Navigation – Plan du site
La notion de "victime" : récits, discours et représentations dans les espaces lusophones et hispanophones – Coord. Georges Da Costa et Nadia Tahir
Georges Da Costa et Nadia Tahir

La notion de "victime" : récits, discours et représentations dans les espaces lusophones et hispanophones

[10/03/2015]

Texte intégral

  • 1 Levi, Primo, Si c’est un homme, Paris, Pocket, 1987.
  • 2 Agamben, Giorgio, Ce qui reste d’Auschwitz, Paris, Payot et Rivages poche, 1998.
  • 3 Fassin, Didier et Rechtman, Richard, L’Empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, (...)

1La notion de « victime » est de plus en plus présente dans les travaux qui portent sur les passés douloureux. Que l’on parle de guerres, de génocides, de dictatures, elle fait généralement référence aux acteurs qui ont souffert des conséquences de ces événements. Toutefois, sa définition a toujours posé problème. Ainsi, pendant longtemps, on a surtout parlé de « témoins », accordant peu de place à la « victime ». À titre d’exemple, si l’on pense aux textes de Primo Levi1, ou aux travaux du philosophe Giorgio Agamben2, le terme de « victime » est très peu utilisé. En France, les travaux récents de Didier Fassin et Richard Rechtman3 permettent d’établir une généalogie de la figure de la « victime » et d'en comprendre l'évolution. Selon les auteurs, c’est dans le cadre d’une procédure judiciaire (procès Touvier, Papon et Barbie), et suite à une reconnaissance médicale, que la « victime » devient une figure légitime dans un espace social. Si les travaux de Fassin et Rechtman, et ce ne sont pas les seuls, s’orientent progressivement vers les « victimes mobilisées », celles qui se regroupent au sein de collectifs et/ou d’associations, ils nous éclairent sur l’évolution de cette « figure » et, surtout, insistent sur un élément fondamental dans la construction de la condition de « victime » : l’importance du contexte social et politique dans l’utilisation ou la définition du terme.

2Partant de ce constat, les articles de ce dossier souhaitent alimenter les réflexions sur la notion de « victime » au XXe et au XXIe siècles en s’intéressant plus particulièrement aux aires géographiques hispanophones et lusophones. Depuis plus d’une vingtaine d’années, « les passés qui ne passent pas » de ces pays ont fait l’objet de nombreux travaux scientifiques. Ces derniers élargissent les réflexions en s’intéressant aux contextes politiques et sociaux qui ont favorisé l’émergence de régimes autoritaires ou dictatoriaux, leurs mises en place, leurs continuités, leurs fins et leurs conséquences dans l’actualité. Au cœur de ces recherches se trouvent de nombreux acteurs – victimes, bourreaux, membres de la société civile, classes politiques, intellectuels, etc. – qui ont été à l’initiative ou ont collaboré à de nombreuses actions qui les ont amenés à raconter leurs expériences et, souvent, à se définir par rapport à la figure de la « victime ».

  • 4 Deux autres articles issus d’interventions du colloque seront publiés dans le numéro 7, printemps 2 (...)

3Alors que, jusqu’à présent, la notion de « victime » était souvent évoquée dans le cadre de travaux plus amples, elle fait maintenant l’objet de recherches à part entière. Les articles rassemblés ici sont le produit d’interventions et de débats qui ont eu lieu lors d’un colloque qui s’est déroulé les 19 et 20 mai 2014 à l’Université de Caen Basse-Normandie4. Ils traitent de pays et de réalités sociales et culturelles proches mais bien distinctes : dessins de presse et peinture du Mexique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, écrivains et poètes brésiliens de l’ère Vargas (1930-1945), exilés politiques de la dictature uruguayenne (1973-1985), prisonnières politiques des geôles franquistes en Espagne (1939-1975), fado durant la dictature de Salazar au Portugal (1932-1974), mobilisations de victimes dans l’actuelle Colombie, constructions de musées de la mémoire en relation avec le passé dictatorial franquiste en Espagne et le conflit armé en Colombie. En s’intéressant aux récits, discours et représentations portant sur les passés douloureux, ils interrogent leur utilisation et leur pertinence, ils questionnent leur statut et leur rôle ainsi que celui de leurs auteurs et, plus largement, ils étudient les diverses représentations propres à une atmosphère socioculturelle donnée, enrichissant ainsi la réflexion sur la notion de « victime ».

Haut de page

Notes

1 Levi, Primo, Si c’est un homme, Paris, Pocket, 1987.

2 Agamben, Giorgio, Ce qui reste d’Auschwitz, Paris, Payot et Rivages poche, 1998.

3 Fassin, Didier et Rechtman, Richard, L’Empire du traumatisme. Enquête sur la condition de victime, Paris, Flammarion, 2007.

4 Deux autres articles issus d’interventions du colloque seront publiés dans le numéro 7, printemps 2015, de la revue en ligne Iberic@l : Teixeira, Sandra, « De l'enfant-victime à l'enfant-poète chez Luís Bernardo Honwana et Ondjaki » et Pranville, Pierre-Michel, « La victime, objet de l’enquête criminelle et sujet d’une analyse de communautés en crise dans le roman policier lusophone ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Da Costa et Nadia Tahir, « La notion de "victime" : récits, discours et représentations dans les espaces lusophones et hispanophones », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 10 mars 2015, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/67831

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page