la dimension esthétique des complexes hydrauliques définissent ces éléments comme caractéristiques de l'art et de l'architecture coloniaux20. Par ailleurs, les acteurs de la gestion ou les conflits d'intérêts liés à la ressource sont examinés selon d'autres perspectives de recherche car l'eau est omniprésente dans les études qui traitent de l'histoire politique, socio-économique et culturelle dans la ville coloniale21. Dans le contexte des mines, Andrade aborde le thème de l'eau dans L'invention des Minas Gerais22, toutefois sans lui accorder une place de premier plan. Très récemment, des études universitaires sur l'eau ont été initiées selon une perspective de sciences humaines et sociales au Minas Gerais, suivant un point de vue environnemental23 puis des approches historiques ont vu le jour à Ouro Preto24 et à Mariana25. D'autres recherches développent une analyse géographique du réseau hydraulique à Rio de Janeiro entre le XVIIIe et le XIXe siècle26. Le ravitaillement en eau de la capitale de la colonie a fait l'objet de nombreuses attentions depuis le XIXe siècle. Depuis les années 2000, les travaux intègrent des problématiques propres au concept de développement durable27.

11Malgré une spécialisation sur l'eau en ville, ces recherches n'intègrent pas l'historiographie sur la notion de partage de même elles ne proposent pas de distinction entre les eaux souvent qualifiées d'eaux urbaines. Or, pour saisir la dynamique du partage et des conflits dans l'espace colonial, il semble qu'il soit d'un grand intérêt de proposer une classification juridique des eaux afin de cerner les véritables enjeux d'appropriation et des usages. Pour cela, le Minas Gerais au XVIIIe siècle représente un excellent observatoire de la genèse des statuts des eaux suivant deux approches : spatiale et économique.

12Puisque le territoire était nouvellement conquis, depuis l'extrême fin du XVIIe siècle, nous sommes en mesure de faire ressortir l'évolution des usages de l'eau en fonction des vagues de nouveaux arrivants. Puis, nous restituons le contexte de construction du réseau hydraulique propre à l'activité minière parallèlement à la création des cadres politico-administratifs de la gestion de l'eau. Enfin, nous percevons l'évolution des enjeux socio-économiques des eaux partagées entre mineurs. Au-delà de l'échelle locale, les lieux d'extraction d'or étaient à l'origine de la création d'espaces économiques extrêmement attractifs et lucratifs pour le trésor royal pendant la première moitié du XVIIIe siècle, en l'occurrence sous le règne de D. João V.

  • 28 Mattoso, José, História de Portugal. O Antigo Regime, Tomo 4, Lisboa, Estampa, 1998, p. 175.

13À partir d'une distinction de catégories juridiques des eaux dans ce contexte de colonisation des Minas Gerais, interrogeons-nous sur la gestion des ressources hydriques et l'activité minière. Il s'agit de vérifier en quoi cette classification est plausible et efficace en tant que méthode d'approche d'une étude sur l'eau et de quelle manière elle facilite l'analyse des enjeux et des différents niveaux d'intervention des acteurs au sein du partage. Les sources archivistiques de type administratif, judiciaire ou notarial contiennent des références à l'arsenal législatif. L'ensemble de ces documents a été émis par les autorités métropolitaines et d'origine locale concernant la gestion communautaire de l'eau. Ces textes normatifs rendent identifiable une classification des statuts des eaux dans les vilas (titre d'un chef-lieu de concelho d'Amérique portugaise) de la région minière qui, tout comme le Droit castillan, reprenait les principes du Droit romain et du Droit féodal. Par ailleurs, au Portugal entre le XIVe et le XVIIIe siècle, la loi n'était pas la principale source de connaissance du droit en vigueur. Une grande variété de documents même étrangers servait de référence28.Cependant, l'application de ces textes ne dépendait pas toujours de conditions précises au sein d'une « société de frontière » du début d'un XVIIIe siècle dans l'espace colonial marqué par une malléabilité des droits. Comment un élément qui dépendait du patrimoine royal inaliénable, universel d'après les Ordenações do Reino pouvait-il être approprié ?

14La notion de classification juridique de l’eau se réfère aux « statuts », c'est-à-dire aux droits et obligations, qui lui étaient attribués en fonction de sa nature, de ses usages, de son appropriation et des règles de partage établies par les pouvoirs (véritables gestionnaires). Nous différencions trois principaux statuts des eaux : les « eaux communes », les « eaux particulières » et les « eaux publiques ». Dans cette étude, il ne s'agit pas d'exposer une démonstration de cette classification mais, celle-ci posée, notre réflexion s'attache à prouver sa plausibilité dans le cadre de l'activité minière.

15Parmi les eaux communes, nous considérons les eaux courantes soit les fleuves, les rivières navigables et non-navigables puis les eaux stagnantes comme les lacs qui étaient inclus dans les limites territoriales du domaine royal et qui dépendaient de la res communis. De fait, elles relevaient du droit d'usage commun. Ces eaux ne pouvaient faire l'objet d'appropriation et restaient à la disposition de tous, moyennant le respect de certaines réglementations imposées par l'État.

16Les eaux particulières étaient sujettes à l'appropriation, par un individu ou un collectif, au même titre que la terre. Le détenteur jouissait d'un usage particulier des eaux courantes (petits cours d'eau, sources) ou artificielles (eaux déviées, stockées) en fonction des règlements établis par les juridictions compétentes sur le territoire dont elles dépendaient.

17Après la fondation administrative des premières vilas dans la région des mines (1711), les eaux de la res publica passaient sous la dépendance des autorités locales compétentes (câmara municipale). Ainsi, c'est en ce point qu'elles se différenciaient des eaux communes qui demeuraient inaliénables. Le statut des eaux publiques impliquait une soumission directe des usagers aux lois et aux réglementations établies par les pouvoirs locaux qui étaient chargés de la gestion de la ressource.

  • 29 Cité dans Gazzaniga, Jean-Louis; Ourliac, Jean-Paul, Le droit de l'eau, Paris, Librairies technique (...)

18Comme le souligne Christian Atias : « dans l'aveuglante transparence du liquide, dans le mouvement permanent, le droit se perd et se retrouve »29. Par conséquent, cette réversibilité des droits impliquait une flexibilité des statuts, toute relative aux usages et au partage. Ainsi, la ressource était susceptible d'être appropriée selon le droit coutumier d'usage et même suivant des pratiques illicites ou de contournement de la législation. Le rôle des différentes formes de pouvoir était inhérent à ce processus.

19Les droits des eaux étaient élaborés de façon autonome au cours de la gestion en fonction des contraintes environnementales, des intérêts socio-économiques, des particularismes d'organisation territoriale du sertão minier et à travers les conflits entre usagers. La politique des eaux sur le territoire des mines, nouvellement conquis et en cours d'urbanisation, s'articulait à partir de ce maillage complexe de différents statuts dont l'ensemble formait le corps d'une classification juridique des eaux qui n'était pas figée, inaltérable, immuable. Dans cet article, nous traitons des statuts des eaux utilisées par les mineurs, c'est-à-dire les eaux communes et les eaux particulières sans tenir compte des eaux publiques.

Partage des eaux et conquête du territoire des mines

20Puisque nous envisageons une approche spatiale, il s'agit de saisir les enjeux de partage des eaux de la conquête du territoire des mines en trois temps : premièrement, en identifiant les théâtres de la gestion de l'eau avec, dans un deuxième temps, ses protagonistes pour en déduire ensuite les véritables intérêts d'usage et d'appropriation.

  • 30 Saint-Hilaire, Auguste, Viagem pelas províncias do Rio de Janeiro e Minas Gerais, Reconquista do Br (...)

21Les théâtres des explorations évoluèrent avec l'apparition de nouvelles techniques d'extraction et de traitement de l'or, en fonction de la nature des gisements et avec le recours à de nouveaux usages de l'eau. Les gisements aurifères se présentaient sous deux formes. Les gisements secondaires, dit cascalho, se concentraient dans les lits des rivières et à flanc de vallée. Cet or alluvionnaire était le plus facile d'accès, c'est aussi ce que nous appelons l'or des eaux communes dont la première découverte effective datait de 1693. Les gisements primaires, quant à eux, étaient directement incrustés dans la roche. Ces filons étaient concomitamment recherchés au cascalho. D'après le récit de voyage de Saint-Hilaire, des explorations de gisements primaires se développaient déjà vers 1704-170530.

  • 31 Furtado, Bento Fernandes, « Notícias dos primeiros descobridores das primeiras minas do ouro perten (...)
  • 32 Technique primitive de traitement des dépôts d'alluvion à flanc de vallée. Ferrand, Paul, L'or à Mi (...)

22L'activité minière était une activité saisonnière. L'extraction se déroulait pendant la période sèche alors que certaines méthodes de traitement de pépites comme le lavage avait lieu pendant la saison des pluies et requérait un service des eaux important. Quel que fût le gisement, les méthodes d'exploitation nécessitaient de grandes quantités d'eau. Lorsque les explorations se déplaçaient dans les montagnes, des innovations techniques facilitèrent l'acheminement de l'eau jusqu'aux sites de gisement. Vers 1707, d'autres méthodes permettaient l'arrachement des couches stériles au moyen de la force hydraulique afin de pénétrer dans les strates où l'or se trouvait concentré31. Avec l'épuisement du cascalho dans les années 1710, les explorations s'intensifièrent dans les montagnes. Dès lors, un réseau hydraulique spécifique pour l'activité minière en construction modifiait le paysage du territoire des mines. Les infrastructures assuraient aussi le ravitaillement quotidien en eau dans ces lieux de regroupement humain à l'origine des premiers arraiais (établissements stables de dimension variable qui dépendaient d'une vila). Ces aires d'exploration combinaient souvent plusieurs méthodes d'exploitation du minerai telles que les catas32 (excavations circulaires ou quadrangulaires), les canais (canaux de réception et de traitement) et les mundeús. Cette superposition d'infrastructures circulaires ou quadrangulaires adossées à flanc ou en bas des morros servait au traitement de la boue aurifère accumulée lors de l'activité minière par décantation et séparation avec les autres particules puis lavage. Retraçant l'itinéraire de son ancien cours, le cascalho se retrouvait aussi à flanc de vallée lorsqu'il avait été déposé par la rivière. Ces sites d'exploitation de gisement ou grupiaras nécessitaient parfois l'acheminement de l'eau pour le traitement des pépites d'or de taille variable. Si le système de catas se situait sous le niveau de l'eau, celle-ci était facilement amenée par le biais de tabuleiros (étages en escaliers) jusqu'aux plus basses zones.

23Le profil des agents de gestion des eaux évoluait avec le déplacement des théâtres d'exploration. Les usagers qui s'approprièrent les eaux d'après le droit d'usage coutumier se distinguaient des autorités déléguées. Elles étaient chargées de l'institutionnalisation de la gestion des eaux, notamment en répertoriant les nouvelles découvertes des cours d'eau et en répartissant par la suite les eaux et les terrains aurifères (datas).

  • 33 Andrade, op. cit., p. 61-64 et chap. 3.

24Les paulistas (individus originaires de São Paulo) furent les premiers découvreurs d'or alluvionnaire. En tant que conquérants, ils bénéficièrent de privilèges dès 169633. Selon la coutume, ils s'approprièrent les rivières aurifères symboliquement —la toponymie du cours d'eau reprenait d'ailleurs le nom du découvreur— jusqu'à ce que le guarda-mor, officier auxiliaire du superintendente, intervienne pour répartir les terres sur les rives. Ces deux juridictions avaient été spécialement créées lors de la promulgation du Regimento dos Superintendentes, Guardasmores e mais oficiais deputados para as minas le 19 avril 1702 adapté au contexte des mines de la colonie portugaise. Parmi diverses fonctions, ils étaient chargés d'établir l'ordre et de renforcer l'autorité de la Couronne qu'ils représentaient. Aussi, devaient-ils maintenir une production constante d'or et administrer l'activité minière de même que le partage des datas. Les paulistas avaient été avantagés par la distribution des datas en bord de rivières dictées par le code minier de 1702 dans la mesure où ils participèrent avec le gouverneur à son élaboration. D'ailleurs, les premiers guardas-mores étaient des paulistas.

  • 34 Andrade, op. cit., p. 283.

25Dans les premières décennies du XVIIIe siècle, ils cédèrent la place à de « nouveaux entrants » au sein du partage concurrentiel de l'eau. Ces nouveaux arrivants appelés reinóis, venus du Nordeste de la colonie ou originaires de métropole et comprenant même des étrangers, se différenciaient des sphères sociales inférieures très hétérogènes parmi les mineurs (hommes, femmes, blancs ou de couleur). Ils investissaient dans des méthodes de gestion de l'eau plus élaborées, plus coûteuses mais aussi plus rentables dans les exploitations. De plus, ils détenaient le monopole du commerce des esclaves africains34. Ces nouveaux usagers des eaux devenaient de grands entrepreneurs qui cumulaient souvent plusieurs activités.

  • 35 Il s'agissait d'ailleurs du lieu surnommé a posteriori « morro da Queimada » suite aux représailles (...)

26Avec le développement désordonné des explorations, l'inégalité des techniques entre mineurs et le partage concurrentiel de l'eau, des conflits identitaires ne tardèrent pas à surgir dans les aires d'exploration. Ils donnèrent lieu à des affrontements violents entre les premiers arrivants et les nouveaux venus comme au cours de la Guerre des Emboabas (1707-1709). Au fur et à mesure que les recherches s'intensifiaient dans les montagnes, ces conflits s'envenimèrent. Les puissants exploitants, nouveaux usagers, s'affirmèrent en tant que gestionnaires des ressources hydriques. Par conséquent, ils privaient de l'usage de l'eau d'autres mineurs alors contraints d'abandonner leurs lavras (aires d'exploitation) ou bien d'acheter l'eau à des prix exorbitants. De plus, leur pouvoir échappait aux autorités métropolitaines. L'exemple de Pascoal da Silva Guimarães illustre bien ce profil montant de gestionnaire des eaux. Homme pauvre venu du Portugal, tout d'abord employé par des marchands à Rio de Janeiro, il a pu construire un important patrimoine économique en investissant dans des grandes exploitations minières de la future capitainerie des Minas Gerais. La rentabilité de son entreprise exigeait d'importantes quantités d'eau et beaucoup de main-d'œuvre servile. Après s'être approprié les eaux selon le droit coutumier d'usage, il a étendu l'aire de son exploitation dans les morros qui surplombaient la future Vila Rica35. En 1708, trois cent esclaves travaillaient pour lui. Nommé superintendente das Minas de Ouro Preto par le gouverneur Antonio de Albuquerque en 1709, il participa ardemment au mouvement contestataire connu sous le nom de Sédition de Vila Rica en 1720. À l'issue de cette révolte, la capitainerie des Minas Gerais fut créée le 12 septembre, se différenciant de celle de São Paulo. Puisque les usagers/propriétaires des eaux devenaient des pouvoirs locaux, la métropole avait tout intérêt de manœuvrer adroitement afin de renforcer son autorité.

27Les intérêts d'usage et d'appropriation des eaux étaient considérables. Lorsque nous confrontons les incohérences entre droit coutumier et logique de répartition des datas —celle-ci étant élaborée et améliorée au fil de la législation—, les gestionnaires des eaux semblaient jouer un rôle essentiel dans la conquête de la région des mines. Ils s'affirmaient en tant qu'agents de parcellement du territoire. Pour comprendre ce que représentait le patrimoine eau et appréhender sa place dans les conflits entre mineurs comme enjeu spatial, il faut relever deux caractéristiques : d'une part, le procédé suivant lequel l'eau fut considérée comme un service et à quel moment puis, d'autre part, son lien intrinsèque avec la terre.

28Avec les méthodes d'exploration de l'or dans les rivières, l'eau était appréciée comme une ressource universelle ce qui signifie qu'elle s'apparentait au statut des eaux communes de la classification que nous avons proposée. En revanche, lors de certaines étapes de traitement des pépites ou au cours de l'acheminement du liquide dans les lavras, l'eau était déviée et instrumentalisée pour l'activité minière. La ressource devenait donc un service. Dès lors, son statut ne pouvait plus être mis en corrélation avec celui des eaux communes. Par ailleurs, le service des eaux garantissait d'après la coutume leur appropriation et légitimait l'appropriation des terres, si bien que dans les montagnes l'on pouvait distinguer des terres vacantes celles qui bénéficiaient d'un service des eaux, lesquelles étaient appropriées.

29Les datas étaient des aires légalement délimitées qui pouvaient varier en fonction du nombre d'esclaves en activité. Il s'agissait d'une première forme de propriété foncière qui relevait de la juridiction des guardas-mores. Le partage des datas était régi par le Regimento de 1702. Par conséquent, il était inadapté aux nouveaux enjeux d'appropriation et d'usage puisqu'il se limitait à réglementer la répartition des terres en marge des rivières, ne faisant que suggérer l'usage des eaux communes sans préciser son partage.

  • 36 Provisão (24 février 1720), RAPM, Belo Horizonte, Ano I, 4, p. 692-694.

30En 1720, un ordre royal connu sous le nom de provisão das àguas36 réglementait le nouveau partage des eaux aurifères d'après la logique de répartition des datas de 1702. Il était toujours question de motiver les nouvelles découvertes et de limiter les conflits entre mineurs. Dorénavant, cet ordre considérait l'eau en tant que service et prenait en compte son rapport avec la terre : ce qui revenait à estimer la capacité de rendement des terrains aurifères selon les méthodes d'exploitation préconisées. Les datas représentaient des unités administratives qui se dotaient d'une valeur intrinsèque lorsque l'eau était acheminée. De fait, une rationalisation de l'espace s'ordonnait grâce au partage de la ressource.

Capitalisation des eaux

31En considérant sous un angle économique les deux paramètres dernièrement dégagés : l'eau/service et son lien intrinsèque avec la terre, nous pouvons saisir le processus de capitalisation de la ressource. Cette « richesse sociale » instrumentalisée en tant que service pour produire de l'or devenait alors un « capital » indissociable des terres et des esclaves qui travaillaient dans les lavras. Dans les premières décennies du XVIIIe siècle, l'eau changeait de nature au fil des déplacements des explorations dans les montagnes et selon l'évolution des enjeux d'appropriation et d'usages. Elle était appropriée, faisait l'objet d'un usage particulier et était soumise à des nouvelles règles de partage si bien que l'on assistait à une mutation du statut des eaux. En effet, leur classification ne correspondait plus aux « eaux communes » mais davantage aux « eaux particulières ».

  • 37 Madani, Tariq, « Le partage de l'eau dans l'oasis de Figuig (Maroc oriental). Approche historique e (...)

32Patrimoine très convoité, son partage était un motif de conflit entre les mineurs. Pour reprendre l'expression de Tariq Madani, un historien et archéologue qui s'est intéressé au partage de l'eau dans un contexte d'oasis dans le Maroc oriental : la capitalisation de la ressource est « l'ami du puissant »37. De même, au Minas Gerais dans les premières décennies du XVIIIe siècle, son partage favorisait l'enrichissement des grands entrepreneurs. Malgré des mesures prises en 1702 pour éviter le « trafic » des datas, un vide juridique subsistait sur le régime des eaux.

33Si l'appropriation des eaux a légitimé celle des terres et a permis de produire de l'or avec l'aide de la main-d'œuvre servile, nous comprenons en quoi cette équation garantissait l'ascension sociale des exploitants. De ce fait, il était nécessaire de renforcer le contrôle métropolitain sur la ressource en tant qu'« eaux particulières » afin d'avoir une mainmise sur les usages et sur les intérêts produits (or). C'est ainsi que fut créé le statut des « eaux aurifères » (águas auríferas) ou plus génériquement des « eaux minérales » (águas minerais) lors de la provisão das águas en 1720. La nouvelle législation garantissait la préservation des intérêts de la Couronne liés au partage des eaux et des terres qui relevaient du domaine de la fiscalité.

  • 38 Sobre o que representou o Guarda-mor a respeito das águas com que se minera (8 octobre 1718), APM-S (...)

34Le dispositif normatif du partage des eaux aurifères semblait faciliter les modes de fiscalité de l'activité minière contre tout détournement. D'ailleurs, à la fin de la seconde décennie du XVIIIe siècle, la prise de conscience métropolitaine du « capital eau » en 1718 coïncidait avec les tentatives de réformes sur les méthodes de fiscalité dont nous retiendrons le projet avorté de mise en place du quinto et des fonderies royales (casas de fundição) en 1719. Le guarda-mor geral Garcia Rodrigues Pais rendait compte au roi des revers de la capitalisation des eaux puisque d'après lui seuls les riches jouissaient d'une exclusivité d'usage en tant que service38. Or, aucune législation ne réglementait le partage de l'eau. Cela entraînait des répercussions défavorables immédiates sur le recouvrement de l'impôt. Tous les mineurs n'avaient pas systématiquement accès à la ressource dans leurs exploitations. Le service des eaux étant obligatoire pour mener à bien leur entreprise, sans son recours, ils se voyaient contraints de cesser leurs activités. Par conséquent, ils n'étaient plus en mesure de payer l'impôt.

35La provisão das águas de 1720 est un témoignage de l'attention métropolitaine portée à l'administration des « eaux aurifères » dont la valeur était celle d'un patrimoine de particulier voué à la capitalisation pour produire de l'or. L'ordre royal avait trois dispositions pour champ d'action. Dans un premier temps, elle règlementait un partage équitable donc plus rentable. L'efficacité de cette mesure était indissociable des systèmes de prélèvement de l'impôt. Les eaux, les terres et les esclaves représentaient des critères de référence pour déterminer la capacité de production de l'exploitation. Dans un second temps, la Couronne interdisait toute commercialisation des eaux aurifères afin d'éviter leur trafic. Enfin, l'ordre royal mettait un terme à la pratique d'appropriation des eaux sans l'approbation des guardas-mores. Cela revenait à fixer la coutume en tant que norme de partage. En outre, les eaux acquises selon le droit coutumier restaient entre les mains des grands entrepreneurs.

  • 39 Bando do Excelentíssimo Senhor Gov. D. Lourenço de Almeida para o morro da Passagem (26 septembre 1 (...)

36Le nouveau partage des eaux en 1720 tendait à démocratiser l'activité minière de manière à faire en sorte que tous les mineurs pussent être imposables. Un bando39 daté de 1721 qui circulait dans les morros de Matacavalos entre Vila do Carmo et l'arraial da Passagem, reconnaissait la diversité des techniques et dictait des règles de cohabitation entre les mineurs. Cela reflétait la volonté métropolitaine de faciliter et de systématiser le mode de fiscalité (quinto) quelles que fussent les méthodes des exploitants.

  • 40 Ferrand, op. cit., p. 149.
  • 41 Museu da Inconfidência-Arquivo Histórico, CMOP-AJ, Livro de Registro de Terras e Águas Minerais, Gu (...)
  • 42 Idem., f. 101v-102.

37Toutefois, la complexité de la gestion des eaux était telle dans le contexte des mines brésiliennes que certains systèmes de partage échappaient au contrôle d'une administration centralisée. Des sociétés s'étaient articulées entre mineurs. Elles permettaient à des chercheurs plus modestes d'acquérir des eaux et des terres. D'après le bando de 1721, un découvreur de filons dans les morros avait tout intérêt à s'associer à un riche exploitant qui possédait le système hydraulique requis pour le service des eaux40. De plus, en cumulant le nombre de leurs esclaves ils pouvaient bénéficier d'une concession de data plus avantageuse. Les mineurs pouvaient aussi investir ensemble pour rentabiliser les techniques d'exploitation plus coûteuses. D'après les livres de la guardamoria, les concessions attribuées à des sociétés de mineurs étaient très courantes, comme en 1731 à Francisco de Azevedo et José de Abreu Corrêa, propriétaires d'une mine à Lavras Novas du morro de Padre Faria de Vila Rica. En réalité, un olho de água (source) qui se trouvait dans la mine passait sous le régime des « eaux aurifères » par le biais de cette opération administrative41. L'enregistrement dans le livre de la guardamoria42 d'une provisão du 3 août 1733 témoigne de la concession de deux ruisseaux (córregos) par le guarda-mor de São Bartholomeu, Joseph Rodriguez Rogeiro, à deux demandeurs (suplicantes) qui avaient auparavant formulé leur requête auprès de l'autorité par petição (pétition). Propriétaires de terrains aurifères et d'un nombre important d'esclaves, ils requéraient des quantités nécessaires d'eau pour mener à bien des explorations. Les deux ruisseaux étant chacun de faible capacité et puisque l'activité minière nécessitait de grandes quantités d'eaux, la concession leur procurait une exclusivité d'usage propre au statut des « eaux particulières ». Ils en devenaient les usagers privilégiés.

  • 43 AHU-CU-Consultas de Minas Gerais, Cód. 241, Registo de Provisões régias sobre assuntos respeitantes (...)
  • 44 AHCSM, Processo Crime. Cód. 205, auto 5134, 2° ofício, 1735. Apud Rezende, op. cit., p. 27-28.

38Cependant, les conflits n'étaient pas étrangers aux sociétés de mineurs dans ce contexte de partage des eaux aurifères, à cause de la diversité des activités qui se développaient. En 1726, le motif d'un conflit qui opposa des socios (membres d'une société) à un autre usager était remonté jusqu'au roi suite à une lettre de l'ouvidor de la comarca du Rio das Velhas. La Couronne mit alors en place un système de rotation hebdomadaire et horaire car le propriétaire d'un moulin revendiquait une ancienneté d'usage des eaux communes43. Par ailleurs, certains conflits pouvaient surgir entre socios. À ce propos, en 1735 dans les parages de Vila do Carmo, une dispute survint à cause d'un partage d'un cours d'eau entre Manoel da Costa Moniz, Guilherme Fixer et Manoel Pereira Diaz44. La rixe qui opposa Guilherme Fixer à Alexandre, l'esclave de Manoel da Costa Moniz, donna lieu à une action civile. Moniz accusait Fixer d'avoir battu son esclave ainsi que d'avoir fait un usage particulier de l'eau. Le procès fit l'objet d'un appel auprès de l'ouvidoria geral de Vila Rica. La condamnation de Guilherme Fixer jugée par les instances responsables à Vila do Carmo, ne fut pas maintenue par l'ouvidoria geral de Vila Rica ni par le Tribunal da Relação da Bahia. Il fut donc acquitté. Ainsi, la polysémie du concept de partage, source de rassemblement et source de discorde, s'exprimait parfaitement dans le contexte des mines.

  • 45 « vinte e sete pessoas que sustentar, que estavam em primeiro lugar que a faisqueira dos negros ». (...)

39Conjointement aux sociétés, d'autres systèmes de partage échappaient au contrôle d'une administration centralisée. Les crédits consistaient à mettre à disposition des terres ou un service des eaux à d'autres mineurs qui s'engageaient à compenser le créancier moyennant un pourcentage qu'il fixait sur la production d'or. En 1730, plusieurs esclaves d'un grand propriétaire nommé Gregório Ribeiro de Carvalho participèrent aux travaux d'exploitation des lavras d'André Barbosa Faria Maciel dans les parages de Vila do Carmo. Sur place, d'autres esclaves se mettaient à l'ouvrage de même que des hommes pauvres ayant peu d'esclaves. Ces derniers remettaient au propriétaire un tiers de l'or extrait pour exploiter sur ses terres. De plus, en échange du service des eaux, les employés reversaient au propriétaire un tiers de l'or supplémentaire. En somme, le propriétaire récupérait deux tiers de leur production totale45 .

40Dans un contexte de capitalisation de l'eau, les crédits favorisaient une dépendance des plus modestes mineurs aux grandes exploitations dont les propriétaires étaient devenus des gestionnaires de l'eau malgré la nouvelle réglementation. Dès lors, l'efficacité de la normalisation du partage des eaux aurifères régie en 1720 était remise en cause d'autant que l'administration centralisée présentait des dysfonctionnements. Les malversations des guardas-mores entretenaient le trafic des eaux, en partie avec les nominations abusives de guardas-mores substitutos. Ces derniers étaient chargés de distribuer les datas dans les zones les plus reculées et difficiles d'accès lorsque le guarda-mor ou le superintendente ne pouvaient s'y rendre. De plus, la falsification et la duplication d'une même concession de cartas de águas e terras (attestations d'usage/appropriation) à des mineurs étaient fréquentes. Ces fraudes étaient principalement à l'origine de nombreux désordres et conflits.

41À travers les comptes-rendus des ouvidores adressés au roi, l'écho de tels dysfonctionnements institutionnels résonnaient jusqu'en métropole au-delà des problèmes de chevauchement entre juridictions. Au sein des débats du Conselho Ultramarino, la gestion de l'eau occupait une place importante si bien que des textes législatifs furent promulgués par la Couronne afin de compléter le manque de précision des textes antérieurs (1702 et 1720).

42Au cours de la capitalisation de l'eau, le partage avait tourné en faveur des riches exploitants qui s'affirmaient en tant que gestionnaires ; d'autant que les terres et les eaux appropriées avant 1720 n'étaient pas confisquées par la suite. Malgré la nouvelle législation, le problème d'accès à la ressource restait d'actualité. Au sein du partage, les sociétés de mineurs et les crédits représentaient un paradoxe car ils permettaient une démocratisation de l'activité minière tout en promouvant la montée en puissance des grandes exploitations comme des sociétés autonomes.

43De fait, les inégalités perduraient en fonction du mode d'extraction du chercheur, reflet de sa qualité sociale, de sa capacité financière d'investissement en fonction des techniques d'usages de l'eau qu'il préconisait, de la possession des terres et du nombre d'esclaves à son service. Les eaux, les terres et les esclaves étaient des critères de rentabilité de l'exploitation, soit autant de signes distinctifs de représentation du pouvoir. Les individus qui les cumulaient étaient-ils en mesure de revendiquer une certaine autonomie à l'échelle locale face aux autorités métropolitaines.

44La création du statut des eaux aurifères s'inscrivait dans une phase de renforcement du pouvoir métropolitain au Minas Gerais contre l'impudence de certains puissants. De plus, ce statut tendait à faciliter le mode de fiscalité du quinto et des casas de fundições qui finalement fut imposé en 1725. Désormais, l'efficacité des institutions était remise en question. En 1736, une réforme sur la gestion des eaux, l'aditamento ao regimento, marquait une étape fondamentale d'un contrôle renforcé sur le partage. Le complément à la législation rétablissait le rôle administratif de la carta de águas contre les fraudes. Ensuite, le texte législatif privilégiait une dispersion des pouvoirs contre les malversations et les chevauchements entre juridictions ce qui entraînait l'intervention de nouvelles autorités dans la gestion des eaux aurifères.

45La réforme administrative sur l'eau de 1736 s'accommodait avec un changement radical du système de fiscalité. L'application de la capitação modifiait la valeur politique de l'eau qui ne se voyait plus directement conditionnée par la production minière. En effet, en excluant l'or du système de fiscalité, les eaux aurifères laissaient place à une nouvelle richesse sociale au premier plan : les esclaves. Par conséquent, les guardas-mores se trouvaient brusquement évincés des rouages de la fiscalité.

46Au même moment, dans les années 1730, dans certaines villes minières telles que Vila Rica et Vila do Carmo, le contrôle de la ressource passait sous la dépendance d'autres pouvoirs locaux, en l'occurrence la câmara municipale, tandis que l'on assistait à l'émergence du statut des eaux publiques.

Haut de page

Bibliographie

Andrade, Francisco Eduardo de. A invenção das Minas Gerais: empresas, descobrimentos e entradas nos sertões do ouro da América portuguesa, Belo Horizonte, Autêntica/Editora PUC Minas, 2008.

Carvalho, Feu de, Pontes e chafarizes de Vila Rica, Belo Horizonte, Ed. Históricas de Belo Horizonte, 19--.

Cressier, Patrice; Wateau, Fabienne, « Le partage de l'eau (Espagne, Portugal, Maroc) », Dossier des Mélanges de la Casa de Velázquez 36-2, Nouvelle série, 2006.

Ferrand, Paul, L'or à Minas Gerais (Brésil), Belo Horizonte, vol. 1 Imprensa Official, 1913.

Fonseca, Cláudia Damasceno, Des terres aux villes d’or: pouvoirs et territoires urbains au Minas Gerais (Brésil, XVIIIe siècle), Paris, Centre Culturel Calouste Gulbenkian, 2003.

Gazzaniga, Jean-Louis; Ourliac, Jean-Paul, Le droit de l'eau, Paris, Librairies techniques, 1979.

Graber, Frédéric, « Inventing needs : expertise and water supply in late eighteenth-and early nineteenth-century Paris », British Society of the History of Science 3, 2007, p. 315-332.

Madani, Tariq, « Le partage de l'eau dans l'oasis de Figuig (Maroc oriental). Approche historique et archéologique », Dossier Le partage de l'eau (Espagne, Portugal, Maroc) des Mélanges de la Casa de Velázquez), Nouvelle série 36-2, 2006, p. 61-82.

Macías Hernández, Antonio, « La colonización europea y el derecho de aguas. El ejemplo de Canarias, 1480-1525 ». HISPANIA, 2009, vol. 69, n° 233, sept.-dic., p. 715-738.

Mattoso, José, História de Portugal. O Antigo Regime, Tomo 4, Lisboa, Estampa, 1998.

Say, Jean Baptiste, Cours complet d'économie politique pratique suivi des mélanges, correspondances et catéchisme d'économie politique, Bruxelles, H. Dumont, 1836.

Vasconcelos, Diogo de, História antiga das Minas Gerais, vol. 1, Belo Horizonte, Itatiaia, 1999

Haut de page

Notes

1 D'après Adam Smith, l'eau est une richesse naturelle dotée d'une certaine variabilité ce qui complexifie les phénomènes de l'économie politique. Lorsqu'elle devient utile à la société par le biais de l'appropriation, la ressource se dote d'une valeur propre à une richesse sociale. Say, Jean Baptiste, Cours complet d'économie politique pratique suivi des mélanges, correspondances et catéchisme d'économie politique, Bruxelles, H. Dumont, 1836, p. 35-43.

2 Du latin capitalis « relatif à la tête », le terme capital renvoie à la partie principale d'une richesse (eau) par rapport aux intérêts qu'elle produisait (or).

3 Aubriot, Olivier; Jolly, Geneviève, Histoire d'une eau partagée. Irrigation et droits de l'eau du Moyen Âge à nos jours. Provence, Alpes, Pyrénées, Aix-en-Provence, Publication de l'Université de Provence, 2002. Ciriacono, Salvatore, Eau et développement dans l'Europe moderne, Paris, MSH, 2004.

4 Cressier, Patrice; Wateau, Fabienne, « Le partage de l'eau (Espagne, Portugal, Maroc) », Dossier des Mélanges de la Casa de Velázquez 36-2, Nouvelle série, 2006.

5 Le Louarn, Patrick, L'eau sous le regard des sciences humaines et sociales, Paris, L'Harmattan, 2007.

6 Fournier, Patrick, Lavaud, Sandrine, « Eaux et conflits dans l'Europe médiévale et moderne », Actes des XXXIIes Journées Internationales d'Histoire de l'Abbaye de Flaran 8 et 9 octobre 2010, Presses Universitaires du Mirail, 2012.

7 Glick, Thomas, Irrigation and society in medieval Valencia, Cambridge, Belknap Press, 1970.

8 Morales Gil, Alfredo, Agua y territorio en la Región de Murcia, Murcia, Fondo de Estudios Históricos e Investigaciones Locales, 2001.

9 Marcos Martíns, Alberto, Agua y Sociedad en la Época Moderna, Valladolid, Instituto de Historia Simancas, Universidad de Valladolid, 2009.

10 Chaves, Manuel Fernándes, Los Caños de Carmona y el abastecimiento de agua em la Sevilla moderna, Séville, Emasesa Metropolitana, 2011.

11 Musset, Alain, De l'eau vive à l'eau morte: enjeux techniques et culturels dans la vallée de Mexico (XVIe-XIXe s.), Paris, Éd. Recherche sur les civilisations, 1991.

12 Piwoka, Gonzalo Figueroa, Las aguas de Santiago de Chile (1541-1741), Santiago, Editoria Universitaria, 1999.

13 Macías Hernández, Antonio, « La colonización europea y el derecho de aguas. El ejemplo de Canarias, 1480-1525 ». HISPANIA, 2009, vol. 69, n° 233, sept.-dic., p. 715-738.

14 Caetano, Joaquim Oliveira, Silva, Jorge Cruz, Chafarizes de Lisboa, Sacavém, Distrieditora, 1991. França, José-Augusto, « O Aqueduto das Águas Livres », ICALP, n° 16-17, Lisboa, 1989, p. 193. Rossa, Walter, Além da Baixa : Indícios de planeamento urbano na Lisboa setecentista. Lisboa, IPPAR, 1998.

15 Silva, Germano, Fontes e chafarizes do Porto, Porto, SMAS-Serviços Municipalizados de Águas e Saneameno do Porto, Marca-Artes Gráficas, 2000. Teixeira, Diogo Emanuel Pacheco, O Abastecimento de Água na Cidade do Porto nos Séculos XVII e XVIII, Aquedutos, Fontes e Chafarizes, Dissertação de Mestrado em História da Arte Portuguesa, FLUP, Porto, 2011.

16 Companhia Geral das Águas do Porto, Regulamento para os encanamentos particulares e consumo d'água. Approvado por decreto de 2 de dezembro de 1886, Porto, Typografia Occidental, 1899.

17 Ces ouvrages ont été réalisés dans une dynamique de politique de patrimonialisation de l'architecture hydraulique et de privatisation des eaux dès le XIXe siècle. Canhão, Carlos, Flores, Alexandre, Chafarizes de Lisboa, Lisboa, Inapa, Câmara Municipal de Lisboa, 1999. Moita, Irisalva. D. João V e o Abastecimento de Água de Lisboa, Lisboa, Câmara Municipal de Lisboa, 1990.

18 Bruno, Barbara; Inácio, Pedro, Galerias subterrâneas e Chafarizes monumentais de Lisboa abastecidos pelo aqueduto das Águas Livres, Lisboa, EPAL S.A., 2012.

19 Certaines études sur le calcul de la consommation démontrent que l'approvisionnement pensé de manière globale pour l'ensemble de la population est une caractéristique de la fin du XVIIIe siècle et surtout développée au XIXe siècle. Graber, Frédéric, « Inventing needs : expertise and water supply in late eighteenth-and early nineteenth-century Paris », British Society of the History of Science 3, 2007, p. 315-332.

20 Bayón, Damián, L’art colonial sud-américain: domaine espagnol et brésilien, Paris, Aurore, 1990. Corrêa, Armando de Magalhães, « Terra carioca. Fontes e chafarizes », Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, n° 170, 1935, p. 9-210. Carvalho, Feu de, Pontes e chafarizes de Vila Rica, Belo Horizonte, Ed. Históricas de Belo Horizonte, 19--.

21 Par exemple, les approches historiques de F. Bicalho à Rio de Janeiro et de C. Damasceno Fonseca dans les villes minières ou encore les études urbanistiques et architecturales de R. Aráujo et de W. Rossa en métropole comme dans l'empire.

22 Andrade, Francisco Eduardo de. A invenção das Minas Gerais: empresas, descobrimentos e entradas nos sertões do ouro da América portuguesa, Belo Horizonte, Autêntica/Editora PUC Minas, 2008.

23 Fonseca, Alberto, Controle e uso da água na Ouro Preto dos Séculos XVIII e XIX, Dissertação de Mestrado em Engenharia Ambiental, Ouro Preto, UFOP, 2004.

24 Silva, Fabiano Gomes da, Pedra e cal: Os construtores de Vila Rica no século XVIII (1730-1800), Dissertação de Mestrado em História, Belo Horizonte, FAFICH/UFMG, 2007.

25 Tedeschi, Denise, Águas urbanas: as formas de apropriação das águas em Mariana/MG (1745-1798), Dissertação de Mestrado em História, Campinas, UNICAMP, 2011.

26 Frias, Renato Coimbra, Abastecimento de água no Rio de Janeiro Joaninno : uma geografia do passado. Dissertação de Mestrado em Geografia, Rio de Janeiro, UNIRIO, 2013.

27 Cabral, Diogo de Carvalho, « Águas passadas: sociedade e natureza no Rio de Janeiro oitocentista », RA’EGA : o espaço geográfico em análise 23, 2011, p. 159-190.

28 Mattoso, José, História de Portugal. O Antigo Regime, Tomo 4, Lisboa, Estampa, 1998, p. 175.

29 Cité dans Gazzaniga, Jean-Louis; Ourliac, Jean-Paul, Le droit de l'eau, Paris, Librairies techniques, 1979, p. 16-17.

30 Saint-Hilaire, Auguste, Viagem pelas províncias do Rio de Janeiro e Minas Gerais, Reconquista do Brasil, vol. 4 São Paulo, Universidade de São Paulo, 1975, p. 110-111.

31 Furtado, Bento Fernandes, « Notícias dos primeiros descobridores das primeiras minas do ouro pertencentes a estas Minas Gerais, pessoas mais assinaladas nestes empregos e dos mais memoráveis casos acontecidos desde os seus princípios », Códice Costa Matoso, Belo Horizonte, Fundação João Pinheiro/CEHC, 1999, v. 1, doc 2, p. 191-192.

32 Technique primitive de traitement des dépôts d'alluvion à flanc de vallée. Ferrand, Paul, L'or à Minas Gerais (Brésil), Belo Horizonte, Imprensa Official, 1913, vol. 1, p. 34.

33 Andrade, op. cit., p. 61-64 et chap. 3.

34 Andrade, op. cit., p. 283.

35 Il s'agissait d'ailleurs du lieu surnommé a posteriori « morro da Queimada » suite aux représailles de la sédition de Vila Rica en 1720 dont Guimarães avait été un des principaux protagonistes. Vasconcelos, Diogo de, História antiga das Minas Gerais, Belo Horizonte, Itatiaia, 1999, vol. 1, p. 242.

36 Provisão (24 février 1720), RAPM, Belo Horizonte, Ano I, 4, p. 692-694.

37 Madani, Tariq, « Le partage de l'eau dans l'oasis de Figuig (Maroc oriental). Approche historique et archéologique », Dossier Le partage de l'eau (Espagne, Portugal, Maroc) des Mélanges de la Casa de Velázquez), Nouvelle série 36-2, 2006, p. 61-82.

38 Sobre o que representou o Guarda-mor a respeito das águas com que se minera (8 octobre 1718), APM-SC, cód. 04, fl. 167-168, apud Reis, Flávia Maria da Mata, Entre faisqueiras, Catas e Galerias : explorações do ouro, leis e cotidiano das Minas do século XVIII (1702-1762), Dissertação de Mestrado em História, Belo Horizonte, FAFICH/UFMG, 2007, p. 183.

39 Bando do Excelentíssimo Senhor Gov. D. Lourenço de Almeida para o morro da Passagem (26 septembre 1726), Museu da Inconfidência-Arquivo Histórico, CMOP-AJ, Livro de Registros de Terras e Águas Minerais, Guardamoria, 1735-1838, v. 85, f. 60. Apud Rezende, Dejanira Ferrreira de, « Arraia-miúda » nos morros das Minas : conflitos sociais na Vila do Carmo, década de 1710, Monografia de Bacharel em História, Mariana, ICHS/UFOP, 2010, p. 19-20.

40 Ferrand, op. cit., p. 149.

41 Museu da Inconfidência-Arquivo Histórico, CMOP-AJ, Livro de Registro de Terras e Águas Minerais, Guardamoria, Vol. 084 – (1719-1735), f. 70-70v.

42 Idem., f. 101v-102.

43 AHU-CU-Consultas de Minas Gerais, Cód. 241, Registo de Provisões régias sobre assuntos respeitantes à Capitania de Minas Gerais (1726-1753), Rolo 22, p. 21-21v.

44 AHCSM, Processo Crime. Cód. 205, auto 5134, 2° ofício, 1735. Apud Rezende, op. cit., p. 27-28.

45 « vinte e sete pessoas que sustentar, que estavam em primeiro lugar que a faisqueira dos negros ». AHCSM, Ação Cível, Cód. 400, auto 11302, 2° ofício, 1730. Apud Idem., p. 37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marjolaine Carles, « Gestion des ressources hydriques et activité minière au Minas Gerais (Brésil) des premières découvertes d'or alluvionnaire à 1736 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 14 octobre 2013, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65849 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65849

Haut de page

Auteur

Marjolaine Carles

Doctorante à l'EHESS (GEI/CRBC)
Membre scientifique de la Casa de Velázquez

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page