Navigation – Plan du site
Guillemette Martin

Identité régionale et construction nationale en Amérique latine. La ville seconde au Mexique (Guadalajara) et au Pérou (Arequipa), des années 1880 aux années 1920

Thèse de doctorat soutenue à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, le 8 avril 2013.
Directeur de thèse : M. Olivier Compagnon (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
Membres du jury :
M. Luis Aboites Aguilar (El Colegio de México),
M. Jean-François Chanet (Sciences-po Paris),
M. Olivier Compagnon (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3),
M. Georges Couffignal (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3),
Mme Annick Lempérière (Université de Paris 1 Panthéon – Sorbonne).
Regional Identity and Nation-building in Latin America. The second city in Mexico (Guadalajara) and Peru (Arequipa), from the 1880s to the 1920s
Identidad regional y construcción nacional en América Latina. La segunda ciudad en México (Guadalajara) y en Perú (Arequipa), de los años 1880 a los años 1920
[27/03/2014]

Résumés

S’inscrivant dans le champ désormais classique de la construction nationale, cette thèse a pour principal objectif de mettre en lumière le rôle joué par les régions dans le processus de consolidation de l’État-nation en Amérique latine, au tournant des XIXe et XXe siècles (1880-1920). La thèse entend démontrer que, si cette période correspond dans tous les pays d’Amérique latine à un moment de forte centralisation du pouvoir central, c’est également une période d’importante redéfinition des identités régionales et de leur participation dans les destins nationaux.
Pour mener à bien ce projet d’interprétation des évolutions politiques contemporaines de l’Amérique latine, l’analyse doctorale propose une comparaison du discours politique et des arguments émis par les élites de Guadalajara, au Mexique, et d’Arequipa, au Pérou, à partir d’une révision systématique et détaillée de la presse régionale publiée dans les deux villes.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les deux volumes qui composent ses « Mémoires complètes », publiées de façon posthume en 1967, l’écrivain et homme politique péruvien Victor Andrés Belaúnde (1883-1966) rend hommage à la ville d’Arequipa, en soulignant avec poésie l’identité à la fois si particulière et si représentative de l’âme nationale, qui caractérise sa cité natale.

  • 1 Belaúnde, Víctor Andrés, Trayectoria y Destino. Memorias completas, Tome 1, « Escenario de Arequipa (...)

« En el panorama peruano, Arequipa tiene el carácter de una ciudad síntesis. Es serrana por la geografía y es costeña desde el punto de vista étnico y social. Ella representa la unión entre la costa y la sierra ; entre el blanco, el mestizo y el aborigen. […] El alma de Arequipa lleva así el sello indeleble de la peruanidad integral. […] Vibran en su espíritu las mejores notas del alma ibérica y al mismo tiempo los acentos del alma indígena. Se expresa en un español tan castizo que conserva voces anticuadas pero tiene que expresar al mismo tiempo, la infinita tristeza, el desamparo y el dolor indígena. Tiene un alma romántica que ha de reflejar la altivez castellana y la abrumadora nostalgia aborigen 1 ».

2Harmonieuse synthèse de ce double héritage espagnol et indien qui compose la « péruvianité », la capitale sud-andine se voit investie d’une identité forte et caractéristique, dans un discours qui n’est pas sans rappeler celui qui se tient 25 ans plus tard dans une autre capitale régionale latino-américaine, celle de Guadalajara, au Mexique.

  • 2 L’adjectif « jalisciense » renvoie au Jalisco, État dont Guadalajara est la capitale.

3En 1992, à l’occasion du 450e anniversaire de la fondation de la ville, la municipalité publie une série d’études historiques, compilées dans deux volumes intitulés simplement « Capítulos de historia de la Ciudad de Guadalajara ». L’introduction commune aux deux tomes, confiée à la plume efficace de l’historien et juriste jalisciense2 José Luis Leal Sanabria, rappelle l’importance du rôle joué par la ville de Guadalajara dans la définition de l’identité nationale :

  • 3 Sanabria, José Luis, « Introducción » in Rendón García, Lina, Capítulos de Historia de la Ciudad de (...)

« Guadalajara es más que una ciudad: es la representación misma de la mexicanidad. Los símbolos de nuestra identidad tienen su asiento en Jalisco: la magia de nuestra música, el vigor de las danzas autóctonas, la simbología del vestido charro, la exquisitez de nuestra bebida nacional. Todo encuentra en Guadalajara aliento e inspiración. Celebrar el aniversario cuatrocientos cincuenta de la capital jalisciense, es conmemorar el nacimiento de las tradiciones más mexicanas. El advenimiento de las formas autóctonas más puras. El descubrimiento de una vocación que es vigorosa, dinámica y creativa3 ».

4Il appartient à chaque lecteur de démêler dans cette prose emphatique ce qui relève du fait historique, de ce qui tient plutôt de l’enthousiasme régionaliste, de l’attachement de l’auteur à sa terre natale. Toutefois, ces deux citations appellent un même constat, confirmé par notre propre expérience de terrain au cours des cinq dernières années. Guadalajara et Arequipa occupent, ou prétendent occuper, dans l’imaginaire historique national du Mexique et du Pérou une place à part, celle d’une capitale régionale incarnant plus que la capitale du pays elle-même la complexité de l’âme nationale dans ses différentes composantes.

5Cette observation invite à s’interroger sur l’interaction qui existe entre le projet de nation, en pleine phase de consolidation au Mexique et au Pérou au tournant des XIXe et XXe siècles, et ces capitales régionales si jalouses de leur originalité. Cette interrogation soulève à son tour trois questions fondamentales, qui articulent les différents axes analytiques de la thèse. Tout d’abord, comment est vécue la nation à l’échelle de ces deux villes à la fois si régionalistes, et en même temps berceaux de la « mexicanité » et de la « péruvianité » ? Et à l’inverse, quel est le rôle qu’elles entendent jouer dans la consolidation de la nation mexicaine et de la nation péruvienne ? Enfin, et il s’agit là du grand enjeu de cette thèse : dans quelle mesure l’analyse comparée des trajectoires historiques de Guadalajara et d’Arequipa nous renseigne-t-elle sur les évolutions du processus de construction nationale au Mexique et au Pérou au tournant des XIXe et XXe siècles ? Au croisement de l’histoire régionale et de l’histoire nationale, ces questions animent l’ensemble de notre réflexion.

Historiographie régionale et historiographie nationale : l’impossible dialogue ?

  • 4 La bibliographie sur le sujet semble inépuisable, qu’elle aborde la question dans un cadre national (...)
  • 5 Sur cette relation entre la construction de la nation et les pouvoirs régionaux issus de l’organisa (...)

6L’un des grands enjeux de l’historiographie latino-américaniste reste sans conteste la compréhension des processus de construction nationale dans les différents pays qui composent la région, processus entamés au début du XIXe siècle, à partir des Indépendances4. La mise en place de l’État moderne en Amérique latine doit alors composer avec un héritage conflictuel issu de la période coloniale, qui a opposé le centre aux pouvoirs régionaux5, « phénomène singulier » dont l’historienne Beatriz Urias Horcasitas a su souligner les paradoxes :

  • 6 Urias Horcasitas, Beatriz, « Conciencia regional y poder central : ensayo sobre el pensamiento sepa (...)

« En diferentes momentos y respondiendo en cada caso a intereses específicos, el proceso de formación de los Estados nacionales en las antiguas colonias españolas da lugar a un fenómeno singular : regiones bien diferenciadas […] con claros intereses locales a veces antagónicos con respecto a los de las capitales, afirmaron su derecho a un cierto margen de autonomía sin negar necesariamente el principio básico de la nacionalidad6 ».

  • 7 Lee Benson, Nettie, La diputación provincial y el federalismo mexicano, México, COLMEX, UNAM, 1992 (...)
  • 8 Gualberto Valdivia, Juan, Memorias sobre las revoluciones de Arequipa desde 1834 hasta 1866, Lima, (...)
  • 9 À la différence du Cuzco, considéré comme la ville représentative de la période préhispanique, tand (...)
  • 10 Thiesse, Anne-Marie, « L'invention du régionalisme à la Belle Époque », Le Mouvement social, n°160, (...)

7Les villes de Guadalajara et d’Arequipa fournissent une claire illustration de cette apparente contradiction. Fondées à la même période par les Espagnols (Guadalajara connaît sa fondation définitive en 1542, Arequipa en 1540), les deux villes se constituent très tôt en capitales autonomes, détachées voire opposées à la capitale officielle du vice-royaume. Plus tardive dans le cas d’Arequipa, qui se développe discrètement à l’ombre du Cuzco jusqu’au début du XIXe siècle, cette posture particulière est assumée dès sa fondation par Guadalajara, alors capitale de la Nueva Galicia, siège d’un évêché et d’une Real Audiencia. À l’Indépendance, Guadalajara se distingue en prenant la tête du mouvement libéral qui prône la mise en place d’un système fédéral au Mexique7, tandis qu’Arequipa se lance dans une série de révoltes contre le pouvoir central8. C’est ce « siècle révolutionnaire » traversé par Arequipa à l’Indépendance du pays qui fait dire à Basadre que la « Ciudad Blanca » est sans conteste « la ville la plus représentative du Pérou républicain »9. Ainsi, farouchement attachées aux prérogatives dont elles bénéficient durant la période coloniale ou qu’elles ont conquises à l’Indépendance, les deux villes n’ont de cesse, durant tout le XIXe siècle et jusque tardivement au XXe siècle, de lutter pour la défense de leurs propres intérêts, tout en réitérant constamment leur attachement à la nation. C’est cette relation ambiguë, aux enjeux souvent multiples et complexes, que l’on se propose d’interroger, dans l’idée que « l’histoire du débat qui traite des rapports entre le pouvoir central et les pouvoirs locaux se confond […] avec l’histoire du pays tout entier puisque la constitution de la nation est déterminée par la dynamique centralisatrice »10. Ce constat émis par Anne-Marie Thiesse pour la France apparaît également juste pour la plupart des pays d’Amérique latine, et plus encore pour le Mexique et le Pérou, pour lesquels a prédominé la logique centralisatrice dès l’Indépendance.

  • 11 Palacios, Marco (coord.), op. cit., p. 13.
  • 12 Nous n’entrerons pas ici dans les inépuisables débats qui divisent l’historiographie régionale sur (...)

8Notre étude propose ainsi de partir du terrain régional pour comprendre les phénomènes historiques nationaux, dans un jeu d’échelles qui doit permettre de restituer tout son sens et sa complexité au dialogue région/nation au Mexique et au Pérou. Puisqu’il s’agit ici de promouvoir « la question régionale comme question nationale »11, notre étude doit penser le terrain régional non seulement comme une construction culturelle, politique et économique originale12, mais bien aussi comme le point de départ d’un nouveau regard sur l’historiographie nationale classique, encore trop souvent pensée depuis les capitales nationales.

9Dans un récent ouvrage sur les contacts et les ruptures entre histoire nationale et histoire régionale, l’historienne mexicaine Verónica Oikion Solano explique le manque de dialogue entre les deux échelles par un « surdimensionnement » des études régionales et nationales, pensées en opposition plutôt que de façon réellement complémentaire :

  • 13 Oikion Solano, Verónica, « Introducción », in Oikion Solano, Verónica (coord.), Historia, Nación y (...)

« Vale la pena recordar que por lo menos desde la revolución mexicana, los estudiosos del pasado mexicano enfatizaron el papel protagónico del gobierno nacional. Esta institución se convirtió en el principal, si no en el único forjador del Estado-nación. Como reacción a este enfoque, la historiografía regional ha destacado la importancia y trascendencia de los acontecimientos de las sociedades regionales en ese proceso de forja del Estado y de la Nación13 ».

  • 14 Il existe ainsi beaucoup plus d’études analysant l’articulation entre les pouvoirs régionaux et la (...)
  • 15 Urias Horcasitas, Beatriz, op. cit. ; Taracena, Arturo, « El Museo Yucateco y la reinvención de Yuc (...)
  • 16 Altable, María Eugenia, De la autonomía regional a la centralización en el Estado Mexicano : Baja C (...)
  • 17 Glave, Luis Miguel, La república restaurada. Formación nacional y prensa en el Cuzco 1825-1839, Lim (...)
  • 18 Barclay Rey de Castro, Federica, op. cit.
  • 19 Saragoza, Alex M., The Monterrey Elite and the Mexican State, 1880-1940, Austin, University of Texa (...)
  • 20 Au XIXe siècle, le Yucatán réclame à deux reprises son autonomie et sa séparation du reste de la Fé (...)

10 Les historiographies mexicaine et péruvienne, qui ne constituent pas en cela des exceptions en Amérique latine, sont ainsi souvent parues scindées en deux branches apparemment irréconciliables : d’un côté une histoire nationale pensée exclusivement depuis le gouvernement central, de l’autre une histoire régionale fermée sur elle-même, mais qui surestime néanmoins le rôle joué par l’espace local dans les grandes évolutions nationales. De manière générale, les travaux partant du terrain régional pour analyser le processus d’intégration des régions à la nation sont donc encore très peu nombreux au Mexique et au Pérou, à la différence de pays comme le Brésil ou l’Argentine par exemple14. Au Mexique, on trouve certes quelques études sur le Yucatán15, et de façon plus marginale sur la Basse-Californie16. Au Pérou, les travaux de Luis Miguel Glave sur le Cuzco17 ont ouvert de façon importante la réflexion sur l’intégration des régions à la modernisation nationale, réflexion assez peu suivie par l’historiographie des autres régions du pays, à l’exception de l’étude récente proposée par Frederica Barclay Rey de Castro sur le Loreto18. De façon caractéristique, et à la notable exception de l’importante étude menée par Alex M. Saragoza sur la région de Monterrey19, ces études se sont surtout intéressées à des régions marginalisées par le processus d’intégration nationale, régions qui ont de ce fait connu d’importants mouvements séparatistes20.

  • 21 « Amor de la patria (chica) y pasión nacional », Relaciones 130, vol. XXXIII, Colegio de Michoacán, (...)

11Ces dernières études proposent une trame de réflexion particulièrement intéressante pour notre propre travail et témoignent d’un intérêt assez récent pour la mise en relation d’histoires locales souvent très fortes avec le centralisme croissant de l’État central, à partir de la fin du XIXe siècle essentiellement. Au printemps 2012, le Colegio de Michoacán a ainsi consacré un numéro spécial de sa revue Relaciones à la question de l’interaction entre la « patria chica » et la nation21. Dans ce numéro, l’historien Alexander Betancourt Mendieta développe une analyse particulièrement intéressante pour notre propre étude, puisqu’elle entend

  • 22 Betancourt Mendieta, Alexander, « Región y nación : dos escalas sobre un tema de estudio », Relacio (...)

« ofrecer una mirada comparada sobre dos casos regionales que contrastan entre sí debido a sus relaciones con el Estado nacional y exponer así los alcances explicativos del concepto de región para comprender ciertas dinámicas en el contexto de los Estados nacionales22 ».

12Notre travail s’intègre donc dans une approche certes encore peu développée, mais qui suscite toutefois un intérêt croissant au sein de l’historiographie actuelle. À notre connaissance, cette approche n’a cependant jamais été adoptée pour les cas tapatío et arequipeño. C’est donc ce que nous nous proposons de réaliser dans cette étude : penser l’histoire nationale mexicaine et l’histoire nationale péruvienne par le prisme de deux capitales régionales, Guadalajara et Arequipa.

  • 23 À titre d’exemple, on peut citer l’ouvrage suivant pour Guadalajara: García Oropeza, Guillermo, Dej (...)

13Au sein d’une production pléthorique d’études historiques dans les deux villes, on distingue trois grands types d’ouvrages, qui peuvent faire l’objet d’un usage complémentaire et dessinent les contours de l’approche régionale classique en Amérique latine. La première catégorie, à mi-chemin entre l’étude historique et le témoignage, regroupe les ouvrages à tonalité régionaliste ou localiste. Généralement produits par des historiens et intellectuels locaux, ces études offrent le plus souvent un « portrait » de la ville à un moment donné, portrait invariablement élogieux et alimenté parfois par les propres souvenirs de l’auteur23. Si nous n’entrerons pas dans une présentation détaillée de ces ouvrages, rappelons toutefois le rôle important qu’ils ont joué dans la réalisation de notre étude, et ce en dépit de leur caractère souvent peu académique (absence de problématique, rare critique des sources, etc.). Ces différents écrits ont permis tout d’abord d’identifier une série de stéréotypes communs caractérisant les deux villes, ainsi qu’une même trajectoire de cette pensée historico-localiste. Ensuite, ils offrent au lecteur une série d’informations non négligeables, notamment sur le développement urbain, économique et social local au tournant du siècle, informations qui viennent compléter de façon efficace les nombreux ouvrages monographiques également disponibles sur les deux villes.

  • 24 Muría, José María, Breve historia de Jalisco, México, Secretaria de Educación Pública, 1988.
  • 25 Voir Aldana Rendón, Mario (coord.), Jalisco desde la Revolución, Gobierno del Estado de Jalisco, Un (...)
  • 26 Ces ouvrages sont le plus souvent collectifs, organisés en plusieurs volumes coordonnés par la même (...)
  • 27 A notre connaissance le seul ouvrage présentant une véritable synthèse monographique de l’histoire (...)

14Ces derniers composent une seconde catégorie d’études, fondamentales pour l’historien intéressé par le fait régional. Les travaux de nature monographique, qu’ils se présentent sous une forme abrégée24 ou en plusieurs volumes25, ont pour principal objectif la mise à disposition d’une somme d’informations sur chaque ville, la détermination d’une chronologie qui lui soit propre, de même qu’une première tentative de définition de ce qui constituerait le « caractère local ». Sur ce point, un premier décalage historiographique est perceptible entre Guadalajara et Arequipa. Alors qu’il existe pour la première un très grand nombre d’ouvrages monographiques26, on ne trouve pour la seconde que de très rares travaux de ce type27.

  • 28 On peut citer à ce sujet l’ouvrage de Elisa Cárdenas Ayala, tiré de sa thèse de Doctorat : Le labor (...)
  • 29 Parmi de nombreux travaux, on peut citer celui de Rivière d’Arc, Hélène, Guadalajara y su región. I (...)
  • 30 Deux références incontournables pour comprendre l’histoire de la ville au XIXe siècle : le travail (...)

15Enfin, il existe un troisième type de travaux, qui correspondraient à une tendance cette fois plus récente et exclusivement universitaire de l’historiographie régionale, à savoir les études développées autour d’une problématique, qui portent sur un thème précis et/ou sur un moment bien particulier de l’histoire locale. Ces études permettent généralement de replacer l’histoire de la ville dans une réflexion plus complexe et analytique. À Guadalajara, ce type de travaux a été développé aussi bien par des historiens tapatíos28 que par des historiens étrangers, généralement européens ou américains29, qui se sont intéressés à toutes les périodes de l’histoire locale. Pour Arequipa, les études historiques réellement problématisées sont le fruit de travaux nord-américains essentiellement et concernent surtout les XVIIIe et XIXe siècles30. Il n’existe à notre connaissance aucune étude problématique et détaillée analysant l’histoire du XXe siècle arequipénien.

16L’analyse typologique de ces diverses études invite l’historien à un premier constat. Si la grande majorité des ouvrages disponibles sur Guadalajara et Arequipa sont d’une très grande richesse informative, ils tendent toutefois à les présenter comme des espaces fermés, fonctionnant en vase clos et qui suivraient des logiques qui leur sont propres. Les études régionales concernant les deux villes reproduiraient en cela les grandes tendances de l’historiographie nationale péruvienne et mexicaine, pensées de façon nationale exclusivement. On note ainsi une absence quasi-complète d’études problématisant cette originalité régionale dans un cadre national plus vaste, qui interviendrait directement sur la formation de l’identité régionale tapatía et arequipeña. C’est dans ce vide historiographique que la thèse prétend s’inscrire, tout d’abord en replaçant l’analyse monographique régionale des deux villes dans le cadre des histoires nationales. Ensuite, en analysant le processus de construction nationale au Mexique et au Pérou, non pas depuis les « marges » de la nation, mais au contraire depuis deux capitales régionales qui, du fait de leur intégration à la fois pleine et entière, mais aussi ambiguë et souvent conflictuelle au projet de nation, constituent deux terrains d’études passionnants.

« Ciudad Blanca » et « Perla del Occidente mexicano » : comparaison et jeux de miroir

  • 31 Sans entrer dans les détails, rappelons simplement l’importante présence des deux principaux empire (...)
  • 32 Oddone, Juan A., « Regionalismo y nacionalismo », in Zea, Leopoldo, América Latina en sus ideas, (...)
  • 33 Calvo, Thomas, « El Rey y sus Indias : ausencia, distancia y presencia (siglos XVI-XVIII) » in Mazi (...)

17Si la mise en regard de Guadalajara et d’Arequipa réclame un certain nombre de précisions, c’est avant tout la comparaison entre le Mexique et le Pérou qui doit être explicitée. Les deux pays connaissent des trajectoires historiques parallèles depuis la période préhispanique jusqu’à l’Indépendance31. Dans un article publié dans l’ouvrage de Leopoldo Zea América Latina en sus ideas, l’historien Juan A. Oddone souligne ainsi la marque profonde laissée par les empires préhispaniques sur l’organisation du pouvoir colonial au Mexique et au Pérou32. Les deux pays entrent donc dans le XIXe siècle avec des structures étatiques, économiques et sociales sinon identiques, du moins comparables. Il semble donc surprenant qu’aussi peu d’études se soient attachées à les comparer. On observe en effet que le Mexique comme le Pérou ont surtout été pensés nationalement par l’historiographie classique, dans le strict cadre de l’État-nation. Certes, l’historien a accès à quelques études comparatistes concernant la période coloniale, qui soulignent justement les nombreuses similitudes qui unissent les deux pays jusqu’au XIXe siècle33.

  • 34 Mallon, Florence, Campesino y Nación. La construcción de México y Perú poscoloniales, México, CIESA (...)

18En dépit de ces quelques travaux, comparer le Mexique et le Pérou au cours de leur histoire contemporaine reste un défi, comme en témoigne une historiographie encore très pauvre sur le sujet. Rares sont en effet les travaux qui comparent les deux pays après leurs indépendances respectives, du fait notamment d’une forte distanciation de leurs trajectoires historiques à partir du début du XIXe siècle. Dans la préface d’un ouvrage qui constitue une brillante exception en la matière34, l’historienne nord-américaine Florence Mallon explique que :

  • 35 Mallon, Florence, op. cit., p. 19.

« Al principio de la historia poscolonial de América Latina, México y Perú eran comparables en términos generales. Habían sido los grandes centros de las civilizaciones indígenas precolombinas y del dominio del imperio español ; tenían las minas de plata más generosas, las élites coloniales más ricas, y las mayores poblaciones indígenas en toda la América española. Ambos países entraron al llamado período nacional en un estado de desorden político, y cada uno enfrentó alrededor de cincuenta años de guerras civiles antes de que los esfuerzos de estabilización política tuvieran resultado alguno […]. Sin embargo, a partir de estas similitudes generales, los caminos de México y Perú han sido marcadamente divergentes desde las primeras décadas del siglo y en especial a partir de la década de 1930 35 ».

19C’est cette période de distanciation des trajectoires historiques du Mexique et du Pérou que notre étude compte analyser, afin de rendre intelligible cette transition entre une organisation coloniale relativement similaire dans les deux pays, vers des logiques de pouvoir contemporaines radicalement différentes à partir des années 1930.

20Il convient de reconnaître ici qu’au sein de ces deux pays, de nombreuses villes et régions auraient pu faire l’objet d’une comparaison. Pour cette raison, le choix particulier des villes de Guadalajara et d’Arequipa dans une comparaison jusqu’à présent jamais mise en œuvre, ni même évoquée dans l’historiographie, réclame quelques éclaircissements, qui doivent nous amener à expliciter la construction de notre objet d’étude.

  • 36 En 1900, la ville de Guadalajara compte un peu plus de 100 000 habitants, tandis que celle d’Arequi (...)
  • 37 Devant Puebla, seconde ville du pays jusque dans la première moitié du XIXe siècle.

21Si Guadalajara et Arequipa présentent à la fin du XIXe siècle un important décalage démographique, elles n’en n’occupent pas moins la même place au sein du système urbain de leurs pays respectifs36. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Guadalajara devient en effet la seconde ville du Mexique37 grâce à une importante croissance démographique et économique, tandis qu’Arequipa s’impose progressivement face au Cuzco, alors en plein déclin. Au cours de la période qui nous intéresse (1884-1930), Guadalajara et Arequipa occupent donc chacune la place de « seconde ville» ou « seconde capitale ». Cette caractéristique est importante, puisqu’elle a présidé au choix des espaces analysés et fonde notre objet d’étude. À l’inverse de l’approche proposée par Florence Mallon, il s’agit de penser la nation par le prisme de pôles urbains exerçant une grande influence dans le pays, et de ce fait capables de rivaliser avec la capitale nationale. La nuance est d’importance et permet de contrebalancer efficacement le décalage démographique qui existe entre Guadalajara et Arequipa. Ce statut de « seconde ville » implique en effet un ensemble de rapports de force avec le pouvoir central, qui sont au cœur de notre étude.

22Outre cette position de « seconde capitale » du pays, Guadalajara et Arequipa présentent également une série de caractéristiques communes, qui rendent possible la comparaison. En premier lieu, les deux villes sont au cœur de régions culturelles et historiques originales. Guadalajara, capitale de l’Occident mexicain, et Arequipa, capitale du Sud andin, incarnent donc consciemment des systèmes de valeurs culturelles et politiques qui se distinguent nettement du reste du pays. De ce fait, les deux villes présentent des caractéristiques sociales bien spécifiques jusqu’au début du XXe siècle. Les sociétés tapatía et arequipeña se considèrent toutes deux comme aristocratiques et relativement peu métissées, héritières directes de la période coloniale à laquelle elles sont très attachées. Sur le plan économique, elles se situent toutes deux à proximité des ports du Pacifique, ce qui leur assure un même positionnement stratégique dans le commerce avec l’extérieur et les communications avec l’Europe. Ces multiples correspondances facilitent l’élaboration d’un cadre commun de la comparaison, qui va nous permettre de nous pencher sur une série de problèmes essentiels à la compréhension des trajectoires historiques des deux villes, et plus encore à celle des profondes mutations dans lesquelles s’engagent le Mexique et le Pérou au tournant des XIXe et XXe siècles.

  • 38 Revel, Jacques (dir.), Jeux d’échelles : la micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard et Le Se (...)

23Une précision s’impose cependant. Si les deux villes ont beaucoup en commun durant la période étudiée, elles s’inscrivent toutefois dans des espaces régionaux et nationaux qui présentent de nombreuses différences. L’un des apports de l’exercice comparatiste ici proposé est donc de penser les similitudes locales au sein de contextes régionaux et nationaux très différents. Pour cela, il conviendra tout au long de l’étude de jouer avec les échelles et de replacer la ville étudiée dans son espace régional et national. Ainsi, et pour reprendre une distinction émise par Jacques Revel dans l’introduction de l’ouvrage qu’il a coordonné sur la question, ce n’est pas tant l’échelle régionale qui compte, mais bien la variation d’une échelle à l’autre qui donne tout son sens à l’analyse38.

24Les bénéfices de cette approche comparatiste sur plusieurs échelles sont multiples, puisqu’elle cumule à la fois les vertus de l’analyse comparée et celles de l’analyse régionale. De façon très générale, la mise en regard des cas tapatío et arequipeño doit nous permettre de repenser les grilles de lectures historiographiques traditionnelles, en réévaluant les grandes ruptures nationales et internationales à l’aune de leur perception régionale. Pour cette raison, certains événements jugés fondateurs par l’historiographie nationale, tels que la Révolution mexicaine ou la dictature d’Augusto B. Leguía au Pérou (1919-1930), ne seront pas analysés pour eux-mêmes, mais comme une toile de fond parfois très secondaire dans les processus politiques et sociaux qui touchent les deux villes.

  • 39 Il existe sur le sujet une importante bibliographie. Parmi de nombreux exemples, on peut citer les (...)
  • 40 Espagne, Michel, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », Genèses, n°17, 1994, p (...)
  • 41 Id., p. 113.

25Nous n’insisterons pas ici sur les nombreuses vertus de l’approche comparatiste39, dont nous espérons que notre étude offre une illustration. Il importe toutefois d’en entendre les principales critiques, qui sont autant de mises en garde nécessaires au moment d’élaborer l’objet de notre analyse. Dans un important article sur les « limites du comparatisme en histoire culturelle », l’historien Michel Espagne souligne ainsi plusieurs limites de l’exercice comparatiste40, tout d’abord en ce qui concerne « la position de l’observateur ». L’auteur regrette ainsi que dans la démarche comparatiste, « on ne [fasse] souvent que comparer soi-même à l’autre »41. Notons que ce premier obstacle se trouve rapidement déjoué par notre point de vue français, extérieur aux deux pays étudiés, ce qui permet une égale distance par rapport aux cas comparés.

  • 42 Id., p. 115.

26Michel Espagne souligne également le problème de la temporalité des processus historiques, qui serait en partie occultée dans la démarche comparatiste : « les comparaisons [donneraient] un résultat anhistorique, alors que les points de contacts entre les cultures sont impliqués dans un processus permanent »42. Plutôt que de mettre en valeur des « points de contact sémantiques », c’est-à-dire des phénomènes similaires dans les deux cas, il conviendrait donc de comparer des moments historiques donnés, afin de restituer toute leur importance aux évolutions historiques des cas analysés. Nous souscrivons pleinement à cette proposition de Michel Espagne. C’est pour cette raison que notre thèse, pensée à l’origine en fonction de grandes thématiques, s’organise finalement de façon plus chronologique, afin de bien mettre en valeur l’importante évolution des rapports de force étudiés.

27Une autre difficulté importante a également été soulignée par Florence Mallon dans l’ouvrage déjà cité, sur la base de sa propre expérience de recherche et concernant cette fois la restitution des résultats de l’analyse. Celle-ci souligne l’impossible symétrie des études comparatistes, notamment concernant le Mexique et le Pérou.

  • 43 Mallon, Florence, op. cit., p. 17.

« Una última cuestión que surgió mientras escribía se relacionaba con la naturaleza de mis comparaciones. Al principio trabajé esmeradamente para hacerlas equitativas : para cada capítulo sobre México, uno sobre Perú ; para cada análisis de una región, igual atención a las otras tres. Simplemente no funcionó. […] Para cuando terminé, ya no consideraba que este aparente desequilibrio fuera un defecto. De hecho había llegado a la conclusión de que las comparaciones perfectamente simétricas eran imposibles, o eran una ilusión creada por sus autores 43 ».

28Cette impossible symétrie des cas étudiés est d’importance, puisqu’elle détermine le sens de la comparaison, en axant l’analyse sur la mise en lumière de différences dont il s’agit d’expliquer l’origine et le sens. Ainsi, c’est ce décalage entre nos deux cas qui rend réellement possible le renouvellement historiographique, en révèlant certains « silences » historiques dans chacun des deux cas, mais aussi certains vides historiographiques qui ne demandent qu’à être comblés.

Arequipa et Guadalajara au tournant du siècle

29Si les divisions chronologiques dans lesquelles s’intègrent les études historiques comparées semblent parfois quelque peu arbitraires, les cinq décennies qui séparent les années 1880 des années 1930 constituent un ensemble cohérent, une période de transition de plus en plus analysée par les historiens. Ce large changement de siècle représente en effet pour l’Amérique latine une étape de profonds bouleversements politiques, économiques et sociaux, qui font entrer l’ensemble des pays latino-américains dans ce qu’il conviendrait d’appeler la modernité du XXe siècle. Le Mexique et le Pérou quittent à cette période un ordre politique et économique directement hérité de la période coloniale, pour intégrer des logiques de pouvoir plus contemporaines. C’est cette transition majeure, pensée depuis les capitales régionales, qui est au centre de notre étude.

  • 44 Kuntz, Sandra, Las exportaciones mexicanas durante la primera globalización, 1870-1929, México, El (...)
  • 45 Bethell, Leslie, Latin America: economy and society, 1870-1930, Cambridge, Cambridge University Pre (...)
  • 46 Voir sur le sujet l’article de synthèse de Cortes Conde, Roberto, « El crecimiento de las economías (...)
  • 47 Valerio Ulloa, Sergio Mario, Capitalismo y oligarquía en Jalisco, 1876-1910, México, El Colegio de (...)
  • 48 Flores Galindo, Alberto, Arequipa y el Sur Andino, Lima, Ed. Horizonte, 1977.

30L’Amérique latine connaît tout d’abord, à partir des années 1870-1880, un processus de développement économique sans précédent, notamment grâce à une forte croissance des exportations44 et à la mise en place d’un important processus d’industrialisation45. Dans les décennies qui précèdent la crise économique mondiale de 1929, l’Amérique latine entre ainsi pleinement dans l’ère capitaliste46. Cette importante mutation économique est clairement perceptible à l’échelle régionale, comme l’illustrent aussi bien Guadalajara47 qu’Arequipa48.

31Une série de bouleversements politiques accompagnent cette importante modernisation économique, bouleversements qui modifient non seulement l’organisation du Mexique et du Pérou, mais aussi l’ensemble du discours sur la nation, dont on observe alors une claire consolidation. C’est à cette période qu’apparaît ainsi une réflexion identitaire nationale, développée autour des questions de la « mexicanité » et de la « péruvianité ». Au Mexique, le principal bouleversement de la période reste bien entendu la Révolution, qui éclate à la fin de l’année 1910 après plus de trois décennies d’un pouvoir sans partage exercé par Porfirio Díaz (1830-1915). La mise en place de la Constitution de 1917 fait définitivement entrer le Mexique dans une nouvelle ère politique, dominée par une idéologie laïque et centralisée. Au Pérou, la « République Aristocratique » installée à la fin du XIXe siècle laisse la place en 1919 à la dictature d’Augusto B. Leguía (1863-1932), dont les onze années de gouvernance (le « oncenio ») consacrent un nouveau modèle d’État au Pérou, également axé sur un centralisme sans précédent.

  • 49 Planas, Pedro, La descentralización en el Perú republicano (1821-1998), Lima, Municipalidad metropo (...)
  • 50 Op.cit., p. 411.

32Cette « tradition centraliste » connaît donc dans le changement de siècle un incontestable renforcement, modulé par différentes phases de retrait du centre au profit de quelques mesures décentralisatrices. Clairement synonyme de modernité pour les élites mexicaines porfiriennes, le centralisme ne se met réellement en place au Mexique qu’après la Révolution, une fois soumis les pouvoirs régionaux qui avaient jusqu’alors opposé une certaine résistance au projet centralisateur de Porfirio Díaz. Au Pérou, après une série de lois décentralisatrices importantes dans les années 189049, le centralisme connaît un brutal renforcement sous la dictature de Leguía, notamment avec la limitation des pouvoirs attribués aux Congrès régionaux en 192250. Ce processus centralisateur grandissant au tournant du siècle permet donc une certaine cohésion chronologique, notamment dans la mesure où il se retrouve constamment au cœur des débats locaux à Guadalajara et à Arequipa durant cette période. Le centralisme constitue donc une clé d’interprétation essentielle des principales évolutions locales et nationales des années 1880 jusqu’à la fin des années 1920.

  • 51 Le traité d’Ancón est signé le 20 octobre 1883 entre le Pérou et le Chili, et met fin à pratiquemen (...)

33Les bornes chronologiques plus précises adoptées dans notre étude sont, à ce sujet, significatives. L’analyse s’ouvre en 1884, année durant laquelle se renforce au Mexique le pouvoir de Porfirio Díaz au détriment des pouvoirs régionaux, avec sa réélection à la tête du pays. Le Pérou connaît au même moment un contexte très différent, pour ne pas dire radicalement opposé. Le pays a signé la paix avec le Chili l’année précédente51, mettant fin à la « Guerre du Pacifique », et débute donc en 1884 sa lente reconstruction. Lima est sortie fragilisée de cette guerre, notamment du fait de l’occupation de la ville par les troupes chiliennes, et n’assure donc à cette période qu’un contrôle limité sur l’ensemble du territoire péruvien. Les pouvoirs régionaux sont à cette période totalement livrés à eux-mêmes et bénéficient par conséquent d’une réelle autonomie. C’est le cas tout particulièrement d’Arequipa, convertie brièvement en capitale du Pérou au cours du conflit.

34Après cinq décennies de profonds bouleversements politiques, économiques et sociaux, durant lesquelles s’observe un renforcement global du centralisme dans les deux pays, les années 1929-1930 sont généralement considérées comme marquant une rupture significative, tout d’abord en raison de la crise économique mondiale. Les relations entre le centre et le reste du pays au Mexique et au Pérou se formalisent, dans une configuration qu’elles conservent pendant toute la durée du XXe siècle. Le Mexique officialise l’hégémonie du pouvoir révolutionnaire, avec la formation du Partido Nacional Revolucionario (PNR), qui symbolise une certaine stabilité politique nationale. Cette relative pacification des relations politiques au Mexique contraste fortement avec le contexte péruvien. En 1930 y éclate en effet la toute dernière révolte décentralisatrice de l’histoire nationale, engagée par Arequipa contre le pouvoir dictatorial de Leguía.

35Si de grandes ruptures chronologiques peuvent donc être identifiées dans les deux pays à des moments identiques, des différences apparaissent toutefois au sein de leurs trajectoires historiques respectives à cette période. De fait, les chronologies nationales des deux pays sont rarement pensées comme nous venons de le présenter. De façon classique, l’histoire mexicaine des XIXe et XXe siècles est généralement divisée en deux moments très rarement étudiés ensemble, à savoir le Porfiriat et la Révolution mexicaine. De même, les divisions chronologiques du Pérou tendent à séparer les études qui concernent la « República Aristocrática » de celles qui traitent de la dictature de Leguía. Analyser ces différents moments historiques au sein d’une même étude est donc incontestablement une gageure. C’est aussi tout l’intérêt de l’approche comparatiste, qui doit nous permettre de remettre en cause les chronologies nationales classiques à la lumière de la comparaison.

Conclusion

36L’étude introduite par ce texte entend relever trois défis principaux.

  • 52 Betancourt Mendieta, Alexander, « Patria y Territorio en dos regiones de América Latina: Antioquia (...)

37Le premier concerne la mise en œuvre conjointe de deux approches méthodologiques rarement conciliées, à savoir celle qui concerne l’exercice comparatiste et celle qui articule un jeu d’échelles entre les niveaux régional, national, voire international. Toute la spécificité de notre étude réside dans ce croisement méthodologique, encore très peu développé dans l’historiographie. Certaines études récentes proposent toutefois des illustrations particulièrement parlantes des vertus d’un tel rapprochement historiographique. C’est le cas par exemple des récents travaux d’Alexander Betancourt Mendieta, qui impliquent une comparaison régionale entre le Mexique et la Colombie52. Si l’on trouve encore peu d’études de ce type en Amérique latine, il apparaît toutefois que la comparaison régionale est un champ amené à se développer, tant il permet de renouveler les analyses existantes, notamment celles qui concernent les grandes catégories politiques traditionnelles utilisées pour interpréter l’histoire latino-américaine à l’échelle nationale.

  • 53 Aboites Aguilar, Luis, « Nación, Federación, Ciudad de México y regiones en el México del siglo XIX (...)

38Le second défi concerne la réconciliation de deux champs historiographiques encore trop souvent pensés en opposition : la monographie locale et l’histoire nationale. Pour reprendre les termes de Luis Aboites Aguilar, il s’agit principalement de « nationaliser le fait régional »53, c’est-à-dire de repenser l’historiographie nationale classique par le prisme du local. Cette démarche doit nous amener à réinterroger les grandes ruptures de l’histoire nationale, afin d’en nuancer les répercussions dans des régions qui possèdent leur propre temporalité.

  • 54 Il n’existe que peu de travaux prenant pour objet d’étude la « seconde ville » du pays, pensée comm (...)
  • 55 Cardenas Ayala, Elisa, Le laboratoire démocratique…, op. cit.
  • 56 Espinosa Delgado, Rodrigo, Consideraciones sobre la obra literaria de Don Francisco Mostajo, Facult (...)

39Enfin le troisième enjeu fondamental de la thèse concerne l’approche comparatiste, élaborée à partir de cet objet d’étude très spécifique qu’est la seconde ville du pays54. Celle-ci offre un cadre d’analyse particulièrement intéressant, en raison de ses différentes postures herméneutiques. Tout d’abord, la seconde ville est un véritable laboratoire des phénomènes nationaux, comme l’ont déjà souligné Elisa Cárdenas Ayala pour Guadalajara55, et Rodrigo Espinosa Delgado pour Arequipa56. Si cette perception de la ville de province comme laboratoire de phénomènes plus amples relève désormais du poncif dans le champ de l’histoire régionale, ce qui l’est moins en revanche c’est ce caractère de « ville synthèse » qui semble désigner tant Guadalajara qu’Arequipa. Les deux villes opèrent en effet une synthèse identitaire et culturelle de la nation, mais également une synthèse entre modernité et tradition, entre intégration à la nation et opposition régionaliste. Tiraillée entre son statut de capitale régionale et son éloignement du centre réel du pouvoir, la ville seconde offre donc un espace privilégié à l’analyse des multiples contradictions du processus de construction nationale.

Haut de page

Notes

1 Belaúnde, Víctor Andrés, Trayectoria y Destino. Memorias completas, Tome 1, « Escenario de Arequipa », Lima: Ed. de Edivantas, 1967, cité dans Martínez, Edgardo, Imagen y leyenda de Arequipa. Antología 1540-1990, Lima, Fundación M.J. Bustamante de la Fuente, 1996, p. 387.

2 L’adjectif « jalisciense » renvoie au Jalisco, État dont Guadalajara est la capitale.

3 Sanabria, José Luis, « Introducción » in Rendón García, Lina, Capítulos de Historia de la Ciudad de Guadalajara, Guadalajara, Ayuntamiento de Guadalajara, 1992, p. 9.

4 La bibliographie sur le sujet semble inépuisable, qu’elle aborde la question dans un cadre national spécifique, comme c’est le cas par exemple de l’étude de Roderick J. Barman sur le Brésil (Barman, Roderick J., Brazil : the forging of a nation, 1798-1852, Stanford, Stanford University Press, 1988), ou qu’elle envisage l’ensemble de l’espace latino-américain, comme c’est le cas par exemple des divers ouvrages coordonnés par François-Xavier Guerra : Annino, Antonio et Guerra, François-Xavier, Inventando la nación. Iberoamérica en el siglo XIX, México, Fondo de Cultura Económica, 2003; Guerra, François-Xavier et Quijada, Mónica (coord.), Imaginar la nación, Cuadernos de historia latinoamericana, vol. 2, AHILA, Münster, Hamburg, Lit., 1994. Si l’objectif de notre travail n’est pas de discuter ces différentes études, celles-ci représentent toutefois un cadre fondamental pour notre réflexion. Pour le Mexique, les travaux de François-Xavier Guerra restent fondamentaux pour penser ce processus de construction nationale. Voir tout particulièrement : Guerra, François-Xavier, Le Mexique, de l’ancien régime à la Révolution, Paris, l’Harmattan, 1985. Pour le Pérou et l’ensemble de la zone andine, voir l’étude de Démélas, Marie-Danielle, L’invention politique. Bolivie, Équateur, Pérou au XIXe siècle, Paris, Éditions Recherche sur les civilisations, 1992.

5 Sur cette relation entre la construction de la nation et les pouvoirs régionaux issus de l’organisation coloniale en Amérique latine, voir tout particulièrement l’ouvrage collectif suivant : Palacios, Marco, La unidad nacional en América Latina. Del regionalismo a la nacionalidad. México, El Colegio de México, 1983.

6 Urias Horcasitas, Beatriz, « Conciencia regional y poder central : ensayo sobre el pensamiento separatista yucateco en la primera mitad del siglo XIX », Estudios de Historia moderna y contemporánea de México, México, UNAM, vol. XI, 1988, p. 61.

7 Lee Benson, Nettie, La diputación provincial y el federalismo mexicano, México, COLMEX, UNAM, 1992 (Première édition 1955).

8 Gualberto Valdivia, Juan, Memorias sobre las revoluciones de Arequipa desde 1834 hasta 1866, Lima, 1874.

9 À la différence du Cuzco, considéré comme la ville représentative de la période préhispanique, tandis que Lima incarnerait la période coloniale.

10 Thiesse, Anne-Marie, « L'invention du régionalisme à la Belle Époque », Le Mouvement social, n°160, 1992, p. 11-32, p. 24.

11 Palacios, Marco (coord.), op. cit., p. 13.

12 Nous n’entrerons pas ici dans les inépuisables débats qui divisent l’historiographie régionale sur la définition de la « région », dans la mesure où ils n’interviennent pas directement dans notre étude. Nous nous permettons de renvoyer le lecteur à l’importante bibliographie théorique sur la question. Pour le Mexique, on peut citer les travaux suivants, qui développent une réflexion détaillée sur la définition, le sens et les possibilités de l’histoire régionale : Ibarra, Antonio, « Tribuna : un debate suspendido. La historia regional como estrategia finita (comentarios a una crítica fundada) », Historia de México, México, Colegio de México, Volume LII, n°1, 2002, p. 241-259 ; Serrano Álvarez, Pablo (comp.), Pasado, presente y futuro de la historiografía regional de México, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones Históricas, 1998 ; Taracena Arriola, Arturo, « Propuesta de definición histórica para región », Estudios de Historia Moderna y Contemporánea de México, num. 35, 2008, p. 181-204. L’historiographie péruvienne propose également quelques excellentes études de problématisation de l’approche régionale, généralement à partir de cas concrets : Bonilla, Heraclio et Hünefeldt, Christine, « Piura : propuestas para una historia regional », Lima, Instituto de estudios peruanos, Documento de trabajo n°10, Serie Historia n°1, 1986 ; Quiroz Paz Soldán, Eusebio, « Historia regional y Sur Andino », Revista de Ciencias Sociales, Arequipa, Universidad Nacional San Agustín, n°5, 1998, p. 38-55.

13 Oikion Solano, Verónica, « Introducción », in Oikion Solano, Verónica (coord.), Historia, Nación y Región, El Colegio de Michoacán, 2007, p. 15-16.

14 Il existe ainsi beaucoup plus d’études analysant l’articulation entre les pouvoirs régionaux et la construction de la nation au Brésil et en Argentine. Concernant ce dernier pays, nous invitons le lecteur à consulter la thèse de doctorat de Geneviève Verdo, L'indépendance argentine entre cités et nation (1808-1821), Paris, Publications de la Sorbonne, 2006, qui problématise le processus de construction nationale à partir de cette interaction entre pouvoirs régionaux et pouvoir central. Pour le Brésil, voir l’étude de Mônica Pimenta Velloso, ‘A brasilidade Verde-Amarela’. Nacionalismo e regionalismo paulista, Rio de Janeiro, Brasil, Fundação Getulio Vargas- Centro de pesquisa e documentação de Historia contemporânea do Brasil, 1990.

15 Urias Horcasitas, Beatriz, op. cit. ; Taracena, Arturo, « El Museo Yucateco y la reinvención de Yucatán. La prensa y la construcción del regionalismo peninsular ». Península, vol. II, n°1, 2007, p. 13-46.

16 Altable, María Eugenia, De la autonomía regional a la centralización en el Estado Mexicano : Baja California 1859-1880, México, Universidad Autónoma de Baja California Sur, 1999.

17 Glave, Luis Miguel, La república restaurada. Formación nacional y prensa en el Cuzco 1825-1839, Lima, IEP, 2004.

18 Barclay Rey de Castro, Federica, op. cit.

19 Saragoza, Alex M., The Monterrey Elite and the Mexican State, 1880-1940, Austin, University of Texas Press, 1988.

20 Au XIXe siècle, le Yucatán réclame à deux reprises son autonomie et sa séparation du reste de la Fédération, en 1823 et en 1841, tandis que le Loreto se constitue en « Etat fédéral » en 1896, en opposition au gouvernement central et dans l’objectif de faire valoir les intérêts locaux.

21 « Amor de la patria (chica) y pasión nacional », Relaciones 130, vol. XXXIII, Colegio de Michoacán, Printemps 2012.

22 Betancourt Mendieta, Alexander, « Región y nación : dos escalas sobre un tema de estudio », Relaciones 130, vol. XXXIII, « Amor de la patria (chica) y pasión nacional », Colegio de Michoacán, Printemps 2012, p. 25-68, p. 27.

23 À titre d’exemple, on peut citer l’ouvrage suivant pour Guadalajara: García Oropeza, Guillermo, Deja contarte Guadalajara, Guadalajara, Cámara Nacional de Comercio de Guadalajara, 1988. Pour Arequipa et dans le même registre : Espinoza de la Borda, Álvaro, Arequipa a través del tiempo. Política, Cultura y Sociedad, Arequipa, Centro de Estudios Arequipeños, Universidad Nacional de San Agustín, 2008

24 Muría, José María, Breve historia de Jalisco, México, Secretaria de Educación Pública, 1988.

25 Voir Aldana Rendón, Mario (coord.), Jalisco desde la Revolución, Gobierno del Estado de Jalisco, Universidad de Guadalajara, 1987. Ouvrage en quatorze volumes.

26 Ces ouvrages sont le plus souvent collectifs, organisés en plusieurs volumes coordonnés par la même équipe, dirigée par l’historien José María Muría. C’est le cas principalement de l’ouvrage Historia de Jalisco, publié en 1982 par le Gobierno del Estado de Jalisco, ou encore de la série Lecturas Históricas de Jalisco antes de la Independencia et Después de la Independencia, publiée l’année d’avant, également par le Gobierno del Estado de Jalisco.

27 A notre connaissance le seul ouvrage présentant une véritable synthèse monographique de l’histoire d’Arequipa et de sa région est celui édité en 1990 par la Fundación M.J. Bustamante, sous le titre de Historia General de Arequipa, et coordonné par les historiens et archéologues arequipéniens Máximo Neira Avendaño, Guillermo Galdos Rodriguez, Alejandro Málaga Medina et Eusebio Quiroz Paz Soldan.

28 On peut citer à ce sujet l’ouvrage de Elisa Cárdenas Ayala, tiré de sa thèse de Doctorat : Le laboratoire démocratique : le Mexique en révolution (1908-1913), Paris I, Sorbonne Nouvelle. Publications de la Sorbonne, 2001.

29 Parmi de nombreux travaux, on peut citer celui de Rivière d’Arc, Hélène, Guadalajara y su región. Influencias y dificultades de una metrópoli mexicana, México, Ed. SEP/Setentas, 1973.

30 Deux références incontournables pour comprendre l’histoire de la ville au XIXe siècle : le travail de Chambers, Sarah, The many shades of the white city : urban culture and society in Arequipa, Peru, 1780-1854, Madison, University of Wisconsin, 1992 ; et celui de Brown W. Kendall, Bourbons and brandy: imperial reform in eighteenth-century Arequipa, Albuquerque, University of New Mexico, 1986.

31 Sans entrer dans les détails, rappelons simplement l’importante présence des deux principaux empires préhispaniques que sont l’empire Inca et l’empire Mexica à l’arrivée des Espagnols, les modes similaires de la conquête espagnole dans les deux pays, ainsi qu’une composition indienne et créole de la population comparable, qui conditionnent des contextes nationaux finalement très proches, jusque dans la première moitié du XIXe siècle.

32 Oddone, Juan A., « Regionalismo y nacionalismo », in Zea, Leopoldo, América Latina en sus ideas, México, Siglo XXI, 1986.

33 Calvo, Thomas, « El Rey y sus Indias : ausencia, distancia y presencia (siglos XVI-XVIII) » in Mazin Gómez, Oscar (ed.), México en el mundo hispánico, Zamora, El Colegio de Michoacán, 2000, vol. II, p. 428 ; Hamnett, Brian, Revolución y contrarrevolución en México y el Perú : liberalismo, realeza y separatismo, 1800-1824, México, Fondo de Cultura Económica, 1978.

34 Mallon, Florence, Campesino y Nación. La construcción de México y Perú poscoloniales, México, CIESAS, 1999.

35 Mallon, Florence, op. cit., p. 19.

36 En 1900, la ville de Guadalajara compte un peu plus de 100 000 habitants, tandis que celle d’Arequipa s’élève à peine à 35 000 âmes. Cet important décalage démographique entre les deux villes reflète celui qui sépare leurs pays respectifs, puisque pour la même période, le Mexique compte 13 607 272 habitants, contre 3800 000 au Pérou. Au début du XXe siècle, le Mexique présente donc 3,5 fois plus d’habitants que le Pérou, et Guadalajara presque trois fois plus d’habitants qu’Arequipa.

37 Devant Puebla, seconde ville du pays jusque dans la première moitié du XIXe siècle.

38 Revel, Jacques (dir.), Jeux d’échelles : la micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard et Le Seuil, Coll. Hautes Études, 1996.

39 Il existe sur le sujet une importante bibliographie. Parmi de nombreux exemples, on peut citer les études suivantes, à commencer par l’article désormais classique de Bloch, Marc, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Revue de synthèse historique, vol. 46, 1928, p. 15-50 ; Détienne, Marcel, Comparer l’incomparable. Oser expérimenter et construire, Paris, Seuil, Coll. « Points Essais », 2009 [2000]. Cette dernière étude a fait l’objet d’importantes critiques dans l’article d’Anheim, Etienne et Grévin, Benoît, « ‘Choc des civilisations’ ou choc des disciplines ? Les sciences sociales et le comparatisme », Revue d’histoire moderne et contemporaine, Tome 49, n°4-bis, Supplément : Bulletin de la Société d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2002, p. 122-146.

40 Espagne, Michel, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », Genèses, n°17, 1994, p. 112-121.

41 Id., p. 113.

42 Id., p. 115.

43 Mallon, Florence, op. cit., p. 17.

44 Kuntz, Sandra, Las exportaciones mexicanas durante la primera globalización, 1870-1929, México, El Colegio de México, Centro de Estudios Históricos, 2010.

45 Bethell, Leslie, Latin America: economy and society, 1870-1930, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

46 Voir sur le sujet l’article de synthèse de Cortes Conde, Roberto, « El crecimiento de las economías latinoamericanas, 1880-1930 », Historia mexicana, México, Colegio de México, vol. 42, n°3, 1993, p. 633-648. Pour le Pérou, voir également l’ouvrage de Contreras, Carlos, El aprendizaje del capitalismo : estudios de historia económica y social del Perú republicano, Lima, Instituto de Estudios Peruanos, 2004.

47 Valerio Ulloa, Sergio Mario, Capitalismo y oligarquía en Jalisco, 1876-1910, México, El Colegio de México, Centro de Estudios Históricos, 1999.

48 Flores Galindo, Alberto, Arequipa y el Sur Andino, Lima, Ed. Horizonte, 1977.

49 Planas, Pedro, La descentralización en el Perú republicano (1821-1998), Lima, Municipalidad metropolitana de Lima, 1998.

50 Op.cit., p. 411.

51 Le traité d’Ancón est signé le 20 octobre 1883 entre le Pérou et le Chili, et met fin à pratiquement cinq années de guerre entre les deux pays.

52 Betancourt Mendieta, Alexander, « Patria y Territorio en dos regiones de América Latina: Antioquia (Colombia) y San Luis Potosí (México) », Cultura y Representaciones Sociales, Année 2, n° 4, mars 2008, p. 94-117.

53 Aboites Aguilar, Luis, « Nación, Federación, Ciudad de México y regiones en el México del siglo XIX », in Oikion Solano, Verónica, op. cit., p. 655.

54 Il n’existe que peu de travaux prenant pour objet d’étude la « seconde ville » du pays, pensée comme source légitime du discours national et contrepoids éventuel au pouvoir du centre. On peut toutefois citer l’article publié en 1995 par Lavergne, Marc, « Ville seconde, ville soumise ? Le cas d’Irbid (Jordanie) », Cahiers de la Méditerrannée, n°51, Tome 2, 1995, p. 53-59.

55 Cardenas Ayala, Elisa, Le laboratoire démocratique…, op. cit.

56 Espinosa Delgado, Rodrigo, Consideraciones sobre la obra literaria de Don Francisco Mostajo, Facultad de Letras. Arequipa, Universidad Nacional del Gran Padre San Agustín. Thèse de « Bachiller », 1954.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillemette Martin, « Identité régionale et construction nationale en Amérique latine. La ville seconde au Mexique (Guadalajara) et au Pérou (Arequipa), des années 1880 aux années 1920 », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 27 mars 2014, consulté le 15 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/66578 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.66578

Haut de page

Auteur

Guillemette Martin

Becaria del Programa de Becas Posdoctorales de la UNAM
Instituto de Investigaciones Históricas
martinguillemette@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page