Navigation – Plan du site
Flavien Peyrsaubes

Luis Salas Almela, La casa de Medina Sidonia. El poder de la aristocracia 1580-1670, Madrid, Marcial Pons, 2008, 515 p.

[14/10/2013]

Texte intégral

1Le livre de Luis Salas Almela est tiré d’une thèse de doctorat soutenue à l’Institut Universitaire Européen de Florence en 2006. Son objet est de comprendre les relations politiques entre la couronne castillane et la haute noblesse à travers une maison nobiliaire, les Medina Sidonia. En effet, les Medina Sidonia sont une des familles les plus puissantes de la Castille sous les Habsbourg et domine très largement le commerce hispano-américain grâce à son contrôle de la région de Sanlucar de Barrameda et de la Basse-Andalousie. Pour l’auteur, le développement de l’Etat moderne n’est pas incompatible avec le maintien voire l’expansion des maisons seigneuriales. Il souhaite donc faire comprendre les relations politiques et de pouvoir entre les Medina Sidonia et la couronne. Son étude repose sur le dépouillement des archives ducales, un des fonds privé les plus riches d’Europe ainsi que les fonds espagnols.

2Salas Almela débute son étude sur le pouvoir seigneurial de la famille Medina Sidonia et ses structures. La situation géographique de l'état ducal et l'ancien privilège de l’almojarifazgo fait de la famille la plus puissante maison noble de Castille. Par conséquent, Sanlúcar de Barrameda s'est avéré être le bien le plus précieux de leur héritage, l'élément qui fait la différence avec les autres puissances nobles et permet la maîtrise de la circulation dans l'Atlantique ibérique. Le majorat des Medina Sidonia a donné une base solide à l'influence sociale de la noblesse castillane et lui a permis de transmettre des domaines importants.

3Grâce à cet avantage et les ressources dégagées, les Medina Sidonia développent leur capitale seigneuriale en y intégrant le langage symbolique du pouvoir. Sanlúcar devient une véritable cour, en plus d’être une résidence seigneuriale et un centre commercial lié au port de Bonanza. La Casa s’appuie sur le patriciat urbain pour gouverner son domaine et parfois sur des marchands étrangers attirés par les flux commerciaux. La basse vallée du Guadalquivir entre Séville et l'Atlantique devient un centre politique concurrent au sein de la monarchie espagnole.

4La question de la juridiction seigneuriale est centrale pour comprendre les bases du pouvoir des Medina Sidonia, notamment à travers les conflits de compétences. La menace la plus dangereuse pour le pouvoir de la noblesse castillane était l’expansion de la justice royale qui parvient à situer ses lois au-dessus de toute autre juridiction. La justice nobiliaire était subordonnée en termes normatifs à la prééminence royale visible par exemple par la multiplication des tribunaux. Les pouvoirs seigneuriaux restaient toutefois suffisamment étendus pour obtenir une relative autonomie.

5Le système de revenu ducal repose principalement sur les taxes et les opérations financières. Les seigneurs dévoilent un intérêt croissant pour élargir leurs sources de revenus. La Maison ducale a développé sa politique fiscale non seulement pour des raisons pratiques, à savoir la collecte des impôts et l'augmentation de leur richesse, mais aussi pour la dimension militaire de son pouvoir. La consolidation de cette politique fiscale sert à renforcer l'autorité au sein de leurs états.

6La deuxième partie de l’ouvrage est plus chronologique et s’intéresse surtout aux années 1570-1670 au prisme de l’activité des ducs de Medina Sidonia. La Maison ducale s’est beaucoup investie dès don Alonso (1570-1615) dans le domaine militaire. Il obtient la création de la charge de Capitaine Général de la Mer Océane et des Côtes d’Andalousie en 1588. Son pouvoir se fait sentir dans la préparation de l’Invincible Armada où il mobilisa les ressources de ses Etats et de ses clients dans toute la Basse-Andalousie. Malgré les critiques après l’assaut anglo-hollandais sur Cadix, don Alonso conserve la mainmise sur la région et dirige les opérations autour du détroit de Gibraltar. Son influence à la cour lui permet de conclure une alliance matrimoniale avec le duc de Lerma, le valido de Philippe III et ainsi profiter de son ascendant sur le monarque.

7Son successeur don Manuel Alonso (1615-1636) récupère les charges de son père et ainsi devient incontournable pour la défense de la côte atlantique andalouse. Ces années sont celles de l’apogée des entreprises privées de guerre aux présides. Cet intérêt pour les présides africains de Medina Sidonia se justifie par le contrôle du commerce. La sécurité de la navigation dans les eaux ibériques dépend aussi du duc et la visite royale en Andalousie en 1624 confirme ces attributions. Il parvient enfin à s’allier avec Olivares et à rester dans les plus hautes sphères du pouvoir.

8Don Gaspar Alonso (1636-1664) poursuit d’abord la politique familiale, mais il est surtout connu pour sa participation à la conjuration de 1641. La monarchie de Philippe IV connait de grandes difficultés et une série de défaites militaires autour des années 1639-1640 cumulées aux révoltes des catalans et portugais. Le contexte politique andalou est tendu à cause des incertitudes autour du commerce atlantique et des critiques nobiliaires sur les méritos pas assez nombreux.

9Après l’échec de la conjuration, l’Etat andalou des Medina Sidonia est démantelé et le duc mis en accusation après la perte de Sanlucar et son exil d’Andalousie. Le roi lui impose aussi un emprunt forcé de 200 000 ducats qui appauvrit la Maison ducale et lui fait perdre sa primauté dans la hiérarchie nobiliaire castillane. La conjuration illustre le pacte politique entre la noblesse et la monarchie et que la fidélité reste un compromis difficile à maintenir parfois.

10Le livre de Luis Salas Almela explore la constitution d’un domaine et d’une influence nobiliaire par les Medina Sidonia dans la Castille de l’époque moderne. Leur importance auprès de la monarchie hispanique est révélée par le dialogue constant de la Maison ducale avec le roi ou son administration (Conseil d’Etat et Conseil de Guerre notamment). L’auteur développe son postulat sur le pouvoir monarchique espagnol et sa nécessité de négocier des pactes et des équilibres au sein du royaume. La grande noblesse participe à la politique royale, pas seulement à travers les offices de vice-rois ou des ambassades, mais aussi dans la chaine de décision politique. Son importance ne peut être ignorée malgré le contexte de renforcement de l’Etat moderne hispanique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flavien Peyrsaubes, « Luis Salas Almela, La casa de Medina Sidonia. El poder de la aristocracia 1580-1670, Madrid, Marcial Pons, 2008, 515 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 14 octobre 2013, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/65922

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page