Navigation – Plan du site
Colloques | 2014
Les femmes dans les Amériques : Féminismes, études de genre et identités de genre dans les Amériques, XIXe et XXe siècles – Actes du colloque international des 4, 5 et 6 décembre 2013 à Aix-en-Provence
Camille Boutron

Femmes en armes, action collective féminine et projet révolutionnaire : l’émancipation féminine face aux enjeux de la construction nationale au Pérou (19e-20e)

[04/02/2014]

Résumés

La violence armée joue historiquement un rôle clef dans la construction de l’identité nationale péruvienne. Associée à la défense du territoire au 19e siècle, au 20e elle se retrouve au centre de diverses idéologies politiques. Dans tous les cas, la prise d’armes apparaît comme un acte patriotique, ou présenté comme tel, constitutif d’une nation qui peine à établir son unité. Or si l’histoire reconnaît traditionnellement aux femmes péruviennes un rôle symbolique de résistance, il est intéressant de voir que les différents modes de participation des femmes aux luttes armées ne font pas l’objet du même traitement historique. Si leur présence sur les champs de bataille du premier siècle de l’histoire péruvienne est construite aux travers du prisme patriotique, les choses prennent une autre tournure au siècle suivant, alors que les premières grandes mobilisations féministes vont influencer les discours et modes de participation des femmes à la lutte armée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Informe final. Conclusiones generales, 2003, www.cverdad.or

1L’histoire du Pérou est marquée par de nombreux épisodes de violence armée. Des guerres d’indépendance aux guérillas du Sentier Lumineux en passant par la Guerre du Pacifique (1879-1884), l’exercice de la violence armée se trouve intiment liée aux luttes politiques et idéologiques caractérisant l’évolution du projet de construction nationale. Tout au long du 19e siècle en effet, l’identité nationale péruvienne se voit avant tout défendue par les armes, portées aussi bien par les armées régulières que la population civile, notamment dans les zones andines qui se révèlent alors des espaces stratégiques de résistance. Par ailleurs, si l’avènement du 20e siècle s’accompagne d’un apaisement relatif des inimitiés entre pays frontaliers, le contexte régional latino-américain apparaît alors comme étant marqué par les grandes mobilisations sociales et politiques à l’issue desquelles émergent les grands projets révolutionnaires portés par les guérillas de gauche dont certaines arrivent au pouvoir. Or si la lutte armée se présente comme un des modes de réalisation du projet de construction nationale en Amérique Latine, le Pérou représente un cas particulier. En ayant fait près de 70 000 morts, la guerre menée par le Parti Communiste Péruvien Sentier Lumineux (PCPSL) et le Mouvement Révolutionnaire Túpac Amaru (MRTA) contre l’État péruvien entre 1980 et 2000 est en effet considérée comme l’épisode de violence « le plus intense, le plus étendu et le plus prolongé de l’histoire de la République »1. Par ailleurs, et ce contrairement à la plupart des autres pays de la région, le conflit a participé d’une mise au ban durable de l’ensemble des partis de gauche du pays, qu’ils aient entretenus ou non des liens avec l’une ou l’autre des guérillas impliquées. Il est ainsi intéressant de voir que le projet de construction nationale au Pérou, s’il est étroitement associé à l’exercice des armes, se présente aussi en réalité comme le produit d’une série d’échecs militaires, celui de l’armée péruvienne face aux Chili, puis des guérillas marxistes face à un gouvernement autoritaire, alors incarné par A. Fujimori.

  • 2 Villaciencio Mariza, « Acción de las mujeres peruanas durante la guerra con Chile », Debates en Soc (...)
  • 3 Henriquez Ayín, Narda, Cuestiones de género y poder en el conflicto armado en el Perú, Lima, CONCYT (...)
  • 4 Romero Delgado, Marta Fernández Villanueva Concepción, « Mujeres en las « guerrillas » peruanas de (...)

2Or l’un des aspects les plus caractéristiques de ces conflits s’observe dans l’importance de la participation féminine. S’il n’est pas possible de comptabiliser concrètement le nombre de femmes ayant appuyé les efforts de guerre tout au long du 19e siècle, les archives relatant la présence féminine sur les champs de bataille ne manquent pas et nous savons que les femmes participent activement aux résistances qui ont lieu dans les zones andines, au cours notamment de la guerre contre le Chili. Les femmes indigènes participèrent ainsi directement aux combats, en apportant notamment un incontournable soutien logistique alors qu’elles devançaient les colonnes armées de quelques heures afin de se procurer des vivres, préparer les repas et le campement, quand elles ne prenaient pas directement part aux affrontements2. En revanche, l’histoire de la participation des femmes au conflit armé interne péruvien dans les années 1980 et 1990 reste à écrire, dans la mesure où la littérature produite autour des événements ayant marqué l’ensemble de cette période de violence politique, bien que conséquente, n’aborde que peu l’expérience combattante féminine au profit d’une analyse des violences faites aux femmes pendant le conflit3. On sait pourtant que les femmes ont représenté au moins 40% des effectifs des groupes armées, plus particulièrement du PCPSL, tandis qu’elles ont largement contribué à la lutte contre-subversive menée dans les campagnes par les milices paysannes mobilisées par l’armée contre les guérillas4.

3L’objectif de cet article est de questionner le projet de construction nationale au Pérou à partir de l’expérience combattante féminine. Nous verrons ainsi dans un premier temps que les modes de participation des femmes au projet de construction nationale sont définis par leur soutien aux luttes patriotiques mais aussi à un confinement à l’espace privé. Par la suite, nous montrerons comment la croissance urbaine à partir de la seconde moitié du 20e siècle a favorisé une émergence de mouvements de femmes et signifié les prémices de l’action collective féminine. Enfin, nous analyserons la façon dont les femmes ont été amenées à militer dans les partis subversifs engagés dans le conflit armé. Nous verrons ainsi que s’il est possible de parler d’une présence historique des femmes sur les champs de bataille constitutifs de l’identité nationale au Pérou, l’exercice des armes n’a pas pour autant toujours servi la cause féministe, ce n’est en effet qu’à partir des années 1970 que se pose réellement la question d’une émancipation des femmes par la lutte armée.

Les Péruviennes et le projet de construction nationale

Une longue tradition de résistance des femmes

  • 5 Prieto de Zegarra Judith, Mujer, poder y desarrollo en el Perú, Callao, Editorial Dorhca representa (...)
  • 6 Prieto de Zegarra, Judith, 1980, op.cit., p. 263.

4La société péruvienne reconnaît traditionnellement aux femmes un rôle symbolique de résistance. En ce sens, leur engagement dans la lutte armée ne représente pas tant une rupture dans l’organisation des rapports sociaux de sexes qu’un conflit de ces derniers. En effet, les quelques héroïnes mises en avant par l’histoire péruvienne obtiennent le droit de poursuivre un destin différent de celui traditionnellement imposé aux femmes qu’à partir du moment où elles agissent par dévotion à leur patrie. Ainsi dans son ouvrage Mujer, poder y desarrollo en el Perú, Judith Prieto de Zegarra élabore une sorte de récapitulation des femmes ayant marqué l’histoire du pays. Les héroïnes présentées sont cependant choisies selon le degré de patriotisme dont elles ont pu faire preuve au cours de leurs actions. Le style même de l’auteur se veut résolument patriotique, n’hésitant pas à qualifier la résistance péruvienne pendant la guerre du Pacifique (1879-1883) de « héroïque et sublime » 5, tandis qu’elle présente María Parado de Bellido, connue pour sa participation aux guerres d’indépendance, comme « une illustre Péruvienne, dont la vie et l’attitude héroïque sauvèrent un grand nombre de vies, comme l’un des plus grands exemples de loyauté dans l’histoire de l’indépendance du Pérou »6. María Parado de Bellido est en effet considérée comme un précurseur de l’Indépendance en représentant une figure symbolique : tandis qu’elle collabore avec les Patriotes, elle est arrêtée puis fusillée en 1822 alors qu’elle est la mère de sept enfants. Elle peut donc être considérée comme une figure idéale de l’héroïsme puisque vouée à un destin tragique.

5D’autres femmes au « destin exceptionnel » sont évoquées par Prieto de Zegarra dans son ouvrage. Toutes voient leur héroïsme légitimé par leur dévouement, non seulement à leur patrie, mais aussi à leur mari puisque la plupart d’entre-elles sont en réalité les épouses d’autres personnages célèbres, comme Antonia Moreno de Cáceres, mariée au général Andrés Avelino Cáceres, deux fois président du Pérou entre 1886 et 1890 puis de 1894 à 1895, célèbre pour avoir pris part à la résistance de l’armée péruvienne contre les Chiliens lors de la guerre du Pacifique. D’autres personnages féminins cependant, comme, Fransisca Zubiaga de Gamarra, femme du maréchal Augustín Gamarra, lui aussi président du Pérou à deux reprises (1829-1833 et 1838-1841), ne doivent pas tant leur célébrité à celle de leur mari qu’à leur puissant caractère. La Maréchale, telle qu’elle fut surnommée lorsque Gamarra devint président, fut contemporaine des luttes d’indépendance auxquelles elle prend part tandis qu’elle n’a cessé de combattre et faire de la politique à côté de son époux. Fransisca Zubiaga de Gamarra est en outre célèbre pour avoir conduit des troupes et pour ses sévères révisions des casernes militaires. Elle est restée comme l’une des rares femmes de pouvoir ayant inspiré les hommes de lettres, ainsi que le montrent la biographie que fait d’elle Abraham Valdelomar (La Mariscala, 1914) ou encore la pièce de théâtre écrite par ce dernier conjointement avec José Carlos Mariátegui (La Mariscala, 1916).

  • 7 María Emma Mannarelli, Limpias y modernas : género y higiene en la Lima del novecientos, Lima, Flor (...)

6Par ailleurs, s’il est possible de retracer une histoire du pouvoir féminin depuis l’ère coloniale hispanique, le Pérou républicain voit s’ouvrir pour les femmes un nouveau domaine d’action : celui de la santé, de l’hygiène, et tout ce qui peut avoir trait au corps, à la sexualité, à la maternité. Cette dernière devient, avec les premières décennies du 20e siècle, un droit qui achève entre autre de définir socialement les identités sexuelles. María Emma Mannarelli a ainsi montré comment l’émergence du concept de préservation de la santé permet l’éclosion d’un certain nombre de demandes et revendications des femmes vis-à-vis des instances publiques, en « érodant en partie les hiérarchies de la société aristocratique et prétendant soustraire à l’État son caractère patrimonial » 7.

Un pouvoir féminin qui s’étend à partir de l’espace privé

7Ces différents exemples montrent comment l’espace privé se présente traditionnellement comme la sphère d’influence privilégiée des femmes de la société péruvienne. En intériorisant les valeurs patriarcales hiérarchisant les rapports de sexes, les femmes élaborent des stratégies, le plus souvent individuelles ou micro collectives, afin de gagner un certain contrôle sur la société. Ce contrôle de l’espace intime, bien qu’il soit limité, peut être pensée comme une forme de pouvoir. En effet, si la conduite des femmes doit être irréprochable, c’est parce que ces dernières symbolisent l’adhésion générale de la société aux valeurs associées à la famille et à l’espace domestique. Et si cette obligation de bonne conduite peut être interprétée à juste titre comme l’expression d’un contrôle plus général du masculin sur le féminin, on a vu que les femmes en certaines occasions peuvent instrumentaliser ce contrôle à leur avantage et étendre discrètement ainsi leur influence au-delà des murs de leurs foyers.

  • 8 Fuller Norma, « En torno a la polaridad marianismo-machismo. Lo femenino y lo masculino : estudios (...)
  • 9 Cosamalón Jesús, « « Soy yo la que sostengo la casa ». El trabajo femenino en Lima (siglo XIX) », i (...)

8Les femmes de la société péruvienne voient leur rôle social historiquement construit sur la défense des valeurs et des vertus familiales et religieuses, garantes de la morale qui structurent l’espace privé et l’articulent autour de la sphère publique, grâce à la construction d’une forme de « supériorité féminine » exprimée par la capacité d’abnégation des femmes et « leur sens du sacrifice ». Cette forme de marianisme, qui s’observe dans d’autres pays de la région, participe de la polarisation des identités de genre et de la séparation des espaces entre les hommes et les femmes8. Or si l’engagement des femmes dans la lutte armée dans les années 1980 est dû à un grand nombre de facteurs, la perspective historique montre comment le rapport des femmes de la société péruvienne au pouvoir politique s’établit à partir du privé. Ainsi, les quelques femmes ayant eu accès au pouvoir politique pendant l’époque coloniale puis républicaine justifiaient leur position à partir des liens qui les unissaient au « détenteur légitime du pouvoir », en en étant soit les épouses, soit les héritières. La plupart des études s’intéressant au statut social des femmes pendant l’époque coloniale et républicaine se centrent cependant sur le milieu urbain. Lima reste un exemple intéressant dans la mesure où aux débuts de sa fondation elle fut avant tout « une ville de femmes », les hommes n’étant souvent que « de passage ». Jusqu’en 1858 en effet les femmes sont numériquement supérieures aux hommes dans la capitale9. Si la sphère d’influence des femmes se limite généralement à l’espace domestique, cela ne justifie pas de négliger le pouvoir effectif des femmes dans la capitale à cette époque. Le capital symbolique des femmes de la « bonne société » liménienne, mais aussi leur capacité à établir des réseaux d’influence s’affirment comme autant de phénomènes ayant permis une certaine agentivité féminine de l’espace public dès les débuts du Pérou républicain.

  • 10 Denegri, Francesca, El Abanico y la Cigarrera. La primera generación de mujeres ilustradas en el Pe (...)
  • 11 Villacencio Maritza, Breve historia de las vertientes del movimiento de mujes en el Perú, Lima, Flo (...)
  • 12 Ibid.

9À partir des années 1870 par ailleurs, certains personnages féminins comme Clorinda Matto ou Mercedes Cabello, se révèlent sur la scène publique, au travers notamment de la littérature romantique qui a permis une certaine émergence des femmes écrivaines au Pérou10. Les cercles littéraires qui se développent dans la capitale, en se situant à la croisée des sphères privées et publiques ont représenté un espace stratégique pour les intellectuelles péruviennes du 19e siècle. En fondant des revues et en tenant des clubs et des veillées littéraires dont les fameuses Veladas Literaria animées par Juana Manuela Gorrtit, ces femmes de lettres réussissent à imposer la problématique féminine dans l’espace public, posant ainsi les premières pierres de la pensée féministe au Pérou11. Par ailleurs, la défaite du Pérou face au Chili à l’issue de la Guerre du Pacifique (1879-1884) a sérieusement compromis l’identité nationale péruvienne. Il n’est ainsi pas anodin de remarquer que c’est à cette même époque que les femmes de lettres péruviennes ouvrent des écoles privées pour jeunes filles, cherchant ainsi à intervenir dans le projet de modernisation de l’éducation qui marque cette période12. La sphère privée, en s’affirmant comme étant celle réservée aux femmes par le patriarcat, a longtemps représenté le seul espace dont disposaient les femmes afin d’influer sur la destinée du pays, mais aussi de promouvoir la problématique féminine en tant qu’enjeu politique. Il est ainsi possible de dire qu’il existe un pouvoir féminin qui, s’il s’exerce à partir des espaces d’intimités, a posé les bases de la participation politique des femmes au Pérou. Il est ainsi possible d’établir un parallèle entre les quelques figures féminines héroïques décrites par Prieto de Zegarra et l’émergence concrète, dès la deuxième moitié du 19e siècle, d’une génération de femmes de lettres qui surent étendre leur influence sur la scène publique péruvienne, ce dans un contexte où le projet de construction nationale apparaît comme en constante transformation, alors qu’il se voit mis à mal par les résistances internes suivant les guerres d’indépendance et la guerre contre le Chili.

  • 13 Andreas, Carol, When women rebel. The rise of popular feminism in Peru, Westport, Lawrence Hill and (...)

10Si cette influence féminine reste l’œuvre d’une petite élite urbaine, elle aura pour le moins posé les fondements de la participation politique des femmes au Pérou, tout en ouvrant la voie pour les mobilisations collectives féministes qui se développeront au 20e siècle. En outre, il est important de rappeler que les zones andines se présentent traditionnellement comme des zones de conflit. Des luttes d’indépendance à la résistance contre l’armée chilienne, les habitants des communautés indigènes ont connu de longues périodes de mobilisation et ont traditionnellement soutenu l’effort de guerre. Par la suite, les campagnes péruviennes se retrouvent le théâtre de manifestations paysannes de grande ampleur qui transforment radicalement l’organisation sociale et politique des campagnes. Or les femmes participent activement à l’ensemble de ces mobilisations et leur présence est notable ainsi à tout moment de l’histoire. Pour certains auteurs comme Carol Andreas, il est en outre possible de parler d’une continuité entre la participation des femmes aux mobilisations paysannes et leur présence dans les guérillas des années 1960 dans les départements andins de l’Apurimac et du Cusco13. Ce n’est cependant qu’à partir de la deuxième moitié du 20e siècle que l’on va réellement pouvoir parler d’une action collective féminine. La croissance éclair de Lima, suite aux vagues de migrations internes qui se succèdent depuis les années 1940, les différents projets de modernisation ou encore l’influence du contexte régional et international se présentent comme autant de facteurs qui vont finir d’asseoir les femmes en tant que protagonistes de l’histoire.

Émergence des femmes dans la sphère publique au Pérou et nouvelles formes de participation politique

Éclosion et développement de l’organisation collective féminine

  • 14 Fuller Norma, Dilemas de la feminidad. Mujeres de clase media en el Perú, Lima, PUCP, 1993, p.139.

11Norma Fuller a montré comment le rapport entretenu par les femmes de la société péruvienne à la famille, à la religion ou encore au travail, varie selon la génération à laquelle elles appartiennent. Elle note ainsi de sensibles différences entre la génération des années 1970 et celle des années 1980, notamment au niveau de l’éducation et du travail. Ainsi, alors que les écoles accueillant les femmes de la classe moyenne liménienne dans les années 1970 avaient pour mission de former ces dernières à être « les mères de demain », les femmes de la génération des années 1980 ayant été scolarisées plus généralement dans des collèges mixtes affirment s’être senties mieux préparées à leur insertion dans le monde du travail14. Toujours selon Fuller, la crise économique des années 1970-80 ne serait pas étrangère à cette redéfinition du rôle des femmes dans la société. Il devient ainsi important de valoriser le travail des femmes qui représente une stratégie de lutte contre la crise économique. En ce sens, le travail incarne une condition de réalisation personnelle des femmes, l’activité qui va leur permettre de s’affirmer comme des « femmes modernes » et de s’affranchir du modèle traditionnel représenté par l’image de « la femme au foyer ».

  • 15 Blondet Cecilia, « El movimiento de mujeres en el Perú 1960-1990 », in Perú 1964-1994. Economía, so (...)

12Parallèlement, on assiste à une émergence du féminisme au Pérou qui va en réalité apparaître comme le point de rencontre de plusieurs facteurs comme la première conférence mondiale sur les femmes organisée par les Nations Unies à Mexico en 1975, le développement de la théologie de la libération, les protestations contre la guerre du Vietnam et l’éclosion de mouvements révolutionnaires de gauche dans la plupart des pays latino-américains. Ces événements coïncident avec une remise en question du « système oligarchique blanc dominant » 15 qui fait suite à la seconde guerre mondiale. Ces dynamiques s’accompagnent d’un certain nombre de changements démographiques issus notamment des politiques de scolarisation massive des filles et des garçons menées au Pérou à partir des années 1950, ce qui a pour effet d’encourager l’intégration des femmes au marché du travail, repoussant l’âge moyen auquel elles se marient, tandis que les Péruviennes hispanophones obtiennent le droit de vote en 1955, accédant ainsi de plein droit à la citoyenneté.

  • 16 Rodrigo Jean Michel, Le sentier de l’audace. Organisations populaires à la conquête du Pérou, Paris (...)

13De fait, la réelle visibilité des femmes dans la sphère publique entre les années 1970 et 1990 s’établit en réalité au travers de l’émergence des organisations populaires mises en place en réponse aux restrictions imposées par le début de la crise économique. Les premiers comedores populares, cantines populaires destinées à prendre en charge l’alimentation des habitants d’un même quartier ou les travailleurs d’une même usine, apparaissent ainsi pendant les grandes grèves de 1978, alors que les ouvriers ont perdu plus de 50% de leur pouvoir d’achat16. Les années 1970 représentent en effet une période intense en ce qui concerne les mobilisations sociales. Non seulement ces dernières sont fréquentes et concentrent un grand nombre d’acteurs, mais elles représentent aussi un point de rencontre important entre plusieurs groupes d’agents.

14Les femmes sont présentes dans ces manifestations et prennent en charge l’ensemble des tâches reproductives permettant au mouvement de se maintenir dans la durée. Elles participent aussi à la construction de leur quartier et aux luttes contre les expropriations menées par le gouvernement envers les migrants andins venus s’installer dans les secteurs périphériques de la capitale. Les premières cantines populaires permettent ainsi de surmonter une situation de pauvreté et de soutenir les mobilisations collectives. Elles représentent un mouvement social important et peut-être le tout premier à projeter les femmes sur le devant de la scène. Le reporter et réalisateur Jean Michel Rodrigo a enquêté sur l’institutionnalisation des cantines populaires et les conséquences de ce mouvement sur les trajectoires individuelles de ses actrices. Sa démarche est intéressante parce qu’elle cherche à raconter les organisations populaires à partir de trajectoires individuelles. Les entretiens qu’il a recueillis montrent que la mise en place des cantines populaires ont permis aux femmes des quartiers périphériques de la capitale de gagner de l’autonomie tout en assumant une forme d’apprentissage de l’action collective. En collectivisant les tâches reproductives, les femmes des quartiers populaires réussissent à élaborer une stratégie de survie qui évolue jusqu’à devenir un important mouvement social dont, pour la première fois dans l’histoire du Pérou, elles sont les protagonistes. D’autre part, les récits les femmes des comedores commencent à partager entre elles leurs expériences individuelles, établissant ainsi les bases d’un consensus portant sur leur propre appréciation des valeurs familiales, de ce qui « se fait ou non » au sein d’un couple. Ce dernier point est très important car il reflète une forme « d’éveil féministe » qui ne se concentre pas seulement dans les classes moyennes et éduquées de la capitale mais qui attire aussi l’attention, et ce dans leurs propres termes, des femmes issues de classes plus précaires.

  • 17 Boutron Camille, Genre et conflit armé : la trajectoire des femmes combattantes du conflit armé int (...)

15L’expérience du comedor pousse les femmes, bien que cela soit encore par le biais d’activités traditionnelles, à passer beaucoup de temps hors de leur maison, tout en se retrouvant ensemble pour partager leurs expériences, se donner des conseils, établir des stratégies d’action collective : elles sont devenues des membres actifs de leur communauté. Or, comme je l’ai précisé dans ma thèse17, au moins la moitié des femmes que j’ai interviewées dans la prison de Chorrillos II, qu’elles aient été militantes du PCPSL ou du MRTA, ont grandi dans les cônes de Lima, notamment à Villa El Salvador, une municipalité qui se construit avant tout comme un bidonville mais qui devient l’objet d’importantes luttes sociales en vu de légitimer l’occupation des terres. Micaela, une ancienne militante du MRTA détenue à Chorrillos II est née à Villa El Salvador alors que le quartier était en pleine construction. Elle raconte qu’à cette époque les habitants de Villa étaient extrêmement politisés et mobilisés autour de leur quartier. Chaque pâté de maison, identifié en un secteur déterminé, représentait la base d’une micro organisation politique. Micaela raconte que sa mère, qui participait activement aux mobilisations collectives, l’emmenait ainsi partout avec elle, de réunions en réunions, ce qui a fait de Micaela une habituée des meetings. On comprend donc à partir de cet exemple que l’émergence des mouvements de femmes tels qu’ils sont représentés par la mise en place des cantines populaires ou de la distribution du verre de lait, vont de pair avec l’émergence de nouveaux acteurs dans la sphère publique : les femmes, les étudiants, les migrants venus des zones rurales.

16Si cette émergence des mouvements de femmes se présente donc avant tout comme un fait essentiellement urbain, cela ne veut pas dire cependant que les femmes des zones rurales n’aient pas accumulé une certaine expérience dans la mobilisation collective. En effet, les femmes ayant participé à la mise en place des cantines populaires dans les cônes de la capitale sont pour beaucoup d’entre elles des immigrées rurales ayant quitté la campagne pour la ville. En considérant que la migration représente une rupture avec l’ordre de relations sociales établi en zones rurales, on peut alors dire que ce regroupement de femmes entre elles, tout en se présentant comme un fait nouveau au niveau de l’interprétation des mouvements sociaux, répond à une logique issue du monde andin. Par ailleurs, les femmes participent activement aux mobilisations paysannes (occupations de terre, luttes agricoles) qui se multiplient en zone andine.

Les mouvements de femmes face aux institutions républicaines : un important enjeu politique

  • 18 Rodrigo Jean Michel, 1990, op. cit., p. 134-135.
  • 19 Rodrigo Jean Michel, 1990, op. cit., p.138.

17Le rôle qu’elles tiennent dans la sphère privée et l’importance accrue de l’action collective féminine ont fait des femmes péruviennes un important enjeu politique. Les cantines populaires sont en effet arrivées à représenter un adversaire politique tout aussi puissant que les partis traditionnels ou que la nouvelle gauche émergente, en émettant des demandes qui dépassent le simple cadre pratique pour s’inscrire dans une démarche d’opposition vis-à-vis du gouvernement. Ce phénomène n’échappe pas à Alan García lorsqu’il est élu président de la République en 1985. Il tente alors à ce moment-là de récupérer ce mouvement en mettant en place ses propres programmes d’aide alimentaire comme le PAD (Programme d’Assistance Directe), ignorant les réseaux d’organisations populaires spontanées apparus dès la fin des années 1970. Naît alors une rivalité entre les femmes des nouvelles organisations favorables au gouvernement, qui reçoivent un grand nombre de vivres, une place en crèche pour leurs enfants, ou encore un meilleur service dans les postes de santé et celles qui cherchent à défendre leur autonomie face au gouvernement. Ces dernières ne s’avouent pas vaincues pour autant et vont élaborer tout un ensemble de stratégie de visibilité en fondant leur propre fédération, la Coordinadora Nacional de los Comedores Populares et rédigent un cahier de doléances adressé au Président18. Elles finissent par voir leurs efforts récompensés alors qu’elles sont officiellement reconnues par le gouvernement en septembre 1988, lorsque qu’elles sont invitées au Palais Présidentiel par le premier ministre de l’époque Armando Villanueva. Ce dernier espère par cette initiative anticiper les réactions que ne manquera pas de provoquer le plan de restrictions budgétaires élaboré en réponse à la crise économique qui fait rage19. Cette rencontre entre des femmes des bidonvilles et des hauts fonctionnaires est historique : non seulement des femmes sont invitées à participer à un débat politique, mais en plus, à travers elles, est prise en compte la « voix des pauvres ». Ainsi, les femmes des quartiers populaires sont parmi les premières Péruviennes à pouvoir s’enorgueillir d’une certaine visibilité sur la scène publique, avant même peut-être que les militantes féministes des classes moyennes n’y parviennent.

  • 20 Rodrigo Jean Michel, 1990, , op. cit., p.143.
  • 21 Blondet Cecilia, El encanto del dictador. Mujeres y política en la década de fujimori, Lima, IEP, 2 (...)
  • 22 La Defensoría del Pueblo : l’équivalent de l’Obdusman.
  • 23 Blondet Cecilia, 2002, op. cit., p. 22.

18Dès les années 1970, les femmes représentent un enjeu politique majeur. L’État, mais aussi l’Église, la coopération internationale en passant par les féministes elles-mêmes, tentent de tirer profit de l’émergence des mouvements de femmes. Les partis formant la nouvelle gauche péruvienne quant à eux, lancent des œillades à ces organisations d’un genre nouveau, sans réussir toutefois à se montrer réellement convaincants. La plupart des femmes interrogées par Rodrigo lors de son enquête sur les mouvements de femmes dans les quartiers populaires se déclarent cependant hostiles à une collaboration avec les partis politiques comme le traduisent les paroles de Ludivina : « les partis politiques cherchent à défendre leurs propres intérêts et pas ceux du peuple. Quand ils lancent leur candidature aux élections c’est pareil, ils viennent nous parler de tout un tas de choses seulement pour s’assurer de notre appui. Nous les femmes, on veut soutenir une personne qui ne promet pas tant mais qui va vraiment lutter pour le peuple »20. Les paroles de Ludivina permettent de comprendre le succès obtenu par Fujimori auprès des mouvements de femmes dans les quartiers populaires. En se présentant comme un homme providentiel, ce dernier réussit dans une certaine mesure à instrumentaliser les organisations de femmes au service de sa propre politique, se rendant ainsi maître dans la capacité de manipuler les thèmes du genre. Comme le souligne Cecilia Blondet « Fujimori a vu dans les femmes une appétissante opportunité de vote et la possibilité d’enrichir sa reconnaissance internationale sous la bannière de l’anti-machisme et de l’équité »21. Or, Fujimori ne se contentera pas de capter les mouvements de femmes des quartiers populaires mais réussira aussi à mettre sous sa coupe un nombre significatif de professionnelles dont les activités se situent dans l’espace public : congressistes, journalistes, avocates, sociologues, fonctionnaires publiques, etc. De fait l’émergence des femmes dans la sphère du pouvoir est significative pendant son gouvernement. Au cours de son mandat, pas moins de trois instances nationales destinées à traiter de thèmes spécifiques aux femmes sont mises en place : le Ministère de Promotion de la Femme et du Développement Humain (Promudeh), la création d’un service spécifique de Protection de la Femme au sein du Protecteur du Citoyen (Defensoría del Pueblo)22 mais aussi la Commission de la Femme au Congrès de la République23. En outre, pour la première fois dans le pays, est promulguée en 1993 une loi contre la violence domestique. De fait si les commissariats de femmes et autres types d’institutions chargées de traiter du thème de la violence de genre voient le jour à la fin des années 1980, ils se multiplient de façon significative dans les années 1990.

19Qu’il s’agisse des femmes de classes moyennes étant entrées massivement à l’université dans les années 1970 ou de celles s’étant organisées dans les quartiers populaires et ayant ainsi développé une expérience dans le leadership, celles marquant la décennie durant laquelle Fujimori est au pouvoir, le Pérou des années 1990 dispose d’une importante réserve de femmes formées professionnellement ou rompues aux rouages du pouvoir local, dont certaines se montrent disposées à entrer dans l’espace public par le biais de la politique. Les femmes sont par ailleurs associées à des valeurs sociales dont le contrôle est important pour n’importe quelle orientation politique. L’État, mais aussi l’Église, les ONG ou encore les autres partis politiques ont compris l’intérêt qu’ils peuvent avoir à compter sur leur appui. On comprend donc mieux pourquoi le MRTA mais surtout le PCPSL, qui fonde son idéologie sur « une révolution des masses populaires » ne peuvent pas faire l’impasse sur « la question féminine ». Compter des femmes parmi leurs militants est incontournable. De prime abord cependant, les concepts de féminisme et de militarisme semblent s’opposer par nature. En effet, comment parler d’une militance féminine et/ou féministe qui utiliserait ou s’exprimerait au travers d’une organisation excluant les femmes ? Les groupes armés ont-ils pris en compte les revendications féministes au sein de leurs idéologies afin de se rendre attractifs ? La lutte armée peut-elle réellement représenter pour les femmes une voie d’émancipation ?

Les femmes face au conflit armé : mobilisation, résistance et opportunités

(Ré)émergence des guérillas au Pérou et les conditions de la participation féminine

  • 24 Alianza Popular Revolucionaria Americana, créée par Haya de la Torre alors qu’il est en exil au Mex (...)
  • 25 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Tomo II, sección segunda, capítulo 1, 1.1 El Partido Comuni (...)
  • 26 Portocarrero Gonzalo, Razones de sangre, Lima, Fondo editorial PUPC, 1998, p.166.
  • 27 Hertoghe Alain., & Labrousse Alain,. Le Sentier lumineux du Pérou: un nouvel intégrisme dans le Tie (...)

20Les années 1960-70 témoignent de l’émergence de nombreux « nouveaux » partis révolutionnaires qui adressent leur critique aux gauches plus traditionnelles représentées par le Parti Communiste Péruvien et l’APRA24, les deux partis « historiques » de la gauche péruvienne fondés dans les années 1930 para José Carlos Mariátegui et Haya de La Torre. Cette « nouvelle gauche » péruvienne, appuie l’idée d’une révolution encadrée par la lutte armée tout en revendiquant une relativement autonomie vis-à-vis des « géants » de l’époque : l’URSS et la Chine25. A la fin des années 1970, elle rassemblait plus de vingt organisations d’inspiration trotskistes, guévaristes, soviétiques et maoïstes, la plupart d’entre elles ayant été formées tardivement dans les années 1960 et n’ayant pas de représentation légale (seules quatre de ces organisations pouvaient se gausser d’un semblant de légalité tandis que plus de la moitié d’entre elles développaient leurs activités dans la clandestinité, dans un contexte, rappelons-le, de dictature militaire)26. Ces nouveaux partis jouent un rôle prédominant dans les mobilisations sociales ponctuant la politique péruvienne dans les années 1960 et 1970 et dans les débats menés autour du thème de la lutte armée qui est considérée, jusqu’à la transition démocratique, comme la condition sine qua non pour que la gauche arrive au pouvoir. Les premières guérillas issues de cette tendance étaient celles dans les années 1960 par le MIR (Mouvement de la Gauche révolutionnaire) et l’ELN (Armée de Libération Nationale), elles furent vite réprimées par F. Belaunde lors de sa première présidence puis par les tenants du régime militaire instauré par J. Velasco27. Le retour de la démocratie opéré à la fin des années 1970 est accompagné d’une convocation lancée à l’ensemble de la société civile (à savoir les partis de gauches révolutionnaires tenus jusque-là en marge du régime) à participer à l’assemblée constituante de 1979. Or si l’ensemble de ces partis acceptent de participer au processus, acceptant implicitement de renoncer à la lutte armée, deux d’entre eux vont refuser d’entrer dans ce consensus et se constitueront en guérilla, le Parti Communiste Péruvien Sentier Lumineux et le Mouvement Révolutionnaire Túpac Amaru.

  • 28 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Tomo II, sección segunda, capítulo 1, 1.1 El Partido Comuni (...)

21Si le Parti Communiste Péruvien (PCP) naît à la fin des années 1920 à l’initiative de son fondateur José Carlos Mariátegui, auteur notamment des fameux Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne publiés en 1928, il se divise au début des années 1960 entre en prosoviétiques et promaoïstes. C’est ensuite sous l’impulsion d’Abimael Guzmán, professeur de philosophie à l’université San Cristobal de Huamanga à Ayacucho, que le PCPSL voit le jour. Militant communiste depuis 1953, Guzmán réalise deux voyages en Chine dans les années 1960, ce qui va le pousser à suivre la faction maoïste au sein de laquelle il assume un certain nombre de responsabilités. En outre, à l’intérieur même du parti, il cherche rapidement à former à partir de 1963 une « faction rouge », destinée par la suite à prendre le contrôle de tout le parti, ce qui se révèle être un échec. Guzmán cherche alors à assurer son leadership à un niveau plus local et réussit dès lors à étendre son influence politique, notamment dans les milieux scolaires et universitaires en s’associant à d’autre types de mouvements sociaux comme la Fédération des quartiers d’Ayacucho, le Front de Défense du Peuple ou encore la Fédération Provinciale des Paysans de Huamanga (autre nom pour désigner la capitale du département), ressemblant alors à l’un des nombreux petits partis de gauche radicale militant pour la réunification du Parti Communiste et la lutte armée28. Le PCPSL va ainsi naître de cette dissidence et se présenter tout d’abord comme un parti localisé. Cependant, en s’appuyant sur des réseaux très dynamiques, notamment scolaires et universitaires, il va peu à peu étendre son influence sur l’ensemble du département, grâce notamment au recrutement des étudiants originaires des zones rurales venus poursuivre leurs études dans la capitale du département. Beaucoup de ces jeunes choisissent de devenir instituteurs ou professeurs du secondaire et seront à l’origine des écoles populaires instaurées dans les communautés andines dans les régions où le PCPSL débute quelques années plus tard ses actions armées, ce qui explique pourquoi il est généralement perçu comme un parti rural et a été au début du conflit, à tort, assimilé aux mouvements de luttes paysannes.

  • 29 Ce texte, a priori rédigé par Augusta de la Torre, Elena Iparraguirre (qui deviendra plus tard la s (...)
  • 30 Balbi Carmen, Callirgos Juan Carlos, « Sendero y la mujer », Quehacer, n°79, 1992, p. 50.
  • 31 Balbi Carmen, Callirgos Juan Carlos, 1992, op. cit., p. 51.
  • 32 Balbi Carmen, Callirgos Juan Carlos, 1992, op. cit., p.53.

22En réalité, le PCPSL est une organisation politique formée par des universitaires issus de classes moyennes, intellectuels faisant preuve pour certains d’entre eux d’une longue expérience militante, qui a su tirer profit des conflits générationnels et dynamiques d’exclusion sociale caractérisant la société péruvienne de l’époque. Sentier Lumineux naît au sein d’une certaine élite universitaire, et s’étend en partie grâce aux réseaux familiaux et privés tissés entre ses fondateurs. Cet aspect n’est pas négligeable lorsqu’il s’agit de comprendre l’importance donnée à la question féminine. Guzmán est en effet mariée à Agusta de la Torre, fille d’un important dirigeant communiste chez lequel il est régulièrement reçu. C’est notamment sous l’influence de sa femme qu’il fonde en 1974 le « Mouvement Féminin Populaire » chargé de la question féminine alors qu’est publié une première version du texte « El marxismo, Mariátegui y el feminismo 29» censé représenter les fondements de la pensée féministe du PCPSL. Les liens d’intimités caractérisant les relations entre les fondateurs du parti ont représenté un facteur favorable pour la prise en compte de la question féminine au sein de l’idéologie développée par le PCPSL. C’est donc, encore une fois finalement, à partir de l’espace privé que les femmes deviennent des protagonistes de la révolution. La visibilité des femmes au sein du PCPSL peut en effet être considérée comme extraordinaire. Carmen Balbi soutient à ce propos que jamais les femmes n’avaient jusqu’alors bénéficié d’autant de visibilité dans des postes de direction au sein d’un parti politique au Pérou30. En ce sens, « la femme de Sentier Lumineux » s’est construite finalement comme une sorte d’idéal type. Elle est blanche, d’origine urbaine, et possède un niveau éducatif relativement élevé. Et en effet, au début des années 1990, les femmes condamnées pour terrorisme faisaient preuve en général d’un niveau d’études supérieur aux hommes : 10% d’entre elles contre 3,9% des hommes possédaient un diplôme équivalent à un master tandis que 56% des femmes contre 31,4% des hommes avaient entamé des études supérieures31. Sentier Lumineux a ainsi su diriger vers les femmes un discours capable de prendre en compte leurs différentes réalités de femmes au foyer ou de jeunes professionnelles32.

  • 33 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Tomo II, sección segunda, capítulo 1, 1.4 El Movimiento Rev (...)

23Le MRTA de son côté apparaît comme un parti radicalement différent. Fondé au début des années 1980 (ses premières actions armées datent de 1982-84), il se présente comme le rassemblement de diverses factions radicales des partis de gauche déçu par le retour de la démocratie en 1979, notamment le Mouvement de Gauche Révolutionnaire (MIR) et le Parti Socialiste Révolutionnaire marxiste-léniniste (PSR-ml). La victoire des sandinistes au Nicaragua, l’émergence du FMLN au Salvador mais aussi de l’Unité Révolutionnaire guatémaltèque, se présentent comme autant de facteurs confortant les fondateurs du MRTA dans l’idée que « sont réunies les conditions pour la reprise de la violence révolutionnaire »33.

  • 34 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Tomo II, sección segunda, capítulo 1, 1.4 El Movimiento Rev (...)
  • 35 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Informe Final, 2003, Tomo II, sección segunda, capítulo 1, (...)

24Le MRTA s’établit comme un mouvement plus confus et moins « systématique » que son rival Sentier Lumineux. Il s’inscrit en effet dans une dynamique révolutionnaire transnationale et répond à un contexte politico-social spécifique de la région à cette époque. Alors que le PCPSL attire dans ses rangs les jeunes générations qui voient leurs destinées frustrées par la pérennité de l’institutionnalisation des discriminations culturelles, sexuelles, ethniques et économiques, les cadres du MRTA sont en réalité des militants issus d’une grande diversité de partis de gauche et certains d’entre eux sont allés appuyer les guérillas dans d’autres pays d’Amérique Latine. Par ailleurs, à l’inverse du PCPSL, le MRTA se présente comme un parti recrutant ses militants avant tout en milieu urbain et dont la stratégie de lutte armée se rapproche plus sensiblement des guérillas « classiques » latino-américaines de la deuxième moitié du 20e siècle. Ses membres portent l’uniforme et se déploient en colonnes militaires dans les régions bordant l’Orient amazonien du pays, tandis que les « milices » et « commandos » agissent dans les villes, les premières dans le but d’organiser des actions de sabotage ciblé, les seconds afin de procéder à des missions de « récupération d’armes »34. Les premières actions armées du MRTA débutent en mars 1982 lorsque cinq émertéistes attaquent une agence du Banco de Credito à la Victoria, un quartier populaire de la capitale. À l’image du PCPSL, le MRTA forme ses militants au maniement des armes et aux tactiques militaires au sein d’une école politico-militaire, ce qui lui permet rapidement de mener des actions « de récupération d’armes » et de propagande comme lorsqu’ils font exploser l’Institut Britannique, manifestant ainsi leur solidarité avec l’Argentine alors en guerre contre la Grande-Bretagne pour la possession des îles Malouines35.

  • 36 S’il existe de nombreuses références au MRTA parmi la littérature traitant de la problématique du c (...)
  • 37 Falquet Jules, « Division sexuelle du travail révolutionnaire : réflexions à partir de l'expérience (...)

25Bien qu’il ait joué un rôle important dans le conflit armé interne, le MRTA reste peu étudié, la vedette lui étant volée par le PCPSL36. Il en est de même pour ses militantes, qui ont été, il est vrai, moins nombreuses que leurs homologues de Sentier Lumineux. De fait le MRTA semble, plus que Sentier Lumineux, avoir respecté un principe de « division sexuelle du travail révolutionnaire » tel qu’elle a pu être observée dans d’autres cas de figure comme au Salvador37. Plus conforme aux canons de la division sexuelle du travail telle qu’elle est traditionnellement appliquée dans la société péruvienne, l’engagement des femmes dans le MRTA n’a pas suscité le même émoi que dans le cas des militantes sentiéristes. Comprenant une militance féminine aux effectifs réduits comparé à son rival maoïste, le MRTA n’a pas construit de discours prenant spécifiquement en compte la notion de genre ni n’a établi une claire politique des sexes vis-à-vis de sa militance. Quelques femmes cependant se firent connaître du grand public, comme Lucero Cumpa, une proche du leader Victor Polay. Si Cumpa ne disposait en réalité pas d’un véritable poste à responsabilité dans l’organisation, elle est célèbre avant tout pour avoir pris part à plusieurs évasions dont celle facilité par ses compagnons d’armes en 1991 lors de son transfert de la prison au Palais de Justice. Ces cas de figure restent des exceptions et les militantes émertéistes n’ont en réalité que peu participé aux opérations armées en comparaison de leurs homologues sentiéristes.

  • 38 « Violencia y agencia femenina. Puede el terror empoderar a las mujeres ? », in Fronteras interiore (...)
  • 39 Balbuena Laura, 2007, Ibid.

26Les formes d’engagement des femmes dans les guérillas péruvienne des années 1980 et 1990 revêtent ainsi de multiples aspects. Toutes, par ailleurs, ne s’engagent pas de façon volontaire, ni pour les mêmes raisons, selon les lieux où elles grandissent ou le milieu socio-économique auquel elles appartiennent. Si le PCPSL a réussi à capter des militantes issus d’une grande diversité de secteurs sociaux – universitaires, paysans, ouvriers –, l’idéologie féministe du parti est en réalité inspirée par une élite intellectuelle qui reproduit malgré elle les structures de domination qu’elle prétend déconstruire. Le PCPSL par ailleurs a très largement pratiqué le recrutement forcé, et de nombreuses jeunes filles (et garçons) des zones andines ont intégré ses rangs sans en avoir réellement le choix. De nombreuses divisions caractérisent la militance féminine révolutionnaire péruvienne des années 1980-90, qui naissent de plusieurs facteurs ayant à voir avec l’individu et son milieu, mais aussi avec les trajectoires biographique. Alors que les guérillas prétendaient rompre avec les schémas de race et de classe, l’analyse de la hiérarchisation des membres à l’intérieur du parti montre malgré tout que l’appartenance ethnique ou à une classe socio-économique déterminée a largement pesé sur la distribution des tâches et fonctions entre les militants. Laura Balbuena a ainsi fait remarquer qu’il est difficile dans le cas péruvien de toucher au thème du genre sans évoquer ceux de la « race », de l’ethnicité ou encore du niveau économique et éducatif38. Elle souligne ainsi qu’il n’est pas possible dans le cas du PCPSL « de se référer à une seule dimension de la condition féminine au sein de l’organisation […] alors que tous ces éléments définissaient la position de la militante dans le parti : dans la masse si elle était quechuaphone et paysanne, dans les commandos si elle était étudiante et d’origine urbaine » 39. Malgré cela, le succès remporté par la lutte armée auprès des femmes témoigne de l’importance croissante de la prise en compte de la question féminine au sein des partis révolutionnaires qui vont dès lors l’intégrer à leur projet national.

La contribution des femmes à la lutte contre-subversive

  • 40 Taylor, Lewis, « La estrategia contrainsurgente, el PCP-SL y la guerra civil en el Perú (1980-1996) (...)

27Les guérillas du PCPSL et du MRTA ne représentent cependant pas les seuls espaces au sein desquels les femmes ont participé au conflit armé au Pérou. En intégrant ou en appuyant les comités d’autodéfense formés dans les zones rurales les plus affectées par le conflit afin de lutter contre les groupes armés, les femmes ont apporté une importante, bien qu’invisible, contribution à la lutte contre-subversive. Dès les premières années du conflit en effet, l’État péruvien met en place une stratégie de lutte contre-insurrectionnelle cherchant à s’appuyer sur les populations civiles locales. Inspirés des « villages stratégiques » mis en place par l’armée américaine pendant la guerre du Vietnam40, les forces armées péruviennes déployées dans les zones du conflit amenèrent les communautés à s’organiser en Comités d’Autodéfense (CAD), afin de représenter un appui logistique, militaire et informatif dans la lutte contre Sentier Lumineux. Formés par des milices paysannes, les premiers CAD se mettent en place dans le département d’Ayacucho au début des années 1980. Leur processus de formation cependant diffère d’une communauté à autre. Dans certains cas les CAD s’organisent de façon relativement autonomes et entretiennent des relations fluides avec les militaires, dans d’autres cas au contraire les membres des communautés andines se sont vu forcés à mettre en place l’autodéfense. Dans tous les cas cependant, ces organisations en sont venu à jouer un rôle essentiel dans la résolution du conflit en permettant à l’État de reprendre le contrôle de territoires passés sous contrôle des guérillas. Or si les CAD surgissent dès les premières années du conflit armé interne, ils ne voient leur statut légalisé qu’à la fin de l’année 1991 avec la promulgation du décret législatif 741 établissant leurs normes de fonctionnement et leur statut légal.

  • 41 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Informe Final, Tomo II, primera parte, sección segunda, 1.5 (...)
  • 42 Coronel José, « Violencia política y respuestas campesinas en Huanta », in Las rondas campesinas y (...)
  • 43 Olano Aldo, « Las rondas campesinas del Perú. Una brieve historia », Oasis, 2000, p.165.
  • 44 Del Pino Ponciano, « Tiempos de guerra y de dioses. Ronderos, evangélicos y senderistas en el valle (...)

28La formation des CAD pendant le conflit armé interne a concerné l’ensemble des régions les plus affectées par la violence politique, c’est-à-dire les départements d’Ayacucho, de Huancavelica, Apurímac et Junín, phénomène qui s’étend peu à peu à l’ensemble du territoire national. Les CAD les plus représentatifs sont ceux de la Vallée du fleuve Apurimac et Ene (VRAE), qui borde le Nord du département d’Ayacucho. Il s’agit d’une région composée de basses terres en bordure de la forêt amazonienne, peuplée par des communautés indigènes Ashaninkas et par des paysans ayant émigré des hauts plateaux andins vers cette région plus fertile. Lorsque l’état d’urgence est déclaré en 1982, le VRAE représente une zone de repli pour les militants du PCPSL qui sont alors mal accueillis par les paysans ayant multiplié depuis les années 1970 des organisations collectives réunies dans la Fédération Paysanne de la Vallée du Fleuve Apurimac (FECVRA). Les premières organisations d’autodéfense du VRAE, désignées sous l’appellation de Défenses Civiles Contre Subversives (DECAS) se constituent ainsi officiellement au mois de mai 1984 sous la direction d’Antonio Cardenas qui reste aujourd’hui représentatif du mouvement d’autodéfense dans la région. Les DECAS sont les premières organisations d’autodéfense qui réussissent à constituer un réseau d’organisation sur l’ensemble d’un territoire régional41. Dans la province de Huanta, toujours dans le département d’Ayacucho, les militaires réussissent ainsi en 1983 à organiser plus de six-cents familles en autodéfense à la base « multicommunautaire » de Ccarhuahurán42. Plus au Sud de la capitale départementale, dans les provinces d’Ayacucho et de Huancasancos, les premiers comités d'autodéfense se forment à partir de 1984 lorsque les paysans commencent à se rebeller contre les sentiéristes à qui ils avaient préalablement réservé un bon accueil. Selon certains auteurs, en 1993 on comptait à ce moment-là au Pérou plus de 4200 comités d’autodéfense réunissant plus de 230 000 ronderos dans tout le pays43. En effet, si les comités d’autodéfense naissent de la nécessité de lutter contre les attaques des groupes subversifs, leurs membres finissent à la longue par acquérir une lourde influence au sein de leur communauté les amenant à assumer des tâches dépassant le seul domaine de la lutte contre-subversive. Ponciano del Pino montre notamment comment dans certaines communautés les comités d’autodéfense participent à l’administration de la justice, au règlement de conflits familiaux ou intra-communautaires, ou encore se chargent de porter les revendications de leur communautés vis-à-vis de l’État comme lorsqu’en avril 1992 le président des comités d’autodéfense de Palmapampa voyage jusqu’à Lima afin de réclamer au gouvernement des médicaments suite à une épidémie de choléra44. À l’heure actuelle les CAD, qui n’ont jamais été formellement démobilisées, restent des organisations importantes dans les campagnes péruviennes.

  • 45 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Tomo II, primera parte, sección segunda, 1.5 Los comités de (...)

29Les femmes ayant contribué aux comités d’autodéfense restent des actrices particulièrement invisibles. Or la formation des comités d’autodéfense, en plus de désintégrer l’organisation traditionnelle des communautés paysannes, a bouleversé les valeurs culturelles de ces dernières par le biais d’une militarisation globale des zones rurales concernées par le phénomène. En assumant une identité guerrière, et en s’associant à l’armée dans le déploiement des activités contre-subversives, le paysan pense accéder à une citoyenneté dont il est historiquement exclu. En devenant un rondero, il voit s’ouvrir les portes d’un imaginaire national auquel il n’a traditionnellement pas accès. Être rondero s’apparente alors à un facteur identitaire qui s’ajoute aux dimensions culturelles, ethniques et économiques. Cette tendance transparaît dans certains entretiens recueillis par des membres de la CVR parmi les ronderos : « C’est sûr que l’arme s’est convertie en une part de notre identité : quelques uns disent « nous retirer l’armement serait comme nous priver de notre document d’identité », c’est ce qu’ils disent »45. L’identité de rondero est cependant rigoureusement réservée aux hommes, le masculin devenant ainsi indirectement une condition d’inclusion à la nation. Pourtant, certaines femmes ont été chefs de commandos, comme Tarcila Rojas qui fut nommée par l’armée chef d’un commando de trente femmes dans la communauté de Ticllas. Mais au-delà d’un engagement concret des femmes dans les CAD il s’agit d’évoquer l’ensemble des tâches assumées par les femmes des communautés qui se révèlent indispensables pour le bon fonctionnement des activités d’autodéfense. Les femmes pouvaient être responsables de la surveillance des abords du village, à partir de petites tours construites aux quatre points cardinaux ou en emmenant le bétail dans les pâturages, mais aussi de la protection des personnes âgées et des enfants lorsque les hommes partaient patrouiller plusieurs jours dans la montagne. De plus, elles étaient chargées de l’alimentation des ronderos, des soins aux blessés, et c’étaient elles le plus souvent qui se risquaient à réclamer aux forces armées les hommes détenus dans les bases militaires.

  • 46 Coral Isabel, “Las mujeres en la guerra. Impacto y respuestas”, in Steve J. Stern ed., Los senderos (...)
  • 47 Coral Isabel, op.cit., p. 348.

30Tout comme les guérillas, les CAD sont porteurs d’un projet national. Si ce dernier n’est pas politique, il n’en a pas moins considérablement influencé la construction des identités historiques liées au conflit armé. Alors que les militants subversifs apparaissent non seulement comme les grands vaincus, mais aussi comme les principaux responsables de la violence, les forces de l’ordre et ceux ayant lutté à leurs côtés s’affirment volontiers comme les vainqueurs et les défenseurs de la Patrie. Or si elle est présentée comme un phénomène collatéral, un événement secondaire, la contribution des femmes aux comités d’autodéfense traduit malgré tout une certaine évolution de leur statut au sein des communautés andines. Les femmes ont en effet réagi à la précarité causée par le conflit en multipliant des initiatives de mobilisation collectives, comme le montre l’émergence de « clubs de mères » dès les premières années du conflit. En 1988 naît ainsi la Fédération Départementale des clubs de mères d’Ayacucho (FEDECMA), qui rassemble l’ensemble des organisations des femmes du département d’Ayacucho. Les membres de la FEDCMA, à l’image des dirigeantes de mouvements de femmes populaires dans les cônes de la capitale, représentent un enjeu pour Sentier Lumineux qui cherche à briser le mouvement lors de la marche pour la paix organisée par ses adhérentes en 1988. En cette occasion, des militants du PCPSL qui montèrent sur l’estrade dans le but de débrancher le système de son, se heurtèrent à la résistance des organisatrices. Isabel Coral, qui fut témoin de l’événement affirme n’avoir jamais vu « autant de force de décision et de furie comme celles de ces dirigeantes qui montèrent sur l’estrade et qui à force de cris et de coups firent reculer les sentiéristes en réussissant à les repousser » 46. Pour Coral en effet, les femmes de la région d’Ayacucho procèdent pendant le conflit armé interne à une redéfinition de leurs rôles dans les sphères publiques et privées, notamment par la collectivisation du travail domestique et de leurs responsabilités. Elles ont de plus réussi à s’imposer comme interlocuteur entre les comités d’autodéfense et leur communauté, en négociant la participation d’un seul homme par famille à l’autodéfense et en cherchant à limiter l’espace d’action des CAD47.

31Les femmes paysannes ont ainsi joué un rôle important dans la lutte contre-subversive, non seulement en raison de leur participation concrète aux activités d’autodéfense, mais aussi en raison de leur appui logistique, administratif et de leur capacité à s’imposer comme des autorités alternatives dans un contexte de bouleversement profond des structures de pouvoir traditionnelles. En ce sens, bien que la participation des femmes à la lutte armée et que leur contribution aux comités d’autodéfenses présentent des enjeux distincts en répondant à différents processus d’implication, dans les deux cas on peut se rendre compte que quel que soit le projet de construction nationale défendu par les différents groupes d’acteurs investis dans le conflit les femmes y tiennent un rôle clef. Le conflit armé péruvien en ce sens, se présente comme le reflet des bouleversements sociaux ayant amené les femmes péruviennes issues de différents secteurs sociaux à exercer de nouvelles formes de leadership et d’action collective. Mais aussi il va lui même incarner un facteur de changement, et donc agir en tant que paradigme sur ces phénomènes. Il est donc impossible de comprendre l’histoire de la participation politique des femmes au Pérou sans prendre en compte leur positionnement et agentivité pendant toute la période du conflit armé.

Conclusion

32Alors que la société péruvienne est structurée par des relations de pouvoir instaurées à partir de schémas de dominations raciales, ethniques et de genre, interroger la participation des femmes à l’exercice de la violence armée apparaît comme une façon de mettre en évidence les marges d’action alternatives des femmes, mais aussi de façon plus générale de groupes sociaux dominés, afin de participer à la destinée du pays. Par ailleurs, les différents modes de contribution des femmes à la violence armée sont représentatifs de l’évolution de leur participation politique. Il est ainsi intéressant de voir que la participation des femmes aux guerres « légitimes » participe de la constitution du mythe patriotique dans la mesure où il n’y a pas de remise en question de ses valeurs patriarcales. À l’inverse, lorsque la prise d’armes s’accompagne de revendications féministes, elle est alors considérée comme illégitime, ainsi que les mouvements qui leur servent de cadre.

33Par ailleurs, il est intéressant de noter que si les femmes des classes populaires expérimentent depuis les années 1970 des nouveaux modes d’action collective et de revendications sociales, on remarque une certaine continuité historique lorsque l’on s’attache à observer les espaces d’influence des femmes au sein de la société péruvienne, intimement liés à la sphère privée. Les femmes issues des classes moyennes et supérieures, en réussissant à constituer une élite intellectuelle qui saura se reproduire tout au long des 19e et 20e siècles, jouent historiquement un rôle clef à partir de l’espace privé dans l’ensemble des luttes, mouvements de résistance et groupes contestataires qui marquent l’histoire péruvienne.

Haut de page

Notes

1 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Informe final. Conclusiones generales, 2003, www.cverdad.org

2 Villaciencio Mariza, « Acción de las mujeres peruanas durante la guerra con Chile », Debates en Sociología, n°10, 2013, p.150-151

3 Henriquez Ayín, Narda, Cuestiones de género y poder en el conflicto armado en el Perú, Lima, CONCYTEC, 2006, 175 p.

4 Romero Delgado, Marta Fernández Villanueva Concepción, « Mujeres en las « guerrillas » peruanas de finales del siglo XX », Cuestiones de género : de la igualdad a la diferencia, n°6, 2011, p.182.

5 Prieto de Zegarra Judith, Mujer, poder y desarrollo en el Perú, Callao, Editorial Dorhca representaciones, tomo II, 1980, p. 646.

6 Prieto de Zegarra, Judith, 1980, op.cit., p. 263.

7 María Emma Mannarelli, Limpias y modernas : género y higiene en la Lima del novecientos, Lima, Flora Tristán, 1999, p. 69.

8 Fuller Norma, « En torno a la polaridad marianismo-machismo. Lo femenino y lo masculino : estudios sociales sobre las identidades de género en América Latina », in Arango L. G., Leon M. et Viveros M. eds, Género e identidad. Ensayos sobre lo femenino y lo masculino, Bogotá, Universidad Los Andes, 1995, p. 243.

9 Cosamalón Jesús, « « Soy yo la que sostengo la casa ». El trabajo femenino en Lima (siglo XIX) », in Mujeres y género en la historia del Peru, Zegarra M. Ed., Lia, CENDOC, 1999, p. 389.

10 Denegri, Francesca, El Abanico y la Cigarrera. La primera generación de mujeres ilustradas en el Perú, Lima, IEP, 2004, p.26.

11 Villacencio Maritza, Breve historia de las vertientes del movimiento de mujes en el Perú, Lima, Flora Tristan, 1990, p.10.

12 Ibid.

13 Andreas, Carol, When women rebel. The rise of popular feminism in Peru, Westport, Lawrence Hill and Co, 1985, p.178.

14 Fuller Norma, Dilemas de la feminidad. Mujeres de clase media en el Perú, Lima, PUCP, 1993, p.139.

15 Blondet Cecilia, « El movimiento de mujeres en el Perú 1960-1990 », in Perú 1964-1994. Economía, sociedad y política, Lima, IEP, 1995, p.105.

16 Rodrigo Jean Michel, Le sentier de l’audace. Organisations populaires à la conquête du Pérou, Paris, L’Harmattan, 1990, p. 107.

17 Boutron Camille, Genre et conflit armé : la trajectoire des femmes combattantes du conflit armé interne péruvien (1980-2000) et leur réintégration à la société civile comme éléments d’interprétation de la réconciliation nationale, Université Paris 3/IHEAL, 2009.

18 Rodrigo Jean Michel, 1990, op. cit., p. 134-135.

19 Rodrigo Jean Michel, 1990, op. cit., p.138.

20 Rodrigo Jean Michel, 1990, , op. cit., p.143.

21 Blondet Cecilia, El encanto del dictador. Mujeres y política en la década de fujimori, Lima, IEP, 2002, p. 20.

22 La Defensoría del Pueblo : l’équivalent de l’Obdusman.

23 Blondet Cecilia, 2002, op. cit., p. 22.

24 Alianza Popular Revolucionaria Americana, créée par Haya de la Torre alors qu’il est en exil au Mexique. Considérée comme un parti dissident l’APRA est interdit jusqu’en 1934, puis de 1935 à 1945 et de 1948 à 1956. Les militants apristes restent persécutés avec plus ou moins d’intensité jusqu’à la transition démocratique de 1980, tandis qu’Alan García est le premier apriste (et le seul jusqu’à ce jour) à gagner les élections présidentielles en 1985. S’il gagne à nouveau les élections en 2006, reste t-il à préciser que le fonds politique de l’APRA a considérablement évolué passant d’un anti-impérialisme convaincu dans les années 1930 à l’adaptation aux politiques néolibérales issues des années 1990.

25 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Tomo II, sección segunda, capítulo 1, 1.1 El Partido Comunista del Perù Sendero Luminoso.

26 Portocarrero Gonzalo, Razones de sangre, Lima, Fondo editorial PUPC, 1998, p.166.

27 Hertoghe Alain., & Labrousse Alain,. Le Sentier lumineux du Pérou: un nouvel intégrisme dans le Tiers monde, Paris, Éd. la Découverte, 1989.

28 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Tomo II, sección segunda, capítulo 1, 1.1 El Partido Comunista del Perù Sendero Luminoso.

29 Ce texte, a priori rédigé par Augusta de la Torre, Elena Iparraguirre (qui deviendra plus tard la seconde femme de Guzmán) et Catalina Adrianze, est disponible à l’heure actuelle sur différents sites dont http://www.solrojo.org/pcp_doc/pcp_0475.htm

30 Balbi Carmen, Callirgos Juan Carlos, « Sendero y la mujer », Quehacer, n°79, 1992, p. 50.

31 Balbi Carmen, Callirgos Juan Carlos, 1992, op. cit., p. 51.

32 Balbi Carmen, Callirgos Juan Carlos, 1992, op. cit., p.53.

33 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Tomo II, sección segunda, capítulo 1, 1.4 El Movimiento Revolucionario Túpac Amaru.

34 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Tomo II, sección segunda, capítulo 1, 1.4 El Movimiento Revolucionario Túpac Amaru.

35 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Informe Final, 2003, Tomo II, sección segunda, capítulo 1, 1.4 El Movimiento Revolucionario Túpac Amaru.

36 S’il existe de nombreuses références au MRTA parmi la littérature traitant de la problématique du conflit armé interne, le seul travail dont il fait spécifiquement l’objet auquel j’ai eu accès au cours de mes recherches reste le mémoire de DEA de Dino Scarcerieau, Violence politique au Pérou : le cas du Mouvement Révolutionnaire Túpac Amaru (MRTA), soutenu en 1991 sous la direction de Claude Collin Delavaud.

37 Falquet Jules, « Division sexuelle du travail révolutionnaire : réflexions à partir de l'expérience salvadorienne », Cahiers des Amériques Latines, n°40, 2003, p.113.

38 « Violencia y agencia femenina. Puede el terror empoderar a las mujeres ? », in Fronteras interiores. Identidad, diferencia y protagonismo de las mujeres, Lima, IEP, 2007, p. 338.

39 Balbuena Laura, 2007, Ibid.

40 Taylor, Lewis, « La estrategia contrainsurgente, el PCP-SL y la guerra civil en el Perú (1980-1996) », Debate Agrario, n°26, 1997, p.84

41 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Informe Final, Tomo II, primera parte, sección segunda, 1.5 Los comités de autodefensa.

42 Coronel José, « Violencia política y respuestas campesinas en Huanta », in Las rondas campesinas y la derrota de Sendero Luminoso, Carlos Iván Degregori & al., Lima, 1996, p :51

43 Olano Aldo, « Las rondas campesinas del Perú. Una brieve historia », Oasis, 2000, p.165.

44 Del Pino Ponciano, « Tiempos de guerra y de dioses. Ronderos, evangélicos y senderistas en el valle río Apurímac », in Las rondas campesinas y la derrota de Sendero Luminos, Carlos Iván Degregori & al., Lima, 1996, p.156.

45 Comisión de la Verdad y Reconciliación, Tomo II, primera parte, sección segunda, 1.5 Los comités de autodefensa.

46 Coral Isabel, “Las mujeres en la guerra. Impacto y respuestas”, in Steve J. Stern ed., Los senderos insólitos del Perú, Lima, IEP-UNSH, 1999, p. 351.

47 Coral Isabel, op.cit., p. 348.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Boutron, « Femmes en armes, action collective féminine et projet révolutionnaire : l’émancipation féminine face aux enjeux de la construction nationale au Pérou (19e-20e) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 04 février 2014, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/66426 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.66426

Haut de page

Auteur

Camille Boutron

Institut de Recherche pour le Développement, Lima, Pérou

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page