Navigation – Plan du site
Colloques | 2014
Les femmes dans les Amériques : Féminismes, études de genre et identités de genre dans les Amériques, XIXe et XXe siècles – Actes du colloque international des 4, 5 et 6 décembre 2013 à Aix-en-Provence
Estelle Lebel

Diffusion de la recherche féministe dans les Amériques. Émergence, construction et consolidation d’un champ disciplinaire : Le concept de genre dans la revue Feminist Studies (1972-2013)

[04/02/2014]

Résumés

Les revues diffusant les études féministes sont des plateformes de communication permettant le partage, le questionnement, la confrontation et la consolidation des connaissances sur l’histoire des femmes et les relations de genre, les fondements théoriques et les implications politiques. Depuis la publication des premiers numéros de Feminist Studies (1972), de Women’s Studies : An Interdisciplinary Journal (1972) et notamment de ceux de la revue Signs (1975), le nombre de revues figurant sous la rubrique « Femmes et études de genre » a augmenté, l’Association of College & Research Libraries en ayant répertorié une quarantaine en 2008. Ces revues, qui ont nourri les études féministes dans les Amériques, sont aussi le miroir de leurs transformations. La nature des problématiques abordées et la crédibilité scientifique des auteurs ont contribué à donner à ces recherches une pleine légitimité académique. Néanmoins, la langue de prédilection de ces revues étant l’anglais, l’on constate que sont exclus de la liste établie par l’Association of College & Research Libraries d’excellents organes en langue étrangère comme la revue brésilienne Revista Estudos Feminista (1992), qui publie en espagnol et en portugais, ou la revue francophone québecoise Recherches féministes (1987). De tels organes de publication, parce qu’ils reflètent une plus grande diversité des thèmes et des approches et offrent une image plus globale de l’évolution des travaux dans le domaine, doivent être inclus.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les revues diffusant les recherches féministes sont des courroies nécessaires au partage, au questionnement, à la confrontation et à la consolidation des savoirs sur les femmes et sur les rapports sociaux de sexe, de leurs fondements théoriques et de leur portée politique. En suscitant des articles, à travers les différents processus d’évaluation par les pairs et par la publication de résultats de recherche, de textes de réflexion théorique, méthodologique et épistémologique, de comptes rendus d’ouvrages et de pratiques féministes novatrices, les revues ont contribué à la continuité et aux transformations des études féministes dans les Amériques. Depuis la parution des premiers numéros de Feminist Studies (1972), de Women's Studies: An Interdisciplinary Journal (1972) et notamment de la toujours actuelle revue Signs (1975), l’Association of College & Research Libraries, en 2008, a répertorié trente-cinq revues américaines dans la section « Women and Gender Studies ». Les questions abordées, les méthodologies de recherche, le rattachement institutionnel des auteures durant plus de quarante ans ont contribué à établir la crédibilité des enjeux féministes sur des bases scientifiques. Ces titres sont évidemment étatsuniens, de langue anglaise et, y sont exclues les revues sud-américaines et mexicaines dont l’excellente revue brésilienne Revista Estudos Feminista qui publie en espagnol et en portugais depuis plus de vingt ans (1992) et la revue québécoise et francophone Recherches féministes depuis vingt-sept ans qu’il faut ajouter pour offrir un panorama de l’évolution du champ. C’est ce que je me propose de faire et plus précisément, d’identifier les principales problématiques de recherche dans le sillage de la deuxième vague du mouvement féministe. Il importe de rappeler que la création des revues et leur survie ne sont indépendantes ni des mouvements sociaux, ni des processus d’institutionnalisation des études féministes, en l’occurrence de l’instauration de cours dans les universités, d’abord isolés, jusqu’au développement de départements de Women Studies.

Discussion sur la méthode

  • 1 Clio, Histoire, femmes et sociétés, « L’Histoire des femmes en revues France-Europe : Regard complé (...)

2Pour mener à bien ce projet, j’ai mobilisé des données plutôt faciles d’accès, mais fastidieuses à traiter et donc peu exploitées de manière systématique à ce jour, à savoir le contenu des premières revues féministes en Amérique (peer-reviewed journal). Si des rééditions de thèmes précis ont été faites à partir des articles de certaines revues (par exemple ceux de Women’s Studies), il n’existe pas à ma connaissance d’ouvrage similaire à celle du collectif Clio en 20021 qui a étudié le contenu de plusieurs revues européennes d’histoire des femmes et du genre. Il ya bien des anthologies sur les luttes de différents groupes (Asie/Pacific Islander American Women/Afro-American Women/Women in culture/Home girls : A Black feminist Anthology, etc). Par exemple, US Women in Struggle : A Feminist Studies Anthology (Claire Golberg Moses et Heidi Hartmann), paru en 1995, réédite une vingtaine d’articles parus dans Women’s Studies qui traitent des réseaux, de l’émergence des droits des femmes et de la sexualité à partir des sociétés de réforme morale féminine des années 1830, jusqu’aux droits des lesbiennes et des mouvements pour les droits reproductifs des années 1990. Cependant, je n’ai pas trouvé d’études longitudinales des revues elles-mêmes.

  • 2 Voir, par exemple, « Vingt ans de Recherches féministes », Recherches féministes, vol. 21 n°1, p.11 (...)
  • 3 [http://www.feministstudies.org/classroom/classroom.html]

3Les anniversaires, (10 ans, 20 ans, 25 ans, 30 ans, voire 40 ans) sont souvent, pour les éditrices des revues, l’occasion de retour en arrière. On n’y présente évidemment pas de la même façon les mêmes articles après 20 ou 40 ans. Ce type de métadiscours souligne les chemins parcourus et en exprime les difficultés, les combats, et le retour sans cesse de mêmes questionnements dans différents contextes sociaux, temporels et géographiques2. Le site de certaines revues présente des regroupements thématiques d’articles qui semblent avoir traversé le temps ; sous le titre, par exemple : Teachable feminist studies à travers 4 décades ; la revue Women’s Studies présente six grandes thématiques pour l’enseignement3 :

4- Théoriser la différence (quinze articles de 1972 à 2005)

5- Mouvement des femmes et institutionnalisation académique (onze articles traitant surtout d’interdisciplinarité)

6- Chicana Studies (dix articles parus en 2008)

7- Femmes et prison (seize articles parus en 2004)

8- Gender and Capitalism (trente articles de 1982 à 2010)

9- Pornography and Commercial Sex (dix-sept articles de 1986 à 2012).

  • 4 Feminist Studies : 39 vol. (non pub 76-77) x 3 =117 num. x 8 art.= 936 ; Women's Studies: An Interd (...)

10Ces regroupements donnent un aperçu de la diversité mais ne sont pas le résultat d’une démarche systématique ; ils laissent en plan plusieurs thématiques. La démarche implique donc de prendre en compte tous les titres et au besoin de lire les résumés afin de repérer l’apparition de certains thèmes et leur prégnance. Le premier réflexe a été de compter le nombre de titres en retenant les revues suivantes : Feminist Studies et Women's Studies: An Interdisciplinary Journal parce que ces publications sont les plus anciennes et à cause de leur situation géographique – la première étant publiée l’est des États-Unis, d’abord à New York à la Colombia University puis au Maryland (rattachée à un département d’histoire), et la seconde, à l’ouest, en Californie (dans un département d’anglais) ; Signs « Journal of Women in Culture and Society » (actuellement au New Jersey) à cause de son orientation spécifique et sa réputation de grande qualité toujours maintenue (impact factor) ; Revista Estudos Feminista pour une approche de la recherche en portugais et en espagnol et Recherches Féministes pour sa situation très particulière à la fois américaine et francophone. Au total, le corpus fait près de cinq mille titres (4730)4 (sans inclure ceux de fictions et de poésie). Cet échantillon est évidemment loin d’épuiser la totalité de la production scientifique féministe dans les Amériques, mais on est frappé par la proximité des objectifs revendiqués quant à l’appréhension des enjeux majeurs du féminisme, par l’interdisciplinarité et par la volonté proclamée d’ouverture au mouvement des femmes hors académie.

11Les techniques de constitution de corpus basées sur des échantillonnages empiriques ou aléatoires développés en analyse de contenu des médias pourraient rendre compte des thématiques, mais non de leur prégnance, de l’évolution des approches et des méthodes. La dimension transnationale invite de plus à être sensible à l’importance de situer les problématiques étudiées dans leurs contextes respectifs. À cette fin, les textes introduisant les numéros dans lesquels les directrices des revues présentent les articles se sont avérés très riches en informations sur les contextes et les enjeux selon les périodes.

12La méthode suppose que chaque article soit saisi dans une base de données et, pour chacun, d’effectuer plusieurs classifications dont les caractéristiques de leurs auteures (sexe, signatures uniques ou à plusieurs et le contenu de l’article (titre, mots clé lorsque disponibles, date de parution). Ces titres se trouvent dans les tables des matières et sont accessibles gratuitement sur le web, de même que souvent la première page des textes et les textes entiers via les bibliothèques universitaires, ou moyennant un abonnement, ou une légère contribution (ex. 4$ à 10$ par texte selon les agrégateurs).

  • 5 NB. Ce texte est donc le fruit d’une étape de la recherche ; les résultats sont à vérifier et compl (...)

13Cette démarche correspond à un programme de recherche, et pour cette analyse, j’ai dû me limiter non seulement à une seule revue, mais aussi à une seule question5. Cette question concerne la théorie du genre.

Gender Theory/La théorie du genre

  • 6 Fougeyrollas-Schwebel et al 2003.
  • 7 « La notion de ‘genre’ est utilisée depuis les années 1960 aux États-Unis en sociologie et en anthr (...)
  • 8 Scott 1988.
  • 9 Héritier 2011, p. 35.

14Si aujourd’hui plusieurs revues affichent le terme « gender » dans leur titre, ce n’est pas le cas pour les revues plus anciennes qui se nomment plutôt « feminist » ou « women’s studies ». Nous savons que le terme « genre » ne s’est imposé dans la production scientifique francophone qu’au milieu des années 19906, même si, déjà en 1949, Simone de Beauvoir affirmait qu’ « on ne naît pas femme, on le devient », posant les fondements sur lesquels la théorie du genre pourra être construite. Qu’en est-il en Amérique ?7 Que nous dit ce corpus sur l’apparition du terme dans les revues américaines ? A-t-il supplanté le terme « féminisme » dans les titres des articles ? Dans quel contexte est-il employé et dans quel sens ? A-t-il rapidement pris le sens de rapports sociaux de sexe que nous utilisons en français ? À quel moment prend-il le sens plein comme catégorie d’analyse8 selon laquelle les rôles, les comportements et les caractéristiques mentales et émotionnelles distincts des hommes et des femmes sont développés dans la société. Résultant non pas d’une différence de nature, mais d’un formatage de la pensée9, le genre n’est pas inné ; il est appris. La perspective sur le genre fait ainsi éclater les visions essentialistes de la différence des sexes qui associent à chaque sexe des caractéristiques construites dans une relation d’opposition, telles faiblesse/force, passivité/activité, don/calcul, venus/mars, concret/abstrait, etc.).

  • 10 Mathieu 2004.
  • 11 Bereni (etal.) 2008, p. 6.
  • 12 Scott, 1988a, p. 131.

15Le genre implique aussi que ces oppositions sont hiérarchisées en systèmes de domination qui produisent l’inégalité des sexes10. Les valeurs associées au féminin sont systématiquement déconsidérées par rapport à celles qui sont associées au masculin, accordant plus de pouvoir au dernier. Le masculin est associé à la norme, et le féminin perçu comme un écart à cette norme ; « Dans la quasi-totalité des sociétés connues, la distribution des ressources (économiques, politiques) et des valorisations symboliques tend à être inégale avec des modalités et une intensité variables »11. Le genre implique ainsi le versant politique et subversif des études féministes. Comme le disait déjà dans son texte fondateur Joan W. Scott, « le genre est un élément constitutif des rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes, et le genre est une façon première de signifier des rapports de pouvoir »12. Il est à l’intersection d’autres rapports de pouvoir. Les rapports de genre ne sont pas indépendants et doivent être pensés avec les rapports de classe sociale, de race, d’âge, de condition physique, etc.

  • 13 Scott cité dans Butler et al 2007, p. 286.

16Ce rappel des principes du genre n’a pas que pour but de préciser les dimensions du concept (car le genre perd parfois « son tranchant critique »13 et peut aussi être un prêt-à-penser souvent politiquement correct : cache-sexe, cache domination, cache-féminisme) mais surtout d’identifier les concepts qui lui sont associés et qui permettent de repérer dans les textes dans quel sens il est utilisé. Ces concepts sont donc principalement ceux de genre comme outil critique/rapports sociaux de sexe/sexe social/non-essentialisme/oppositions hiérarchisées/contraintes à la féminité et à la masculinité/lutte politique/intersectionnalité.

  • 14 Le trajet de resignification va du péjoratif ou neutre à la valorisation ; pour qu’il y ait réappro (...)
  • 15 Faute de pouvoir faire justice aux données à ma disposition dans ce travail, je réserve à une publi (...)

17Si le terme genre comme variable permettant d’identifier s’il s’agit d’une femme ou d’un homme a toujours existé (surtout en anglais) à quel moment a-t-il été resignifié au sens Butlerien de « resignification »14, comme processus d’appropriation faisant que certains termes neutres ou dévalorisants, acquièrent une signification porteuse d’agentivité et de libération. C’est à cette seule question que je vais tenter de répondre ici et encore, seulement par l’étude de la revue Feminist Studies qui, depuis 1972, publie en moyenne huit articles par numéros (soit environ 976 articles).15

18Dès l’énoncé d’intention présentant la mission de la revue Feminist Studies, on y précise le genre comme catégorie d’analyse ; très exactement, il y est dit que :

« Le titre Feminist Studies, a été choisi pour indiquer que le contenu de la revue serait à la fois académique et politique et que les femmes seraient pensées comme un groupe social et le genre comme une catégorie d’analyse. »

19Mais l’organisation discursive montre que ce paragraphe n’a pas été écrit en 1972, mais bien des années plus tard ; en effet on peut lire les commentaires suivants :

« Il est parfois difficile de se rappeler comment le féminisme a grandi au début des années 1970. En 1969, c’était encore une idée radicale de défendre que les femmes devaient étudier ; alors qu’en 1977, les women studies commençaient leur croissance académique phénoménale. À l’automne 1977, la revue (qui n’ait pas paru en 1976 et 1977) a été restructurée et, désormais éditée par un collectif de chercheuses universitaires, a été rattachée à l’University of Maryland at College Park. Le premier volume est le reflet des conditions qui ont encouragé ou découragé l’organisation du mouvement des femmes ; il témoigne aussi de la recherche du sens des concepts de race, classe, ethnicité, religion, âge, et orientation sexuelle, aussi bien que gender, pour leurs luttes. »

20Il n’est pas possible de savoir quand ce paragraphe de présentation a été écrit ; probablement à l’occasion d’un anniversaire ou pour l’inauguration du site internet c’est-à-dire peut-être seulement dans les années 1990. Ce que son contenu invite à penser, car, durant les années 1970, les termes les plus fréquents, outre Women Studies et Feminist Studies, sont plutôt : sex role/stéreotype/sexism/sexual politics/women workers/discrimination en emploi/ prostitution/femme et homme comme nature et culture/avortement/contrôle des naissances/ motherhood/women and religion/histoire des femmes. Un premier titre contenant le terme gender apparaît en 1979 : « Class and Gender in Victorian England ». La critique porte sur les femmes comme groupe alors associé à la nature, comme les enfants, les « natives », voire les homosexuels et finalement tout ce qui n’est pas l’homme blanc. La notion de hiérarchie entre les sexes y est donc déjà présente.

21Durant les années 1980, onze titres comprennent le terme gender et quarante-huit le terme féminisi/m/t ; le rapport entre l’usage des termes gender et feminism est donc d’environ le quart.

22Les textes qui introduisent les numéros situent les débats et les questionnements. Dans les années 1980, on peut y lire des énoncés tels :

Le mouvement anti-avortement peut maintenant être vu comme l’espace d’un lobby politique important pour transformer les relations de classe et de race autant que pour lutter contre des normes genrées patriarcales .

L’analyse de l’organisation, la mobilisation, l’idéologie et le sens des mouvements politiques antiféministes récents est le thème central de ce numéro.

Dans les années 80 les deux thèmes qu’on identifie comme centraux sont : le mouvement des femmes contre la guerre et notamment le nucléaire et le combat contre le racisme dans le mouvement des femmes lui-même qui reste uni malgré le fait que les politiques sociales et les compressions du présent gouvernement U.S. montent les femmes et les minorités les unes contre les autres.

Notre responsabilité comme chercheures féministes est de traiter les questions d’intérêt public et de démontrer que la connaissance de l’histoire des femmes est nécessaire aux politiques publiques qui affectent la vie des femmes aujourd’hui, nous rappelant comment le genre affecte l’assignation des valeurs, mais aussi comment de telles assignations sont toujours situées historiquement (1988).

23Ainsi, dans les années 1980, le terme féminisme est dominant et le terme genre est plus souvent utilisé dans les textes de présentation des numéros que dans le titre des articles eux-mêmes. Certains titres montrent que le genre est très souvent utilisé avec race et classe et plus rarement seul.

(1982-85) : Class and Gender Inequalities/Women, Children, and the Uses of the Streets: Class and Gender Conflicts in New York City, 1850-1860/Race, Class, and Gender: Prospects for an All-inclusive Sisterhood (Bonnie Thornton Dill)/Race and Gender in the Shaping of the American Literary Canon: A Case Study from the Twenties (Paul Lauter). Guilt and Shame in the Women's Movement: The Radical Ideal of Action and Its Meaning for Feminist Intellectuals (Berenice Fisher).

(1986-90) Freedom's Yoke: Gender Conventions among Antebellum Free Blacks Oliver Horton/Family Violence, Feminism, and Social Control (Barbara Caine)/The Politics of Sexuality and Gender in Segregated Patriarchal Systems: The Case of Eighteenth and Nineteenth-Century Egypt (Mervat Hatem)/Dissembling Gender in the Electronics Age (Aihwa Ong)/A Feminist Politics of Non-Identity (Leslie Wahl Rabine)/Deconstructing Equality-Versus-Difference: Or, the Uses of Poststructuralist Theory for Feminism (Joan W. Scott)/Feminism and Deconstruction (Mary Poovey)/ Beyond Gender Dangers and Private Pleasures: Theory and Ethics in the Sex Debates (Mariana Valverde)

24Scott expose dans la revue Feminist Studies en 1988 comment le féminisme a besoin d’une théorie qui peut analyser le travail ou l’action du patriarcat dans toutes ses manifestations – idéologiques, institutionnelles, organisationnelles et subjectives – cette théorie lui apparaît importante pour la survie du féminisme et pour qu’il suscite le changement. Elle pense que le poststructuralisme fournit une nouvelle façon d’analyser le sens construit et les relations de pouvoir qui appellent à l’unité, aux catégories universelles pour des questions et des concepts historicisés qui sont traités comme naturels (femme et homme par exemple) ou comme absolus (tels égalité et justice).

  • 16 Cette utilisation du terme genre au pluriel réfère au sexe biologique et non aux dimensions de la t (...)
  • 17 Scott 1988a, p. 129.

25La poursuite de l’examen chronologique des titres montre que durant les années 1990, le terme gender apparaît vingt-et-une fois alors que celui de féminis/m/t, quarante-trois fois. En une décennie, le rapport est donc passé du quart à la moitié. On peut encore constater la très grande instabilité du concept de genre à travers un thème qui divise les féministes, celui de la question de la « différence » : « Should our goal simply be to ensure that both genders16 are treated equally in the public policy arena, or should socially constructed gender differences and biologically based sex differences like those associated with pregnancy be structured into the policy process ? » On s’interroge aussi sur ce que fait « le genre » quand il est utilisé à la place de « femmes » et « féminité ». Scott, dans son texte fondateur, défend l’idée que l’usage de genre pour « femmes » indique que le monde des femmes fait partie du monde des hommes et que l’étude de l’un implique l’étude de l’autre17. Ce qui ne semble pas encore complètement acquis par toutes les auteures des années 1990. Cependant, de plus en plus, on utilise gender et women ou feminis/m/t dans la même phase comme des concepts clairement différents (par exemple « gender and women's issues ». Le « terrain » du genre s’étend notamment dans l’étude des productions imaginaires comme celui de la femme cyborg, par exemple ; on cherche à situer historiquement et culturellement des luttes sur les définitions possibles du genre et de la sexualité.

(1990-4) Feminists and Domestic Workers (Julia Wrigley)/Here Comes the Bride: Wedding Gender and Race in Bride of Frankenstein (Elizabeth Young)/Automating Gender: Postmodern Feminism in the Age of the Intelligent Machine (Judith Halberstam, théoricienne queer)/Feminist Jurisprudence (Christina Brooks Whitman)/ The Gender and Environment Debate: Lessons from India (Bina Agarwal)/Mothers, Babies, and Breastfeeding in Late Capitalist America: The Shifting Contexts of Feminist Theory (Linda M. Blum)/Gender, Race, and the Welfare State: Government Work Programs from the 1930s to the Present (Nancy E. Rose) Gender and Relationality among Arab Families in Lebanon (Suad Joseph)/Feminism and Empowerment: A Critical Reading of Foucault (Monique Deveaux).

(1995-9) Feminism and Cultural Studies (Deborah A. Gordon)/Gendered Medical Science: Producing a Drug for Women, (Susan E. Bell)/Gendered Transitions in Eastern Europe (Maxine Molyneux)/The New Literature on Gender and the Welfare State: The U.S. Case (Felicia A. Kornbluh)/Third Wave Feminisms (Jennifer Drake)/ Sex Before Gender: Charlotte Perkins Gilman and the Evolutionary Paradign of Utopia (Bernice L. Hausman)/The Gender of Privacy and the Embodied Self: Examining the Origins of the Right to Privacy in U.S. Law (Caroline Danielson).

26Durant les années 2000, l’usage du terme gender est encore plus fréquent dans les titres des articles que durant les décennies précédentes, mais celui de feminism/t ne diminue pas ; il augmente même si bien que le rapport reste à peu près le même (la moitié 33/59). Le concept de genre est moins discuté, il semble acquis et apparaît souvent dans un même titre avec celui de féministe qui reste dominant.

(2000-4) Mothering from a Distance: Emotions, Gender, and Intergenerational Relations in Filipino Transnational Families (Rhacel Salazar Parreñas)/Valuing "Postmaternity" as Revolutionary Feminist Concept (Margaret Morganroth Gullette)/ Shopping for Identities: Gender and Consumer Culture (Anne Herrmann)/Gender and Masculinity in South African Nationalist Discourse, 1912-1950 (Natasha Erlank)/ Gender and Citizenship (Heidi Tinsman)/Balancing Gender Equity for Women Prisoners (Deborah Labelle and Sheryl Pimlott Kubiak).

(2005-09) French Dressing: Race, Gender, and the Hijab Story (Judith Ezekiel)/ Gender, Culture, and Empire: Postcolonial U.S. (Inderpal Grewal)/Feminist Scholarship « Transnational Feminisms in a Globalized World, Challenges, Analysis, and Resistance » (Marilyn Porter).

  • 18 « 35 Years of Feminist Scholarship Conference », 2011.

27Le programme de la conférence célébrant les trente-cinq ans de la revue18 regroupe des communications autour de trois thèmes :

28- Histoires des mouvements féministes

29- Sexualité, désir, identité : terrains des savoirs sexuels

30- Théorie et politique pour un monde en changement

31Le site de la revue, à l’onglet « Teachable Articles » offre une série de textes pour les cours de « gender studies » qui montrent l’évolution du mouvement ; ainsi, quarante ans de travaux féministes ont permis l’institutionnalisation des études féministes, pour une bonne part, par le truchement des gender studies, c’est- à-dire du terme gender.

Pour conclure temporairement19

  • 19 Une seule revue ayant été examinée, ces résultats devront être nuancés par l’étude du corpus propos (...)

32Cet examen des usages du terme gender dans les titres des articles de l’une des premières revues féministes américaines met en évidence deux constats importants :

331) Les rudiments de l’analyse du genre apparaissent tôt dans les années 1970 dans les politiques et les théories des féministes radicales qui ont vu dans ce qu’elles nommèrent « sexe », « sex-class », une des divisions sociales fondamentales des plus oppressives.

  • 20 Parini 2010.

342) Si les études féministes travaillent encore intensément sur les manières dont le genre peut être articulé tant au niveau micro que macro, la force explicative du genre tire sa pertinence de ce corpus de plus de quarante ans de recherches féministes. Il invite à poursuivre la recherche et l’enseignement pour que le concept ne se vide pas « de son potentiel cognitif et politique »20 et demeure heuristique, polémique, critique, et subversif, malgré l’institutionnalisation.

35À l’issue de cette étape de recherche, il m’apparaît important de resituer cette production scientifique non seulement dans le cadre général des gender studies, mais dans son apport à la science en générale, dans le temps long de ce combat dans les universités ; car s’il y a des gender studies dans presque toutes les universités américaines et que celles-ci soient les filles des études féministes, il n’est pas sûr cependant que les connaissances produites soient prises en considération par les chercheurs/es des autres disciplines, ni même que leurs propres combats politiques ne soient parfois détournés à des fins autres.

36Enfin, j’espère aussi avoir convaincu de la richesse de cette documentation dont l’accès est relativement facile.

Haut de page

Bibliographie

Feminist Studies, “35 Years of Feminist Scholarship Conference”, 2011, URL: http://www.arhu.umd.edu/news/conference-35-years-feminist-scholarship.

Bereni, Laure, Sébastien Chauvin, Alexandre Jaunait et Anne Revillard, Introduction aux gender studies : manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, 2008.

Butler, Judith, 2011, « Judith Butler répond a ses détracteurs », Nouvel Observateur, 15 déc. 2013.

Butler J., Fassin E., Scott, J.W. 2007, « Pour ne pas en finir avec le genre » (table ronde), Sociétés & Représentations, vol 2 n°24, p. 285-306.

Butler, Judith, Le pouvoir des mots, Paris, Éditions Amsterdam, 2004 (1e éd. 1997).

Clio, Histoire, femmes et sociétés, « L’Histoire des femmes en revues France-Europe : Regard complémentaires », n°16, 2002.

Delphy, Christine, « L’invention du French Feminism : une démarche essentielle », in L’Ennemi principale, tome 2, Paris, éd. Syllepse, 2002.

Fougeyrollas-Schwebel Dominique et al, Le genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature, Paris, L’Harmattan, 2003.

Goldberg Moses Claire, ‎Heidi I. Hartmann,U.S. Women in Struggle: A Feminist Studies Anthology, Chicago, University of Illinois Press,1995.

Héritier, Françoise, « Par essence chaque individu est un mixte », Le Point, mai-juin, p. 35-36, 2011.

Hurtig, M.-C., Michèle Kail et Hélène Rouch (dir), Sexe et genre : de la hiérarchie entre les sexes, Paris, CNRS, 1991.

Le Feuve, Nicky, Pierre Bataille et Laura Moreno, « La visibilité du genre en sociologie du travail, Comparaisons France et Grande-Bretagne (1987-2012) », Cahiers du genre, n°54, p. 121-150, 2013.

Mathieu, Nicole-Claude, L’anatomie politique, Paris, Côté femmes, 2004.

Parini, Lorena, « Le concept de genre : constitution d'un champ d'analyse, controverses épistémologiques, linguistiques et politiques », Socio-logos Revue de l'association française de sociologie [En ligne], 5 | mis en ligne le 07 juillet 2010, Consulté le 26 novembre 2013. URL :http://socio-logos.revues.org/2468.

Piette, Christine, « Vingt ans de Recherches féministes ». Recherches féministes 21, 1, p. 11-38, 2008.

Scott Joan, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Les Cahiers du Grif, 37-38, p. 125-153, 1988 [1e éd. 1986 in American Historical Review].

Thébaud Françoise et Michelle Zancarini-Fournel (dir), « L’Histoire des femmes en revues France-Europe : Regard complémentaires, Clio, Histoire, femmes et sociétés, n°16, 2002.

Site de la revue étudiée: http://www.feministstudies.org/

Haut de page

Notes

1 Clio, Histoire, femmes et sociétés, « L’Histoire des femmes en revues France-Europe : Regard complémentaires », n°16, 2002.

2 Voir, par exemple, « Vingt ans de Recherches féministes », Recherches féministes, vol. 21 n°1, p.11-38.

3 [http://www.feministstudies.org/classroom/classroom.html]

4 Feminist Studies : 39 vol. (non pub 76-77) x 3 =117 num. x 8 art.= 936 ; Women's Studies: An Interdisciplinary Journal : 42 vol. x 8 num x 6 art.= 2016 ; Signs 38 vol. x 4num. x 8 art. = 1216 ; Revista Estudos Feminista : 21 vol. x 2 num x 6 art. = 252 ; Recherches féministes :26 vol. x 2 num x 6-10 art. = 310

5 NB. Ce texte est donc le fruit d’une étape de la recherche ; les résultats sont à vérifier et compléter par l’étude des autres revues du corpus présentés.

6 Fougeyrollas-Schwebel et al 2003.

7 « La notion de ‘genre’ est utilisée depuis les années 1960 aux États-Unis en sociologie et en anthropologie. En France, notamment sous l’influence de Lévi-Strauss, on a longtemps préféré parler de différences sexuelles. Dans les années 1980 et 1990, le croisement de la tradition anthropologique américaine et du structuralisme français a donné naissance à la théorie du genre. » cf. Butler 2013.

8 Scott 1988.

9 Héritier 2011, p. 35.

10 Mathieu 2004.

11 Bereni (etal.) 2008, p. 6.

12 Scott, 1988a, p. 131.

13 Scott cité dans Butler et al 2007, p. 286.

14 Le trajet de resignification va du péjoratif ou neutre à la valorisation ; pour qu’il y ait réappropriation, il faut qu’il y ait eu insulte ou blessure : genre pour femme = deuxième sexe, sexe faible, etc.

15 Faute de pouvoir faire justice aux données à ma disposition dans ce travail, je réserve à une publication ultérieure l’analyse de l’évolution des thèmes et des problématiques analytiques qui ont retenu l’attention des auteures.

16 Cette utilisation du terme genre au pluriel réfère au sexe biologique et non aux dimensions de la théorie du genre.

17 Scott 1988a, p. 129.

18 « 35 Years of Feminist Scholarship Conference », 2011.

19 Une seule revue ayant été examinée, ces résultats devront être nuancés par l’étude du corpus proposé en introduction.

20 Parini 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Lebel, « Diffusion de la recherche féministe dans les Amériques. Émergence, construction et consolidation d’un champ disciplinaire : Le concept de genre dans la revue Feminist Studies (1972-2013) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 04 février 2014, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/66408 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.66408

Haut de page

Auteur

Estelle Lebel

Professeure titulaire
Directrice du groupe de recherche Idéa, sur les images et les représentations sociales
Directrice de la revue Recherches féministes
Département d'information et de communication
Université Laval/Québec

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page