Navigation – Plan du site
Salvatore Lo Piccolo

Andrea Addobbati, Roberto Bizzocchi, Gregorio Salinero (dir), L'Italia dei cognomi, L'antroponimia italiana nel quadro mediterraneo, Pisa University Press, 2013, p. 646 p.

[09/04/2014]

Texte intégral

1Le recueil d'essais publié par Andrea Addobbati, Roberto Bizzocchi et Gregorio Salinero compte parmi les premiers résultats d'un intéressant projet de recherche concernant le domaine de l'onomastique. Ce projet a été coordonné par l'Université de Pise, en partenariat également avec l'Université Paris I, l’Université d’Estrémadure et l'École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris.

2Une aventure de recherche inédite et passionnante qui a impliqué – au cours des dernières années – de nombreux chercheurs d'origine européenne issus d'horizons d'étude différents : de l'histoire à la science du droit, de la linguistique à la statistique et de l'anthropologie à la démographie. Au cœur de leurs réflexions se trouve un intérêt commun visant à définir clairement le concept de nom (ou nom de famille) comme dispositif de reconnaissance socioculturelle, à travers une analyse approfondie de ses implications historiques entre le Moyen-âge et l'époque moderne.

3Quelles sont les nécessités réelles à la base de la formation des noms et de leur transmission au fil des générations ? Peut-on tracer une cartographie cohérente des trajectoires de la diffusion des noms dans le temps et dans l'espace ? Leur processus d'affirmation au sein des sociétés est-t-il arrivé de façon spontanée et linéaire, ou bien a-t-il été entravé par d'autres formes particulières de dénomination, pour mieux dire « concurrentes » ? Quelles nouvelles perspectives de recherche se cachent encore derrière une telle problématique ?

4C'est grâce à une série de travaux menés dans différentes régions d'Italie, des Alpes à la Sicile, et par une comparaison avec certains autres systèmes anthroponymiques rencontrés dans le reste de l'Europe latine (et, en particulier, dans le territoire hispanique) que ce groupe de chercheurs a essayé de répondre précisément aux questions posées.

5Certes, le processus de formation, de diffusion et de fixation des noms ne fut ni homogène ni linéaire. De surcroît, les multiples phases de ce processus furent régulièrement liées aux différentes dynamiques sociales et culturelles, ainsi qu’au développement d'une structure bureaucratique et administrative au sein de l'Église et des États modernes.

6On peut pourtant parcourir trois étapes-clés dans ce voyage au cœur de l'histoire des noms. La première nous permet de mesurer la complexité et d’observer les particularités d’un tel phénomène, surtout, sur le vaste territoire italien ; la seconde nous plonge directement dans le système onomastique de l'Espagne moderne et des minorités ethniques du pourtour méditerranéen ; enfin, la troisième nous permet de retracer et de suivre plus attentivement les nouvelles méthodologies et perspectives d'analyse concernant les noms, susceptibles d'être utilisées aujourd'hui au sein d'un chantier de recherche de toute évidence international.

7D'abord, les études de Roberto Bizzocchi et de Simone Maria Collavini montrent non seulement l'instabilité qui a caractérisé les dynamiques de diffusion et de fixation des noms en Italie, mais aussi l'existence d'une «fracture» profonde entre l'Italie du nord et l’Italie du centre (p. 15-37 et p. 59-75).

8Dans le cadre de l'Italie du nord, les travaux de Guido Alfani et d'Alessandro Barbero ont mis en évidence, entre autres, la position du Piémont comme région où la présence du nom atteint 70 voire 100 % au XVe siècle et où, par conséquent, les effets du Concile de Trente ne se limitèrent qu’à perfectionner et à généraliser des pratiques onomastiques qui étaient de facto largement utilisées (p. 322-374 et p. 215-230).

9Les recherches concernant l'Italie du centre (Toscane, Marches, Romagne, Abruzzes) présentent un rythme beaucoup plus lent d'affirmation de ce système de nomination. Il convient de mentionner à cet égard la contribution d’Iva Puccinelli construite sur la base de sources provenant des registres de baptême de Pise et datant d'une période comprise entre 1457 et 1557 (p. 441-454). Les données sur la présence de formes anthroponymiques dès le premier siècle d'existence de ces documents, « dépassant à peine 23 %, ne peuvent manquer de souligner l'écart évident par rapport aux registres des baptêmes presque contemporains étudiés par Guido Alfani » (p. 28). En vérité, au centre de la péninsule Italienne (et surtout dans les zones rurales), des formes alternatives au nom resteront en vigueur durant une grande partie de l'époque moderne. Il s'agit de formes qui se structuraient en unissant le nom de baptême au nom patronymique ou aux surnoms qui dérivent, à leur tour, de noms de lieux et de métiers.

10Dans l'Italie du sud et dans les îles, cependant, bien que les recherches ne fournissent pas encore de données suffisantes, l'avènement du nom semble avoir suivi une périodisation semblable à celle constatée dans l'Italie du nord. En première analyse, il s'agit d'un système onomastique instable et susceptible de nombreuses reformulations onomastiques auquel s'oppose le cas singulier de Teramo ˗ étudié par Fausta Gallo – où la population n'a pas de nom. De toute évidence, cela constituerait la démonstration du fait qu’au début du XIXe siècle nombreux étaient encore les pays qui n'utilisaient pas de système d'enregistrement des noms, en dépit des directives de Napoléon à ce sujet (p. 399-424).

11La seconde étape nous permet d’appréhender ce phénomène dans une perspective européenne plus internationale à travers certaines contributions passionnantes. Tel est le cas de la synthèse de 22 travaux qui constituent l'ossature de l'œuvre Un juego de engaño. Movilidad, nombres y apellidos en los siglos XV a XVII, éditée en 2010 par Gregorio Salinero et Isabel Testón Núñez. Un véritable projet de recherche international qui, grâce à des travaux de grande qualité, vise à analyser la complexité du système anthroponymique espagnol et à reconstruire les multiples processus de mobilité et de changement dans un espace cosmopolite. Aujourd'hui, ce recueil devient donc un moyen de comparaison très avantageux pour les études italiennes concernant les systèmes onomastiques.

12Les essais de L'Italia dei cognomi remettent notamment en question la validité d'un modèle linéaire d'origine et de fixation du nom dans l'Espagne moderne et revendiquent avec force l’irréductibilité d'une identité personnelle par rapport à un système onomastique constitué simplement du prénom et du nom. Si les essais de Gregorio Salinero, Rocío Sánchez Rubio et Isabel Núñez Teston nous permettent de définir le cadre des études relatif à l’anthroponomie en Espagne à l'époque moderne (p. 39-58 et p. 75-124), les recherches de João de Pina-Cabral et d’Eric Porqueres nous permettent d’appréhender la complexité des implications anthropologiques de ce problème historiographique (p. 155-168 et p. 561-573). À cet égard, la contribution de Bernard Vincent sur les Morisques nous montre, en outre, un intéressant cas de « résistance » des noms arabes face à l'imposition des traditions et des pratiques onomastiques d'origine chrétienne-espagnole. Il montre par-là que l'étude contextuelle des prénoms et des noms peut tout à fait devenir un speculum de l'évolution et des dynamiques socioculturelles qui ont caractérisé l'Europe à l’époque moderne (p. 547-560).

133) La troisième étape de ce voyage nous permet de comprendre enfin la genèse des études visant à définir le processus et les réseaux d'interaction historico-sociale de ce phénomène et d'en vérifier le potentiel de recherche pour l'avenir. Comme le montre Pascal Chareille, à partir de la fin des années 80 les initiatives et les recherches proposées par Monique Bourin (avec la Genèse médiévale de l'anthroponomie) ont favorisé le développement de nouvelles méthodes d'analyse liées aux domaines de la démographie historique et de la génétique des populations (p. 169-202). Ce nouveau chantier de recherche ˗ qui fait appel non seulement à des historiens mais aussi à des anthropologues, à des démographes et à des généticiens ˗ a passé le concept de nom au crible d’une démarche pluridisciplinaire.

14On peut également éprouver l'importance d'une approche interdisciplinaire pour encadrer avec plus de précision l'évolution du nom, comme un point de jonction de dynamiques et de problématiques qui ne sont pas seulement de nature historique et sociale, mais aussi d'origine linguistique et juridique. En outre, les noms de famille ne renseignent pas seulement sur l'histoire des hommes, sur leurs réseaux sociaux, sur leurs coutumes ou sur leurs caractéristiques linguistiques. Ils montrent également les trajectoires et les directions des migrations dans le temps et dans l'espace. Diverses études en ce sens sont toujours en cours d'élaboration et les premiers résultats dévoilés dans ce livre mettent en évidence le fait que le nom est vraiment un élément hétéroclite qui peut être relié à un large éventail de milieux et d'expériences de recherche.

15Cet ouvrage parvient ainsi à définir clairement les contours d'une recherche toujours en cours et qui, par conséquent, est orientée à la fois vers le passé et vers l'avenir.

16Les éditeurs sont ainsi parvenus à atteindre leur objectif, à savoir, de constituer un recueil qui reflète – au travers de 30 essais en langues italienne, espagnole et française – l'intérêt de la recherche scientifique actuelle à l’égard de tous les aspects et de toutes les caractéristiques spécifiques de l'histoire du nom en Europe, en tant que dispositif de distinction et d'identification sociale. Il s’agit là d’une œuvre bien structurée et enrichie d'une série d'abstracts en anglais présentant tous les travaux actuels (p. 593-613). À cet égard, il semble approprié de souligner aussi la présence de nombreux tableaux et de statistiques qui illustrent les aspects quantitatifs de ce phénomène. Cet ouvrage sera certainement utile pour les chercheurs dont les travaux portent sur ce domaine, mais, dans le même temps, il constituera une lecture agréable et accessible pour tous les autres lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salvatore Lo Piccolo, « Andrea Addobbati, Roberto Bizzocchi, Gregorio Salinero (dir), L'Italia dei cognomi, L'antroponimia italiana nel quadro mediterraneo, Pisa University Press, 2013, p. 646 p.  », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 09 avril 2014, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/66647

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page