Navigation – Plan du site
La notion de "victime" : récits, discours et représentations dans les espaces lusophones et hispanophones – Coord. Georges Da Costa et Nadia Tahir
Julie Lavielle

« Revendiquer nos victimes est la condition première pour avancer sur le chemin de la réconciliation»: construire la paix à travers une politique publique de la mémoire à Medellín (Colombie)

“Claiming our victims is the first condition for progress on the path of reconciliation": building peace through a public policy of memory in Medellin (Colombia)
[18/09/2015]

Résumés

Cette communication aborde la question des représentations de la victime construites par les politiques de la mémoire et de leurs usages à travers le cas de la ville de Medellín. Elle se centre sur l’analyse de l’axe Mémoire historique  du  Programme municipal d’Aide aux Victimes du Conflit Armé initié en 2006 : dans ce cadre, les fonctionnaires locaux ont construit et diffusé une série d’instruments visant à enseigner aux victimes à construire une « mémoire historique » axée sur les faits violents.
Il s’agira d’analyser en particulier la « mise en musée » de la figure de la victime. Alors que le musée associatif Tissant les mémoires esquisse le portrait d’une victime militante qui dénonce la complicité de l’Etat avec les paramilitaires, le musée municipal Musée-maison de la mémoire construit un récit autour d’une victime universelle, à la fois meurtrie, résistante et encline au pardon. L’étude des usages et des appropriations du musée municipal aboutit à la conclusion qu’il peut être envisagé à la fois comme une caisse de résonnance des revendications des victimes et comme une sourdine qui essaie, via l’édification d’une figure de la victime dans laquelle chaque visiteur se reconnaît, de construire un ordre aux apparences pacifiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ley 1448, Capitulo IX, articulo 146

1Alors que la Colombie vit un conflit depuis plus de cinquante ans, les mises en récit publiques de la violence à partir du témoignage des victimes se multiplient depuis le début des années 2000. Après un premier processus national de démobilisation des acteurs paramilitaires initié en 2005, la Loi des victimes et de restitution des terres crée en 2011 un statut légal de victime, prévoit l’établissement d’une Commission de Vérité et de Réconciliation et pose les bases d’une négociation avec les acteurs armés illégaux. Elle conforme le Groupe de Mémoire Historique instauré par la loi de 2005 : administrativement et financièrement autonome, ce dernier devient le Centre National de Mémoire Historique et a pour objectif de documenter les violations répertoriées dans la Loi des victimes, en collectant les témoignages de ces dernières et en produisant des rapports publics1.

  • 2 Lecombe, Delphine, « Nous sommes tous en faveur des victimes » Usages sociaux et politiques de la j (...)

2L’étude de l’insertion de la figure de la victime dans les mises en récit du conflit armé par les acteurs publics permet d’interroger les usages et les représentations de la notion de victime et de nous demander comment participe-t-elle à la reconfiguration des rapports entre gouvernés et gouvernants. Cette question est centrale dans un contexte de conflit : construire une narration sur le passé à partir de la figure de la victime renvoie à désigner le coupable et à définir la manière dont le pouvoir se partage dans le conflit, dans sa résolution, et dans le post conflit. La « victime » est une figure dont la légitimité ne peut être questionnée et qui n’est que rarement définie ; dans cette perspective, elle est envisagée comme un point de convergence de représentations, d’aspirations et d’intérêts parfois antagonistes et se trouve mobilisée par des acteurs multiples, allant des associations de victimes dénonçant les crimes d’Etat à l’Etat lui-même2.

  • 3 Pour le cas du Chili voir Lagos Castro, Tamara, “Un museo para Chile. Pistas para comprender el sur (...)
  • 4 Gluglielmucci, Ana, La consagración de la memoria: una etnografía de la institucionalización del re (...)
  • 5 Bustamante, Javiera, “Museos, derechos humanos y objetos de memoria”, in Dirección de Bibliotecas A (...)
  • 6 Ibid.
  • 7 Jelin, Elizabeth, Los trabajos de la memoria, Siglo XXI de España Editores, Colección Memorias de l (...)
  • 8 Voir Jelin, Elizabeth et Langland, Victoria (eds.), Monumentos, memoriales y marcas territoriales, (...)

3En Amérique Latine, la problématique de la (re)construction d’une relation entre l’Etat inaugurant la transition puis la paix, les associations de victimes et les organisations sociales traverse de nombreux travaux. La construction d’espaces physique et symboliques dédiés à la mise en récit d’un passé conflictuel, tels que les musées, les monuments ou les performances artistiques constitue un objet d’étude privilégié pour l’aborder. Un premier groupe de recherches s’attache à rendre compte de la fragmentation des récits issus du milieu associatif qui devient le terreau d’une « guerre des mémoires3 » ; une seconde tendance s’intéresse quant à elle aux processus d’institutionnalisation de certaines mémoires4 et/ou au façonnement d’une « vision hégémonique 5» à travers laquelle l’Etat cherche à « renforcer les principes de consensus, de rencontre et/ou de réconciliation6». Les travaux d’Elizabeth Jelin ont également ouvert la voie à de nombreuses recherches qui s’intéressent à la construction sociale de la mémoire: ils procèdent à la fois à une sociologie des « entrepreneurs de mémoire » qui se mobilisent autour de ces espaces relatant le passé, s’intéressent aux institutions qui les habilite à prendre la parole et analysent la reconnaissance et l’appropriation de leurs récits par les groupes sociaux7. Inscrite dans cette perspective, cette communication pose que si les acteurs publics cherchent à proclamer l’unité nationale et la stabilité (que celles-ci soient effectives ou non) à travers la production de ces espaces, ces derniers sont aussi l’objet d’appropriations diverses8.

  • 9 Il s’agit ici d’orienter les victimes vers les services publics de « base » : santé, éducation, for (...)

4Nous aborderons ainsi la question des représentations de la victime construites par les politiques de la mémoire et de leurs usages à travers le cas de la ville de Medellín. De 2006 à 2012, le Programme municipal d’aide aux victimes du conflit armé (PAV) organise son action en fonction de cinq axes : aide psychosociale, assistance juridique, réparation matérielle, services publics9 et mémoire historique. Nous nous intéresserons à ce dernier axe, au sein duquel les fonctionnaires locaux ont construit et diffusé une série d’instruments visant à enseigner aux habitants des quartiers les plus touchés par le conflit à construire une « mémoire historique » axée sur les fait violents dont ils ont été victimes (publication de recueils de témoignages de victimes, mise en place d’ « ateliers de la mémoire », construction d’un musée).

  • 10 Voir les travaux de Sarah Gensburger, notamment l’article écrit avec Agnieszka Niewiedzial, « Figur (...)
  • 11 Muller, Pierre, « L'analyse cognitive des politiques publiques : vers une sociologie politique de l (...)
  • 12 Sur la diffusion des dispositifs de sortie de conflit, voir Lefranc, Sandrine, «  « Du droit à la p (...)

5Dans une perspective de sociologie cognitive de l’action publique10, nous nous intéresserons à la manière dont l’axe « mémoire historique » participe à la construction d’une nouvelle « interprétation du réel 11». La victime est envisagée comme une figure pensée, construite et valorisée par les acteurs publics. Dans le cas de Medellín, elle est la clef de voûte de la pacification de la ville : la valorisation de son témoignage et la reconnaissance de sa souffrance dans l’espace public « doivent12 » participer à l’enrayement de la violence. Après avoir abordé le contexte d’émergence de la figure de la victime comme destinataire d’une politique publique à Medellín, l’étude s’intéressera à la « mise en musée » des représentations de la victime. Un premier temps de la réflexion se focalisera sur la place de la victime dans le récit construit par le Musée-maison de la mémoire, construit par la mairie en 2011. A la fois résistante et encline au pardon, la victime du Musée-maison de la mémoire est une figure universelle dans laquelle chaque visiteur doit se reconnaître. A quelques kilomètres du musée émerge celle d’une victime contestataire, dans le musée associatif Tissant les mémoires. L’étude de ce dernier nous permettra d’aller plus loin dans la réflexion autour des représentations de la victime à Medellin, en nous intéressant à l’appropriation de la figure par les acteurs politiques et associatifs locaux et par les victimes elles-mêmes.

« Qu’est-ce qu’il va se passer avec les victimes ? » : la victime comme clef de voûte de la pacification

L’émergence de la figure de la victime

  • 13 Voir Pécaut, Daniel, “Trafic de drogue et violence en Colombie”, Cultures & Conflits, n°03, automne (...)
  • 14 Pécaut, Daniel, « Présent, passé, futur de la violence », in Blanquer, Jean-Michel, Gros Christian, (...)
  • 15 Sánchez, Gonzalo, Guerras, memoria e historia, La Carreta Histórica, 2009, p. 55

6La configuration du conflit armée colombien a rendu difficile l’émergence d’une figure de la victime. Depuis le début des années 1960, guérillas d’extrême gauche, groupes paramilitaires et forces armées de l’Etat s’affrontent. A partir des années 1980, le conflit se dégrade ; les cartels prennent part aux affrontements en commettant des attentats et en gérant le nerf de la guerre colombien, le trafic de cocaïne. La délinquance commune, principalement concentrée dans les grandes villes, se greffe elle aussi au conflit, attirée par les revenus générés par le commerce de drogue et les assassinats ciblés13 ; bandes de sicaires et milices urbaines se multiplient. Soulignons deux points. Le conflit armé colombien, par sa complexité et sa durée, a touché tous les secteurs de la population : dans un contexte où l’origine des actions violentes n’est que rarement élucidée14, la victime est constamment mise en doute. Ensuite, l’amnistie et le pacte ont été les modalités privilégiées pour tenter, en vain, de mettre un terme au conflit, « les guerres se terminent mais ne se résolvent pas15 ». Les divers gouvernements s’étant principalement concentrés sur la négociation avec les groupes armés illégaux, l’inclusion des victimes dans une politique de pacification est récente en Colombie, et pionnière à Medellin.

  • 16 Alcaldía de Medellín, Sistematización del programa Paz y Reconciliación. Modelo de Intervención Reg (...)

7A Medellín, la figure de la victime émerge dans le cadre de la mise en place d’une politique de démobilisation et de réinsertion des groupes paramilitaires. En 2004, le maire Sergio Fajardo met en place le programme « Paix et réconciliation ». Tandis que le volet « Retour à la légalité » organise le processus de désarmement, mobilisation et réinsertion des milices, le « Projet victimes » pose les premiers jalons de la future politique municipale d’aide aux victimes : aide psycho-sociale, mémoire historique et assistance juridique en sont les trois composantes. Il s’agit alors d’inclure les victimes dans le « grand récit social qu’[ils construisent] quotidiennement16» :

  • 17 Extrait d’un entretien avec l’ancien directeur du Programme municipal d’aide aux victimes du confli (...)
  • 18 Extrait d’entretien, Ibid.

On a commencé à réfléchir sur « qu’est-ce qu’il va se passer avec les victimes de cette ville ? 17 ». (…) La guerre toujours, et le conflit toujours, a été raconté dans ce pays depuis la perspective des vainqueurs. Nous avons commencé à nous interroger sur les victimes du conflit, et comment les victimes du conflit allaient commencer à avoir un rôle spécial dans l’agenda public, dans la scène politique du pays et de la ville.18  

  • 19 Les « comunas » désignent la division géographique de la ville de Medellin : la ville est divisée e (...)

8A l’époque, la composante mémoire historique ne fait pas partie du plan de développement de la ville (au contraire du plan de réinsertion) : elle n’emploie qu’une personne qui s’appuie sur le bénévolat de plusieurs étudiants en sciences sociales de l’Université publique d’Antioquia et articule son action avec une ONG locale de soutien psychologique. Ils ciblent un des quartiers les plus touchés par le conflit, la comuna 819. Leur objectif est de raconter l’impact du conflit armé sur une partie de la ville, celle des quartiers populaires, pour le rendre public à l’ensemble de la ville. La victime est ainsi peu à peu constituée en « témoin » à partir duquel un petit groupe de chercheurs reconstruit l’histoire des quartiers marginalisés. Notons qu’en 2003, raconter l’histoire du conflit armé en se basant sur le témoignage des victimes n’était pas une « évidence » publiquement légitimée et institutionnalisée car la loi entérinant la constitution du Groupe de Mémoire Historique n’est votée qu’en 2005. A Medellín, le travail de collecte de témoignages s’est donc effectué par tâtonnements.

« Attester » la figure de la victime pour contrebalancer le témoignage du persécuteur

  • 20 Dépliant du Programme municipal d’aide aux victimes du conflit armé.

9En 2008, le nouveau maire Alonso Salazar consolide le « Projet victimes » en l’intégrant dans le plan de développement ; le projet devient le Programme municipal d’aide aux victimes du conflit armé (PAV). Le programme emploie une soixantaine de personnes et bénéficie d’un budget conséquent. Il a pour objectif de « promouvoir le rétablissement des droits des victimes du conflit armé et la reconnaissance de leur dignité via des stratégies qui contribuent à la reconstruction des relations sociales rompues, à l’interruption du cycle de violence et à la réconciliation dans la ville de Medellín 20». La victime est donc placée au cœur d’une politique de pacification et de réconciliation entre les paramilitaires démobilisés et la population civile.

  • 21 Pour une analyse critique des versions libres, voir Instituto de Estudios Regionales, De memorias y (...)

10Le contexte politique national a évolué depuis 2003 : en 2005, la loi Justice et Paix est promulguée et établit le paramilitaire comme témoin légitime. Ce dernier, afin de bénéficier du dispositif de réinsertion et d’une peine de prison d’un maximum de 8 années doit confesser les délits qu’il a commis ou dont il a eu connaissance. Le déroulement des « versions libres », terme qui désigne leurs interrogatoires est à cet égard éclairant : filmé, cet interrogatoire est retransmis dans une salle où les victimes peuvent poser par micro interposé une question au paramilitaire interrogé. Dans cet arrangement, la victime ne témoigne pas, les faits sont exposés d’après le parole du paramilitaire21.

  • 22 Lefranc, Sandrine et Mathieu, Lilian, « Introduction. De si probables mobilisations de victimes » i (...)
  • 23 Boltanski Luc, La souffrance à distance (morale humanitaire, médias et politique), Paris, Métailié, (...)
  • 24 Nieto Patricia (comp.), El cielo no me abandona, Alcaldía de Medellín, 2007, p. 14
  • 25 Lecombe Delphine, Op. cit., p. 377-386

11Le travail de l’équipe de l’axe Mémoire Historique de la mairie de Medellin consiste, dans ce contexte, à « attester 22» la victime en rendant sa parole légitime et en la replaçant dans un schéma où elle s’oppose à un « persécuteur 23». La construction d’une mémoire historique à partir de la voix des victimes a pour objectif de replacer leur récit dans l’espace public, mais aussi de participer à la « construction sociale d’un processus de réconciliation qui implique la reconnaissance de la vérité sur ce qui s’est passé en Colombie 24». L’analyse de la série de recueils de témoignages de victimes publiée dans le cadre de l’atelier « Ecrire de sa main. Polyphonie pour la mémoire. Les voix des victimes du conflit armé à Medellin » permet d’esquisser les traits caractéristique de la figure de la victime telle qu’elle est représentée dans le Programme. Dans sa thèse de doctorat, Delphine Lecombe montre ainsi que les ouvrages publiés par la mairie de Medellin, en ayant recourt à l’émotion (publication de dessins d’enfants, couvertures de livres faisant référence à la violence et à la perte), construisent la figure de la « bonne » victime innocente et porteuse de paix25.

La victime comme instrument de construction d’une nouvelle citoyenneté

  • 26 Martin Gerard, Medellín. Tragedia y resurrección. Mafia, ciudad y Estado. 1975 -2012, Ed. Planeta, (...)
  • 27 Traduction par nos soins. Alcaldía de Medellín, Imágenes que tienen memoria, Op. cit., p. 9

12Si l’on s’intéresse de plus près aux activités mises en place par l’axe de Mémoire Historique, on remarquera que le public convoqué est large et dépasse la catégorie des « victimes ». La section « Education » de l’axe Mémoire Historique a par exemple mis en place le projet « Mémoire jeune », qui consistait à « sensibiliser » la population jeune au thème de la mémoire : il s’agissait d’instaurer un dialogue visant à insérer les expériences personnelles de chacun dans un récit collectif qui se matérialisait sous la forme d’un documentaire audio-visuel. Le projet s’est déroulé dans tous les quartiers, des plus pauvres aux plus aisés, et s’inscrit dans une perspective qui va au-delà de la figure de la victime. Il s’agit également de générer une culture de la « citoyenneté » et de la non-violence qui passe notamment par la publication d’un « manuel de vivre ensemble » et par la mise en place d’une nouvelle politique urbaine, qui se base sur l’ « urbanisme social ». Ce dernier est axé sur une intervention dans les secteurs les plus pauvres de la ville qui a pour objectif d’y étendre la couverture des services, améliorer les indices de développement humain et notamment celui de sécurité26. La « mémoire historique » des victimes joue un rôle dans ce processus de construction d’une nouvelle ville. Dans l’introduction d’un ouvrage recensant les mémoriaux érigés dans la ville, l’équipe municipale explique qu’elle cherche à montrer que « Medellin est une seule ville, qui cherche l’équité et l’inclusion des secteurs plus défavorisés et qu’à partir de là l’amène à se transformer avec de grands projets d’infrastructure, avec des développements urbanistiques, avec de nouveaux espaces publics qui permettent la rencontre et la parole.27»

  • 28 Lascoumes Pierre, Le Galès Patrick, Sociologie de l’action publique, Armand Colin, 2012 (2ème ed.), (...)

13L’axe Mémoire historique du programme municipal d’aide aux victimes doit, au-delà de sa fonction de réparer et « dignifier » la victime, être envisagé comme un « instrument 28» qui participe de la reconstruction d’un nouveau rapport entre les acteurs publics et les habitants. La figure de la victime participerait ainsi à reconfigurer le rapport entre la municipalité et les habitants, particulièrement ceux des quartiers pauvres et durement touchés par le conflit: figure consensuelle, innocente et porteuse de paix, la victime fédère une ville fragmentée par le conflit et créé un consensus. En l’instituant comme témoin principal du conflit armé, la mairie diffuse un modèle de sortie de conflit qui s’appuie sur la reconnaissance d’une dette et d’un passé douloureux et pose la réconciliation entre la victime et le bourreau comme nécessaire à la construction d’une ville pacifiée.

Le Musée-maison de la mémoire de Medellin : tous victimes ?

  • 29 Page internet du Musée-maison de la mémoire
  • 30 Baczko Bronislow, Les imaginaires sociaux, Payot, Paris, 1984, p. 20

14Le projet de Musée-maison de la mémoire de Medellin, initié en 2006 et non achevé à ce jour, a pour objectif « [la promotion] d’actions qui contribuent à la reconstruction, à la « visibilisation » et à l’inclusion de la mémoire historique du conflit armé dans la ville des dernières décennies, en cherchant à participer à la transformation de l’histoire de la violence en apprentissages sociaux pour la vie en commun des citoyens, à partir du prémisse « se souvenir pour ne pas répéter » 29». Dans la continuité du PAV, le musée a pour ambition de mettre en récit le conflit armé à partir du témoignage des victimes et de participer à la pacification de la ville. Il nous permet d’interroger la figure de la victime portée par l’axe « mémoire historique »: la représentation et la mise en récit d’une figure de la victime dans un musée participe-t-elle à l’édification de « bons » et de « méchants », à créer une frontière, à inclure et à exclure ? Jusqu’où va le pouvoir de « [traduire] et [de] [légitimer] à la fois l’identité de la collectivité et son ordre social 30» des musées?

« On essaie d’être inclusifs dans la douleur » : typifier la victime 

  • 31 La question de la gestion administrative et financière du Musée-maison de la mémoire n’est pas l’ob (...)
  • 32 Article écrit en avril 2014. Le musée a ouvert ses portes à l’été 2014.

15L’élaboration de la salle permanente du Musée-maison de la mémoire de Medellin a été confiée à une équipe spécialement constituée à cet effet au sein du Parque Explora, musée de vulgarisation scientifique31. Le scénario de la salle permanente a été construit par une anthropologue et une avocate issues de l’Université d’Antioquia et ayant auparavant travaillé dans le PAV, accompagnées par une assistante de recherche et supervisées par Gerard Martin, historien hollandais spécialiste de l’histoire de Medellin et ayant travaillé dans diverses organisations internationales. La salle permanente n’étant à ce jour pas achevée32, nous nous appuierons ici sur les entretiens effectués auprès de cette équipe.

  • 33 Pour l’équipe, la violence liée au conflit armé est en lien avec les guérillas, les paramilitaires (...)

16Les différents membres de l’équipe soulignent l’importance de parler non pas d’ « une » mémoire mais de « mémoires », non pas d’ « une » histoire, mais d’ « histoires » et non pas de « violence » mais de « violences ». Ce positionnement laisse la place à une multiplicité d’interprétations, en se référant à l’histoire et à la mémoire, en les mentionnant au pluriel, et en parlant « des violences » et non du conflit armé. L’inclusion d’un maximum de profils au récit proposé par le musée semble guider le récit. La définition du concept de victimes est en effet éclairante, cette dernière regroupant trois catégories : les individus ayant été touchés par la violence liée au conflit armé33, ceux qui ont été impactés par la violence liée au narcotrafic et au crime organisé, et ceux qui ont connu la violence liée à la délinquance commune. L’inclusion de cette dernière catégorie a suscité de nombreux débats au sein de l’équipe et est contestée par plusieurs chercheurs qui distinguent les agressions qui accompagnent les vols quotidiens dans la rue des violences commises dans un contexte de guerre.

17On pourrait supposer que l’équipe prend position dans le champ académique en incluant la délinquance commune à son récit : en analysant les inégalités socio-économiques comme étant à l’origine de ce dernier, elle pose que la violence commise par la guérilla et la délinquance commune sont les symptômes d’un même problème, dans une perspective socio-structurelle. Un autre enjeu est la construction d’un récit qui se distingue du rapport « Basta Ya » publié par le Centre National de Mémoire Historique  à ce moment de l’enquête, en octobre 2013 ; ce rapport établit les causes du conflit armé et en tire un premier bilan chiffré. L’équipe en charge de la muséographie a à cœur de souligner le poids du narcotrafic, selon elle négligé par le « Basta Ya ». Le narcotrafic a en effet engendré des assassinats ciblés qui ne rentrent pas dans les catégories « classiques » de victimes, à savoir les victimes des guérillas, des paramilitaires et de l’Etat. L’inclusion de la violence commune dans le scenario et le choix de parler de « violences » répond donc en partie à ces enjeux de positionnement dans le champ académique. Pourtant, ce ne sont pas ces arguments théoriques (et politiques) qui sont d’abord avancés :

  • 34 Entretien avec une chercheuse de l’équipe muséologique, 4/12/13, passage souligné par nos soins

« Il y a des théoriciens de la ville, qui nous disent « noonn mais comment ça vous allez mettre un sicaire là-bas ? Alors une victime d’un sicaire c’est pareil qu’une victime d’un paramilitaire ? Ce n’est pas pareil, ça n’a rien à voir ! » Et nous, tout le temps on répond, « non, regardez, nous ne sommes pas en train de comparer les victimes et les douleurs. Ici personne ne compare personne, parce que personne ne connaît la douleur de l’autre. Nous, ce que nous essayons de faire, c’est d’être inclusifs dans la douleur » ».34 

  • 35 Sur ces « carrières » voir Pécaut Daniel, « Les configurations de l’espace, du temps, et de la subj (...)

18« L’inclusion dans la douleur » semble guider le scénario muséologique de la salle, qui englobe un nombre conséquent de « profils » dans le récit construit. On peut en effet observer, d’une part, le désir d’évoquer la diversité de la violence et des acteurs qui ont été et sont touchés par le conflit. Une partie de la salle évoquera ainsi plusieurs « populations » victimes : les « communautés noires », les indiens, les paysans, les femmes, les enfants/jeunes/grands-parents (ce sont les âges considérés comme vulnérables), les professeurs/académiciens/étudiants (stigmatisés pour leurs sensibilités politiques), les juges/l’opposition/les journalistes (se réfère ici à la liberté d’expression). S’il semble bien y avoir une volonté d’englober le maximum de profils possible, soulignons l’enjeu qu’est la mise en récit de la complexité du conflit colombien, qui touche de manière différenciée les catégories susmentionnées. Au-delà d’un positionnement éthique, il y a l’enjeu de restituer cette complexité: une partie de l’exposition sera ainsi dédiée à retracer la trajectoire de certains individus ayant commencé leur « carrière » dans une guérilla, la poursuivant dans un groupe paramilitaire pour finalement la terminer comme leaders communautaires35.

  • 36 Rivé-Doré Isabelle, « La représentation des victimes. Cambodge, Chroniques d’un génocide et Prisonn (...)
  • 37 Entretien du 4/12/2013, Ibid.

19D’autre part, l’équipe cherche à se distancier de la représentation de la victime «mater dolorosa 36», c’est-à-dire de la mère veuve ou ayant perdu son enfant, et essaient de diversifier le profil de la victime. La directrice du musée, a ainsi demandé à l’équipe d’inclure le témoignage d’une victime d’origine socio-économique élevée dans les témoignages, pour rompre avec l’image classique qui veut que la victime soit avant tout pauvre. L’anthropologue qui coordonne la recherche explique qu’elle a changé le contenu de la première vidéo de la salle car elle ne montrait que les quartiers pauvres de la ville37. A l’objectif de représenter tous les « types » de victimes s’ajoute celui de représenter tous les profils d’habitants, le musée s’adressant à l’ensemble des habitants et à susciter leur empathie et leur identification.

S’identifier à la victime : témoignage et hommage

  • 38 Entretien avec Gerard Martin, 22/10/2013

20Bien que la salle comporte une chronologie du conflit qui met en évidence les différents acteurs du conflit armé, elle se base avant tout sur l’usage du témoignage. L’historien Gerard Martin explique ainsi que le scenario de la salle permanente doit se focaliser sur « comment les gens ont vécu toutes ces situations38». Le recours aux témoignages individualise et personnalise la mise en récit du passé.

  • 39 Mesnard Philippe, « La question du pathos dans les espaces des musées et des mémoriaux », in Becker (...)
  • 40 Ibid.

21Le projet de la salle permanente s’apparente à ce que Philippe Mesnard nomme une « configuration pathique » ou « émotionnelle » qui privilégie « l’expérience » : « ce n’est pas que l’historien soit absent, mais l’autorité de son discours s’éclipse devant un récit individualisé, souvent polyphonique, venant d’énonciateurs identifiés dans leur constellation familiale dont le destin est également retracé. (…) Les éclairages déploient leur gamme d’obscurs. Une intimité connote le lieu pour signifier qu’il s’agit bien là de vécu. 39» L’installation d’écrans où témoignent des victimes et des témoins à l’échelle humaine, et la mise en place de dispositifs sonores où les victimes racontent leur histoire (voir l’image ci-dessous) doit susciter l’émotion. Cette dernière devient le « vecteur de transmission », qui, « en tandem avec l’identification, serait ainsi la médiation par excellence pour établir, rétablir, tenter de rétablir le lien délié par la violence radicale entre les victimes et la communauté des vivants (incitant à œuvrer pour la réparation des torts) 40».

Photo 1 – Projet de salle permanente du Museo-casa de la Memoria

Photo 1 – Projet de salle permanente du Museo-casa de la Memoria

Museo-casa de la memoria, Presentacion de la museografía, document mis en ligne le 21/02/2012 sur le site internet du musée, http://www.museocasadelamemoria.org/​site/​Default.aspx?tabid=326

  • 41 Le programme recherche « Appropriations sociales des expositions historiques en contexte coopératif (...)
  • 42 “Es la hora de recostar las sillas en la puerta, y de empezar a contar la historia, antes de que ll (...)

22Si l’effectivité de l’émotion comme moyen de transmission doit être interrogée41, nous souhaitons mettre ici en avant le choix, par l’équipe muséographique, de l’émotion comme « médium » et de la figure de la victime qui l’incarne. Cette dernière est, dans cette conception, le principal narrateur d’une histoire, ou plutôt d’histoires, douloureuse(s) ; c’est à travers son vécu, sa perception, que le conflit armé est mis en récit. La directrice du musée cite ainsi régulièrement l’essayiste et poète William Ospina pour affirmer que l’enjeu du musée est, selon elle, de « raconter l’histoire avant que n’arrivent les historiens 42».

23La dernière partie de la salle permanente devrait elle aussi avoir recourt à l’émotion : « mémorial », pièce obscure où seront projetés des portraits de victimes et diffusés des rires, chuchotements et voix. Cette partie reprend le dispositif installé lors de l’inauguration du musée en 2011 sous le nom de « Parcours de mémoire ». Elle invite à l’introspection et rend hommage aux victimes dans une perspective quasi religieuse. Elle opère également une montée en généralité du discours qui se distance de l’imputation de responsabilités pour fédérer le public autour de la figure de la victime : cette dernière n’a pas de nom, elle ressemble au visiteur et reflète la diversité des habitants de la ville et de la région.

Photo 2 –Exposition « Recorrido de Memoria », 14 et 15/12/2011

Archives du musée

Crédit photo : Isabel Dapena

24La représentation qui est faite de la victime dans le Musée-Maison de la Mémoire prolonge la définition large que l’axe de Mémoire Historique avait privilégiée, intégrant la construction d’une mémoire historique du conflit armé dans un projet plus général de construction de paix et de fédération des habitants de la ville. La responsable de la muséographie explique que :

  • 43 Extrait de la vidéo institutionnelle  « Muséographie et muséologie du Musée-Maison de la Mémoire » (...)

« L’expérience en salle est très centrée sur la réflexivité mais cherche aussi à laisser plus de questions que de réponses, pour que chacun s’assume depuis sa position sociale dans la ville et puisse d’une certaine manière s’articuler avec la réflexion que nous faisons 43»

  • 44 Duncan Carole « Art Museums and the ritual of citizenship », in Ivan Karp, Steven D. Lavine, Exhibi (...)

25Le musée doit en effet répondre à un impératif, celui d’intégrer et de toucher l’ensemble de la ville : nous avons vu que cet enjeu se concrétise par la construction d’une figure de la victime aux contours flous, qui doit correspondre à la diversité concrète des profils de victime en Colombie et qui doit ressembler à « tout le monde ». Si, d’après Carole Duncan, les musées ont le pouvoir de « définir et [de] hiérarchiser les gens, [de] déclarer que certains auront une plus grande part que d’autres dans l'identité même  de l'héritage commun44», le Musée-Maison de la Mémoire s’efforce d’éviter la hiérarchisation et construit une figure de la victime comme catégorie qui n’exclut pas. L’usage du témoignage et l’individualisation du récit qu’il implique semble participer de la malléabilité de la figure de la victime.

  • 45 Termes employés par les membres de l’équipe à plusieurs reprises lors de nos entretiens.
  • 46 Entretien avec l’avocate de l’équipe en charge de la muséologie, 12/11/2013

26Notre portrait de la victime mise en récit par le Musée-maison de la mémoire ne serait pas complet si nous n’évoquions pas une dernière caractéristique : sa résistance et sa « résilience 45». Si la mise en forme muséographique n’était pas arrêtée au moment de notre enquête, l’équipe en charge de la construction du scenario comme les fonctionnaires du PAV que nous avons rencontrés soulignent l’importance d’évoquer la capacité de résistance des victimes, de montrer qu’ « il y a toujours un niveau de résistance très fort au sein de la population, qui se nie à faire partie de certaines choses et qui cherche des solutions pour survivre46 ». On touche là le cœur de la problématique de la mise en récit du conflit colombien dans un contexte où il n’y a pas eu de transition démocratique ou politique : comment évoquer les résistances à des logiques politiques qui perdurent au sein d’un même système politique et promouvoir la paix et la réconciliation ? Là encore, il semble qu’il y ait une « bonne » victime résistante : le musée s’attache ainsi à mettre en avant les initiatives culturelles et culturelles qui ont « survécu » au conflit. La directrice du musée, Lucia Gonzalez Duque explique ainsi :

  • 47 Entretien réalisé le 25/10/2013

“Ici aussi il y a un tas de mémoires heureuses qui sont celles qui permettent de construire les résistances et les résiliences, et si on n’insiste pas sur ça, on court le risque de la dépression, et rien d’autre. Ce n’est pas la réparation mais la dépression. C’est pour ça qu’on a fait le « Bazar de la mémoire » [foire artisanale dont les exposants étaient des victimes concernées par le PAV], [pour] sauver la cuisine et les chants et les contes et ces choses qui sont mes valeurs, sont ma culture, sont les choses dont on devrait être très fiers.47»

  • 48 Jenson Jane. et Papillon Martin, « Challenging the citizenship regime: the James Bay Cree and trans (...)

27Cette position ambigüe du Musée-maison de la mémoire, qui reconnaît une capacité de résistance aux victimes mais doit l’intégrer à un récit tourné vers la réconciliation et la paix, nous invite à nous interroger sur les effets de l’adaptation du public des « victimes » aux représentations qui sont construites par les acteurs publics48, au sein du musée et autour du musée.

De la « mater dolorosa » à la victime militante : usages de la figure de la victime autour du Musée-Maison de la mémoire

28Inauguré et baptisé en mars 2013, le Salon Tissant les Mémoires (Tejiendo Memorias) est un espace d’une trentaine de mètres carrés situé dans le sanctuaire des sœurs de la mère Laura, sainte colombienne célèbre pour son engagement auprès des populations indiennes et pauvres, au sein de quartier Belencito qui fait partie de la comuna 13 de Medellin.

  • 49 Voir, Centro Nacional de Memoria Historica, La huella invisible de la guerra. Desplazamiento forzad (...)

29Cette zone a été profondément touchée par le conflit armé. En 2002, les forces armées et les services secrets colombiens y mènent une série d’interventions pour déloger les milices des guérillas urbaines et des paramilitaires qui se partagent la zone. Si la présence des guérilleros fut réduite, les opérations se sont néanmoins soldées par une série de graves échecs : enclavement du quartier durant plusieurs jours, arrestations d’habitants syndiqués, disparitions de civils, renforcement de l’emprise des paramilitaires sur la zone…49 Durant cette période, ces derniers transformèrent un terrain vague de la Commune 13 en fosse commune ; depuis, de nombreux décombres se sont accumulés sur le terrain et empêchent l’exhumation des corps qui s’y trouvent. Au début des années 2000 naît l’association « Femmes marchant pour la vérité et la justice ». Environ 70 femmes en font partie ; toutes ont un ou plusieurs proches disparu(s) au début des années 2000 et supposent que les dépouilles de ces derniers sont sous ces décombres, connus aujourd’hui sous le nom de « la Escombrera ».

30En 2005, la sœur Rosa Cadavid, les met en contact avec le Mouvement des Victimes des Crimes d’Etat (MOVICE) et la Corporation Juridique Liberté. Ces deux associations colombiennes mettent en place une série d’ateliers de soutien psychologique et juridique, les habitantes du quartier s’y joignent peu à peu, amenant la photo de leur(s) proche(s) disparu(s). A l’origine lieu de réunion, le Salon Tissant les Mémoires s’est construit progressivement et s’apparente aujourd’hui à un petit musée. A l’entrée se trouve une vitrine où les femmes de l’association exposent les objets qui appartenaient à leur proche disparu : balle de baseball, parfum, casquette… On entre ensuite dans une petite pièce où notre regard est attiré par un mur où sont affichés plus d’une centaine de portraits des disparus. Leurs photos sont collées sur des cartons portant le sigle du MOVICE (voir photo)

Photo 3 – La soeur Rosa Cadavid regardant le mur des disparus dans la salle du Salon Tissant les Mémoires, 18/09/2013

Photo 3 – La soeur Rosa Cadavid regardant le mur des disparus dans la salle du Salon Tissant les Mémoires, 18/09/2013

Photo : Julie Lavielle

31Une vitrine, remplie de terre, symbolise les fosses communes. Sur la vitre, un texte rappelle l’ampleur du nombre de disparus dans la Commune 13 et explique qu’en dépit de l’engagement de la mairie, les décombres n’ont pas été évacués. Le texte conclut que « ce sont plus de 5 millions de tonnes de décombres qui enterrent la vérité, piétinent la dignité des victimes et l’aspiration à la justice ».

32Le reste du « salon » retrace les activités mises en place par l’association, toujours sous l’égide de la sœur Rosa Cadavid : un cahier qui présente les photos et les témoignages des membres de l’association jouxte un livre d’or dont une vingtaine de pages sont remplies, sur une étagère sont disposées quelques boîtes qui contiennent des objets et des lettres rendant hommage à la personne disparue. Ces boîtes, façonnées dans le cadre de l’atelier « Mémoires contenues » mis en place par le Musée-Maison de la Mémoire en 2011, sont ornées d’une petite pancarte orange où est inscrite la mention « Crime d’Etat ». Dans une deuxième pièce sont disposées quelques chaises et exposés des patchworks qui rendent hommage aux disparus ou représentent des paysages ruraux. Ces tableaux ont été réalisés dans le cadre d’un atelier de soutien psychologique mis en place par la Croix Rouge.

Photo 4 – Boîte réalisée dans le cadre de l’atelier « Mémoires contenues » organisé par le Musée-Maison de la Mémoire.

Photo 4 – Boîte réalisée dans le cadre de l’atelier « Mémoires contenues » organisé par le Musée-Maison de la Mémoire.

Sur le carton, on peut lire « Crime d’Etat »

Photo : Julie Lavielle

Photo 5 – Patchwork réalisé dans le cadre d'un atelier mis en place par le Croix rouge

Photo 5 – Patchwork réalisé dans le cadre d'un atelier mis en place par le Croix rouge

Photo : Julie Lavielle

Dénoncer à travers la figure de la victime

33En mettant en exergue la souffrance et l’injustice d’une part, et en exposant les activités de l’association d’autre part, le Salon de la Commune 13 construit une figure de la victime active et militante. La mise en récit du conflit est politisée et s’inscrit logiquement dans la posture du MOVICE en Colombie, c’est-à-dire qu’elle dénonce la responsabilité de l’Etat et la complicité que ce dernier a entretenu avec certains groupes paramilitaires. Ici, la place de la guérilla dans le conflit n’est pas évoquée.

  • 50 Conversation informelle avec la sœur Rosa Cadavid, 18/09/2013
  • 51 Instituto de Estudios Regionales, Propuesta técnica. Habitar la memoria, estrategias para la apropi (...)

34Les dispositifs de narration employés se distinguent de la muséographie du Musée-Maison de la Mémoire : si ce dernier privilégie le recours aux écrans, à l’audiovisuel et à la technologie, le Salon Tissant les Mémoires expose les faits personnels des victimes et les objets « cathartiques » façonnés dans le cadre des ateliers de soutien psychologique. Au-delà du questionnement sur la capacité de transmission des objets et des écrans, la « mise en objet » du récit soulève une autre problématique, celle de la proximité entre l’institution publique qu’est le Musée Maison de la Mémoire et les victimes qu’il prétend représenter. L’origine associative et locale du Salon Tissant les Mémoires rend plus facile l’exposition d’objets personnels dans le salon, bien que l’association « travaille » encore à ce processus50. La relation entre le musée construit par la mairie et les victimes a quant à elle connu des fluctuations : le changement de mairie en 2011 a entraîné la chute drastique du budget du musée, qui a dû fermer ses portes pendant plus de 6 mois, mettant un terme aux activités que le Programme d’aide aux victimes avait mis en place. Aujourd’hui, l’équipe du musée s’efforce de reconstruire ce lien via une série d’ateliers qui vise la « reconnaissance et l’appropriation du musée par les victimes du conflit armé et la société dans son ensemble 51».

35La figure de la victime est représentée différemment dans les deux espaces et s’inscrit dans des projets politiques et des interprétations du conflit antagonistes. C’est néanmoins à partir de l’expérience de la victime que le conflit colombien est mis en récit, et ce quel que soit l’origine de l’initiative: le recours au témoignage et à l’exposition des photos des portraits des victimes sont des dispositifs qui, via le recours à l’émotion, participent à la diffusion de discours multiples.

La convergence d’intérêts multiples autour de la figure de la victime

36Il semble pertinent de nuancer la fracture qui apparaît entre le Musée-Maison de la Mémoire, qui serait un espace policé ouvert à toutes les interprétations et le Salon Tissant des Mémoires qui ne serait que la plateforme de revendications d’un groupe restreint de militants et de victimes.

  • 52 La semaine pour la mémoire est un événement national coordonné par le Centre National de Mémoire Hi (...)

37Bien que salle permanente du Musée-Maison de la Mémoire ne soit pas achevée, le musée a en partie ouvert ses portes à partir de 2011 et a construit plusieurs « ponts » avec les associations de victimes locales, notamment via la mise en place d’ateliers artistiques comme celui de « Mémoires contenues » évoqué précédemment. Au cours de la « semaine pour la mémoire 52» en 2013, le musée a par exemple ouvert son hall d’entrée au MOVICE et a dédié une partie de l’exposition au cas des décombres de la Commune 13. Cette partie exposait brièvement les faits et permettait au public de signer une pétition demandant au maire de s’engager dans l’exhumation des corps se trouvant sous les décombres. Les murs où s’alignent les portraits des victimes dénonçant la responsabilité de l’Etat colombien et une liste de noms des disparus et des homicides commis par les agents de l’Etat étaient ainsi exposés dans un musée d’origine publique.

38L’ouverture d’un espace aux associations de victimes les plus défiantes vis-à-vis du gouvernement participe à la légitimation du Musée-Maison de la Mémoire auprès du milieu associatif d’une part et des quartiers marginalisés (la comuna 13 par exemple) d’autre part. Pour l’association « Femmes marchant pour la vérité et la réconciliation », le musée est une scène qui leur donne une visibilité politique et participe à la sensibilisation d’un public large à leur cause. La figure de la victime participe, en ce sens, à la reconfiguration du rapport entre gouvernants et gouvernés : dans un contexte de diffusion d’un discours sur la transition, la figure de la victime neutralise les revendications de justice en les incluant dans un discours orienté vers la construction d’une ville pacifique réconciliée avec son passé. Le Musée-Maison de la Mémoire, en intégrant à son discours plusieurs « modèles » de la victime, allant de la mater dolorosa à la militante, n’affirme qu’un seul engagement : celui de s’adresser à tous les habitants de la ville et de diffuser un discours éprouvé dans de nombreux cas de sortie de conflit, celui de la réconciliation et de la paix.

Conclusion

39Dans un contexte conflictuel et de négociation entre le gouvernement colombien et les acteurs armés illégaux, la construction d’une mémoire historique axée sur la figure de la victime s’est constituée en un espace investi par des intérêts politiques multiples. Vecteur de l’inclusion des quartiers marginalisés et encline au pardon, la victime du Programme d’Aide municipale aux victimes du conflit armé de Medellin joue un rôle dans la construction d’une nouvelle citoyenneté. Le Musée-Maison de la Mémoire, dans cet objectif d’inclure une vaste palette de profils dans le récit qu’il construit, catégorise sans catégoriser : s’il s’attache à attester l’existence de victimes, il cherche aussi, par une progressive montée à généralité et le recours au récit individualisé, à provoquer l’identification de chaque visiteur à la victime.

40A travers la figure de la victime convergent des dynamiques politiques parfois opposées : à la victime qui pardonne et qui souffre de la mairie de Medellin, le Salon Tissant les Mémoires oppose la victime militante qui dénonce la responsabilité de l’Etat colombien dans la non élucidation de centaines de disparitions. Espace en construction et jusqu’à présent ouvert à des interprétations opposées, le Musée-Maison de la Mémoire fait figure d’un entre deux, partagé entre la municipalité qui prône la réconciliation et les associations de victimes qui revendiquent la justice. Caisse de résonnance pour les revendications des victimes, il est aussi une sourdine qui, en l’absence de processus juridique, essaie, via l’édification d’une figure de la victime dans laquelle chacun se reconnaît (même le bourreau) la construction d’un ordre aux apparences pacifiques.

  • 53 Wahnich Sophie, « L’Europe, c’est toujours l’après-guerre… », in Wahnich Sophie (dir.), Fictions d’ (...)

41Nous rejoignons ainsi Sophie Wahnich lorsqu’elle affirme, en parlant du musée d’histoire des guerres que ce dernier « serait ainsi à la fois le lieu par excellence de ce discours social standard, et c’est sans doute ainsi qu’il rencontre effectivement son public, et un lieu où chacun peut venir chercher et inventer son rituel d’apaisement, son rituel de deuil, son rapport à l’autre, son rapport à la violence, mais aussi venir aiguiser son rapport critique à l’idéologie, son rapport critique à une forme de guerre qui ne lui conviendrait pas53». Ce constat nous invite à prolonger l’étude, à peine esquissée ici, des pratiques du musée et des relations qui s’y nouent ; il montre l’intérêt d’aller au-delà des représentations construites et diffusées par les institutions muséales pour s’intéresser aux appropriations et usages des acteurs et des groupes qui les investissent.

Haut de page

Bibliographie

Baczko Bronislow, Les imaginaires sociaux, Paris, Payot, 1984

Boltanski Luc, La souffrance à distance (morale humanitaire, médias et politique), Paris, Métailié, 1993

Bustamante, Javiera, “Museos, derechos humanos y objetos de memoria”, in Dirección de Bibliotecas Archivos y Museos, CECA-Chile, IV Congreso de educación, museos y patrimonio. Memorias de Hoy, aprendizajes del futuro, Santiago de Chile, Ed. Dibam, 2011

Centro Nacional de Memoria Historica, La huella invisible de la guerra. Desplazamiento forzado en la Comuna 13, Bogota, Ed. Planeta, 2011

Delacroix, Dorothée, Ethnographie des mémoires de la guerre au Pérou (1980-2000). Vivants, morts et souffrants dans les communautés paysannes andines, Thèse de doctorat en anthropologie, sous la direction de Marlène Albert-Llorca et Valérie Robin Azevedo, Université Toulouse II, 2014

Duncan Carole « Art Museums and the ritual of citizenship », in Ivan Karp, Steven D. Lavine, Exhibiting Cultures: The Poetics and Politics of Museum Display, 1991

Gensburger, Sarah, Niewiedzial, Agnieszka, « Figure du Juste et politique publique de la mémoire en Pologne (1945- 2005) », Critique Internantionale, n°34, janvier-mars 2007, p. 127-148

Gluglielmucci, Ana, La consagración de la memoria: una etnografía de la institucionalización del recuerdo sobre los crímenes del Terrorismo de Estado en Argentina, Buenos Aires, Antropofagia, 2013

Instituto de Estudios Regionales, De memorias y de guerras. La Sierra, Villa Liliam y el 8 de Marzo en Medellin. Informe finale de investigacion, Programa de víctimas, Secretaria de gobierno municipal, Alcaldía, IDEA, Colciencia, Medellín, 2008

Jelin, Elizabeth, Los trabajos de la memoria, Siglo XXI de España Editores, Colección Memorias de la Represión, Vol.1, 2001, p. 35

Jelin, Elizabeth et Langland, Victoria (eds.), Monumentos, memoriales y marcas territoriales, Siglo XXI de España Editores, Colección Memorias de la Represion, Vol. 5, 2003.

Jenson, Jane, Papillon, Martin, « Challenging the citizenship regime: the James Bay Cree and transnational action”, Politics Society, 2000, p. 88-103

Lagos Castro, Tamara, “Un museo para Chile. Pistas para comprender el surgimiento de un Museo de la Memoria y de los Derechos Humanos en el Chile del Bicentenario”, in Corporación Parque por la Paz Villa Grimaldi, Encuentro ciudad y memorias. Desarrollo de sitios de conciencia en el Chile actual. Seminario y taller, Santiago de Chile, 2010

Lascoumes Pierre, Le Galès Patrick, Sociologie de l’action publique, Paris, Armand Colin, 2ème éd., 2012

Lecombe, Delphine, « Nous sommes tous en faveur des victimes » Usages sociaux et politiques de la justice transitionnelle en Colombie (2002 – 2010), thèse de doctorat en science politique soutenue le 13/09/2013, Sciences Po

Lefranc, Sandrine, «  « Du droit à la paix » La circulation des techniques internationales de pacification par le bas », Actes de la recherche en sciences sociales, 2008/4, n° 174, p. 48 – 67

Lefranc, Sandrine et Mathieu, Lilian, « Introduction. De si probables mobilisations de victimes » in Lefranc Sandrine et Mathieu Lilian, Mobilisations de victimes, PUR, 2009, p. 11 – 26

Martin Gerard, Medellín. Tragedia y resurrección. Mafia, ciudad y Estado. 1975 -2012, Ed. Planeta, 2012

Mesnard Philippe, « La question du pathos dans les espaces des musées et des mémoriaux », in Becker Annette et Debary Octave, Becker Annette et Debary Octave (dir.), Montrer les violences extrêmes, Grane, Creaphis Editions, 2012, p. 63-95

Muller, Pierre, « L'analyse cognitive des politiques publiques : vers une sociologie politique de l'action publique », Revue française de science politique, n°2, 2000, p. 189-208

Pécaut, Daniel, « Présent, passé, futur de la violence », in Blanquer, Jean-Michel, Gros Christian, La Colombie à l’aube du troisième millénaire, Paris, Ed. de l’IHEAL, 1996, p. 17-63

Pécaut, Daniel, “Trafic de drogue et violence en Colombie”, Cultures & Conflits, n°03, automne 1991, p. 141-156

Rivé-Doré Isabelle, « La représentation des victimes. Cambodge, Chroniques d’un génocide et Prisonniers de l’image » in Becker Annette et Debary Octave (dir.), Montrer les violences extrêmes, Grane, Creaphis Editions, 2012, p. 193-199

Sánchez, Gonzalo, Guerras, memoria e historia, La Carreta Histórica, 2009

Toledo, Maria Isabel et Veneros Ruiz-Tagle, Diana, “Del uso pedagógico de lugares de memoria: visita de estudiantes de educación media al Parque por la Paz Villa Grimaldi”, Estudios Pedagógicos, Vol. 21, 2009

Vecchioli Virginia, “Políticas de la memoria y formas de clasificación social. Quiénes son las víctimas del Terrorismo de estado en la Argentina?”, in Flier, Patricia et Groppo, Bruno, La imposibilidad del olvido. Los recorridos de la memoria en Argentina, Chile y Uruguay, La Plata, Ed. Al Margen et BDIC, 2001

Wahnich Sophie, « L’Europe, c’est toujours l’après-guerre… », in Wahnich Sophie (dir.), Fictions d’Europe. La guerre au musée, Paris, Edition des archives contemporaines, 2002, p. 18-38

Documentation municipale

Alcaldía de Medellín, Imágenes que tienen memoria, Medellín: Secretaria de gobierno de la alcaldía, Programa de víctimas del conflicto armado, 2010

Alcaldía de Medellín, Sistematización del programa Paz y Reconciliación. Modelo de Intervención Regreso a la Legalidad, Medellín: Secretaria de gobierno de la alcaldía, Programa de víctimas del conflicto armado, 2007

Nieto Patricia (dir.), El cielo no me abandona, Medellín: Secretaria de gobierno de la alcaldía, Programa de víctimas del conflicto armado, 2007

Haut de page

Notes

1 Ley 1448, Capitulo IX, articulo 146

2 Lecombe, Delphine, « Nous sommes tous en faveur des victimes » Usages sociaux et politiques de la justice transitionnelle en Colombie (2002 – 2010), thèse de doctorat en science politique soutenue le 13/09/2013, Sciences Po. Voir aussi Tate, Winifred, Counting the dead. The culture and politics of human rights activism in Colombia, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 2007 et Daviaud Sophie, L’enjeu des droits de l’homme dans le conflit colombien, Karthala, 2010

3 Pour le cas du Chili voir Lagos Castro, Tamara, “Un museo para Chile. Pistas para comprender el surgimiento de un Museo de la Memoria y de los Derechos Humanos en el Chile del Bicentenario”, in Corporación Parque por la Paz Villa Grimaldi, Encuentro ciudad y memorias. Desarrollo de sitios de conciencia en el Chile actual. Seminario y taller, Santiago de Chile, 2010. Pour le cas de l’Argentine voir Vezzetti, Hugo, “La ESMA y el Monumento a las Victimas del Terrorismo de Estado: balance de una década”, in Sobre la violencia revolucionaria. Memorias y olvidos, Buenos Aires, Siglo XXI, 2009, p. 205-244 et Vecchioli Virginia, “Políticas de la memoria y formas de clasificación social. Quiénes son las víctimas del Terrorismo de estado en la Argentina?”, in Flier, Patricia et Groppo, Bruno, La imposibilidad del olvido. Los recorridos de la memoria en Argentina, Chile y Uruguay, La Plata, Ed. Al Margen et BDIC, 2001

4 Gluglielmucci, Ana, La consagración de la memoria: una etnografía de la institucionalización del recuerdo sobre los crímenes del Terrorismo de Estado en Argentina, Buenos Aires, Antropofagia, 2013

5 Bustamante, Javiera, “Museos, derechos humanos y objetos de memoria”, in Dirección de Bibliotecas Archivos y Museos, CECA-Chile, IV Congreso de educación, museos y patrimonio. Memorias de Hoy, aprendizajes del futuro, Santiago de Chile, Ed. Dibam, 2011, p. 30

6 Ibid.

7 Jelin, Elizabeth, Los trabajos de la memoria, Siglo XXI de España Editores, Colección Memorias de la Represión, Vol. 1, 2001, p. 35

8 Voir Jelin, Elizabeth et Langland, Victoria (eds.), Monumentos, memoriales y marcas territoriales, Siglo XXI de España Editores, Colección Memorias de la Represion, Vol. 5, 2003, et Delacroix, Dorothée, Ethnographie des mémoires de la guerre au Pérou (1980-2000). Vivants, morts et souffrants dans les communautés paysannes andines, Thèse de doctorat en anthropologie, sous la direction de Marlène Albert-Llorca et Valérie Robin Azevedo, Université Toulouse II, 2014. Sur les appropriations sociales de ces espaces dans le cadre scolaire au Chili, voir Toledo, Maria Isabel et Veneros Ruiz-Tagle, Diana, “Del uso pedagógico de lugares de memoria: visita de estudiantes de educación media al Parque por la Paz Villa Grimaldi”, Estudios Pedagógicos, Vol. 21, 2009

9 Il s’agit ici d’orienter les victimes vers les services publics de « base » : santé, éducation, formation professionnelle.

10 Voir les travaux de Sarah Gensburger, notamment l’article écrit avec Agnieszka Niewiedzial, « Figure du Juste et politique publique de la mémoire en Pologne (1945-2005) », Critique Internantionale, n°34, janvier-mars 2007, p. 127-148, qui a été particulièrement éclairant dans le cadre de la réflexion que nous présentons.

11 Muller, Pierre, « L'analyse cognitive des politiques publiques : vers une sociologie politique de l'action publique », Revue française de science politique, n°2, 2000, p. 195

12 Sur la diffusion des dispositifs de sortie de conflit, voir Lefranc, Sandrine, «  « Du droit à la paix » La circulation des techniques internationales de pacification par le bas », Actes de la recherche en sciences sociales, 2008/4, n° 174, p. 48-67

13 Voir Pécaut, Daniel, “Trafic de drogue et violence en Colombie”, Cultures & Conflits, n°03, automne 1991

14 Pécaut, Daniel, « Présent, passé, futur de la violence », in Blanquer, Jean-Michel, Gros Christian, La Colombie à l’aube du troisième millénaire, Paris, Ed. de l’IHEAL, p. 47.

15 Sánchez, Gonzalo, Guerras, memoria e historia, La Carreta Histórica, 2009, p. 55

16 Alcaldía de Medellín, Sistematización del programa Paz y Reconciliación. Modelo de Intervención Regreso a la Legalidad, Medellin, 2007, p. 9

17 Extrait d’un entretien avec l’ancien directeur du Programme municipal d’aide aux victimes du conflit armé, 4/10/2013

18 Extrait d’entretien, Ibid.

19 Les « comunas » désignent la division géographique de la ville de Medellin : la ville est divisée en 16 comunas, elles-mêmes divisées en quartiers. Néanmoins, dans le langage commun se référer au « comunas » désigne les parties les plus pauvres et violentes de la ville.

20 Dépliant du Programme municipal d’aide aux victimes du conflit armé.

21 Pour une analyse critique des versions libres, voir Instituto de Estudios Regionales, De memorias y de guerras. La Sierra, Villa Liliam y el 8 de Marzo en Medellin. Informe finale de investigacion, Programa de víctimas, Secretaria de gobierno municipal, Alcaldía, IDEA, Colciencia, Medellín, 2008, p. 20-30

22 Lefranc, Sandrine et Mathieu, Lilian, « Introduction. De si probables mobilisations de victimes » in Lefranc Sandrine et Mathieu Lilian, Mobilisations de victimes, PUR, 2009, p. 15

23 Boltanski Luc, La souffrance à distance (morale humanitaire, médias et politique), Paris, Métailié, 1993, p. 91

24 Nieto Patricia (comp.), El cielo no me abandona, Alcaldía de Medellín, 2007, p. 14

25 Lecombe Delphine, Op. cit., p. 377-386

26 Martin Gerard, Medellín. Tragedia y resurrección. Mafia, ciudad y Estado. 1975 -2012, Ed. Planeta, 2012

27 Traduction par nos soins. Alcaldía de Medellín, Imágenes que tienen memoria, Op. cit., p. 9

28 Lascoumes Pierre, Le Galès Patrick, Sociologie de l’action publique, Armand Colin, 2012 (2ème ed.), p. 99

29 Page internet du Musée-maison de la mémoire

30 Baczko Bronislow, Les imaginaires sociaux, Payot, Paris, 1984, p. 20

31 La question de la gestion administrative et financière du Musée-maison de la mémoire n’est pas l’objet de cette communication mais tient une place importante dans notre travail de thèse, actuellement en cours.

32 Article écrit en avril 2014. Le musée a ouvert ses portes à l’été 2014.

33 Pour l’équipe, la violence liée au conflit armé est en lien avec les guérillas, les paramilitaires ou les forces armées de l’Etat

34 Entretien avec une chercheuse de l’équipe muséologique, 4/12/13, passage souligné par nos soins

35 Sur ces « carrières » voir Pécaut Daniel, « Les configurations de l’espace, du temps, et de la subjectivité dans un contexte de terreur : l’exemple colombien », Culture & Conflits, n°37, 2000

36 Rivé-Doré Isabelle, « La représentation des victimes. Cambodge, Chroniques d’un génocide et Prisonniers de l’image » in Becker Annette et Debary Octave (dir.), Montrer les violences extrêmes, Creaphis Editions, 2012, p. 192

37 Entretien du 4/12/2013, Ibid.

38 Entretien avec Gerard Martin, 22/10/2013

39 Mesnard Philippe, « La question du pathos dans les espaces des musées et des mémoriaux », in Becker Annette et Debary Octave, Op. cit., p. 64

40 Ibid.

41 Le programme recherche « Appropriations sociales des expositions historiques en contexte coopératif », coordonné par Sarah Gensburger au sein du Labex « Les Passés dans le Présent » de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, a ainsi pour objectif d’aller au-delà de l’idée que les musées construisent des représentations du passé et de saisir les expériences des visiteurs des expositions d’histoire. Voir http://memu.hypotheses.org/

42 “Es la hora de recostar las sillas en la puerta, y de empezar a contar la historia, antes de que lleguen los historiadores”, Ospina William, Colombia en el Planeta (Relato de un país que perdió la confianza), Medellin, 2001

43 Extrait de la vidéo institutionnelle  « Muséographie et muséologie du Musée-Maison de la Mémoire » http://www.youtube.com/watch?v=ull96fPiGZE

44 Duncan Carole « Art Museums and the ritual of citizenship », in Ivan Karp, Steven D. Lavine, Exhibiting Cultures: The Poetics and Politics of Museum Display, 1991, p. 102

45 Termes employés par les membres de l’équipe à plusieurs reprises lors de nos entretiens.

46 Entretien avec l’avocate de l’équipe en charge de la muséologie, 12/11/2013

47 Entretien réalisé le 25/10/2013

48 Jenson Jane. et Papillon Martin, « Challenging the citizenship regime: the James Bay Cree and transnational action”, Politics & Society, Juin 2000, p. 245-264

49 Voir, Centro Nacional de Memoria Historica, La huella invisible de la guerra. Desplazamiento forzado en la Comuna 13, Bogota, Ed. Planeta, 2011, p. 80

50 Conversation informelle avec la sœur Rosa Cadavid, 18/09/2013

51 Instituto de Estudios Regionales, Propuesta técnica. Habitar la memoria, estrategias para la apropiación del museo casa de la memoria de Medellin, Universidad de Antioquia, 08/2013

52 La semaine pour la mémoire est un événement national coordonné par le Centre National de Mémoire Historique qui vise à sensibiliser l’opinion publique au thème de la mémoire des victimes.

53 Wahnich Sophie, « L’Europe, c’est toujours l’après-guerre… », in Wahnich Sophie (dir.), Fictions d’Europe. La guerre au musée, Paris, Edition des archives contemporaines, 2002 p. 35

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 – Projet de salle permanente du Museo-casa de la Memoria
Légende Museo-casa de la memoria, Presentacion de la museografía, document mis en ligne le 21/02/2012 sur le site internet du musée, http://www.museocasadelamemoria.org/​site/​Default.aspx?tabid=326
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Archives du musée
Crédits Crédit photo : Isabel Dapena
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68233/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Photo 3 – La soeur Rosa Cadavid regardant le mur des disparus dans la salle du Salon Tissant les Mémoires, 18/09/2013
Crédits Photo : Julie Lavielle
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68233/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Photo 4 – Boîte réalisée dans le cadre de l’atelier « Mémoires contenues » organisé par le Musée-Maison de la Mémoire.
Légende Sur le carton, on peut lire « Crime d’Etat »
Crédits Photo : Julie Lavielle
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68233/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photo 5 – Patchwork réalisé dans le cadre d'un atelier mis en place par le Croix rouge
Crédits Photo : Julie Lavielle
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68233/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Lavielle, « « Revendiquer nos victimes est la condition première pour avancer sur le chemin de la réconciliation»: construire la paix à travers une politique publique de la mémoire à Medellín (Colombie) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68233 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.68233

Haut de page

Auteur

Julie Lavielle

Institut des Sciences sociales du Politique, Labex Les passés dans le présent
Université Paris-Ouest Nanterre La Défense
julie.lavielle@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page