Navigation – Plan du site
Un siècle de peinture murale - Fonctions et dynamiques comparées – Coord. Francesca Cozzolino et Ariela Epstein
Pascal Pragnère

Circulations transnationales : expressions murales partagées entre Irlande du Nord et Pays Basque

[14/12/2014]

Résumés

Cet article explique comment se produisent les circulations de représentations murales entre l’Irlande du Nord et le Pays Basque; il examine leur évolution dans le contexte des connections politiques et historiques ‘croisées’ des conflits dans ces deux pays. Les liens transnationaux établis dans les murals, ainsi que leur analyse intégrée dans un contexte politique plus large permettent d’expliquer leurs fonctions politiques. Ces circulations contribuent à la dynamique de conflits politiques car elles réinventent l’histoire et les identités nationales dans un cadre transnational. Les thèmes, symboles ou images mis en scène dans ces peintures murales circulent dans cet espace transnational, alimentant des contextes différents avec des références convergentes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Rolston, Bill, 1995, Drawing Support 2: Murals of War and Peace, Belfast: Beyond the Pale Publicati (...)

1Les peintures murales en Irlande du Nord et au Pays Basque offrent de rares points de contact direct avec les origines mexicaines du mouvement muraliste, si ce n’est la nature même des fresques. Une de ces connexions est la création d’une peinture en hommage à la solidarité entre irlandais et mexicains photographiée en 1992 par Bill Rolston1, dans laquelle James Connolly et Emiliano Zapata sont représentés avec un militant de l’IRA et un membre de l’Union des Travailleurs Agricoles mexicains, sous le slogan « on peut tuer les révolutionnaires, mais pas la révolution ». La présence d’arums (Easter Lylies), symboles de la rébellion de Pâques 1916 et de la lutte républicaine dans les peintures murales nord-irlandaises résonne comme un écho des représentations d’arums, symboles de fertilité, dans les peintures de Diego Rivera. Autre correspondance anecdotique, l’un des muralistes mexicains les plus connus fut Juan O’Gorman (1905-1982), fils d’un peintre irlandais. Ces connections restent cependant de nature spéculative ; les peintures murales d’Irlande du Nord et du Pays Basque offrent des correspondances bien plus concrètes.

  • 2 Notons en particulier Rolston, Bill, Politics and Painting: Murals and Conflict in Northern Ireland(...)
  • 3 Un ouvrage de référence les étudie : Chaffee, Lyman G., Political Protest and Street Art. Popular T (...)
  • 4 Coakley, John, Comparing Ethnic Conflicts: Common Patterns, Shared Challenges, In Pathways From Eth (...)

2De nombreux travaux ont étudié les fresques murales (murals) d’Irlande du Nord2 ; elles sont désormais si célèbres qu’elles constituent un attrait touristique important. Celles du Pays Basque restent moins connues et moins étudiées3. Pour ce qui est des approches comparatives politiques ou anthropologiques entre les cas du Pays Basque et de l’Irlande du Nord, elles ne traitent pas des peintures murales4. Or, l’approche comparative permet de comprendre les fonctions de ces fresques et d’appréhender différemment les contextes historiques et politiques dans lesquels elles sont apparues.

  • 5 Ce travail ne se base pas sur une analyse de données quantitatives, mais l’inventaire systématique (...)

3Après une rapide présentation de leurs origines, puis des fonctions de ces ensembles de fresques, cet article identifie les connexions existant entre les peintures du Pays Basque et d’Irlande du Nord. Dans une seconde dimension de la comparaison, cet article démontre ensuite que ces connexions participent d’une dynamique de circulation transnationale des thématiques, des fonctions et stratégies présentes dans ces peintures. Il analyse enfin comment ces expressions politiques circulent et participent à la création d’un espace transnational dans lequel l’histoire et les identités nationales sont réinventées en alimentant des contextes différents avec des références convergentes, ce qui contribue à la dynamique des conflits politiques en alimentant des processus de légitimation. Ce travail est basé sur des recherches documentaires, un inventaire systématique de toutes les peintures murales d’Irlande du Nord et du Pays Basque, et une série de dix-sept entretiens réalisés auprès de militants nationalistes – dont des muralistes – basques et nord irlandais ayant séjourné dans le « pays frère »5.

Origines

Irlande du Nord : des origines au début du XXème siècle, multiplication dans les années 80

  • 6 L’Ordre d’Orange est une organisation para politique qui milite pour la défense de l’Irlande du Nor (...)
  • 7 Julie Mc Donald, Declan Mc Cavana, «The walls of Belfast speak louder than words», in Marie Hähnel- (...)

4En Irlande du Nord, les peintures murales apparurent entre 1908 et 1912 lors de la résistance unioniste au Home Rule. Elles étaient alors exclusivement loyalistes : représentations orangistes6 du roi Guillaume III (King Billy), victorieux des armées catholiques de Jacques II lors de la Bataille de la Boyne, le 12 juillet 1690, ainsi que des représentations des symboles d’allégeance à la couronne britannique. Ces peintures étaient déjà symbole de contrôle de l’espace public. Elles marquaient un territoire « britannique » ou « protestant », bien plus qu’un territoire « habité en majorité par des britanniques / protestants »7. Elles avaient également pour fonction de rappeler et de maintenir l’ancrage identitaire des protestants et de défendre l’ordre établi, c’est-à-dire le status quo institutionnel de domination britannique sur l’Irlande du Nord. Ces Fresques n’avaient donc rien de subversif.

  • 8 « Vous entrez ici dans Derry libre ».
  • 9 En particulier en référence à des productions aux États-Unis et en Amérique latine, voir par exempl (...)

5Jusqu’au développement violent du conflit dans les années 1970-1980, les murals républicains ou nationalistes (irlandais) demeurèrent rares. Un des premiers est le fameux « you are now entering free Derry »8 peint à l’entrée du Bogside, quartier érigé en no man’s land qui connut les premières émeutes du conflit en 1969. Cette peinture traduisit le rééquilibrage des rapports de forces, et constitua une réponse symbolique à la domination protestante par la sanctuarisation d’un espace et sa soustraction au contrôle de l’État protestant d’Irlande du Nord. Lorsqu’elles furent produites en nombre, stimulées par des modèles internationaux,9 les peintures murales devinrent un enjeu politique majeur.

  • 10 Oona Woods, Seeing Is Believing? Murals in Derry Derry, Guildhall Press, 1995, p.14-15.
  • 11 Pour une population d’un million et demi d’habitants. À l’échelle de la France, cela représenterait (...)
  • 12 Actuellement Gerry Adams est Président du Sinn Féin et Martin McGuinness Vice-Premier Ministre d’Ir (...)
  • 13 Concept connu sous le terme de « long war strategy », incluant la nécessité de maintenir la mobilis (...)
  • 14 « Armalite and ballot box strategy », concept popularisé par Danny Morrison – stratège en communica (...)

6La multiplication à grande échelle des murals se situe à la charnière des années 1979-8110, lorsque le conflit entra dans une nouvelle phase : à l’occasion de leur lutte pour le maintien du statut de prisonniers politiques (1976-1981), les prisonniers républicains furent confrontés à la criminalisation du conflit par Margaret Thatcher. L’intransigeance de l’État britannique renforça la polarisation des deux communautés et laissa le conflit dans l’impasse alors que 2200 personnes avaient déjà été tuées en dix ans11. Les républicains recherchèrent de nouvelles ressources et stratégies pour renforcer la mobilisation, trouver des soutiens complémentaires et continuer à justifier la violence alors que le conflit s’enlisait. C’est à ce moment que des militants plus politiques comme Gerry Adams ou Martin McGuinness12 prirent le contrôle du mouvement en théorisant la perspective d’un conflit long sans issue immédiate13. La stratégie mise en œuvre allia dès lors « l’urne et la mitraillette »14 sur le plan local avec l’internationalisation du conflit. Le développement rapide des peintures murales républicaines s’inscrivit dans une dynamique de mobilisation et d’éducation populaire, et simultanément, par effet miroir, les murals loyalistes renforcèrent leur présence dans les quartiers loyalistes. Des centaines de murals apparurent dans les ghettos républicains ou loyalistes d’Irlande du Nord, et cette pratique persiste actuellement pendant le processus de paix.

Pays Basque : multiplication dans la transition vers la démocratie (1975-1980)

  • 15 Mansvelt Beck, Jan. 2005. Territory and Terror: Conflicting Nationalisms in the Basque Country. Oxo (...)

7Au Pays Basque, cette bipolarisation de l’espace public n’existe pas : les peintures murales y sont exclusivement nationalistes. Elles apparurent en nombre dans les années de la « transition vers la démocratie » (1975-1980), qui furent également les plus violentes du conflit. Les murales basques se développèrent aussi dans les quartiers et les villes où le soutien aux nationalistes radicaux était le plus fort, comme à Hernani par exemple. Plus tôt, sous le franquisme et pendant la « transition démocratique », la censure et la répression empêchaient la réalisation de travaux demandant un certain temps d’exécution. Le collage d’affiches ou déploiement de drapeaux furent plus fréquents15.

  • 16 Le Pays Basque est la région la plus industrialisée d’Espagne.
  • 17 Guittet, Emmanuel-Pierre. 2010. Antiterrorisme clandestin, antiterrorisme officiel. Chroniques espa (...)
  • 18 Voir Baby, Sophie, 2006, Violence et politique dans la transition démocratique espagnole (1975-1982 (...)

8En Espagne, Franco mourut en 1975, et une période de « transition démocratique » s’ouvrit : mise en place de la constitution en 1978, avec statuts d’autonomie (celui de la Communauté Autonome Basque fut voté en 1979), légalisation de la majorité des partis politiques, élections, amnisties… De larges mouvements sociaux se développèrent, en particulier au Pays Basque16, ainsi qu’une répression particulièrement féroce à l’encontre de ces mouvements et des milieux nationalistes radicaux : en effet, la nouvelle démocratie espagnole craignait les menaces qui risquaient de la mettre en danger17. Il y eut plus de morts provoqués par les forces de sécurité, ainsi que de cas de torture et d’assassinats de militants politiques pendant la transition que dans les années précédentes18.

  • 19 Voir par exemple : Elorza, Antonio, José María Garmendia, Gurutz Jáuregui, Florencio Dominguez, and (...)
  • 20 BVE (Batallones Vasco-Espagnoles 1975-1982) et GAL (Grupo Antiterrorista de Liberación 1983-1987) s (...)
  • 21 Comme en attestent les nombreux rapports d’ONG (Amnesty International, Human Rights Watch). Voir au (...)
  • 22 Guittet, Emmanuel-Pierre, 2010, Antiterrorisme clandestin, antiterrorisme officiel. Chroniques espa (...)
  • 23 Mansvelt Beck, Jan, 2005, Territory and Terror: Conflicting Nationalisms in the Basque Country, Oxo (...)
  • 24 Domínguez Iribarren, Florencio. 2000, « L'ETA affronte la démocratie », In ETA, une histoire, par A (...)
  • 25 Wieviorka, Michel, 1993, ETA et la violence politique au Pays Basque espagnol, Geneva: UNRISD.
  • 26 Feldman, Allen, 1991, Formations of Violence. The Narrative of the Body and Political Terror in Nor (...)

9Ainsi, malgré le processus de démocratisation et les statuts d’autonomie, les nationalistes basques ne cessèrent pas leur lutte. Elle fut politique pour les partis nationalistes, pour réclamer la mise en place effective de l’intégralité des statuts d’autonomie, et violente ou terroriste pour les organisations de lutte armée (ETA) du mouvement de libération nationale qui ne déposèrent pas les armes19. Ces dernières continuèrent revendiquer l’indépendance ou le droit à l’autodétermination, ou la fin de la torture et de la répression policière (y compris les « guerres sales » des BVE puis du GAL20) qui survécurent à la transition démocratique21, pour l’amnistie et le rapprochement des prisonniers, et contre un système dans lequel une bonne partie des cadres du franquisme s’étaient finalement reconvertis22. Les nationalistes radicaux eurent alors besoin d’une nouvelle dynamique pour développer la mobilisation et diversifier le soutien (car le statut d’autonomie divisa les nationalistes entre modérés et radicaux23), et justifier la poursuite de la lutte et l’usage de la violence malgré le passage à une société démocratique24. Redéfinir le contexte dans lequel leur lutte se produisait devint indispensable pour les militants pour pouvoir légitimer leur action, c’est à dire (se) donner le sentiment d’être toujours dans une situation d’oppression25 ; le développement des peintures murales, outils de communication et de mobilisation, s’inscrivit dans ce processus car elles permettaient de matérialiser ou de concrétiser le sentiment d’être opprimé26.

  • 27 Guelke, Adrian, 1988, Northern Ireland: the International Perspective, Dublin: Gill and Macmillan; (...)
  • 28 Calka, Michelle, 2007, Symbolism, murals, and the (re)production of ideology in Northern Ireland, P (...)

10En Irlande du Nord et au Pays Basque, les peintures murales se sont multipliées de façon spectaculaire à la charnière des années 70-80. Ces années correspondent à des phases de violence intense dans les deux conflits. Elles correspondent également à une période dans chaque conflit, où apparait la nécessité de dépasser le cadre régional car la situation politique est dans une impasse dans chacun des deux cas : les gouvernements respectifs restaient intransigeants, et des risques d’essoufflement dus à la durée du conflit apparaissaient27. Dans ce contexte, les peintures murales eurent pour objectif de soutenir la mobilisation28.

Fonctions locales

Thèmes : priorité à l’identité

  • 29 Bill Rolston 1991, op.cit., ou Rolston, Drawing Support: Murals in the North of Ireland, Belfast, B (...)
  • 30 Alain Miossec, Murals d’Irlande du Nord. Quel avenir après 100 années de pratique communautaire? Re (...)
  • 31 Pascal Pragnère, « Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays Basque : mobilisation et créatio (...)
  • 32 Pragnère, Pascal, 2014, “Entre guerre et paix: les murals de Belfast”, Etudes Irlandaises Varia 201 (...)

11Dès le début des années 1980 des thèmes récurrents s’imposent dans les peintures murales. Pour le cas de l’Irlande du Nord, ils sont répertoriés en détail dans les travaux de Bill Rolston29 ou d’Alain Miossec30, et leurs fonctions sont analysées dans la comparaison de l’Irlande du Nord et du Pays Basque31. Ces principaux thèmes se répartissent selon une grille de lecture identitaire développant des références historiques, mythologiques, symboliques, héraldiques ; une grille de lecture mémorielle incluant la célébration de martyrs, de massacres et l’historicisation d’évènements contemporains et une grille culturelle comprenant des références à la culture la langue, la religion et les sports spécifiques à chaque communauté. Les questions relatives à la justice sont également fréquentes, ainsi que les références internationales dans les quartiers républicains d’Irlande du Nord dans les villes du Pays Basque. Enfin, le thème de la paix est apparu dans le cadre du processus de paix en Irlande du Nord où plus épisodiquement ces murals servent également de support politicien dans le cadre de campagnes électorales32.

Des fonctions locales au cœur de la dynamique du conflit

  • 33 Lyman G. Chaffee, Political Protest and Street Art. Popular Tools for Democratization in Hispanic C (...)

12Lyman Chaffee expliquait que l’on trouve une densité particulière de street art en zones de conflits sociaux et politiques33. En Irlande du Nord et au Pays Basque, les murals sont un mode d’expression exclusivement nationaliste ou unioniste. Aucun ne contient un message politique différent. Les organisations politiques défendant d’autres axes de structuration de l’espace public basque ou nord-irlandais n’utilisent pas ce mode d’expression. Les murals politiques appartiennent donc exclusivement au champ du conflit sur la représentation institutionnelle. Leur puissance visuelle et mobilisatrice est entièrement consacrée à la thématique nationale, et les radicaux des deux bords contrôlent la structuration de l’espace public en écartant d’autres questions de sociétés majeures comme les enjeux de classe ou de genre. Lorsque ces questions sont abordées, elles sont généralement instrumentalisées au profit de la cause nationaliste.

  • 34 Les deux principales organisations paramilitaires: Irish Republican Army, organisation combattante (...)

13L’étude de la répartition géographique des peintures murales révèle qu’en Irlande du Nord, les peintures murales sont absentes des centres-villes ou des quartiers mixtes généralement favorables aux nationalistes et unionistes modérés. La présence des murals dans les ghettos souligne les dynamiques intracommunautaires : les nationalistes radicaux expriment la nécessité de sanctuariser un territoire, contrairement aux modérés qui ne politisent pas l’espace public de façon similaire. Les peintures murales définissent donc un territoire où les rapports de forces intra-communautaires sont favorables aux radicaux (républicains ou loyalistes), et signalent souvent le contrôle de ces zones par les paramilitaires de l’IRA ou de l’UVF34.

14Au Pays Basque, la population n’est pas divisée géographiquement en quartiers ou ghettos, et les peintures murales se trouvent en général dans les centres historiques. Proches de la démarche de sanctuariser certains quartiers, les nationalistes radicaux tentent ainsi de s’approprier symboliquement les centres historiques et stratégiques, et de revendiquer leur antériorité et leur enracinement dans le patrimoine ancien afin de démontrer la légitimité de leur lutte politique face au refus des institutions centrales.

  • 35 Bill Rolston, Drawing Support: Murals in the North of Ireland, Belfast, Beyond the Pale Publication (...)
  • 36 Lyman Chaffee, op.cit., p. 5-17.
  • 37 Neill Jarman, « Painting Landscapes: The Place of Murals in the Symbolic Construction of Urban Spac (...)
  • 38 Raento, Pauliina, 1997, “Political mobilisation and place‚ a specificity: Radical nationalist stree (...)
  • 39 Muro, Diego, 2009, “The politics of war memory in radical Basque nationalism”, Ethnic and Racial St (...)

15Au-delà des fonctions d’éducation populaire ou de propagande qu’explique Bill Rolston35 dans le cas de l’Irlande du Nord, de communication alternative de masse comme le défend Lyman Chaffee dans le cas du Pays Basque et des pays hispaniques36, ou de marquage et de contrôle territorial37, les références contenues dans ces fresques font partie de processus de mobilisation qui activent l’identité nationale et l’érigent en axe central et vital de structuration de l’espace public38. Ainsi les premières fonctions des murals dans les années 1975-81 furent élaborées comme faisant partie de la stratégie de contrer la criminalisation en politisant l’espace public. Elles projetèrent dans cet espace public – et médiatique – un nuage de références identificatoires culturelles, historiques ou symboliques qui devinrentent immédiatement et durablement disponibles pour la population de ces quartiers. De plus, la profondeur temporelle de ces références inscrivit la lutte des parties en conflit dans une continuité historique qui la légitime. La population est donc appelée à poursuivre la lutte de ses prédécesseurs et toute défection sera présentée comme une trahison39.

  • 40 Voir Muro, op.cit. ; sur ce sujet, voir également Aguilar, Paloma, 1998, « The memory of the civil (...)

16En diffusant des références anciennes (insurrection de Pâques 1916 pour les républicains ; Guillaume d’Orange et la Bataille de la Boyne en 1690, ou sacrifice de la Somme en 1916 pour les loyalistes, guerre civile espagnole pour les nationalistes basques) aux côtés de références récentes internes au conflit (Bloody Sunday, martyrs, GAL), les murals contribuent à actualiser le passé aussi bien qu’à historiciser le présent. Le passé légitime la lutte présente et l’historicisation de cette lutte lui donne une légitimité contemporaine40. Ces processus de mobilisation identitaires contribuent aux dynamiques du conflit.

  • 41 Cette approche a été développée dans Pascal Pragnère, «Peintures murales en Irlande du Nord et au P (...)
  • 42 Richard Jenkins, Rethinking Ethnicity: Arguments and Explorations, 2ème edition, London, Los Angele (...)
  • 43 Voir Michael Billig, Banal Nationalism, London, Sage, 1995.

17En effet, les peintures murales sont un outil de légitimation de la lutte et de mobilisation, ayant pour fonction essentielle d’activer et de pérenniser les processus d’identification nationale.41 En raison de leur nombre, elles construisent un contexte de socialisation se référant en continu aux identités nationales42, instaurant une routinisation de l’activation identitaire43.

  • 44 Pascal Pragnère, 2014, “Entre guerre et paix: les murals de Belfast”, Etudes Irlandaises Varia 2014

18Cette nécessité de renforcer la conscience et les identités nationales comme éléments dominants de la structuration de l’espace public est toujours vivace pour les commanditaires des peintures qui écartent toute autre représentation de la vie sociale, y compris pendant le processus de paix : en 2012, 9,5% seulement des peintures ne contenaient aucun message nationaliste à caractère identitaire en Irlande du Nord44.

Photos 1 – Continuité historique de la lutte

Photos 1 – Continuité historique de la lutte

Bilbao, 2010. Antifascistes – Les Soldats Basques - liberté

Photo 2 – Continuité historique de la lutte

Photo 2 – Continuité historique de la lutte

Belfast, Ballymurphy 2012. Easter rising 1916 with Constance Marckiewitz

Un contexte de connexions basco-irlandaises

  • 45 De nombreux articles dans la presse nationaliste témoignent dès le début du 20ème siècle de l’atten (...)

19Le développement des peintures murales au Pays Basque et en Irlande du Nord dépasse le cadre d’une simple coïncidence temporelle. En effet, de nombreux liens ont été tissés au cours de ces deux conflits entre leurs acteurs45. Cet article n’a pas la prétention de les inventorier tous mais explique plutôt à travers quelques exemples les différents niveaux de contacts qui ont existé.

  • 46 Voir par exemple Touraine, Alain, 1994, “European countries in a post-national era”, In Social Chan (...)
  • 47 Roseneau, James N., 2003, Distant Proximities: Dynamics Beyond Globalization, Princeton: Princeton (...)
  • 48 Voir Keck, Margaret E. et Kathryn Sikkink, 1998, Activists Beyond Borders: Advocacy Networks in Int (...)
  • 49 Portes, Alejandro, 2001, “Introduction: the debates and significance of immigrant transnationalism” (...)

20Ces contacts et connections ont certes été facilités par les transformations sociales en matière de communication, transports et mouvements de population qui ont amené nombre de sociologues à repenser les rapports sociaux dans un cadre transnational46. Les connections et circulations sont souvent multiformes, complexes, non structurées47, elles sont le fruit de réseaux informels ou en cours de structuration48. Le cadre des circulations basco-irlandaises ne correspond pas ici à des mouvements de population vers la construction d’une société cosmopolite49, mais plus à un embryon de processus parallèle ou collatéral qui se construit dans une société cosmopolite en devenir. Ces circulations connurent des balbutiements dus à une volonté politique de les développer – parfois avec une ignorance totale du contexte et des acteurs homologues – et sont actuellement dans une phase de structuration et de connaissance réciproque croissante.

  • 50 Bill Rolston, « The Brothers on the Walls ». Journal of Black Studies, 39 (3), 2009, p. 446-470.

21Les républicains irlandais, qui identifièrent leur lutte à celle de tous les peuples opprimés dès la fin des années 1970, réussirent à trouver des soutiens et relais internationaux auprès des nationalistes radicaux basques – et réciproquement – ainsi qu’auprès d’organisations pro-palestiniennes ou sud africaines anti apartheid. En revanche, les loyalistes, catégorisés dans une position de dominant ou d’oppresseur plus difficilement légitimée dans une lecture binaire du conflit, n’utilisèrent pas les références internationales dans leurs fresques50. C’est pourquoi leurs fresques ne font pas l’objet de cette analyse. La dynamique d’internationalisation des républicains irlandais à travers les peintures murales trouva un écho dans des actions similaires de leurs homologues nationalistes radicaux basques.

La « nébuleuse du terrorisme international »

  • 51 Bonanate, Luigi, 1994, Le Terrorisme International, Paris, Firenze: Casterman - Giunti.
  • 52 Par exemple: Rapport au Foreign Office “The Provisional IRA – International contacts”, janvier 1988
  • 53 La section des documents saisis par la police dans les archives nationales irlandaises comporte de (...)
  • 54 Pascal Pragnère, «Exporter la guerre - importer la paix. Dimensions transnationales de deux conflit (...)

22En raison d’une chronologie similaire (début de la phase violente en 1968-69), de structure (groupes paramilitaires, branches politiques) ou d’idéologies comparables, et d’enjeux semblables (confrontations avec l’Etat ; répression ; prisonniers ...), l’existence de liens entre les organisations terroristes a parfois été évoquée. Or il s’est plutôt agi d’une projection médiatique exagérée destinée à vendre l’idée effrayante d’une « nébuleuse du terrorisme international »51. De plus, les services secrets britanniques eurent tendance à transformer des contacts avérés entre Sinn Féin et Herri Batasuna en complicité entre IRA et ETA52. De même, si des saisies policières attestent de la circulation de documents, les liens structurels ne sont pas établis.53 La réalité des liens est différente : ils furent essentiellement politiques et sociaux54. C’est dans ce cadre qu’apparaissent les peintures murales, bien que souvent peintes dans la clandestinité.

Des liens politiques entre Sinn Féin et Herri Batasuna

  • 55 Robert White, Ruairí Ó Brádaigh – The Life and Politics of an Irish Revolutionary, Bloomington, Ind (...)

23Ruadhrai O’Braidhaigh, ancien président du Sinn Féin, date à 1977 les premiers contacts avec le mouvement politique nationaliste radical basque alors en train de se structurer pour créer Herri Batasuna. En 1979 il se rendit au Pays Basque55. Entre 1979 et 1981, dans le contexte des mouvements de protestation des prisonniers et des grèves de la faim en Irlande du Nord, Richard Behal, responsable des affaires extérieures du Sinn Féin, organisa des tournées au Pays Basque et ailleurs en Europe pour trouver des soutiens internationaux. Dans un contexte de mobilisation accrue et de couverture médiatique en plein essor, ces contacts devinrent une finalité politique et marquèrent le début de l’institutionnalisation des relations avec des organisations « sœurs ».

  • 56 Dans la terminologie spécifique du militantisme nationaliste basque, les « exilés » et « réfugiés » (...)
  • 57 Bill Rolston, 1995, Drawing Support 2: Murals of War and Peace, Belfast: Beyond the Pale Publicatio (...)

24Dès 1978, Herri Batasuna (HB) établit des contacts avec les partis nationalistes radicaux des nations sans Etat en Europe (Corses et Irlandais en priorité, mais aussi Bretons, Sardes, Flamands et divers partis de gauche). En mai 1981 une délégation de HB assista aux obsèques de Bobby Sands. En 1982, ses dirigeants décidèrent de créer des comités de solidarité dans divers pays autour d’exilés, de réfugiés ou des éloignés « déportés »56. Il s’en créa un en Irlande autour d’activistes du Sinn Féin. Le Sinn Féin endossait simultanément la même stratégie, et des « comités Irlande » comme ceux de Paris furent mis en action. À partir des années 80, les invitations aux congrès annuels (Herri Batasuna/Sinn Féin) furent réciproques et reconduits, pérennisés ; des peintures murales célébrant la solidarité entre les deux peuples furent parfois inaugurées à ces occasions57.

Photo 3 – Mural de solidarité à Belfast : Deux nations, une même lutte

Photo 3 – Mural de solidarité à Belfast : Deux nations, une même lutte

Belfast, Falls Road, 1995. Deux nations, la même lutte. « Saoirse » et « Askatasuna » signifient « liberté » en Irlandais et en Basque.

  • 58 Egin, 7 octobre 1993, p. 7.

25Ces liens se développèrent et leur institutionnalisation se renforça au cours des années 90 : en 1993, par exemple, Alex Maskey en visite à Pampelune-Iruña s’adressait à Herri Batasuna en ces termes : « vous qui nous avez inspiré depuis si longtemps (...) »58, indiquant ainsi que la perception d’un modèle était réciproque. Si ces perceptions sont parfois décrites comme un jeu de miroirs servant à construire des représentations politiques, les liens créés n’en restent pas moins des réalités sociales et politiques.

  • 59 Jeunesse de Sinn Féin.
  • 60 Organisation de jeunesse proche de ETA.
  • 61 Organisation de jeunesse qui remplaça Jarrai.
  • 62 Organisation de jeunesse destinée à promouvoir les contacts et soutiens à l’étranger.
  • 63 Nombre de ces occasions de rencontres et de peinture sont décrites dans une ouvrage partisan : Herr (...)

26Ces liens s’étendirent ensuite aux organisations de jeunesse : en 1996, Ogra Sinn Féin59 fut créé, et établit immédiatement des liens avec des organisations proches comme Jarrai60, puis Segi61 ou Askapena62. Elles organisèrent des visites en Irlande du Nord et au Pays basque. Ces invitations réciproques furent régulières et le sont toujours, et sont de nombreuses occasions de réaliser des peintures murales conjointes ou « hors-contexte », par exemple des peintures basques en Irlande du Nord et vice-versa63.

27L’interdiction des organisations nationalistes radicales au Pays Basque depuis 1998 et 2002 stimula le soutien extérieur, produisit davantage d’exilés ou de réfugiés et accrut la mobilisation contre les extraditions. Par ricochet, les contacts furent plus nombreux, et les liens personnels se développèrent, enracinant davantage encore les relations politiques, d’autant plus que 1998 correspond également à la date de l’accord de paix nord-irlandais (Good Friday Agreement) : en effet, cet évènement permit de donner une légitimité politique aux républicains irlandais, et leur permit une reconnaissance au-delà de leurs frontières. Profitant de cette nouvelle légitimité, les nationalistes radicaux basques cherchèrent également à se construire une nouvelle légitimité à leur contact.

  • 64 Ugalde, Alexander, 2001, « Las relaciones internacionales del nacionalismo vasco », in Paradiplomac (...)
  • 65 Siège du parlement autonome d’Irlande du Nord, où eurent lieu les négociations de l’Accord du Vendr (...)
  • 66 « Forum Irlande »

28Ainsi, les échanges politiques s’intensifièrent à partir de l’accord de paix de 1998 en Irlande du Nord64. Un représentant de Herri Batasuna était présent au bureau du Sinn Féin à Stormont65 lors de la signature de cet accord (Accord du vendredi saint ou Good Friday Agreement) qui fut d’ailleurs immédiatement traduit en langue basque, puis adapté, dans une tentative de résolution du conflit basque dans le cadre du « Foro Irlanda»66. Cette expérience échoua au Pays Basque, mais les tentatives suivantes furent également inspirées du processus irlandais (de 2004 à 2007, et depuis 2010). Réciproquement, Alex Maskey, responsable des relations internationales pour le Sinn Féin fur un des 5 membres de la délégation qui déposa les statuts de Sortu, le nouveau parti nationaliste radical basque, au tribunal suprême de Madrid.

  • 67 À tel point que l’on oublie facilement que John Hume et David Trimble furent les récipiendaires du (...)
  • 68 Eguiguren, Jesús, and Luis Rodriguez Aizpeolea, 2011, ETA, las claves de la paz. Confesiones del ne (...)

29La fonction des liens entre nationalistes basques et irlandais a sensiblement évolué dans le contexte du processus de paix en Irlande du Nord. Bien que sa nature ait été changée par l’Accord du vendredi saint en 1998, le conflit en Irlande du Nord existe toujours sous une forme politique, tout comme au Pays Basque depuis l’arrêt de la violence en septembre 2010. La dynamique transnationale demeure également. Depuis 1998 les leaders du Sinn Féin ont acquis une réputation internationale de faiseurs de paix67. Ces « experts » sont intervenus dans de nombreuses zones de conflit mais c’est au Pays Basque que le Sinn Féin fut le plus présent68.

Des connections par la peinture

Imbrication de l’humain et du politique

30Les contacts entre leaders politiques ou militants, dans le contexte de la violence ou des processus de paix, jouèrent un rôle déterminant dans le développement de liens davantage ancrés dans une pratique quotidienne du nationalisme : par une sorte d’effet domino, ils permirent de développer des interactions culturelles, artistiques, familiales et personnelles qui dépassent largement le cadre politique, mais qui renforcèrent considérablement les structures politiques existantes et maintiennent la cohésion idéologique. Des échanges sont maintenant institutionnalisés sur une base régulière entre ces organisations et les réseaux se tissent plus profondément.

  • 69 Dix-sept entretiens réalisés au printemps 2012.

31Une série d’entretiens69 avec des militants nationalistes Basques résidant ou voyageant fréquemment en Irlande du Nord, et avec des républicains Irlandais établis ou voyageant au Pays Basque révèle que ces relations se sont ancrées dans le quotidien et dans la sphère privée. Les personnes interrogées sont des militants nationalistes et leur connexion avec le « pays frère » s’explique toujours par un engagement direct ou indirect dans le militantisme nationaliste radical. Ces liens ont comme moteur des relations sentimentales ou des amitiés qui trouvent leur origine dans des échanges politiques, dans une sensibilisation par des liens familiaux ‘basco-irlandais’ issus d’échanges politiques à la génération précédente ou par des liens amicaux dans le milieu politique, ou dans le choix d’apprendre l’anglais en immersion en Irlande du Nord par affinités politiques (spécificité basque).

  • 70 Sport traditionnel irlandais.
  • 71 Comité de solidarité basco-irlandais en Irlande et Irlande du Nord.
  • 72 Organisation destinée à la solidarité des groupes nationalistes radicaux au Pays Basque.

32Les témoignages convergent pour affirmer que lors de ces échanges, les jeunes militants du Sinn Féin ou de Batasuna sont encouragés à recevoir et à guider leurs homologues dans la découverte du pays « frère » et du conflit. Ces échanges sont ponctués de temps forts récurrents : discussions en ateliers autour d’expériences politiques dans les conflits et les processus de paix, rencontres d’anciens prisonniers, initiation aux sports nationaux « identitaires » (pelote basque, football gaélique et hurling70), musique, danse et concerts communs, gastronomie, fêtes et rencontres. Les comités de solidarité (Irish-Basque Committee71, Askapena72) proches des nationalistes relayaient les organisations politiques sur le versant social de ces échanges et assurèrent leur pérennisation.

Des affinités reproduites sur les murs

33Ces affinités sont visibles par exemple dans la présence réciproque sur la scène culturelle et musicale (West Belfast Festival, fêtes irlandaises au Pays Basque). Dans l’espace public, des peintures murales politiques basques ornent les murs de Belfast, de même que nombre de peintures au Pays Basque font référence à l’Irlande.

34Ces fresques sont réalisées par des muralistes « délocalisés » lors d’échanges entre organisations politiques (de jeunesse en général, comme Ogra Sinn Féin et Askapena). Quelques unes ont été peintes en compagnie – ou sous la supervision – de muralistes plus expérimentés, en particulier à Belfast, sur le thème « deux nations, une même lutte ». Cette thématique peut unir les luttes nationaliste radicale basque et irlandaise, ou représenter la lutte d’un pays tiers, lui aussi « pays frère », dans les deux régions : par exemple on trouve des murals pratiquement identiques de solidarité avec la Palestine en Irlande du Nord et au Pays Basque. D’autres représentations sont le fruit d’une inspiration glanée lors de voyages militants, parfois uniquement esthétique, ou parfois imitant jusqu’à la copie une peinture vue dans l’autre pays. Le fait de peindre conjointement une fresque atteint le statut d’un acte partagé dans un contexte de conflit, créant l’illusion d’un vécu commun, d’une expérience de solidarité concrète.

35Ces différents niveaux d’inspiration réciproque sont évidents dans les appariements de représentations ci-dessous.

Photo 4 – Hommage à la Palestine à Belfast et à Lizarra

Photo 4 – Hommage à la Palestine à Belfast et à Lizarra

Lizarra, 2007. Palestine en avant! Liberté pour la Palestine. Boycott des produits israéliens.

Photo 5 – Hommage à la Palestine à Belfast et à Lizarra

Photo 5 – Hommage à la Palestine à Belfast et à Lizarra

Belfast, Falls road. 1998. Palestine. Notre jour viendra.

Photo 6 – inspiration / imitation

Photo 6 – inspiration / imitation

Otxandio, 2007. Ton sang, notre force. Vivent les soldats Basques. Saluts et honneur.
Lutxi Urigoitia, militante de ETA tuée par la police en 1987. Ce mural fur peint lors du Gudari Eguna (jour du soldat) 2007 à Otxandio (Bizkaia).

Photo 7 – inspiration / imitation

Photo 7 – inspiration / imitation

Belfast, Ballymurphy, 2011, Tribute to women volunteers.

Photo 8 – copie Donostia / Belfast

Photo 8 – copie Donostia / Belfast

Donostia, 1996. Sur un fronton, Vive la lutte pour la liberté des nations du monde. (courtesy Rafa, Murales Políticos)

Photo 9 – copie Donostia / Belfast

Photo 9 – copie Donostia / Belfast

Belfast, 1989, Beechmount avenue. (courtesy Bill Rolston)

Fonctions transnationales

  • 73 Inscription qui marque l’accès au Bogside, quartier républicain de Derry.
  • 74 À l’entrée de Sandy Row, quartier loyaliste proche du centre de Belfast ; parodie-miroir du célèbre (...)

36Dès les années 1980, la stratégie d’internationalisation fonctionna d’autant plus que les commanditaires des murals réussirent à faire en sorte que les médias audiovisuels les utilisent comme arrière plan des reportages sur le conflit. Certains murals comme You are now entering Free Derry73 ou You are now entering Loyalist Sandy Row74 devinrent des lieux de point presse, ce qui contribua à diffuser les stratégies de communication et de mobilisation et à donner une résonnance internationale à des revendications nationalistes.

S’approprier la lutte par la connaissance de l’autre

37Au-delà des différences contextuelles les réponses des personnes interrogées dans les deux pays s’articulent sur deux niveaux : celui des valeurs et de la conscience politique. Au niveau des valeurs, ils expriment majoritairement le fait qu’ils possèdent un sens de la solidarité, un altruisme ou une générosité qui les rapprochent des républicains irlandais ou des nationalistes radicaux basques, valeurs définies comme inhérentes à leur identité. Au niveau politique, il s’agit pour eux d’apporter un soutien international à une cause proche de la leur et de faire évoluer le rapport de forces en leur faveur. Les mots d’ordre du type « deux peuples, une même lutte » revêtent donc une importance identificatoire particulière dans la mesure où ces deux peuples sont unis dans la recherche d’une reconnaissance internationale et de l’application du droit à l’autodétermination. Le rôle de relais des peintures murales pour diffuser ce qui se passe dans ces situations respectives est envisagé comme un outil de mobilisation de l’opinion et de la solidarité internationale pour faire pression sur les Etats.

38Selon les personnes interrogées, les contacts réguliers avec les militants de l’autre pays ainsi que les « expatriations » ont rendu l’existence de correspondances transnationales plus palpables, tout comme la proximité des objectifs nationalistes et la notion de solidarité. Cette perception concrète favorise l’implication des militants et la mobilisation. Ainsi les personnes interrogées sans exception jugent que les contacts et échanges, la création de peintures murales ou la participation à des actes politiques dans le « pays frère » sont importants et utiles car cela leur permet de saisir de façon plus concrète des notions telles que l’universalité de leur lutte ou celle du droit à l’autodétermination, et donc de mieux comprendre les enjeux qui les concernent très directement. En d’autres termes, cela donne du sens à leur engagement et le renforce, et cela développe un attachement pour l’autre pays.

  • 75 Martin-Peña, Javier, and Susan Opotow, 2011, “The Legitimization of Political Violence: A Case Stud (...)

39Les appels à la solidarité permirent de donner un écho international aux mouvements nationalistes, et d’accroître la pression sur les Etats britannique, espagnol et français. Le soutien international fit évoluer les rapports de forces, et rendit espoir aux nationalistes, un effet psychologique qui leur permit de résister à la répression75, puis de se restructurer en obtenant des soutiens, notamment financier.

  • 76 Muro, Diego, 2008, Ethnicity and Violence, the Case of Radical Basque Nationalism, New york / Londo (...)
  • 77 Watson, Cameron J., 1999, “Imagining ETA”. In Basque Politics and Nationalism on the Eve of the Mil (...)

40La démarche de création de liens politiques à l’extérieur permit de populariser la notion de légitimité et d’universalité de la lutte et de stimuler la mobilisation. De plus, elle permettait de mettre en relief le statut de victime d’injustice. En effet, les nationalistes basques ou irlandais se sont définis comme les victimes de la non-application d’un droit internationalement reconnu. Ils pensèrent dès lors pouvoir être comparés aux pays colonisés combattant pour leur libération nationale76. Ce schéma généralement accepté dans le cas de l’Irlande du Nord fut aussi adopté dans le discours nationaliste radical basque qui qualifiait les forces de sécurité espagnoles de « forces d’occupation » et définissait le Pays Basque comme une nation colonisée bien que ce ne soit pas historiquement le cas77.

Les murals : un espace de légitimation transnational pour écrire une histoire transnationale

41La reproduction et la copie de peintures murales participe à la construction d’un paysage urbain commun, connecté. Cette fabrication de la ressemblance crée une dynamique transnationale du conflit. Tout d’abord, elle donne au nationalisme une dimension internationale et universelle beaucoup plus séduisante et beaucoup plus efficace. En effet, les mouvements nationalistes souffrent souvent d’une image rétrograde, passéiste, d’enferment identitaire et de repli sur soi. Avec la projection de ces liens dans l’espace public, cette image peut être modifiée. Les mouvements nationalistes est en lien avec des expressions, des thèmes, symboles ou images qui circulent dans cet espace transnational, alimentant des contextes différents avec des références convergentes, et tentent de démontrer qu’ils sont ouverts aux connexions extérieures, tolérants et solidaires. Ces valeurs positives favorisent l’adhésion, voire la conversion, et leur ouvrent de nouveaux espaces politiques, en particulier depuis que ces valeurs sont associées au rejet de la violence.

42Ensuite, la circulation de ces représentations contribue à la dynamique des conflits en réinventant l’histoire et les identités nationales dans un cadre transnational. Les peintures murales croisées permettent de présenter l’histoire des deux pays sur le même plan : il s’agit de réécrire l’histoire dans un espace de légitimation transnational. Au delà de la simple réécriture, l’acte de peintre lui-même est une construction d’une séquence de vie partagée, et dans ce contexte particulier, une expérience de solidarité dans une situation de conflit. Les peintures participent ainsi à ce processus au même titre que l’action des « experts de la paix » d’Irlande du Nord qui participent au processus de paix du Pays Basque. En interférant dans l’autre pays, en s’appropriant son histoire et ses références, ces incursions permettent de s’émanciper du cadre national habituel des rapports de forces politiques. Dans cette dimension transnationale en construction, l’avancée des objectifs nationalistes échappe au contrôle des états concernés, et les dépasse. En ceci réside le véritable pouvoir subversif des peintures murales « croisées ». Discrètement, mais de façon publique, le tissage de ces nouveaux liens et réseaux prennent du sens en tant que nouveau mode de lutte des nationalistes. Il s’agit d’une conversion dans un cadre pacifique, qui subvertit les modèles habituels de l’expression nationaliste.

  • 78 Sur un totale de 948 murals répertoriés en Irlande du Nord et 479 au Pays Basque.

43Cette conversion stratégique fonctionne dans la mesure où les éléments qui permettent de mettre en relief ou de construire les ressemblances sont visibles, diffusés dans le domaine public comme les peintures murales. En Irlande du Nord, six pour cent des murals inventoriés diffusent un contenu transnational, et sept pour cent au Pays Basque78. D’autres interventions symboliques très fréquentes comme la présence d’Alex Maskey dans la délégation qui déposa les statuts du nouveau parti indépendantiste Sortu en février 2011 en vue de sa légalisation s’inscrivent dans ce cadre transnational.

Conclusion

44Malgré l’attention médiatique concentrée sur les rares contacts et échanges entre organisations terroristes, ce sont les liens politiques entre les nationalistes radicaux basques et républicains irlandais qui revêtent un intérêt primordial dans les dynamiques des conflits au Pays Basque et en Irlande du Nord. Ces liens qui ont des fonctions politiques, ont été graduellement renforcés par leur développement dans les sphères sociales et individuelles : l’objectif des nationalistes radicaux fut de briser l’isolement dans lequel ils étaient confinés, de légitimer leurs luttes en leur donnant accès à une dimension universelle, et de s’extraire du schéma de criminalisation imposé par les états. Ces liens transnationaux rendirent la légitimité de leur lutte concrète aux yeux des radicaux, et leur permirent de vivre et d’expérimenter l’universalité de la lutte de libération nationale. Ils développèrent ainsi de nouvelles stratégies de légitimation perceptibles à travers les peintures murales croisées et les interventions réciproques de militants dans les deux pays : ces stratégies consistent à construire des similitudes entre les deux pays afin de créer ou d’inventer un espace transnational de légitimation des revendications des nationalistes radicaux – du moins à leurs yeux propres. Si les circulations de militants et de représentations sont bien réelles, comme en atteste la présence des peintures murales inspirées, copiées, ou faisant référence au pays « frère », l’espace de légitimation qu’elles créent a une portée symbolique qui produit son effet sur le maintien ou le renforcement des convictions des militants, ou peut produire un effet marginal. Ces outils et la création de cet espace transnational virtuel, symbolique, permettent aux nationalistes radicaux de réécrire, de réinventer une histoire alternative, qui trouve un espace d’expression publique et leur permet d’échapper symboliquement à la domination des états.

Haut de page

Notes

1 Rolston, Bill, 1995, Drawing Support 2: Murals of War and Peace, Belfast: Beyond the Pale Publications, p.30.

2 Notons en particulier Rolston, Bill, Politics and Painting: Murals and Conflict in Northern Ireland, Cranbury, NJ, Associated University Presses, 1991; du même auteur: . Drawing Support: Murals in the North of Ireland, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1994; Drawing Support 2: Murals of War and Peace, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1995; “The Brothers on the Walls” Journal of Black Studies 39 (3):446-470, 2009. Également Sluka, Jeffrey A., “The politics of painting: political murals in Northern Ireland”, In The Paths to Domination, Resistance and Terror, edited by C. N. a. J. A. Martin, Berkeley, University of California Press, 1994; Jarman, Neil, Material Conflicts. Parades and Visual Displays in Northern Ireland. Oxford, New York, Berg, 1997; Miossec, Alain, Murals d’Irlande du Nord. Quel avenir après 100 années de pratique communautaire? Rennes, CRBC, 2011; Pragnère, Pascal, “Entre guerre et paix: les murals de Belfast”, Etudes Irlandaises Varia, 2014.

3 Un ouvrage de référence les étudie : Chaffee, Lyman G., Political Protest and Street Art. Popular Tools for Democratization in Hispanic Countries, Westport, London: Greenwood Press, 1993. A noter également: Chaffee, Lyman, “Social conflict and alternative mass communications: public art and politics in the service of Spanish-Basque nationalism”, European Journal of Political Research 16 (5):545-572, 1988; MacClancy, Jeremy, Expressing Identities in the Basque Arena. Oxford, Santa Fe, New Mexico: James Currey; School for Advanced Research Press, 2007; Pragnère, Pascal, “Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays Basque : mobilisation et création d’identité nationale” Les Cahiers du MIMMOC 5, 2011; Pragnère, Pascal, et Néstor García Lázaro, “Evoluciones del 'arte callejero' nacionalista de la dictadura a la democracia en Canarias y País Vasco”, in Sociedades en cambio: España y Portugal en los años setenta (CD-ROM), edited by M. Loff and C. Molinero. Barcelona: CEFID-UAB/IHC, 2013.

4 Coakley, John, Comparing Ethnic Conflicts: Common Patterns, Shared Challenges, In Pathways From Ethnic Conflict. Institutional Redesign in Divided Societies, edited by J. Coackley. London, New York: Routledge, 2010; Goldring, Maurice, Renoncer à la Terreur. Monaco: Editions du Rocher, 2005; Keating, Michael, “Northern Ireland and the Basque Country”, in Northern Ireland and the Divided World. The Northern Ireland Conflict and the Good Friday Agreement in Comparative Perspective, edited by J. McGarry. Oxford: Oxford University Press, 2001; Irvin, Cynthia L., Militant Nationalism: Between Movement and Party in Ireland and the Basque Country, Minneapolis, MN: University of Minnesota Press, 1999.

5 Ce travail ne se base pas sur une analyse de données quantitatives, mais l’inventaire systématique des peintures murales réalisé ainsi que les dix-sept entretiens réalisés permettent de faire apparaitre des mécanismes explicatifs de processus en cours de développement.

6 L’Ordre d’Orange est une organisation para politique qui milite pour la défense de l’Irlande du Nord au sein du Royaume Uni.

7 Julie Mc Donald, Declan Mc Cavana, «The walls of Belfast speak louder than words», in Marie Hähnel-Mesnard et Cristina Marinas, (dir.), Représentations contemporaines de la mémoire dans les espaces mémoriels, les arts du visuel, la littérature et le théâtre, Paris: Editions de l'Ecole Polytechnique, 2008.

8 « Vous entrez ici dans Derry libre ».

9 En particulier en référence à des productions aux États-Unis et en Amérique latine, voir par exemple Annick Tréguer,Chicanos. Murs peints des États-Unis, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2000.

10 Oona Woods, Seeing Is Believing? Murals in Derry Derry, Guildhall Press, 1995, p.14-15.

11 Pour une population d’un million et demi d’habitants. À l’échelle de la France, cela représenterait environ 90000 personnes.

12 Actuellement Gerry Adams est Président du Sinn Féin et Martin McGuinness Vice-Premier Ministre d’Irlande du Nord.

13 Concept connu sous le terme de « long war strategy », incluant la nécessité de maintenir la mobilisation populaire.

14 « Armalite and ballot box strategy », concept popularisé par Danny Morrison – stratège en communication du Sinn Féin – lors du congrès du Sinn Féin en 1981.

15 Mansvelt Beck, Jan. 2005. Territory and Terror: Conflicting Nationalisms in the Basque Country. Oxon, New York: Routledge.

16 Le Pays Basque est la région la plus industrialisée d’Espagne.

17 Guittet, Emmanuel-Pierre. 2010. Antiterrorisme clandestin, antiterrorisme officiel. Chroniques espagnoles de la coopération en Europe. Outremont, Québec: Athéna.

18 Voir Baby, Sophie, 2006, Violence et politique dans la transition démocratique espagnole (1975-1982), Paris I La Sorbonne / Universidad Complutense, Paris / Madrid.

19 Voir par exemple : Elorza, Antonio, José María Garmendia, Gurutz Jáuregui, Florencio Dominguez, and Patxo Unzueta, 2006. La Historia de ETA, Madrid : Temas de Hoy ; Tejerina, Benjamín, 2001, Protest Cycle, Political Violence and Social Movements in the Basque Country, Nations and Nationalism 7 (1):39-57; Zirakzadeh, Cyrus Ernesto, 1991, A Rebellious People: Basques, Protests and Politics, The Basque Series, Reno, Las Vegas : University of Nevada Press ; Mees, Ludger, 2003, Nationalism, Violence and Democracy: the Basque Clash of Identities, Basingstoke: Palgrave Macmillan ; Letamendia Belzunce, Francisco (Ortzi), 1994. Historia de nacionalismo vasco y de ETA. 3.ETA y el govierno del PSOE (1982-1992), Donostia-SanSebastián: R&B Ediciones et du même auteur, 1994. Historia de nacionalismo vasco y de ETA. 2. ETA en la transición (1976-1982), Donostia-San Sebastián: R&B Ediciones.

20 BVE (Batallones Vasco-Espagnoles 1975-1982) et GAL (Grupo Antiterrorista de Liberación 1983-1987) sont des groupes de mercenaires commandités par le pouvoir espagnol qui assassinaient des militants présumés de ETA  et des nationalistes Basques. Les BVE assassinèrent 27 personnes en Pays Basque français et espagnol, le GAL assassina 34 personnes en Pays Basque français, dont une dizaine par erreur. Le Ministre de l’Intérieur de l’époque, Barrionuevo et son Secrétaire d’Etat à la Sécurité Vera furent condamnés en 1998 à 10 ans de prison dans un des volets de cette affaire (séquestration de Segundo Marey).

21 Comme en attestent les nombreux rapports d’ONG (Amnesty International, Human Rights Watch). Voir aussi Sophie Baby ou Pierre-Emmanuel Guittet, op.cit, ainsi que Woodworth, Paddy, 2003, Dirty War, Clean Hands: ETA, the GAL and Spanish Democracy, New Haven: Yale University Press.

22 Guittet, Emmanuel-Pierre, 2010, Antiterrorisme clandestin, antiterrorisme officiel. Chroniques espagnoles de la coopération en Europe, Outremont, Québec: Athéna.

23 Mansvelt Beck, Jan, 2005, Territory and Terror: Conflicting Nationalisms in the Basque Country, Oxon, New York: Routledge.

24 Domínguez Iribarren, Florencio. 2000, « L'ETA affronte la démocratie », In ETA, une histoire, par A. Elorza, J. M. Garmendia, G. Jauregi, F. Domínguez and P. Unzueta, Paris: Denoël.

25 Wieviorka, Michel, 1993, ETA et la violence politique au Pays Basque espagnol, Geneva: UNRISD.

26 Feldman, Allen, 1991, Formations of Violence. The Narrative of the Body and Political Terror in Northern Ireland, Chicago: University of Chicago Press; Davies, Lyell, 2001, « Republican murals, identity, and communication in Northern Ireland », Public Culture 13 (1):155-158.

27 Guelke, Adrian, 1988, Northern Ireland: the International Perspective, Dublin: Gill and Macmillan; Moloney, Ed. 2007, A Secret History of the IRA, 2nd ed, London: Penguin Books; Mees, Ludger, 2003, Nationalism, Violence and Democracy: the Basque Clash of Identities, Basingstoke: Palgrave Macmillan.

28 Calka, Michelle, 2007, Symbolism, murals, and the (re)production of ideology in Northern Ireland, Paper presented at the annual meeting of the NCA 93rd Annual Convention, Chicago ; Rolston, Bill, 1991, Politics and Painting: Murals and Conflict in Northern Ireland, Cranbury, NJ: Associated University Presses.

29 Bill Rolston 1991, op.cit., ou Rolston, Drawing Support: Murals in the North of Ireland, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1994, et Drawing Support 2: Murals of War and Peace, Belfast, Beyond the Pale Publications,1995.

30 Alain Miossec, Murals d’Irlande du Nord. Quel avenir après 100 années de pratique communautaire? Rennes, CRBC, 2011.

31 Pascal Pragnère, « Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays Basque : mobilisation et création d’identité nationale », Cahiers du MIMMOC 5, Hélène Yèche (dir.), 2010, url: http://mimmoc.revues.org/405

32 Pragnère, Pascal, 2014, “Entre guerre et paix: les murals de Belfast”, Etudes Irlandaises Varia 2014.

33 Lyman G. Chaffee, Political Protest and Street Art. Popular Tools for Democratization in Hispanic Countries, Westport, London, Greenwood Press, 1993, Introduction.

34 Les deux principales organisations paramilitaires: Irish Republican Army, organisation combattante républicaine irlandaise, et Ulster Volunteer Force, paramilitaires loyalistes britanniques. D’autres existent, notamment l’Irish National Liberation Army (INLA) républicaine, ou l’Ulster Freedom Fighters (UFF) faisant partie de l’Ulster Defence Association (UDA). Les murals portent souvent la signature de certains de leurs bataillons ou de certaines de leurs branches, parfois en compétition pour la domination territoriale. A cette date, la majorité des peintures est l’œuvre de l’UVF et de ses organisations satellites. Voir Jarman, ci-dessous, note de bas de page nº37.

35 Bill Rolston, Drawing Support: Murals in the North of Ireland, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1994, pp.vii-viii, et Drawing Support 2: Murals of War and Peace, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1995, p.ii-v.

36 Lyman Chaffee, op.cit., p. 5-17.

37 Neill Jarman, « Painting Landscapes: The Place of Murals in the Symbolic Construction of Urban Space », in A. Buckley (dir.), Symbols in Northern Ireland, Belfast, Institute of Irish Studies, Queen's University, 1998, Ch.5; voir aussi Neil Jarman, Material Conflicts. Parades and Visual Displays in Northern Ireland. Oxford, New York, Berg, 1997, p.220-239 ; 253-261.

38 Raento, Pauliina, 1997, “Political mobilisation and place‚ a specificity: Radical nationalist street campaigning in the Spanish Basque country”, Space and Polity 1 (2), p. 191-204.

39 Muro, Diego, 2009, “The politics of war memory in radical Basque nationalism”, Ethnic and Racial Studies 32 (4):659-678; également Muro, Diego, 2005, « Nationalism and nostalgia: the case of radical Basque nationalism », Nations and Nationalism 11 (4), p. 571-589. S

40 Voir Muro, op.cit. ; sur ce sujet, voir également Aguilar, Paloma, 1998, « The memory of the civil war in the transition to democracy: The peculiarity of the Basque case », West European Politics 21 (4), p. 5- 25 ; ou Wieviorka, Michel, 1988, Sociétés et Terrorisme, Paris: Fayard.

41 Cette approche a été développée dans Pascal Pragnère, «Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays Basque : mobilisation et création d’identité nationale», in Hélène Yèche (dir.), Cahiers du MIMMOC 5, 2010 ; également Pascal Pragnère et Néstor García Lázaro, . « Evoluciones del 'arte callejero' nacionalista de la dictadura a la democracia en Canarias y País Vasco », in M. Loff et C. Molinero (dir.), Sociedades en cambio: España y Portugal en los años setenta (CD-ROM), 2012, Barcelona, CEFID-UAB/IHC.

42 Richard Jenkins, Rethinking Ethnicity: Arguments and Explorations, 2ème edition, London, Los Angeles, Sage Publications, 2008, p.60-69.

43 Voir Michael Billig, Banal Nationalism, London, Sage, 1995.

44 Pascal Pragnère, 2014, “Entre guerre et paix: les murals de Belfast”, Etudes Irlandaises Varia 2014.

45 De nombreux articles dans la presse nationaliste témoignent dès le début du 20ème siècle de l’attention réciproque des nationalistes basques et irlandais (modérés et radicaux) pour la situation de leurs homologues.

46 Voir par exemple Touraine, Alain, 1994, “European countries in a post-national era”, In Social Change And Political Transformation: A New Europe?, edited by C. Rootes and H. Davis. London: UCL Press, chapter 1, p. 13-26; Castells, Manuel, 1997, The Information Age: Economy, Society and Culture. Volume II: The Power of Identity, Oxford: Blackwell Publishers ; Vertovec, Steven, 2009, Transnationalism, Oxon, New York: Routledge, p. 157.

47 Roseneau, James N., 2003, Distant Proximities: Dynamics Beyond Globalization, Princeton: Princeton University Press, chapitre 1 et 9.

48 Voir Keck, Margaret E. et Kathryn Sikkink, 1998, Activists Beyond Borders: Advocacy Networks in International Politics, New York: Cornell University Press.

49 Portes, Alejandro, 2001, “Introduction: the debates and significance of immigrant transnationalism”, Global networks 1 (3), p. 181-194.

50 Bill Rolston, « The Brothers on the Walls ». Journal of Black Studies, 39 (3), 2009, p. 446-470.

51 Bonanate, Luigi, 1994, Le Terrorisme International, Paris, Firenze: Casterman - Giunti.

52 Par exemple: Rapport au Foreign Office “The Provisional IRA – International contacts”, janvier 1988.

53 La section des documents saisis par la police dans les archives nationales irlandaises comporte de très nombreux cas de documents basques ou relatifs au Pays Basque ; les archives républicaines de la « Political Collection » de la Linen Hall Library de Belfast également. Au Pays Basque, les archives des organisations politiques de la Sabino Arana Fundazioa (pour le PNV) ou des Bénédictins de Lazkao sont également riches d’exemples de circulations de documents politiques.

54 Pascal Pragnère, «Exporter la guerre - importer la paix. Dimensions transnationales de deux conflits nationalistes. Irlande du Nord, Pays Basque», in C. Maignant (dir.), Les irlandais en France et les français en Irlande, Lille, Presses du Septentrion, 2012.

55 Robert White, Ruairí Ó Brádaigh – The Life and Politics of an Irish Revolutionary, Bloomington, Indiana University Press, 2006.

56 Dans la terminologie spécifique du militantisme nationaliste basque, les « exilés » et « réfugiés » sont les activistes poursuivis au Pays Basque qui se sont volontairement éloignés pour échapper à la justice, souvent dans des pays qui n’ont pas de conventions d’extradition avec l’Espagne ou qui exigent des charges suffisantes avant d’extrader (comme le Royaume Uni, ce qui explique aussi la présence de nombreux militants nationalistes radicaux basques en Irlande du Nord). Les « déportés » sont quand à eux l’objet de mesures judiciaires d’éloignement du Pays Basque suite à des condamnations. Ils peuvent être emprisonnés ou assignés à résidence dans un autre pays ou dans des départements ou provinces non limitrophes du Pays Basque.

57 Bill Rolston, 1995, Drawing Support 2: Murals of War and Peace, Belfast: Beyond the Pale Publications, p. 31.

58 Egin, 7 octobre 1993, p. 7.

59 Jeunesse de Sinn Féin.

60 Organisation de jeunesse proche de ETA.

61 Organisation de jeunesse qui remplaça Jarrai.

62 Organisation de jeunesse destinée à promouvoir les contacts et soutiens à l’étranger.

63 Nombre de ces occasions de rencontres et de peinture sont décrites dans une ouvrage partisan : Herri Batasuna, Colectivo, 1999, Herri Batasuna, 20 años de lucha por la libertad 1978-1998, Euskal Herria: Herri Batasuna.

64 Ugalde, Alexander, 2001, « Las relaciones internacionales del nacionalismo vasco », in Paradiplomacia: las Relaciones Internacionales de las Regiones, edited by F. Aldecoa and M. Keating, Madrid: Marcial Pons.

65 Siège du parlement autonome d’Irlande du Nord, où eurent lieu les négociations de l’Accord du Vendredi Saint.

66 « Forum Irlande »

67 À tel point que l’on oublie facilement que John Hume et David Trimble furent les récipiendaires du Prix Nobel de la Paix 1998.

68 Eguiguren, Jesús, and Luis Rodriguez Aizpeolea, 2011, ETA, las claves de la paz. Confesiones del negociador, Madrid: Aguilar. Ce témoignage passionnant regorge de descriptions des interventions des acteurs du conflit nord-irlandais au Pays Basque.

69 Dix-sept entretiens réalisés au printemps 2012.

70 Sport traditionnel irlandais.

71 Comité de solidarité basco-irlandais en Irlande et Irlande du Nord.

72 Organisation destinée à la solidarité des groupes nationalistes radicaux au Pays Basque.

73 Inscription qui marque l’accès au Bogside, quartier républicain de Derry.

74 À l’entrée de Sandy Row, quartier loyaliste proche du centre de Belfast ; parodie-miroir du célèbre mural de Derry.

75 Martin-Peña, Javier, and Susan Opotow, 2011, “The Legitimization of Political Violence: A Case Study of ETA in the Basque Country”, Peace and Conflict: Journal of Peace Psychology 17 (2), p. 132 - 150.

76 Muro, Diego, 2008, Ethnicity and Violence, the Case of Radical Basque Nationalism, New york / London: Routledge.

77 Watson, Cameron J., 1999, “Imagining ETA”. In Basque Politics and Nationalism on the Eve of the Millenium, edited by W. A. Douglass, C. Urza, L. White and J. Zulaica, Reno, Nevada: Basque Studies Program, University of Reno.

78 Sur un totale de 948 murals répertoriés en Irlande du Nord et 479 au Pays Basque.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photos 1 – Continuité historique de la lutte
Légende Bilbao, 2010. Antifascistes – Les Soldats Basques - liberté
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/67509/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Photo 2 – Continuité historique de la lutte
Légende Belfast, Ballymurphy 2012. Easter rising 1916 with Constance Marckiewitz
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/67509/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Photo 3 – Mural de solidarité à Belfast : Deux nations, une même lutte
Légende Belfast, Falls Road, 1995. Deux nations, la même lutte. « Saoirse » et « Askatasuna » signifient « liberté » en Irlandais et en Basque.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/67509/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Photo 4 – Hommage à la Palestine à Belfast et à Lizarra
Légende Lizarra, 2007. Palestine en avant! Liberté pour la Palestine. Boycott des produits israéliens.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/67509/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Photo 5 – Hommage à la Palestine à Belfast et à Lizarra
Légende Belfast, Falls road. 1998. Palestine. Notre jour viendra.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/67509/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Photo 6 – inspiration / imitation
Légende Otxandio, 2007. Ton sang, notre force. Vivent les soldats Basques. Saluts et honneur.Lutxi Urigoitia, militante de ETA tuée par la police en 1987. Ce mural fur peint lors du Gudari Eguna (jour du soldat) 2007 à Otxandio (Bizkaia).
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/67509/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photo 7 – inspiration / imitation
Légende Belfast, Ballymurphy, 2011, Tribute to women volunteers.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/67509/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Photo 8 – copie Donostia / Belfast
Légende Donostia, 1996. Sur un fronton, Vive la lutte pour la liberté des nations du monde. (courtesy Rafa, Murales Políticos)
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/67509/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Photo 9 – copie Donostia / Belfast
Légende Belfast, 1989, Beechmount avenue. (courtesy Bill Rolston)
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/67509/img-9.png
Fichier image/png, 213k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Pragnère, « Circulations transnationales : expressions murales partagées entre Irlande du Nord et Pays Basque », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images, mémoires et sons, mis en ligne le 14 décembre 2014, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/67509 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.67509

Haut de page

Auteur

Pascal Pragnère

Université Paris 3 –Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page