Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2014Esclavage, mémoire, diaspora : ré...Esclavage, mémoire, diaspora : ré...

2014
Esclavage, mémoire, diaspora : réflexions croisées autour de l’ouvrage de Christine Chivallon, L’esclavage, du souvenir à la mémoire. Contribution à une anthropologie de la Caraïbe

Esclavage, mémoire, diaspora : réflexions croisées autour de l’ouvrage de Christine Chivallon, L’esclavage, du souvenir à la mémoire. Contribution à une anthropologie de la Caraïbe, Paris, Karthala, 2012, 624 p.

Elisabeth Cunin

Entrées d’index

Mots clés :

anthropologie
Haut de page

Texte intégral

1Ce dossier, né de plusieurs rencontres, propose une réflexion originale autour de quelques notions : l’esclavage, la diaspora et la mémoire. La fin du 20ème siècle a été marquée, en Amérique latine, par l’émergence de la catégorie « afrodescendant » et les mobilisations inédites d’individus et de groupes se réclamant d’une identité ethnique, culturelle, politique ne s’inscrivant pas dans le modèle binaire d’altérité européen/ indien. Dans le même temps, ces revendications entretiennent un lien ambigu avec l’esclavage, acte à la fois fondateur et oublié du terme même d’afrodescendance. Ce lien avec le passé esclavagiste constitue le point de départ des échanges de ce dossier. En effet, en Amérique latine, l’esclavage n’est qu’un élément, parmi d’autres, dans la structuration des sociétés et les mobilisations politiques et culturelles contemporaines . Dans de nombreux pays d’Amérique latine, tout d’abord, les abolitions ont été associées aux indépendances et la question de la citoyenneté a pris le pas sur celle du statut de « descendant d’esclave » ; en ce sens, les débats mémoriels contemporains s’expriment avant tout sous la forme de la célébration des indépendances (comme l’ont montré les commémorations de 2010). En outre, la place de l’ « autre », en Amérique latine, est occupée par l’indien bien plus que par le descendant d’africain, qui se situe à un niveau intermédiaire entre différence et ressemblance. Enfin, à côté de la diaspora noire originelle, issue de la traite et de l’esclavage de la modernité européenne, l’accent est mis sur des diasporas, multiples, plus limitées, nées des rivalités coloniales et du capitalisme américain du 19ème siècle. Ces quelques exemples montrent à quel point le contexte latino-américain est différent de celui décrit par Christine Chivallon pour la Martinique, et dont les analyses pourraient s’étendre en grande partie à la Caraïbe anglophone et francophone et aux Etats-Unis. Dans ces régions, on observe en général une déconnexion entre les indépendances et les abolitions, les économies d’exploitation agricoles ou minières ont nécessité une main d’œuvre servile abondante et concentrée, l’indien n’est pas considéré comme un « autre national ». De fait, l’esclavage semble se prolonger dans le post-esclavage dans une continuité sociale, économique, culturelle. Ch. Chivallon parle ainsi à plusieurs reprises d’une « matrice de l’esclavage », d’une « répétition sourde de l’affrontement entre maîtres et esclaves » (p. 273), « d’un esclavage submergeant » instituant une primordialité (p. 291).

2Ce dossier s’appuie sur des lectures multiples et des regards décalés. Il propose de relire le texte de Christine Chivallon à partir d’autres terrains – les ports négriers européens avec Renaud Hourcade, la diaspora arménienne en Ethiopie avec Boris Adjemian, les mobilisations de descendants d’esclaves au Kenya avec Marie Pierre Ballarin, la mémoire en situation d’exil en Algérie et en Egypte avec Michèle Baussant – pour ré-interroger, dans le dialogue, ces quelques notions clés – esclavage, mémoire, diaspora – en les resituant dans différents contextes pour mieux en comprendre les dynamiques de production, transformation, circulation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Cunin, « Esclavage, mémoire, diaspora : réflexions croisées autour de l’ouvrage de Christine Chivallon, L’esclavage, du souvenir à la mémoire. Contribution à une anthropologie de la Caraïbe, Paris, Karthala, 2012, 624 p. »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 29 septembre 2014, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/67268 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.67268

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search