Navigation – Plan du site
Carmen Bernand

Gilles Havard et Mickaël Augeron (Dir.), Un continent en partage. Cinq siècles de rencontres entre Amérindiens et Français, Paris, Les Indes savantes, Rivages des Xantons, 2013, 642 p.

[05/02/2014]

Texte intégral

1La singularité des liens entre la France et les Amérindiens est le fil directeur de cet ouvrage collectif. Cette étude privilégie la longue durée, depuis l’instauration de la Nouvelle France jusqu’aux débats actuels sur l’assimilation des Indiens au modèle républicain. Le rôle capital des réseaux commerciaux qui ont traversé l’Amérique du Nord dans la diffusion du français comme langue générale, est traité à partir de nombreux exemples. Les itinéraires croisés des Amérindiens en France ou de Français en territoire indien ainsi que les métissages, la place des Amérindiens dans la philosophie, l’anthropologie et les arts en France, ainsi que la participation des Indiens dans les deux guerres mondiales du XXe siècle constituent les thèmes majeurs de ce livre.

  • 1 Outre les deux coordonnateurs et auteurs de textes, Gilles Havard et Mickaël Augeron, les contribut (...)

2Faire une présentation d’un ouvrage de plus de six cents pages, dont les textes couvrent une période historique allant du XVIe siècle jusqu’au début du XXIe siècle est une gageure. L’exercice de synthèse s’avère d’autant plus difficile que les 43 chapitres plus l’Introduction sont d’une très grande richesse thématique et concernent tous les Américanistes, quelle que soit l’aire et la tranche chronologique qu’ils abordent. Comme Gilles Havard l’indique dans son texte introductif, le fil rouge qui unit tous ces écrits est celui de la singularité des relations entre Français et Amérindiens, aussi bien dans les pratiques coloniales que dans les rapports affectifs, dans les mémoires et dans la réflexion théorique française à l’égard de ces peuples américains. Trente-sept auteurs ont été conviés à participer dans cette somme, que l’on peut dores et déjà qualifier d’exceptionnelle1. On peut remarquer que parmi ces auteurs on trouve des spécialistes issus d’Universités étrangères (Laval, Mac Gill, Indiana, Colegio de Mexico, Département de Défense d’Ottawa) ainsi que des enseignants et chercheurs français dont un certain nombre travaille soit dans des Universités de province ou de Guyane, soit dans des collèges ou autres institutions. C’est dire que l’américanisme en France n’est plus cantonné aux cercles parisiens. Il faut donc féliciter les deux directeurs de cet ouvrage collectif d’avoir réuni autour de leur projet autant d’historiens, d’anthropologues, de linguistes, de littéraires et d’archéologues, dont les contributions non seulement informent mais ouvrent des voies nouvelles de comparaison, notamment avec les mondes ibériques. Un regret toutefois : la quasi absence de références au travail de Franck Lestringant, qui fut le premier à donner, en France, une analyse des rapports avec les Amérindiens. On lui doit la meilleure édition critique d’André Thévet, ainsi que la publication de la « Cosmographie Universelle » de Guillaume le Testu.

3Le livre est divisé en six parties. La première correspond à l’instauration de la Nouvelle France jusqu’à sa disparition politique, consécutive à la défaite française dans la Guerre de Sept Ans (1763). La deuxième partie est consacrée à la langue française présente dans les ethnonymes de l’Amérique du Nord. La troisième explore les « itinéraires croisés » des Amérindiens en France ou de Français en territoire indien. Elle correspond aux XIXe et XXe siècles. La quatrième partie porte sur la place des Amérindiens dans les théories, la philosophie et les arts en France. La cinquième partie s’interroge sur la mémoire indienne, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, concernant le legs français. Enfin, la sixième partie, la plus brève, traite de l’intégration des Amérindiens dans le creuset républicain. Sans pouvoir ici entre dans le détail de chaque texte, je me bornerai à présenter quelques questions soulevées par ce long parcours.

Le temps de l’empire

4Commençons donc par le début de cette longue histoire, c’est-à-dire par le temps de l’empire et des alliances, qui correspond à cette période coloniale chère aux historiens des mondes ibériques. C’est à cette époque que les liens particuliers entre Amérindiens et Français se forgent. Aussi bien dans la Caraïbe qu’au Canada, des Français vivent avec des femmes « sauvages » (terme qui correspond à celui mentionné par les sources). Cette cohabitation qui est loin d’être exceptionnelle implique l’apprentissage des langues indigènes, l’émergence d’une langue créole, et des rapports d’alliance inhérents à toute union. De tels rapports sont mobilisés contre un ennemi commun, les Anglais en général (Bérard & Lafleur, p. 58-60). Dans l’échiquier des peuples en présence, des recompositions se font et des oppositions surgissent comme celle entre bons Arawak et méchants Caribs. Après les Petites Antilles, la Martinique et la Guadeloupe sont dominées par les flibustiers français et les engagés (Ouellet, p. 65-68). Ces derniers, qui ont leur équivalent dans le monde anglophone, ont un statut proche de l’esclave car ils doivent travailler pour un maître afin de rembourser leurs dettes. Le récit d’Alexandre Oexmelin est probablement le plus détaillé sur cette question. Cela est important et pose le problème des rangs et des statuts dans les relations interethniques, qui mériterait un traitement à part.

5Inversement, des esclaves et des domestiques amérindiens se trouvent à La Rochelle au XVIIIe siècle (Augeron, p. 83-95). Nous trouvons quelques ébauches de ces vies serviles, souvent des jeunes filles qui ne retournent jamais dans leur pays d’origine. Car malgré la prohibition de l’esclavage sur le territoire de la France, en 1716, une dérogation le permet à condition que le maître fasse la déclaration de ceux qu’il a fait venir d’outre-mer. Isolés et pauvres, les affranchis gardent des liens de dépendance avec leurs anciens maîtres.

6D’autres Amérindiens ont un destin plus glorieux. Sous la tutelle des jésuites du Québec, le gouverneur accorde trois parcelles de terre aux Sauvages chrétiens sur la mission de Sillery. Des terres que ces autochtones possédaient depuis un « temps immémorial » (Lavoie, 97-104). Notons que ce qui est exceptionnel dans la région a été pratique courante dans les vice-royautés du Mexique et du Pérou, où les Seigneurs indiens ont joué un rôle important dans l’histoire de ces régions, jusqu’au XIXe siècle. A Sillery, cette concession est de courte durée. Finalement les indigènes en seront dépossédés par les autorités au bénéfice des Jésuites. D’autres, comme ces ambassadeurs « missouris » auprès de Louis XV en 1725 (Balvay, p. 75-81), connaissent en France un accueil fastueux. Ce sont eux que Rameau aurait vu danser cette année-là et qui lui auraient inspiré le célèbre rondeau des Indes Galantes.

7Les cas particuliers de Sauvages ne sauraient pas faire oublier la nécessité de classer ces peuples par les bureaux administratifs. L’Amérindien, nécessairement, devient un « objet administratif » (Dubé, 153-175). Classement difficile avec la profusion des ethnonymes, utilité du stéréotype mais aussi transcription bureaucratique de témoignages particuliers, présentée à partir d’exemples passionnants qui relancent la question de la dénomination, trop souvent réduite à l’ethnocentrisme.

  • 2 Cette pensée est contenue dans le Catéchisme historique de l’abbé Fleury, traduit en micmac et les (...)

8L’alliance franco-indienne est renforcée au XVIIIe siècle par la religiosité catholique (Dubois, p. 107-124). L’exemple donné est celui des relations entre les Jésuites, les Abénaquis (Acadie) et des Micmacs. Les missionnaires nourrissent les antagonismes entre Français et Anglais, au détriment de ces derniers, et favorisent l’émergence d’une pensée millénariste, en comparant les autochtones au peuple élu d’Israël2.

9Aussi bien au cours des premières explorations en Amérique du sud, dans les Caraïbes et en Amérique du Nord, les Français emmènent en France des jeunes gens destinés à apprendre la langue et devenir des truchements (Thierry, 29-41). Ce sont là des pratiques courantes pour les Portugais et les Espagnols et dans tous ces cas, du moins au XVIe siècle, les indigènes sont plutôt bien traités. Les objets font également le voyage atlantique et remplissent les cabinets de curiosités (Marrache-Gouraud, p. 43-52). Tous n’ont pas la beauté du diadème de Moctezuma, mais ils donnent à voir un monde à la fois différent (surtout les spécimens de la faune) et proche (des embarcations, des hochets, des massues). Ces cabinets vont, me semble-t-il, au-delà de l’exhibition de l’altérité, car ils contiennent ou renferment, une partie du monde dont la connaissance est au cœur de la Renaissance.

  • 3 A l’issue de la Guerre de Sept Ans (1756-1763), « première guerre mondiale », qui a une influence m (...)

10Ce qui apparaît comme une singularité française est incontestablement le rôle joué par les Français dans les réseaux d’échanges et de commerce des Amérindiens. L’expansion des Français vers l’ouest du continent en direction du Pacifique, sur un territoire espagnol, est motivée moins pas l’attrait des ressources minières de la Nouvelle-Espagne que par la possibilité de faires des affaires avec les Amérindiens. Le Texas devient le cœur des rivalités qui opposent les traiteurs au pouvoir viceroyal espagnol (Auckeron, 125-152). L’exemple choisi se situe au milieu du XVIIIe siècle. Certes le Texas est le maillon faible de l’Empire, car il est impossible à maîtriser (et ne le sera jamais jusqu’à son indépendance puis son annexion par les Etats-Unis au milieu du XIXe siècle). Les Français, forts de leur alliance avec les Osages, ennemis jurés des Espagnols, confortent les réseaux commerciaux, qui ne seront pas totalement démantelés après le traité de Paris (1762) par lequel la Louisiane occidentale est cédée à l’Espagne3. Les pages consacrées à la traite constituent une source de grande valeur pour comprendre le dynamisme commercial d’une vaste région. Parmi les biens qui circulaient il y en avait aussi pour les colons espagnols. Le succès commercial des Français se fondait sur la quelité des marchandises, sur les prix avantageux et sur l’immersion culturelle des traiteurs, qui prenaient part aux cérémonies indiennes, s’habillaient en Indiens et vivaient avec des femmes autochtones. Installés en tant que « parents » dans divers villages, ils rendent des services appréciables comme, par exemple, la réparation des armes à feu – une des marchandises les plus appréciées. La « Comanchería » et les redoutables Apaches dont les incursions sont arrivées jusqu’à Zacatecas, au Mexique, sont des produits de ces tractations commerciales, menées par des individus « free lance » mais tolérées par le gouvernement de la Nouvelle France pour des raisons stratégiques. L’équilibre entre les nations et les Français reste fragile puisque des ruptures dans la chaîne commerciale provoquent des renversements d’alliances en faveur des Anglais.

La langue française et les Indiens

11L’importance des Français dans le monde amérindien explique la permanence d’ethnonymes comme Cœur d’Alêne, Gros Ventres ou Nez Percés, pour n’en citer que les plus connus, immortalisés dans les « Mythologiques » de Claude Lévi-Strauss (Parks, 179-214). Nous sommes reconnaissants à l’auteur de cette cartographie ethnique, où nous découvrons une nation spécifique, celle des « Métis des Plaines » (p. 204). La dénomination Métis (Maitiffs) fait pendant à celle, plus raciale, des Anglais (Half-breed, mixed-blood). Parks complète ces questions par deux autres chapitres, p. 215-231, sur des dénominations descriptives difficiles à identifier et p. 233-249, sur les noms que les Français reçurent des Indiens. On retrouve ici l’association de ces étrangers avec les esprits. Les traits physiques singuliers sont aussi soulignés et surtout ceux qui les présentent comme des « gens de fer » et des « faiseurs de hache ». Il n’est pas non plus étonnant que les contacts entre les autochtones et les Français aient donné lieu à des mots nouveaux (Vézina, p. 251-271) ou à des mots détournés de leur sens premier, comme le cas de « médecine » dans le contexte du chamanisme. Le vecteur de la langue française est la traite de fourrures (Rousseau, p. 273-281), et l’exemple de François Beaulieu, qui réside sur les rives du Grand Lac des Esclaves avec ses sept femmes indigènes, est particulièrement éclairant car il montre que même les régions les plus inhospitalières sont insérées dans ce dispositif commercial. L’importance de la toponymie amérindienne dans la cartographie française est un autre trait frappant (Morissonneau, p. 283-292).

Amérindiens, Français et Américains

12Ces liens entre Amérindiens et Français forgés au cours de la période coloniale se retrouvent sous des formes variées au XIXe siècle et même ultérieurement. Bien sûr la figure du marquis de Lafayette ne pouvait pas manquer à ce tableau (Delâge, p. 295-301). Le marquis incarne « le père » (le roi de France) disparu mais revenu à la rescousse pour secourir ses enfants contre les Anglais, ou encore (selon une autre option politique, les livrer aux Américains « accapareurs de terres ». Curieuse situation que l’on retrouvera quelques années plus tard avec la même ambigüité au Mexique des insurgés, à l’égard de la figure de Ferdinand VII. En tout cas Lafayette adresse une lettre aux « Sauvages du Canada » pour les exhorter à se joindre aux Américains. La participation française à l’indépendance des Etats-Unis fut cultivée par les Patriotes, mais l’enracinement profond des Français en pays amérindien fut effacé. Quant au marquis, il passera sous silence le processus d’expropriation des terres indiennes entrepris par la nouvelle nation américaine.

13Etait-il possible au XIXe siècle de renouer avec l’Amérique française ? Les missions catholiques s’y sont efforcées (Villerbu, p. 303-311). Mais les difficultés sont nombreuses. En pays dakota le missionnaire doit s’insérer dans les réseaux des traiteurs et faire face à la concurrence protestante ; dans le sud-ouest, le catholicisme est enraciné mais espagnol.

Autres terrains

  • 4 C’est encore un sujet qui mériterait d’être développé en relation avec les nations amérindiennes. C (...)

14Au Mexique, le règne bref de l’empereur Maximilien 1er, soutenu par Napoléon III donne à nouveau aux Français l’occasion de tisser des liens avec les indigènes (Pani, 313-325). L’histoire nationale a fait de cet intervalle impérial une période négative et anti-patriotique. Pourtant, l’empereur a entretenu de bons rapports avec les « pueblos » indigènes, hostiles à la privatisation des terres communautaires promue aussi bien par les conservateurs que par les libéraux républicains. Le texte souligne aussi les apports scientifiques et culturels français de cette période et rapporte la condamnation par Victor Considérant du « peonaje » - l’endettement héréditaire des travailleurs agricoles. Le projet utopiste mentionné (p. 320) fut exposé par Considérant en mai 1854 dans « Au Texas », un écrit qui a jouï d’une célébrité aussi grande que le « Voyage en Icarie » d’Etienne Cabet et qui plaçait sa Sociétés utopique dans la wilderness texane, celle qu’avaient parcouru les trappeurs4.

15Les indiens de la Californie (Foucrier, p. 327-337) constituent un cas particulier. Ces groupes, vivant surtout de la pêche et de la cueillette, apparaissent dans les recueils ethnographiques comme des peuples très anciens et marginalisés, à l’instar des Fuégiens et des pêcheurs Changos du Chili. Les Français de passage rapportent des éléments ethnographiques précieux de ces peuples en voie de disparition, dont le dénuement contribue à renforcer leur image primitive et « stupide ». C’est surtout grâce à la musique, apprise dans les missions, que ces Indiens finissent par triompher des stéréotypes.

16Bien loin de la Californie, dans la wilderness des plaines argentines, c’est encore un Français, Auguste Guinnard, qui réussit la prouesse de survivre à plusieurs années de captivité chez les Indiens, entre 1855 et 1861 (Giudicelli, p. 339-364). Ce texte, qui paraît un peu isolé dans cet ensemble nord-américain, est pourtant d’un grand intérêt pour l’analyse comparative avec les Indiens des plaines de l’Amérique du Nord : dans les deux cas, le « désert » qu’étaient pour les gouvernements ces étendues livrées à leurs premiers occupants, est traversé par des réseaux commerçants, qui nécessitent des truchements et des « secrétaires », comme ce fut le cas de Guinnard auprès du chef Calfucurá. On doit d’ailleurs à ce Français un récit riche en données ethnographiques et très nuancé. Il y a probablement quelque chose de Fennimore Cooper dans Calfucurá, le dernier grand guerrier de la pampa, et on pourrait comparer les récits officiels de la conquête de l’Ouest américain à ceux de la campagne du désert de l’Argentine. Cependant ce sont les derniers des mohicans plutôt que les Indiens Pampas qui bénéficient de la sympathie des Européens (Villerbu, p. 381-390). En France, les réactions à la conquête de l’ouest par les Etats-Unis sont moins triomphalistes qu’en Amérique, et donnent l’occasion de rappeler que la France a eu un autre type de comportement avec les Peaux-rouges.

Romantisme

17Le succès de Fennimore Cooper n’est pas sans rapport avec la littérature romantique française. Chateaubriand notamment ne saurait pas être oublié (Linkès, p. 443-453). Figure considérable mais un peu oubliée de nos jours, l’auteur analyse plusieurs extraits des Natchez et d’Atala, en rappelant la place importante qu’avaient prise Marmontel et ses Incas dans la construction de l’exotisme américain en France (à laquelle on peut ajouter Rameau, déjà évoqué préalablement). Les écrits de Chateaubriand, écrit-il, ont eu en France un succès considérable, renforcé sans doute par la perte de la Nouvelle-France. C’est, pour paraphraser l’auteur de ce texte, le chant du cygne du « rêve d’Amérique », bientôt remplacé par le « rêve américain ». Mais le panégyrique élaboré par Chateaubriand est une réponse à la campagne de discrédit à laquelle d’illustres Français comme Buffon et même l’abbé Raynal ont contribué avec Cornelius de Pauw à l’encontre des nations américaines. Il fallait en effet rappeler cette controverse, bien connue dans la littérature hispano-américaine (Guénard, p. 435-442), et qui, par contraste éclaire les propos de Rousseau sur l’homme sauvage, ignorant de la propriété foncière. Si l’idéalisme rousseauïste peut aujourd’hui faire sourire certains contempteurs des illusions occidentales, les propos du philosophe sur la terre se justifient pleinement à la lumière de la dépossession générale des terres communautaires indiennes dans le courant du XIXe siècle dans les Amériques. Quant à la robustesse de l’homme sauvage, on la retrouve dans les descriptions de Guinnard citées plus haut.

Indianophilie

18Plusieurs chapitres concernent des rapports entre Indiens et Français à l’époque contemporaine. Le lecteur découvre pourquoi et comment trois Indiens Osage, abandonnés en Europe par des sponsors ruinés, furent recueillis à Montauban en 1829 (Drouilhet, p. 365-380). En 1992, lors de la commémoration de la découverte de l’Amérique par les Européens, le maire de la ville donna une parcelle de terre aux membres des Osage et des Cherokee. L’histoire est un film d’aventures, depuis la descente vertigineuse du Mississipi et un premier naufrage, jusqu’à l’arrivée au Havre, sous le règne de Charles X. Les premiers temps sont scandés par fêtes et dîners mondains. Or l’homme qui avait organisé leur périple, un ami d’enfance de Chateaubriand et issu d’une famille de marchands de peaux, est arrêté pour escroquerie. Livrés à eux-mêmes, les Osage devront sillonner la France et la Belgique pour trouver des fonds afin de rentrer chez eux. C’est là que se situe l’épisode heureux de Montauban, qui prouve bien que la xénophobie actuelle n’est pas une maladie héréditaire.

19Quelles sont les racines de l’indianophilie contemporaine à l’égard des Indiens de l’Amérique du Nord ? Vient-elle de leur participation dans les deux guerres mondiales du XXe siècle ? Deux beaux textes illustrent leur présence (Grillot, p. 415-424 ; Mac Farlane, p. 425-431). Ainsi nous apprenons que quelques 6500 autochtones américains et 4000 originaires du Canada ont lutté dans les tranchées de la Grande Guerre et 25.000 Indiens des Etats-Unis plus 3000 volontaires canadiens ont combattu sur le sol de la France lors de la Seconde Guerre mondiale. Sans entrer dans les détails des actions dans ces deux conflits, il convient de retenir quelques différences. Lors de la Grande Guerre, ce sont les « frères d’Atala » et les enfants de Fennimore Cooper que l’on admire (p. 419), voyant dans ces combattants une indianité fantasmée. Pour ces hommes américains cantonnés dans leurs réserves, la Grande Guerre est l’occasion de s’intégrer à leur nouvelle nation. Déjà à cette occasion, les langues amérindiennes servent à coder des messages, avant que les codes des Navajo soient utilisés de façon systématique dans la Seconde Guerre Mondiale. Mais l’Indien Peau-Rouge, sans doute trop exotique, et pourtant non ségrégé, ne suscite pas chez les Français la même sympathie que les Noirs américains, ségrégés au sein de l’armée mais assimilés de longue date et portés par leur musique et les arts. De retour aux Etats-Unis, les survivants Lakotas créent un parc en hommage au maréchal Foch, l’invitent, et lui rappellent les obligations de la France à l’égard de ceux qui sont mort sur le sol de la France. Quant aux soldats Canadiens d’origine amérindienne, leur participation dans la Seconde Guerre mondiale leur vaudra (progressivement) la reconnaissance de leur gouvernement. Il leur faudra pourtant attendre 1960 pour acquérir le droit de vote (p. 431).

20En fait l’engouement pour les Indiens ne naît pas de leur contribution aux efforts de guerre mais du monde du spectacle. Davantage que les expositions, auxquelles le peintre Catlin participe avec des Indiens, lui-même costume en guerrier, le « Buffalo Bill’s wild west show », un spectacle qui contient des prouesses équestres, des tireurs d’élite et des danses indiennes, sera la meilleure propagande en faveur des Peaux-Rouges (Maligne, p.391-401), qui figurent comme des acteurs de premier plan. En lisant ces descriptions, comment ne pas penser aux spectacles du XVIe siècle à Mexico et à Tlaxcala, où les Indiens pouvaient aussi se travestir en Cortés, participer à des combats fictifs et danser au son de leurs musiques ? Le « wild west show » se produit aussi en Camargue (Delanoë, p. 403-413), sur les terres du marquis de Baronceli, un homme capital dans le mouvement occitan du début du XXe siècle. L’histoire de ce personnage exalté et ambigü est une des plus impressionnantes de ce livre, marqué par des biographies remarquables qui rendent la lecture des plus agréables. Retenons ici quelques points forts, les liens étroits entre un poète occitan et culturellement marginalisé par la France, et les Lakota qu’il a invités dans son château, l’amour des Indiens qui finira par le ruiner, les liens entre Baronceli, les Lakota et un cinéaste des temps héroïques qui produit en 1907 un western tourné en Camargue, puis l’inévitable distance qui s’insinue entre des Indiens qui épousent le mode de vie occidental au point de changer leur nom et cet aristocrate qui se complaît dans le souvenir de l’indianité jusqu’à décoller de son époque, au point qu’il inaugurera un camp destiné aux Gitans, qu’il aimait pourtant, sans imaginer, semble-t-il, que ce rassemblement annonçait leur extermination prochaine.

Les Indiens et les arts

21Les cabinets de curiosité des débuts donnent lieu à partir du XIXe siècle, à un développement des collections d’objets américains (arts premiers avant la lettre) et d’une peinture liée au paysage américain et à ses habitants (Mongne, p. 457-464). L’auteur de ce texte livre des informations précieuses sur les premières collections américanistes, ainsi que sur la nature des objets exhibés. Une carte reproduite à la page 463 répertorie toutes les collections que l’on trouve sur tout le territoire et dans les endroits les plus inattendus. Cela va de pair avec la naissance de l’américanisme en archéologie et en anthropologie (Riviale, 465-476). On peut y glaner une foule d’informations, notamment sur le Yucatan, visité par des chercheurs français, apparemment peu concernés par la guerre des castas qui ravage la péninsule pendant plus d’un demi-siècle ou par le « peonaje généralisé », condamné par Victor Considérant. Mais l’américanisme est d’abord concerné par les grandes cultures du Mexique et du Pérou, qu’un abîme sépare des paysans exploités de l’époque. C’est d’ailleurs une même attitude qui pousse les hellénistes à ignorer, malgré ses chefs d’œuvre, la littérature démotique d’un peuple à peine sorti de l’oppression ottomane.

22Dans cet ensemble des textes sur les arts et les civilisations indiennes on trouve une réflexion sur la fascination que les arts primitifs, pour utiliser les termes de l’époque, ont exercé sur les avant-gardes surréalistes, en particulier sur André Breton et Yves Tanguy (Strigler, p. 487-407). Peu importe si pour ces artistes les objets ont une signification universelle avant d’être ethnographiques et contextualisables. L’essentiel réside probablement dans cette faculté qui n’est pas dévolue aux seuls Amérindiens d’être « bons à penser » les profondeurs de l’inconscient humain, sans doute en raison de leur « beauté convulsive », pour reprendre les mots de Breton.

23La bande dessinée, si importante dans la littérature populaire de l’époque contemporaine, ne pouvait pas manquer l’Indien d’Amérique du Nord (Foix, p. 509-513).

24« La famille Fenouillard » (1889) développe une rencontre entre Français et Indiens Sioux mais d’une façon générale, selon l’auteur du texte, l’Indien n’apparaît pas comme un héros ? Cette place plus noble, nous la retrouvons dans « Patoruzú », un cacique de la Pampa, rusé et drôle, inventé en Argentine dans les années 1930, qui a inspiré Goscinny pour son personnage d’Obélix. Signalons en passant l’importance de l’Argentine dans cet art, puisqu’avant de vivre en France, Hugo Pratt y fait ses premières armes. En fait l’histoire de la bande dessinée échappe aux frontières nationales. Curieusement, plus que les Indiens des Plaines, ce sont les civilisations disparues de l’Amérique qui inspirent les artistes, notamment les Incas et l’inoubliable « Tintin et le Temple du Soleil » ; depuis la parution de ce chef d’œuvre, d’autres ont suivi.

Ouverture ou fermeture ?

25L’art est également présent dans l’ethnographie de Claude Lévi-Strauss (Vidal, p. 499-507). Dans l’expédition au Brésil qui est racontée dans « Tristes Tropiques », l’ethnographie de terrain incombe plutôt à son épouse Dina, tandis que le choc visuel et personnel, la « poétique », selon les mots justes de l’auteur, qui unit les dessins caduveo ou la leçon d’écriture des Nambikwara à la musique et à d’autres expressions sensibles, déclenchera chez Lévi-Strauss l’intuition des correspondances symboliques et formelles qui aboutiront au structuralisme.

26On peut assigner une place à part à la contribution d’Emmanuel Désveaux (p. 477-485) dont le plus grand mérite est de rompre avec les idées reçues à propos de ce qu’il appelle la « parabole » de l’altérité amérindienne. Cette rhétorique ne résiste pas aux faits. Contrairement aux présupposés de Lévi-Strauss concernant la place en creux de l’autre dans la pensée amérindienne, Désveaux affirme la prééminence de la fermeture des groupes, qui apparaît dans l’importance accordée par toutes ces nations à la guerre, au cannibalisme, à la torture, bref, à la volonté d’anéantissement de l’ennemi, soit physiquement, soit dans ce qui constitue sa « personne », puisque son adoption implique l’effacement de ces anciennes attaches. La lecture du récit de Guinnard peut effectivement renforcer ce point de vue. Enfin, et vis-à-vis de l’étranger, le groupe autochtone hésiterait entre l’adoption – beaucoup d’exemples ont été donnés dans ce livre – ou l’indifférence.

Mémoires

27La question de la mémoire traverse une grande partie de ce livre mais elle est traitée surtout dans la cinquième partie. Chez les Amérindiens, celle de l’alliance avec les Français, a été écartée du récit de la fondation de la nation canadienne (Delâge, p. 517-523). Les toponymes français sont pourtant là pour témoigner de ces liens, et chez de nombreuses familles, la passion généalogique a fait revivre des ancêtres français indianisés dans la région. Des enquêtes ethnographiques organisées par le Centre « Initiatives en français », mais aussi des cours de langue française essaient aujourd’h-hui de faire revivre le souvenir de la France dans le Midwest américain (Delâge, p. 589-597). Au terme d’un voyage dans cette région, l’auteur arrive à la Montagne de la Tortue, haut lieu de l’histoire des Prairies, où il y a aujourd’hui un casino. Cet espace était un centre d’échanges, de confrontations et de métissages. Au milieu du XIXe siècle, un prêtre nommé Bellecourt, très doué pour les langues, y introduisit 27 familles métisses. Cependant, le gouverement américain ne reconnut pas la catégorie des sangs mêlés, qui furent classés comme indiens. Ce n’est que tout récemment que ces Métis ont pu récupérer leur histoire.

28Les Hurons ou Wendats, qui ont fini par rallier les Britanniques, gardent la nostalgie de l’alliance avec les Français, ravivée à la fin du XIXe siècle (Lainey, p. 525-534). Des objets, réunis dans le Musée huron-wendat de Wendake, inauguré en 2008, attestent l’ancienneté de cette relation. Le catholicisme n’est certainement pas étranger à ce sentiment de proximité. Le cas des Delauriers devenus des Deloria est particulièrement intéressant (DeMallie, p. 535-558). Cette famille métisse du Dakota, descendante d’un traiteur, a donné un prêtre épiscopalien et deux anthropologues, Ella et Vive Deloria Jr, connu pour son livre « Custer died for your sins », un livre qui pose les bases du mouvement Red power.

29L’héritage français des Arikara fait l’objet d’une analyse de longue durée qui combine la documentation historique et l’ethnographie contemporaine (Havard, p. 559-588). La réserve de Fort Berthold (Dakota du Nord) s’étend sur 4000m 2 dont à peine la moitié appartient à une population mandan, hidatsa et arikara, dont la vie quotidienne et spirituelle a été bouleversée par la création d’un réservoir artificiel. La présence française est attestée dès les années 1690. Déjà quelques Français s’évanouissent dans les villages de la région et s’indianisent. En 1709, l’esclavage des Indiens ayant été légalisé au Canada, quelques centaines d’autochtones asservis se retrouvent dans la vallée du Saint-Laurent. L’extension de la francophonie chez les Indiens des plaines date de la fin du XVIIIe siècle, avec les réseaux de pelletiers et la foule d’engagés qui composent une classe subalterne de rameurs, de pilotes, d’artisans et d’interprètes. En 1867, le colonel Trobriand, d’origine française constate l’essor du français dans toute la région. Après son déclin, c’est encore l’engouement pour les généalogies typique du monde européen, explique un certain intérêt pour la recherche des racines mixtes, qui ne parvient pas à surmonter cette indifférence à l’égard de l’autre évoquée par Emmanuel Désveaux.

Vers une assimilation à la française ?

30Enfin, une place relativement discrète est réservée au rapport entre la République et les Amérindiens, en Guyane (Paul-Guers, p. 601-613, Monteiro, p. 615-623) et dans les Grandes Antilles (Bérard (p. 625-630). En Guyane, où la population créole est très nombreuse, les Amérindiens vivaient sous le statut spécifique de l’Inini. En 1967, c’est la francisation et le refus des statuts particuliers (sauf pour quelques exceptions culturelles) qui s’impose. On retrouve cette incapacité républicaine à reconnaître les droits collectifs qui a traversé toute l’histoire républicaine de l’Amérique latine au XIXe siècle (p. 612) et cette rigidité scolaire concernant l’acquisition de la citoyenneté (p. 622-623). Dans les Grandes Antilles, c’est la valorisation de l’ancestralité amérindienne qui est en jeu surtout à partir des années 1990. Après tout, la nouvelle république noire de Saint-Domingue, constituée pourtant d’Africains et de mulâtres, n’avait pas hésité à choisir un nom taïno, Haïti, pour se donner une identité nationale...

Haut de page

Notes

1 Outre les deux coordonnateurs et auteurs de textes, Gilles Havard et Mickaël Augeron, les contributeurs sont : Arnaud Balvay, Benoît Bérard, Denys Delâge, Nelcya Delanoë, Raymond J. DeMallie, Emmanuel Désveaux, Jean-Claude Drouilhet, Alexandre Dubé, Paul-André Dubois, William Foix, Annick Foucrier, Christophe Giudicelli, Thomas Grillot, Florent Guénard, Gérard Lafleur, Jonathan Lainey, Michel Lavoie, Serge Linkès, John Mac Farlane, Olivier Maligne, Myriam Marrache-Gouraud, Pascal Mongne, Eric Monteiro, Christian Morissonneau, Réal Ouellet, Erika Pani, Douglas R. Parks, Cendrine Paul-Guers, Pascal Riviale, Louis-Pascal Rousseau, Marie-Claude Strigler, Eric Thierry, Robert Vézina, Laurent Vidal, Tangi Villerbu.

2 Cette pensée est contenue dans le Catéchisme historique de l’abbé Fleury, traduit en micmac et les explications des Saintes Écritures. Pierre Maillard fait transcrire le message chrétien dans un système d’écriture pictographique (p. 121-122). Nous avons là une forme tardive (1725) des catéchismes « testerianos » dont le premier fut celui de Pierre de Gand au Mexique (1547).

3 A l’issue de la Guerre de Sept Ans (1756-1763), « première guerre mondiale », qui a une influence majeure sur les populations des Amériques, et qui est à juste titre évoquée par plusieurs auteurs de ce livre. La Grande Bretagne et ses alliés, dont le Portugal, s’opposent à la France et les siens, dont l’Espagne. L’origine de ce conflit est justement la question des limites entre les possessions françaises et les britanniques en Amérique du Nord.

4 C’est encore un sujet qui mériterait d’être développé en relation avec les nations amérindiennes. Considérant et Cabet on peut consulter Yolène Dilas-Rocherieux, L’Utopie ou la mémoire du futur. De Thomas More à Lénine, Paris, Robert Laffont, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « Gilles Havard et Mickaël Augeron (Dir.), Un continent en partage. Cinq siècles de rencontres entre Amérindiens et Français, Paris, Les Indes savantes, Rivages des Xantons, 2013, 642 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 05 février 2014, consulté le 26 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/66487

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page