Navigation – Plan du site
Colloques | 2014
Les femmes dans les Amériques : Féminismes, études de genre et identités de genre dans les Amériques, XIXe et XXe siècles – Actes du colloque international des 4, 5 et 6 décembre 2013 à Aix-en-Provence
Nathalie Ludec

La fabrique du genre dans la presse mexicaine

[04/02/2014]

Résumés

La genèse du féminisme et son développement au Mexique, dans les années 1970, s'alimentent d'influences européennes et étatsuniennes tout en cherchant un ancrage dans la réalité locale.

Des intellectuelles, féministes, militantes, s'attachent à diffuser contre vents et marées, les nouvelles idées de cette deuxième vague du féminisme dans les rédactions des plus grands journaux de l'époque (Novedades, El Universal, Unomásuno), tout en rappelant le combat passé des femmes. Elles construisent une histoire au féminin, en s'adressant à un lectorat non acquis aux idées féministes tout en jetant un regard sans complaisance sur la société mexicaine. Par ailleurs, ces journalistes entreprennent, avant l’heure, un travail de déconstruction des modèles et des catégories, propre à la théorie du genre, qui sera développée a posteriori par Joan Scott, et, pour le Mexique et l’Amérique latine, Marta Lamas et Teresita de Barbieri. Cette analyse prétend donc souligner la transnationalisation des problématiques dans un va-et-vient entre le local et le global à partir d'un ancrage dans la société mexicaine.

Haut de page

Entrées d’index

Palabras claves :

México, feminismo, género, prensa, segunda ola
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au Mexique, un féminisme importé dans les années 1970, conçu comme instrument d'analyse et non de mobilisation, fut d'abord l'apanage d'une élite. L'appartenance des féministes à la classe moyenne explique que leur militantisme soit le fruit d'une conviction théorique et non d'une nécessité vitale. Ces femmes ont cependant diffusé les idées féministes dans leurs propres publications et les organes de presse nationaux ; elles ont pu analyser la situation des femmes au Mexique de façon critique à un moment où les instances nationales et internationales récupéraient le discours féministe, à l'occasion de l'année internationale de la femme célébrée à Mexico en 1975, sous les auspices de l’ONU.

2L’introduction du féminisme au Mexique s’est réalisée par le biais de la presse, où des voix féminines ont écrit sur leurs expériences, lectures et rencontres, venues d’Europe ou des États-Unis. Quel écho ce féminisme d’importation, des années 1970, trouve-t-il dans la société mexicaine ? Des journalistes, féministes et intellectuelles s’attachent à le légitimer dans la presse mexicaine, où l’universalisme du féminisme se prolonge, se transforme et s’enrichit au contact des réalités locales : réinventer le féminisme, était justement le slogan du premier groupe féministe, le MAS (Mujeres en Acción Solidaria), créé en 1971. Le concept de genre est envisagé ici comme construction culturelle, sociale, des relations entre les sexes, processus qui est révélé dans les contenus de presse. En effet, la presse contribue à faire apparaître l’historicité des rôles, des relations entre les sexes, en décrivant et en analysant la situation des femmes. C’est ce que réalisent les collaboratrices, intellectuelles et féministes, dans les journaux de la capitale mexicaine, dans les années 1970, même si elles n’emploient pas ce concept du genre, défini plus tard, dans les années 1980. On parlera de perspective féministe.

L’influence américaine et européenne : la nouvelle vague du féminisme 

3Le mouvement féministe qui s'est développé en Europe et surtout aux États-Unis pénètre au Mexique de manière assez brutale, dans la mesure où il a été plutôt importé que vécu de l'intérieur. La grande presse a joué un rôle important dans la diffusion de ce nouveau courant d'idées, en offrant ses structures aux journalistes, aux intellectuelles préoccupées par la thématique féministe.

4Les auteurs sont souvent des intellectuelles, des universitaires, donc l'élite pensante, souvent très éloignées des problèmes concrets. Le féminisme mexicain est en effet marqué dans un premier temps par une analyse théorique, une réflexion sur de nouveaux débats tels que l'avortement, la contraception, les relations entre les hommes et les femmes, en relevant des aspects qui touchent la vie des femmes au quotidien : au foyer avec le problème de la double journée de travail, au travail avec la question des salaires inférieurs, dans les médias avec la diffusion de l'image de la femme-objet, dans la rue comme espace de violence. En fait il s'agit d'aborder toutes les formes de discrimination dont sont victimes les femmes, vécues en général comme un destin, quelque chose de naturel lié à la nature féminine. Le féminisme qui ressurgit dans les années 1970 est différent de celui de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, qui s'attachait surtout aux questions concernant l'égalité entre les sexes sur un plan légal. À présent il s'agit davantage de révolutionner la vie au quotidien, les relations entre les hommes et les femmes.

Des Mexicaines aux États-Unis

5 Les événements qui secouent la société nord-américaine, en particulier en Californie, à la fin des années 1960, ont des répercussions chez leur proche voisin le Mexique. Deux articles détonateurs marquent le début de la discussion au Mexique.

  • 1 Castellanos, Rosario, El uso de la palabra, México, D.F., Editores Mexicanos Unidos, S.A., 2ème édi (...)

6L’écrivaine Rosario Castellanos publie dans le quotidien Excélsior, où elle écrit régulièrement, le 5 septembre 1970, un article intitulé « La liberación de la mujer aquí », racontant la manifestation, à San Francisco, des Nord-américaines qui fêtent le cinquantième anniversaire de l'obtention du droit de vote. Cette manifestation est accompagnée d'une grève des tâches ménagères, d'actions violentes comme l'attaque de kiosques vendant des magazines féminins ou l'irruption dans des locaux interdits aux femmes1. L'auteure de l'article apprécie avec humour les commentaires que ces événements ont suscités au Mexique:

  • 2 Op.cit, p. 50.

Los comentarios han sido de dulce, de chile y de manteca. Pero todos (excepto uno en el que detendremos después) tienen una característica común: todos se refieren a ese Movimiento de la liberación de la mujer en los Estados Unidos como si estuviera ocurriendo en el más remoto de los países o entre los más exóticos e incomprensibles de los habitantes del menos explorado de los planetas. Esto es como si lo que está aconteciendo del otro lado del Bravo no nos concerniera en absoluto2.

7Il est vrai que les Mexicaines ne vivent pas la même situation que leurs consœurs nord-américaines : les femmes des classes moyennes n'ont pas à affronter les tensions internes dues au travail domestique puisqu'une autre femme l'assume, une servante qui sert d'amortisseur, de « colchoncito » (« petit coussin ») pour reprendre l'expression de R. Castellanos, et leur évite, à proprement parler, la double journée. Cependant ce mouvement concerne aussi les Mexicaines :

  • 3 Ibid., p. 51-52.

Y yo les advierto que las mujeres mexicanas estamos echando vidrio acerca de lo que hacen nuestras primas y estamos llevando un apunte para cuando sea necesario. Quizá no ahora ni mañana. Porque el ser un parásito (que es eso lo que somos, más que unas víctimas) no deja de tener sus encantos. Pero cuando el desarrollo industrial del país nos obligue a emplearnos en fábricas y oficinas, y a atender la casa y los niños y la apariencia y la vida social y, etc., etc., etc., entonces nos llegará la lumbre a los aparejos. Cuando desaparezca la última criada, el colchoncito en que ahora reposa nuestra conformidad, aparecerá la primera rebelde furibunda3.

8Un deuxième article attirera l'attention de femmes d'origines variées (religieuses, communistes, femmes au foyer, intellectuelles): c'est un long reportage de Marta Acevedo « Las Mujeres luchan por su liberación », qui est publié dans La cultura en México, suplemento de Siempre, le 30 septembre 1970. Ayant vécu et travaillé quatre ans à Pasadena, en Californie, Marta Acevedo se rend à San Francisco pour assister à la manifestation du 26 août. Elle raconte la grande marche des féministes nord-américaines et commente les fondements de leur mouvement qui remet en cause le rôle traditionnellement attribué aux femmes. L'auteur conclut en affirmant la nécessité de poser le problème de la libération de la femme en Amérique latine.

  • 4 Acevedo, Marta et. al., « Piezas de un rompecabezas », Fem,1977, Vol. II, n°5, oct-déc., Mexico DF, (...)
  • 5 Lau Jaiven, Ana, La Nueva Ola del Feminismo en México, Col. Mujeres en su Tiempo, México, DF, Ed. P (...)
  • 6 Lamas, Marta, « Le Nouveau Féminisme au Mexique », Cahiers des Amériques Latines, 1982, n°26, p.72.
  • 7 Lau Jaiven, op.cit., p.84.
  • 8 Ibid., p.83.
  • 9 Acevedo et al, p. 13.

9À partir de ce reportage, un groupe de jeunes femmes se forme pour discuter de la situation de la femme au Mexique. Il est amené à réfléchir sur la dimension collective, sociale et politique des problèmes que vivent les femmes, il adopte le slogan : « lo personal es político » (« le privé est politique »). Ce noyau, composé d'étudiantes, de femmes au foyer ou salariées, se consolide et prend le nom de MAS (Mujeres en Acción Solidaria) en avril 19714. Il s'agit de reprendre les grandes lignes du mouvement nord-américain et européen tout en tenant compte des spécificités de la réalité mexicaine, c'est-à-dire « réinventer un mouvement »5. Rendre public ce nouveau débat sur les femmes était nécessaire. Les membres du MAS décident d'organiser une manifestation contre la représentation de la femme réduite à son rôle de mère. Ils choisissent donc la date du 10 mai, jour de la fête des mères, et le lieu de la manifestation, le Monument à la Mère, où l’on peut lire l’inscription suivante : « a la que nos amó antes de conocernos ». Mais après avoir vaincu quelques hésitations et vu quelques-unes s'en aller, le groupe, de cinquante personnes, n'en compte alors plus que six6. En effet aucun groupe politique n'avait osé manifester publiquement depuis les événements sanglants d'octobre 1968 (massacre de centaines de personnes sur la Place des Trois Cultures à Mexico). Une manifestation en hommage aux étudiants fusillés en 1968 avait été violemment réprimée par un groupe paramilitaire, los halcones, d’où le nom donné à cette action, halconazo7. Le rassemblement a lieu, sans autorisation et, pure coïncidence, les féministes se retrouvent devant le Monument avec les candidates au titre de « Miss Mexique », toutes en mini-jupe et les bras chargés de fleurs, suivies des caméras de Televisa. Ainsi fut retransmise la première manifestation féministe dans tout le pays, au journal « 24 horas » de Jacobo Zabludovsky, à des milliers de téléspectateurs8. Dans la presse quotidienne, l’écho de cette manifestation est inégal : les quotidiens El Día et El Universal rendirent compte de l'événement, mais le très conservateur Excélsior s'y refusa9. Ce dernier avait été à l’origine, en 1922, de la fête des mères, fixée le 10 mai, et de l’édification, à Mexico, du Monument à la mère en 1932.

10Parallèlement à ces actions, articles et manifestation, les idées féministes sont divulguées par les spécialistes du genre, venues des États-Unis et d’Europe.

Des Américaines et des Européennes au Mexique

Une bibliographie féministe

  • 10 Titre original : The Feminine Mystique. Traduit en français par Yvette Roudy en 1964 et édité chez (...)

11 Le mouvement féministe se cristallise autour d’œuvres qui font leur chemin dans les esprits, en Europe et en Amérique, et jusqu’au Mexique. Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir paru en 1949 est traduit en espagnol en 1962 (Ed. Veinte). Ce livre, qui montre l'universalité du rapport de domination des hommes sur les femmes, a été le détonateur d’une prise de conscience fondée sur une remise en cause de la féminité, d’une essence féminine. Cette nouvelle perspective ébranle l’idée d’un déterminisme naturel qui serait à l’origine des rôles sexués. Betty Friedan, aux États-Unis, à son tour, bouscule le culte de la féminité et « l’égalité dans la différence », en publiant La femme mystifiée10. Ces références constituent les fondements d’une prise de conscience féministe progressive chez une élite féminine mexicaine, professionnelle ou intellectuelle, à qui le néo-féminisme offre une nouvelle grille d’analyse de la situation des femmes mexicaines pour qui le chemin vers l’égalité reste encore à tracer. Esperanza Brito et Elena Urrutia, féministes de la première heure, témoignent :

  • 11 Havel, Jean Eugene, La condition de la femme, Paris, A. Colin, 1961, 223 p. Trad. En espagnol : La (...)
  • 12 Titre original en anglais : The Feminine Mystique.

 Leí libros: La condición de la mujer, del Dr Habel11, hace un recorrido histórico de la mujer en las diferentes épocas y habla de que no tenían derechos, todas están sometidas al marido, para mí, fue una revelación, porque con este librito me di cuenta de que seguíamos igual, de que seguíamos sujetas al marido, sin derechos, bueno sí podíamos votar en esa época, […] pero no era suficiente[…] Leí el de Betty Friedan [La mística de la feminidad, 196312] que también es un detonador y yo me comparé con la mujer americana que ella describía y todas las limitaciones que tenía[…] todo el rollo de Friedan. Y con este libro me acabó de pescar el feminismo. (Entretien avec Esperanza Brito, DF, Mexico : 2005)

12Elena Urrutia écrit à son tour, dans le même sens :

  • 13 Urrutia, Elena, « Una búsqueda de identidad y sus derroteros », in Roland Forgues (coord.), Mujer, (...)

En los años sesenta se empieza a difundir, aunque pálidamente, ese malestar resentido por las mujeres. […].« El problema sin nombre » se le llamaría; « Síndrome del ama de casa » lo bautizaría Betty Friedan. De modo particular están algunos artículos leídos principalmente en la prensa extranjera, y ciertos libros fundamentales. Se traduce al inglés y al español El segundo sexo de Simone de Beauvoir. Aparecen La condición de la mujer de Kate Mitchell [1971], los libros de Kate Millet [La política sexual, 1971], Germaine Greer [El Eunuco femenino, 1970], Shulamith Firestone [La Dialéctica del Sexo, 1970] o Sheila Rowbotham13.

13Ensuite l’expérience de la lecture se concrétise par une rencontre avec les représentantes européennes et américaines du mouvement féministe, à l’occasion de la préparation de l’Année internationale de la femme, qui se déroulera à Mexico au mois de juillet 1975.

Les rencontres

  • 14 Lamas, op.cit., p.73.

14 La visite de féministes étrangères vient alimenter la réflexion entreprise par le MAS et les nouveaux groupes féministes qui s’identifient aux différents courants du féminisme. La scission du MAS conduit à la création, en 1974, du Movimiento de Liberación de la Mujer (MLM) qui rejoint les positions anticapitalistes et internationalistes des autres groupes appelés de « libération féminine »14. Parallèlement au MLM, attaché à une conception internationaliste du féminisme, un autre groupe de féministes travaille sur des questions de lois qui désavantagent les Mexicaines. Il s'agit du Movimiento Nacional de Mujeres (MNM) qui existe depuis 1973 et qui défend un féminisme libéral égalitaire défini en ces termes :

  • 15 Toupin, Louise, « Les courants de pensée féministe », Institut de recherches et d’études féministes (...)

[…] (appelé aussi ‘réformiste’, ou féminisme des droits égaux), [il] est en filiation directe avec l’esprit de la Révolution française : avec sa philosophie, le libéralisme, et avec son incarnation économique, le capitalisme. Liberté (individuelle) et égalité seront deux de ses principaux axes de lutte15

  • 16 Lamas, op.cit., p. 73.
  • 17 Lau Jaiven, op.cit., p.102.

15Les membres du MNM sont toutes cadres et leur objectif principal est « d'obtenir l'égalité juridique, sociale et politique entre les sexes sur tous les plans »16. Leur première tâche est d'analyser les lois17. Après un an et demi de travail parallèle, les deux groupes se rencontrent à l'occasion d'une table ronde sur le féminisme qui rassemble des féministes européennes et nord-américaines et où la question de l'avortement, cheval de bataille du MNM, est alors posée.

  • 18 Ibid., p.104.

16Le Mexique s'étant engagé à accueillir la Conférence Internationale pour célébrer l'année de la femme, la plus grande chaîne de télévision mexicaine, Televisa, lors du programme Encuentro, réunit, un an avant l'événement, les féministes Gisèle Halimi, avocate (France), Dacia Maraini (Italie), écrivaine et créatrice d'un théâtre féministe à Rome, Kate Millet (États-Unis), théoricienne du mouvement féministe et les trois Marías du Portugal, Maria Isabel Barreno, Maria Teresa Horta et Maria Velho da Costa, auteures des Nouvelles Lettres Portugaises publiées en 197218.

  • 19 Halimi, Gisèle, « Una niña colonizada puede ser una mujer liberada », Los Universitarios, 1974, Méx (...)

17Les échanges entre les groupes féministes mexicains et ces femmes sont très fructueux. Elles se rencontrent lors d'un programme d'études intitulé « La Femme contemporaine », effectué à la fin du mois de juin 1974 à la faculté de Psychologie et organisé par le Département des Sciences Humaines de la Direction Générale de la Diffusion Culturelle de l’Université nationale autonome de Mexico (UNAM). Une partie des discussions et des interventions est alors publiée à la fois dans la revue bimensuelle Los Universitarios du mois de juillet 1974, sous le titre « La mujer contemporánea y sus problemas », et dans le supplément de la revue Siempre! La Cultura en México du mois d'août. Chaque participante raconte comment elle est devenue féministe, plaide pour le travail des femmes et pour la maternité libre. Gisèle Halimi déclare, entre autres : « La libération des femmes est avant tout une révolution culturelle, des mentalités et non seulement économique19. »

Les médias s’en mêlent

18L’évolution des mentalités, la culture, auxquelles participe le féminisme, sont au cœur des préoccupations des médias.

Les magazines dans l'aventure féministe

19Les magazines féminins tout comme la presse généraliste ne peuvent pas rester indifférents à ce nouveau courant d'idées.

  • 20 Azuela de la Cueva, Alicia, « El despertar de la mujer mexicana en la cultura », Claudia, 1971, Mex (...)

20Le magazine Claudia¸ élaboré au Mexique depuis 1965, servira de tribune aux articles du MAS, en 1970 et en 1971. Un premier article est publié, « El despertar de la mujer mexicana en la cultura », de Alicia Azuela De La Cueva, dans le n°63 du 8 août 1971: il s'agit d'une série d'interviews de femmes célèbres, d'une romancière, la Mexicaine Elena Poniatowska, d'une journaliste, Marta Acevedo, d'une universitaire, Carmen Millán, d'une artiste, Ana Schneider, et d'une psychologue, Antonieta Torres Arias. Celles-ci donnent leur opinion sur le rôle et l'importance de la culture et de l'éducation pour la femme, brisant ainsi le préjugé qu'exprime la question de la journaliste : « ¿Son menores los atractivos de una mujer culta? »20

21Le texte commence par réhabiliter une figure féminine de l'histoire du pays, la Malinche, dont la culture favorisa le rapprochement entre les Indiens et les Espagnols. Il met l'accent sur l'éducation des femmes qui n'est pas incompatible avec le rôle de maîtresse de maison et qui permet une meilleure communication entre les membres de la famille ou de la société. Le partage des tâches n'est pas envisagé, l'essentiel ici est d'ouvrir des perspectives aux femmes autres que la maternité sans l'exclure:

  • 21 Interview d’Elena Poniatowska, in Azuela de la Cueva, op. cit., p. 77- 78.

Lo que es de esperarse es que se les otorguen más facilidades para que además de tener hijos y manejar su casa, puedan seguir su carrera y su trabajo, y no que al casarse se refugien en su hogar y de cuando en cuando se pongan a recordar que querían ser biólogas, o químicas, o dirigir investigaciones21.

22Cet article paraît quelques mois après la manifestation des féministes au Monument à la Mère (10 mai 1971).

23Un deuxième article est publié, « Ni rosa ni azul », de Marta Acevedo et de Nora Vieira, dans le n° 84 du mois de septembre 1972. Ce reportage « révolutionnaire » sur la « réalité violente » que vivent les Mexicaines, dont la vie est tracée dès le berceau selon deux lignes, le mariage et la maternité, est en réalité le bilan d'un travail réalisé au sein du MAS et fait partie des documents discutés lors de la réunion organisée par le même groupe le 26 novembre 1972, à l'école de Cipactli dans la ville de Mexico. C'est le moment aussi où le MAS organise une conférence à la Casa del Lago en septembre 1972.

24Le surtitre et le chapeau du reportage se veulent accrocheurs :

La guerra de los sexos empieza en la cuna"

"Este reportaje podría ser localizado en los límites de la ficción científica, pero se refiere a una violenta realidad, la nuestra, la de casi todas las mujeres en México."

  • 22 Acevedo, Marta, Vieira, Nora, « Ni rosa ni azul », Claudia, 1972, n° 84, sept., Mexico, DF, p.21.

25Les relations se situent d'emblée sur un plan conflictuel. Le texte, ponctué de dialogues, de témoignages et de citations de Simone de Beauvoir, rend compte des différentes étapes de la vie d’une femme, du berceau jusqu’au mariage. La première naissance est accompagnée de sentiments opposés, s'il s'agit d'un garçon ou d'une fille. Une femme regrette de ne pas avoir donné un fils à son mari : « hubiera preferido que el primero fuera hombre. Claro que adoro a mi hija... pobrecita, está tan chula22. »

  • 23 Acevedo, Vieira, op. cit., p.22.

26L'article énonce les phases de l'éducation des filles, d'abord « muñequitas » (de petites poupées) et ensuite « mujercitas » (de vraies petites femmes), qui les prépare à leur rôle de mère et d'épouse. Le ton est incisif et les phases marquantes dans la vie d'une fille renvoient à une image de victime ; dès les premiers jours, son corps lui échappe : « En un acto de salvajismo, que no por ser común es menos primitivo, se atraviesan los lóbulos de las orejas de la pequeña23. »

  • 24 Ibid., p.24.
  • 25 Ibid., p.25.
  • 26 Réformateur libéral du gouvernement de Benito Juarez (1858), Melchor Ocampo participa à la rédactio (...)

27L'éducation des adolescentes est ensuite confiée à des institutions religieuses, « des cloîtres gris », où œuvrent des « spécialistes de la froideur et de l'hypocrisie24. » Jeune fille, elle n’aura qu’un centre d'intérêt : l'homme, celui qui la prendra pour épouse et donnera un sens à sa vie : « Una mujer no es, hasta que un hombre la hace ».25 Cette maxime renvoie, en écho, à la célèbre phrase de Simone de Beauvoir : « on ne naît pas femme, on le devient ». Le mariage et le texte qui y est lu, la Lettre de Melchor Ocampo26 (Epístola de Melchor Ocampo), qui date de 1859, renforcent le sentiment de dépendance, voire d’infériorité chez la femme et le machisme chez l'homme. La maternité, l’étape clef, vient ensuite remplir une vie qui finalement était toute tracée et où la création et l'indépendance n'ont pas droit de cité.

28Ce long texte publié dans Claudia reflète la réalité de la vie d'un grand nombre de femmes et le ton de la dénonciation ne peut manquer d'ébranler les lectrices du magazine.

29Le magazine Claudia est l'une des rares publications de ce genre, avec le magazine Kena, à avoir publié des articles concernant la situation des femmes d'un point de vue féministe. À son tour, Kena, magazine également de fabrication mexicaine, depuis 1962, profite de la venue de féministes européennes et nord-américaines, invitées par la télévision mexicaine, pour les interviewer. L'ensemble des interviews est publié dans le n°265, du mois d'août 1974, sous la direction de Gloria Salas de Calderón et sous le titre:

« Liberarse

... ¿de qué ?

Siete líderes del Movimiento de Liberación Femenina responden »

  • 27 Salas de Calderón, Gloria, « Liberarse… ¿De qué ? Siete líderes del Movimiento de Liberación Femeni (...)

30Les sept leaders sont : Kate Millet et Susan Sontag des États-Unis, Dascia Mairani d'Italie, Berit As de Norvège, Gisèle Halimi de France, Isabel Barreno et Maria Teresa Horta du Portugal. Le titre pose, dans la question, une inconnue : Se libérer de quoi ? On pourrait rajouter « de quoi, donc ? », ce qui semble refléter une attitude revêche face aux revendications des femmes, sont-elles vraiment légitimes ? C’est ce que montre l’article. L'objectif est de diffuser de nouvelles idées, de vouloir réveiller les Mexicaines. L'introduction donne au mouvement une portée internationale auquel le magazine semble inviter ses lectrices à participer, le définissant comme une « revolución social, la más importante en toda la historia de la humanidad »27.

31Le pays doit participer à ce mouvement et il le fera d'ailleurs très officiellement lors de la Conférence Internationale. Avant de donner la parole aux féministes, la journaliste expose et explique le contenu des thèses féministes sous l'intertitre :

« LA NOVEDAD SERIA LA EQUIDAD »

  • 28 Id.
  • 29 Id.

32Elle part d'un constat: la soumission de la femme dans toutes les sphères de la vie politique et socio-économique, ce qui justifie les demandes féministes : « Las feministas demandan un trato equitativo en una sociedad nueva28. » Pour y parvenir, il s'agit d'abord ne pas accepter que : « FORZOSAMENTE el lugar de la mujer es el hogar y el papel del hombre es el de proveedor de ese hogar29. » Les changements dans la société mexicaine semblent imminents, inévitables, dus à une particularité locale : le machisme, qui exacerbe les inégalités.

33La journaliste rapporte les opinions des féministes de façon assez brutale à propos du mariage, de la sexualité, de l'avortement. Elle énonce le premier facteur de l'oppression des femmes : le mariage et la famille traditionnels, au sein de laquelle l'homme est le maître et la femme l'esclave, comme le déclare la Epístola de Melchor Ocampo (supra). Les féministes refusent ces structures traditionnelles d'organisation de la famille : elles ont dit « NON » et suggèrent la création de petites communautés avec une revalorisation du travail féminin. Ces informations ne peuvent que bouleverser l'univers des lectrices, qui est leur famille. Elles relèvent aussi d'une conception de l'action féministe quelque peu irréaliste qui est loin d'être majoritaire chez les féministes.

34Le deuxième point développé traite de la liberté sexuelle, de « la révolution sexuelle pour laquelle travaillent les féministes ». Mais pour que les relations amoureuses soient authentiques, il faut d'abord acquérir l'indépendance économique.

  • 30 Ibid., p.45
  • 31 Id.
  • 32 Rascón, María Antonieta, (coord.),La Situación de la mujer en México, México, DF, « Programa de Méx (...)

35Peut-on considérer la légalisation de l'avortement comme le droit de tuer un enfant ? À cette question brutale, la réponse par une autre question est unanime : « ¿la prohibición del aborto es el permiso para matar madres?30 » Le conseil donné est d'abord d’utiliser des contraceptifs, pour éviter cet ultime recours. La journaliste conclut en rappelant la réalité dramatique de l’avortement : « La prohibición del aborto no impide la desesperación de millares de madres, que casi siempre por ignorancia, las lleva a practicarlo31 ». Dans la ville de Mexico, la mortalité maternelle due à l'avortement est de 20%32. La journaliste termine son article en rapportant les paroles des féministes par une définition du féminisme perçu comme un mouvement porteur de progrès social profitable à tous :

  • 33 Salas de Calderón, op. cit., p.45.

El feminismo no es una revolución de revancha; que no trata de oprimir al hombre, sino de buscar la forma de convivir plenamente con él, desarrollando al máximo las potencialidades físicas, mentales y afectivas de la mujer, sin represiones alienantes, lo que al final de cuentas deviene, no en la liberación femenina, sino en la liberación del ser humano33.

  • 34 Id., p.46.

36Le féminisme ne concerne pas que les femmes, mais toute la société, selon l’idée que le degré de démocratie d’un pays se mesure à l’aune de la situation des femmes. C’est que rappelle le magazine Kena : « El progreso puede medirse por la posición social del sexo femenino34. »

  • 35 Interview de Susan Sontag, in ibid.

37Les interventions des six féministes étrangères sont publiées au style direct, sous le titre « las feministas opinan », chacune est accompagnée d'une photo. Toutes redéfinissent la situation de la femme au sein de la famille et du couple en insistant sur le nécessaire partage des tâches ménagères, sur l'harmonie des relations fondées sur l'égalité, dans la vie publique comme dans la vie privée. Selon elles, le changement des mentalités passe par l'éducation des enfants et il faut également en finir avec les clichés : la soi-disant infériorité des femmes qui sont « estúpidas, pasivas, bobas e infantiles », tandis que les hommes sont « viriles, agresivos, inteligentes35. »

38Certains magazines se font donc l'écho des nouvelles préoccupations des femmes qui n'ont pas encore de support indépendant pour être diffusées, et préparent d'une certaine manière le pays à recevoir la Conférence Internationale à l'occasion de l'Année de la Femme.

La presse et le féminisme : stratégies de diffusion

  • 36 Flores Quintero, Genoveva, Unomásuno: 1977-1987. Historias personales, México, DF, Thèse de doctora (...)

39Les plus grands quotidiens ouvrent leurs rédactions à des collaboratrices, féministes et intellectuelles : Novedades, El Sol, El Universal. Le tout nouveau quotidien de gauche Unomásuno, (1977)36, est un espace obligatoire pour les féministes. L’objectif est d’expliquer et de développer les thèses féministes à un lectorat majoritairement non acquis au féminisme. La nouvelle perception du corps et de son usage sont au cœur des nouveaux débats. Le féminisme vient ébranler des certitudes et des pratiques culturelles fortement ancrées.

40La perspective féministe démontre que ce qui était naturel, donc universel, s’avère relever d’une culture particulière, locale, ce qui implique des changements possibles, voire des bouleversements sur le plan individuel et collectif.

Le corps de la discorde

  • 37 Urrutia, Elena, “Unas mujercitas diferentes”, Novedades, México, DF, 19/12/1976.

41Sont remis en cause les rôles sexués qui sont le résultat d’une construction culturelle, née de l’esprit et non d’une nature immuable. Le défi, comme l’écrit Elena Urrutia, dans un article de Novedades, est de démonter « la mística que convierte lo cultural en 'natural' »37. Ce qui veut dire que la situation des femmes n’est pas ‘naturelle’ mais bien le produit d’une ‘culture’.

42Cette réflexion, propre à l'analyse de genre, s’applique dans tous les domaines de la vie, privée et professionnelle, et en tout premier lieu à la sexualité et la double morale. L’analyse révèle un système binaire qui fait ressortir l’inégalité entre les sexes selon deux pôles qui s’opposent, l’un dominant l’autre.

  • 38 Urrutia, Elena, “Las mujeres también son seres humanos”, Novedades, México DF, 22/12/1974.

43Or disposer de son corps est au fondement de la liberté individuelle et la clef de voûte des revendications des féministes. L’accès à l’autonomie, au statut de personne à part entière, libre de décider de sa vie et de son corps repose sur la contraception et une sexualité libérée de préjugés. Ce statut naturel à l’homme reste hors de portée pour la femme. Elena Urrutia affirme que la femme, comme l’homme, a des désirs sexuels, en fait comme tout être humain, et ne se résume pas à un être de services, auprès du mari et des enfants : « Las mujeres también son seres humanos », annonce-t-elle dans le titre de l’article38. Elle rapporte la relation extra-conjugale entre une femme et un homme plus jeune, au centre du livre de Doris Lessing, El último verano de Mrs. Brown, qui ne peut-être, selon un schéma conventionnel des relations amoureuses, que « désespérée et romantique » :

  • 39 Urrutia, op.cit .

La aventura (habrá que llamarlo de algún modo) de Mrs Brown resulta ser con un hombre más joven que ella. Pero existen convencionalismos amorosos y uno es que esta subespecie particular, mujer mayor-hombre joven, ha de ser desesperada y romántica39.

  • 40 Urrutia, Elena, « ¿Existe igualdad sexual? », Novedades, 21/08/1977.

44La double morale sexuelle accepte avec complaisance un homme et sa jeune maîtresse, mais stigmatise une femme avec un jeune amant. Malgré tout, Mrs Brown « [s]e entrega con entusiasmo a su nueva vida como alguien que ha mantenido en reserva un potencial que jamás podría crecer adecuadamente, y que sólo ahora puede aflorar. » Elena Urrutia remet en cause les comportements sexuels et entre autres la légitimité de la pulsion masculine. Dans un article intitulé : « ¿Existe igualdad sexual? »40, elle conteste cette idée selon laquelle la femme est moins attirée par le sexe que l'homme en affirmant que « es cultural aquello que se tomaba por biológico. Tal es el caso de la idea de que en las mujeres la mayor intensidad del impulso sexual se da a edad más tardía que en los hombres. » En fait, explique-t-elle, il s'agissait de protéger les jeunes filles d'un risque de grossesse: « enseñarles que ellas no tenían sensaciones sexuales y darles todos los preceptos morales necesarios para que recordaran con seguridad la lección ». Par contre, la société encourageait les garçons à « exprimer leurs sentiments sexuels ».

  • 41 Lamas, Marta, “ La Prostitución (2), Represión y Machismo”, El Universal, 14/11/1978.

45Marta Lamas, qui défend un féminisme radical, ajoute à l’idée d’une animalité chez les garçons (« tienen deseos 'animales' ») pour caractériser leur sexualité, celle de la fierté qu’ils éprouvent de leur activité sexuelle tandis que les filles, elles, « ne sentent rien » et ne pensent même pas à « ça ». « Craignant pour leur ‘réputation’ », elles ne cèdent pas aux pressions de leur fiancé. Leur connaissance sexuelle, à savoir « conserver » sa virginité est leur unique valeur41.

46Cette double morale qui régit les comportements sexuels, a bien une origine culturelle et non biologique. Elena Urrutia reprend, tout en les partageant, les arguments du livre des deux auteurs américains, du gynécologue William Masters et de la psychologue Virginia Johnson, précurseurs de la nouvelle sexologie développée aux États-Unis au tournant des années 1950 et 1960 (Pavard, 2009), et qu’elle présente dans le chapeau de l’article d’une manière qui se veut convaincante :

  • 42 Urrutia, Elena, “¿Existe igualdad sexual?”, Novedades, 21/08/1977.

Masters y Johnson vuelven a revolucionar los conceptos sexuales, y ahora se pronuncian contra la servidumbre erótica femenina, contra los sentimientos de culpa y contra la supuesta y añosa superioridad sensual masculina42.

47L’analyse féministe prône une éducation sexuelle, associée à un accès aux moyens de contraception, qui donne aux femmes et aux hommes le droit de disposer de leur corps en toute liberté. La « maternité libre » ou « volontaire » et le droit à l’avortement s’inscrivent dans le droit fil de cette idée d’une sexualité libérée de préjugés en tous genres.

Conclusion

  • 43 Castellanos, op. cit., p.50.

48L’élément majeur dans la transmission de nouveaux contenus culturels, c’est le lecteur et avec lui, l’opinion publique. Aussi légitimes qu’elles soient, les revendications féministes doivent vaincre des résistances, des pratiques culturelles fortement ancrées dans un système de pensée que vient bouleverser la perspective de genre : des certitudes s’ébranlent, les espaces de pouvoir deviennent incertains. Une fluidité s’installe dans les relations entre les sexes, redéfinissant les identités de chacun. Ce processus, à caractère universel, affronte des contraintes locales, propres à chaque culture. Les médias, et en particulier la presse, y ont un rôle à jouer : des sujets tabous sont levés, entre autres la question de la sexualité et de l’avortement. Le féminisme mexicain, d’importation, a été véhiculée par la presse, généraliste et spécialisée, et sans doute encouragé par l’accueil, par le Mexique, de l’Année de la Femme en 1975, qui a suscité des commentaires en tous genres, bienveillants ou mordants : « de dulce, de chile y de manteca » 43.

Haut de page

Bibliographie

Acevedo, Marta, « Las Mujeres luchan por su Liberación, Nuestro Sueño está en escarpado lugar, Crónica de un Miércoles Santo entre las Mujeres (Women's Liberation - San Francisco) » , Siempre! La Cultura en México, México DF, 1970, 30 septembre, n°451, p. 2-6.

Acevedo, Marta et al., « Piezas de un rompecabezas », Fem, 1977,Vol. II, n°5, oct-déc, Mexico DF, p. 11-26.

Acevedo, Marta et Vieira, Nora, « Ni rosa ni azul », Claudia, 1972, n° 84, sept., Mexico DF, p.21-27 et p. 90d-91e .

Azuela de la Cueva, Alicia, « El despertar de la mujer mexicana en la cultura », Claudia, 1971, Mexico DF, n° 63, 8 de agosto, p. 76-79.

Castellanos, Rosario, El uso de la palabra, México, D.F., Editores Mexicanos Unidos, S.A., 2ème édition, janv 1987, 293 p. : “La Liberación de la Mujer aquí”, Excélsior, México DF, 5 sept. 1970, p. 48-52; première édition, 1973, SEP Setentas, México.

flores Quintero, genoveva, Unomásuno: 1977-1987. Historias personales, México DF, Thèse de doctorat, Universidad Iberoamericana, 2008.

Halimi, Gisèle, « Una niña colonizada puede ser una mujer liberada », Los Universitarios, 1974, México, DF, UNAM , n°29, 15 juillet, p. 2-3.

Lamas, Marta, « Le Nouveau Féminisme au Mexique », Cahiers des Amériques Latines, 1982, n°26, p. 71-89.

Lau Jaiven, Ana, La Nueva Ola del Feminismo en México, Col. Mujeres en su Tiempo, México, DF, Ed. Planeta, 1987, 237 p.

Pavard, Bibia, « Contraception et avortement dans Marie-Claire (1955-1975) : de la méthode des températures à la méthode Karman », Le Temps des Médias, 2005, n°12, printemps-été.

Rascón, María Antonieta, (coord.), La Situación de la mujer en México, México, DF, « Programa de México para el Año Internacional de la Mujer », 1975, 130 p.

Salas de Calderón, Gloria, « Liberarse… ¿De qué ? Siete líderes del Movimiento de Liberación Femenina responden », Kena, 1974, n° 265, août, Mexico DF.

Toupin, Louise, « Les courants de pensée féministe », Institut de recherches et d’études féministes, Coll. « Les classiques des sciences sociales », Site web : http ://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html

Université du Québec à Chicoutimi, 1998 ; URL http://classiques.uqac.ca/contemporains/toupin_louise/courants_pensee_feministe/courants_pensee_feministe.pdf

Urrutia, Elena, « Breve bibliografía de la liberación femenina », Los Universitarios, México, 1974, DF, UNAM, n°29, 15 juillet.

Urrutia, Elena, « Una búsqueda de identidad y sus derroteros », in Roland Forgues (coord.), Mujer, Creación y problemas de identidad en América Latina, Mérida, Universidad de los Andes, Consejo de Publicaciones, 1999.

Haut de page

Notes

1 Castellanos, Rosario, El uso de la palabra, México, D.F., Editores Mexicanos Unidos, S.A., 2ème édition, janv 1987, p.48.

2 Op.cit, p. 50.

3 Ibid., p. 51-52.

4 Acevedo, Marta et. al., « Piezas de un rompecabezas », Fem,1977, Vol. II, n°5, oct-déc., Mexico DF, p. 12.

5 Lau Jaiven, Ana, La Nueva Ola del Feminismo en México, Col. Mujeres en su Tiempo, México, DF, Ed. Planeta, 1987, p.78.

6 Lamas, Marta, « Le Nouveau Féminisme au Mexique », Cahiers des Amériques Latines, 1982, n°26, p.72.

7 Lau Jaiven, op.cit., p.84.

8 Ibid., p.83.

9 Acevedo et al, p. 13.

10 Titre original : The Feminine Mystique. Traduit en français par Yvette Roudy en 1964 et édité chez Gonthier, 451 p. Traduit en espagnol en 1974 par Carlos R. de Dampierre et Lili Álvarez, aux éd. Júcar, 518 p.

11 Havel, Jean Eugene, La condition de la femme, Paris, A. Colin, 1961, 223 p. Trad. En espagnol : La condición de la mujer, Eudeba, Buenos Aires, 1961, 191 p.

12 Titre original en anglais : The Feminine Mystique.

13 Urrutia, Elena, « Una búsqueda de identidad y sus derroteros », in Roland Forgues (coord.), Mujer, Creación y problemas de identidad en América Latina, Mérida, Universidad de los Andes, Consejo de Publicaciones, p. 427.

14 Lamas, op.cit., p.73.

15 Toupin, Louise, « Les courants de pensée féministe », Institut de recherches et d’études féministes, 1998, Coll. « Les classiques des sciences sociales », http ://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/index.html , Université du Québec à Chicoutimi ; http://classiques.uqac.ca/contemporains/toupin_louise/courants_pensee_feministe/courants_pensee_feministe.pdf

16 Lamas, op.cit., p. 73.

17 Lau Jaiven, op.cit., p.102.

18 Ibid., p.104.

19 Halimi, Gisèle, « Una niña colonizada puede ser una mujer liberada », Los Universitarios, 1974, México, DF, UNAM , n°29, 15 juillet, p.3.

20 Azuela de la Cueva, Alicia, « El despertar de la mujer mexicana en la cultura », Claudia, 1971, Mexico DF, n° 63, 8 de agosto, p.78.

21 Interview d’Elena Poniatowska, in Azuela de la Cueva, op. cit., p. 77- 78.

22 Acevedo, Marta, Vieira, Nora, « Ni rosa ni azul », Claudia, 1972, n° 84, sept., Mexico, DF, p.21.

23 Acevedo, Vieira, op. cit., p.22.

24 Ibid., p.24.

25 Ibid., p.25.

26 Réformateur libéral du gouvernement de Benito Juarez (1858), Melchor Ocampo participa à la rédaction des lois de la Réforme. Il ne se maria jamais avec sa compagne qu’il considérait comme sa servante, et ses filles grandirent dans un orphelinat. Sa lettre reflète la vision d’une partie de la société, pour qui la femme doit être « une colombe dans son nid et l’homme un lion prêt au combat » (« paloma para el nido y el hombre, león para el combate »). (Patricia Galeana, “LA LUCHA DE LAS MUJERES EN MÉXICO Análisis Político Social”, Mujeres, Derechos y Sociedad, 2005, Universidad Nacional Autónoma de México, Federación Mexicana de Universitarias, Marzo, Año 1)

27 Salas de Calderón, Gloria, « Liberarse… ¿De qué ? Siete líderes del Movimiento de Liberación Femenina responden », Kena, 1974, n° 2625, août, Mexico DF, p.44.

28 Id.

29 Id.

30 Ibid., p.45

31 Id.

32 Rascón, María Antonieta, (coord.),La Situación de la mujer en México, México, DF, « Programa de México para el Año Internacional de la Mujer », México, 1975, p.82.

33 Salas de Calderón, op. cit., p.45.

34 Id., p.46.

35 Interview de Susan Sontag, in ibid.

36 Flores Quintero, Genoveva, Unomásuno: 1977-1987. Historias personales, México, DF, Thèse de doctorat, Universidad Iberoamericana, 2008, p. 9.

37 Urrutia, Elena, “Unas mujercitas diferentes”, Novedades, México, DF, 19/12/1976.

38 Urrutia, Elena, “Las mujeres también son seres humanos”, Novedades, México DF, 22/12/1974.

39 Urrutia, op.cit .

40 Urrutia, Elena, « ¿Existe igualdad sexual? », Novedades, 21/08/1977.

41 Lamas, Marta, “ La Prostitución (2), Represión y Machismo”, El Universal, 14/11/1978.

42 Urrutia, Elena, “¿Existe igualdad sexual?”, Novedades, 21/08/1977.

43 Castellanos, op. cit., p.50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Ludec, « La fabrique du genre dans la presse mexicaine », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 04 février 2014, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/66404 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.66404

Haut de page

Auteur

Nathalie Ludec

Université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis
nludec@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page