Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesImages, mémoires et sons2015Musique et politique en Amérique ...Introduction du dossier « Musique...

2015
Musique et politique en Amérique Latine, XXe-XXIe siècles

Introduction du dossier « Musique et politique en Amérique Latine, XXe-XXIe siècles »

Anaïs Fléchet et Marcos Napolitano

Texte intégral

  • 1 Carpentier, Alejo, La musique à Cuba, Paris, Gallimard, 1985, p. 209-212.
  • 2 Bloch, Marc, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1952 [1949], p (...)
  • 3 Voir, entre autres, Burke, Peter, « Cultural History as Polyphonic History », ARBOR. Ciencia, Pensi (...)

1En Amérique latine, la musique suscite depuis longtemps une importante production littéraire. Alejo Carpentier et Fernando Ortiz à Cuba, Mário de Andrade au Brésil, Tomás Blanco à Porto Rico, mais aussi Roger Bastide, Francisco Curt Lange ou Claude Lévi-Strauss ont interrogé la diversité musicale du continent et exploré la palette des sons nés de la rencontre entre les traditions amérindiennes, européennes et africaines. De ce « métissage qui donne le vertige1 », les intellectuels latino-américains ont perçu très tôt l’importance culturelle, sociale et politique. Longtemps cependant, la musique est restée un objet relativement marginal dans la production scientifique, restreint aux musicologues et à quelques rares spécialistes de sciences sociales. Si Marc Bloch, au début des années 1940, comparait déjà le métier de l’historien à celui du luthier « qui se guide avant tout sur la sensibilité de l’oreille et des doigts2 », il faut attendre le cultural turn3 de la fin du XXe siècle pour que la musique s’impose comme un champ d’études à part entière, associant historiens et musicologues, sociologues, anthropologues et politistes.

  • 4 Musique et politique. Les répertoires de l’identité, Rennes, PUR, 1996.
  • 5 Le Chant des nations. Musique et culture en Europe 1870-1914, Paris, Hachette, 2004.
  • 6 Voir, notamment : Contier, Arnaldo, Brasil Novo. Música, nação e modernidade. Os anos 1920 e 1930. (...)

2Les liens étroits qui unissent la musique à la politique, dans sa dimension sociale, son instrumentalisation ou son pouvoir d’émotion, suscitent désormais l’attention de nombreux chercheurs en Amérique latine comme dans le reste du monde. Les approches varient selon les disciplines, les espaces et les époques considérés, mais les travaux consacrés à la période contemporaine – qui est aussi celle de l’affirmation des cultures de masse et des nouvelles technologies de reproduction du son – ont privilégié des questionnements relativement homogènes. Le premier concerne les répertoires de l’identité, selon le beau titre de l’ouvrage collectif dirigé par Alain Darré4, et la manière dont la musique a pu servir de support aux constructions nationales depuis le XIXe siècle. À cet égard, le travail de Didier Francfort est emblématique des liens entre les pratiques musicales et l’essor des nationalismes européens5. En Amérique latine, les études sur le nationalisme musical, le folklore et l’invention de cultures nationales s’inscrivent dans un même ensemble de réflexions6.

  • 7 Nous reprenions ici le concept mis en avant par George L. Mosse à propos de l’impact de la Première (...)
  • 8 Voir, notamment, parmi les publications récentes : Chimènes, Myriam, Simon, Yannick (dir.), La Musi (...)
  • 9 Voir, notamment : Wisnik, José Miguel, O Nacional e o Popular na Cultura Brasileira (Música), São P (...)
  • 10 Cf. Shehan Campbell, Patricia, Wiggins, Trevor (dir.), Children’s Musical Cultures, Oxford/New York (...)

3Un deuxième axe concerne le rôle de la musique dans les conflits et le processus de brutalisation7 des sociétés contemporaines : les cultures de guerre, mais aussi l’instrumentalisation de la musique par les régimes autoritaires sont ici au cœur de la réflexion. Dans ce cadre, les travaux sur la Seconde Guerre mondiale sont particulièrement significatifs, ainsi que l’analyse des politiques musicales de l’Allemagne nazie ou de la Russie soviétique8. Sans atteindre un niveau similaire de contrôle social, les politiques musicales mises en place par les régimes populistes latino-américains peuvent aussi être analysées comme des tentatives de mise au pas de la vie culturelle fondée sur le diptyque censure/propagande9. À cet égard, l’éducation musicale constitue un domaine d’investigation à part entière, dont les enjeux recouvrent un large spectre, d’un idéal de démocratisation culturelle à l’embrigadement des esprits10.

  • 11 Scott, Saul, Freedom Is, Freedom Ain’t: Jazz and the Making of the Sixties, Cambridge, Harvard Univ (...)
  • 12 Pour un aperçu des recherches en cours sur le sujet, voir : Illiano, Roberto, Sala, Massimiliano (e (...)

4Mais la musique a également rythmé les mouvements de contestation tout au long de la période contemporaine. L’engagement des musiciens et les pratiques de résistance culturelle sont à l’origine de nombreux travaux sur les chants de révoltes (de l’Internationale aux protest songs nord-américaine), mais aussi sur les significations politiques attribuées à des genres musicaux comme le jazz dans la lutte pour les droits civiques aux États-Unis ou le rebetiko dans la Grèce des colonels11. Cette approche, parfois teintée d’un certain idéalisme, voire d’une forme de nostalgie révolutionnaire, est sans doute la plus développée dans le cas de l’Amérique latine. Dans les années 1960 et 1970, la musique populaire a participé à l’éducation sentimentale et politique de toute une partie de la jeunesse latino-américaine à travers des chansons dont les paroles dénonçaient la misère sociale et appelaient à la révolution – on pense aux grandes voix de Mercedes Souza, Violeta Para, Víctor Jara, Pablo Milanéz, Silvio Rodriguez ou Atahualpa Yupanqui. Les mouvements musicaux latino-américains ont aussi été des expériences poétiques et esthétiques, intégrant les influences du jazz, de la musique savante, du rock, du folklore et de genres populaires « nationaux » (samba, cueca, etc.), avant de devenir des espaces de résistance dans le contexte des régimes de sécurité nationale12.

  • 13 Fléchet, Anaïs, Marès Antoine (dir.), dossier : « Musique et relations internationales », Relations (...)

5Enfin, un dernier axe thématique traite des enjeux géopolitiques de la musique. La manière dont les États et les organisations internationales se servent de la musique pour défendre leurs intérêts stratégiques, le développement du soft power musical, mais aussi l’étude des migrations, de l’exil et des solidarités musicales transnationales constituent aujourd’hui l’un des aspects les plus novateurs de la recherche13.

6C’est à l’ensemble de ces questions, auxquels il conviendrait d’ajouter l’analyse des mémoires sonores et les processus de patrimonialisation musicale, que ce dossier est consacré. À travers une série d’études de cas, il explore les liens complexes entre musique et politique en Amérique latine au XXe siècle dans une perspective transdisciplinaire associant musicologie, histoire et sciences sociales. Sans prétendre à une quelconque exhaustivité, ce parcours dans les paysages sonores d’Amérique latine entend dresser un état des recherches actuelles et proposer quelques pistes de réflexion.

7En premier lieu, il s’agissait de lutter contre une vision binaire et souvent très réductrice des rapports entre musique et politique, qui oppose aux tentatives d’instrumentalisation par le pouvoir les stratégies de résistance du milieu musical. Les différents articles réunis ici soulignent au contraire la diversité des acteurs et des stratégies politiques, le poids des facteurs économiques et les lignes de faille qui parcourent les milieux musicaux latino-américains.

8Dans « Mundo Radial e o cancioneiro folclórico nos tempos de Perón », Tânia da Costa Garcia analyse le mouvement de valorisation du folklore argentin comme le résultat de négociations entre trois groupes poursuivant des intérêts distincts : si le gouvernement Perón voit dans le folklore une stratégie de communication politique destinée aux masses issues de l’exode rural, il s’agit aussi de défendre la « tradition » argentine face à l’invasion des rythmes étrangers pour le mouvement folkloriste et de promouvoir les intérêts professionnels de certains artistes.

9La complexité des rapports entre musique et politique est également au centre de l’article que Juan Pablo González consacre au boom de la musique andine au Chili dans la seconde moitié des années 1970. Étonnant paradoxe que la diffusion sans précédent de cette musique, dont les instruments typiques (la zampoña, le charango et la quena) sont interdits dès les premiers jours du régime de Pinochet. Pour l’expliquer, il faut prendre en compte les stratégies de contournement de la censure (recours au répertoire baroque européen avec des instruments andins), mais aussi les évolutions du marché (introduction de la cassette audio, qui démultiplie les possibilités de circulations musicales) et les intérêts stratégiques du régime (rapprochement avec la Bolivie du général Banzer). « Un mélange d’industrie, résistance et souveraineté » conclut l’auteur, qui met à mal toute lecture univoque de la production musicale chilienne de l’époque.

10L’étude de la Musique Populaire Brésilienne pendant la dictature militaire (1964-1985) conduit à des conclusions analogues. Frappés par la censure, emprisonnés, exilés ou « disparus », les musiciens brésiliens ont payé le prix fort de la répression. Plusieurs facteurs contribuent néanmoins à nuancer l’image d’un affrontement frontal entre les artistes et le pouvoir. D’une part, le contrôle du milieu musical n’a jamais été absolu en dépit de tous les efforts des autorités militaires – en raison notamment de l’intervention des acteurs économiques et de la place conquise par la MPB sur les marchés culturels. D’autre part, le pouvoir a cherché à instrumentaliser la musique populaire à des fins de propagande. Surtout, le Brésil n’a pas vécu en vase clos durant la dictature et le gouvernement militaire a pu soutenir à l’étranger, pour des raisons diplomatiques, les musiciens qu’il persécutait sur le territoire national.

11Sortir du cadre national constitue le second objectif de ce dossier. Les cas chilien et brésilien le montrent : il existe de fréquentes solutions de continuité entre les échelles d’analyse. Si la recherche sur la musique latino-américaine s’opère encore trop souvent dans un cadre strictement national, la comparaison et l’étude des circulations musicales sont essentielles pour comprendre la structuration des mouvements musicaux et interroger la spécificité des liens entre musique et politique en Amérique latine. Ainsi, Ernesto Donas propose de relire l’histoire de la chanson engagée latino-américaine depuis les années 1960 à partir d’une approche croisée. La comparaison des paroles met en lumière de nombreux points de convergence, tant au niveau des thématiques que des fonctions assignées à la chanson. Des différences existent cependant en raison des situations politiques : la Nueva Trova se développe dans la Cuba castriste, tandis que la chanson engagée uruguayenne et brésilienne n’a jamais vu se produire la révolution sociale qu’elle appelle de ses vœux. D’autres mouvements oscillent entre l’opposition, le soutien du pouvoir en place et l’interdiction, fonction des évolutions politiques, à l’image de la Nueva Canción chilienne. Il existe toutefois d’importantes circulations à l’échelle latino-américaine, que l’auteur analyse à partir du geste interprétatif : Victor Jara chantant les textes de l’Uruguayen Daniel Viglietti, Chico Buarque et Milton Nascimento enregistrant Pablo Milanés et Sérgio Rodriguez, etc. Ces interprétations croisées, tout en incluant des adaptations aux contextes politique et sonore de chaque pays, participent à l’émergence d’un répertoire partagé à l’échelle latino-américaine.

12La vie musicale latino-américaine ne saurait toutefois être pensée sans l’ombre portée des États-Unis, comme le souligne Pablo Palomino dans son étude sur la division musicale de l’Union panaméricaine. Créée à l’initiative des États-Unis, cette agence vise à promouvoir les échanges à l’échelle continentale en temps de guerre. Véritable outil diplomatique, son originalité tient à l’articulation entre deux éléments a priori contradictoires : d’une part, une rhétorique hémisphérique fondée sur l’affirmation d’un américanisme musical et la lutte contre les influences européennes (notamment allemandes et italiennes) ; et, d’autre part, la défense des folklores nationaux dans une visée patriotique des plus traditionnelles. L’éducation joue un rôle central dans ce projet d’une « intégration de l’Amérique par la musique », qui prend fin avec la guerre, mais servira ensuite de modèle à la politique musicale de l’Unesco.

  • 14 Pour une réflexion plus globale sur les rapports entre l’analyse technique des œuvres musicales et (...)

13À travers ces différents articles, le dossier propose également une réflexion sur la manière d’écrire l’histoire des musiques populaires. La musique est à l’origine de l’analyse, que cela soit par la partition, le disque ou la performance. C’est à cette condition seulement que l’on peut interroger la signification historique d’une chanson, au-delà de l’opposition classique entre l’œuvre et son contexte14. Le « contexte » habite et donne sens à la chanson, tout comme la chanson vient bousculer ce « contexte » comme objet culturel, social et politique.

14Par ailleurs, les différents auteurs évoquent la nécessité d’échapper à une vision statique de la relation entre l’art et le politique. L’histoire de la musique ne peut être calquée sur la stricte périodisation des régimes politiques, même s’il existe des séquences communes dans le long XXe siècle latino-américain (populismes, dictatures militaires, transitions démocratiques, etc.). La production musicale ne saurait être interprétée comme une réponse aux conditions imposées par les gouvernements et les régimes successifs : elle répond à des logiques de création, mais aussi à des facteurs économiques dans des marchés culturels globalisés. À cet égard, la diversité des sources est fondamentale : les supports phonographiques (disque, K7, CD), comme les médias (radio, télévision, cinéma) ne sont pas de simples vecteurs de diffusion, mais contribuent à définir les significations politiques, sociales et culturelles de l’œuvre musicale, en fonction de l’espace, de la période et du groupe considérés. C’est donc à une multiplicité de documents que le chercheur doit recourir pour analyser les rapports entre musique et politique : partitions, disques, captations audiovisuelles, mais aussi archives d’État (services en charge de la censure et de la surveillance politique, départements de l’éducation et de la culture, etc.), documents diplomatiques (Union Panaméricaine), presse spécialisée (Mundo Radial) offrent autant de pistes pour écrire une histoire de la musique et de l’écoute musicale.

15À cet égard, l’Amérique latine apparaît comme un formidable laboratoire pour analyser la relation entre musique et politique à l’époque contemporaine ; pour comprendre comment la musique crée du symbolique et s’affirme comme un véritable langage politique, dans un contexte marqué par la consolidation des cultures de masse et l’accélération du processus de mondialisation.

Haut de page

Notes

1 Carpentier, Alejo, La musique à Cuba, Paris, Gallimard, 1985, p. 209-212.

2 Bloch, Marc, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1952 [1949], p. 19.

3 Voir, entre autres, Burke, Peter, « Cultural History as Polyphonic History », ARBOR. Ciencia, Pensiamiento y Cultura, n° 743, 2010, p. 479-486.

4 Musique et politique. Les répertoires de l’identité, Rennes, PUR, 1996.

5 Le Chant des nations. Musique et culture en Europe 1870-1914, Paris, Hachette, 2004.

6 Voir, notamment : Contier, Arnaldo, Brasil Novo. Música, nação e modernidade. Os anos 1920 e 1930. Tese de Livre Docência, Universidade de São Paulo, 1986 ; Quintero Rivera, Mareia, A cor e o som da nação : a ideia de mestiçagem na critica musical do Caribe hispânico e no Brasil – 1928-1948, São Paulo, Annablume, 2000 ; Chamosa, Oscar, Breve historia del folclore argentino, 1920-1970 : identidad, política y nación, Buenos Aires, Edhasa, 2012 ; Saavedra Leonora, « Staging the Nation: Race, Religion, and History in Mexican Opera of the 1940s », The Opera Quarterly, 2007, n° 23 (1), p. 1-21.

7 Nous reprenions ici le concept mis en avant par George L. Mosse à propos de l’impact de la Première Guerre mondiale en Allemagne. Cf. De la Grande Guerre au totalitarisme : la brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette littératures, 1999 [1990].

8 Voir, notamment, parmi les publications récentes : Chimènes, Myriam, Simon, Yannick (dir.), La Musique à Paris sous l’Occupation, Paris, Fayard, 2013 ; Fauser, Annegret, Sounds of War Music in the United States during World War II, Oxford University Press, 2013 ; Mikkonen, Simo, Music and Power in the Soviet 1930s. A History of Composers’ Bureaucracy, Lewiston, Edwin Mellen Press, 2009.

9 Voir, notamment : Wisnik, José Miguel, O Nacional e o Popular na Cultura Brasileira (Música), São Paulo, Brasiliense, 1983 ; Napolitano, Marcos, « Aquarela do Brasil », in Nestrovski, Arhur (org), Lendo Música : 10 ensaios sobre 10 canções, São Paulo, Publifolha, 2007, p. 119-140.

10 Cf. Shehan Campbell, Patricia, Wiggins, Trevor (dir.), Children’s Musical Cultures, Oxford/New York, Oxford Univeristy Press, 2013.

11 Scott, Saul, Freedom Is, Freedom Ain’t: Jazz and the Making of the Sixties, Cambridge, Harvard University Press, 2003 ; Anagnostou, Panagiota, Les représentations de la société grecque dans le rebetiko, thèse des sciences politiques, Université Montesquieu – Bordeaux IV, 2011.

12 Pour un aperçu des recherches en cours sur le sujet, voir : Illiano, Roberto, Sala, Massimiliano (ed.), Music and Dictatorship in Europe and Latin America, Turnhout, Brepols, 2010 ; Vila, Pablo (ed.), The Militant Song Movement in Latin America, Plymouth, Lexington Book, 2014. On se reportera également avec intérêt à deux ouvrages plus anciens : Villaça, Mariana, Polifonia Tropical: Experimentalismo e engajamento na música popular (Brasil e Cuba, 1967-1972), São Paulo, 2004 ; Zolov, Eric, Refried Elvis. The Rise of the Mexican Counterculture, Berkeley, University of California Press, 1999. La musique savante a pu aussi être investie de nombreuses significations politiques, de « résistance ». Cf. Buch, Esteban, L’affaire Bomarzo. Opéra, perversion et dictature, Paris, Editions de l’EHESS, Cas de figure, 2011.

13 Fléchet, Anaïs, Marès Antoine (dir.), dossier : « Musique et relations internationales », Relations internationales, 2013/2014, n. 155/156 ; Ahrendt, Rebekah, Ferraguto, Mark, Mahiet, Damien (dir.), Music and Diplomacy. From the Early Modern Era to the Present, New York, Palgrave MacMillan, 2014 ; Gienow-Hecht, Jessica (dir.), Music and International History in the Twentieth Century, New York/Oxford, Berghan Books, 2015.

14 Pour une réflexion plus globale sur les rapports entre l’analyse technique des œuvres musicales et l’étude de leur dimension sociale et politique, voir : Buch, Esteban, Donin, Nicolas, Feneyrou, Laurent (dir.), Du Politique en analyse musicale, Paris, Vrin, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Fléchet et Marcos Napolitano, « Introduction du dossier « Musique et politique en Amérique Latine, XXe-XXIe siècles » »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Images, mémoires et sons, mis en ligne le 11 juin 2015, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68060 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.68060

Haut de page

Auteurs

Anaïs Fléchet

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaine, Institut Universitaire de France

Articles du même auteur

Marcos Napolitano

Universidade de São Paulo, Faculdade de Filosofia, Letras e Ciências Humanas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search