Navigation – Plan du site
Luc Capdevila

Olivier Compagnon, L'adieu à l'Europe. L'Amérique latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, col. L’épreuve de l'histoire, 2013, 394 p.

[09/12/2013]

Texte intégral

  • 1 En français lire Annick Lempérière, Georges Lomné, Frédéric Martinez et Denis Rolland, L’Amérique L (...)
  • 2 Francisco J. Romero Salvadó, España, 1914-1918. Entre la guerra y la revolución, Barcelona, Edit (...)

1Dans L'adieu à l'Europe, Olivier Compagnon revisite et renouvelle les études sur la déprise des modèles européens de la modernité dans les imaginaires politiques et culturels des élites latino-américaines, au cours des années 1920 et 1930, à partir des cas argentin et brésilien. À la différence de ces prédécesseurs qui ont observé dans ce phénomène un processus multi-causal de moyenne durée1, Olivier Compagnon pose l'hypothèse de la première guerre mondiale comme rupture, comme élément de discontinuité, comme facteur d'accélération et de cristallisation ayant conduit les élites à "redéfinir les lignes directrices d'un destin collectif désormais pensé dans une altérité radicale vis-à-vis de l'Europe" (p. 317). L'entreprise est risquée. Elle l'est d'autant plus que l'Amérique latine n'a été que peu directement impactée par l'événement guerrier, à la différence de l'Espagne qui, bien que restée neutre, a sombré dans une crise intérieure participant des dommages collatéraux de la Grande Guerre menée par tous ses voisins2. L'établissement d'une chronologie fine de l'ajustement des systèmes de représentations collectives à l'échelle d'une société est un exercice complexe. Concernant la déprise des modèles européens et le durcissement des nationalismes en Amérique latine, selon les sources, selon les focales, selon l'ampleur des phénomènes, les analystes déplacent le curseur entre les années 1900/1910 et les années 1930. La démarche d'Olivier Compagnon est prudente et méthodique. Il interroge dans un premier temps les effets de la première guerre mondiale sur les sociétés d'Amérique latine. C'est ensuite, à partir d'un ensemble d'analyses comparées sur la réception de l'événement en Argentine et au Brésil qu'il est amené à discuter le reclassement des acteurs dans la moyenne durée, puis à réévaluer la place de la Grande Guerre dans le XXe siècle latino-américain.

2La première partie intitulée "De la guerre européenne à la guerre américaine" analyse les échos de l'événement guerrier en Argentine et au Brésil, ce qui permet d'observer en quoi et comment ces espaces périphériques constituent une communauté de sens dans la conjoncture 1914-1918. En effet, si en raison de l'éloignement du théâtre des opérations les opinions publiques brésiliennes et argentines sont relativement indifférentes au début du conflit, les diplomates latino-américains considérant l'été et l'automne 1914 comme un moment européen, les intellectuels se mobilisent à la fin 1914 en percevant cette guerre à travers le prisme des représentations opposant la "civilisation" à la "barbarie". Les courants pro-Alliés, à l'aune des élites afrancesadas, sont beaucoup plus nombreux et mieux organisés que les voix germanophiles, notamment bien représentées dans les milieux militaires. Mais c'est le parti de la neutralité qui s'impose dans un premier temps. D'abord attentif aux systèmes de représentations, Olivier Compagnon analyse surtout les sources publiées et leurs circulations (presse, magasines, ouvrages, catalogues de bibliothèques, traductions). Il analyse également les archives parlementaires et celles des affaires étrangères pour étudier les cheminements de la décision politique, ainsi que les trajectoires et les positionnements des communautés de migrants par rapport à la patrie d'origine engagée dans le conflit. Il observe ainsi comment la guerre européenne gagne progressivement les sociétés sud-américaines entre 1915 et 1917. D'une part à travers les représentations de la guerre que les acteurs ajustent au fil de l'événement. D'autre part en raison des faits économiques qui produisent un retournement de conjoncture sur les marchés brésilien et argentin, puis de fortes tensions sociales et politiques. Enfin en raison de l'évolution de la conduite de la guerre par les belligérants qui force les puissances sud-américaines à prendre position dans le conflit : blocus allié dès 1914 ; attaques de sous-marins allemands à partir de 1915 ; établissement des listes noires en 1916 ; guerre sous-marine à outrance en janvier 1917 ; entrée en guerre des États-Unis en mars 1917.... In fine, le Brésil rejoint le camp allié en novembre 1917 et participe à la conférence interalliée à Paris en décembre. Le courant pro-Alliés y était dominant. Mais la solidarité avec les États-Unis et la nécessité de conserver les liens commerciaux avec l'Europe occidentale ont été déterminants. L'Argentine reste neutre malgré la force des pressions étatsuniennes et une demande interne d'engagement. Sa marge de manœuvre commerciale est plus large que celle du Brésil. Surtout, la présidence d'Hipólito Yrigoyen s'exerce déjà à jouer une carte autonome dans le système interaméricain face à la concurrence régionale brésilienne et à la puissance continentale émergente qui s'affirme à Washington, y compris désormais sur les rives du Río de la Plata.

3Si les périphéries argentine et brésilienne n'ont pas échappé à la Grande Guerre, comment évaluer l'impact de l'événement sur ces sociétés, sans pour autant risquer une téléologie avec les mutations qu'elles connaissent dans l'entre-deux-guerres ? C'est l'objectif de la deuxième partie intitulée avec justesse "L'Europe barbare", dans laquelle Olivier Compagnon réalise une analyse fine de la mutation des représentations de l'Europe produite par l'ajustement des représentations de la guerre, à travers lesquelles les élites latino-américaines observent l'évolution de la première guerre mondiale. Si dans un premier moment l'événement est encore lu à travers la grille "civilisation et barbarie" censée opposer les belligérants entre eux, un désenchantement de l'Europe se vérifie dans les analyses que les intellectuels produisent au fil du conflit. Ce n'est plus qu'une humanité à la dérive qui combat dans les tranchées et recouvre le modèle de civilisation qui illuminait toujours et encore les élites en 1914. "L'Europe est donc l'objet d'une profonde désillusion parmi les élites latino-américaines du fait de la Grande Guerre" (p. 203). Déception, méfiance, l'Europe semble avoir fait son temps. La désillusion est accrue au regard du règlement du conflit tel que les Européens le négocient à la suite de la Conférence de la Paix en 1919 et de la mise en place de la Société des Nations.

  • 3 Hilda Sábato, Buenos Aires en Armas. La Revolución de 1880, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2008 ; d (...)
  • 4 Miguel Ángel Cuarterolo, Soldados de la Memoria. Imágenes y Hombres de la Guerra del Paraguay, Buen (...)
  • 5 Peter Beattie, "Illustrating Race and nation in the Paraguayan War Era. Explorating the Decline of (...)
  • 6 "Causas del heroismo paraguayo", conférence prononcée le 29 janvier 1903, publiée dans Manuel Domín (...)
  • 7 Nicolás Palacios, Raza chilena, Valparaíso, Impr. de G. Schäfer, 1904.

4Une fois encore il est difficile d'évaluer avec précision l'impact de l'événement en matière de rupture lorsqu'il s'agit d'établir une chronologie mesurant des phénomènes culturels aussi vastes et aussi complexes. La violence et la place des militaires comme acteurs du politique traversant l'ensemble de l'histoire argentine, depuis les Indépendances, au moment de la formation de l'État-national, interrogent intensément les chercheurs3. Les populations du Cône sud américain et du Brésil n'ont pas attendu la première guerre mondiale pour découvrir la violence du champ de bataille, la guerre d'anéantissement, ni même les tranchées4. Le basculement identitaire vers un modèle multiracial et incarné est observable au Brésil dès le moment de la guerre de la Triple Alliance (1864-1870)5. L'émergence des nationalismes qui installent la représentation d'une nation métisse se situe au tout début du XXe siècle au Paraguay6 et au Chili7. Tous ces faits, Olivier Compagnon les prend évidemment en considération dans son analyse. Mais il les réévalue en mobilisant les outils de l'histoire culturelle et les problématiques de la réception de l'événement. Il observe ainsi un catalyseur puissant dans la Grande Guerre. Il y repère un point d'inflexion certes davantage contextualisé au Brésil, mais tout aussi marqué en Argentine. D'évidence, la conjoncture 1914-1918 est un moment clef dans la structuration des représentations et des idéologies qui constituent le socle des nationalismes latino-américains dans les années 1920 et 1930, puis des régimes nationaux-populistes dans les années 1940 et 1950.

5La troisième partie, "La Grande Guerre, la nation, l'identité", réévalue ainsi le durcissement des nationalismes argentin et brésilien dans les années 1920 et 1930 à la suite de l'expérience américaine de la Grande Guerre. "Pour de nombreux intellectuels latino-américains, la première guerre mondiale a plutôt fait office de sirène d'alarme tirant les nations latino-américaines du profond sommeil dans lequel les avait plongées le cosmopolitisme de la Belle Époque et dont ne les avaient pas entièrement extraites les appels au sursaut antérieurs à 1914" (p. 251-252). De ce fait, dans les années 1920 et 1930 qui correspondent à une conjoncture où ont été interrogées intensément les identités sociales en Amérique latine, les nationalismes qui se sont alors imposés ont "redéfini les lignes directrices d'un destin collectif" (p. 317) en s'abreuvant aux sources civilisatrices de l'autochtonie et en prenant de la distance avec l'Europe.

Haut de page

Notes

1 En français lire Annick Lempérière, Georges Lomné, Frédéric Martinez et Denis Rolland, L’Amérique Latine et les Modèles Européens, Paris, Éditions L’Harmattan, 1998 ; Denis Rolland, La crise du modèle français. Marianne et l’Amérique latine : culture, politique et identité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2000.

2 Francisco J. Romero Salvadó, España, 1914-1918. Entre la guerra y la revolución, Barcelona, Editorial Crítica, 2002.

3 Hilda Sábato, Buenos Aires en Armas. La Revolución de 1880, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2008 ; du même auteur Historia de la Argentina 1852-1890, Buenos Aires, Siglo Veintiuno, 2012.

4 Miguel Ángel Cuarterolo, Soldados de la Memoria. Imágenes y Hombres de la Guerra del Paraguay, Buenos Aires, Planeta, 2000.

5 Peter Beattie, "Illustrating Race and nation in the Paraguayan War Era. Explorating the Decline of the Tupi Guarani Warrior and the Embodiment of Brazil", in Nicola Foote and Rene D. Harder Horst, Military Struggle and Identity Formation in Latin America. Race, Nation, and Community During the Liberal Period, Gainesville, University Press of Florida, 2013, p. 175-203.

6 "Causas del heroismo paraguayo", conférence prononcée le 29 janvier 1903, publiée dans Manuel Domínguez, El alma de la raza, Asunción, Casa Editora de Cándido Zamphirópolos, 1918, p. 13-52.

7 Nicolás Palacios, Raza chilena, Valparaíso, Impr. de G. Schäfer, 1904.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Capdevila, « Olivier Compagnon, L'adieu à l'Europe. L'Amérique latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, col. L’épreuve de l'histoire, 2013, 394 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 09 décembre 2013, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/66030

Haut de page

Auteur

Luc Capdevila

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page