Navigation – Plan du site
Colloques | 2013
Le « bon gouvernement des peuples » : une recherche collaborative et son contexte historiographique – Actes du colloque international des 4 et 5 avril à Lisbonne
Géraldine Méret

Faits de discours, effets de légitimité

Facts of speech, effects of legitimacy
[15/10/2013]

Résumés

Le discours d'ambassade de Charles des Vaux aux Indiens Tupinambas du Maranhão, lors de l'arrivée de l'expédition française, le 27 juillet 1612, tel qu'il est relaté par Claude d'Abbeville, dans son Histoire de la mission des Pères capucins, constitue une mine d'informations pour l'historien curieux de la dernière tentative française d'implantation coloniale au Brésil. C'est néanmoins à l'examen de sa forme et de sa structure que ce texte révèle toute sa richesse : les méthodes de l'analyse littéraire rendent plus explicite l'idéologie qui sous-tend le texte et les représentations qu'il induit.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je tiens à remercier les organisateurs du projet « O bom governo das gente » et plus spécifiquement les organisateurs de ce colloque, Pedro Cardim, João Fragoso et Jean-Frédéric Schaub, pour avoir rendu possible cette rencontre sur les relations entre processus sociaux et ordre normatif dans les sociétés coloniales d'Ancien Régime de l'espace atlantique, et pour avoir tenu à ce qu'y participent les doctorants des différents centres impliqués. Je remercie également Fernanda Vilar pour son aide lors de la préparation de cette communication en langue portugaise.

Texte intégral

1Pour qui s'intéresse aux aspects quotidiens des sociétés coloniales dans l'Amérique portugaise d'Ancien Régime, l'étude de documents institutionnels, notamment administratifs et judiciaires, permet d'interroger la façon dont les notions de droit commun élaborées en Europe sont assimilées et adaptées à la situation américaine dans un dialogue constant avec la métropole, nous renseignant sur les relations entre processus sociaux et ordre normatif. L'étude de textes littéraires portant sur cette situation coloniale et rédigés à l'intention de la métropole ne peut que contribuer à enrichir notre perception de ce dialogue en nous donnant accès aux représentations de ces notions et surtout en nous avertissant de rester attentifs aux effets de sens induits par le style et la structure discursive des documents écrits.

  • 1 Sauf précision, les notes, références et citations de l'ouvrage de Claude d'Abbeville renvoient à l (...)

2Le texte dont je me propose d'étudier ici un extrait, l'Histoire de la mission des Pères Capucins en l'Isle de Maragnan et terres circonvoisines où est traité des singularités admirables et des mœurs merveilleuses des Indiens habitants de ce pays1, du missionnaire capucin Claude d'Abbeville, constitue l'une de nos principales sources d'information sur la seconde tentative française d'implantation coloniale au Brésil. Comme l'indique son titre, il s'agit d'une « Histoire », c'est-à-dire d'un récit chronologiquement ordonné, retraçant les différents événements constitutifs de la mission capucine du Maragnan (nom français donné à l'actuel Maranhão) et de la colonie française qui lui était consubstantielle. L'ouvrage de Claude d'Abbeville est donc, sans aucun doute, un document précieux pour l'historien, mais il est cependant important de garder à l'esprit qu'il s'agit aussi, et peut-être avant tout, d'un texte littéraire.

3Distinguer entre littéraire, historique, politique, théologique et scientifique, pour un ouvrage du début de l'époque moderne, est une entreprise délicate et il convient à tout le moins de garder à l'esprit qu'il s'agit là de catégories postérieures à ce début du XVIIe siècle, mais qui peuvent néanmoins constituer des outils conceptuels fort utiles pour l'appréhension des textes. Sans vouloir relancer ici le vaste débat sur les frontières du littéraire, pour savoir si tous les textes sont susceptibles ou non d'une analyse littéraire, ni reposer la fameuse et solennelle question de Sartre « Qu'est-ce que la littérature ? », je voudrais simplement attirer l'attention sur l'ambition esthétique de ce texte et plaider pour l'intérêt d'une analyse narratologique ou discursive dans la critique interne des sources.

4L'inscription d'un texte dans un protocole « historique » ne le soustrait pas à la nécessité d'un examen critique, pour lequel les méthodes de l'analyse littéraire peuvent être d'un grand intérêt. Je dirais même que reconnaître la valeur d'un texte en tant que source pour l'historien oblige à adopter un regard critique et je voudrais ici montrer comment la critique des sources propre au travail d'historien peut s'appuyer sur les méthodes littéraires d'analyse du discours.

5Il est en effet important de tenir compte de la composition d'un texte, de l'arrangement et des soins dont il a fait l'objet, de l'art dont il témoigne, et de rompre l'illusion que le contenu informatif du texte nous parvient de façon « transparente ». Cela ne signifie pas qu'il faut douter de la « vérité historique » des textes les plus travaillés, mais plutôt qu'il est important de bien maîtriser les effets que le texte produit à la lecture, pour ses lecteurs contemporains comme pour nous.

6Je tâcherai donc ici, en procédant à une lecture suivie d'un extrait, d'étudier la façon dont les stratégies discursives mises en œuvre par le Père capucin Claude d'Abbeville constituent d'ores et déjà une structure argumentative en faveur de la légitimité de la présence française au Maranhão, sans même que cette question soit explicitement abordée.

Présentation

7Le livre de Claude d'Abbeville, l'Histoire de la mission des Pères Capucins en l'Isle de Maragnan, fut publié au retour du Père capucin du Brésil, en 1614, à Paris. Comme l'annonce son titre, il relate l'histoire de la mission franciscaine au Brésil, narrant comment les Pères capucins furent choisis pour évangéliser les Indiens, les circonstances du départ de l'expédition coloniale pour le Maragnan, le 19 mars 1612, les péripéties de la traversée, les six mois passés au Brésil au contact des Indiens et enfin le retour en France d'une partie des membres de la jeune colonie française, dont le Père Claude lui-même et surtout six « ambassadeurs Tupinamba », afin d'obtenir davantage de moyens pour la poursuite de la colonie et de la mission.

  • 2 Abbeville, Claude (d'), op. cit., chap. IX, p. 57 recto.

8Le texte que je propose d'examiner ici se situe au début du chapitre IX, intitulé « De l'arrivée à l'Islette saincte Anne ; comment elle fut beniste, et la croix plantée ». Après un voyage long et difficile les navires français sont parvenus aux environs de l'île de Maragnan, l'aboutissement de leur périple, mais, avant de pénétrer dans « la grande Isle de Maragnan », ils jettent l'ancre aux abords d'une petite île toute proche à laquelle ils donnent le nom d'« islette saincte Anne ». Là, ils décident de députer aux habitants de l'île de Maragnan un « ambassadeur », « pour leur faire entendre nostre venuë, et demander s'il [sic] continuoient en la mesme volonté qu'ils avoient le passé de recevoir les François »2.

9Le récit de ce discours donne lieu à un texte extrêmement complexe : une unique phrase courant sur plus de deux pages et demi. C'est précisément la complexité de cette phrase démesurée que j'aimerais examiner ici, en montrant comment sa structure discursive qui rassemble dans un même ensemble syntaxique différents types et différents niveaux de discours est déjà en elle-même signifiante, au point de se faire peut-être le principal vecteur du message transmis par Claude d'Abbeville : la légitimité de la France à s'implanter dans l'île de Maragnan afin d'y fonder une mission et une colonie. Je procèderai pour cela à une lecture suivie du récit livré par Claude d'Abbeville de l'ambassade de Charles des Vaux afin de démêler l'enchevêtrement des niveaux de discours et de montrer comment la complexité de ce texte, loin d'être le fruit d'une confusion gratuite, relève en réalité d'un agencement particulièrement réfléchi.

« Embassade aux Indiens de la grande Isle »3

  • 3 C'est de cette façon que la manchette en marge du texte signale ce passage.

Chapitre IX, De l'arrivée a l'Islette saincte Anne ; comme elle fut beniste, et la Croix plantée.

(…)

Cependant qu'elle se preparoit (afin de ne point perdre le temps) l'on trouva bon d'envoyer vers les Indiens habitans la grande Isle de Maragnan, pour leur faire entendre nostre venuë, & demander s'il [sic] continuoient en la mesme volonté qu'ils avoient le passé de recevoir les François, pour ne les surprendre & ne rien faire qui les peust offencer.

  • 4 Abbeville, Claude (d'), op. cit., chap. IX, p. 57 recto-58 verso.

Le sieur des Vaux (duquel nous avons parlé au commencement du livre) fut deputé par les sieurs Lieutenans Generaux pour faire cette Embassade. Iceluy donc s'achemina le jour suivant en la grande Isle ou il convoqua les Carbet & assembla tous les principaux avec les anciens, disant que selon leur desir, il avoit fait entendre à nostre tres grand & tres-puissant ROY l'affection qu'ils avoient d'estre ses sujects, le reconnoistre pour leur souverain Monarque & recevoir de sa part un grand guerrier & vaillant Capitaine pour les maintenir & deffendre contre leurs ennemis, demeurans tousjours amis & alliés des François, ainsi que de long temps ils avoient estez, a ce que trafiquant avec eux, ils continuassent de leur fournir et apporter de France les marchandises dont ils ont besoin : Et d'autant que tout ce que dessus ne se pouvoit faire sans embrasser nostre Religion & connoistre le Dieu que nous adorons, il avoit asseuré & donné parole à sa Majesté en leurs noms, qu'ils estoient disposez de se faire baptiser, & tres-contens de recevoir le Christianisme, ainsi qu'en effect ils luy avoient promis ; dont nostre tres-puissant Roy extremement joyeux, l'avoit renvoyé les asseurer de sa part, qu'il les maintiendroit commes ses feaux amis, & deffendroit tousjours de leurs ennemis, s'ils vouloient embrasser nostre Religion, & se faire baptiser : que pour ce suject, il leur envoyoit quatre Pay eté, c'est à dire quatre grands Prophetes, pour commencer à les instruire & catechiser, avec un grand Bourouvichavé (ainsi appellent-ils le Roy, & ses Lieutenans Generanx (sic) & forces soldats pour les maintenir, conserver & deffendre, mais qu'il les avoit laissez à l'Islette avec leurs navires & quantité de marchandises, ne les ayant voulu amener dans la grande Isle, jusques à ce qu'il les fust premierement venu trouver pour leur en donner advis, & sçavoir s'ils continuoient tousjours en leur bonne volonté de les recevoir : Que si cela est (leur dit-il) je les iray tout maintenant querir, & les vous ameneray : Sinon, il n'est besoin de leur donner la peine de venir jusques icy, & au cas que vous ayez changé de volonté, ils ont deliberé de ne passer plus outre & moy aussi, mais nous retournerons en France tous ensemble.4

Lecture suivie

1°) Envoyer vers les Indiens

Cependant qu'elle se preparoit (afin de ne point perdre le temps) l'on trouva bon d'envoyer vers les Indiens habitans la grande Isle de Maragnan, pour leur faire entendre nostre venuë, & demander s'il [sic] continuoient en la mesme volonté qu'ils avoient le passé de recevoir les François, pour ne les surprendre & ne rien faire qui les peust offencer.

  • 5 J'emploierai par la suite fréquemment le mot « Indiens » sans préciser qu'il s'agit des Indiens Tup (...)

10Le Père Claude emploie ici le verbe « envoyer » de façon très particulière puisqu'il en fait un verbe transitif indirect. Cet usage, quoique permis par la souplesse de la langue des XVIe et XVIIe siècles, n'en était pas moins rare. Généralement, on parle d'« envoyer quelque chose à quelqu'un », mais il s'agit ici d'« envoyer vers les Indiens », sans que le Père Claude ne précise qu'il s'agit d'une ambassade. Cet emploi peu commun fait ainsi de l'ambassade l'envoi par excellence, ce que l'on dépêche en premier lieu vers les nations étrangères, et cette sorte d'absolutisation de l'ambassade se trouve encore renforcée par le fait que le terme, par métonymie, désigne aussi bien les personnes envoyées que le message qu'elles sont chargées de transmettre. Le discours de l'ambassade « aux Indiens de la grande Isle » se trouve ainsi d'emblée caractérisé comme l'émission de la France aux Indiens Tupinambas5, au sens tout à la fois de « ce que l'on envoie, ce que l'on émet » et d'« émanation, concentration ». L'ellipse du mot « ambassade », rendue possible par l'emploi transitif indirect du verbe « envoyer », permet ainsi de souligner tout à la fois la légitimité de l'ambassadeur à s'adresser aux Indiens au nom de la France et sa « transparence » en tant que simple intermédiaire. Si Claude d'Abbeville peut faire l'économie de la mention de l'ambassade c'est bien parce que sa raison d'être et son importance résident tout entiers dans le message qu'elle a à transmettre : « leur faire entendre nostre venuë, & demander s'il [sic] continuoient en la mesme volonté qu'ils avoient le passé de recevoir les François ». C'est en réalité la transparence même de l'ambassadeur Charles des Vaux qui fonde sa légitimité : c'est parce qu'il est un simple intermédiaire, une personne physique presque indéterminée chargée de transmettre un discours qui la dépasse, que l'ambassadeur est bien le représentant de la France. L'« Embassade aux Indiens de la grande Isle » est un message qui est seulement prononcé par le Sieur des Vaux, mais par lequel c'est en définitive le Roi de France - par le biais de ses premiers intermédiaires les Lieutenants Généraux – qui s'adresse aux Indiens, comme le signale Claude d'Abbeville, avec une économie de moyens remarquable.

2°) Présentation des parties

Le sieur des Vaux (duquel nous avons parlé au commencement du livre) fut deputé par les sieurs Lieutenans Generaux pour faire cette Embassade. Iceluy donc s'achemina le jour suivant en la grande Isle ou il convoqua les Carbet & assembla tous les principaux avec les anciens […].

  • 6 Toutes les citations in Abbeville, Claude (d'), op. cit., chap. I, p. 12 verso – 13 recto.
  • 7 Abbeville, Claude (d'), op. cit., chap. I, p. 13 verso.

11C'est en effet Charles des Vaux qui est mandaté pour faire ce discours aux Indiens, en vertu d'un processus de « députation » par lequel « les sieurs Lieutenans Generaux », c'est-à-dire les représentants du pouvoir royal en l'absence du roi, lui confèrent non seulement l'autorisation de parler au nom de tous les Français de la colonie, mais aussi l'autorité nécessaire pour le faire. Comme le rappelle Claude d'Abbeville, Charles des Vaux est en effet déjà connu des lecteurs à qui il a été présenté, dès le chapitre I, comme : « un jeune gentil-homme nommé monsieur des Vaux natif de saincte Maure en Touraine », se comportant « valeureusement en guerre » et s'étant fait à « l'usage de leur langue [la langue des Indiens Tupinambas] »6. Surtout, le lecteur est déjà averti que Charles des Vaux, après avoir vécu parmi les Indiens, était rentré en France tout exprès pour porter au Roi la nouvelle de « tant d'ames lesquelles se jettoient entre ses bras avec intention d'espouser la creance du vray Dieu »7. L'homme que les Lieutenants Généraux, les représentants du roi au sein de l'expédition, ont désigné a donc déjà été présenté comme un homme de bonne naissance, valeureux, maîtrisant la langue et les coutumes indiennes et tout dévoué à la cause de l'implantation française au Maragnan, si bien qu'une phrase très brève suffit à présenter son identité.

  • 8 Carbet. Le terme est utilisé par la plupart des voyageurs en Amérique du sud, si bien qu'il est dif (...)
  • 9 De plus, Claude d'Abbeville choisit de ne pas accorder le terme selon les règles de la grammaire fr (...)

12Du côté des Indiens, les interlocuteurs de Charles des Vaux sont « les principaux avec les anciens », qu'il réunit en « convoqua[nt] les Carbet ». Le terme Carbet8 est le premier mot de langue tupi cité par Claude d'Abbeville – hormis les noms de plantes, d'animaux ou de lieux, qui relèvent de la description naturaliste – et qui pourtant n'est pas même défini par l'auteur. Ce choix d'intégrer à sa prose en langue française un terme indigène sans même l'expliciter mérite d'être interrogé. À partir des propos de Claude d'Abbeville, on peut inférer que le Carbet correspond à une réunion publique, une sorte d'assemblée ou de parlement des Indiens Tupinambas. On peut de plus supposer qu'un lecteur de 1614, intéressé par les récits de voyage, avait déjà pu lire ou entendre ce terme chez d'autres voyageurs, mais il n'en reste pas moins que le mot Carbet demeure très spécifique et surtout très exotique pour le lecteur, d'autant plus que son étrangeté est encore soulignée par l'emploi des italiques9.

13Le choix de restituer ce terme dans sa langue originale et en usage permet à Claude d'Abbeville d'introduire le lecteur à la connaissance que Charles des Vaux possède déjà de la société indigène. À peine arrivé sur la grande île, celui-ci possède une autorité et des connaissances suffisantes pour pouvoir immédiatement « convoqu[er] les Carbet & assembl[er] tous les principaux avec les anciens ». L'absence de glose ou de traduction, en permettant d'éviter les digressions, mime ainsi en quelque sorte cette aisance de l'émissaire français. Elle permet également de souligner que les us et coutumes locaux ont été respectés : de même que Charles des Vaux tient sa légitimité de la charge que lui ont conférée les tenants du pouvoir politique, de même, le discours politique indigène doit émaner de représentants des Tupinambas dont l'autorité soit fondée et reconnue par les Indiens eux-même, en vertu de leur système autochtone, lequel passe manifestement par la réunion des Carbet.

3°) « selon leur désir »

[…], disant que selon leur desir, il avoit fait entendre à nostre tres grand & tres-puissant ROY l'affection qu'ils avoient d'estre ses sujects, le reconnoistre pour leur souverain Monarque & recevoir de sa part un grand guerrier & vaillant Capitaine pour les maintenir & deffendre contre leurs ennemis, demeurans tousjours amis & alliés des François, ainsi que de long temps ils avoient estez, a ce que trafiquant avec eux, ils continuassent de leur fournir et apporter de France les marchandises dont ils ont besoin :

14Le récit du discours de Charles des Vaux commence ici. Il s'agit en effet d'un discours indirect où le verbe dire (« disant que ») introduit une proposition subordonnée extrêmement longue, une unique phrase très complexe qui court sur deux pages et demi.

15Dans ce premier segment de discours, il est clairement établi que Charles des Vaux ne parle qu'en tant que porte-parole : son discours s'ouvre en effet sur le rappel du message que les Indiens de Maragnan lui ont demandé de transmettre au Roi de France. Il s'agit ici de manifester aux Indiens qu'il a fidèlement transmis leurs propos, n'ayant parlé au roi que « selon leur désir », se contentant de « fai[re] entendre à nostre tres grand & tres-puissant ROY l'affection qu'ils avoient », la locution verbale factitive soulignant bien que Charles des Vaux n'a joué là qu'un rôle de facteur, d'intermédiaire chargé d'effectuer ce qu'on lui demande de faire.

16Ce rappel, devant les Indiens, de leur propre discours tel que Charles des Vaux affirme l'avoir transmis au Roi constitue une sorte de garantie de la légitimité et de l'authenticité du discours qui va suivre, tout à la fois une sorte de vérification par les Indiens eux-mêmes de la fidélité de Charles des Vaux dans son rôle de messager, et un rappel efficace pour les lecteurs de « l'affection » qu'avaient les Indiens de reconnaître la souveraineté du Roi de France sur leur terre.

17Ce court segment du discours rapporté de Charles des Vaux est exemplaire par les niveaux d'emboîtement qu'il met en œuvre. Le participe du verbe dire (« disant que ») introduit en effet une proposition subordonnée conjonctive complément d'objet, dont le sujet est « il » (Charles des Vaux) et le verbe la locution verbale faire entendre, dont le complément d'objet, « l'affection », introduit à son tour une seconde proposition conjonctive adjective épithète (« qu'ils avoient de... »).

18Le premier niveau de subordination indique donc que Charles des Vaux a transmis un discours au roi, lui a « fait entendre » le message des Indiens, tandis que le second niveau renseigne sur le contenu de ce discours : le désir des Indiens de se placer sous la protection du Roi de France, le rappel de la longue amitié de leurs peuples et leur ambition de continuer à recevoir des marchandises françaises.

19La proposition subordonnée conjonctive épithète du nom « l'affection » développe ainsi à quoi correspond « l'affection », c'est-à-dire le désir, des Indiens, définissant ainsi ce que l'on pourrait qualifier de véritable « pacte de colonisation ». Il s'agit en effet de :

20- se déclarer « sujets » du Roi de France, un état juridique du droit vassalique ;

21- reconnaître Louis XIII « pour leur souverain Monarque », de sorte qu'au-delà de la sujétion à la France qu'incarne le Roi, les Indiens reconnaissent le roi comme une personne sans supérieur dans l'ordre temporel ;

22- accueillir « un grand guerrier & vaillant Capitaine pour les maintenir & deffendre contre leurs ennemis », conformément au devoir du Roi de protéger ses sujets ;

23- demeurer « tousjours amis & alliés des François », ce qui constitue la contre-partie du devoir de protection du roi de France : les Indiens protestent de demeurer fidèles au Roi et à la France et « alliés », ce qui implique que ce n'est pas seulement au Roi de les « deffendre contre leurs ennemis », mais qu'eux aussi doivent se ranger du côté des Français en cas de conflit.

  • 10 Egalement appelée « proposition circonstancielle de but ».

24La phrase se poursuit ensuite, avec une nouvelle proposition subordonnée, une proposition conjonctive relationnelle finale10 (« à ce que […] ils continuassent de... ») qui amène subrepticement un changement de sujet, « ils » désignant ici en effet les Français. L'objectif affiché, ou du moins affirmé, des Indiens est donc la continuation du commerce entre les deux nations, présenté ici comme une action française (du fait du changement de sujet qui permet d'insister sur le rôle actif des Français pour continuer à « fournir et apporter de France » des marchandises) en faveur des Indiens, la contrepartie en quelque sorte de l'acte de sujétion des Indiens. Le commerce, ou plutôt le troc, qui est pourtant une activité équilibrée en soi, par laquelle les deux parties trouvent chacune leur compte, est ainsi présenté ici comme une action des Français en faveur des indiens, lesquels « ont besoin » des marchandises françaises. Le passage au présent, alors que l'ensemble du texte est au passé, marque ici l'urgence de la dépendance des Indiens vis-à-vis des marchandises françaises, le présent pouvant être interprété comme un présent de vérité générale, mais aussi comme un rappel, à l'intention des Indiens à qui s'adresse alors Charles des Vaux, de la nécessité où ils sont des marchandises amenées par les colons français. Il est même possible d'émettre l'hypothèse que ce présent est également adressé au lecteur français, lui rappelant l'actualité de la situation coloniale du Maragnan au moment où Claude d'Abbeville publie son texte, et ainsi l'opportunité qu'il y a à investir dans la jeune colonie française.

4°) “ il avoit asseuré & donné parole à sa Majesté en leurs noms, qu'ils estoient disposez de se faire baptiser”

Et d'autant que tout ce que dessus ne se pouvoit faire sans embrasser nostre Religion & connoistre le Dieu que nous adorons, il avoit asseuré & donné parole à sa Majesté en leurs noms, qu'ils estoient disposez de se faire baptiser, & tres-contens de recevoir le Christianisme, ainsi qu'en effect ils luy avoient promis ;

  • 11 Un signe de ponctuation relativement fort jusqu'au XVIIe siècle, qui insiste moins fortement qu'auj (...)
  • 12 C'est nous qui soulignons.

25Il est important d'observer que la nécessité de la conversion au christianisme n'intervient ici que dans un second temps. La présentation de ce que l'on pourrait maintenant qualifier de « pacte missionnaire » apparaît en effet de façon relativement autonome, séparée de l'énoncé précédent par deux points11, comme une condition nécessaire (« d'autant que tout ce que dessus ne se pouvoit faire sans... »12) de la présence coloniale française, mais dépendant cependant d'une autre sphère, la sphère du religieux, distincte ici du civil.

26Cette partie du discours rapporté de Charles des Vaux se présente toujours comme une relation du discours transmis par Charles des Vaux au Roi au nom des Indiens (« en leurs noms », « ainsi qu'en effect ils luy avoient promis »), un discours rapporté dans le discours rapporté en quelque sorte. Cependant, les interférences avec un discours « français » se font ici plus sensibles. Si l'on peut supposer que les Indiens ont bel et bien « promis » « qu'ils estoient disposez de se faire baptiser, & tres-contens de recevoir le Christianisme », la notion de condition nécessaire introduite par la locution conjonctive « d'autant que » comporte évidemment une vision française de la colonisation et du devoir d'évangélisation qu'elle suppose.

5°) Le discours du Roi

  • 13 Paí signifie père, prêtre ou frère, etê signifie véritable, légitimé, très. Rodolfo Garcia, dans se (...)
  • 14 Morubixaba en guarani actuel. Dans le Tesoro de Ruiz de Montoya figure le mot Mburubichá, composé d (...)
  • 15 Lieutenants Généraux. Claude d'Abbeville oublie de refermer la parenthèse.

[…] dont nostre tres-puissant Roy extremement joyeux, l'avoit renvoyé les asseurer de sa part, qu'il les maintiendroit commes ses feaux amis, & deffendroit tousjours de leurs ennemis, s'ils vouloient embrasser nostre Religion, & se faire baptiser : que pour ce suject, il leur envoyoit quatre Pay eté13, c'est à dire quatre grands Prophetes, pour commencer à les instruire & catechiser, avec un grand Bourouvichavé14 (ainsi appellent-ils le Roy, & ses Lieutenans Generanx (sic)15 & forces soldats pour les maintenir, conserver & deffendre,

27La modalisation introduite par la locution conjonctive “d'autant plus”, en introduisant un point de vue français au sein même du discours rapporté attribué aux Indiens, permet d'introduire ce que l'on peut distinguer comme un second temps du discours rapporté de Charles des Vaux : le récit du discours du Roi aux Indiens. Ce passage à un autre discours – le compte-rendu de la réponse du Roi au discours transmis par des Vaux au nom des Indiens de Maragnan – s'effectue cependant de manière très fluide, seul un point virgule venant séparer le récit du premier discours de celui de sa réponse. Cette fluidité est, me semble-t-il, volontaire : elle correspond à la volonté de Claude d'Abbeville de souligner la communion de ces différents discours, montrant que tous n'affirment finalement qu'une seule et même chose, au point de se fondre dans un discours unique.

28Le dispositif narratif mis en place par Claude d'Abbeville est en effet une démonstration per se qui, en fondant les discours des Indiens au Roi et du Roi aux Indiens dans une même phrase attribuée à un énonciateur, Charles des Vaux, qui tout au long du livre est présenté comme un passeur entre la société indigène et la société française, suggère efficacement une volonté commune, une unité de points de vue et de valeurs. Or cette volonté commune porte précisément sur l'annexion du Maragnan au royaume de France : montrer qu'Indiens Tupinambas et Français non seulement partagent la même conception des relations entre un souverain et ses sujets, mais également la même volonté de s'associer dans une relation vassalique, revient à affirmer la légitimité voire la nécessité d'intégrer le Maragnan à la couronne française.

29La structure discursive élaborée par Claude d'Abbeville est en effet extrêmement travaillée et l'agencement complexe de discours indirects enchâssés ne relève en rien du hasard. Alors que le verbe introducteur du discours de Charles des Vaux, « disant que », signale clairement qu'il s'agit d'un discours rapporté au style indirect, au sein duquel des Vaux rapporte, toujours au style indirect (comme l'indique la locution verbale introductive «  l'avoit renvoyé les asseurer de sa part, que »), le discours du Roi adressé aux Indiens, l'irruption de deux termes en langue indigène tupi fait glisser le récit de la réponse du Roi vers le discours indirect libre.

30Ces deux termes en langue tupi nous indiquent justement qu'il ne s'agit pas seulement de la réponse du Roi, mais bien du récit par Charles des Vaux de la réponse du Roi. Il est bien évident en effet que Louis XIII n'a pas employé les mots Pay eté et Bourouvichavé, et que c'est Charles des Vaux qui, lorsqu'il s'adresse aux Indiens de Maragnan, emploie des mots relevant de leur propre vocabulaire, afin de leur rendre sensible le discours du Roi de France. Les mots Pay eté et Bourouvichavé fonctionnent comme des citations de la harangue de Charles des Vaux, prononcée en langue tupi.

  • 16 Paí signifie père, prêtre ou frère, etê signifie véritable, légitimé, très. Rodolfo Garcia note que (...)
  • 17 Morubixaba en guarani actuel. Dans le Tesoro de Ruiz Montoya figure le mot Mburubichá, composé de p (...)

31Comme le mot Carbet précédemment, ces deux termes indiens sont signalés au lecteur par l'emploi des italiques, mais ils sont cette fois-ci suivis d'une glose expliquant au lecteur quel serait leur équivalent français : « quatre Pay eté16, c'est à dire quatre grands Prophetes », « un grand Bourouvichavé17 (ainsi appellent-ils le Roy, & ses Lieutenans Generanx ».

32Cette différence de traitement s'explique sans doute tout d'abord par le fait que, alors que le Carbet est effectivement une réalité typiquement indigène, que l'on peut décrire mais pour laquelle il n'existe pas de « traduction » puisqu'elle n'a pas d'équivalent dans la langue et dans la société française, les termes Pay eté et Bourouvichavé désignent quant à eux des réalités françaises. Concrètement, il s'agit en effet des quatre missionnaires capucins et de l'amiral de Rasilly, des hommes bien français donc, mais qui sont désignés par des termes indigènes. Au-delà de l'apparent paradoxe, ce choix de Claude d'Abbeville souligne l'enjeu central de ce discours : montrer que les Indiens se sont appropriés ces réalités françaises et qu'elles sont désormais intégrées dans leur société et dans leur langue. Pay eté et Bourouvichavé constituent en effet les piliers de la présence française au Maranhão et sont tout à la fois les témoignages de la mansuétude royale et les garants du maintien de l'ordre civil et religieux auquel est associée la présence française. Haut gradé militaire et prêtres sont comme les incarnations respectives de la mission et de la colonie française du Maragnan, les représentants et délégués des autorités morales, civiles et religieuses dont la présence permet de considérer le Maragnan comme un territoire français. Le choix du discours indirect libre permet, au travers cependant d'un dispositif énonciatif extrêmement complexe, de faire entendre la voix des Indiens, même si celle-ci demeure bien entendu au service d'un discours très français. Ce procédé narratologique permet de « montrer », sans même argumenter, que les réalités françaises de la colonisation et de l'évangélisation ne sont pas imposées superficiellement à la société indigène du Maragnan, mais qu'elles en font véritablement partie, qu'elles sont d'ores et déjà entrées dans la langue et donc, peut-on supposer, dans les coutumes des Indiens.

6°) La parole à l'ambassadeur

[…], mais qu'il les avoit laissez à l'Islette avec leurs navires & quantité de marchandises, ne les ayant voulu amener dans la grande Isle, jusques à ce qu'il les fust premierement venu trouver pour leur en donner advis, & sçavoir s'ils continuoient tousjours en leur bonne volonté de les recevoir : Que si cela est (leur dit-il) je les iray tout maintenant querir, & les vous ameneray : Sinon, il n'est besoin de leur donner la peine de venir jusques icy, & au cas que vous ayez changé de volonté, ils ont deliberé de ne passer plus outre & moy aussi, mais nous retournerons en France tous ensemble.

33Ce retour en sous-main de la voix de l'ambassadeur Charles des Vaux, introduit par l'irruption de termes indiens ne se référant plus au discours du Roi à Paris, mais au récit fait par des Vaux de ce discours, devant les Indiens de Maragnan, sur la « grande isle », annonce le dernier glissement du texte avec le passage au discours direct.

  • 18 Dans le discours direct, les paroles de l'énonciateur sont directement citées, introduites par un v (...)

34La situation narrative se complique en effet, puisque l'identité à laquelle renvoie le pronom personnel « il » devient problématique. Alors que le pronom personnel de troisième personne représentait jusqu'ici sans doute possible le Roi, comme indiqué par les verbes de commandement qui lui étaient associés (« il les maintiendroit […] & deffendroit », « il leur envoyoit »), il semble que le « mais » introduise un changement d'énonciation. L'adverbe « mais » se réfère en effet à la décision royale d'envoyer Pay eté et Bourouvichavé à Maragnan, qu'il modalise (« mais qu'il les avoit laissez »), non pas cependant par rapport à un changement d'avis du Roi, dans le passé du discours indirect retranscrit, mais par rapport à une décision située dans le passé plus proche de l'arrivée des Français sur l'îlette Saint Anne, et qui ne peut donc plus être attribuée au Roi, mais bien à Charles des Vaux, seul sujet logique des verbes « il les avoit laissez » et surtout « il les fust venu trouver ». Le maintien d'un même pronom personnel permet ainsi de passer subrepticement d'un sujet (le Roi de France) à un autre (Charles des Vaux), mais aussi d'une situation énonciative (des Vaux rendant compte du discours du Roi aux Indiens) à une autre (des Vaux rendant compte de ses propres actions aux Indiens auxquels il s'adresse). Ce glissement grammatical, qui est donc le corollaire d'un changement de la situation d'énonciation, d'un passé et d'un lieu lointains (le séjour de Charles des Vaux à Paris) à un passé et un lieu bien plus proches (l'arrivée des Français sur l'île voisine, la veille), introduit ainsi un changement majeur dans le discours de Charles des Vaux : le passage au discours direct18 qui marque la fin de sa harangue aux Indiens.

35Charles des Vaux reprend en effet la parole en son nom propre (même s'il s'exprime toujours en tant que député des Lieutenants Généraux). Son discours passe ainsi de la narration d'un dialogue antérieur ayant eu lieu entre lui et le Roi au nom des Indiens - ou plutôt entre les Indiens de Maragnan et le Roi de France, par l'intermédiaire de Charles des Vaux - à un dialogue entre les interlocuteurs en présence : des Vaux et les Anciens et Principaux de Maragnan. L'objet du discours s'actualise également de façon croissante : on passe en effet de la question générale des rapports entre la France et le Maragnan à la question très précise et actuelle de l'entrée ou non des navires français dans l'île de Maragnan.

36Même si le texte demeure en définitive un discours indirect rapporté par le narrateur Claude d'Abbeville, on assiste à un effet de hic et nunc (« tout maintenant ») qui, avec le jeu des déictiques (« je », « vous », « tout maintenant ») et le changement de temps verbal marqué par l'emploi du présent et du futur de l'indicatif, dynamise le discours et donne force à la question de la négociation marquée par l'alternative (« si cela est » / « Sinon », « au cas que vous ayez changé de volonté »).

37L'ultimatum adressé par Charles des Vaux aux Indiens peut sembler particulièrement hypocrite et typiquement « colonialiste », dans la mesure où il présente l'implantation française comme une opportunité à saisir pour les Indiens de Maragnan. Cependant, même si ce texte relève indiscutablement d'une idéologie coloniale, il est important de ne pas perdre de vue la dynamique et les enjeux qui se jouent ici. Il s'agit en effet d'une négociation où le fait de connaître les bonnes dispositions des Indiens était d'une importance vitale pour des Français en très nette infériorité numérique et épuisés par une longue traversée et où l'ostentation d'une certaine supériorité, même chimérique, constitue une posture de négociation essentielle et fait partie intégrante du rôle de « protecteurs » affiché par les Français.

Conclusion

38Le discours prononcé par Charles des Vaux devant les Principaux et les Anciens de Maragnan assemblés en Carbet, le 27 juillet 1612, constitue un document précieux pour l'historien, du fait des nombreuses informations qu'il recèle quant à l'arrivée et l'établissement des Français sur l'île de Maragnan. Outre la date et le lieu, il nous renseigne sur les modalités des premiers contacts entre les Indiens Tupinambas de l'île et les Français nouvellement arrivés (les Français étaient présents depuis des années à Maragnan, mais les trois navires arrivés de Cancale modifiaient considérablement l'équilibre entre Indiens et Français et donnaient une dimension officielle à cette présence française), nous indiquant comment se déroula cette ambassade préliminaire à leur entrée dans l'île et qui en fut chargé.

39Son contenu, pour riche en informations qu'il soit, demeure cependant très classique : il s'agit d'un discours d'ambassade, très protocolaire et standardisé en apparence, dans la mesure où les informations qu'il contient correspondent à celles que l'on peut attendre de tout discours d'ambassade de cette époque. L'intérêt majeur de ce texte se trouve en réalité dans sa forme, extrêmement singulière quant à elle, dont l'étude nous renseigne de façon peut-être plus fine encore sur la situation particulière de la colonie française de Maragnan. Les Français, arrivés au Brésil bien après les Portugais, ne pouvaient en effet fonder la légitimité de leur présence que dans l'affirmation de meilleurs rapports avec les indigènes, considérés de façon fort opportune comme les habitants originels et donc légitimes du lieu, seuls à même d'effectuer un transfert de souveraineté en bonne et due forme.

40L'insistance et la virtuosité déployés par Claude d'Abbeville pour souligner la parfaite concordance des discours français et indiens autour d'une même volonté d'unir politiquement et militairement leur sort par un transfert de souveraineté en faveur du roi de France témoignent ainsi d'une recherche pressante de légitimité. En rassemblant dans une unique phrase, d'une longueur et d'une complexité remarquables, les discours adressés par les Indiens au Roi de France, par Louis XIII aux Indiens, et par les Lieutenants Généraux aux Indiens, Claude d'Abbeville laisse entendre habilement que tous ces discours concordent et se rejoignent dans l'affirmation d'une volonté commune de rattacher le Maragnan au Royaume de France.

41Cette unité syntaxique suggère ainsi une unité logique, encore renforcée par le fait que le discours de Charles des Vaux aux Indiens de Maragnan constitue une immense subordonnée qui s'intègre donc parfaitement au récit-cadre. La structure discursive de ce texte est donc élaborée de manière à éviter toute rupture, sous-entendant ainsi que la présence française à Maragnan est dans la continuité des choses et découle naturellement de la volonté des Indiens et du bon vouloir du Roi qui eux-mêmes ne font qu'un.

42Claude d'Abbeville, tout en résumant ainsi efficacement à ses lecteurs les enjeux de l'expédition de Maragnan, réunit ici deux niveaux de discours : un premier niveau où Charles des Vaux fait l'intermédiaire entre les Indiens de Maragnan et le Roi de France, racontant aux Indiens comment il a transmis au Roi leur requête et le discours que celui-ci l'a chargé de leur répondre ; un second niveau où Charles des Vaux, représentant les Lieutenants Généraux nouvellement arrivés (eux-mêmes représentant à la fois du Roi de France et de l'ensemble des membres de l'expédition française de Maragnan), s'adresse aux Principaux et Anciens de Maragnan, qui représentent de leur côté les Indiens de l'île. L'objectif de ce discours est donc non seulement de rappeler le discours des Indiens (pour vérifier sa conformité auprès des intéressés et garantir la régularité de la démarche) et de leur apporter la réponse du roi, mais aussi, concrètement et plus immédiatement, de demander l'autorisation (présentée davantage comme une faveur accordée aux Indiens) pour les Français de l'expédition de s'installer à Maragnan, en vertu des précédents discours. À l'issue de ce discours, les Indiens n'ont plus qu'à surenchérir dans l'affirmation de leur volonté de s'allier aux Français : les Français qui attendaient sur l'îlette Sainte Anne comme le lecteur sont rassurés et peuvent poursuivre plus avant leur voyage vers l'île de Maragnan.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Abbeville, Claude (d'), 1614, Histoire de la mission des Pères Capucins en l'Isle de Maragnan et terres circonvoisines où est traicté des singularités admirables et des mœurs merveilleuses des Indiens habitans de ce pays, Avec les missives et advis qui ont esté envoyez de nouveau par le R. P. Claude d'Abbeville Predicateur Capucin. Predicabitur Evangelium regni in universo orbe. MAT. 24. Avec Privilege du Roy A Paris. De l'imprimerie de François Huby, rue St. Iacques à la Bible d'Or, et en sa boutique au Palais en la gallerie des prisonniers.
Edition fac-similé : CLAUDE D'ABBEVILLE, 1963. Histoire de la Mission des Pères Capucins en Isle de Maragnan et terres circonvoisines. Introduction A. Métraux et J. Lafaye, Graz, Akademische Druck und Verlagsanstalt.

- 1945, Historia da missão dos Padres Capucinhos na Ilha do Maranhão e terras circumvizinhas ; em que se trata das singularidades admiráveis e dos costumes estranhos dos índios habitantes dos país. Tradução de Sérgio Millet, introdução e notas de Rodolfo Garcia, São Paulo.

Evreux, Yves (d'), 1615, Suitte de l'Histoire des choses plus memorables advenues en Maragnan és années 1613 et 1614. A Paris. De l'imprimerie de François Huby, rue St. Iacques à la Bible d'Or, et en sa boutique au Palais en la gallerie des prisonniers. 1615. Avec Privilege du Roy.
Édition suivie : 1894. Voyage dans le nord du Brésil fait durant les années 1613 et 1614. Par le Père Yves d'Évreux. Publié d'après l'exemplaire unique conservé à la Bibliothèque Impériale de Paris. Avec une introduction et des notes par M. Ferdinand Denis, Conservateur à la Bibliothèque Sainte-Geneviève, Leipzig & Paris, Librairie A. Franck.

Lery, Jean (de), 1994 [1580]. Histoire d'un voyage faict en la terre du Brésil [Première édition, Genève, 1578], texte établi, présenté et annoté par Frank Lestringant, Paris, Le Livre de Poche, Bibliothèque classique.

Ruiz de Montoya, Antonio, 1876 [1639]. Tesoro de la lengua Guarani, por Antonio Ruiz de Montoya, publicado nuevamente sin altercacion alguna por Julio Platzmann, Leipzig, Teubner.

Ouvrages et articles critiques

Benveniste, Émile, 1996. « La philosophie analytique et le langage », in BENVENISTE, Émile, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard, tome 1.

Calvet, Louis-Jean, 2002. Linguistique et colonialisme, Paris, Payot.

Castelnau-L’Estoile, Charlotte (de), « De l’observation à la conversation : le savoir sur les indiens du Brésil dans l’œuvre d’Yves d’Evreux », in Ch. de Castelnau-L’Estoile, M.-L. Copete, A. Maldavsky et I. G. Županov (éd.), Missions d’évangélisation et circulation des savoirs (XVIe-XVIIIe siècle), Collection de la Casa de Velázquez (120), Madrid, 2011.

Cave, Terence, 2001. Pré-Histoire II, Langues étrangères et troubles économiques au XVIe siècle, Genève, Droz.

Certeau, Michel de, 2007 [1975]. L'écriture de l'histoire, Paris, Gallimard, Folio histoire.

Cuche, Denys, 1996. La notion de culture dans les sciences sociales, Paris, La Découverte.

Daher, Andrea, 1999. « Écrire la langue indigène. La grammaire tupi et les catéchismes bilingues au Brésil (XVIe siècle) », in Mélanges de l'Ecole française de Rome. Italie et Méditerranée, Tome 111, N°1, p. 231-250.

- 2002. Les singularités de la France Equinoxiale, Histoire de la mission des pères capucins au Brésil (1612-1615), Paris, Honoré Champion.

Deslandres, Dominique, 1991. « Les laïcs et la conversion en Acadie, 1604-1613 ». In: Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest. Tome 98, N°2, p. 221-230.

Dubois, Claude-Gilbert, 2010 [1970]. Mythe et langage au XVIe siècle, Paris, Eurédit.

Duchet, Michèle (sous la direction de), 1992. L'inscription des langues dans les relations de voyage (XVIe-XVIIIe siècles), Fontenay aux Roses, Les Cahiers de Fontenay, n° 65-66.

Gomez-Géraud, Marie-Christine, 1999. « Un colloque chez les Tououpinambaoults : mise en scène d'une dépossession », in LESTRINGANT, Frank (textes réunis par), D'Encre de Brésil, Orléans, Paradigme.

Greenblatt, Stephen, 1996, Merveilleuses possessions. Découverte et appropriation du Nouveau Monde au XVIe siècle, Paris, Les Belles Lettres.

Hartog, François, 1980. Le Miroir d'Hérodote. Essai sur la représentation de l'autre. Paris, Gallimard, nrf, « Une rhétorique de l'altérité ».

Lafaye, Jacques, 1993. « Le Bresil dans l'imaginaire français (XVIè-XVIIè s.) », in Revista de História,  São Paulo,  n. 127-128, p. 115-129.

Mendes dos Santos, Ilda, 2000. « S'ensuiyt le langaige du Brésil et du Françoys », in La découverte du Brésil, Paris, Chandeigne.

Seed, Patricia, 1992. « Taking Possession and Reading Texts: Establishing the Authority of Overseas Empires », in The William and Mary Quarterly, Third Series, Vol. 49, No. 2 (Apr., 1992), p. 183-209.

-1995. Ceremonies of possession in Europe's conquest of the New World, 1492-1640, New York, Cambridge University Press.

Todorov, Tzvetan, 1982. La Conquête de l'Amérique. La question de l'autre, Paris, Seuil, coll. Points, 1982.

Val Julían, Carmen, 2011. La realidad y el deseo : toponymie du découvreur en Amérique espagnole (1492-1520) ; suivi de textes en hommage à l'auteur, sous la direction de Julien Roger, Marie-Linda Ortega et Marina Mestre-Zaragoza. Lyon, ENS Editions.

Warwick, Jack, 1992. « Du huron au petit nègre », in DUCHET, Michèle (sous la direction de), L'inscription des langues dans les relations de voyage (XVIe-XVIIIe siècles), Fontenay aux Roses, Les Cahiers de Fontenay, n° 65-66.

Witgen, Michael, 2007. The Rituals of Possession: Native Identity and the Invention of Empire in Seventeenth-Century Western North America, in Ethnohistory, vol. 54, n° 4, p. 639-668.

Haut de page

Notes

1 Sauf précision, les notes, références et citations de l'ouvrage de Claude d'Abbeville renvoient à l'édition originale de 1614.

2 Abbeville, Claude (d'), op. cit., chap. IX, p. 57 recto.

3 C'est de cette façon que la manchette en marge du texte signale ce passage.

4 Abbeville, Claude (d'), op. cit., chap. IX, p. 57 recto-58 verso.

5 J'emploierai par la suite fréquemment le mot « Indiens » sans préciser qu'il s'agit des Indiens Tupinambas du Maragnan, me conformant en cela à l'usage du Père Claude qui généralement parle d'« Indiens » sans préciser davantage. Outre le fait que cette façon de désigner les populations de Maragnan me semble assez représentative de la manière dont l'auteur les appréhendait ou en tout cas de la manière dont il les présentait à ses lecteurs, il me semble important de rendre compte de l'indétermination de ce que pouvaient représenter les « Indiens » pour un prêtre tout juste arrivé de France.

6 Toutes les citations in Abbeville, Claude (d'), op. cit., chap. I, p. 12 verso – 13 recto.

7 Abbeville, Claude (d'), op. cit., chap. I, p. 13 verso.

8 Carbet. Le terme est utilisé par la plupart des voyageurs en Amérique du sud, si bien qu'il est difficile de déterminer son origine. Il semble cependant d'origine tupi (on trouve plusieurs occurrences chez Thevet, Léry et Hans Staden entre autres). Rodolfo García suggère qu'il pourrait venir du tupi ocára, le participe de og, « ce qui couvre, cache, ferme ou mure l'enceinte, la cour ou le patio », et du suffixe locatif -pe, labialisé en -be, désignant ainsi l'ensemble, l'enceinte ou le patio où avaient lieu de fait les réunions, les carbet. João Capistrano de Abreu évoque en effet dans le 5ème de ses Diálogos do Brasil, Dial. V, la carpe, une case ronde dressée au milieu des villages où les Indiens se réunissaient pour discuter des guerres.

9 De plus, Claude d'Abbeville choisit de ne pas accorder le terme selon les règles de la grammaire française qui supposerait un -s final pour marquer le pluriel. Yves d'Evreux, dans sa Suitte de l'Histoire des choses plus memorables advenues en Maragnan és années 1613 et 1614 choisit quant à lui d'accorder les mots les plus communs de la langue tupi, notamment le mot Carbet.

10 Egalement appelée « proposition circonstancielle de but ».

11 Un signe de ponctuation relativement fort jusqu'au XVIIe siècle, qui insiste moins fortement qu'aujourd'hui – même si l'idée est souvent présente – sur le lien de cause à effet qui unit les deux propositions. Ces considérations sont toutefois relatives, étant donné qu'il est très délicat de déterminer des normes grammaticales pour la ponctuation à cette époque. Si l'on peut établir des normes, celles-ci sont en effet surtout propres à chaque auteur.

12 C'est nous qui soulignons.

13 Paí signifie père, prêtre ou frère, etê signifie véritable, légitimé, très. Rodolfo Garcia, dans ses notes à l'édition de 1945 de l'Historia da missão, signale que le mot Paí est vraisemblablement d'origine portugaise ou espagnole, puisqu'il existe en langue guarani le mot tub ou tuba pour désigner le père de famille, et le mot abaré, qui signifie « homme différent » pour désigner le père religieux, ce dernier mot étant évidemment une acquisition culturelle de formation récente.

14 Morubixaba en guarani actuel. Dans le Tesoro de Ruiz de Montoya figure le mot Mburubichá, composé de « contenant » et de tubichá « grand », signifiant ainsi littéralement « ce qui contient en soi la grandeur, prince, seigneur ». D'autres explications étymologiques sont également possibles.

15 Lieutenants Généraux. Claude d'Abbeville oublie de refermer la parenthèse.

16 Paí signifie père, prêtre ou frère, etê signifie véritable, légitimé, très. Rodolfo Garcia note que le mot Paí est vraisemblablement d'origine portugaise ou espagnole, puisqu'il existe en langue guarani le mot tub ou tuba pour désigner le père de famille, et le mot abaré, qui signifie « homme différent » pour désigner le père religieux, ce dernier mot étant évidemment une acquisition culturelle de formation récente.

17 Morubixaba en guarani actuel. Dans le Tesoro de Ruiz Montoya figure le mot Mburubichá, composé de « contenant » et de tubichá « grand », signifiant ainsi littéralement « ce qui contient en soi la grandeur, prince, seigneur. D'autres explications étymologiques sont également possibles.

18 Dans le discours direct, les paroles de l'énonciateur sont directement citées, introduites par un verbe d'énonciation qui ne modifie pas l'ordonnance de la phrase (ici « leur dit-il »). Il donne ainsi une impression d'objectivité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Géraldine Méret, « Faits de discours, effets de légitimité », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 15 octobre 2013, consulté le 16 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65868 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.65868

Haut de page

Auteur

Géraldine Méret

geraldine.meret@ehess.frEcole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), Centre de Recherche sur le Brésil Contemporain (CRBC), Université de Genève (UNIGE).
Doctorante en 2ème année de thèse sous la direction de Jean-Frédéric Schaub (EHESS, CRBC) et de Frédéric Tinguely (Université de Genève), Géraldine Méret est normalienne et agrégée de lettres modernes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page