Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesQuestions du temps présent2014Consommation et modes de vie dans...

Pía V. Rius

Consommation et modes de vie dans le mouvement des travailleurs desocupados en Argentine (2003-2007)

Consumption and different ways of life in piquetero movement in Argentine (2003-2007)
Consumo y modos de vida en el movimiento piquetero en Argentina (2003-2007)
[03/12/2014]

Résumés

Cet article explore diverses pratiques de consommation observées au sein des organisations des travailleurs desocupados (Movimiento de Trabajadores Desocupados - MTD) en Argentine entre 2003 et 2007. Les groupes étudiés ici se sont constitués à partir de 2002 alors que la distribution de diverses allocations est généralisée. Les relations entre les membres de ces collectifs se déploient au fur et à mesure de la gestion de ses ressources mais cette dernière est peu étudiée. En analysant l’investissement au quotidien dans les cantines populaires et les usages qui sont fait des ressources obtenues par le collectif, la gestion de ses ressources permet de penser une forme d'appartenance citoyenne à travers la consommation. Production et consommation sont indissociables et s’inscrivent dans des formes précises de division du travail à l’intérieur du groupe et dans les relations établies avec les proches non-membres qui participent.

Haut de page

Texte intégral

L’enquête ethnographique a été menée entre juillet 2003 et août 2007, au cours de sept séjours de six à huit semaines dans le cadre de la réalisation d’une thèse de sociologie intitulée Faire valoir sa légitimité : radicalité et banalité des mouvements de desocupados en Argentine des années 1990 à 2007 à l’EHESS sous la direction d’Alain Cottereau. Elle était centrée sur la participation civique et politique, dans le registre institutionnel et procédural, mais aussi et surtout dans la vie quotidienne. Une version précédente de cet article a été présentée dans les 14e Journées Internationales de Sociologie du Travail, 19-21 juin 2014. Je tiens à remercier pour leurs commentaires et suggestions aux participants des JIST, ainsi qu’Alain Cottereau, Carole Gayet et Céline Veniat, pour la discussion autour des modes de vie, ainsi qu’aux évaluateurs anonymes

Introduction

  • 1 Signalons brièvement les tendances qui dominent ces réformes : la privatisation des entreprises éta (...)
  • 2 Nous conservons, au cours de notre étude, certaines dénominations en espagnol, notamment celle de p (...)
  • 3 Les organisations de desocupados ont été étudiées en fonction des transformations introduites dans (...)

1Au cours des années 1990 l'Argentine a connu de profonds bouleversements économiques, politiques et sociaux. Elle est devenue un laboratoire d’expérimentation sociale et un terrain privilégié d'analyse des transformations consécutives aux réformes néo-libérales pour lesquelles elle était un modèle1. L’apparition des organisations de travailleurs desocupados, sans activité officielle, connus sous le nom de piqueteros, a suscité un grand intérêt international2. Néanmoins les études se sont concentrées autour des actions de rue les plus visibles considérées comme novatrices et ont laissé de coté les pratiques de la vie quotidienne3. Ces dernières cependant permettent de décrire un phénomène de dimension territoriale et familiale.

  • 4 Kessler, Gabriel, « L’expérience de paupérisation de la classe moyenne argentine », in Culture et C (...)
  • 5 Ce qui peut être considéré comme positif ou négatif selon les auteurs, Huet, Guillaume, « Du miracl (...)
  • 6 Bidaseca, Karina, “Piqueteras : Identidad, política y resistencia. La protesta social en la Argenti (...)

2La dislocation causée par le chômage affecte ce qui était considéré comme une caractéristique de l’Argentine, à savoir l’ascension sociale et la présence d’une classe moyenne importante qui la distinguait dans la région. Les travaux de Gabriel Kessler4 sur la paupérisation de la classe moyenne argentine rendent compte d’un effondrement des modèles « historico-culturels » et « générationnels » concernant cette population devenue une composante des « nouveaux pauvres ». Ces modèles cimentaient, pour cet auteur, une forme d’idéologie du progrès qui n’est plus valable. L’analyse de ces phénomènes, à partir des classes moyennes donne à voir un processus de fragmentation sociale. Certains récits décrivent le lendemain de la dévaluation du peso argentin en 2002 comme un processus de latinoaméricanisation,5 comme une forme d’échec des promesses du progrès. Quelles sont les alternatives qui s’offrent aux classes populaires ? Face à la crise les secteurs populaires ont développé plusieurs stratégies notamment la formation de coopératives à partir de l’occupation d’usines par les ouvriers, les expériences associatives de production développées par les organisations de chômeurs et les clubs de troc6.

  • 7 Collectif Rosa Bonheur, « Crisis y economía moral en Roubaix», Sociología histórica, n° 3, p. 457-4 (...)
  • 8 Les guillemets marquent les termes utilisés au sein des organisations, les italiques les termes en (...)
  • 9 Mora y Araujo Marcelo, « La estructura social de la Argentina: evidencias y conjeturas acerca de la (...)

3Les dites réponses à la crise méritent d’être étudiées au de là de leur dimension de survie en relation avec les réseaux de sociabilités sur lesquels elles s’appuient et aux formes de reconnaissance auxquelles elles donnent lieue7. Si l’on articule l’étude les modalités de travail qui tentent de donner une réponse aux problèmes d’emploi et les modes de consommations mis en place collectivement, on perçoit de multiples manières de reformuler l’espace local et de mettre en œuvre le « changement social »8, tel la consigne que se donnent plusieurs collectifs des desocupados. Associées à la pauvreté structurale les études sur la consommation rendent compte de l’accès de la population à certains biens et services sans approfondir l’horizon biographique dans lequel s’inscrivent les usages qui en sont fait9.

  • 10 L’usage des guillemets permet d’introduire des citations.
  • 11 Les recherches de Christian Topalov montrent comment en France les catégories de travailleur et de (...)
  • 12 Les origines communes de plusieurs organisations sous le nom de MTD sont repérables par les mêmes m (...)

4Notre démarche ici est tout autre. Nous nous pencherons sur le processus d’adhésion à une organisation de travailleurs desocupados, un MTD (Movimiento de Trabajadores Desocupados) et sur les conséquences observées en termes de pratiques de consommation. Etre un travailleur et être sans emploi sont deux affirmations qui peuvent sembler contraires, mais l’usage de la catégorie de travailleurs pour faire valoir des capacités mises en œuvre pour gagner « son pain »10 fait partie du sens commun partagé par les membres de ces collectifs11. Les membres invoquent la nécessité économique comme première raison d’engagement dans ces groupes. En effet, la mobilisation à travers les collectifs12 des desocupados est un moyen d’accéder aux allocations des Programmes de Travail Temporaire (PTT) distribuées par le gouvernement. Néanmoins, l’usage qui est fait de cet argent est peu étudié. Par ailleurs, l’appartenance à ces groupes ne garantit pas l’accès de ses membres aux PTT, puisque la dotation est négociée en permanence avec les autorités. Ces pratiques expriment plutôt une forme de vivre-ensemble à partir de certaines activités et par le militantisme, évoquées sous l’angle de la « lutte ». Imprégné de ce sens revendicatif, cette revendication oblige à prendre au sérieux le discours des membres et la manière dont ils justifient leur appartenance au collectif.

5Cette lutte concerne autant les objectifs collectifs mis en avant par les organisations que la gestion des ressources. En effet, une grande partie de la pérennité des organisations de desocupados peut être liée à l’investissement, au quotidien, dans les cantines populaires. « Gagnées » collectivement, consommées de manière individuelle ou collective, les ressources alimentaires gérées par le groupe donnent à voir une forme d'appartenance citoyenne à travers la consommation. Le chevauchement entre le privé et le public nous rappelle la dimension sociale de l’acte alimentaire qui associe production et consommation, ainsi que des formes précises de division du travail à l’intérieur du groupe et dans les relations établies avec les proches non-membres qui y participent.

6Les activités à caractère alimentaire, la préparation et la distribution des repas, sont considérées comme un « travail », est-il alors possible de continuer à les référer au travail domestique et à l’espace privé ? « Manger à la cantine » et « bien manger » apparaissent comme une activité moralement investie par les groupes. Cette normativité nous permet également d’explorer des productions et consommations qui introduisent des glissements dans la manière de considérer des pratiques illicites pour lesquelles les groupes donnent à voir des modes de vie particuliers dont nous tenterons de porter des précisions.

  • 13 Herpin, Nicolas, Verger, Daniel, Consommation et modes de vie en France. Une approche économique et (...)
  • 14 Kokoreff, Michel, « La dimension spatiale des modes de vie des jeunes : le cas d'une cité de la ban (...)
  • 15 Lambert, Yves, « Peut-on encore parler de jeunes ruraux ? », in Économie rurale. Quel avenir pour l (...)
  • 16 Segalen Martine, « La parenté en milieu urbain. À partir d'enquêtes ethnologiques », Informations s (...)
  • 17 Entre les allocataires de PTT on retrouve un 70% des femmes, les diverses travaux sur les collectif (...)
  • 18 Pruvost, Geneviève, « L’alternative écologique. Vivre et travailler autrement » Terrain, 1 n° 60, 2 (...)

7La notion de modes de vie a été mobilisée notamment afin de décrire l'évolution diachronique des modes de consommation et d’organisation sociale en France à partir des statistiques nationales13. Dans des approches microsociologiques elle peut caractériser les préférences particulières d’un ou plusieurs segments de la population, notamment les modes de vie des jeunes de banlieue14, des jeunes ruraux15, ou les modes de vie urbain caractérisés notamment par la dispersion spatiale de la parenté16. Or, le fait de rattacher certains comportements à une dimension sociale, comme l’âge où l’habitat, risque de présenter celle-ci comme déterminante de ce comportement là où les observations donnent à voir une pluralité de pratiques et d’évaluations les concernant. Néanmoins, la notion de modes de vie a l’intérêt de traiter des modalités de consommation conjointement avec la production en les présentant sur plusieurs aspects. Nous la rattacherons à la perspective des acteurs que nous tenterons d’appréhender par la qualification comme modes de vie critiques. En effet, la méthode ethnographique permet d’observer les différentes pratiques en cours d’action ce qui permet également de s’affranchir des risques d’une interprétation essentialiste que donnerait à voir ces populations à partir de leurs carences, de ce qu’elles n’ont pas. A partir de la notion des modes de vie critiques nous tenterons de signifier qu’une de ses caractéristiques principales est le questionnement des manières de valorisation et de reconnaissance, notamment du travail des femmes majoritairement représentées entre les membres17 mais également des jeunes qui rentrent dans la vie adulte par le militantisme. Dans cette perspective Geneviève Pruvost18 traite la conversion à des modes de vie écologiques et radicaux. Cette conversion se définit principalement par une alimentation biologique et un habitat écoconstruit. Les pratiques mises en place par les collectifs étudiés ici ne montrent pas ces traits mais partagent avec ceux-ci la défense de l’ancrage local et des pratiques éducatives et culturelles alternatives.

8En effet, la manière dont la production et la consommation sont associées dans ces quartiers montre la revendication de l’accès à des biens partagés par la société en général. La reconnaissance des activités réalisées comme un bien social semble les rapprocher d’un travail ; mais subsiste la recherche d’un « vrai travail », tenant compte des droits de la société salariale et permettant de vivre de son travail. La notion de droit au travail, mais aussi d’accès à la santé, à l’éducation, ou à avoir sa propre maison, semble mobiliser les membres et vecinos en tant que citoyens.

  • 19 Plusieurs études de ces collectifs proposent une analyse des enjeux politiques ou économiques posés (...)

9Compte tenue des évaluations faites par les acteurs, nous avons choisi d’appréhender ces pratiques comme des modes de vie critiques produits à partir de glissements, de distances vis-à-vis des trajectoires proches dans un paysage des possibilités et de réappropriations des pratiques de travail, de consommation, de prise de parole ou de mobilisation, considérées jusqu’alors lointaines ou inaccessibles. Ces pratiques ne semblent pas faire l’objet d’un refus total qui pourrait donner à voir de modes de vie « alternatifs » caractérisés par l’abandon de la société salariale et de consommation, ni un positionnement explicitement anti-système comme l’on peut retrouver dans les analyses sur les mouvances de l’alter-mondialisme19.

  • 20 Cottereau, Alain, Marzok, Mokhtar, Une famille andalouse – ethnocomptabilité d’une économie invisib (...)

10Dans leur recherche sociologique sur une famille andalouse Alain Cottereau et Mohamed Marzok20 insèrent l’analyse des activités de l’économie dite informelle dans un ensemble d’échanges qui ne relèvent pas seulement de la sociologie du travail mais également de la sociologie de la famille, de la consommation et du politique. Les auteurs montrent ainsi la fécondité d’une réflexion qui dépasse les cloisonnements disciplinaires au profit des opérations d’évaluation menées par les acteurs eux-mêmes. Dans le sillage de cette démarche nous faisons l’hypothèse que l’usage des biens obtenus collectivement n’est pas pure consommation mais instaure des modes de vie dans lesquels on ne peut pas comprendre des choix classiquement considérés comme relevant du privé sans les rapporter à l’expérience partagée au sein des organisations des desocupados – par des membres et non membres – et dans les espaces des quartiers où elle s’insère. Les évaluations faites par les acteurs nous amènent à les saisir comme une dimension critique du fait qu’elles sont associées à différentes formes de dénonciation d’injustice.

  • 21 Berazategui est un district au sud-est de Buenos Aires hautement touchée par la désindustrialisatio (...)
  • 22 Les observations participantes et non participantes se sont déroulées à partir du mois d’août 2003 (...)
  • 23 Nous avons aussi réalisé une trentaine d’entretiens sémi-directifs enregistrés (chez l’habitant ou (...)
  • 24 En Argentine, les approches en anthropologie politique soulignent depuis peu la politique « des qua (...)

11Les réflexions proposées ici, font partie d’une recherche de type ethnographique auprès des organisations des travailleurs desocupados (MTD-Movimiento de Trabajadores Desocupados) réalisée dans la région Sud de la banlieue de Buenos Aires21 entre 2003 et 200722. Cette participation a pris plusieurs formes en fonction de différents sites. Tout d’abord, j’ai observé les interactions dans les locaux des MTD en participant aux tâches propres aux membres de l’organisation. Cette présence m’a permis de discuter avec des membres et leurs proches qui s’y rendent et, dans la mesure où mon opinion fut sollicitée, de participer aux réunions d’organisation et de décision. Ensuite, j’ai également accompagné des membres dans leur quotidien, avec leur accord, au-delà des activités propres aux collectifs dans les quartiers et en dehors de ceux-ci. Enfin suite à ma présence prolongée, j’ai pu également mener des observations sur les lieux de vie en partageant le quotidien des familles de desocupados où j’avais été invitée23. A la recherche de « vrai travail » ces collectifs s'organisent autour d'un milieu social dont les échanges dépassent l'action protestataire à travers des activités « solidaires » ou « productives » qui ont pour résultat la transformation des habitants et de leur propre entourage. Cet article explore différentes activités quotidiennes qui articulent production et consommation au sein des modes de vie dans les quartiers populaires24. La seule définition de ces activités dans le cadre de l’économie informelle s’avère insuffisante. Les mettre en perspective avec un ensemble de pratiques insérées dans des liens d’interdépendance fait apparaître la consommation comme une expression des modes de vie critiques.

12Nous présenterons d’abord le contexte général dans lequel les blocages de route gagnent visibilité. Nous montrerons ensuite les formes moins visibles d’activité développées par les collectifs des sans emploi et leur voisinage. Au regard de la biographie de ces membres, l’appartenance à ces collectifs montre plusieurs glissements dans les pratiques quotidiennes dans les quartiers, dans les modes de consommation y compris dans la manière de saisir des biens culturels ou des consommations plus atypiques comme l’alcool. Les divers glissements dans les pratiques et dans le sens qui leur est attribuée opèrent à partir de la contestation d’un paysage de possibilités qui leur est offert et ouvrent des nouvelles tentatives de réponse qui suggèrent la constitution d’un mode de vie critique.

Les luttes pour le travail

13Les réformes menées en Argentine au cours des années 1990 portent l’empreinte du dit consensus de Washington. Elles ont été présentées comme une réponse radicale mais indispensable pour sortir des crises d’inflation et d’hyperinflation (1989-1990). Avec un régime monétaire d’échange fixe (un peso = un dollar), établi par la loi de convertibilité, le programme de réformes orthodoxes de privatisations des entreprises d’Etat et de libéralisation économique, s’est également traduit par le démantèlement de la protection sociale et par la régionalisation des services publics. Cette équation qui attirait les investissements extérieurs s’est épuisée depuis 1998 donnant lieu à une profonde dépression économique (1998-2002).

  • 25 Telle était la métaphore utilisée par le Président Carlos Menem, élu en 1989 et réélu en 1995 jusqu (...)

14La désindustrialisation du pays a multiplié les problèmes d’emploi touchant non seulement le chômage mais également augmentant le travail non déclaré, la législation sur des nouvelles formes de contrat de courte durée et la précarisation des salariées. Ces réformes ont transformé également le mouvement syndical, traditionnel allié du parti péroniste au pouvoir. En effet, certaines organisations des travailleurs se sont ralliées au gouvernement et la participation de dirigeants syndicaux, notamment à la tête du Ministère de Travail, a contribué à imposer ces reformes « sans anesthésie »25. D’autres ont procédés à des négociations plus ou moins tendues dans les activités industrielles et à la création des différents Centrales de travailleurs. Les divisions au cours de ces années ont favorisé la création d’une centrale syndicale réclamant l’indépendance vis-à-vis du parti péroniste, la CTA – Central de Trabajadores Argentios – Centrale des Travailleurs Argentins – avec l’important soutien des syndicats de l’enseignement et l’administration publique.

  • 26 En Argentine, la situation de la population désignée comme « sans emploi » est très instable en rai (...)

15Le recul des protections sociales a eu pour conséquences, l’accentuation des inégalités sociales et l’accroissement de la pauvreté et du chômage26. Les mobilisations pour contrer ces effets se sont manifestées dans les régions pétrolières frontalières du pays à travers les demandes de travail ; par l’occupation de certaines usines ; par la réalisation des assemblées citoyennes, et par l’organisation des collectifs des sans emploi, nommé par la presse des piqueteros en raison de leur premières activités de blocage de route, et parmi ces dernières les MTD présentés ici.

  • 27 Les PTT ont varié au cours du temps. A partir des années 1990, les PTT deviennent une monnaie d’éch (...)
  • 28 Les conditions concernent notamment l’âge des titulaires de programmes, la présence ou non de famil (...)
  • 29 Avant la dévaluation l’allocation est l’équivalant à 150 dollars, elle reste à 150 pesos (soit 50 d (...)
  • 30 Laufer et Spiguel, 1999, art. cit.; Scribano, 1999, art. cit.; Iñigo Carrera, Nicolas et Cortarelo, (...)
  • 31 Grimson, A, et Cerruti, M. art. cit. Merklen, art. cit., 2005, Schuster Federico, “Las protestas so (...)

16Comme réponse à la mobilisation sociale les gouvernements mettent en place des Programmes de Travail Temporaire (PTT)27 distribuées par l’intermédiaire de différentes institutions, y compris des MTD. Cette politique sociale de versement des allocations à certains sans emploi (dont les conditions varient selon les programmes28) demande en contrepartie vingt heures d’activité par semaine considérées comme un « travail d’intérêt public ». Elles s’élèvent à 150 pesos29. Ces programmes ont été mis en œuvre par le gouvernement national et par les provinces donnant lieu à une série de moyens de financement des activités réalisées localement. Certains auteurs ont analysé cette dynamique dans la perspective de l’action collective signalant les mobilisations de rue comme une demande de mettre fin au modèle socio-économique néolibérale30. D’autres études considèrent plutôt qu’il y a une continuité, par le développement de pratiques clientélistes dans la mise en œuvre des PTT31, mais plusieurs études de cas ont tendance à nuancer cette hypothèse. La perspective adoptée ici, analyse les pratiques observées dans la vie quotidienne et à partir du sens qu’elles acquièrent pour les membres ce qui oblige à nuancer les modélisations sous forme de dichotomie entre ruptures et continuités à la faveur des analyses en situation.

« Les 150 » : A quoi sert l'argent des allocations ?

  • 32 Les organisations des desocupados ont réussi à être un lieu d'activité pour réaliser cette contrepr (...)

17En principe au sein des mairies ou bien des associations locales et in fine, des organisations de piqueteros, les allocataires mettent en place des activités dans les quartiers les plus touchés par les problèmes d’emploi. Les initiatives mises en place par les MTD étudiés ici relèvent de l'autogestion32 et proposent un changement social. Une modalité de gestion des allocations, décidé par assemblée au sein de ces collectifs répond à la question posée au sein des groupes d’accepter ou non des allocations alors que leur lutte concernait la recherche de travail. Dans le récit des membres, « les 150 » c'est à dire l'allocation obtenue « grâce à la lutte » peut prendre une place secondaire. Notamment pour Mariana, une jeune célibataire sans enfants qui habite avec sa mère. Au cours d'un piquet elle tient à me préciser :

  • 33 Mariana, 20ans, célibataire (2005), MTD de Varela.

« Je ne lutte plus pour les 150, maintenant je sors pour un changement social. […] Pour que l'on ait un bon travail, de bonnes écoles »33

  • 34 Cette augmentation, tardive par rapport à la dévaluation, est négociée au sein du Conseil du Travai (...)
  • 35 Entre 1991 et décembre 2001 s’instaure en Argentine la parité entre le peso et le dollar américain, (...)
  • 36 L’Institut National de Statistique et Recensement, INDEC, calcule ainsi les dépenses nécessaires à (...)

18Une fois l'allocation obtenue la mobilisation continue. Ce qui semble effacer l’intérêt personnel pour avoir ce subside afin de laisser place à des objectifs plus globaux, plus proches de la formulation d’un changement social, comme l’amélioration des conditions de travail et d’étude alors qu’elle-même n’est pas étudiante. On pourrait voir dans ce déplacement une tentative de maîtriser la réception d'une aide sociale, un souci pour justifier la mobilisation ou de montrer que ses motivations concernent plus que l’amélioration matérielle de son propre sort, une perspective sociale. Le constat s'impose également sur le faible montant de celle-ci. En 1993, le salaire minimal, équivalant du SMIC, avait été fixé à 200 pesos. Ce qui a été maintenue pendant la période de taux de change fixe, dit de convertibilidad (1991-2001) et aussi après la dévaluation du peso début 2002. La création des allocations d’un montant inférieur à celui-ci était sensé éviter l'abandon de la recherche d'emploi. Le gouvernement du Président N. Kirchner fera évoluer le montant du SMIC en 2004, qui sera établi à 350 pesos34. Le montant des allocations quant à lui, demeure fixé à 150 pesos. En effet, ces allocations n’étant pas rattaché au SMIC sont restées bloquées au même montant pendant une dizaine d’années. Maintes fois les membres de ces groupes répètent que « les 150 sont inutiles », « qu'on ne peut pas vivre avec ça », qu'ils n'ont plus rien dès le lendemain du jour de paie, que cet argent a perdu de la valeur depuis la dévaluation (début 2002). Les effets de la dévaluation sur le montant de l’aide sont évidents si on établit une comparaison du montant en dollars. Il passe alors de 15035 à 50 dollars. Le panier familial36 (canasta basica familiar) est évalué, en 2002, à 600 pesos, soit quatre fois le montant de l'allocation.

19Malgré son faible montant, il s'agit d'un revenu stable qui est souvent destiné à payer des dépenses fixes. C’est ce qui ressort de la description de Mariana :

  • 37 Mariana 20 ans, célibataire, MTD F. Varela. Elle n'a pas fini ses études secondaires et commencé à (...)

Pia : Comment as-tu fait ce mois ci ?
Mariana : Depuis que j'ai l'allocation j'ai l'habitude de faire une liste pour mes achats pour l'hygiène personnelle, des courses pour la maison et j’en garde un peu pour les manifestations, pour acheter quelque chose, disons 80 pesos. Après quand j'ai besoin de quelque chose j’achète mes vêtements ou des baskets par mensualités. Jusqu'à présent, moi, je peux. Ma mère paye ses médicaments et elle achète des produits pour la maison, mon frère lui en achète aussi. Moi, j'ai la chance de ne pas avoir d’enfants ni personne à charge et je peux acheter pour moi en cuotas [par mensualités]37.

20On voit dans le décompte fait par Mariana que d'une part elle tente de s'assurer avec cet argent ce qu'elle ne pourra pas se procurer ailleurs : ses produits d’hygiène personnelle et ses habits. Constituant une liste de courses elle arrive à allouer l’argent de manière régulière aux mêmes postes y compris par des crédits auprès des commerçants locaux, comme quand elle évoque l’achat « par mensualité ». Marina nous précise que des grands magasins ont, à un moment donnée vendu par mensualités, une pratique de crédit qui s’est arrêtée suite à des impayés consécutifs à l’arrêt des allocations. D'autre part, on constate que la cantine de l'organisation leur permet de manger tous les jours, elle et sa mère. Son frère, qui n'habite pas dans la maison, contribue partiellement et régulièrement au poste alimentaire. Aussi, elle garde une bonne partie de l'argent (environs 80 pesos sur 150) pour des achats qu'elle serait amenée à faire pendant les déplacements dus aux manifestations du collectif des desocupados. Pour elle, cela reste l’essentiel du fait que, contrairement à beaucoup de membres, elle n'a pas d'enfant ni personne d'autre à charge.

La régularité des ressources permet l’accès à des crédits

21Emilia, une jeune mère qui à la charge de trois enfants se sert de l’allocation pour payer les mensualités des crédits à la consommation qu'elle a pris dans les commerces locaux, notamment pour l'achat des vêtements. Toutefois elle explique que pour ce faire elle a eu besoin d'un proche qui se portait garant, car l'allocation elle-même n’étant pas un salaire, elle ne permet d’accéder à un crédit que grâce à la bienveillance des commerces de proximité. Cette pratique rejoint le témoignage précédent de Mariana quant à la répartition des dépenses de postes fixes et la nécessité d’avoir recours au crédit mais diffère concernant le crédit attribué par les commerçants.

22Emilia explique que pour des achats plus importants notamment des meubles pour sa maison c'est son frère qui a réalisé l'achat pour elle. Elle s'est engagée à lui rendre ce prêt afin de pouvoir bénéficier d'un meilleur prix en espèces. Emilia a commencé à travailler étant mineur peu après la naissance de son premier enfant. Depuis, elle a toujours travaillé au noir jusqu’en 2005 où elle trouve son premier travail déclaré à la ville de La Plata, à 60 km de son lieu d’habitation. Pendant la période où elle est allocataire au sein du MTD, entre 2002 et 2005, elle pratique également des activités de manière autonome (petit commerce) ou comme aide ménagère (qui ne sont pas directement en lien avec le MTD).

23D'autres, comme Mili, destinent l'argent de l'allocation à un poste fixe des dépenses du foyer comme l’électricité ou le téléphone ce qui permet de garder une visibilité sur la contribution effectuée au sein du foyer, pour reprendre ses termes, cette contribution est une source de fierté :

  • 38 Mili, 45 ans, mariée, trois enfants, MTD Berazategui, 2006. Elle cherche à reprendre une activité a (...)

Mili : Ma fierté est de pouvoir dire : j’ai payé la facture de téléphone ou d’électricité.
Surtout cela, [montrer] que je suis utile, que je ne suis pas là enfermée ou que je sers seulement à m’occuper des enfants…38

24 

  • 39 Il convient de rappeler que le taux d’activité des femmes mariées au cours demeure inférieur de moi (...)
  • 40 Par ailleurs, pour certaines manifestations, c’est son mari, qui ne fait pas partie de l’organisati (...)

25Cette contribution aux dépenses du foyer montre une forme d'évaluation qui ne procède pas de la quantité d'argent apportée mais des capacités à faire valoir, capacités à être « utile », capacité à avoir une activité en dehors de la maison et de la charge des enfants. Elle met en rapport deux activités possibles afin d’assurer une nouvelle place pour elle au sein du foyer : d'une part les activités au sein du collectif, – que ce soient les manifestations, le goûter offert aux enfants du quartier ou les réunions avec d’autres membres et des dirigeants du MTD en tant que responsable de cette activité – sont valorisées dans la mesure où elles la rendent utile. D'autre part, elle énonce les activités liées à la garde des enfants de manière négative et de ce fait montre la faible valorisation de celles-ci, des activités qui ne seraient pas d’une grande complexité qu’elle considère comme de l’enfermement. De la façon où elle apparait dans son récit, la garde de ses enfants offre un contraste rendant visible qu’elle ne rapporte pas, ce qui peut s’expliquer par les difficultés matérielles auxquelles fait face le foyer39. Se servir des allocations pour payer les comptes de la maison voilà un investissement trop banal pour produire du « changement social » selon la devise du MTD, et pourtant la fierté qui l'accompagne lui donne une valeur symbolique dont on ne peut saisir la portée si l'on considère ces foyers sous le seul angle de la précarité. Même si Mili s’exprime en exposant les deux activités comme étant opposées, elle articule les deux dans son quotidien. Cet arrangement n’implique pas une redistribution radicale des tâches ménagères qui continuent majoritairement à sa charge mais une ouverture vers de nouvelles activités à partir desquelles elle formule le refus de se consacrer au foyer de manière exclusive, ou prépondérante, comme elle le faisait auparavant40. Ce glissement suggère la fécondité de rendre compte autrement que par un regard extérieur qui tendrait à souligner les changements et les continuités en faveur d’une analyse à partir du point de vu des personnes concernées. Dans la biographie de Mili comme dans celle de Marina les apprentissages développés au sein des collectifs, les nouvelles places tenues au sein du quartier ou de la famille leur donnent des nouvelles possibilités, soit de refuser un travail, considéré de l’exploitation, soit de sortir de l’enferment, ainsi que de prendre la parole pour justifier ces positions contraires à l’injonction à travailler dans n’importe quels conditions. Ces glissements suggèrent l’importance symbolique des « 150 » et montrent la fécondité d’interroger les effets de la participation dans les collectifs de desocupados au quotidien notamment dans la résolution de la question alimentaire par l’intermédiaire des cantines.

Manger le fruit de son travail

  • 41 Théry, Irène, La distinction de sexe : une nouvelle approche de l’égalité, Paris, O. Jacob, 2007, 6 (...)
  • 42 La dernière dictature militaire (1976 – 1983) a été particulièrement meurtrière. Les organisations (...)

26En dépit de la réponse appuyée des membres qui se sont rapprochés des MTD afin de résoudre le problème de non-satisfaction de leurs besoins matériels propres ainsi que ceux de leur famille, les cantines ont été peu étudiées. Thèry souligne que l’on a souscrit trop rapidement à la dichotomie occidentale entre « le public » et « le privé », ou encore « le politique » et « le domestique » et que l’on a assigné de manière universelle les femmes à un domaine, privé et domestique, considéré comme traduisant naturellement un lien de subordination dans la vie sociale41. Dans cette même veine, plusieurs études montrent le quartier comme étant un espace domestique ou quasi-domestique ou plus particulièrement en Argentine, un lieu de « repli » du politique lors des périodes autoritaires42. Néanmoins, le rattachement des cantines à des lieux de travail peut aussi nous amener à privilégier une autre direction qui mérite d’être explorée. Les activités qui y sont réalisées, certes, reproduisent celles réalisées par les membres dans leur propre foyer mais elles sont considérées comme un travail et acquièrent, dès lors, une visibilité et reconnaissance supplémentaires, tel ce mode d’implication dans les cantines :

Mili : Je considère [la cantine] comme un travail. Pour moi, cela revient à dire, que c’est mon argent, que c’est moi qui l’ai gagné à la sueur de mon front…

  • 43 Bien que cette rémunération n’est pas systématique, elle est le résultat d’un effort, « de la lutte (...)
  • 44 Certeau, Michel de, L’invention du quotidien. 1 Arts de faire, Paris, Folio, 2007. Le détournement (...)
  • 45 Les notions déjà décrites comme public/privé, politique/domestique sont imbriquées.

27Cette femme considère son travail à la cantine au même titre que le travail des champs qui permet de gagner sa vie à la sueur de son front. Pour elle, la comparaison pertinente est celle de l’investissement physique. La rupture opérée par l’argent de l’allocation, dans le rôle de femme au foyer, est beaucoup plus importante que « les 150 ». Ce que les membres retirent de leur engagement concerne donc ce qu’ils retirent de leur travail autant pour eux mêmes (« c’est mon argent ») qu’en termes d’utilité familiale et, comme on l’a vue, sociale. L’activité semble redonner une place du seul fait que l’on est rémunéré, ou que dans un autre contexte, ne soit « pas assez » et qu'il ne s’agisse pas d'un salaire43. Ainsi, la même activité effectuée dans le cadre du foyer, considérée sous l’angle du travail produit et de la rémunération perçue (l'allocation), semble acquérir une autre signification. Elle est mieux comprise de par son inclusion dans le parcours des femmes notamment de Mili, qui n’a pas travaillé depuis son mariage il y a 20 ans. Elle contribue également à régler les dettes que le ménage a contractées pour payer la fête pour les 15 ans de la fille aînée. Doit-on considérer cette consommation comme somptuaire ou atypique ? Difficile à expliquer (elle l’a expliqué seulement une fois que ses camarades étaient partis), cette dépense pointe la nécessité de s’interroger sur des catégorisations trop générales et superficielles comme celles de classes populaires ou classes moyennes. Elles peuvent être utiles dans une première approche, seulement si nous parvenons à montrer les dynamiques différentes qu’elles recouvrent. Le quotidien apparaît ainsi comme un ensemble de pratiques de détournement économique44 qui invite à abandonner les divisions dichotomiques assignées a priori pour les soumettre à l’épreuve des usages45.

Les cantines populaires : un lieu où l'on s'investit pour bien manger

  • 46 Certains membres du MTD ne touchent pas d'allocation.
  • 47 Poulain, Jean-Pierre, Sociologies de l’alimentation, les mangeurs et l’espace social alimentaire, P (...)
  • 48 Il s’agit d’une infusion populaire Argentine ; dans la région du Rio de la Plata elle est symbole d (...)

28Carmen situe le fonctionnement du collectif autour de la cantine. Cette dernière est approvisionnée par le fonds de contribution des membres, par les colis alimentaires alloués par le gouvernement provincial, la vente des activités de l’atelier et la production des potagers lorsqu’il y en a. Cette cantine a été créée en 2002, depuis son origine, elle s’est vue verser une quantité de nourriture, distribuée par le MTD en proportion du nombre de membres46. Les efforts de Carmen cherchent à mettre davantage de ressources à la disposition de la cantine afin de réussir à distribuer un repas « comme chez-soi ». Poulin47 signale les dimensions sociales de l’acte de manger : « La nourriture, la cuisine et les manières de table, parce qu’elles sont culturellement déterminées insèrent le mangeur dans un univers social, dans un ordre culturel. L’acte alimentaire est fondateur de l’identité collective et du même coup, dans un jeu d’identification/distinction, de l’altérité. […] l’acte alimentaire insère et maintient par ses répétitions quotidiennes le mangeur dans un système de significations. […] C’est par l’alimentation que se tissent et s’entretiennent les liens sociaux ». C’est peut-être ce à quoi faisait allusion Juana lorsqu’elle m'a invité chez elle à boire du maté48 et lorsqu’elle a expliqué à son mari qui rentrait qu’elle avait pu me faire immédiatement confiance lorsqu’elle m’avait vu manger « comme tout le monde », c'est-à-dire comme tous les membres durant le piquete.

  • 49 Outre la cantine, dans son local fonctionne un atelier de couture, un atelier d’activités manuelles (...)

29Carmen prêtait une partie de sa maison afin que puissent avoir lieu les activités du mouvement, l’espace de la cantine était également le lieu de travail des différents ateliers et était devenue le lieu des réunions des délégués49. Elle agissait comme la maîtresse du lieu, ce qui lui conférait un certain nombre d’obligations. Elle tenait, de surcroît, à ce qu’il y ait toujours quelque chose de chaud à boire ou à manger (le local ne disposant pas de chauffage), pendant les autres activités qui s’y déroulaient. L’accueil offert aux membres des autres quartiers a contribué à créer un espace accueillant pour les différents groupes de travail, ce qui se ressent surtout au moment des réunions.

  • 50 Certaines cantines sont ouvertes aux vecinos, celle-ci ne l’est pas mais elle est ouverte au membre (...)

30De fait, les premières activités effectuées par Carmen, au sein de la cantine, peuvent être assimilées à des activités réalisées en tant que ménagère, concentrées sur la gestion des ressources alimentaires. Cette superposition des activités du foyer et du mouvement de desocupados est évoquée, par Carmen, comme un savoir-faire mis plus largement au service du groupe. Elle inscrit ces pratiques dans une forme de continuité d’autant plus prégnante que deux de ses quatre fils font également partie du MTD et tous y mangent50. Lorsqu’elle participe aux activités de la cantine, sa famille est là, présente et partage les repas avec ses camarades. Les autres membres du mouvement s’y rendent aussi avec leurs familles et participent, également, aux activités de la cantine. Chacun des membres du MTD contribue à la constitution d’un fonds commun à hauteur de 3 pesos par personne percevant l’allocation, et non par personne se rendant à la cantine, pour financer les dépenses. Ce faible montant n’est guère suffisant d’autant plus que, dans chaque famille, il y a toujours des enfants ou des personnes âgées qui ne contribuent pas financièrement (parce qu’ils ne sont pas allocataires de PTT).

  • 51 Outre nos propres observations, les études sur les allocataires de PTT attestent de ce qu’elles, le (...)

31L’autogestion des cantines populaires introduit une rupture, avec d’une part l’espace domestique et d’autre part avec l’idée d’assistanat plaçant au cœur de leur gestion les populations. Cette nourriture est clairement identifiée comme un droit gagné par la lutte et non pas comme un don provenant des autorités ou des dirigeants de l’organisation. Les repas sont, la plupart du temps, confectionnés à base de féculents (riz, farine, pâtes,) ou de légumes secs (lentilles) qui sont distribués par le gouvernement ; leur quantité et leur périodicité varient en fonction de négociations qui ont lieu au niveau local avec les MTD. Dans les MTD les membres décident de leurs pratiques. Certaines recherches existantes montrent en revanche, que dans d’autres cas, les femmes peuvent collaborer à la cuisine mais ne décident pas de son fonctionnement51. Ainsi, l’autogestion des cantines sert-elle à la reconnaissance de ses membres sur le plan de l’obtention et de la gestion des ressources. Le partage des repas avec ses vecinos devient, d’une certaine manière, une démonstration de leur solidarité et de leur volonté de partager ce qu’ils ont gagné. Néanmoins, cela n’est pas toujours aisé au plan financier.

  • 52 La règle qu’elle montre, en contrepoint, que ce n’est pas toujours le cas. Nous le soulignons car e (...)

32Dans l’espace de cette cantine, Carmen engage son savoir-faire de ménagère mais, pour elle, il s’agit d’un lieu de travail. En dépit de la proximité et du fait qu’elle cuisine, à la cantine, tant pour ses camarades que pour sa famille, Carmen caractérise son activité comme un travail. Cela est le cas, en particulier, lorsqu’elle souligne que pour le meilleur fonctionnement de la cantine, « il ne faut pas apporter les problèmes personnels au travail ». Autrement dit, à la cantine ou plus largement au MTD, en tant que lieu de travail on ne devrait pas faire émerger des différences qui sont propres aux liens familiers ou de voisinage52. Le repas qu'elle mange avec sa famille est ainsi considéré comme le fruit de son travail et de l’activité collective.

Bien manger : une raison d’agir ensemble

  • 53 Aguirre, souligne cette caractéristique comme un trait propre au « modèle alimentaire rio-platense  (...)
  • 54 Aguirre, art. cit.
  • 55 Delich, Francisco, La crisis en la crisis, Buenos Aires, EUDEBA, 2002.

33Carmen, a été responsable d’une cantine fonctionnant dans un local annexe de sa maison. A l’instar d’autres responsables des cantines, elle a suivi des cours pour apprendre à confectionner une alimentation équilibrée et notamment à préparer le soja et à en faire des milanaises, la présence de ces protéines pouvant atténuer l’absence de viandes. Mais cela ne change pas l’importance de la viande (ou son absence) qui, en Argentine, est perçue comme l’ingrédient le plus important des repas. Dans certains usages, la comida, désignant ordinairement le repas, est utilisée comme synonyme de viande53. On décèle cette priorité dans les évaluations qui ont été réalisées sur ses substitutions : « tu manges au moins du poulet » ou bien dans l’exclamation en pleine assemblée sur le fait qu’il « faut faire quelque chose parce que cela fait trop longtemps qu’on ne voit pas de viande dans nos cantines ». Dans la mesure où il s’agit de leur repas principal, la rareté ou l’absence totale de cette viande dans les menus de la cantine est plutôt mal vécue par les membres qui considèrent cela comme une grande injustice. Ne pas avoir accès à la viande dans un pays dans lequel sa consommation équivaut à bien manger, et qui en est exportateur de surcroît, devient la manifestation d’une exclusion. Aguirre analyse le « modèle alimentaire rioplatense » comme une consommation homogène traversant les différentes couches sociales jusque dans les années 1990 lorsqu’une polarisation a commencé à apparaître. Les carences en fruits et légumes ne semblent pas être suffisamment compensées. Dans les catégories sociales les plus démunies, elles induisent un important manque de vitamines, de minéraux et de fibres. Mais surtout, le manque de viande apparaît, au plan symbolique, plus pesant. Aguirre argue qu’il s’agit de la quantité de viande socialement établie qui fait défaut. La viande de bœuf peut être souvent compensée du point de vue nutritionnel par d’autres sources de protéines. Ainsi, l’auteur estime-t-elle que tout en ayant combiné ses ressources de la manière la plus optimale possible pour établir un régime équilibré, la consommation de viande demeure insuffisante pour satisfaire ce qu’elle appelle « la faim du signifiant carne »54. Il ne s’agit pas, ici, seulement, de pouvoir manger une certaine quantité de viande mais surtout de partager un comportement alimentaire identifié à l’appartenance à la société qui l’a inventé, celle attachée au mythe de la société d’abondance et de progrès infini. Cette interprétation nous éclaire d’une dimension surprenante sur les attentes d’inclusion au sein de cette société sensée être égalitaire55, et dans laquelle tous les membres mangeraient de la viande de bœuf à leur faim. Ces attentes sont vécues en termes d’injustice sociale et permettent de faire naître une motivation des personnes à agir collectivement. D’autre part, les pratiques de production autonome à partir des jardins potagers, mises en œuvre par des hommes et des femmes, permettent l’introduction d’une valeur de diversité alimentaire, là où manger de la viande continue à être considéré comme synonyme de bien manger.

« Les enfants mangent bien à la cantine »

  • 56 Il s’agit de deux hommes qui habitent seuls dans des pensions du quartier. La cuisine du mouvement (...)
  • 57 Selon les différents moments envisagés, le nombre de personnes qui se rendaient à la cantine était (...)

34Le groupe de cantine de Berisso NY travaille du lundi au vendredi et prépare un repas pour une cinquantaine de personnes. Il est composé de huit membres comprenant six femmes et deux hommes. La plupart des membres de l’organisation prélèvent les repas, le soir, pour les ramener à la maison ; seuls quelques-uns les mangent sur place56. Il y a aussi plusieurs vecinos non-membres qui achètent un bol au prix d’un peso, une contribution versée pour servir à l’achat de produits frais57. Le faible prix est rendu possible grâce aux dons des commerçants, à l’approvisionnement par la mairie et au jardin potager entretenu par le mouvement, au coût nul du local (prêté), et au travail en contrepartie des membres. Cet argent est destiné à se procurer des denrées fraîches et une bonbonne de gaz par mois utilisée alternativement avec un four à bois afin d’en prolonger la durée.

  • 58 Le groupe du potager est composé de 12 membres qui travaillent soit le matin soit l'après-midi.

35Les repas de la semaine sont comme chez Carmen, composés à partir d’hydrates de carbone : des pâtes, de la polenta fournies par la mairie, accompagnés de légumes, ceux du potager ainsi que d’autres achetés et d’un peu de viande, notamment de la viande hachée achetée ou de morceaux de poulets donnés par les commerçants du quartier. Nos données ne nous permettent pas de mesurer quel est l’apport exact du jardin potager à la cantine en termes de consommation journalière de légumes58. Néanmoins, l’estimation de Lola consiste à mettre en exergue la complémentarité de la gestion du potager et de la cantine ainsi qu’à promouvoir la diversité des repas. Elle met en avant la variété des légumes :

  • 59 Lola, MTD Berisso. Elle a une cinquantaine d'années. Elle cherche à reprendre un travail quand ses (...)

Nous avions un très beau jardin potager. Beaucoup de blettes [une superficie estimée à environ 12 m sur 12]. Nous avions un peu de tout, patates douces [3 m sur 3], beaucoup de tomates [6m sur 6]. Nous récoltions les blettes et immédiatement, nous plantions autre chose, des choux, des oignons, des citrouilles et des courgettes. Cette année, nous avons fait de tout, des laitues, du maïs, des radis, y compris des aubergines !59

36Lola clôt son énumération en évoquant le schéma de consommation alimentaire locale :

  • 60 Lola, MTD Berisso.

Certaines choses venaient davantage. La tomate poussait beaucoup. Mais tu ne peux pas produire une année de tomates. Ça dure quelques mois, quelques mois pour chaque chose. Le maïs aussi, on le coupait et on le mélangeait au riz. Les enfants mangeaient très bien, on leur préparait des steaks hachés avec de la salade et de la tomate. Les enfants mangent bien à la cantine60.

  • 61 Le FOPAR (Fondo Participativo de Inversión Social-Fond participatif d’investissement social) est un (...)
  • 62 Dans d'autres groupes on observe notamment l'apprentissage de la préparation du soja.

37L’abondance décrite par Lola finit par mettre en exergue la consommation de viande. Durant la période de fonctionnement du programme FOPAR61, la viande redevient une composante importante du plat principal. Bien qu’elle apparaisse sous sa forme la moins coûteuse, la viande hachée, une portion d’environ 100 grammes de viande est garantie. Garnie avec les légumes de base comme de la salade et de la tomate, elle réintroduit le schéma de consommation locale. Cette mention semble renvoyer non seulement à une bonne alimentation, laquelle est rendue possible par l’abondance de légumes, mais plus largement à la possibilité de retrouver un élément d’appartenance sociale par le fait de bien manger et de manger ensemble autre chose que des pâtes ou des guisos sans viande. Il est intéressant de remarquer que la culture du jardin permet de favoriser une plus ample diversité alimentaire que celle prescrite par le schéma alimentaire rioplatense défini par la forte consommation de viande bovine. Elle répond aux besoins réels de consommation de légumes dont l’achat est coûteux62. Le récit de Lola permet d’entrevoir la fierté qu’elle retire de la possibilité d’avoir une bonne alimentation due au fruit du travail collectif et de bien s’occuper des enfants. S’éloignant de la stricte consommation de viande, « bien manger » est également associé à la consommation abondante de légumes (y compris des aubergines !).

38Sa fierté est d’autant plus manifeste qu’il est question de donner à manger aux enfants du quartier. Aussi, la dimension humanitaire développée au moyen des cantines n’est pas des moindres. Un dirigeant précisait devant l’assemblée « nous n’allons refuser le repas à personne ». Les enfants et les vecinos non-membres participent par leur présence dans les cantines à renforcer cet aspect de la légitimité que les membres font valoir dans leur démarche : s’intéresser à tous, notamment en contribuant à satisfaire les besoins alimentaires dans les quartiers.

Des réseaux de sociabilités étendus 

  • 63 Laville, Jean-Louis, « Travail : la nouvelle question politique », Revue du MAUSS, n° 18, 2/2001 p. (...)

39Outre les cantines et les potagers plusieurs activités productives sont organisées au sein de ses groupes. Les boulangeries, menuiseries, ateliers de couture, de fabrication de bougies, de sérigraphie sont devenus des « lieux de travail » autogérés. La vente des produits se fait, entre autre, lors des foires locales ou les membres et vecinos se donnent rendez-vous. Leur production est ainsi rendue visible à l’échelle locale. Ces foires sont aussi des lieux d’ouverture vers d’autres organisations dans un milieu associatif qui dépasse les seuls quartiers et qui inclus diverses activités. Dans ces espaces, on peut observer la possibilité de s’émanciper d’une idéologie du « tout économique » qui installe la croissance économique au cœur du fonctionnement social, ou pour reprendre les termes de Jean-Louis Laville, de s’émanciper du « dogme de la croissance »63. C’est une forme de présence dans les quartiers qui se traduit par des formes de normativités. Elles sont mises en œuvre à partir d’activités culturelles et ont également des conséquences politiques.

Une production culturelle de proximité

  • 64 L’expérience universitaire est bien sur très diverse. Les étudiants qui font partie des organisatio (...)
  • 65 Nous avons observé le même phénomène dans plusieurs sites mais la présence des étudiants est plus m (...)
  • 66 Cette expression est souvent utilisée tant pour faire référence à leurs propres enfants qu’à ceux q (...)
  • 67 Depuis 2010 la radio local La Charlatana, (la babarde) fonction dans le quartier de la Nueva York d (...)
  • 68 Les jeunes du collectif ont participé à la réalisation d’un film sur l’histoire du quartier.

40Les collectifs de desocupados bénéficient de la présence des étudiants qui font des quartiers populaires l’espace d’un investissement politique. En effet, c’est une partie des activités des organisations universitaires64, les étudiants organisent des ateliers pour les enfants et pour les adolescents des quartiers en s’appuyant sur la présence des MTD dans le réseau65. Les organisations de desocupados n’apparaissent pas ici au premier plan mais leurs membres sont au cœur de la gestion de la journée, de la diffusion de l’information ou de l’organisation de « portes ouvertes ». L’autogestion prends une forme diverse au fil des activités proposées : des expositions de peinture, collage, des séances de cinéma-débat, des radio-locales, des atelier film –édition, des spectacles de hip-hop, ou des voyages qui, réalisées par « leurs enfants »66 sont montrées au public. Ainsi la participation au sein des MTD (au sens large en tant que membre ou proche) rend possible l’accès à des services (y compris de soutien scolaire) et à des activités culturelles. Au-delà des ressources matérielles ou de divertissement, l’appropriation de ses biens culturelles sous la forme de l’autogestion implique apprendre à maitriser, à différents dégrés, les outils techniques. La participation à ces activités implique de partager des savoir-faire nécessaires notamment pour créer un programme de radio, apprendre à fabriquer et faire fonctionner une console ou installer une antenne67 ; ou bien participer dans la conception et la réalisation d’un film, manier la caméra et maîtriser un logiciel d’édition68.

  • 69 Le centre « Olga Vasquez » accueille des activités diverses : d’autres ateliers productifs, mais au (...)
  • 70 Boltanski, Luc, Les cadres : La formation d’un groupe social Paris, Minuit, 1982.
  • 71 Une revisite de ce terrain a pu avoir lieu en 2013 et 2014 dans le cadre d’une recherche post-docto (...)

41La dimension de proximité ne doit pas être considérée ici comme un facteur d’isolement spatial. Autant les quartiers reçoivent les activités proposées par des ateliers des autres groupes, autant ils se déplacent pour faire des formations ou donner à voir leurs résultats. Certains de ces ateliers fonctionnent au sein d’un centre culturel, dans la ville voisine de La Plata géré par diverses organisations du réseau FPDS69, d’autres dans des clubs ou bibliothèques populaires qui accueillent ces collectifs. Les échanges, parmi les membres des organisations des MTD ne sont pas les seuls, conférant à la sociabilité dans leur sein une dimension centrale. Celle-ci s’insère difficilement dans la réponse aux besoins matériels exprimés comme première motivation d’engagement au sein de ces collectifs, mais donne accès à des milieux sociaux, ce qui permet de comprendre mieux la continuité de cet engagement dans la durée. Cet engagement semble privilégier l’expérimentation collective des systèmes locaux de solidarité, la « construction de petites ou de grandes utopies politiques » pourrait-on dire en paraphrasant Luc Boltanski70 où les membres peuvent donner leur opinion sur l’état de la société à leur portée, intervenir à l’échelle locale et élargir le paysage des possibilités. Lorsque les activités au quotidien sont au cœur des appartenances, les revendications politiques apparaissent comme lointaines mais celles-ci sont susceptibles d’être activées. Notamment la participation de plusieurs membres de ce réseaux à des mobilisations à travers différentes formes d’activisme, pour la préservation de l’environnement local71.

Un détour sur la consommation d’alcool, une pratique située 

  • 72 Cahier de terrain de 2005. Je sens que ma place peut-être compromise si je m’attarde plus longtemps (...)

42En me rendant à un local du MTD je retrouve sur le chemin un petit groupe de quatre jeunes d’environs 25 ans, assis sur le trottoir en train de discuter. Connaissant les membres du MTD depuis deux ans, (l’un d’entre eux, Carlos, est alors responsable d’un groupe au potager), je m’attarde pour les saluer (je me tiens contre un muret sans m'asseoir). Alors un autre membre (responsable du groupe de la boulangerie) s’approche vers nous. Carlos le salut et lui demande s’il n’aurait pas de l’argent. Ce dernier lui en donne un billet de deux pesos et s’excuse de ne pas pouvoir rester avec eux car il a un petit boulot et il continue son chemin. Carlos m’explique qu’il s’est permis cette attitude parce que c’est un ami et il sait que les vecinos le regarderaient d’un mauvais œil. Il m’explique également qu’il s’éloigne du MTD quand il est avec ses amis et qu’ils comptent boire une bière, [nous sommes à un peu plus d’une centaine des mètres du local] une certaine distance devant être mise entre la consommation d’alcool et les activités du MTD72.

43Cette scène fait ressortir le positionnement des organisations de desocupados comme un espace moralement investi. La conduite de ses membres, au moins pendant qu’ils sont au sein de l’espace de l’organisation ou dans le cadre de ses activités, doit être exemplaire. Avoir un travail, même un petit boulot de quelques jours, c’est dans cette scène, la possibilité de ne pas rester dans la rue dans une attitude oisive et perçue comme gênante, au moins pour les vecinos. En effet, Carlos s’éloigne du local du MTD et tente d’instaurer ce qu’il considère une distance prudentielle vis-à-vis de celui-ci. Son ami, lui, n’hésite pas à se rapprocher, lui dire bonjour et à lui donner quelques pesos et va s’excuser de ne pas pouvoir partager un moment avec eux. La scène montre également une réflexion de la part de Carlos envers la sociologue. Il valorise d’une part l’amitié, le temps partagés et la complicité à laquelle elle peut donner lieu entre les jeunes membres du MTD et ses amis. D’autre part, il anticipe le regard des vecinos comme réprobateur concernant leur présence dans la rue.

44La stratégie pour préserver la réputation du collectif et les relations avec les vecinos ne semble pas une simple mise en scène mais fait l’objet des débats tendus. Ici, elle consiste à limiter la consommation d’alcool et la bannir à l’intérieur des locaux, tout en laissant faire en dehors de ceux-ci.

  • 73 Au mois de décembre 2003, plusieurs membres du MTD, ont quitté l’espace commun de La Verón et, peu (...)

45La politique que les organisations se donnent concernant la consommation d’alcool et des substances illicites peut donner lieu à des divisions entre différents groupes, notamment La Verón et le FPDS73. C’est ainsi que Germán, ainsi que d’autres délégués de la Verón, explique le désaccord avec une partie des MTD sur les consignes de sécurité qui avaient été données pendant les piquetes.

  • 74 Juin 2004. German est alors délégué de La Verón. Il a environs 25 ans, ses premières expériences de (...)

German : « Pour eux, boire une bière, fumer un joint, c’est bien, ça fait partie de la manif, mais nous ne sommes pas d’accord. Parmi nous, il y a des compañeros qui ont des problèmes avec l’alcool, alors le vin et la bière sont interdits pendant les manifs. Puis après, chez toi, tu fais comme tu veux, ce n’est pas pareil, mais pas ici. L’autre jour sur le pont [Pueyrredón, lieu typique des blocages], il y en avait qui fumaient un joint. Or, dans les quartiers, el paco [pâte résiduelle de la cocaïne] c’est un vrai problème, tu vois les enfants qui sont ravagés. Pour moi, il faut être clair par rapport à ça »74.

46Ce délégué soulève la question des désaccords qui engagent la conduite des membres lors des manifestations. Les consignes de sécurité diffèrent selon les réseaux. Pour La Verón, il s’agit d’une question stratégique de par la visibilité propre à certaines manifestations, notamment les blocages du pont Pueyrredón, l’accès Sud de la ville de Buenos Aires. Au sein du FPDS, il s’agit de se procurer un entre-soi et de s’approprier cet espace de la ville pour le transformer en un lieu commémoratif des militants tués par la répression ; c’est également célébrer leur mémoire à travers la lutte mais d’une manière festive.

47Les problèmes d’alcool et de circulation de la drogue, plus au moins accessibles, sont pourtant bien présents dans les quartiers populaires et concernent tous les réseaux sans exception. La consommation de drogue et d’alcool fait partie des préoccupations autant du réseau de La Verón que de celui du FPDS. À ce sujet, un délégué de ce dernier collectif soutient que les jeunes qui sont dans la rue et « boivent de la bière », s’en sortent et trouvent un espace de travail au sein du MTD. Le MTD peut ainsi devenir une solution contre les risques de dérapage des plus jeunes même si des problèmes peuvent concerner aussi les adultes. Plus difficile à expliciter, la solution proposée consiste aussi à valoriser le MTD comme lieu d’appartenance plutôt que de le préserver par l’exclusion des membres fautifs.

  • 75 Terme utilisé pour désigner les activités réalisées dans la nuit du 25 au 26 juin tous les ans à pa (...)

48Par ailleurs, Germán, rapproche le fait de fumer de la marihuana et la consommation de cocaïne afin de tenir un discours « clair », dit-il, de refus de toute forme de consommation de drogue. Or, nul réseau n’affiche des critères arrêtés à ce sujet et ce qui prime est la détermination au cas par cas. Au sein des deux collectifs les délégués sont prêts à s’investir pour donner aux jeunes et aux enfants des alternatives face à l’abus d’alcool ou à la consommation de drogue. Des ateliers sont organisés invitant des spécialistes à intervenir localement. À La Verón, la consommation est interdite pendant les manifestations et les ateliers de travail et l’interdiction vaut pour tous les membres. Dans d’autres organisations, la consommation d’alcool est interdite uniquement pour ceux qui exécutent des tâches de sécurité. Lors des campements, pendant les veillées75 du 25 juin le réseau pouvait organiser des spectacles musicaux, ou faire une ronde autour d’un feu, faire de la musique et boire de la bière, donnant ainsi une ambiance festive. A La Verón, les membres sont plutôt incités à dormir et à ménager leurs forces.

49Pour ces jeunes délégués du quartier, il s’agit d’agir face à ce qui apparaît comme un problème social. Selon Germán, la conduite promue au sein de l’organisation trouve son explication du fait d’une forme de représentation qu’exerce chaque membre quand il agit dans les lieux publics. Il est dans une mobilisation en tant que membre du MTD et se doit de respecter les consignes du groupe. Il ne s’agit pas d’un problème de bon ou mauvais membre.

  • 76 Déclaration du dirigeant national devant l’Assemblée Générale le 23 juin 2005.

50Le dirigeant national justifie l’interdiction de l’alcool dans une assemblée générale au nom d’une stratégie politique, permettant de « ménager ces forces », « d’entretenir un bon rapport avec les commerçants et le voisinage », de « respecter la propriété et le lieu de vie des habitants » et ce afin d’obtenir la satisfaction de leurs exigences.76 Dans l’assemblée le problème de la drogue n’est pas traité ouvertement et l’argument stratégique encadre les recommandations de façon à éloigner les discours moraux ou comme le disait Germán « chez toi, tu fais comme tu veux ».

  • 77 Une critique au PTT considère que l’obligation de contrepartie d’activité introduit un doute sur la (...)

51Ainsi, si l’on peut décrire lors de ce détour une scène où les jeunes s’éloignent du local du MTD pour boire de la bière dans la rue, un délégué peut également utiliser le fait que des « jeunes sont dans la rue et boivent de la bière », comme une image capable d’évoquer des ennuis plus au moins illicites, difficiles à expliciter, en face desquels les différents MTD se présentent comme des alternatives. Il s’agit d’un espace de solidarité et de travail au sein duquel on n’empêche pas ces pratiques mais où on tente de les limiter sans pour autant les stigmatiser ni leur attribuant une valeur de frontière qui signerait l’exclusion du groupe. La normativité autour de la consommation d’alcool est présente ; elle rend explicite les liens qui rassemblent les organisations au sein d’un réseau, les accords auxquels chacun est tenu, les fautes à ne pas commettre. Il s’agit d’une approche qui ne semble pas reprendre les discours sur le bon ou le mauvais chômeur souvent implicite dans les politiques sociales77. De fait, la tolérance des pratiques comme la consommation d’alcool suggère que les critères adoptés opèrent un glissement sur la manière de faire face à ces problématiques qui préserve ces groupes du traitement qui leur est souvent réservé en termes accusatoires. Un usage raisonné semble possible même s’il n’y a pas accord sur ces formes.

Remarques finales

52Les MTD ont mis en place des formes de solidarité et des lieux de socialisation qui rompent avec la stigmatisation du chômeur mais aussi avec l’exclusion des jeunes en raison de pratiques considérés comme dangereuses et qui s’appuient sur des femmes au foyer qui étaient « mises au rebut » pour reprendre les termes de l’une d’entre-elles. Ainsi, plutôt qu’observer ou non le « changement social » promu par ces groupes, nous avons constaté diverses glissements dans les pratiques de production et consommation qui peuvent être saisis à travers la notion des modes de vie critique. En effet, on peut reprocher aux MTD de ne pas assez donner la parole aux femmes qui sont faiblement représentées parmi les porte-paroles sur la scène nationale. Néanmoins, considérer que leur rôle est cantonné à la reproduction des tâches ménagères par la place qu’elles occupent dans les cantines populaires semble réducteur. Les activités domestiques sont ici valorisées comme un travail nécessaire et socialement utile qui permet de redéfinir les rôles au sein de la famille. L’analyse de ces activités sous l’angle des modes de vie, qui réunit production, consommation, gestion des ressources et prises de parole en tant que responsable dans le réseau d’interaction local, permet de saisir ces pratiques autrement et suggère la nécessité d’intégrer la dimension active dans les analyses de la consommation. Elles sont imprégnées des différentes formes d’apprentissages et des déplacements qui, situés dans les parcours de vie des protagonistes, donnent à voir le développement d’un mode de vie critique.

53D’une part, c’est une distance au regard de ce que les propres membres présentent comme des mutations dans leurs parcours. Confrontées à leur trajectoire, aux possibilités proposées par leurs proches ou observées dans leur entourage, ces femmes peuvent sortir de « l’enfermement » et prendre distance des modèles plus traditionnels même si elles ne les contestent complètement.

54D’autre part, la consommation (alimentaire ou non), apparaît dans sa dimension active. Elle est considérée non seulement comme destruction mais aussi comme production de ressources multiples et se rattache à la production d’une sociabilité locale et d’une manière de vivre ensemble appuyées sur des prises de paroles qui ne se font pas sur la scène nationale mais dans les interstices de l’interaction locale, dans l’exercice de la représentation au sein des collectifs. C’est une consommation qui révèle sa dimension active aussi dans la production et l’apprentissage des nouveaux savoir-faire accédant non seulement à différents biens culturels en tant que consommateur mais aussi dans différentes étapes de création.

  • 78 Mora y Araujo art . cit.

55Il nous est possible de relier les pratiques et les conceptions de travail mobilisées au sein du groupe et les pratiques de consommation qui apparaissent en filigrane dans les projets d’autogestion, dans la réponse à des nécessités alimentaires ainsi que dans la création des espaces culturels. Si les activités énumérées ici ne sont pas d’habitude considérées dans les modèles de consommation des secteurs populaires relevés par des sondages78, elles ne sont pas moins au cœur d’une forme d’appartenance qu’il semble nécessaire d’aborder à partir d’un regard distancié de nos catégories d’analyse habituelles qui ne permettent pas de saisir la normativité mise en œuvre et les tensions entre normes du collectif et pratiques familiales. Mais les tensions concernent également la volonté de conserver l’autonomie individuelle, illustrée ici par ce jeune qui s’éloigne du local pour se joindre à des amis non membres du collectif. La recherche ethnographique sur une famille andalouse par Alain Cottereau et Mokhtar Marzok nous a guidés dans cette voie en ce qu’elle souligne la nécessité de proposer des analyses orientées en fonction des projets d’avenir. Si les pratiques analysées ici ne se sont pas affranchies de la reproduction de formes de débrouillardise, de précarité, de reproduction des inégalités entre les sexes, ou de la société de consommation, leur analyse située dans les paysages des possibilités, permet de saisir des mutations entraînant la création de nouveaux liens, inscrits dans des relations d’interdépendance, avec un refus de la dépendance et grâce à des formes de reconnaissance mutuelle, vers des expressions culturelles qui tendent à réunir production et consommation.

56Les observations récentes signalent que ces tendances peuvent se développer davantage, notamment par la participation des membres de ces collectifs dans des mobilisations pour la sauvegarde de l’environnement ou dans la création des coopératives de travail.

Annexe de situation

Source: Instituto Geográfico Militar de la República Argentina. Institut Géographique et Militaire de la Republique Argentine. Escale 1: 668000

Haut de page

Notes

1 Signalons brièvement les tendances qui dominent ces réformes : la privatisation des entreprises étatiques, l’ouverture de l’économie nationale au marché mondial, la flexibilisation du marché du travail et la régionalisation des services de santé et des écoles.

2 Nous conservons, au cours de notre étude, certaines dénominations en espagnol, notamment celle de piquetero, qui rappelle la participation aux blocages de route (piquete) et aux piquets de grève et celle de desocupado, que l’on ne peut pas traduire par chômeur : il ne s’agit pas d’une catégorie juridique, donnant accès à certains droits sociaux, mais d’un statut social, qui recouvre, de fait, différentes activités de « débrouille » et de recherche d’emploi (vente ambulante, maçonnerie, aide-ménagère, garde d’enfants, etc.).

3 Les organisations de desocupados ont été étudiées en fonction des transformations introduites dans l'arène publique. Leur importance en termes de nouveaux répertoires d'action collective, les « nouveaux droits » qu'ils ont générés ou bien les nouvelles formes du politique qu’ils ont développées peut être consultée notamment à partir de Laufer Rubén et Spiguel, Claudio, « Las « puebladas » argentinas a partir del « santiagazo » de 1993 », in, Lopez Maya, Margarita, (Ed), Lucha popular Democracia y neo-liberalismo : protesta popular en América Latina en los años del ajuste, Venezuela, Nueva Sociedad, 1999 ; Scribano, Adrian, “Argentina ‘cortada’: cortes de ruta y visibilidad social en el contexto de ajuste”, en Lopez Maya, Margarita, (Ed.), Lucha popular, democracia, neoliberalismo: protesta popular en América Latina en los años del ajuste, Editorial Nueva Sociedad, Caracas, 1999, Auyero Javier, « Fuego y barricadas. Retratos de la beligerancia popular en la Argentina democrática », Nueva Sociedad (Venezuela), n° 179, 2002, p. 144-162 ; Svampa, Maristella et Pereyra, Sebastian, Entre la ruta y el Barrio. La experiencia de las organizaciones piqueteras, Buenos Aires, Editorial Biblos, 2003; Grimson, Alejadro, Cerruti, Marcela, “Buenos Aires, neoliberalismo y después. Cambios socioeconómicos y respuestas populares”. in Portes, Robert et Grimson, Alejandro, (eds), Ciudades Latinoamericanas Buenos Aires, Prometeo, 2005, p.128-134 ; Merklen, Denis, Pobres ciudadanos, Buenos Aires, Gorla, 2005; Schuster, Federico, “Las protestas sociales y el estudio de la acción colectiva” in Schuster, Federico et al (Eds.): Tomar la palabra. Estudios sobre protesta social y acción colectiva en la Argentina contemporánea, Buenos Aires, Prometeo, 2005, Di Marco, Graciela, , El pueblo feminista, Buenos Aires, Biblos, 2010.

4 Kessler, Gabriel, « L’expérience de paupérisation de la classe moyenne argentine », in Culture et Conflit, n° 35. 1999, p. 71-93.

5 Ce qui peut être considéré comme positif ou négatif selon les auteurs, Huet, Guillaume, « Du miracle au désastre argentin, regards créoles » in Journal des Anthropologues N 96-97 p. 253-267, 2004.

6 Bidaseca, Karina, “Piqueteras : Identidad, política y resistencia. La protesta social en la Argentina en la década del noventa”, in Realidad económica, IADE, 17-17-06 [consultado en febrero 2008] www.iade.org.ar, 2006; Grimberg, Mabel, Fernandez Alvarez, Maria, Carvalho, Rosa (dir.), Estado y movimientos sociales : estudios etnográficos en Argentina y Brasil, Buenos Aires, Antropofagia, 2009, p. 131-15; Di Marco, Graciela, « Justice sociale et droits liés au genre ». En Revue internationale des sciences sociales n° 191, 2007, p. 51-64 ; Quijoux, Maxime, Néolibéralisme et autogestion. L'expérience argentine, Editions de L'IHEAL, coll. « Travaux et mémoires », 2011 ; Ould-Ahmed, Pepita, « Les formes du politique dans les « clubs de troc » en Argentine » in Penser le politique en Amérique Latine Natacha Borgeaud-Garciandia, Bruno Lautier, Ricardo Penafel et Ania Tizziani (Eds.), Karthala, Paris, 2009, 408.

7 Collectif Rosa Bonheur, « Crisis y economía moral en Roubaix», Sociología histórica, n° 3, p. 457-489, 2013.

8 Les guillemets marquent les termes utilisés au sein des organisations, les italiques les termes en castillan.

9 Mora y Araujo Marcelo, « La estructura social de la Argentina: evidencias y conjeturas acerca de la estratificación actual », CEPAL, Serie de Políticas Sociales, n° 59, Santiago de Chile, 2002.

10 L’usage des guillemets permet d’introduire des citations.

11 Les recherches de Christian Topalov montrent comment en France les catégories de travailleur et de chômeur sont élaborées comme propres de situations contraires. Topalov, Christian, Naissance du chômeur : 1980-1910, Paris, Albin Michel, 1994. Nous avons exploré cette tension dans le cas des organisations de desocupados dans un article précédent Rius, Pía V. « Entre travail et activité. Le mouvement des piqueteros en Argentine », in Autrepart n° 43, 2007, IRD Editions Armand Colin p. 41-55.

12 Les origines communes de plusieurs organisations sous le nom de MTD sont repérables par les mêmes mots d’ordre : Trabajo, Dignidad, Cambio Social (Travail, Dignité et Changement Social). Les collectifs ont adoptés plusieurs formes organisationnelles et diverses lignes politiques voir à ce sujet Svampa, Maristella et Sebastián Pereyra. Entre la ruta y el Barrio. La experiencia de las organizaciones piqueteras. Buenos Aires: Editorial Biblos, 2003.

13 Herpin, Nicolas, Verger, Daniel, Consommation et modes de vie en France. Une approche économique et sociologique sur un demi-siècle, Paris, La découverte, 2008.

14 Kokoreff, Michel, « La dimension spatiale des modes de vie des jeunes : le cas d'une cité de la banlieue parisienne », in: Sociétés contemporaines. Aspects des modes de vie de l'insertion dans une communauté à l'usage des outils ménagers, Mars 1994, n°17, p. 29-49

15 Lambert, Yves, « Peut-on encore parler de jeunes ruraux ? », in Économie rurale. Quel avenir pour l'agriculture et le monde rural ? 1991, n°202-203, p. 76-80.

16 Segalen Martine, « La parenté en milieu urbain. À partir d'enquêtes ethnologiques », Informations sociales, 2006/2 n° 130, p. 48-57.

17 Entre les allocataires de PTT on retrouve un 70% des femmes, les diverses travaux sur les collectifs des desocupados coïncident en noter une composante majoritairement féminine.

18 Pruvost, Geneviève, « L’alternative écologique. Vivre et travailler autrement » Terrain, 1 n° 60, 2013, p. 36-55.

19 Plusieurs études de ces collectifs proposent une analyse des enjeux politiques ou économiques posés par les expériences de l’économie sociale mais elles ne sont pas rattachés à des modes de vie spécifiques, pour cette raison l’utilisation de ce terme risquerait d’induire en erreur. Voir notamment Massiah, Gustave, « Le mouvement citoyen mondiale » Revue du MAUSS Quelle « autre mondialisation »? (fin) 2003, 237-249, Laville, Jean-Louis « Avec Mauss et Polanyi, vers une théorie de l’économie plurielle », Revue du MAUSS Quelle « autre mondialisation »? (fin), 2003 ; Francq, Bernard, Pleyers, Geoffrey (dir.) « Altermondialisme, société civile et mondialisation », Recherches sociologiques et anthropologiques, 8-1, 2007.

20 Cottereau, Alain, Marzok, Mokhtar, Une famille andalouse – ethnocomptabilité d’une économie invisible Paris, Editions Bouchene, 2012.

21 Berazategui est un district au sud-est de Buenos Aires hautement touchée par la désindustrialisation et également dans sa périphérie composée de zones semi rurales, faiblement desservies par les services publics.

22 Les observations participantes et non participantes se sont déroulées à partir du mois d’août 2003 en quatre phases d’enquêtes successives d’une durée allant de un à deux mois, chacune dans différents sites ou se développent plusieurs réseaux d’organisations de desocupados. Un regard privilégié est posé sur les sites de Berisso et Berazategui ; voir annexe de situation.

23 Nous avons aussi réalisé une trentaine d’entretiens sémi-directifs enregistrés (chez l’habitant ou le lieu de travail) et non enregistrés avec prise de note.

24 En Argentine, les approches en anthropologie politique soulignent depuis peu la politique « des quartiers », des barrios comme un investissement proprement politique. Par exemple nous pouvons lire Forni, Floreal, Cardenas Luis, “Formas de acción colectiva en un proceso de desarrollo local espontáneo. El surgimiento de Barrios en Cuartel V” Forni, Floreal, (dir) De la exclusión a la Organización, Hacia la integración de los pobres en los nuevos barrios del conurbano bonaerense, Buenos Aires, Ed. CICCUS, 2002; Seman, Pablo, « El pentecostalismo y la religiosidad de los sectores populares », Svampa Maristella. (ed.), Desde abajo, Buenos Aires, Biblos, 2000, Grimberg et alt. Op. cit.

25 Telle était la métaphore utilisée par le Président Carlos Menem, élu en 1989 et réélu en 1995 jusqu’ au 1998.

26 En Argentine, la situation de la population désignée comme « sans emploi » est très instable en raison du poids du secteur informel et de la fragilité des entreprises. Les travailleurs déclarés concernent 50,5 % de la population active en 2003 selon l’Institut national de statistique, l’INDEC (Insituto Nacional de Estadísticas y Censos).

27 Les PTT ont varié au cours du temps. A partir des années 1990, les PTT deviennent une monnaie d’échange entre les organisations de piqueteros et le gouvernement national. Au cours des négociations les organisations obtiennent des quotas d’allocations qu’ils sont amenés à gérer.

28 Les conditions concernent notamment l’âge des titulaires de programmes, la présence ou non de famille à charge, les heures d’activité de contrepartie.

29 Avant la dévaluation l’allocation est l’équivalant à 150 dollars, elle reste à 150 pesos (soit 50 dollars) après la dévaluation.

30 Laufer et Spiguel, 1999, art. cit.; Scribano, 1999, art. cit.; Iñigo Carrera, Nicolas et Cortarelo, M. Celia, “Argentina, diciembre de 2001: hito en el proceso de luchas populares”, Seoane, José (éd), Movimientos Sociales y Conflicto en América Latina, CLACSO, Buenos Aires, 2003.

31 Grimson, A, et Cerruti, M. art. cit. Merklen, art. cit., 2005, Schuster Federico, “Las protestas sociales y el estudio de la acción colectiva”, Schuster Federico et al (eds.), Tomar la palabra. Estudios sobre protesta social y acción colectiva en la Argentina contemporánea, Buenos Aires, Prometeo, 2005.

32 Les organisations des desocupados ont réussi à être un lieu d'activité pour réaliser cette contreprestation.

33 Mariana, 20ans, célibataire (2005), MTD de Varela.

34 Cette augmentation, tardive par rapport à la dévaluation, est négociée au sein du Conseil du Travail et du Salaire, un espace de dialogue social dans lequel participent des représentants du Ministère de Travail, des patrons et des syndicats. Pendant le gouvernement de N. Kirchner (2003-2007) un représentant du syndicat non-péroniste CTA est intégré par la première fois avec le statut d’observateur.

35 Entre 1991 et décembre 2001 s’instaure en Argentine la parité entre le peso et le dollar américain, connue sous le nom de « convertibilité ». En janvier 2002 au moment de la dévaluation le dollar américain se situe à une valeur de 3 pesos et atteint en mars de cette année les 4 pesos. Le salaire légale de base (salario minimo vital y movil) est resté au niveau de 200 pesos jusqu’en 2004. Les planes n’ont pas été actualisés et ont été remplacés progressivement par plusieurs allocations des différents montants selon les programmes. Les allocataires ont été invités à « migrer » vers ceux nouveaux programmes. En 2008, 643 000 allocataires sont intégrées à un nouveau programme d’allocations familiales par enfant (AUH, Asignacion Universal por Hijo, en castilian).

36 L’Institut National de Statistique et Recensement, INDEC, calcule ainsi les dépenses nécessaires à une famille composée de deux adultes et deux enfants de 4 ou 5 ans.

37 Mariana 20 ans, célibataire, MTD F. Varela. Elle n'a pas fini ses études secondaires et commencé à travailler informellement. Avant sa participation au MTD Elle n'a pas d'expérience associative.

38 Mili, 45 ans, mariée, trois enfants, MTD Berazategui, 2006. Elle cherche à reprendre une activité après avoir quitté le marché de travail depuis plusieurs années.

39 Il convient de rappeler que le taux d’activité des femmes mariées au cours demeure inférieur de moitié à celui des hommes chefs de famille. En effet, Beccaria et Lopez soulignent la probabilité, plus forte, pour les femmes issues des secteurs aisés, d’accéder aux postes salariés, compte-tenu de leur niveau de formation. Celle-ci est combinée à la possibilité de consacrer des ressources économiques au financement des tâches quotidiennes du foyer par une tierce personne. En conséquence, le taux d’activité des femmes mariées, dans les couches aisées, au cours des années 1990 atteint 64 % tandis que celui dans les couches populaires, plus faible, est seulement de l’ordre de 39 %. Beccaria, Luis, Lopez, Néstor, Sin trabajo. Las características del desempleo y sus efectos en la sociedad argentina, Buenos Aires, ed. Losada, 1996, p. 90.

40 Par ailleurs, pour certaines manifestations, c’est son mari, qui ne fait pas partie de l’organisation, qui s’occupe des enfants

41 Théry, Irène, La distinction de sexe : une nouvelle approche de l’égalité, Paris, O. Jacob, 2007, 676 p.

42 La dernière dictature militaire (1976 – 1983) a été particulièrement meurtrière. Les organisations de droit de l’homme réclament 30 000 disparus.

43 Bien que cette rémunération n’est pas systématique, elle est le résultat d’un effort, « de la lutte ».

44 Certeau, Michel de, L’invention du quotidien. 1 Arts de faire, Paris, Folio, 2007. Le détournement économique introduit pour cet auteur une esthétique de « coups », des manières « de refuser à l’ordre établi le statut de loi », « le retour d’une éthique sociopolitique dans un système économique » comme la marque d’une autre économie sur la base de la réciprocité.

45 Les notions déjà décrites comme public/privé, politique/domestique sont imbriquées.

46 Certains membres du MTD ne touchent pas d'allocation.

47 Poulain, Jean-Pierre, Sociologies de l’alimentation, les mangeurs et l’espace social alimentaire, PUF, 2002, 286 p.

48 Il s’agit d’une infusion populaire Argentine ; dans la région du Rio de la Plata elle est symbole d’amitié et de partage. L’utilisation de la première personne du singulier évoque la présence de la sociologue auprès des enquêtés.

49 Outre la cantine, dans son local fonctionne un atelier de couture, un atelier d’activités manuelles à partir d’objets recyclés (notamment bouteilles en plastique ou papiers), ainsi que des réunions entre les responsables des activités et les délégués des différents quartiers.

50 Certaines cantines sont ouvertes aux vecinos, celle-ci ne l’est pas mais elle est ouverte au membres de la famille qui ne font pas partie du MTD. Cette décision est prise par les responsables de la cantine et l’assemblée générale.

51 Outre nos propres observations, les études sur les allocataires de PTT attestent de ce qu’elles, les femmes, (qui travaillent majoritairement) n'ont pas de places dans la gestion, notamment dans des cantines gérées par des associations confessionnelles. Bottaro, Lorena, “Sentidos, representaciones y prácticas de trabajo en organizaciones comunitarias de la Región Metropolitana de Buenos Aires. Un análisis comparativo”. En Trabajo y Sociedad n° 19, Santiago del Estero, Argentina, 2012. www.unse.edu.ar/trabajoysociedad. [consulté en août 2012].

52 La règle qu’elle montre, en contrepoint, que ce n’est pas toujours le cas. Nous le soulignons car elle introduit un horizon vers lequel sont orientées les activités.

53 Aguirre, souligne cette caractéristique comme un trait propre au « modèle alimentaire rio-platense » dans la population du GBA. Aguirre Patricia, “Patrón alimentario, estrategias de consumo e identidad en la Argentina”, in Alvares Marcelo, Pinotti Luisa Virginia (comps) Procesos socioculturales y alimentación, Buenos Aires, Ediciones del Sol, 1997, p. 161-187

54 Aguirre, art. cit.

55 Delich, Francisco, La crisis en la crisis, Buenos Aires, EUDEBA, 2002.

56 Il s’agit de deux hommes qui habitent seuls dans des pensions du quartier. La cuisine du mouvement leur permet de ne pas manger seuls dans leurs chambres respectives.

57 Selon les différents moments envisagés, le nombre de personnes qui se rendaient à la cantine était plus important. Entre 2003 et 2004, on en dénombrait environ une centaine. En 2005, le local où fonctionnait la cantine a été rendu à sa propriétaire et le local trouvé en remplacement, plus petit, est, lui, seulement destiné à donner un goûter aux enfants à la sortie de l'école. Le programme qui finançait la cantine a été affecté à un autre quartier.

58 Le groupe du potager est composé de 12 membres qui travaillent soit le matin soit l'après-midi.

59 Lola, MTD Berisso. Elle a une cinquantaine d'années. Elle cherche à reprendre un travail quand ses deux enfants quittent le foyer. En 2002, elle rejoint le groupe et participe à plusieurs projets. Elle n'a pas d’expérience militante ou associative.

60 Lola, MTD Berisso.

61 Le FOPAR (Fondo Participativo de Inversión Social-Fond participatif d’investissement social) est un programme social proposé par le Ministère de Développement Social. La cantine fonctionne à midi pour les enfants. Leur repas est également accompagné d’un yaourt et de fruits au dessert. Autrement dit, des produits frais achetés que le groupe ne pourrait pas acquérir sans le soutien financier du FOPAR. Le programme exige que les enfants mangent sur place.

62 Dans d'autres groupes on observe notamment l'apprentissage de la préparation du soja.

63 Laville, Jean-Louis, « Travail : la nouvelle question politique », Revue du MAUSS, n° 18, 2/2001 p. 79-91

64 L’expérience universitaire est bien sur très diverse. Les étudiants qui font partie des organisations universitaires peuvent être minoritaires ; l’activisme peut se développer au sein de l’université ou bien dans les quartiers populaires. Il s’agit d’une pratique que l’on peut retracer dans des organisations de base des années 1960. Carrera Cecilia, ““Queremos transmitir un espíritu militante desde la sociología”. Modos de militancia y formación de sociólogos en la UNLP, Argentina.”, VIRAJES, Revista de Antropología y Sociología, 2013, Vol. 15 n°1, 145-171. Goirand, Camille, « Penser les mouvements sociaux d'Amérique latine », Revue Française de Science Politique, n°3, Vol. 60, 2010, p. 445-466. Santillán, Laura, « Prácticas cotidianas e intersecciones entre la Iglesia Católica y grupos familiares en asentamientos populares del Gran Buenos Aires », Cadernos de campo, 2008, n° 17.

65 Nous avons observé le même phénomène dans plusieurs sites mais la présence des étudiants est plus marquée à Berisso en raison de la proximité de la ville universitaire de La Plata.

66 Cette expression est souvent utilisée tant pour faire référence à leurs propres enfants qu’à ceux qui habitent dans les quartiers.

67 Depuis 2010 la radio local La Charlatana, (la babarde) fonction dans le quartier de la Nueva York de Berisso.

68 Les jeunes du collectif ont participé à la réalisation d’un film sur l’histoire du quartier.

69 Le centre « Olga Vasquez » accueille des activités diverses : d’autres ateliers productifs, mais aussi une radio communautaire, des cours de danse, des festivals de cinéma, des présentations de livres et autres.

70 Boltanski, Luc, Les cadres : La formation d’un groupe social Paris, Minuit, 1982.

71 Une revisite de ce terrain a pu avoir lieu en 2013 et 2014 dans le cadre d’une recherche post-doctorale financé par le PROJET ANR PORQUE.

72 Cahier de terrain de 2005. Je sens que ma place peut-être compromise si je m’attarde plus longtemps et je continue également mon chemin dans la direction opposée, vers le local du MTD. Carlos ne me demande pas de l’argent.

73 Au mois de décembre 2003, plusieurs membres du MTD, ont quitté l’espace commun de La Verón et, peu après, ont formé le FPDS (Frente Popular Dario Santillan). Cette séparation est intervenue à la suite de débats sur le fonctionnement interne de l’espace de coordination. Les explications de cette division ne sont pas univoques. Une autre raison importante avancée est le désaccord quant à la manière de distribuer les allocations et d’autres ressources.

74 Juin 2004. German est alors délégué de La Verón. Il a environs 25 ans, ses premières expériences de militantisme procèdent des associations de droits de l’homme.

75 Terme utilisé pour désigner les activités réalisées dans la nuit du 25 au 26 juin tous les ans à partir de 2002 en attendant les mobilisations massives du 26 juin. Les organisations des desocupados ont constitué un calendrier propre à partir de cette date. Même en 2009 lorsque les manifestations ont diminué fortement, les organisations de desocupados ont réuni près de 7000 personnes sur le Pont Pueyrredon.

76 Déclaration du dirigeant national devant l’Assemblée Générale le 23 juin 2005.

77 Une critique au PTT considère que l’obligation de contrepartie d’activité introduit un doute sur la nature involontaire du chômage. La stigmatisation de la pauvreté s’appui sur cette distinction entre pauvre méritant ou non méritant de l’aide publique. En France voir notamment Barbier J.-C., Gautié J. (éd.), Les politiques de l’emploi en Europe et aux États-Unis, Paris, Presses universitaires de France, 1998.

78 Mora y Araujo art . cit.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Source: Instituto Geográfico Militar de la República Argentina. Institut Géographique et Militaire de la Republique Argentine. Escale 1: 668000
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/67462/img-1.png
Fichier image/png, 401k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pía V. Rius, « Consommation et modes de vie dans le mouvement des travailleurs desocupados en Argentine (2003-2007) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 03 décembre 2014, consulté le 04 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/67462 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.67462

Haut de page

Auteur

Pía V. Rius

Post-doctorante au Clersé, Lille 1- EHESS-CEMS
piavrius@yahoo.com.ar

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search