Navigation – Plan du site
Débats | 2013
Gregorio Salinero

Aller et venir de Trujillo au Pérou, seconde moitié du XVIe siècle

[12/12/2013]

Résumés

Les archives conservées à Trujillo d’Espagne depuis le xvie siècle permettent d’étudier avec un luxe de détails les relations de la ville des Pizarro avec les Indes, et en particulier le Pérou, où migrent la majorité de ceux qui partent. Les actes notariés révèlent qu’il faut multiplier par plus de deux le volume des départs qui figurent dans les archives sévillanes. Durant la seconde moitié du siècle, la rhétorique des migrants ne suffit plus à représenter les Indes comme un horizon merveilleux. Cependant que les mauvaises années, la peste et la guerre pèsent sur la ville et poussent nombre de vecinos à partir, les retours des indianos enrichis se multiplient. Une pluie d’or et d’argent qui peine à s’investir modifie la morphologie de la ville. Toutefois, la noblesse de la Reconquête intègre progressivement celle de la conquête rentrée au pays. Par-delà l’Atlantique, une seconde génération de migrants superposés aux enfants des premiers conquistadors constitue le socle de la société créole naissante.

Haut de page

Texte intégral

1La région de Trujillo d’Espagne, en Estrémadure, est un vivier de capitaines, héros avisés et parfois cruels de la conquête et de la colonisation des Amériques : Hernán Cortés ou Francisco Pizarro. Trujillo est une ville de taille moyenne, comparable à Cáceres : elle concentre, avec ses hameaux adjacents, une population d'environ 9000 personnes. En tant que ville royale, elle exerce un contrôle administratif tatillon sur son district, plus étendu que celui de sa voisine, et dans lequel sont insérées quelques seigneuries.

2Aussi l’importance des vecinos de Trujillo dans l’histoire de la conquête et de la colonisation intrigue. D’autant que si l’on songe à la toponymie, on relève que le nom de Trujillo s’est démultiplié en passant l’Atlantique, avec moins de succès il est vrai que celui de Guadalupe. On le trouve au Honduras en nombre d’exemplaires, au Venezuela ou au Pérou, là encore sous diverses formes. Plus encore que le nom de la ville ce sont ceux de ces habitants qui se retrouvent partout en Amérique latine, sous des versions anthroponymiques ou topographiques : Altamirano, Calderón, Mejía, Chaves, Carvajal, Meneses et d’autres.

  • 1 Bartolomé Bennassar, “ Centre et périphérie dans l’Espagne du siècle d’or ”, Actes du XXI congrès d (...)

3Il est nécessaire de remettre en perspective la place de l'Estrémadure moderne, déformée à l'ordinaire par le collage d'une vision contemporaine. Si la Castille, plus urbanisée et plus peuplée que toute les autres régions, à l’exception de l’Andalousie, est véritablement la région la plus dynamique de la péninsule au siècle d’Or, il faut noter que durant tout le xvie siècle et un peu au-delà, l’Estrémadure, peu urbanisée, est cependant aussi peuplée que la Catalogne avec une densité d’environ onze habitants au kilomètre carré1. La position privilégiée de Trujillo à la rencontre des grandes routes Est/Ouest et Nord/Sud, dans laquelle la ville est concurrencée par Cáceres n’est pas une simple situation de carrefour héritée et inexploitée par les habitants. Contacts, échanges, flux migratoires et liens familiaux interrégionaux activent ces avantages. Aussi faut-il réviser pour le xvie siècle l’image même que nous avons aujourd’hui en tête de Trujillo et de sa région : région périphérique certes, mais pas région isolée ou dépeuplée.

  • 2 Enrique, Otte, (colb. Guadalupe Albi) : Cartas privadas de emigrantes a Indias, 1540-1616. Fondo de (...)
  • 3 James, Lockhart, The men of Cajamarca: A social and Biographical Study of the First Conquerors of P (...)

4Les historiens se sont efforcés de mieux comprendre les effets des grands flux d’argent, de marchandises et d’émigrants, restés longtemps mal connus, à partir de mesures faites dans les ports de Séville ou de Cadix. Cependant les liens des villes de l’intérieur avec les Indes demeurent dans l’obscurité. Toutefois quelques études de sources2, de cas ou de moments particuliers3 ont permis de montrer que l’histoire des relations ibéro-américaines pouvait être posée de diverses manières, complémentaires entre-elles plutôt que contradictoires.

  • 4 “ Todas las colecciones y subsecciones de los archivos que se pensaba podrían guardar materiales pe (...)

5Sources. C’est ce qu’a souligné James Lockhart en évoquant les « archives locales des nombreux lieux d’Espagne où les conquistadors sont retournés. Ceux-là, sans aucun doute, peuvent nous en dire long, mais leur exploitation complète suppose des années de travail »4. C’est cette idée de l’écho espagnol de l’aventure américaine et l’espoir de mettre au jour quelques éléments significatifs pour l’ensemble des villes d’Estrémadure et de Castille qui a guidé ce texte. Aussi, j’ai recherché les faits suffisamment répétitifs pour permettre d’appuyer un jugement global sur le cas de Trujillo. Mais dans le même temps j’ai tenté de saisir l’originalité des situations qui s’écartaient de la norme.

  • 5 J.P. Le Flem, “ Cáceres, Plasencia y Trujillo en la segunda mitad del siglo XVI(1557-1596) ” C.H.E. (...)

6 D’où l’intérêt qu’a présenté pour moi le riche fonds de protocolos notariaux conservé depuis 1551 par la municipalité et qui n’avait guère été exploité. Il s’agit de près de 100 volumineux legajos pour la seconde moitié du xvie et le début du xviie siècle. J’ai pu compléter leurs apports par les fonds des archives paroissiales, les registres des séances du conseil municipal (qui témoignent très continûment de la conjoncture locale) et la consultation de documents dans les grandes archives españoles, Simancas, Séville ou Madrid. L’essentiel des documents qui présentent un intérêt dans ce dernier ensemble est bien connu. D’autres sont très décevants comme c’est par exemple le cas des documents concernant les Pizarro des séries Cámara Pueblo et Cámara Persona de L’A.G.S. ou du padrón de vecinos de 1557 qui ne comporte pas d’indication concernant le montant des impôts payés5. Il me semble concernant ces fonds que seules les archives de protocolos de Madrid et la documentation de la Caja de difuntos de Séville pourraient apporter davantage. Mais leur traitement systématique impossible à entreprendre ici sans risquer de compromettre notre travail constituerait une entreprise de recherche en soi. De même, il ne pouvait être raisonnablement question de rechercher aussi des pièces dans les archives américaines. Aussi, plutôt que de tenter de parcourir toute la documentation disponible, mon effort a porté sur une lecture et une utilisation aussi systématique que possible des archives notariales, paroissiales, et municipales.

7Ici je délaisserai le cas particulier des Pizarro, mais il est clair que le destin de la famille, et en particulier la réussite de Francisco et d’Hernando constituent de puissants facteurs d'incitation au départ.

1 - Les grandes caractéristiques de cette émigration

  • 6 Selon les travaux de Rocío Sánchez Rubio, qui enregistre 1468 noms différents pour Trujilllo, La em (...)
  • 7 Liste dans G. Salinero, Une ville entre deux mondes. Trujillo d’Espagne et les Indes au XVIe siècle (...)
  • 8 Catalogues donnent 150 000 licences d'embarquement, minimum pour les XVI-XVII-XVIIIe. Peter Boyd-Bo (...)

8Chiffres. Les archives sévillanes et les listes déjà existantes permettent de parvenir, au mieux, à une collection de 1500 noms de migrants pour l’ensemble du xvie siècle6. À partir des archives notariales de Trujillo nous parvenons à établir une liste de 988 noms d’individus en relation avec les Indes. On atteint ainsi un total de 2184 personnes. En effet, 271 individus seulement peuvent être identifiés sur les deux listes à la fois7. La documentation du début du siècle est très partielle. Ce qui nous conduit à faire l’hypothèse que pour l’ensemble de la période le nombre d’émigrés peut raisonnablement être situé entre 2500 et 3000 personnes, des chiffres assez hauts pour une ville qui atteint au mieux 9000 habitants, dans les années 1560 à 1570. Les quatre grands pics des départs de Trujillo, en 1540, 1569, 1579 et 1592 correspondent grossièrement à ceux constatés par ailleurs pour l’ensemble de l’Estrémadure. L’image est assez juste d’une émigration se faisant au rythme d’une dizaine d’individus durant les années 1500 et jusqu’à la fin des années 1530, puis de groupes de vingt à trente personnes au cours des années 1540 à 1565, enfin de départs massifs pouvant atteindre une centaine d’individus pour nombre d’années du dernier tiers du siècle. La mise en regard de la liste établie à partir des registres de Trujillo et de celle constituée à partir des sources sévillanes indique la relativité des chiffres produits par le filtre andalou8.

9Les modalités de départ. Il est d’usage courant que les licences demandées au roi permettent non seulement d'être accompagné par son conjoint, mais aussi par ses enfants et ses domestiques, si bien que par extension, les gendres, les belles filles, les proches qualifiés de domestiques sont compris dans le groupe de voyageurs enregistré sous couvert d’une même autorisation. Aussi, les départs de quelques notables ou d’administrateurs importants provoquent la formation de groupes d’émigrants assez larges.

  • 9 Dans les archives municipales plusieurs documents témoignent des allées et venues de Gonzalo de las (...)

10Les départs se font en groupe. En 1544 et en 1555, il semble qu’un groupe d’habitants de Trujillo assez important accompagne le vice-roi du Pérou, comme c’est le cas de Diego Martín passé aux Indes à cette première date avec la flotte de Blasco Núñez de Vela pour gérer les affaires d’Hernando Pizarro dans une période troublée. En 1568, Gonzalo de las Casas, fils du riche encomendero (Francisco de las Casas, décédé en 1536 un des conquistadores du Mexique et cousin de Cortés) après un séjour à Trujillo, où il règle divers différends concernant ses biens, retourne à la Nouvelle Espagne avec trois de ses fils mais en laissant à Trujillo ses deux filles9. D’autres départs notables en groupe ont lieu dans ces années de la fin du xvie siècle. Le départ en groupe rapproche habituellement des hommes de la même ville qui n'ont pas nécessairement de lien de famille.

  • 10 Pablo Emilio Pérez-Mallaina Bueno, “ Officiales y marineros de la carrera de Indias (siglo XVI), Co (...)

11D’une manière plus générale, le voyage en petits groupes est une solution efficace pour faire face aux risques de vol, aux aléas de la traversée, et aux frais qu’elle occasionne. Nombre de documents évoquent los riesgos de la mar, les risques de la traversée de ce désert d’eau, selon le mot de Pablo Emilio Pérez-Mallaina Bueno10, passés en revue dans un texte célèbre par le chroniqueur Eugenio de Salazar, qui compare le navire à une ville inconnue :

  • 11 Eugenio de Salazar chroniqueur de Charles V, gouverneur des l’îles de Tenerife et de Palma aux Cana (...)

Cette cité est triste et obscure ; noire à l’extérieur, et plus noire encore au dedans (...) tous vont pelotonnés, formant des tas, collés les uns aux autres ; et ainsi, tout près de l’un, l’autre rote, un autre vomit, un autre lâche les vents, un autre encore soulage ses tripes pendant que vous déjeunez ; et pas question de dire à qui que ce soit qu’il a de mauvaises manières car les lois de cette cité permettent tout (...). La terre est faite pour les hommes, la mer pour les poissons11.

  • 12 Fray Gaspar de Carvajal, Relación del nuevo descubrimiento del famoso río grande que por el nombre (...)

12La documentation dont nous avons disposée ne témoigne guère de l’existence de nombreux départs selon la modalité de recrutement collectifs. En 1545-1546 de l’expédition de Francisco de Orellana pour l’exploration de l’Amazone qui conduit à la mort plus d’une centaine de personnes, vingt-cinq seulement parviennent jusqu’à l’île Margarita sur la côte du Venezuela, parmi lesquels Ana de Ayala épouse de Francisco, et Diego García de Paredes célèbre habitant de Trujillo12. Peu d'habitants de Trujillo suivent cette expédition. Plusieurs de ces vecinos séjournent aux Philippines où ils vont dans le cadre d'une expédition.

13Les migrants. Avec des nuances les résultats sont en correspondance avec ceux obtenus à partir des sources sévillanes et ceux obtenus pour d’autres régions. Il est cependant possible de relever plusieurs traits particuliers dans cette information. Le rang occupé par chaque catégorie sociale ou professionnelle diffère en plusieurs points de celui établit à partir des archives sévillanes.

14Les indices d’une appartenance nobiliaire viennent en premier -contre la troisième position dans l’ensemble de la documentation sévillane où les mentions de domestiques occupent cette position de tête-, suivis du groupe formé par le clergé, situé à la même place que dans les autres classements. Viennent ensuite l’ensemble des charges administratives avec les offices puis le groupe des militaires aux troisième et quatrième rangs respectivement, soit dans les deux cas une meilleure représentation que ce n’est le cas dans d’autres sources où elles se situent aux cinquième et septième degrés. Ici donc on rencontre davantage de membres de la petite noblesse, et de religieux qu'ailleurs. De même plus de capitaines participent à la conquête et à la colonisation.

15Si le secteur artisanal occupe sensiblement le même rang qu’à l’ordinaire, la cinquième, suivi du groupe des lettrés, il n’en va pas de même de celui du service domestique ici relégué en septième et avant dernière position, devant celle du commerce et des transports, alors qu’il occupe habituellement la première.

16Les membres des familles nobles connues de Trujillo ne sont pas appelés hidalgos. Le nom qui cristallise leur notoriété suffit à les identifier. Altamiranos, Añasco, Bejarano, dont les noms sont en recul au xvie siècle, mais auxquels sont apparentés les Calderón, Carvajal, ou Pizarro.

  • 13 Sancho Giménez de Vargas, descendant de Diego de Vargas, surnommé "Machuca" pour s’être illustré lo (...)
  • 14 Le second mariage de Alonso García de Vargas se fait avec Sevilla López de Carvajal, habitante de P (...)

17Les chefs des grandes familles, absents de la conquête, participent à leur manière à la phase de colonisation des Indes. Si l’on tente de suivre les relations d’une partie des descendants d’Alonso García de Vargas, petit-fils de Sancho Giménez de Vargas13 et de Teresa González Ramiro avec les Indes on trouve un modèle bien différent de celui des Pizarro14. Dans les branches descendantes des deux mariages d’Alonso García de Vargas avec Teresa González Ramiro puis avec Sevilla López de Carvajal on trouve, en comptant ceux qui y entrent par alliance, une dizaine d’individus qui s’illustrent aux Indes entre la fin du xve et le début du xviie siècle.

  • 15 Testament de Beatriz de Vargas, en annexe de la Première Partie, testament de Diego de Vargas Carva (...)

18Le personnage le plus marquant de cet ensemble est don Diego de Vargas Carvajal, en fait Galíndez Carvajal, principal héritier du docteur Lorenzo Galíndez Carvajal, historien, professeur à l’université de Salamanque, membre du Conseil de Castille, et Correo Mayor de Indias, associé aux Vargas-Carvajal par mariage. Il concentre la fortune de son père, l’apport considérable de Beatriz, fille aîné de Juan de Vargas et de María de Sotomayor et les bénéfices de l’exercice de sa charge de Comisario de Perpetuidad, commissaire du roi au Pérou au début des années 156015.

19Diego vient donc aux Indes par le service royal, et non de sa propre initiative comme les conquistadors de la génération précédente. Son cas est l’exception parmi les membres fortunés de la bonne noblesse dont les familles coiffent la société urbaine et qui hésitent à se lancer dans les relations avec les Indes. D’ailleurs s’il meurt aux Indes, son séjour n’a pas pour objectif l’installation Outremer, mais au contraire le simple exercice temporaire d’une charge : il laisse l’essentiel de sa famille à Trujillo où il pense rentrer. Seuls deux de ses fils, sur sept enfants, Diego de Vargas, qui est aveugle, et avec qui il traverse l’Atlantique ainsi que plus tard Lorenzo Galíndez de Carvajal, partent aux Indes, où seul reste le premier. L’aîné, Juan, le principal héritier qui reçoit le majorat familial, ne va jamais au Pérou.

20Aussi peut-on clairement distinguer deux générations de migrants et deux types de migrations nobles : nombre des membres de la petite noblesse peu fortunée et quelques rejetons des branches cadettes des catégories plus huppées font le voyage pour tenter leur chance, en particulier durant la première moitié du siècle, cependant que les quelques représentants fortunés de la moyenne noblesse que l’on rencontre Outremer sont généralement parti pour assurer une charge royale. Nous avons le sentiment qu’à leur retour les nobles enrichis sont davantage intégrés à la société existante qu’ils ne constituent un groupe à part avec un idéal et des activités spécifiques.

21Quelle est l'importance des retours ? Ils sont habituellement considérés comme négligeables par les chercheurs travaillant dans les archives sévillanes. Ici on peut estimer, très grossièrement, dans une fourchette basse, entre 10 et 20 % le pourcentage des retours, soit entre 250 et 500 personnes. Une fourchette haute raisonnable pourrait être comprise entre 20 et 30 %, soit 500 à 800 cas. Ils sont très largement le fait d’individus ayant une certaine position sociale, capitaines, clercs, officiers de sa majesté revenus au pays après une période de service aux Indes, intermédiaires en tout genre et marchands.

22Au moment où le flux des départs gonfle, les témoignages sur les mouvements de retour s’amplifient. à y regarder de plus près il nous apparaît que ces divers rythmes sont parfaitement complémentaires : c’est au moment où s’élèvent nombre de voix pour annoncer un départ pour le Nouveau Monde que la quantité de mentions de ceux qui s’y trouvent augmente, alimentées par l’exemple de ceux, désormais nombreux qui en reviennent et qui font montre bien souvent de leur succès, nous le verrons.

23Cependant, si l’on se souvient que le passage de Francisco Pizarro en 1529 à Trujillo ne suscite guère l’enthousiasme il faut admettre que le passage ou le retour dans la ville d’une personnalité ne suffit pas à initier un flux de départ. L’image des possibilités offertes par les Indes a changé durant la 2e moitié du xvie siècle

2 - Le fractionnement des familles et les relations Espagne Amérique

24à partir de l’échantillon constitué par les cent premiers migrants enregistrés dans notre liste nous nous sommes interrogés sur l’importance des relations entre émigrants et familles restées à Trujillo. Le comptage des individus qui sont évoqués avec l’émigrant et qui figurent dans un acte (généralement car ils sont eux-mêmes concernés par l’affaire traitée) aboutit à multiplier quasiment par deux et demi le nombre des personnes concernées par les relations avec les Indes. Il ne s’agit pas de relever de manière générale le nom de parents ou d’amis des indianos, ceux qui restés en Espagne peuvent avoir pour eux une pensée émue ou inquiète, mais bel et bien de saisir les habitants de la ville suffisamment impliqués dans les relations avec les Indes pour être conduits à rédiger un acte notarial qui y ait trait.

25Nombre de situations particulières sont prétextées pour contourner l’obligation faite aux hommes mariés de partir avec leur femme. La législation royale ne réduit que très progressivement le fractionnement des familles qui n'est pas une simple conséquence des migrations, mais bien un moyen de les assurer.

  • 16 Lettre du roi du 25/1/1569, A.P.A.M.T., Pedro Carmona.

26Ainsi en 1569, dans une lettre aux officiers de la Casa de la Contratación qui exigent que le licenciado Altamirano, nommé alcalde de corte de l’audience de Los Reyes, parte avec sa femme, le roi permet à titre dérogatoire que celle-ci, se trouvant enceinte à Séville, reste en Espagne jusqu’au départ de la prochaine flotte16. Nous ne disposons d’aucun élément indiquant que doña Leonor soit allée au Pérou malgré l’obligation générale faite en ce sens depuis 1554 par la Couronne, sous peine d’amende. Notons qu’il paraît douteux que le voyage puisse s’effectuer facilement un an plus tard avec un enfant en bas âge.

27Il est clair que les deux axes de la politique américaine de peuplement, promue par la couronne, avec d’une part le contrôle du lieu de destinations, visant à occuper les régions les plus hostiles, et d’autre part l’installation de familles, qui tente de fixer une population péninsulaire sur ces nouvelles terres, se heurtent à de très vives résistances.

  • 17 Notons qu’il nous paraît impropre de ranger sous la même appellation d’émigration familiale les dép (...)

28à Trujillo, avec doña Leonor que l’on vient d’évoquer, ce sont une centaine de femmes mariées qui sont restées dans la ville cependant que leur époux est aux Indes, en parfaite contradiction avec les exigences royales. Il semble donc que l’augmentation globale des départs en groupe et des départs de familles complètes ne soit pas contradictoire avec le respect réduit des obligations de rapprochement familial17. Le fractionnement permet de continuer à gérer les biens, d'avoir des enfants qui reçoivent une éducation en Espagne et de préparer son retour.

29Il faut nuancer l'idée que l'émigration est régulièrement une expulsion de certaines composantes de la famille et notamment des cadets.

30Les mariages successifs des membres des familles Vargas et Carvajal déjà évoquées sont très féconds avec neuf enfants pour Juan, le cadet et sa femme Gimena García de Orellana, cinq enfants pour le second petit fils, García de Vargas, qui épouse Beatriz de Carvajal et autant pour deux des enfants de ce dernier couple, Luis de Carvajal décédé en 1550.

  • 18 Ainsi García de Vargas, quatrième détenteur de la seigneurie, meurt lors de son engagement comme ca (...)
  • 19 Soit Juan de Carvajal fils de Beatriz de Vargas et de Diego de Vargas Carvajal, né en 1528 qui est (...)
  • 20 Il s’agit de Diego de Vargas Carvajal, second comte del Puerto, fils de Juan de Vargas Carvajal et (...)
  • 21 Francisco de Vargas est membre du Conseil royal de Castille et Alcade de Casa y Corte, en 1507 il e (...)
  • 22 Ce sont Carlos de Vargas frère du président du Consejo de Hacienda, descendant de la branche issue (...)
  • 23 García de Vargas, fils de Luis de Vargas Carvajal et de Bernardina de Villalobos, voir généalogie.

31Le système très exclusif de partage des biens qui privilégie la concentration sur les aînés des terres, des capitaux, des maisons et des titres, sous la forme du majorat et les liens avec les Indes de certains membres de la famille laissaient présager de l’apparition de très nombreux candidats au départ, or leur effectif est limité. Les membres de la famille servent régulièrement le roi sur les champs de bataille espagnols, français et portugais18. Le service de la Couronne et celui de l’église sont les principales activités des deux grandes branches du lignage. On y trouve entre autre trois gentilhombre de Casa y Boca du roi19, un président du Consejo de Hacienda20, un contador mayor de cuentas, sorte de receveur général, un évêque21, deux oidores, juges à la Corogne et à la chancellerie de Valladolid22, et deux juges d’appel, juez mayor, de Biscaye et de Cuenca23 ; des hommes qui occupent bien souvent des charges de conseillers dans les villes d’Estrémadure, regidor de Mérida ou de Plasencia.

32Il est clair que la poursuite d’études universitaires et l’orientation vers une carrière juridique débouchant sur le service royal ou le service de l’église sont une alternative efficace pour nombre de cadets de familles renommées qui ont conservé des appuis dans l’ensemble de la région et à la cour. A l'inverse, les départs aussi bien que les échanges démontrent l'efficacité des liens familiaux comme recours dans des situations difficiles.

3- Espagne répulsive, empire attractif ?

  • 24 Magnus Mörner, “ Le emigración española al Nuevo Mundo antes de 1810. Un informe del estado de la i (...)
  • 25 Ida Altman, Emigrants and Society : Extremadura and Spanish in the Sixteenth Century, The universit (...)

33Le système de causalité auquel les divers auteurs ont habituellement recours, dans la lignée de Magnus Mörner, est construit sur la distinction entre facteurs répulsifs et facteurs attractifs24. L’assimilation plus ou moins rigoureuse de chaque espace à une série homogène de causes est à revoir. Si l’on veut approcher au plus près les ressorts de la migration, mieux vaut tenter de les dissocier. Notons que l’insistance sur les facteurs répulsifs rend très mal compte du fractionnement des familles au départ : si l’on préfère partir avec des amis c’est que la force des éléments qui incitent au mouvement n’atteint pas un seuil suffisant pour arracher à la région d’origine femme et enfants sans avoir vérifié les attraits de la terre promise. Faute de restituer la dimension individuelle et familiale du processus qui conduit à la résolution de quitter la ville, on ne peut expliquer pourquoi tout le monde ne part pas, ou pourquoi la période de la seconde moitié du siècle est un chassé-croisé entre les émigrants dont le nombre va en augmentant et ceux qui rentrent dont le nombre ne cesse également de grossir. Enfin les facteurs de répulsion trop grossièrement définis peuvent sembler en contradiction avec le localisme caractéristique de l’esprit des conquistadors et des premiers colons sur lequel a insisté très largement Ida Altman25.

  • 26 Sur les modèles seigneuriaux, voir Ramón María Serrera, “ Derecho premial y aspiraciones señoriales (...)

34Les modèles qui incitent au départ. Il est possible de relever que la population de migrants a en tête au moins trois modèles à caractère aristocratique : celui du conquistador, du détenteur d’une encomienda et plus généralement du seigneur noble, et enfin celui de l’officier au service de sa majesté. Ce sont à la fois des modèles exportés qui passent d’Espagne aux Indes26 et des images américaines reprises par la société urbaine de Trujillo.

  • 27 Voir les remarques de Ramón María Serrera sur l’évolution de cette notion, “ Derecho premial y aspi (...)
  • 28 Sur ces mécanismes, José de la Puente Brunke, Encomienda y encomenderos en el Peru, Seville, 1992

35Notons, pour n'évoquer que le premier modèle, que, réservée dans un premier temps aux conquistadors, selon la revendication du derecho premial, l'octroi d'une encomienda, la récompense que le suzerain doit accorder à ceux qui ont abouti dans une entreprise à son service, s’ouvre relativement aux colons tout en changeant de nature dans la seconde moitié du siècle27. Nombreux sont les habitants de Trujillo qui avec leur participation à la conquête du Pérou obtiennent une ou plusieurs répartitions d’indiens. Nombre des héritiers des conquistadores qui n'ont pas été dotés d'une encomienda en réclament sans succès au nom des services rendus par leurs pères. La proximité relative de ces encomenderos, qui reviennent ou qui vivent dans la région, fournit un modèle seigneurial possible aux candidats aux départs, souvent issus de la petite noblesse sans terres. Cependant la réduction de la valeur des encomiendas et de leur nombre est parfaitement perçue28. Les modèles ne sont pas confondus par les contemporains avec la réalité de la vie aux Indes.

  • 29 Lettre dans Enrique Otte y Guadalupe Albi, Cartas privadas de emigrantes a Indias, 1540-1616, F.C.E (...)

36La sangre sin fuego hierve, bon sang ne ment jamais. L’idée que les émigrés partent pleins d'illusions a été largement bâtie à partir de la lecture des lettres privées envoyées des Indes en Espagne29. Les Espagnols parlent du tirón familiar (l’attraction familiale) pour rendre compte de l'incitation à partir produite sur ceux qui sont dans la péninsule par les membres de la famille déjà installés aux Indes. On pourrait tout autant parler d'empujón familiar, (la poussée familiale) pour caractériser la mobilisation des familles péninsulaires afin de rendre possible le départ de l'un des leurs. Si nombre d’émigrants opposent dans leurs lettres la dureté de l’Estrémadure et les richesses des Indes, un groupe tout aussi important d’entre eux évoque avec nostalgie le terroir perdu et l’âpreté de la vie aux Indes. En sorte que l’insistance sur la qualité des individus, de part et d’autre de l’Atlantique, accompagne souvent les considérations sur les mouvements migratoires. L’appréciation est une question de période et de position personnelle. L’ambiguïté des lettres est constante.

  • 30 Lettre de Alonso de Encinas à son neveu Hernando de Encinas, en Trujillo, La Ascension, 17/10/1588, (...)
  • 31 Lettre de Francisco Regodón à Vasco Calderón où il évoque aussi son neveu qui se trouve à Trujillo, (...)

37Ainsi, Alonso de Encinas, qui se trouve à La Ascension, très âgé et sans aucun descendant, écrit en 1588 à son neveu : « j’ai été très heureux d’apprendre que vous êtes en vie, que vous êtes marié et que vous avez beaucoup d’enfants. Finalement, comme le dit le proverbe, “bon sang ne ment jamais”, et un de ces jours peut-être, avant que mes yeux ne se ferment, il se pourrait que je vois l’un de vous ». Il prétend que sur le chemin des Indes Hernando et les siens ne manqueront de rien s’ils se décident à faire le saut, mais explique qu’il n’a pas envoyé un sou pour les inciter au départ : « si je ne lui ai pas envoyé d’argent c’est pour l’inciter à venir ». On retiendra que l’insistance de l’oncle n’a pas suffi à décider le neveu, qu’elle suscite une plainte récurrente dans les lettres, et qu’elle témoigne de la nécessité de nuancer l’efficacité du tirón familial30. Les lettres ne se contentent pas d’inciter au départ, elles constatent amèrement les limites de leur propre influence : « il y avait bien des jours et plus de trois ans que je n’avais pas reçu de lettre de vous (...). Mon neveu Alonso Regodón Calderón, que je considère comme mon fils, s’est bien gardé de venir me voir »31. Les variations renouvelées sur la solitude, l’absence de nouvelles reçues d’Espagne et l’oubli des familiers que l’on trouve habituellement dans les lettres des émigrés ne sont pas faites pour inciter ceux qui sont restés à s’exiler.

  • 32 Lettre de Alonso de Elvas depuis La victoria dans le nouveau royaume de Grenade, à son frère Franci (...)

38De même les discours concernant les dangers de la traversée sont parfaitement en contradiction avec la volonté de beaucoup d’entre eux de convaincre leurs proches de venir. Bien souvent la perception de cette difficulté conduit à tenter de sauver les apparences, comme dans le cas d’Alonso de Elvas qui depuis le nouveau royaume de Grenade écrit à son frère : « mon état de santé ne me permet pas de prendre la mer, sans quoi d’aventure je me déciderai à aller jusqu’à vous, mais les médecins m’ont averti que je mourrai si je prends la mer, (...) hâtez-vous, je vous attends, et ne vous laissez pas décourager par les dangers de la mer »32. D’une manière générale le jugement sur les qualités du Nouveau Monde et les opportunités d’enrichissement qu’il recèle ne relèvent pas des formes de l’analyse ou de la description. L’émigration et sa réussite impliquent la personne du migrant de sorte que les nouvelles qu’il donne sont déformantes aussi bien pour la situation réelle de la péninsule que pour celle des Amériques.

  • 33 Lettre de Diego de Trujillo depuis Mexico à Alonso Aguilar à Carcicós, aldea de Trujillo, 1/4/1562, (...)
  • 34 Lettre de Sebastián Gómez de Altamirano depuis Antioquía au licenciado Francisco de Tena, habitant (...)

39Depuis onze ans passés à Mexico, Diego de Trujillo qui n’a pas eu de nouvelles de ses frères et de sa fille témoigne, à sa manière, de l’exagération des mauvaises conditions de vie en Espagne que transmettent les migrants et de l’écho quelles rencontrent : « car les nouvelles qui en parviennent font horreur, et je suis convaincu que la situation est bien pire que ce qu’on en dit »33. Chez l’émigré, la misère du pays se transforme en topique. à l’inverse, quelques émigrants soulignent que certaines extrémités auxquelles ils se voient réduits en arrivant aux Indes sont inavouables : « et je vous assure qu’au début j’ai dû m’abaisser pour gagner seulement de quoi manger, il n’est pas convenable de l’écrire, pas plus qu’il n’est convenable que l’on sache quels métiers exercent les hommes aux Indes pour gagner de quoi manger »34.

  • 35 Archives du monastère de Guadalupe, fondo Barrantes, Ms. B/3., fol. 167, cité par Ida Altman, op. c (...)

40On ne peut mieux dire que la rhétorique de l’émigration a ses règles, desquelles, peut-être, tous ne sont pas dupes. L’honneur et la tenue de son rang sont des contraintes fortes elles aussi et qui expliquent très largement la discrétion des émigrants en difficulté. Ainsi en 1590, álvaro Paredes un hidalgo apparenté à la famille Paredes de Cáceres et de Trujillo, alors qu’il se trouve à Mexico et voudrait rentrer en Espagne, refuse de le faire et d’accepter 1000 pesos de son frère « por vergüenza », pour éviter le déshonneur qui l’atteindrait ce faisant35. Aussi, la notion d’attraction familiale nous semble-t-elle rendre davantage compte de la géographie des migrations que du nombre des migrants ou des périodes de gonflement des départs.

  • 36 Lettre de Juana Rodríguez Barroso, desde Trujillo, a su hijo Cristobal Fernández de Vivar, en la ci (...)

41La nécessité du travail ou d’un emploi et d’un comportement productif s’étend au-delà des groupes les plus modestes tout en se teintant de jugements de valeur sur les personnes. Ladite Juana Rodríguez Barroso met en garde son fils contre son intention de partir : « vous me dites que vous êtes décidés à passer au Pérou, je ne pense pas que ce soit judicieux, car cette terre n’est pas si généreuse qu’elle a pu l’être, (...) ce que je sais c’est qu’avec la dernière flotte du Pérou il est arrivé bien peu de ducats pour des particuliers de la part d’hommes qui n’étaient pas accoutumés à en gagner »36.

42D’une certaine manière le sang, la caste, les qualités inscrites en chacun sont finalement l’explication à laquelle nombre de contemporains ont recours pour rendre compte des échecs et des réussites personnelles aux Indes et dans la péninsule. Les Indes ne constituent qu’une opportunité, un révélateur de l’étoffe de chacun. Elles ne sont ni un espace idéalisé à l’excès ni le négatif de la péninsule à laquelle on reste attaché. Quelques composantes du modèle du conquistador et des vertus dont il doit faire preuve sont bien présentes dans les jugements portés sur les migrants comme dans l’esprit de ceux-ci pour rendre compte de leur devenir.

43À la fin des années 1570 et durant les années 1580, les difficultés économiques et la pression militaire qu'exerce la couronne poussent au départ les catégories pauvres et une part des catégories moyennes de la population urbaine, sans qu’elles se fassent nécessairement d'illusion sur le destin qui les attend aux Indes.

4 - Tout l'argent ne part pas vers les Flandres

  • 37 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditérranéen à l’époque de Philippe II, Paris 1975, t (...)

44Avant d'en gagner il faut dépenser de l'argent. La mobilisation des liquidités est en effet la principale difficulté rencontrée au départ. Le revenu moyen d’une famille de paysans castillans durant le dernier quart du xvie, selon l’estimation de Fernand Braudel37, est d’environ 44 ducats l’an, un chiffre élevé au regard de l’argent liquide réellement disponible dans les familles modestes. En estimant à quarante ou cinquante ducats, sans l’obtention d’une licence personnelle, le minimum nécessaire pour financer le voyage et l’arrivée aux Indes, il faut au bas mot une dizaine d’années d’économie à une famille de salariés modestes pour financer l’aventure. La solution consiste bien souvent à réduire le nombre de partants et à mobiliser une source de revenus exceptionnels, la vente d’un bien, une dot, un don, une avance sur héritage, ou à recourir à l’emprunt. Pour partir certains empruntent sous la forme de vente de rente et d’une vente déguisée. La mobilisation des héritages, directs ou indirects, par anticipation ou non, est l’autre des formes les plus courantes pour financer le passage Outremer.

  • 38 Accusé de réception, 22/1/1592, A.P.A.M.T., Alonso Martín.
  • 39 Testament de Baltasar González, 26/8/1591, déjà évoqué, A.P.A.M.T., Alonso Martín.
  • 40 Procuration de Catalina de Santa Cruz à Alonso Martín pour encaisser plus de 100 ducats de Pedro Gu (...)

45L’argent venu de l’extérieur, en particulier du Nouveau Monde, comme signe de réussite et incitateur supplémentaire au départ, finance le flux migratoire vers les Indes. Les lettres privées en témoignent comme la documentation notariale, ainsi en 1592, Juan García Peralonso ramène du Pérou 200 pesos reçus par l’intermédiaire du marchand Cristobal Rodríguez pour fonder une chapellenie au nom de son frère, Baltasar González Naharro, et permettre, avec 100 pesos de 9 réaux, soit un peu plus de 80 ducats, à l’un de ses propres enfants de faire le voyage du Pérou38. L’argent américain sert aussi à faire effectuer le trajet en sens inverse et faire rentrer en Espagne les enfants nés Outremer. Lors de son retour en Espagne en 1590, Baltasar González, écrivain public de Cuzco ramène avec lui deux enfants de familles de la région nés aux Indes après avoir assuré en partie leur éducation, vraisemblablement à la suite du décès de leurs parents39. En outre, on apprend qu’après son décès sa femme, Catalina de Santa Cruz, se fait payer par le docteur Gutiérrez Flórez, habitant de Séville, plus de 100 ducats dépensés par son mari pour ramener du Pérou la fille de celui-ci40. Dans tous les cas, le trajet depuis le Pérou vers l’Espagne est logiquement beaucoup plus onéreux que la traversée de la péninsule jusqu’à Vera Cruz ou Carthagène.

46Les plus pauvres, ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter au marché noir une licence, sont eux même un objet d'échange. Ils se résolvent à passer un contrat avec l’un des heureux détenteurs du document pour l’accompagner comme familier ou domestique. Les licences ne peuvent pas faire l’objet d’une vente, pas plus qu’il n’est permis à leur détenteur de vendre à ceux qui les accompagnent leur place dans le voyage, la nourriture ou les vêtements qui sont nécessaires.

  • 41 Le 1/12/1578 Luis García s’engage à conduire en Nouvelle Espagne Juana García, âgée de 16 ans, fill (...)
  • 42 Accord entre don Sancho de Medina, Pedro Hernández et Juan Rentero, 29/9/1578, A.P.A.M.T., Pedro Ca (...)

47Aussi, les textes des accords de traversée de l’Atlantique entre particuliers sont-ils générateurs de faux semblants. Ils affirment habituellement que la traversée, la nourriture et les équipements, matalotaje flete y comida, seront gratuits, à conditions que soit payés au convoyeur pour son effort de 16 à 52 ducats selon les sources rencontrées41. Dans un accord de septembre 1578 avec Sancho Medina, qui doit les conduire à Santiago de Cuba, Pedro Hernández et Juan Rentero, deux paysans du village de la Cumbre, proche de Trujillo, s’engagent, s’ils ne peuvent pas payer la totalité des 25 ducats due par chacun d’entre eux, à travailler avant ou après la traversée dans les mines d’or ou dans n’importe quelle activité qu’on leur indiquerait pour gagner au moins deux ducats par mois. Le gain espéré est exagérément optimiste et laisse percevoir que la période de dépendance à l’égard de Sancho sera très longue42.

  • 43 Transaction entre Sancho de Medina et Juan González du 20/9/1578, A.P.A.M.T., Pedro Carmona.

48Le même Sancho de Medina, un jurat sévillan, marchand à ses heures, venu jusqu’à Trujillo pourvu d’une licence royale, s’engage à conduire à Santiago Juan González Bajo, sa femme et ses deux enfants. Juan s’engage à payer la somme de 40 ducats au passeur par son travail en tant que tanneur une fois arrivée à Cuba. S’y ajoutent la production de 3000 cuirs qui seront vendus au prix en cours sur l’île, toujours au bénéfice de Sancho de Medina, à deux réaux près par lot qui doivent permettre à Juan et à sa famille de vivre43. De multiples cas de figures à venir sont consignés dans le contrat pour fixer un prix ou mettre à la charge de Juan les frais supplémentaires occasionnés par l’activité du tanneur.

49Il existe donc une authentique activité de passeurs spécialisés dans le trafic, sinon de licences royales, du moins de l’influence que la détention d’une licence confère. Une forme d’engagement à la castillane qui reste à étudier. Sancho de Medina s’embarquera avec six autres personnes dont trois au moins travailleront pour lui assez longtemps pour qu’il se constitue un capital de plusieurs centaines de ducats. On le voit ici, les échanges nourrissent pour une bonne part les intermédiaires.

50On l'aura compris, les relations avec Séville sont donc intenses. Nombre de vecinos de Trujillo venus à Séville pour s'embarquer pour les Indes, s'y installent finalement, et y attendent un mari ou un fils parti plusieurs années. Les habitants de la ville servent de receveurs aux envois effectués depuis les Indes. Plusieurs familles de marchands originaires de Trujillo ou apparentés à des vecinos de cette ville sont fragmentées de sorte à ce que l'un des leurs se trouve à Séville pour servir de relais, un autre à Carthagène, un troisième au Pérou. C'est le cas des frères Solis. à la fin du siècle, le marchand de Séville Fernando de Solis et sa femme séjournent à Trujillo. Leur fils Gaspar est fréquemment aux Indes où il règle des affaires pour des habitants de Trujillo. Les frères de Fernando, Gómez et García, gèrent les affaires familiales depuis Séville. Pedro de Mendoza, un cargador (chargeur) importants de Séville, a un frère et plusieurs cousins à Trujillo. Il sert d'intermédiaire pour le couvent de la Coria. Les Orellana et les Vargas ont des relais familiaux à Séville, dans le milieu de la justice, au conseil de la ville du Guadalquivir, et dans la hiérarchie ecclésiastique.

51Les habitants de Trujillo ont des intérêts financiers très importants dans le système fiscal lié au port et à la ville de Séville. Le cumul du total des rentes figurant dans les archives notariales pour la seconde moitié du siècle s'élève à un peu plus de 13 millions de maravédis soit 34 700 ducats de rentes annuelles. Si l'on considère que ses rentes sont à des taux égaux ou supérieurs à 16 0/00 elles représentent un capital cumulé qui se situe entre 650 et plus de 800 millions de maravédis. Les habitants de Trujillo ont ainsi tout intérêt à ce que les activités du port andalou aillent au mieux.

  • 44 Le terme de censo désigne un titre de rente vendu par un particulier -garantis par des biens immobi (...)

52À l’exception d’une rente, appartenant à Hernando et Francisca Pizarrro, nous n’avons trouvé aucun cas de restitution du capital d’un juro (le titre des emprunts forcés de la couronne) à un habitant de Trujillo. Ces rentes, de valeur élevée, sont l’apanage de la noblesse aisée de la ville et de quelques marchands riches. Selon toute vraisemblance, ces catégories attirées par le crédit prêté à Séville et poussées par les possibilités réduites d’investissement local, ont parfois acheté des juros sur la cité du Guadalquivir. Cependant, elles ont très largement été victimes du déficit chronique de la couronne qui confisque régulièrement les biens des particuliers arrivés à Séville en échange de ces titres de rente. En témoigne l’importance de ceux détenus sur les douanes et la Casa de la Contratación, deux assignations privilégiées pour les intérêts des saisies royales. L’absence de rentes sur les revenus de la ville de Séville elle-même, dont les ressources inspirent confiance, les censos, nous semble aller dans le même sens44. Le poids des alcabalas (impôt sur la consommation) qui constituent un revenu relativement stable pour la couronne et sur lequel elle assigne ses emprunts forcés, indique peut-être que certains acheteurs de juros ont pu aussi choisir ces garanties présumées plus sûres que les douanes sévillanes. Quoi qu’il en soit, il est clair que Séville dont les richesses attirent certains capitaux venus d’Estrémadure joue un rôle de filtre de rétention des capitaux américains à destination de Trujillo et selon toute vraisemblance du reste de l’Estrémadure. Mais le filtre n'est pas une cloison étanche.

5- "Barras de oro, plata, joyas y preseas"

53Si les arrivées d'argent sont si attendues, c’est qu’au total elles atteignent près d’un milliard de maravédis dont on peut vérifier que plus du tiers est effectivement parvenu jusqu’à Trujillo. La répartition de la rançon de Cajamarca qui concerne très directement la ville frappe les esprits. Trujillo garde longtemps, aux xviie et xviiie siècles, la réputation d'une ville regorgeant d'or indien. Rappelons qu'avec le retour en Espagne d’Hernando Pizarro à l'hiver 1533/ 1534, toute l'Europe apprend stupéfaite l'immensité des trésors Inca : la seule rançon de Cajamarca s'élève à plus de 1,3 millions de pesos d'or et nombre d'objets hétéroclites précieux. Soit plusieurs tonnes d'or et d'argent.

  • 45 James lockhart, Los de Cajamarca, t.II, p. 164.

54La ville découvre que le rejeton illégitime et oublié de l’une de ses familles de petite noblesse vient de faire la conquête d’un empire. Avec lui dix-sept hommes jeunes, originaires de Trujillo, et à qui la fortune a sourie, reçoivent des sommes incroyables lors du partage de Cajamarca45. Huit d’entre eux reviennent à Trujillo ou sa région. En 1535, avec un second contingent, trois autres reviennent. Si l’on excepte Diego de Trujillo qui repart au Pérou en 1546 pour mourir à Cuzco en 1576 après avoir rédigé sa Relación del reyno del Perú en 1571, et Hernando Pizarro, le seul à effectuer un nouvel aller-retour, ces hommes restent dans la région cependant que leurs anciens compagnons s’installent durablement aux Indes tout en conservant des liens avec la région. S’ils ne sont pas les seuls à participer à des expéditions de conquête, ceux qui parmi eux appartiennent à la petite noblesse occupent à leur retour une position tout à fait enviable à laquelle il leur était difficile de prétendre avant de faire fortune. À lui seul, ce groupe reçoit officiellement plus de 200 000 pesos d’or qui approchent les cent millions de maravédis. De quoi susciter bien des vocations. J'ai pu calculer qu'Hernando Pizarro, une fois revenu en Espagne, et malgré son emprisonnement parvient à rapatrier, au cours des années 1550, plusieurs dizaines de millions maravédis de ses biens américains.

  • 46 Témoignage du notaire pour la Casa de la Contratación de Seville, 10/2/1571, A.P.A.M.T., Pedro Carm (...)
  • 47 Antonio Fernández de Salguero, accusé de réception, 1/6/1591, A.P.A.M.T., Pedro Carmona.

55Sous diverses formes, l'or et surtout l'argent affluent habituellement en quantité plus modeste. À la mort du général Pedro Alonso de Hinojosa, ce sont huit barres d’argent d’une valeur de 816 163 maravédis qui parviennent pour ses héritiers à la caisse des défunts de la Casa de la Contratación46. Mais plus encore que les barres d’or, qui hantent tous les esprits, ce sont les agglomérats de pâte d’or, tejos, grosses pépites ou plaques de fusion qui font tourner les têtes. En 1590, le notaire Baltasar González envoi au capitaine Martín Meneses deux tejos d’or qui à eux seuls valent plus de 750 000 maravédis47.

56On comprend mieux l’effervescence qui s’empare de la ville au moment de l’annonce de l’arrivée des flottes sévillanes. Dans ses registres, le notaire Juan de Santiago Madrigal regroupe les reconnaissances de paiements de la fin du mois de mars 1607, effectués après l’arrivée hivernale des bateaux à Séville. En quelques jours, chez le même notaire, dix-neuf personnes de Trujillo et des villages environnant, appartenant à toutes les échelles de la société urbaine et villageoise, reçoivent plus d’un million de maravédis, soit selon toute vraisemblance la moitié environ des sommes arrivées dans l’année. Ce rythme annuel ou bisannuel, généralement moins net qu’en cette année 1607 se double de l’alternance de périodes plus ou moins fastes parfaitement perçues par les habitants.

  • 48 Earl J. Hamilton, American Treasure and the price revolution in Spain, 1501-1650, New-York, 1962.
  • 49 Pierre Vilar, Or et monnaie dans l’histoire, Paris 1974, p. 182, reprend l’évolution des emprunts d (...)

57L’importance du flux des arrivées à Trujillo n’est que grossièrement en correspondance avec le mouvement général des métaux précieux entrés dans le port de Séville. Rappelons que l’argent des particuliers arrivé entre 1503 et 1660 s’élève à 330 000 000 pesos et dépasse les sommes reçues par le roi, environ 117 000 000 pour la même période48. Mais le roi augmente tout au long du xvie siècle l’importance de ses recours aux asientos et aux saisies de sommes destinées aux particuliers. Si bien que le service de la dette qui s’accroît plus vite que les dépenses passe de 1,6 millions de ducats en 1560 à 4,6 millions en 159849. Il faut imaginer, nous l’avons dit, qu’une importante partie des envois à destination des habitants de la ville, vraisemblablement plus de la moitié, est transformée en rentes sur le trésor. Aux 136 millions de maravédis parvenus à Trujillo il faudrait donc ajouter une bonne part (malheureusement impossible à établir avec exactitude) des 600 à 800 millions que représentent les capitaux immobilisés à Séville sous forme de juros. Ajoutons que de très nombreuses rentes, plus souvent achetées volontairement, sont détenues sur d’autres ressources que les impôts encaissés dans la ville du Guadalquivir. Les années 1559 et 1569, marquées par des arrivées exceptionnellement élevées à Trujillo, sont le fait du hasard de quelques envois particuliers. Selon les chiffres fournis par Earl J. Hamilton, les années 1556-1560 forment une période basse pour l’ensemble des importations de métaux destinés aux particuliers.

58La décennie 1560 est une période d’arrivées massives cependant qu’à l’échelle locale, du moins jusqu’aux années 1568-1569, c’est une phase déprimée, couverte il est vrai très partiellement par notre documentation. Les dix ans suivants, sur lesquels notre information est lacunaire paraissent plus en accord avec la relative stagnation d’ensemble. Elles se termineront cependant par une forte vague d’émigration de Trujillo vers le Pérou. Un nouvel indice des nombreuses failles existantes dans l'apparente corrélation entre le nombre des départs et les arrivées d'argent.

  • 50 Depuis 1550, dans chaque audience américaine un officier particulier, juez de difuntos, est chargé (...)
  • 51 Pierre Vilar, Or et monnaie dans l’histoire, Paris 1974, p. 182, reprend l’évolution des emprunts d (...)

59Il faut noter que la très grande majorité des expéditions est issue de l’action volontaire des migrants qui se trouvent aux Indes. Cependant, les sommes provenant d’un héritage et les règlements de dettes parfois effectués sous la contrainte d’un arrêt de justice, ejecutoria, forment un ensemble aussi important que les envois libres50. Ces sommes proviennent des grandes villes du Pérou et particulièrement de Lima. Dans une bien moindre mesure, elles sont expédiées de Nouvelle Espagne51. Signe supplémentaire que le fractionnement des familles n'équivaut pas à autant de ruptures : cet argent est en majorité envoyé à des proches et notamment aux épouses, aux filles et aux sœurs dont on a pu dire parfois qu'elles étaient à l'ordinaire abandonnées par les émigrés.

6 - Célébrer sa réussite, préparer son repos

60Les très fortes sommes destinées au paiement des dots, à acheter des maisons, à fonder des chapellenies, et surtout à être investies en rentes témoignent des priorités et des préoccupations des émigrants. Ceux qui figurent dans les archives notariales apparaissent comme des individus beaucoup plus attachés à leur ville d’origine qu’on ne le dit d’ordinaire. Ainsi en 1578, le capitaine Martín Meneses détient plus de 5 millions de maravédis en censos et, la même année, prête 8000 ducats à la ville pour assurer son ravitaillement. Notons qu’un domestique modeste gagne au mieux 10 à 20 ducats l’an.

  • 52 Acte de vente17/2/1574, A.P.A.M.T., Francisco de Villatoro.
  • 53 C’est l’une de ces maisons dans la villa, la vieille ville située intra-muros, que reçoit avec d’au (...)

61Parmi les utilisations de l’argent prévues par les expéditeurs, l’embellissement, les achats et les constructions de maisons figurent en tout premier lieu, avec un total grossièrement estimé à 9 millions de maravédis. En réalité, c’est par deux, trois ou plus, qu’il faudrait multiplier ce chiffre. Il est possible de classer les maisons des émigrés, selon leur valeur, en trois catégories bien distinctes. Tout d’abord, celles dont le prix est de quelques dizaines de ducats. Ce sont de petites maisons d’un étage avec une entrée sur la rue et parfois un jardin à l’arrière. Leur valeur équivaut au prix d’un voyage aux Indes52. Celles dont la valeur est de plusieurs centaines de ducats sont de vastes maisons aux formes simples avec parfois un patio intérieur53. Enfin, celles dont le prix dépasse le millier de ducats. Sur le plan esthétique il est également possible de faire trois grands groupes : celui des bâtiments anciens déjà construit avant le début du xvie siècle, d’allure trapue, dénués d’ouvertures, ce sont des maison fortes ; ceux du tournant du xve et xvie siècles souvent rénovés par des percements de fenêtres renaissance qui viennent s’insérer dans des façades monotones ; enfin, les très grandes bâtisses du milieu et de la fin du siècle, à fonction purement somptuaire, lourdement décorées de corniches, de blasons et de balcons d’angles. Seule, parmi ces dernières, la maison d’Hernando Pizarro semble achevée.

62Si l’on fait le solde des sommes expédiées à des couvents, de celles destinées à des fondations pieuses et des dots payées en réalité pour l’entrée de religieuses au couvent, on dépasse le montant de 15 millions de maravédis pour la seconde moitié du xvie siècle. Soit l’un des postes les plus importants parmi tous les envois d’argent. En effet, les couvents de religieuses sont sollicités par les émigrés dont les filles restent au pays. Les épouses, parfois, choisissent aussi la clôture au moment du départ de leur époux. Dons, héritages, fondations faites au bénéfice des couvents, des églises et des confréries religieuses constituent l’une des formes les plus démonstratives de l’attachement des migrants à leurs racines locales.

  • 54 Une fondation pieuse pour marier des orphelines accompagne la chapellenie fondée dans le couvent de (...)
  • 55 Testament du clerc Sancho Casco, 22/8/1593, A.P.A.M.T., Juan de Lucio.
  • 56 Diego Hernández Regodón, décédé au Pérou, est le frère d’Alonso Pulido Regodón qui héberge le fils (...)

63Les cessions de la totalité des biens, peu nombreuses, sont faites par des religieux ou des émigrés sans descendance. Les fondations sont particulièrement remarquables, telles celle de García Pizarro de Olmos, mort à Potosí, et dont le capital s’élève à plus de 30 000 pesos54, celles du clerc Sancho Casco dont le capital dépasse 5 millions de maravédis55, ou bien celle de Diego Hernández Regodón pour laquelle près d’un million de maravédis parvient à Séville56.

  • 57 Libro de Capellanías de Santiago que mandó formar el obispo Laso de la Vega y Córdoba el año de 172 (...)

64L’esprit de défense et de concentration du patrimoine, perceptible dans les fondations de chapellenies, se double d’une volonté de pérenniser la mémoire du défunt par l’établissement d’un système d’implication religieuse et financière dans les chapellenies extérieures ou d’autres institutions. Les fondations les plus riches, telle que la buena memoria de Jerónimo de Loaisa (évêque de Lima) crée en 1564 avec 3000 pesos dans le but de payer des études à Salamanque à un jeune homme pauvre, s’accompagnent de l’achat d’un ensemble très diversifié de terre, de maisons à louer et de rentes personnelles. Ces dernières portent sur les maisons de six particuliers. Mais la fondation paye 88 réaux au curé de San Martín, ainsi qu’au frère supérieur du couvent de l’Encarnacion et au vicaire juge ecclésiastique de la ville, pour leur service. Enfin, la chapellenie qui joue le rôle d’un organisme de crédit pour des créations plus pauvres paye une rente de 29 réaux à celle fondée par Francisco de Cuevas, un autre émigré57.

7 - Juan de Orellana parfois appelé Pizarro Orellana

  • 58 James Lochkart, Los de Cajamarca… t. II, p. 37.

65Parti vraisemblablement de Trujillo en 1530 avec la petite troupe de Francisco Pizarro, il est présent à Cajamarca lors de la capture de l’Inca pour laquelle il reçoit une part de cavalier majorée de 100 pesos, soit l’équivalent de 10 790 pesos, près de cinq millions de maravédis. Il quitte le Pérou dès 153458. Mais dans la documentation de Trujillo, il n’apparaît guère avant 1544, date à partir de laquelle il est conseiller de la ville, regidor, jusqu’en 1569.

  • 59 Juan Tena Fernández, Trujillo histórico monumental, Trujillo, 1988, p. 309.

66 En 1542, pour 4000 réaux, soient moins de 3 % de sa toute nouvelle fortune, Juan rachète à Diego de Vargas un représentant de la vieille noblesse remontant à la reconquête, une maison forte proche de la Plaza de Trujillo dont la fonction militaire était obsolète59. Or c’est précisément cette valeur symbolique du rôle de défenseur de la ville contre l’Islam et les soulèvements hostiles au roi qui fait la fierté et la raison d’être de la famille Vargas. Bien d’autres maisons fortes de vieilles familles sont jalousement conservées et refusées aux émigrés enrichis. Dans cette acquisition, il faut voir une illustration des difficultés de certaines vieilles familles et de la réussite de ces nouveaux venus des Indes. La maison entre dans la catégorie des bâtiments rénovés par la formation d’une cour interne, de galeries supérieures, et par le percement des murs avec des fenêtres maladroitement inspirées de la renaissance italienne. Ainsi, la vieille bâtisse subit une importante rénovation encore inachevée en 1551, ce qui semble indiquer qu’elle n’a pas constitué une priorité dans les investissements de Juan. À en juger par le paiement de près de 20 000 maravédis pour une livraison de bois de charpente, le coût dût en être spécialement élevé.

  • 60 Procuration aux trois domestiques, 4/6/1568, A.P.A.M.T., Diego Morales.
  • 61 Procuration pour aller à Cáceres recevoir 5 ducats du cordonnier Gabriel Gutiérrez, 26/10/1562, A.P (...)
  • 62 Federico Acedo Trigo, Altamirano Orellana, manuscrit, p. 92, F.F.A.T.

67Nous connaissons le nom de cinq de ses domestiques à qui il confie la perception de diverses rentes60. Mais c’est tout un ensemble plus large de salariés dont il faut imaginer l’activité sur les terres de Juan qui vend régulièrement plusieurs centaines d’arobes de laine, des moutons, des agneaux et du cuir61. Achats, ventes de rentes ou de terres, stratégies matrimoniales, chaque action de Juan semble orientée vers l’accroissement de son influence à l’échelle locale et régionale. Marié avec doña Estefanía de Tapia, membre de la moyenne noblesse de Trujillo, il a quatre enfants légitimes, Hernando de Orellana dont on reparlera plus bas, Juana de Orellana appelée aussi Juana de Hinojosa, Catalina, Inés de Orellana, et un enfant naturel, Gabriel Pizarro62. Le mariage de ses enfants vise à renforcer les liens de Juan avec les milieux de la bonne noblesse de la région et avec le milieu des américains revenus au pays : Hernando épouse en deuxième noce Francisca Pizarro ; Juana devient la femme de Juan Pizarro de Aragón, l’un des nobles les plus riches de la région ; Catalina de Orellana, enfin, est mariée à Juan de Barrantes, fils aîné du conquistador Pedro Barrantes, qui reçoit en majorat les biens de son père et hérite du titre de seigneur de la Cumbre. Inés, quant à elle, entre au couvent de la Magdalena.

  • 63 Changement de procuration de Juan pour encaisser les rentes de Martín de Olmos sur des biens du com (...)
  • 64 Demande d’ouverture du testament de Juan Pizarro de Aragón, fait devant Alonso Rodríguez, 30/12/156 (...)
  • 65 Vente aux enchères de la cerca junto al convento de la Encarnación…, 5/2/1569, A.P.A.M.T., Actas, 1 (...)

68Ses liens avec le milieu des émigrés font de lui un relais actif de leurs intérêts à Trujillo. Ainsi, il reçoit diverses rentes pour le compte de ses compagnons d’armes, tel le capitaine Martín de Olmos, originaire de Trujillo, habitant de Cuzco, de qui il est le fondé de pouvoir dans la région63. En tant que cousin et beau-père de don Juan Pizarro d’Aragón, marié avec sa fille Juana de Orellana qui meurt en 1569, il reçoit la tutelle de ses enfants don Sancho Pizarro et don Juan Pizarro pour qui il va gérer des biens très importants, augmentant ainsi son influence dans la région64. Son fils Hernando de Orellana hérite de cette tutelle. Juan est aussi le tuteur de Gabriel Pizarro de Hinojosa avec qui nous méconnaissons ses liens de parentés éventuels. Hommes actif et avisé, membre de la confrérie de la Vera Cruz qui regroupe les membres de la vieille noblesse locale, respecté parmi les membres du conseil municipal, il réalise pour la municipalité diverses opérations comme la vente de parcelles de terres aux enchères65.

Conclusion

69La formule espagnole du tirón familiar, l’attraction exercée par ceux qui sont partis sur ceux de leurs proches restés en Espagne, nous paraît expliquer davantage les destinations de migration que la chronologie ou le volume des flux. Les logiques d’exclusion familiale représentées particulièrement par un système de partage inégalitaire n’opèrent que dans un nombre limité de familles de la noblesse moyenne. Pour beaucoup, la poussée familiale consiste en un soutien du projet du partant et en une mobilisation exceptionnelle de liquidités disponibles. Le fractionnement familial découle à la fois des difficultés à payer le coût d’un passage aux Indes, du pragmatisme de la très grande majorité des émigrants, et du désir de nombre d’entre eux de revenir inscrire leur réussite au pays.

70Les catégories du système de causalité mis habituellement en œuvre pour décrire les facteurs d’émigration doivent être révisées pour correspondre à la période étudiée. Les modèles très attractifs du conquistador et de l’encomendero de la première moitié du siècle, toujours vivants dans les esprits se conjuguent avec une vision très pragmatique de l’émigration qui semble davantage alimentée par les difficultés des temps durant la seconde moitié du xvie. Les facteurs d’attraction se réduisent bien souvent à la facilité que représente le contact avec un parent déjà installé, l’opportunité d’avoir une destination toute indiquée et l’espoir de trouver quelque appui. Les lettres utilisées à l’ordinaire pour illustrer les mécanismes du relais familial, si elles sont parfois suivies d’un départ de celui qui les reçoit en Espagne, donnent une image parfaitement ambivalente des conditions de vie aux Indes. Les liens maintenus avec la ville, renforcés par le fractionnement des groupes familiaux, nous interdisent de concevoir les départs comme une exclusion ou une marginalisation, mais montrent davantage qu’ils sont le fruit d’une décision personnelle difficile à prendre, et parfois de la mobilisation de tout un groupe. Les différentiations sociales et le fractionnement des familles d’émigrants rendent compte de la simultanéité des phénomènes de départ et de retour, notamment dans la deuxième moitié dusiècle. Les migrants, tout comme ceux qui restent, ont généralement comme idéal d’inscrire leur réussite dans un espace connu où ils ont eux-mêmes une identité familiale ancienne : il n’existe donc pas de correspondance rigoureuse entre les espaces et les catégories de facteurs qui incitent les migrants au départ.

71À l’échelle de cette ville moyenne l’émigration aux Indes est considérable, elle pèse très nettement sur sa démographie durant les xvie et xviie siècles. Mais sa place dans les esprits et dans la vie des familles est encore plus prégnante. C’est ce que révèle le rapport entre le nombre des émigrants, partis habituellement en petits groupes, et celui de leurs parents les plus proches qui restent à Trujillo. Correspondant avec un migrant, deux à trois autres personnes se voient impliquées dans le voyage. Ainsi, l’expérience de l’absence d’un proche est l’une des situations les mieux partagées par les habitants. Si bien que la ville a l’Amérique en tête et qu’une très large part de la population (huit à dix mille personnes tout au long du siècle) est à l’affût de l’arrivée de quelques pesos ou d’une barre d’argent, d’une lettre qui donne des nouvelles d’un ancien voisin ou de l’annonce d’un décès par la Casa de la Contratación.

72Cet authentique milieu de migrants dont la géographie, les inquiétudes et les espoirs se démarquent très largement de ceux du reste de la société, occupe ainsi une place transversale dans la ville et son district. Les relations avec les Indes soudent de nouvelles clientèles et suscitent de nouvelles dépendances sans toutefois remettre en cause la hiérarchie urbaine du temps. L’ordre municipal repose toujours sur le contrôle des terres et sur la patrimonialisation des charges du conseil de ville.

  • 66 Abdelmalek Sayad, La double absence, des illusions de l’émigré aux souffrances de l’émigré, Seuil, (...)

73Tout comme l’a souligné Abdelmalek Sayad pour l’émigration algérienne récente, l’émigration ordonnée des premiers temps est un mouvement en groupes réduits, visant des objectifs limités, provoquant une séparation provisoire, sans altération des deux milieux en présence, de départ et d’arrivée66. Les migrants sont quelquefois désignés par la communauté. Dans un second temps se produit une cassure professionnelle et culturelle, l’émigration qui se diffuse dans les diverses catégories socioprofessionnelles devient plus individuelle et fonde une identité propre à l’émigré. Enfin, se forme une véritable colonie d’émigrés dans le pays d’accueil cependant que se développent des générations nées dans les pays d’arrivée.

  • 67 René Quatrefages, « La elaboración de una nueva tradición militar en la España del siglo xvi », Cua (...)
  • 68 Pedro Borges El envío de misioneros a América durante la época española, Salamanque, 1977. Rocío Sá (...)

74Le rapprochement avec l’émigration aux Indes pourtant très différente s’avère utile. Dans le premier tiers du xvie siècle, les émigrés sont au plus une dizaine par an, bien souvent des jeunes hommes célibataires, sans famille, non désignés par la communauté familiale mais qui n’ont pas trouvé leur place dans la société locale. Ils partent dans l’indifférence générale, le groupe attend peu de chose de ces hommes. Si toutes les catégories sont représentées, la petite noblesse occupe dans cette émigration une place particulière. Elle est remarquable par l’importance qu’y occupent les combattants, les capitaines67, les clercs et les religieux68.

  • 69 Idée inverse, Rocío Sánchez Rubio, avec Isabel Testón Núñez, « Mujeres abandonadas, mujeres olvidad (...)
  • 70 Le principe d’un contrôle des flux en direction des Indes est établi dès 1501 (« prohibimos y defen (...)

75Après les grandes conquêtes, le volume des départs, au milieu du siècle, peut atteindre quelques dizaines d’individus par an, partant plus souvent en famille, allant rejoindre un proche au Pérou et dans une moindre mesure en Nouvelle Espagne où s’est largement développé un cadre juridique et urbain espagnol. Le fractionnement des familles est typique de cette période. Mais loin d’être marquée par l’abandon des femmes, cette phase se caractérise au contraire par le souci d’aider à vivre ceux qui restent par l’envoi régulier d’argent69. Le contrôle administratif des flux se fait plus pressant70. Les clercs, les religieux, les officiers et les commissaires du roi sont beaucoup plus nombreux que les capitaines qui tentent quelques expéditions. La mobilisation des familles est maximale. Elle ne les affranchit cependant pas des rançons de l’absence que constituent la solitude, les décès en mer et les longues séparations entre parents et enfants. Pourtant, dès cette période le nombre des retours est important, ceux qui peuvent espérer une amélioration de leur condition en rentrant le font sans hésiter.

  • 71 Sur la seconde génération de la conquête et la formation d’une conscience politique créole, Gregori (...)

76À partir des années 1570, les volumes peuvent atteindre une centaine de départs par an. Les malheurs du temps, les catastrophes naturelles, la charge des guerres avec le Portugal et la dépendance sociale qui pèse lourdement sur les plus démunis, poussent à quitter Trujillo et son district. L’émigration correspond davantage à une entreprise de colonisation fondée sur le projet de s’installer ailleurs. Les émigrés de retours servent de relais logistique à ces nouveaux départs. Une génération née aux Indes, sans liens avec l’Estrémadure, vie outremer et échappe presque totalement aux sources notariales71. Si l’émigration de Trujillo aux Indes est exemplaire, cela ne signifie pas qu’elle est un modèle qui se reproduit ailleurs à l’identique, mais plutôt que par son importance exceptionnelle on y retrouve tous les attributs qui se rencontrent dans d’autres cas.

Haut de page

Notes

1 Bartolomé Bennassar, “ Centre et périphérie dans l’Espagne du siècle d’or ”, Actes du XXI congrès de la société des hispanistes français, Clermont-Ferrand, 1985, p. 1-15.

2 Enrique, Otte, (colb. Guadalupe Albi) : Cartas privadas de emigrantes a Indias, 1540-1616. Fondo de cultura, Édition, 1988.

3 James, Lockhart, The men of Cajamarca: A social and Biographical Study of the First Conquerors of Peru. University of Texas Press, Austin, 1972, version espagnole, Los de Cajamarca. Un estudio social y biográfico. Los primeros conquistadores del Perú, t. I-II, version espagnole du précédent, traduction de Mariana Mould de Pease, Lima 1986.

4 “ Todas las colecciones y subsecciones de los archivos que se pensaba podrían guardar materiales pertinentes fueron examinadas con una gran excepción: los archivos locales de los numerosos lugares en España, a los cuales retornaron los conquistadores. Estos indudablemente pueden decirnos mucho, empero investigarlos por completo sería trabajo de años ”, James Lockhart, , Los de Cajamarca..., 1986, p. 13.

5 J.P. Le Flem, “ Cáceres, Plasencia y Trujillo en la segunda mitad del siglo XVI (1557-1596) ” C.H.E. XLV-XLVI, 1967

6 Selon les travaux de Rocío Sánchez Rubio, qui enregistre 1468 noms différents pour Trujilllo, La emigración extremeña al Nuevo mundo. Exclusiones voluntarias y forzosas de un pueblo periférica en el siglo xvi, Badajoz 1993, p. 428-429.

7 Liste dans G. Salinero, Une ville entre deux mondes. Trujillo d’Espagne et les Indes au XVIe siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2006 ; liste de Rocío Sánchez Rubio, op. cit. p. 696-732.

8 Catalogues donnent 150 000 licences d'embarquement, minimum pour les XVI-XVII-XVIIIe. Peter Boyd-Bowman estime à 200 000 les départs pour le xvie. Magnus Mörner les estime à 250 000.

9 Dans les archives municipales plusieurs documents témoignent des allées et venues de Gonzalo de las Casas père, vecino de Mérida en Nueva España, Une des filles se marie avec le fils de Juan de Herrera, plusieurs fois regidor, lui-même revenu du Pérou dès 1535 et qui sert d’intermédiaire en Espagne aux Pizarro. L’autre fille de Gonzalo épouse Juan de Escobar, son cousin, fils du commandeur álvaro Rodríguez de Escobar, frère de Gonzalo père, frère du religieux Diego de Chaves, confesseur de Philippe II, et beau-frère de Pedro Alonso de Hinojosa, conquistador et capitaine du Pérou. Les liens secondaires entre familles participant à la conquête de la Nouvelle Espagne et du Pérou se vérifient une fois de plus. En 1592, Gonzalo de Las Casa est revenu, a plus de 70 ans, vivre à Trujillo où il a la garde de son petit-fils de 12 ans confié à sa tutelle en 1592 par Francisco de passage dans la ville.

10 Pablo Emilio Pérez-Mallaina Bueno, “ Officiales y marineros de la carrera de Indias (siglo XVI), Congreso de historia del descubrimiento (1492-1556), Real Academia de la Historia, t. III, Madrid 1992, p. 27-55, p. 32. Voir du même auteur Los hombres del océano. Vida cotidiana de los tripulantes de las flotas de Indias, Siglo XVI, Séville 1992.

11 Eugenio de Salazar chroniqueur de Charles V, gouverneur des l’îles de Tenerife et de Palma aux Canaries, puis juge dans les audiences de Saint Domingue jusqu’aux années 1580 et de Guatemala, "Carta escrita al licenciado Miranda de Ron, particular amigo del autor...", dans J.L. Martínez, Pasajeros de Indias, Mexico, 1984, apéndice 3, “ La mar descrita por los mareados. 1573 ”, p. 289.

12 Fray Gaspar de Carvajal, Relación del nuevo descubrimiento del famoso río grande que por el nombre del capitán que le descubrió se llamó el río Orellana, Cáceres, 1952. On ne sait rien de l’origine des membres de l’expédition parmi lesquels selon toute vraisemblance se trouvent plusieurs habitants de Trujillo. On sait cependant qu’ils doivent en plus des risques encourus payer 10 ou 15 ducats en contrepartie d’une participation aux éventuels bénéfices. Devant partir avec trois cent hommes et cent chevaux selon une capitulation qui lui est octroyée, il part avec au plus cent cinquante personnes et quelques dizaines de chevaux (lettre de l’inspecteur de Torres au roi, 19/5/1545, A.G.I., Patronato 258, n° 2, ramo 3).

13 Sancho Giménez de Vargas, descendant de Diego de Vargas, surnommé "Machuca" pour s’être illustré lors de la reprise de Séville, lieutenant du roi Enrique II, en charge de la forteresse de Trujillo confère au lignage des Vargas-Carvajal, dont il est le fondateur, le prestige des familles de caballeros qui gagnent leur lettres de noblesse par le mérite tiré du service armé. Son petit-fils, Alonso García de Vargas, conseiller de Juan II, premier seigneur de Valhondo dont le titre est conservé jusqu’au début du xviiie siècle, une propriété de la famille proche de la ville, maître d’une casa principal à l’intérieur des murs de la ville haute, obtient du roi le titre de villa pour Trujillo en 1413.

14 Le second mariage de Alonso García de Vargas se fait avec Sevilla López de Carvajal, habitante de Plasencia, seigneur de Valero, un hameau proche de Plasencia avec qui il a cinq autres enfants qui constituent le deuxième grande branche des Vargas-Carvajal, Federico Acedo Trigo, Linaje de Vargas y Carvajal, F.F.A.C., A.M.T., manuscrit p. 1-48a87

15 Testament de Beatriz de Vargas, en annexe de la Première Partie, testament de Diego de Vargas Carvajal, et Inventaire de ses biens en annexe de la Seconde Partie. Ce dernier peut être rapproché de l’inventaire des biens amenés au mariage qui est partiellement transcrit par Federico Acedo Trigo, op. cit. p. 48a8-48a9.

16 Lettre du roi du 25/1/1569, A.P.A.M.T., Pedro Carmona.

17 Notons qu’il nous paraît impropre de ranger sous la même appellation d’émigration familiale les départs de groupes familiaux complets et d’individus mariés mais qui partent seuls, voir l’usage fait de cette appellation par María ángeles Hernández Bermejo, Mercedes Santillana Pérez, Isabel Testón Núñez, “ El contexto familiar de la emigración extremeña a Indias en el siglo xvi ”, dans Antonio Eira Roel, (coord.) La emigración española a Ultramar, 1492-1914, Reunión científica de la asociación española de la historia moderna, Madrid, 1989, p. 245-256.

18 Ainsi García de Vargas, quatrième détenteur de la seigneurie, meurt lors de son engagement comme caballero dans les guerres de Grenade, ibid.

19 Soit Juan de Carvajal fils de Beatriz de Vargas et de Diego de Vargas Carvajal, né en 1528 qui est regidor de Trujillo, et qui accompagne le prince Philippe en Allemagne et au Portugal ; Francisco de Camargo, fils du Licenciado Francisco de Vargas et de Mayor de Vargas. Le même titre est porté par Diego de Vargas y Carvajal, fils de Diego de Vargas et de Francisca de Alvarado, qui sera aussi corregidor y justicia mayor de Cuenca, Federico Acedo Trigo, op. cit. p. 40a70. Par un décret du 30/8/1595 ce dernier obtient du roi une licence pour retirer 10 000 ducats de son majorat afin de reconstruire sa maison qui a brûlé sur la place de Trujillo. Demande d’autorisation, décret, et actes de ventes 18/7/1595, 30/8/1595, 22/7/1597, A.P.A.M.T., Juan de Lucio.

20 Il s’agit de Diego de Vargas Carvajal, second comte del Puerto, fils de Juan de Vargas Carvajal et de Mariana Pacheco Eraso, décédé en 1682, voir généalogie.

21 Francisco de Vargas est membre du Conseil royal de Castille et Alcade de Casa y Corte, en 1507 il est regidor de Plasencia, dont son fils Gutiérrez de Vargas y Carvajal né à Trujillo en 1504 et qui étudie la théologie à Tolède, devient évêque en novembre 1524.

22 Ce sont Carlos de Vargas frère du président du Consejo de Hacienda, descendant de la branche issue du premier mariage d’Alonso García de Vargas avec Teresa González Ramiro, et Juan de Vargas, employé à l’audience de Valladolid, frère du licenciado Francisco du Conseil royal et de Gutiérrez de Vargas évêque de Plasencia.

23 García de Vargas, fils de Luis de Vargas Carvajal et de Bernardina de Villalobos, voir généalogie.

24 Magnus Mörner, “ Le emigración española al Nuevo Mundo antes de 1810. Un informe del estado de la investigación ”, A.E.A., Séville, XXXII, 1975, p. 43-78, en particulier les pages 73-74. L’auteur qui passe simplement en revue les causes possibles a largement insisté sur deux aspects qui nuancent la dichotomie des causes, à savoir les différenciels de migration (diferenciales de migración), le fait qu’un même facteur pèse différemment sur les divers groupes sociaux et l’effet de retard (retraso distribuido) qui produit une augmentation de l’émigration péninsulaire décalée après des découvertes faites aux Indes, d’un nouveau territoire ou de nouvelles mines de métaux précieux.

25 Ida Altman, Emigrants and Society : Extremadura and Spanish in the Sixteenth Century, The university of California Press, Berkeley, 1989.

26 Sur les modèles seigneuriaux, voir Ramón María Serrera, “ Derecho premial y aspiraciones señoriales en la primera generación de la conquista ”, Actas del Congreso de historia del descubrimiento (1492-1556), t. III, Madrid 1992, p. 481-502. Dans un article récent Pilar García Jordán passe en revue quelques-uns de ces modèles marquants de la société péruvienne en fournissant une abondante bibliographie, “ La sociedad colonial americana en la segunda mitad del siglo xvi. Algunas reflexiones historiográficas sobre el caso peruano ”, Las sociedades ibéricas y el mar a finales del siglo XVI, t. VI, Las Indias, Actas del Congreso Internacional Los 98 ibéricos y el mar, Lisbonne, (27 al 29 de abril de 1998) p. 97-119.

27 Voir les remarques de Ramón María Serrera sur l’évolution de cette notion, “ Derecho premial y aspiraciones señoriales en la primera generación de la conquista ”, Actas del Congreso de historia del descubrimiento (1492-1556),T. III, Madrid 1992, p. 481-502, p. 485-489 notamment.

28 Sur ces mécanismes, José de la Puente Brunke, Encomienda y encomenderos en el Peru, Seville, 1992

29 Lettre dans Enrique Otte y Guadalupe Albi, Cartas privadas de emigrantes a Indias, 1540-1616, F.C.E, Mexico, 1988, p. 546. Voir aussi le superbe recueil de lettres de Rocío Sánchez Rubio e Isabel Testón Nuñez, El hilo que une. Las relaciones epistolares en el Viejo y el Nuevo Mundo, siglos xvi-xviii, Cáceres, 1999.

30 Lettre de Alonso de Encinas à son neveu Hernando de Encinas, en Trujillo, La Ascension, 17/10/1588, Idem.

31 Lettre de Francisco Regodón à Vasco Calderón où il évoque aussi son neveu qui se trouve à Trujillo, 20/12/1577 (?) Guadacheri (?) à Trujillo, Enrique Otte, op. cit., p. 549.

32 Lettre de Alonso de Elvas depuis La victoria dans le nouveau royaume de Grenade, à son frère Francisco de Elvas, orfèvre, qui se trouve à Trujillo, 15/1/1568, Enrique Otte, op. cit. p. 335. En l’occurrence Francisco de Elvas déclare qu’il à l’intention de partir aux Indes la même année, sans que l’on sache si c’est avant ou après avoir reçu la lettre de son frère. Rocío Sánchez Rubio, La emigración extremeña al Nuevo Mundo, p. 706.

33 Lettre de Diego de Trujillo depuis Mexico à Alonso Aguilar à Carcicós, aldea de Trujillo, 1/4/1562, Enrique Otte, op. cit., p. 41.

34 Lettre de Sebastián Gómez de Altamirano depuis Antioquía au licenciado Francisco de Tena, habitant de Trujillo qui se trouve à Campanario en Espagne, 20/4/1592.

35 Archives du monastère de Guadalupe, fondo Barrantes, Ms. B/3., fol. 167, cité par Ida Altman, op. cit., p. 63, document fourni par Rocío Sánchez Rubio et Isabel Testón Núñez.

36 Lettre de Juana Rodríguez Barroso, desde Trujillo, a su hijo Cristobal Fernández de Vivar, en la ciudad de Méjico, 17/7/1589, Rocío Sánchez Rubio et Isabel Testón Núñez, El hilo que une. Las relaciones espistolares en el viejo y el Nuevo Mundo (siglos XVI-XVII), version dactilographiée, p. 156.

37 Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditérranéen à l’époque de Philippe II, Paris 1975, t. II, p. 605

38 Accusé de réception, 22/1/1592, A.P.A.M.T., Alonso Martín.

39 Testament de Baltasar González, 26/8/1591, déjà évoqué, A.P.A.M.T., Alonso Martín.

40 Procuration de Catalina de Santa Cruz à Alonso Martín pour encaisser plus de 100 ducats de Pedro Gutiérrez Flórez à Séville, 11/6/1595.

41 Le 1/12/1578 Luis García s’engage à conduire en Nouvelle Espagne Juana García, âgée de 16 ans, fille de Juan de Cervera et de Catalina Díaz qui se trouvent aux Indes, pour la somme de 16 ducats, Contrat avec Luis García, A.P.A.M.T., Pedro Carmona. Mateo Solano quant à lui s’engage à conduire Francisco Pérez, fils de Francisco Pérez et d’Isabel de Villegas, qui se rend au Pérou, jusqu’à Carthagène pour 600 réaux, soit environ 54 ducats, 7/12/1591, A.P.A.M.T., Alonso Martín.

42 Accord entre don Sancho de Medina, Pedro Hernández et Juan Rentero, 29/9/1578, A.P.A.M.T., Pedro Carmona, transcription dans Documents de la troisième partie.

43 Transaction entre Sancho de Medina et Juan González du 20/9/1578, A.P.A.M.T., Pedro Carmona.

44 Le terme de censo désigne un titre de rente vendu par un particulier -garantis par des biens immobiliers et fonciers- ou émis par une ville et reposant sur ses ressources fiscales et ses biens propres. Ils sont légion dans la documentation notariale. À partir de 1573 Séville qui se voit contrainte d’accepter des juros du roi reçoit en compensation le droit d’émettre des censos dont les annuités sont payables sur ses impôts, ce qui augmente le poids des rentes pesant sur la ville, J.I. Martínez Ruiz, op. cit. p. 154-157.

45 James lockhart, Los de Cajamarca, t.II, p. 164.

46 Témoignage du notaire pour la Casa de la Contratación de Seville, 10/2/1571, A.P.A.M.T., Pedro Carmona. Sur l’aspect matériel de ces barres, Àngel M. Hernández Sobrino, “ La minería del azogue en Almaden durante los siglos xvi y xvii ”, El oro y la plata de las Indias en la época de los Austrias, Catalogue d’exposition, Madrid, 1999, p 213-230, notamment p. 225.

47 Antonio Fernández de Salguero, accusé de réception, 1/6/1591, A.P.A.M.T., Pedro Carmona.

48 Earl J. Hamilton, American Treasure and the price revolution in Spain, 1501-1650, New-York, 1962.

49 Pierre Vilar, Or et monnaie dans l’histoire, Paris 1974, p. 182, reprend l’évolution des emprunts de la couronne. Elle a été estimée par Ramón Carande, Carlos V y sus banqueros, t. I-II-II, Madrid, 1944. Voir aussi Felipe Ruiz Martín, “ Las finanzas españolas durante el reinado de Felipe II ”, Cuadernos de historia, Anexos de la revista Hispania, 2, Madrid, 1968, p. 109-173, notamment p. 124.

50 Depuis 1550, dans chaque audience américaine un officier particulier, juez de difuntos, est chargé d’évaluer les biens, de les convertir en argent liquide à l’issue d’une vente aux enchères, et de les transmettre à la Casa de la Contratación de Séville où une caisse ad hoc, la caja de difuntos, a pour fonction de rechercher les héritiers espagnols éventuels. Cependant, s’il est patent que nombre de cartas de diligencia avertissant les parents d’émigrés décédés aux Indes sont parvenues aux familles de Trujillo. Il n’en reste cependant aucune trace dans les archives notariales. Aussi les services sévillans concentrent-ils un imposant volume de dossiers, autos de difuntos, dont chacun regroupe pour un défunt tous les actes concernant l’opération de rapatriement : testaments, inventaires post-mortem, enregistrement des ventes aux enchères des biens du défunt, établissement du solde de ses comptes, attestations diverses, et lettres envoyées dans les villes espagnoles à la recherche de la famille, carta de diligencia. Sur les procédures, Antonia Heredia Herrera, “ La carta de diligencia de bienes de difuntos ”, Archivo Hispalense, n° 174, Séville, 1974, p. 39-48 et Enriqueta Vila Vilar, “ La documentación de “bienes de difuntos” como fuente para la historia social hispano-americana : Panamá a fines del siglo XVI ”, América y España del siglo XVI, homenaje a Gonzalo Fernández de Oviedo cronista de Indias, t. II, Madrid, 1983, p. 259-273. Plusieurs études d’une partie de ces fonds ont été publiées, parmi elles José Muñoz Pérez “ Los bienes de difuntos y los canarios fallecidos en las Indias: una primera aproximación al tema ”, Actas del IV coloquio de Historia Canario-Americana, Gran-Canaria, 1982. Voir, Delphine Tempère, Vivre et mourir sur les navires du Siècle d’or, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2009.

51 Pierre Vilar, Or et monnaie dans l’histoire, Paris 1974, p. 182, reprend l’évolution des emprunts de la couronne pour la première moitié du XVIe siècle. Elle a été estimée par Ramón Carande, Carlos V y sus banqueros, t. I-II-II. Felipe Ruiz Martín, “ Las finanzas españolas durante el reinado de Felipe II ”, Cuadernos de historia, Anexos de la revista Hispania, 2, Madrid, 1968. Carlos Alberto González Sánchez, Repatriación de capitales del virreinato del Perú en el siglo xvi, Banco de España-Servicio de Estudios, Madrid, 1991. Sur le débat des prix, Earl J. Hamilton, American Treasure and the price revolution in Spain, 1501-1650, New-York, 1962. Deuxième édition espagnole, El tesoro americano y la revolución de los precios en España, 1501-1650, Barcelone, 1983 et Michel Morineau, Incroyables gazettes et fabuleux métaux, Paris, 1985, et notamment l’article liminaire “ D’Amsterdam à Séville : de quelles réalité l’histoire des prix est-elle le miroir ? ”,

52 Acte de vente17/2/1574, A.P.A.M.T., Francisco de Villatoro.

53 C’est l’une de ces maisons dans la villa, la vieille ville située intra-muros, que reçoit avec d’autres biens doña Estebanía Altamirano, membre d’une ancienne famille de la noblesse moyenne de Trujillo, lors de son mariage avec don Alonso de Tapia. Déclaration de don Alonso de Tapia, 4/1/1605, A.P.A.M.T., Cristóbal del Amarilla.

54 Une fondation pieuse pour marier des orphelines accompagne la chapellenie fondée dans le couvent de San Francisco, Libro de Capellanías de Santiago que mandó formar el obispo Laso de la Vega y Córdoba el año de 1729 y copió don Diego Zurita en 1743, archives de la paroisse de Santa María, n° 434.

55 Testament du clerc Sancho Casco, 22/8/1593, A.P.A.M.T., Juan de Lucio.

56 Diego Hernández Regodón, décédé au Pérou, est le frère d’Alonso Pulido Regodón qui héberge le fils naturel et la fille illégitime de Diego, Juan Pulido Regodón et Andrea de Cuevas, procuration, 8/11/1595, A.P.A.M.T., Alvar de Sánchez Becerra.

57 Libro de Capellanías de Santiago que mandó formar el obispo Laso de la Vega y Córdoba el año de 1729 y copió don Diego Zurita en 1743, archives de la paroisse de Santa María, n° 742 et Catastro de 1753, A.M.T., n° 393.

58 James Lochkart, Los de Cajamarca… t. II, p. 37.

59 Juan Tena Fernández, Trujillo histórico monumental, Trujillo, 1988, p. 309.

60 Procuration aux trois domestiques, 4/6/1568, A.P.A.M.T., Diego Morales.

61 Procuration pour aller à Cáceres recevoir 5 ducats du cordonnier Gabriel Gutiérrez, 26/10/1562, A.P.A.M.T., Francisco Enríquez.

62 Federico Acedo Trigo, Altamirano Orellana, manuscrit, p. 92, F.F.A.T.

63 Changement de procuration de Juan pour encaisser les rentes de Martín de Olmos sur des biens du comte de Medellín, 9/12/1571, A.P.A.M.T., Pedro Carmona.

64 Demande d’ouverture du testament de Juan Pizarro de Aragón, fait devant Alonso Rodríguez, 30/12/1569, Pedro Carmona. En plus de nombreuses locations pour le compte de ses petits-fils, il s’efforce de recouvrer les créances de son gendre, 17/2/1570, A.P.A.M.T., Pedro Carmona.

65 Vente aux enchères de la cerca junto al convento de la Encarnación…, 5/2/1569, A.P.A.M.T., Actas, 1969.

66 Abdelmalek Sayad, La double absence, des illusions de l’émigré aux souffrances de l’émigré, Seuil, Paris, 1999.

67 René Quatrefages, « La elaboración de una nueva tradición militar en la España del siglo xvi », Cuadernos de investigación histórica, n°4, Madrid, 1980, p.7-16 ; et La revolución militar moderna. El Crisol Español, Madrid, 1996

68 Pedro Borges El envío de misioneros a América durante la época española, Salamanque, 1977. Rocío Sánchez Rubio, « Fuentes para el estudio de la presencia eclesiástica extremeña en el Nuevo Mundo: Los protocolos notariales », Extremadura en la evangélización del Nuevo Mundo. Actas y estudios, (Congreso celebrado en Guadalupe durante los días 24-29 de octubre 1988), Madrid, 1988. Manuel Olmedo Jiménez, Jerónimo de Loaysa, O.P. Pacificador de españoles y protector de indios, Grenade, 1990. Liste p. 352.

69 Idée inverse, Rocío Sánchez Rubio, avec Isabel Testón Núñez, « Mujeres abandonadas, mujeres olvidadas », exemplaire dactylographié, paru dans Cuadernos de Historia moderna nº19, p. 91-121, 1997

70 Le principe d’un contrôle des flux en direction des Indes est établi dès 1501 (« prohibimos y defendemos que ninguna ni algunas personas, nuestros súbditos... sean osados de ir ni vayan sin nuestra licencia », M. Fernández Navarrete, Colección de viajes y descubrimientos, B.A.E., t. I, Madrid, 1954, p. 456.) mais ce n’est qu’à partir de 1539 qu’obligation est faite à tous les candidats au départ d’obtenir une licence royale. L’application des principes qui se renforce durant la seconde moitié du XVIesiècle, n’est pas également rigoureuse tout au long du siècle. Richard Konetzke, « Legislación sobre inmigración de extranjeros en América durante la época colonial », Revista Internacional de Sociología. Jacobs Auke Pieter, « Pasajeros y polizones: algunas observaciones sobre la emigración española a las Indias durante el siglo XVI », Revista de Indias, n° 171,

71 Sur la seconde génération de la conquête et la formation d’une conscience politique créole, Gregorio Salinero, La trahison de Cortés. Désobéissances, procès politique et gouvernement des Indes de Castille, Le nœud gordien, Paris, PUF, à paraître, janvier 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gregorio Salinero, « Aller et venir de Trujillo au Pérou, seconde moitié du XVIe siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 12 décembre 2013, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/66079 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.66079

Haut de page

Auteur

Gregorio Salinero

Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page