Navigation – Plan du site
Colloques | 2014
Les femmes dans les Amériques : Féminismes, études de genre et identités de genre dans les Amériques, XIXe et XXe siècles – Actes du colloque international des 4, 5 et 6 décembre 2013 à Aix-en-Provence
Janine Gomes da Silva

Les usages de la mémoire : rhétorique du témoignage, espaces de mémoire et rapports de genres dans les dictatures du Brésil et du Paraguay

[03/04/2014]

Résumés

Les mémoires des hommes et des femmes présentent des aspects spécifiques permettant de penser le moment des dictatures. Cet article analyse, au moyen d’une histoire comparée, certains aspects des usages « genrés » de la mémoire pendant les dictatures, au Brésil (1964-1985) et au Paraguay (1954-1989). Il étudie la formation et l’action des différents groupes féministes, leurs rapports aux dictatures militaires et aux mouvements de résistance contre celles-ci, ainsi que leurs similitudes et leurs différences. Dans les sources concernant les dictatures de ces deux pays, il est possible d’observer comment les marqueurs du genre, au-delà du fait qu’ils soient présents dans les récits des personnes interrogées, étaient employées dans les discours liés aux mouvements de résistance. L'analyse de ces sources (essentiellement conservées dans les Archives et les Musées, auxquelles s’ajoutent les entretiens réalisés), contribue conjointe à une réflexion dans le domaine de la mémoire et des études de genre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Sur l’histoire comparée, voir Haupt, Heinz – Gerhard, « O lento surgimento de uma história comparad (...)
  • 2 Projet de recherche « Espaces de mémoire. Archives et sources documentaires (re)signifiant les dict (...)
  • 3 Loi n°12.528, du 18 novembre 2011.URL: http://www.cnv.gob.br .

1Les mémoires des hommes et des femmes présentent des aspects intéressants pour mieux comprendre les dictatures. Cet article, à travers une histoire comparée1, observe des usages « genrés » de la mémoire des dictatures du Brésil (1964-1985) et du Paraguay (1954-1989)2. Les archives des dictatures de ces deux pays permet d’observer comment les marqueurs de genre, au-delà du fait qu’ils soient présents dans les récits des interviewés/ées, étaient aussi utilisés dans les discours liés aux mouvements de résistance. Ces sources, celles des Musées, des Archives et les entretiens réalisés, contribuent à une réflexion dans le domaine de la mémoire et des études de genre, à un moment où la question de la mémoire dans le Cône Sud montre différentes interprétations du « devoir de mémoire » et de l'usage des « lieux de mémoire ». Ces derniers sont souvent associés au Brésil à la Commission Nationale de la Vérité créée en 2011, dont la mission est « d’examiner et d’expliquer les graves violations des droits humains qui ont été perpétrées »3. Soit une situation comparable à ce que l'on observe au Paraguay, où la Commission Vérité et Justice a été réunie en 2003.

2Parmi les différentes possibilités d’analyse de l'histoire orale, se détache l'utilisation des témoignages pour mettre en évidence des pratiques et des expériences issues d'un passé proche – dans le cas des dictatures : les tortures, les emprisonnements, les clandestinités, etc. Plus que la recherche de « vérités », les récits sélectionnés dans cette étude cherchent à étudier les usages « genrés » de la mémoire des dictatures. Ce phénomène est observable dans les dossiers conservés dans les archives publiques, comme dans les récits et les témoignages de nos interviewées ; ou par la façon selon laquelle, dans le souvenir des dictatures apparaissent des marqueurs de ce qu'étaient le masculin et le féminin à différents moments et selon les situations.

Sur la recherche

  • 4 Depuis 2004, les professeures Cristina Scheibe Wolff, Joana Maria Pedro et Roselane Neckel, avec de (...)
  • 5 Entre autres, les projets : Mouvements de femmes et féminismes pendant la dictature militaire dans (...)

3Depuis mars 2004, une équipe de chercheurs/ses du Département d’Histoire de l’Université Fédérale de Santa Catarina4 mène au Laboratoire d’Études de Genre et Histoire (LEGH) des recherches sur les dictatures militaires du Cône Sud (Brésil, Argentine, Paraguay, Uruguay, Bolivie et Chili). À l'origine, ces recherches aspiraient à organiser un récit historique sur la réapparition du mouvement féministe au Brésil, dit de la « Deuxième Vague », au milieu des années 1970. Il s’agissait de se centrer sur la manière dont, malgré la dictature militaire et les préjugés antiféministes, des femmes et quelques hommes ont commencé à militer ou simplement à agir en tant que féministes entre 1964 et 1985. Les différentes enquêtes ont permis de cartographier la circulation des idées. Elles ont étudié les relations entre les féminismes selon les échelles nationale et internationale. Elles ont observé les mouvements sociaux et les personnes qui ont eu une influence sur la construction de l’identité féministe. L'ensemble de la documentation réunie5 permet désormais d'engager des études comparées sur les féminismes au Brésil, en Argentine, au Paraguay, en Uruguay, en Bolivie et au Chili durant cette période. Les analyses portent sur les conditions d'émergence des différents groupes féministes, leurs actions, leurs positionnements par rapport aux dictatures militaires et aux mouvements de résistance, les processus de constitution, d’identification et de différenciation.

  • 6 Parmi eux, on souligne Pedro, Joana Maria et Wolff, Cristina Scheibe (dir.), Gênero, feminismos e d (...)
  • 7 Connu aussi sous le nom de « Projet Condor » ou « Opération Condor ». Opération d’espionnage créée (...)

4Par ses publications6, cette équipe contribue à la réflexion sur la période des dictatures militaires dans le Cône Sud ; conjointement elle a produit une base de données (collection de documents, périodiques, entretiens, photographies…). L'histoire des dictatures du Cône Sud permet d'interroger également les enjeux du présent, notamment en lien avec l’agenda des commémorations des « années du coup d’État ». En 2014, le Brésil commémore les cinquante ans du coup d’État militaire, et le Paraguay les soixante ans de l'accession au pouvoir de Stroessner. De fait le Brésil et le Paraguay ont subi des dictatures à des moments qui ont coïncidé (1964-1985 et 1954-1989). Cette unité de conjoncture est aussi marquée par la circulation des personnes (militants de la résistance et sympathisants des régimes), l'existence d'un réseau de relations entre les dirigeants, par exemple dans le cadre du « Plan Condor »7, ainsi que dans la contemporanéité des catégories politiques et des discours sur le droit à la mémoire, à la vérité, à la réparation et à la sanction, qui habitent les mémoires des personnes que nous avons interviewées.

Rapports de genres dans les dictatures du Brésil et du Paraguay

5Des années après les expériences de militance, résistance, tortures, emprisonnements et exils, des hommes et des femmes ont partagé avec nous une partie de leurs expériences et de leurs souvenirs : paysans, étudiants, hommes politiques, partisans. Notre analyse porte sur des entretiens réalisés avec près de 80 témoins (55 Brésiliens/nes et 24 Paraguayens/nes). Les souvenirs de Stella, Rafaela, Graziella, Cristine, Albertina, Alda, Amelinha, se mêlent à beaucoup d’autres. Ce sont des souvenirs singuliers certes, mais ils se rapprochent des récits qui peuplent la mémoire collective des dictatures du Cône Sud.

  • 8 Vittore, Stella Rojas. Entretien avec Cristina Scheibe Wolff, Joana Maria Pedro, Mirian Alves Nasci (...)

6Le Brésil et le Paraguay ont vécu, pour beaucoup, simultanément l'expérience de la dictature. De même, leurs histoires ont aussi été marquées par des organisations de gauche très souvent liées à des mouvements de paysans et à des tentatives de lutte armée associant des hommes et des femmes. Stella Rojas Vittore, par exemple, durant l'enquête sur la dictature au Paraguay, raconte avoir été liée à plusieurs groupes et organisations où on discutait, analysait et se confrontait à la dictature du général Stroessner. Dans son récit, elle souligne que son travail était d’analyser et de participer au changement politique, cette action se faisant avec des paysans et des étudiants.8 Selon elle :

  • 9 Idem.

[...] íbamos al campo y manteníamos reuniones con los campesinos, analizábamos la situación, verdad,… y digamos, como que conformábamos equipos acá, en la capital [...] Equipos para apoyar a los campesinos, ver estrategias de cómo hacer, cómo enfrentar al gobierno, como poder, digamos, que sea visible todas las cosas que estaban pasando internamente…porque era todo un periodo de ocultamiento, todo un periodo que a través de uno y otro, verdad, que vos te enterabas de la comunicación oral…, la gente que entraba presa, los que desaparecían…y, digamos, todo lo, la persecución que hacían a todos lo que de alguna u otra forma estuvieran vinculada, o pensaran o sospecharan estaban contra el gobierno…9

7Stella a aussi souligné qu’il y avait toujours des femmes. Elles participaient aux réunions, certaines occupaient des postes importants. Mais, d’une façon générale, la majorité des récits évoquant la participation des femmes dans les organisations de gauche met en relief le caractère subalterne des postes occupés par elles. Le plus souvent, elles étaient les secrétaires des réunions, servaient le café et aménageaient l’espace. Peu d’entre-elles occupaient un poste de commandement et décidaient des actions – celles-ci étant définies « par les compagnons hommes ». Les hommes étaient les personnes les plus identifiées à la lutte armée. L’appartenance à la lutte armée, la guérilla ou aux différents mouvements de résistance était aussi très marquée par les rôles de genre. Il s’agissait d’actions dangereuses, considérées par de nombreux militants et militantes comme relevant des activités masculines car elles demandaient de la force, de la « raison », du « sang froid ». Toutefois, de nombreuses femmes participaient à des actions armées, portaient des armes, passaient des informations, et résistaient à la douleur et à la torture. Pour cela, elles cachaient leurs « traits féminins » – du rouge à lèvres ! pas question! Ou, comme le disent Joana Maria Pedro et Cristina Scheibe Wolff,

  • 10 Pedro, Joana Maria et Wolff, Cristina Scheibe, «As dores e as delícias de lembrar a ditadura no Bra (...)

[...] sauf si l’action demandait l’usage du genre, comme dans les cas où il fallait obtenir des informations, passer par des endroits dangereux sans se faire remarquer ; pour cela, certaines fois, elles se servaient de leur image de femme. Enfin, elles devaient montrer leur courage, leur fermeté, leur loyauté, leur virilité, dans les actions de vie et de mort, dans les caves de la police secrète [...]10

8Mais les souvenirs des interviewées ont subi les années :

  • 11 Idem, p. 404.

[...] elles montrent, avant tout, une réflexion qui n’existait pas à l’époque de ces événements. Certains témoins affirment qu’à l’époque, on ne voyait pas les différences de genre, les préjugés. Peu d’entre-elles parlent de cela et affirment avoir interpelé leurs collègues avec ces questions. On peut dire que c’est une mémoire traversée par une connaissance, une réflexion sur le genre, issue des discussions féministes. C’est, enfin, le féminisme qui réorganise les mémoires.11

  • 12 Sur genre et féminismes dans le Cône Sud, cf. Pedro, Joana Maria « Narrativas do feminismo em paíse (...)
  • 13 Scott, Joan, «Gênero: uma categoria útil de análise histórica», Educação e realidade, Porto Alegre, (...)

9Le point de vue féministe de beaucoup de nos interviewées s'exprime dans le présent, ainsi que l’importance qu’elles donnent aux études et/ou aux rapports de genre. De nombreux groupes de femmes, dans le Cône Sud, ont commencé leurs activités en employant le genre comme façon de se situer contre la répression et dans la lutte pour les droits humains. De ces groupes de femmes sont parfois nés des groupes féministes. Mais, si à l’époque ces femmes se sentaient ou se disaient féministes, c’est un autre aspect des récits que nous avons entendu12. En effet, la relation aux études féministes ou à l’expérience « d’être une femme dans le mouvement » a aussi contribué à « genrer » les mémoires des dictatures. En ce sens, on observe le dialogue que Luiza Passerini établit avec le texte classique de Joan Scott13, à propos du genre en tant que catégorie d’analyse historique, et vérifier comment :

  • 14 Passerini, Luisa, A memória entre política e emoção, São Paulo, Letra e Voz, 2011, p. 99.

Dans le processus d’intégration entre Histoire et histoire orale, le genre a joué un rôle, mais non pas en tant que catégorie centrale et dominante. Son rôle a apparemment été plus modeste, dans le sens qu’il a été employé dans sa forme verbale, gendering, que l’on pourrait traduire par « genrer », soit, comme une opération permettant de modifier ou de redéfinir les approches historiques en vigueur. Ainsi, dans de nombreux cas, l’histoire orale contribue fortement aux efforts pour « genrer » l’Histoire.14

10La majorité des entretiens montre les usages du genre dans la militance et dans les mouvements de résistance. Au Paraguay, le mouvement de femmes paysannes, avec le soutien initial de l’Église Catholique, a été important dans la mobilisation contre la dictature. D’après Magiorina Balbuena Cardozo,

  • 15 Cardozo, Magiorina Balbuena. Entretien avec Cristina Scheibe Wolff. Asunción, Paraguay, 22.02.2008. (...)

En 1982, en pleine dictature, nous avons commencé à travailler avec les femmes, parce que tous ceux qui entraient dans le mouvement, dans la nouvelle organisation – le MPC [Movimiento Campesino Paraguayo] – étaient des hommes et il y avait tellement peu de femmes que nous avons commencé à travailler pour les femmes, avec l’organisation des femmes.15

  • 16 L’Action Populaire – AP, est apparue en 1962 en tant que force politique et après 1968 a commencé à (...)
  • 17 Wolff, Cristina Scheibe, «O gênero da esquerda em tempos de ditadura», in Pedro, Joana Maria et Wol (...)

11Au Brésil, certains groupes de gauche comprirent également que la paysannerie allait jouer un rôle important dans la révolution. Le travail dans les campagnes a été renforcé. L’Action Populaire – AP16, qui venait de la Théologie de la Libération, a envoyé ses membres dans des usines et dans les régions rurales. Bien que les directives n’aient souvent pas été suivies, d’une façon générale, les femmes devaient aller à l’usine et les hommes dans les campagnes. Selon Cristina Scheibe Wolff, « Sachant qu’il serait plus facile pour les femmes de vivre dans les villes, la majorité des militantes devait se faire engager dans des usines comme ouvrières. Les hommes, eux, devaient se rendre dans des régions rurales à l’intérieur des terres ».17

  • 18 Thomson, Alistair, «Recompondo a memória: questões sobre a relação entre a História Oral e as memór (...)

12Les récits sur les dictatures au Brésil et au Paraguay – vues du présent – s'étoffent au fil des enquêtes. D’après Alistair Thomson, « des expériences nouvelles amplifient constamment les images anciennes et, à la fin, demandent et engendrent de nouvelles formes de compréhension. [...] Quelles mémoires nous choisissons pour rappeler et rapporter (et, donc, se souvenir), et comment nous leur donnons un sens, sont des choses qui changent avec le temps ».18 Au moment de se souvenir des dictatures dans le Cône Sud, d’autres récits présents dans d’autres types de documents viennent élargir le débat sur la mémoire et la vérité. Ils insistent sur l’importance de la création et la valorisation d’espaces de mémoire concernant la période des dictatures.

Bases de données et espaces de mémoires

13Actuellement, la documentation étudiée par l’équipe du LEGH présente une collection de variée de sources (journaux, revues, pamphlets, procès, courriers, photographies…) produites par les dictatures. Cette documentation interroge les domaines de la mémoire, du patrimoine culturel et de la connaissance. De là est apparue l'idée de mettre en perspective la mise en récit des dictatures selon ces sources. En ce sens, nous proposons d’articuler les recherches réalisées par le LEGH avec les études sur le patrimoine culturel.

  • 19 Salomon Marlon (dir.), Saber dos arquivos, Goiânia, Ricochete, 2011.

14Au Brésil, les recherches sur la dictature sont nombreuses et variées. Pour notre part, nous nous centrons sur la manière dont les musées et leurs collections se constituent en espaces de « devoir de mémoire », au Brésil et au Paraguay, à un moment où, selon Marlon Salomon, le « savoir des archives » est débattu.19

15À l’entrée de l’Archivo del Terror, à Asunción del Paraguay, les visiteurs sont accueillis par une inscription murale :

Los archivos, materia y memoria, están llamados a ocupar un espacio relevante en la lucha contra la amnesia colectiva que afecta a nuestro pasado reciente o remoto.

  • 20 Corte Suprema de Justicia, Museo de la Justicia. Centro de Documentación y Archivo para la Defensa (...)
  • 21 Paz Alfredo Boccia et Aguilar Rosa Palau et Salerno Osvaldo, Paraguay: Los Archivos del Terror. Los (...)

16Appelé Archivo del Terror depuis qu’il a été découvert le 22 décembre 1992, ce fonds est officiellement le Centre de Documentación y Archivo para la Defensa de los Derechos Humanos fonctionnant conjointement avec le Musée de la Justice. Cet espace de 236 m2, présenté comme un espace-mémoire de la dictature que le pays a subie de 1954 à 1989 sous le commandement d’Alfredo Stroessner, cherche à « promouvoir la récupération de la mémoire historique citoyenne ».20 La collection comprend des documents des services secrets paraguayens, les dossiers des autorités paraguayennes policières et militaires, ainsi que le fonds de ladite « Opération Condor », contenant des informations sur d’autres dictatures du Cône Sud, dont l’Argentine, le Chili et le Brésil. Ces archives sont considérées comme étant parmi les plus importantes pour les années de répression en Amérique du Sud. Leur découverte et les usages politiques qui en sont faits, ont conduit à les désigner comme les « papiers qui ont "resignifié" la mémoire du stronisme ».21 En effet, l’impact de la découverte de l’Archivo del Terror a élargi les discussions sur l’histoire stricte du régime stroniste aux autres dictatures de la région. Dix ans après, en 2002, était inauguré, aussi à Asunción, le Museo de las Memorias dénonçant les horreurs de la dictature paraguayenne.

  • 22 Heymann, Luciana Quillet, «O devoir de mémoire na França contemporânea: entre memória, história, le (...)

17Ces espaces convoquent systématiquement la phrase : « occuper un espace important dans la lutte contre l’amnésie collective », montrant aux chercheurs, aux victimes ou aux curieux, que le souvenir de cette époque participe du « devoir de mémoire », afin que de tels faits ne se répètent plus jamais. Cette expression, selon Luciana Q. Heymann, a été « forgée au cours des années 1990 […] en somme, elle traduit l’idée selon laquelle les mémoires de souffrance et d’oppression engendrent des obligations, de la part de l’État et de la société, par rapport aux communautés qui en sont porteuses ».22

  • 23 Salomon, M., Op. Cit, p. 6.
  • 24 Salomon, M., Op. Cit, p. 6.

18Dans ce cadre, on observe également l’importance des réflexions de Marlon Salomon à propos d’un « savoir des archives ». D’après lui, dans les dernières décennies, « les archives sont devenues un problème politique et épistémique dans de nombreuses sociétés »23. Que ce soit dans l’ex-Union Soviétique, dans l’est de l’Europe, en Amérique latine ou dans d’autres régions, de nouvelles réflexions se sont imposées quant au statut et aux usages politiques des archives. En ce sens, « la gestion du passé des sociétés devient un problème contre lequel se débattent la société d’un côté et l’État de l’autre ».24

  • 25 Teles, Janaína (dir), Mortos e desaparecidos políticos:reparação ou impunidade?, 2 ed., São Paulo, (...)
  • 26 D´Araujo, Maria Celina, «Memória da ditadura militar no Brasil: fontes e métodos», in Gomes, Ângela (...)

19La « gestion du passé » prend une autre tournure au Brésil. Le pays a vécu une dictature militaire de 1964 à 1985, mais la Loi d’Amnistie de 1979 a renforcé l’esprit de conciliation : l’ouverture démocratique n'a pas entraîné une remise en question du passé.25 Au Brésil, à la différence du Paraguay, l'ensemble des archives de la dictature militaire n'est pas réuni dans un fonds spécifique. Mais Maria Celina D´Araujo signale que « la situation est "confortable" en ce qui concerne les sources de l’action répressive policière et militaire pendant la dictature. Dans ces archives, des travaux importants aident à mieux comprendre l’organisation des différents organismes. Les informations qu’ils donnent sur les prisonniers ont déjà été exploitées ».26

  • 27 Nora, Pierre, «Entre memória e história – a problemática dos lugares», tradução de Yara AunKhoury, (...)
  • 28 Ricoeur Paul, A memória, a história, o esquecimento, Campinas, Editora da UNICAMP, 2007.
  • 29 Certeau Michel de, A escrita da história, Rio de Janeiro, Forense, 1982.

20Une autre problématique sur laquelle nous travaillons porte sur les standards discursifs de la mémoire et des usages politiques du passé, à partir de certains espaces de mémoire. Les réflexions de Pierre Nora concernant les « lieux de mémoire »27, ainsi que celles de Paul Ricœur28, qui interrogent la question du pardon sont importantes pour mettre en perspective ces collections. En effet, les archives, comme l'ont signalé Ricœur et de Certeau, ne sont pas uniquement un espace physique, mais aussi « un lieu social »29. Ainsi, il est intéressant d'observer en quoi les archives qui conservent la documentation sur les dictatures brésiliennes et paraguayennes se constituent en espaces de mémoire, pouvant (re)signifier l’histoire régionale récente, en articulant la mémoire et le patrimoine culturel.

21Dans le cas du Paraguay, aussi bien l’Archivo del Terror que le Museo de las Memorias se présentent comme des patrimoines culturels devant être préservés. Dans le cas du Brésil, ce ne sont pas nécessairement les espaces, mais plutôt les collections qui sont perçues de cette façon, surtout en tant que patrimoine documentaire. En ce sens, les historiennes et les historiens jouent un rôle privilégié dans cette réflexion collective sur les nouvelles correlations et implications mutuelles entre mémoire, culture et patrimoine. Un enjeu qui s’élargit au regard d’un régime d’historicité présentiste, dans une contemporainéité marquée par la patrimonialisation des mémoires traumatiques, par la reconnaissance sociale de victimes de l’histoire, par la formulation de nouveaux instruments juridiques qui veulent répondre aux devoirs de réparation revendiqués par les victimes, et par le travail réalisé par les diverses « Commissions de la Vérité » qui diffusent une rhétorique de témoignage.

22L'étude comparée de l’histoire des archives de la dictature du Brésil et du Paraguay contribue aux débats contemporains sur la mémoire et le patrimoine documentaire. Concernant les collections du Brésil, la recherche n'en n'est qu'à ses débuts ; nous travaillons avec trois fonds : celui des Archives Nationales du Distrito Federal, qui depuis décembre 2005 ont la responsabilité de conserver les collections des anciens Service National d’Informations (SNI), Conseil de Sécurité Nationale (CSN) et Commission Générale d’Enquête (CGI). Celui des Archives Nationales de Rio de Janeiro, conservant les fonds du Tribunal de Sécurité Nationale, de la Division de la Censure, entre autres. Enfin, les archives du projet « Torture plus jamais », qui se trouvent dans les Archives Edgard Leuenroth, à l’Université de Campinas/SP. À propos de ce dernier fonds, soulignons que :

Le projet « Brésil plus jamais » a été imaginé par Dom Paulo Evaristo Arns, à l’époque conseiller du Cardinal Archevêque de São Paulo et par le révérend Jaime Wright, à l’époque pasteur de l’Église Presbytérienne Unie. La collection rassemble des copies de plus de 700 procès de prisonniers politiques brésiliens des années 1964-1985, reproduits à partir des Archives du Tribunal Supérieur Militaire et du Tribunal Fédéral Suprême. Ils contiennent des informations sur des partis et des organisations visés par la répression, mais aussi des études sur la torture au Brésil et dans le monde. La collection présente une section Annexes avec 10170 documents reproduits, concernant le matériel trouvé en possession des militants et annexé aux procès en tant que « preuve de subversion », pour la période 1964-1979...30

  • 31 D’une façon générale, c’est avec le lancement, en 1989, de Le Gout de l’archive, où Arlette Farge e (...)
  • 32 Heymann, Luciana Q., Op. Cit.

23L'étude comparée des dictatures et des différentes perceptions du « devoir de mémoire », des « lieux de mémoire », et des enjeux de patrimoine, permet aussi d’établir la contemporanéité des débats, surtout lorsque nous sommes accompagnés par les attentes concernant les commissions Vérités. En effet, les différentes collections, au Brésil et au Paraguay, installent des récits qui étoffent les réflexions du champ des études d’archives. Car, ce n'est que très récemment que les archives ont commencé à spécialement questionner l’Histoire.31 Ainsi un débat public et juridique important se mobilise sur les questions de la mémoire, des droits, des traumatismes et des réparations pour les minorités ethniques et les persécutés politiques. 32

24L'étude des récits et des collections suscite une autre question : le peu de visibilité de la lutte des femmes dans la constitution des espaces de mémoires. Certes, les informations sont nombreuses sur les femmes (sur leurs agissements politiques, leur participation dans les mouvements de gauche, quand et comment elles étaient poursuivies, emprisonnées et torturées…). Mais sur leur action politique dans la construction des espaces de mémoire, il n'y a que peu de choses. Par exemple, prenons le cas de deux opposantes à la dictature paraguayenne : Carmen de Lara Castro et Olga Blinder.

  • 33 Sur Carmen de Lara Castro, cf. Silva, Tamy Amorim, Usando o gênero como arma:trajetórias de mulhere (...)

25Carmen de Lara Castro a lutté contre la dictature et a travaillé comme défenseuse des droits humains. En pleine dictature, elle a fondé, en 1967, la première Commission de défense des droits humains, un des rares espaces qui aidait les prisonniers/prisonnières en dénonçant le régime paraguayen à travers la presse. La documentation conservée à l’Archivo del Terror montre combien cette femme, qui a été députée et sénatrice, a été surveillée par le gouvernement de Stroessner.33 Carmen, dont des enfants ont été emprisonnés et torturés, s’est montrée infatigable dans la lutte contre la dictature. Quand la « Técnica » – lieux d’emprisonnement et de torture – a été fermée, le 24 décembre 1992, elle était là. En tant que sénatrice, elle a suivi tout le procès de fermeture de la « Técnica », et elle a déclaré au journal El Diario :

  • 34 El Diario, 24.12.1992, p. 6.

Este lugar lo visite muchísimas veces y he visto el cuerpo lacerado de mis hijos [...] Este lugar es terrible, donde las torturas se hacían con deleite. [...] En este lugar, había una crudeza terrible. [...] Esto no es sólo una clausura simbólica, sino la clausura de toda la represión.34

26Actuellement, ce lieu abrite un des lieux appelés Maison de la mémoire (il y en a un autre du même nom à Asunción). La Maison de la mémoire, avec l’Archivo del Terror, constituent les espaces les plus emblématiques de la mise en valeur d’une mémoire de la répression. Ce sont des lieux de recherche et de visite qui portent sur cette période et rappellent à tout moment qu’il s’agit d’un « espacio relevante en la lucha contra la amnesia colectiva ». Mais, malgré la lutte de Carmen pour fermer cet endroit et le transformer en un « lieu de mémoire », son parcours en tant que conceptrice de cet espace est un thème peu étudié.

  • 35 Sur Olga Blinder, Cf. Goosen Teresa, Olga Blinder: una biografía, Asunción, Goossen.libros, 2004.
  • 36 Idem, p. 178.

27De même, dans l’Archivo del Terror, ce qui attire l’attention est le manque d’informations sur Olga Blinder. Il existe de nombreuses informations sur les hommes qui ont rendu possible la découverte de cette collection et la construction de l’Archive, comme, Martín Almada, emprisonné et exilé pendant la dictature paraguayenne et considéré, par beaucoup, comme étant le « découvreur » des archives secrètes à l'origine de l’Archivo del Terror. Indépendamment de l’importance de Martín Almada dans la révision de l’histoire de la dictature de ce pays, l’absence d’informations sur d’autres personnes comme Olga Blinder interroge. Dans cet « espace de mémoire », les « marqueurs de mémoire » d'Olga sont fragiles. Olga Blinder est une artiste majeure et une intellectuelle engagée dans la culture qui a introduit la modernité dans l’art paraguayen, et à partir de 1959, elle a développé, dans ce pays, une méthode d’éducation à travers l’art.35 Quand a été inauguré le nouvel espace de l’Archivo del Terror, au Musée de la Justice, une œuvre d’Olga a été choisie pour recevoir et sensibiliser les visiteurs : la reproduction de la xylogravure « El torturado », réalisée en 1963.36 Ce sont quatre images qui représentent l’histoire d’un étudiant torturé et exilé sous la dictature de Stroessner. Les quatre images de presque un mètre de hauteur produisent une forte émotion et rappellent l’histoire de l’étudiant et la torture. L’œuvre est intéressante et présente les informations de base (auteur, technique et date), mais quid d'Olga Blinder ? Son histoire ? Sa lutte contre la dictature ? Certes son œuvre peut être comprise comme une critique, une dénonciation de la violation des droits humains. Une symbolique qui construit cet espace. Néanmoins, l’histoire d’Olga et les raisons qui lui ont fait produire ce récit de la torture ne sont pas considérées dans cet « endroit de mémoire ».

Conclusion

  • 37 Durán, Valeria. «La vecindad del horror: pasado y presente en el entorno de los (ex)centros clandes (...)

28L'étude de ces fonds sur les usages de la mémoire par rapport aux dictatures et aux rapports de genre qui marquent ces expériences ouvre sur d’autres approches pour l’histoire du passé récent des pays du Cône Sud. Si les usages du genre et les différences de genre étaient présents dans la militance et dans la résistance, ils participent également de la constitution des espaces appropriés et/ou choisis comme « endroits de mémoire » des dictatures. Les lieux qui actuellement abritent des collections dans des musées et des centres de documentation liés à cette période, au Brésil et au Paraguay, reflètent, d’une certaine façon, le débat public de plus en plus fort sur les usages d’anciens espaces devant être préservés. En effet, selon Valeria Durán, qui analyse les centres de détention en Argentine, « las marcas del pasado reciente en la ciudad son resultados de luchas políticas y encarnan espacios disputados, apropiados, ganados por impulsores de memoria”.37 Les archives, les musées, les maisons de mémoires ne sont pas que de simples dépôts de sources documentaires. Mais outre le fait qu’ils abritent des récits évoquant la rhétorique du témoignage, ils contribuent aux luttes politiques et aux enjeux du présent dans l’agenda de la mémoire de la dictature. Au Brésil comme au Paraguay, il est possible que les actions liées aux cinquante et aux soixante ans des coups d’État, qui devraient être « rappelés » en 2014, donnent de nouveaux contours à cette recherche.

Haut de page

Bibliographie

Aquino, Maria Aparecida et al. (dir.), No coração das trevas: o Deops-SP visto por dentro, São Paulo, Arquivo do Estado/Imprensa Oficial, 2001.

Arquidiocese de São Paulo, Brasil: Nunca mais, Petrópolis, Vozes, 1985.

Certeau, Michel de, A escrita da história, Rio de Janeiro, Forense, 1982.

Corte Suprema de Justicia, Museo de la Justicia. Centro de Documentación y Archivo para la Defensa de los Derechos Humanos. Catálogo, Asunción, 2010.

D´Araujo, Maria Celina, «Memória da ditadura militar no Brasil: fontes e métodos», in Gomes, Ângela de Castro (dir.), Direitos e Cidadania:memória, política e cultura, Rio de Janeiro, FGV, 2007, p. 115-135.

Durán, Valeria, «La vecindad del horror: pasado y presente en el entorno de los (ex)centros clandestinos de detención», in Huffschmid, Anne et Durán, Valeria (dir.), Topografías conflictivas: memorias, espacios y ciudades en disputa, Buenos Aires, Nueva Trilce, 2012, p. 293-303.

Farge, Arlette, O sabor do arquivo, São Paulo, Edusp, 2009.

Fico, Carlos, Como e les agiam:os subterrâneos da ditadura militar, espionagem e polícia política, Rio de Janeiro, Record, 2001.

Gaspari, Elio,A ditadura envergonhada, São Paulo, Companhia das Letras, 2002.

Goossen, Teresa, Olga Blinder: una biografia, Asunción, Goossen.libros, 2004.

Haupt, Heinz – Gerhard, «O lento surgimento de uma história comparada», in Boutier, Jean et Julia, Dominique (dir.), Passados recompostos, Rio de Janeiro, UFRJ/FGV, 1998, p. 205-213.

Heymann, Luciana Quillet, «O devoir de mémoire na França contemporânea: entre memória, história, legislação e direitos», in Gomes, Ângela de Castro (dir.), Direitos e Cidadania:memória, política e cultura, Rio de Janeiro, FGV, 2007, p. 15-44.

Joffily, Mariana, No centro da engrenagem: os interrogatórios na Operação Bandeirante e no DOI de São Paulo (1969-1975), São Paulo, 2008, (Tese – Universidade de São Paulo).

Nora, Pierre, «Entre memória e história – a problemática dos lugares»,Projeto História, São Paulo, dez. 1993, n°10, p. 7-28.

Passerini, Luisa, A memória entre política e emoção, São Paulo, Letra e Voz, 2011.

Paz, Alfredo Boccia et Aguilar, Rosa Palau et Salerno, Osvaldo, Paraguay: Los Archivos del Terror. Los papeles que resignificaron la memoria del stronismo, Asunción, Museo de la Justicia, 2008.

Pedro, Joana Maria et Wolff, Cristina Scheibe et Veiga, Ana Maria (dir.), Resistências, gênero e feminismos contra as ditaduras no Cone Sul, Florianópolis, Mulheres, 2011.

Pedro, Joana Mariaet Wolff, Cristina Scheibe (dir.), Gênero, feminismos e ditaduras no Cone Sul, Florianópolis, Mulheres, 2010.

Ricoeur, Paul, A memória, a história, o esquecimento, Campinas, Editora da UNICAMP, 2007.

Salomon, Marlon (dir.), Saber dos arquivos, Goiânia, Ricochete, 2011.

Scott, Joan, «Gênero: uma categoria útil de análise histórica», Educação e realidade, Porto Alegre, jul./dez. 1990, v. 16, n°2, p. 5-22.

Silva, Tamy Amorim, Usando o gênero como arma:trajetórias de mulheres na resistência às ditaduras, Trabalho de Conclusão de Curso de História – Universidade Federal de Santa Catarina, Florianópolis, 2013.

Teles, Janaína (dir.), Mortos e desaparecidos políticos: reparação ou impunidade?, São Paulo, Humanitas/FFLCH/USP, 2001.

Thomson, Alistair, «Recompondo a memória: questões sobre a relação entre a História Oral e as memórias», Projeto História, São Paulo, abr. 1997, n°15, p. 51-84.

Vera, Myriam Gonzáles, «Los Archivos del Terror del Paraguay. La historia oculta de la represión», in Catela, Ludmila da Silva et Jelin, Elizabeth (dir.), Los Archivos de la represión: documentos, memoria y verdad, Madrid, Siglo XXI de Espanã Editores, 2002, p. 85-114.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire comparée, voir Haupt, Heinz – Gerhard, « O lento surgimento de uma história comparada», in Jean Boutier et Dominique Julia (dir.), Passados recompostos, Rio de Janeiro, UFRJ/FGV, 1998, p. 205-213.

2 Projet de recherche « Espaces de mémoire. Archives et sources documentaires (re)signifiant les dictatures militaires (Brésil et Paraguay) », financé par le CNPq.

3 Loi n°12.528, du 18 novembre 2011.URL: http://www.cnv.gob.br .

4 Depuis 2004, les professeures Cristina Scheibe Wolff, Joana Maria Pedro et Roselane Neckel, avec des boursières d’Initiation Scientifique, élèves de Master et des doctorants/es ; et à partir de 2011, Janine Gomes da Silva.

5 Entre autres, les projets : Mouvements de femmes et féminismes pendant la dictature militaire dans le Cône Sud (1964-1989) ; du féminisme au genre – circulation de théories et appropriations dans le Cône Sud (1960-2008) ; et, Genre, féminisme, femme et femmes : appropriations dans le Cône Sud (1960-2008), coordonnés par Joana Maria Pedro. Et, le genre de la résistance dans la lutte contre les dictatures militaires du Cône Sud (1964-1989), coordonné par Cristina Scheibe Wolff.

6 Parmi eux, on souligne Pedro, Joana Maria et Wolff, Cristina Scheibe (dir.), Gênero, feminismos e ditaduras no Cone Sul, Florianópolis, Mulheres, 2010 ; et Joana Maria Pedro et Wolff, Cristina Scheibe et Ana Maria Veiga (dir), Resistências, gênero e feminismos contra as ditaduras no Cone Sul, Florianópolis, Mulheres, 2011.

7 Connu aussi sous le nom de « Projet Condor » ou « Opération Condor ». Opération d’espionnage créée au Chili avec le soutien de l’Argentine, du Brésil, de la Bolivie, du Paraguay et de l’Uruguay qui poursuivait les opposants. Cf. Vera, Myrian Gonzáles, «Los Archivos del Terror del Paraguay. La historia oculta de la represión», in Ludmila da Silva Catela et Elizabeth Jelin (dir.), Los Archivos de la represión: documentos, memoria y verdade, Madrid, Siglo XXI de Espanã Editores, 2002, p. 107.

8 Vittore, Stella Rojas. Entretien avec Cristina Scheibe Wolff, Joana Maria Pedro, Mirian Alves Nascimento et Larissa Freitas. Assuncion, Paraguai, 28.07.2010. Collection du LEGH/UFSC.

9 Idem.

10 Pedro, Joana Maria et Wolff, Cristina Scheibe, «As dores e as delícias de lembrar a ditadura no Brasil: uma questão de gênero», História Unisinos, 2011, vol. 15, n°3, set./dez, p. 404.

11 Idem, p. 404.

12 Sur genre et féminismes dans le Cône Sud, cf. Pedro, Joana Maria « Narrativas do feminismo em países do Cone Sul (1960-1989) », in Pedro, Joana Maria et Wolff, Cristina Scheibe (dir.), Gênero, feminismos e ditaduras no Cone Sul, Florianópolis, Mulheres, 2010, p. 115-137.

13 Scott, Joan, «Gênero: uma categoria útil de análise histórica», Educação e realidade, Porto Alegre, 1990, v. 16, n°2, p. 5-22.

14 Passerini, Luisa, A memória entre política e emoção, São Paulo, Letra e Voz, 2011, p. 99.

15 Cardozo, Magiorina Balbuena. Entretien avec Cristina Scheibe Wolff. Asunción, Paraguay, 22.02.2008. Collection du LEGH/UFSC. Sur les mouvements sociaux dans les campagnes cf. Freitas, Larissa Viegas de Mello, « Trajetórias de mulheres em movimentos sociais no campo: comparações entre Brasil e Paraguai (1960-1989)», in Pedro, Joana Maria et Wolff, Cristina Scheibe et Veiga, Ana Maria (dir.), Resistências, gênero e feminismos contra as ditaduras no Cone Sul, Florianópolis, Mulheres, 2011, p. 259-280.

16 L’Action Populaire – AP, est apparue en 1962 en tant que force politique et après 1968 a commencé à penser à la lutte armée en tant que possibilité de lutte politique contre la dictature au Brésil.

17 Wolff, Cristina Scheibe, «O gênero da esquerda em tempos de ditadura», in Pedro, Joana Maria et Wolff, Cristina Scheibe (dir.), Gênero, feminismos e ditaduras no Cone Sul, Florianópolis, Mulheres, 2010, p. 141.

18 Thomson, Alistair, «Recompondo a memória: questões sobre a relação entre a História Oral e as memórias», Projeto História, São Paulo, avr. 1997, n. 15, p. 57.

19 Salomon Marlon (dir.), Saber dos arquivos, Goiânia, Ricochete, 2011.

20 Corte Suprema de Justicia, Museo de la Justicia. Centro de Documentación y Archivo para la Defensa de losDerechos Humanos. Catálogo, Asunción, 2010.

21 Paz Alfredo Boccia et Aguilar Rosa Palau et Salerno Osvaldo, Paraguay: Los Archivos del Terror. Los papeles que resignificaron la memoria del stronismo, Asunción, Museo de la Justicia, 2008.

22 Heymann, Luciana Quillet, «O devoir de mémoire na França contemporânea: entre memória, história, legislação e direitos», in Gomes, Ângela de Castro (dir.),Direitos e Cidadania:memória, política e cultura, Rio de Janeiro, FGV, 2007, p. 15-44.

23 Salomon, M., Op. Cit, p. 6.

24 Salomon, M., Op. Cit, p. 6.

25 Teles, Janaína (dir), Mortos e desaparecidos políticos:reparação ou impunidade?, 2 ed., São Paulo, Humanitas/ FFLCH/ USP, 2001.

26 D´Araujo, Maria Celina, «Memória da ditadura militar no Brasil: fontes e métodos», in Gomes, Ângela de Castro (dir.), Direitos e Cidadania: memória, política e cultura, Rio de Janeiro, FGV, 2007, p. 115-135. Il y a de nombreux travaux sur le thème de la dictature militaire au Brésil et, parmi eux : Aquino Maria Aparecida et al. (dir.), No coração das trevas:o Deops-SP visto por dentro, São Paulo, Arquivo do Estado/ Imprensa Oficial, 2001; Arquidiocese de São Paulo, Brasil: Nunca mais, Petrópolis, Vozes, 1985; Fico, Carlos, Como eles agiam:os subterrâneos da ditadura militar, espionagem e polícia política, Rio de Janeiro, Record, 2001; Gaspari Elio, A ditadura envergonhada, São Paulo, Companhia das Letras, 2002; e, Joffily, Mariana, No centro da engrenagem: os interrogatórios na Operação Bandeirante e no DOI de São Paulo (1969-1975), São Paulo, 2008. (Tese – Universidade de São Paulo).

27 Nora, Pierre, «Entre memória e história – a problemática dos lugares», tradução de Yara AunKhoury, Projeto História; Revista do Programa de Estudos Pós-graduados em História e do Departamento de História da PUC/SP, São Paulo, n. 10, p. 7-28, dez. 1993.

28 Ricoeur Paul, A memória, a história, o esquecimento, Campinas, Editora da UNICAMP, 2007.

29 Certeau Michel de, A escrita da história, Rio de Janeiro, Forense, 1982.

30 http://segall.ifch.unicamp.br/site_ael/index.php?option=com_content&view=article&id=107&Itemid=90, consulté le 28/03/2012.

31 D’une façon générale, c’est avec le lancement, en 1989, de Le Gout de l’archive, où Arlette Farge examine son expérience de la fréquentation des archives judiciaires, qu’il n’est plus compris uniquement comme moyen et condition de l’Histoire, figurant aussi comme objet de la recherche. Voir, Farge, Arlette, O sabor do arquivo, São Paulo, Edusp, 2009.

32 Heymann, Luciana Q., Op. Cit.

33 Sur Carmen de Lara Castro, cf. Silva, Tamy Amorim, Usando o gênero como arma:trajetórias de mulheres na resistência às ditaduras, Trabalho de Conclusão de Curso de História – Universidade Federal de Santa Catarina, Florianópolis, 2013.

34 El Diario, 24.12.1992, p. 6.

35 Sur Olga Blinder, Cf. Goosen Teresa, Olga Blinder: una biografía, Asunción, Goossen.libros, 2004.

36 Idem, p. 178.

37 Durán, Valeria. «La vecindad del horror: pasado y presente en el entorno de los (ex)centros clandestinos de detención», in Huffschmid, Anne et Durán, Valeria (dir.), Topografías conflictivas: memorias, espacios y ciudades en disputa, Buenos Aires, Nueva Trilce, 2012, p. 295.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Janine Gomes da Silva, « Les usages de la mémoire : rhétorique du témoignage, espaces de mémoire et rapports de genres dans les dictatures du Brésil et du Paraguay », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 03 avril 2014, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/66567 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.66567

Haut de page

Auteur

Janine Gomes da Silva

Université Fédérale de Santa Catarina/Brésil
janine.gomesdasilva@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page