Navigation – Plan du site
Carmen Bernand

Frédéric Saumade et Jean-Baptiste Maudet, Cowboys, clowns et toreros. L’Amérique réversible, Paris, Berg International éditeurs, 2014, 343 p.

[29/09/2014]

Texte intégral

1Nombreuses sont les raisons de lire ce livre passionnant, documenté et original : choix du sujet, terrain transnational, précision des techniques de dressage étudiées, réflexions sur le traitement de l’animal par l’homme et les controverses suscitées, projections identitaires et, au-delà du monde contemporain saisi en Californie, la région la plus développée du monde, ouvertures sur des sujets plus anciens, comme la frontière, l’élevage et son extension dans le monde colonial, les tensions entre les Etats-Unis et le Mexique, les Indiens et la domestication, pour ne citer que les thèmes dominants.

  • 1 Voir par exemple son livre Maçatl. Les transformations mexicaines des jeux taurins, Bordeaux, Press (...)

2Tout d’abord, pour éclairer le lecteur, il convient de résumer rapidement un livre qui se prête mal à l’exercice de synthèse, en vertu de la richesse des matériaux ethnographiques. Frédéric Saumade, Professeur à l’Université d’Aix-Marseille, est anthropologue et a publié plusieurs ouvrages et articles sur la tauromachie, les jeux équestres et les conceptions des Indiens du nord du Mexique relatives au taureau1. Jean-Baptiste Maudet est Maître de Conférences en géographie à l’Université de Pau, et apporte ici ses connaissances sur l’environnement. L’ouvrage comporte trois parties. La première développe une comparaison ethnologique des jeux des arènes, non seulement aux Etats-Unis et au Mexique mais aussi en Péninsule Ibérique. Cette « grammaire comparative », pour citer les termes employés par les auteurs est remarquable du point de vue méthodologique et constitue en soi une référence pour tous ceux qui, de près ou de loin, s’intéressent à ces jeux qui engagent les hommes et deux types d’animaux, le taureau et le cheval. La deuxième partie porte sur les territoires et les réseaux de l’élevage californien destiné au jeu des arènes. L’analyse de l’espace fait apparaître la diversité de la population, l’empreinte migratoire et la place de la wilderness et de l’indianité dans une région marquée par la mégapole de Los Angeles. Enfin, la troisième partie, retrace l’histoire de l’élevage et des jeux en se centrant sur ce que les auteurs appellent « la civilisation américaine du sauvage ».

3Sans prétendre à l’exhaustivité, je choisirai ici quelques thèmes qui m’ont particulièrement intéressé, laissant aux lecteurs le plaisir d’en découvrir bien d’autres.

4Que les jeux d’arènes trouvent dans Los Angeles et sa région une diversité unique, , a de quoi surprendre, d’autant plus que les corridas avec mise à mort furent interdites par les puritains au XIXe siècle, et que le Mexique apparait comme l’image négative et barbare des Etats-Unis. Cette perception est confortée par le souvenir de l’invasion du général Santa Anna et du massacre de Fort Alamo (1836), les westerns et les problèmes contemporains des flux migratoires et des clandestins. Le goût pour des spectacles venus d’ailleurs, notamment de l’autre côté de la frontière nationale, n’est qu’un des paradoxes analysés dans cet ouvrage. Car on peut se demander comment l’élevage extensif d’origine hispanique et non pas celui, intensif, qui implique de clôturer l’espace, a symbolisé la civilisation anglo-américaine. Les jeux d’arènes – je reviendrai sur le terme même de « jeu » ou « juego » - s’opposent entre eux selon une logique binaire qui découle du terrain. La tauromachie hispanique et le rodéo, le rodéo blanc et le rodéo noir, le rodéo straight et le rodéo gay, les spectacles étasunien ou mexicain, comme si chaque type engendrait son contraire. Toutes ces dichotomies se trouvent englobées dans celle, bien significative, qui oppose la wilderness à la civilisation, et qui a trouvé en Frederick Jackson Turner le chantre le plus accompli. Formulée en 1893, sa théorie de la frontière exalte la figure du fermier pionnier et non pas du cowboy, qui occupe pourtant une place importante dans l’idéologie américaine comme incarnation de la liberté, de l’individualité et de la démocratie comme valeur suprême. On ne peut qu’évoquer ici, à l’extrême sud du continent, les idées de Domingo Faustino Sarmiento (1845) sur la frontière entre la civilisation et la barbarie et la sauvagerie des gauchos ou vachers des plaines argentines. Dans ce cas également, le gaucho sauvage, et non pas l’immigré européen, l’a emporté dans l’imaginaire national. La trilogie est complète avec le charro mexicain, figure emblématique de la nouvelle nation mexicaine (impériale ou républicaine), représentée dans les arts populaires et la peinture. L’empereur Maximilien lui-même est photographié en costume de charro.

  • 2 Mais toutes ces variantes se trouvent dans le monde hispanique comme le montre une gravure de Goya (...)
  • 3 En Europe, les contempteurs des corridas comparent le costume du torero (traje de luces) à celui de (...)

5Dans les exemples de courses et de rodéos donnés par les auteurs, un personnage se détache, qui joue le rôle d’auxiliaire du torero ou de celui qui monte un taureau sauvage, le bullrider. Le bullriding caractérise la tauromachie étasunienne2, et celui qui est préposé à sa protection, lorsqu’il est rejeté par l’animal et court le danger d’être encorné, est un clown, qui est une sorte de caricature ou de contrepoint du cowboy3. Or ce personnage qui fait rire, avant d’avoir à intervenir, dont l’apparence renvoie à un show de Disneyland, a peut-être aussi des racines hispaniques en la figure du gracioso, figure drôle et incontournable des spectacles, qui tout en amusant, profère des sentences pleines de sagesse et contestataires. Ce lien est souligné par les auteurs, qui insistent sur la variante parodique de la tauromachie (p. 294). Mais, comme ils le signalent justement, le genre parodique en Europe est séparé du genre sérieux – à partir du XIXe siècle cependant. L’influence amérindienne du trickster n’est pas exclue et les auteurs donnent un certain nombre d’exemples convaincants. En Californie, par exemple, les Yokut accordaient au couple formé par le travesti et le clown un rôle important dans les cérémonies funéraires. Chez les Hopi, la danse des scalps était dirigée par un clown. Comme le premier clown des rodéos est signalé en 1910, on peut y voir les traces du spectacle dans cette bouffonnerie rituelle indienne, notamment le Wild West Show, dont une des conséquences est de revitaliser des pratiques en voie de disparition. La dimension sacrificielle des jeux des arènes chez les Amérindiens apparaît également au Pérou, notamment dans une forme particulière de corrida, où le taureau est piqué et saigné par un condor cousu à son dos. L’ethnographie de cette pratique y voit une subversion, le condor indien ayant le dessus sur le taureau espagnol. Dérision et subversion sont également présentes dans cet ouvrage, et les auteurs citent justement les prouesses de Mariano Ceballos, le torero métis mentionné plus haut en note.

6Parmi les divers spectacles qui mettent l’homme aux prises avec un taureau ou un cheval, il y a des courses portugaises, sans effusion de sang, organisées par des immigrés des AÇ ores, et qui ont lieu dans des arènes situées non pas dans la wilderness mais dans l’espace urbain d’Artesia (L.A.) aussi bien que dans les immensités agricoles de San Joaquin Valley.

  • 4 Jean-Pierre Digard, « Le tournant obscurantiste en anthropologie. De la zoomanie à l’animalisme occ (...)

7Les spectacles équestres et tauromachiques font l’objet d’une campagne violente menée par les défenseurs des droits des animaux, qui réclament une intolérance totale à l’égard de toute effusion de sang (animale, précisons). Mais la mise à mort dans les abattoirs des bœufs n’est pas mise en question. Cette vision anthropocentrique de l’animal, qui propose aussi une hiérarchie, le cheval étant plus proche de l’homme que le taureau, donne lieu à des passages particulièrement intéressants. Une deuxième hiérarchie s’établit entre les jeux ibéro-américains, « sauvages » et ceux des Etats-Unis, prétendument civilisés. Les auteurs s’appuient sur Jean-Pierre Digard et reprennent à leur compte le néologisme d’animalisme4.

8La production du « sauvage » pour la corrida n’est pas la même que pour les rodéos. Ici, c’est le mode intensif et la proximité des animaux avec les éleveurs qui est privilégiée. Mais, à partir d’études de cas, certains éleveurs valorisent l’éloignement des reproducteurs sur les collines, espaces impropres à l’agriculture, c’est à dire un mode extensif hérité du monde hispanique. L’animal, dit-on, doit s’efforcer de trouver l’eau et la nourriture et cet effort, ainsi que son isolement, rend son comportement farouche et combattif – bravo, en espagnol (p.176-177). Il s’agit là de l’application aux animaux du modèle turnérien de la frontière. Le cas de la réserve indienne de Tule River est particulièrement éclairant (p. 202-216). Elle fut créée en 1856 sur une colline à l ‘est de Porterville, où s’étaient repliés les Indiens Yokut, spoliés par les fermiers squatters de San Joaquin Valley. La loi de 1874 qui clôturait l’open range, afin d’éviter le vagabondage du bétail, donna raison aux fermiers contre les Indiens et les métis, qui furent déplacés sur les collines, terrains dont la valeur agricole était très faible. En 1887, suivant un mouvement général dans tout le continent américain initié au lendemain des indépendances, l’Allotment Act (1887) instaurait la propriété privée de la terre, chaque famille ayant son lot de 160 acres. Cette mesure visait à transformer les sauvages en agriculteurs civilisés. Les conséquences, on s’en doute, furent catastrophiques car les Indiens étaient à l’origine des chasseurs nomades et s’adaptèrent difficilement, d’autant plus que leurs terres étaient peu aptes à l’agriculture. Mais dans la région des Yokut, en raison de sa topographie rocailleuse, il était impossible de subdiviser le territoire. En 1910, les administrateurs blancs de la réserve furent forcés d’admettre que l’élevage extensif était la seule solution. Puis, grâce à l’élevage de bétail à viande, dont certains exemplaires peuvent être vendus ou prêtés à des éleveurs de bétail de rodéo ; par ailleurs dans la réserve on capture et on dresse, encore aujourd’hui des chevaux mustangs, et aux revenus d’un casino installé sur leurs terres, les Yokut réussirent à racheter une partie des terres usurpées...

9Avec raison les auteurs de ce livre rappellent que les vachers (du nord et du sud de l’Amérique) furent à l’origine des métis d’indien et de noir. Si cela est bien attesté dans la littérature ibéro-américaine, où le Métis est avant tout un statut, incompatible en principe avec les communautés agricoles indigènes, pour l’Amérique du Nord anglo-américaine ces individus – car ils ne constituent pas une communauté – sont pratiquement invisibles dans le vocabulaire, comme ils le rappellent en citant le travail de J. Forbes. Nous sommes donc loin de l’image stéréotypée du cowboy blond des westerns. Ces interactions entre les éleveurs, les métis et les Indiens ont d’ailleurs fait l’objet d’une étude classique, qui porte sur le nord du Mexique, réalisée par François Chevalier. Sans entrer ici dans le détail de ces liens, il importe de suivre les arguments des auteurs sur le rôle fondamental des Indiens dans la transformation de l’équitation et de la chasse aux animaux marrons. Les parties consacrées à l’art cynégétique (p. 256-263) sont excellentes et illustrent les enjeux sacrificiels de la chasse ainsi que les ambigüités de l’altérité, dans le sens des travaux d’Emmanuel Désveaux. Le lasso, par exemple, si important dans toutes les techniques de dressage et de chasse, est d’origine amérindienne car en Espagne et au Portugal, c’est la pique qui a cette fonction. La tétralogie amérindienne et métisse de la culture western comporte, le cheval, le bœuf, le cerf, et le bison. Entre ces quatre animaux divisés en deux paires, les natifs et les importés, il y a des rapports de transformation qui ont été repris à leur compte par les Anglo-américains pour transformer le rodéo (métis) en sport national. Signalons encore un passage qui mériterait un développement plus ample, concernant la sémantique de buck, qui forme buckaroo, (déformation de vaquero), le monteur de chevaux sauvages. Buck est aussi le cervidé, un tempérament impétueux et masculin, un amérindien ou noir, le dollar, et bucking bull, celui des rodéos.

10Les dernières pages de cet ouvrage portent sur la mise en spectacle de la frontière entre wilderness et civilisation, dans le Wild West Show (1883), dont les deux protagonistes majeurs furent William Cody (Buffalo Bill) et son impresario, Nate Salsbury. Contemporain de la conquête de l’Ouest et de la fin des Indiens, ce mélange de cirque et de théâtre, ancré dans l’événement, n’est pas comparable aux exhibitions d’Indiens dans des foires et les Musées. Le Wild West Show en effet, qui repose sur l’aspect performatif de ses protagonistes, comme par exemple des Indiens qui montent des bisons ou qui domptent des chevaux, permet à ces vaincus de l’Amérique d’exister et de montrer leur savoir-faire. Certes, il s’agit d’un jeu, comme autrefois les exhibitions équestres et les courses de taureaux de l’Amérique hispanique l’étaient, lors des fêtes religieuses, au même titre que les parades d’Incas, de « Montezumas » ou de « Congos », ainsi que les danzantes aux costumes de lumière, comme ceux des toreros modernes, des manifestations esthétiques puissantes, qui finirent par nourrir ou produire une mémoire des anciens temps.

11Beaucoup d’idées reçues sont bousculées dans ce livre : la distinction totale entre l’Amérique du Nord et son revers « sauvage », le Mexique, le rodéo comme typiquement anglo-américain, l’invisibilité des Indiens et des métis, l’amour des animaux aux Etats-Unis et aussi, les effets délétères des plantes européennes en Amérique, alors que leur ensauvagement a permis la multiplication des troupeaux, entre autres bénéfices.

12Un autre paradoxe, et non des moindres : l’influence native n’a pu s’exercer qu’avec le support de la civilisation hispanique, dans un spectacle infléchi par la tauromachie. Opposée farouchement aux jeux d’arènes, la civilisation anglo-américaine a fini par réhabiliter, au nom du spectacle et de ses débouchés, cette pratique. La fin de ce livre ouvre de nouvelles approches pour aborder l’altérité dont se nourrit L’Amérique. Plusieurs films à succès, dont l’inoubliable « Délivrance », mettent en scène la revanche de la nature sur la culture, détruisant les théories de J. Turner. Le lecteur leur pardonnera cette digression et en attendra patiemment le développement.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple son livre Maçatl. Les transformations mexicaines des jeux taurins, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2008.

2 Mais toutes ces variantes se trouvent dans le monde hispanique comme le montre une gravure de Goya intitulée « El famoso americano Mariano Ceballos », un métis argentin (et non pas Chilien) qui chevauche un taureau tout en coursant un autre...

3 En Europe, les contempteurs des corridas comparent le costume du torero (traje de luces) à celui des clowns de cirque.

4 Jean-Pierre Digard, « Le tournant obscurantiste en anthropologie. De la zoomanie à l’animalisme occidentaux », L’Homme, 203-204, 2012, p. 355-578.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carmen Bernand, « Frédéric Saumade et Jean-Baptiste Maudet, Cowboys, clowns et toreros. L’Amérique réversible, Paris, Berg International éditeurs, 2014, 343 p. », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 29 septembre 2014, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/67287

Haut de page

Auteur

Carmen Bernand

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page