Navigation – Plan du site
Yaël Dansac

Un patrimoine polysémique : récits générationnels sur les Guachimontones de Teuchitlán (Mexique)

[18/09/2015]

Résumés

Le patrimoine archéologique est un réservoir de significations en constante reformulation, d’où son caractère polysémique. Dans cet esprit, j’expose les résultats d’une enquête ethnographique consacrée à l’exploration des connaissances locales portant sur le site précolombien du Guachimontones, à l’Ouest du Mexique. L’analyse de l’information recueillie parmi la population de Teuchitlán, le village le plus proche, a permis d’identifier trois modèles de comportement, pensée et opinions locales sur Guachimontones. Les modèles seront présentés dans ce texte comme des récits générationnels.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gnecco, Cristóbal. “Caminos de la arqueología: de la violencia epistémica a la racionalidad”, Bolet (...)
  • 2 Kojan, David et Dante Angelo. “Dominant narratives, social violence and the practice of Bolivian Ar (...)

1Avant d’introduire le cas du Guachimontones, nous voudrions partager quelques considérations sur les savoirs locaux générationnels des vestiges archéologiques dans les contextes latino-américains. Tout d’abord, l’intérêt porté pour leur étude émane de chercheurs tel que Gnecco1 et Kojan et Angelo2 qui se penchent sur l'imposition des discours nationalistes du passé indigène aux peuples autochtones sud-américains. Leur proposition considère la reconnaissance officielle de ces versions alternatives du passé, afin d’intégrer d’autres voix et d’articuler des patrimoines archéologiques pluriethniques. En accord avec eux, nous suggérons l’exploration des savoirs locaux sur les ruines et objets archéologiques comme la première tâche à réaliser. Dans les communautés rurales, les processus de socialisation sont basés sur la transmission de savoirs locaux entre générations. Ce type de connaissances se développent dans une zone géographique spécifique et comprennent des valeurs, croyances, coutumes et formes d'expression artistique.

  • 3 Mannheim, Karl. “The Problem of Generations”, dans Mannheim K. Essays on the Sociology of Knowledge(...)

2La transmission trans-générationnelle des savoirs locaux sur les vestiges précolombiens a pour résultat la production sociale de récits croisés à leur sujet. Ainsi, les personnes appartenant aux différentes générations peuvent partager ou ignorer certaines connaissances vis-à-vis d’un sujet spécifique. Selon Mannheim,3 les générations sont des modèles de comportement, pensée et opinion forgés par les individus qui partagent une histoire commune et qui sont liées par une conscience chronologique. En somme, une génération est un emplacement social spécifique où nous devons considérer le temps, l'espace, les expériences, les homogénéités et les hétérogénéités. Teuchitlán, en tant qu’ancien village d’origine préhispanique, et Guachimontones, comme site archéologique localisé à trois kilomètres, longtemps pillé et récemment ouvert au tourisme, sont les contextes idéaux pour explorer les savoirs locaux sur les vestiges précolombiens sur trois générations de résidents. Avec le soutien du Conseil National de la Science et de la Technologie du Mexique, nos avons effectué une recherche ethnographique parmi les résidents de Teuchitlán des années 2010 au 2012.

  • 4 Discipline nommé comme Ethnographie archéologique (Archaeological Ethnography) par Hamilakis, Yanni (...)

3L’approche générationnelle de cette recherche a répondu aux objectifs suivants : analyser les savoirs locaux sur Guachimontones en les recueillant par le biais des expériences des personnes de différents âges qui ont eu des contacts avec le site, explorer la manière dont les résidents expliquent les objets archéologiques qu’ils trouvent, et identifier les homogénéités et les hétérogénéités entre les récits générationnels recueillis. Nous avons composé un échantillon de quarante personnes : vingt hommes et vingt femmes, âgées de 15 à 93 ans. Ils ont été divisés en trois groupes : la première génération inclut les personnes de 51 à 93 ans, la deuxième, les individus de 31 à 50 ans et la troisième les jeunes de 15 à 30 ans. Les trois récits générationnels sur le site Guachimontones sont le résultat de l’analyse des discours, gestes et actions captés sur le terrain pendant deux ans. Séparant les réponses similaires en trois groupes, nous avons élaboré trois récits. Chaque récit est compris comme un modèle de comportement relatif aux ruines préhispaniques locales. Pourtant, la recherche est définie comme une ethnographie du patrimoine archéologique.4 Elle utilise des outils comme l’observation participante et l’entretien ethnographique et en profondeur, pour comprendre quelles idées représentent les évidences archéologiques du point de vue de l’individu.

Le passé préhispanique de Guachimontones et l’origine de Teuchitlán

  • 5 Dansac, Yael.“Son más que piedras: la biografía cultural de Los Guachimontones de Teuchitlán basada (...)
  • 6 Nomme régional donné aux résidents de Teuchitlán.

4La proximité géographique entre Guachimontones et le village de Teuchitlán a été un facteur décisif dans l’histoire des relations entre les deux espaces à travers les siècles. Comme explicité par Dansac,5 la biographie culturelle de Guachimontones est dictée par les dynamiques sociales qui l’ont entouré depuis l’époque préhispanique jusqu’aujourd’hui. Il y a environ 2000 ans, les sociétés préhispaniques qui vivaient autour du volcan de Tequila, dans l’ouest du Mexique, commençaient la construction de nombreux centres cérémoniels avec des structures architecturales circulaires d’un style unique au monde. Par sa taille et son extension, l’un d’entre eux était considéré comme le plus important de la région. Guachimontones, comme les teuchitlenses6 le nomment, est un centre cérémoniel qui est tombé en désuétude 1000 ans avant l'arrivée des Espagnols. Passant près de Guachimontones en 1530, les Espagnols ont trouvé seulement un village indigène appelé Teuchitlán, qui en langue nahuatl signifie « lieu dédié à la divinité». En 1837 le village de Teuchitlán a été nommé municipalité, rang qu’il a conservé jusqu'aujourd'hui.

  • 7 Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática. Anuario del año 2010 sobre el número de (...)

5En raison des sociétés préhispaniques qui ont habité ces environs, Teuchitlán est entouré par de nombreuses ruines circulaires et tombes à puits. Ces dernières sont des structures funéraires formées par des chambres situées dans le sous-sol et reliées à la surface par un tunnel étroit et vertical. Au cours de l'époque préhispanique, ces enceintes ont été utilisées pour enterrer les corps accompagnés de vaisselle céramique et de statuettes anthropomorphes en terre cuite, régionalement appelés monos. Actuellement Teuchitlán est localisé au pied du volcan de Tequila, à l’Ouest du Mexique. Le village contient 3569 habitants7 et est semi-urbanisé, disposant de rues pavées, de maisons de brique de terre cuite et de services d'électricité et d'eau. Les teuchitlenses se dévouaient traditionnellement aux activités agricoles et au bétail, mais récemment les jeunes et les adultes offrent des services et produits touristiques. La plupart des communautés dans la région, Teuchitlán inclus, ont un faible niveau de développement économique. Malgré cela, le trafic de touristes est considérable. En 2006 un morceau du territoire fut l’objet d’une déclaration de l’UNESCO en tant que Patrimoine de l’Humanité. Nommé Paysage d’agaves et anciennes installations industrielles de Tequila, il comprend le site archéologique du Guachimontones dans son polygone.

  • 8 Breglia Lisa. Monumental Ambivalence: The Politics of Heritage, Austin, University of Texas Press, (...)
  • 9 Dansac, Yael. “Conceptualizaciones autóctonas y etno-conocimientos sobre las ruinas prehispánicas e (...)

6La population de Teuchitlán ne se considère pas comme indigène à cause de l’absence d’individus qui parlent une langue autochtone, mais, comme dans tous les milieux ruraux de l’Amérique Latine, il y a un substrat culturel commun constitué par le métissage de deux cultures, la préhispanique et l’espagnole. Pourtant, il existe toujours une cosmovision du paysage en tant qu’une géographie sacrée, ou les éléments naturels sont sexués et les collines, montagnes, ruines, grottes et lacs sont habités par des esprits, vierges et saints. Dans l’univers rural latino-américaine existent des imaginaires sur les éléments anciens localisés dans le paysage. Des Auteurs comme Breglia8 soulignent que les activités de subsistance agricole favorisent les approches quotidiennes entre les populations et les vestiges archéologiquesprécolombiens. Comme le montrent les images présentées dans l’article de Dansac,9 il est possible d’observer dans les nombreuses maisons de Teuchitlán des pots préhispaniques, des monos et flèches de silex, trouvés par les teuchitlenses durant les travaux agricoles. Comme nous l’exposons dans les trois récits élaborés, les objets et les espaces précolombiens font partie de l’univers symbolique et physique de la population de Teuchitlán.

La voix des personnes âgées: hiérophanies et vicissitudes autour d’une relique

  • 10 Nomme qui désigne une propriété collective attribuée à un groupe de paysans pour y effectuer des tr (...)

7Parmi les adultes de la première génération de répondants, l'environnement naturel et culturel de Teuchitlán est généralement connu en détail. Les travaux agricoles et le pâturage du bétail les obligent à traverser les collines et vallées où la rencontre avec des objets archéologiques est habituelle. Les répondants masculins mentionnent avoir accompagné leurs parents à l’ejido10 à l'âge de six ans. La rencontre avec des morceaux de pots, des murs en pierre et même des ossements humains était plus récurrente quand les individus remuaient la terre pour planter les graines. Un paysan de cinquante ans explique : « on n’avait pas de tracteur, alors on semait à l’aide de mules. La charrue souvent exposait des morceaux de vaisselle céramique ou tepalcates. Nous ne les apprécions pas, mais nous savions que c’était des choses faites par les indiens ». Lorsqu'ils ont demandé à leurs parents « qu’est-ce que c’est ça? », ils leur répondaient que c’était les biens des indigènes qui construisirent et habitèrent les Guachis : les monticules de pierre et d’herbe d’environ 15 mètres de haut situés au nord-est de Teuchitlán, justement au pied du volcan de Tequila. Ces structures étaient sur un terrain agricole utilisé par plusieurs familles locales.

  • 11 Paredes-Maury, Sofía. Sobreviviendo en la selva : Las realidades del saqueo en las aldeas rurales d (...)

8« Les grands-parents dirent que les Guachis fonctionnèrent comme des tombes où les indiens enterraient leurs morts», c’est comme ça qu’une femme de soixante-onze ans a rappelé l’origine de ses premières connaissances sur le site archéologique local. Les monos étaient connus de la population locale, et très appréciés par les collectionneurs de la région et d’ailleurs. Comme conséquence de la demande de ces pièces, les paysans ont commencé à faire des trous dans les Guachis, en détériorant les structures. Selon trois ex-pilleurs locaux, âgés de plus de quatre-vingt ans, la meilleure époque pour eux court de l’année 1950 à 1980 car « même si le pillage était déjà interdit, nous sortions pendant la nuit pour trouver les tombes dans les collines car c’était comme trouver un trésor ». Chez les répondants âgés de plus de cinquante ans, les vestiges précolombiens sont associés aux feux follets, décrits comme des boules de feu flottantes visibles sur les collines au nord-est de Teuchitlán. Pendant l’enquête ethnographique les mentions de ces phénomènes lumineux étaient récurrentes, montrant l’existence d’un «folklore du pillage » comme le décrit Paredes-Maury11 parmi les pilleurs des sites mayas à Guatemala. Ce type de folklore se rapporte aux manifestations surnaturelles liées aux sites archéologiques, comme par exemple, écouter des voix parlant en langues anciennes, voir des esprits marcher au milieu des ruines et trouver des tombes souterraines signalées à la surface par des feux follets.

9À partir de 1960 des groupes d’archéologues américains arrivent dans la région du volcan de Tequila pour faire des fouilles archéologiques. Dans cet esprit, l’archéologue Phil Weigand a commencé à interroger quelques personnes âgées de Teuchitlán, qui lui ont montré les ruines locales, les Guachis. A partir de 1999, commencent les fouilles archéologiques, transformant le lieu pour l’ériger au rang de site archéologique de Guachimontones. Selon deux paysans qui ont semé des décennies autour des monticules, les explorations des archéologues et l’ouverture du site au public en l’an 2000 était sujet de mécontentement pour une partie de la population, surtout, pour les propriétaires des parcelles où le site était localisé. Avec les fouilles et la restauration des ruines, les monticules de terre et d’herbe longtemps pillés sont devenus « des pyramides » qui attiraient l’attention de la presse nationale. L’arrivée des touristes, nationaux et étrangers, a fini par transformer l’image de ce village, qui actuellement est une destination pour le tourisme culturel.

La voix des adultes : Guachimontones comme catalyseur du développement local

10« L’ouverture du site archéologique Guachimontones a positionné Teuchitlán sur la carte. Avant nous avions été oubliés, mais maintenant le Guachi est notre richesse et notre symbole ». C’est ainsi qu’un guide touristique de trente ans, fils d’un ex-pilleur, évalue le changement que le site a procuré à Teuchitlán. Le site archéologique en question accueillait 300 000 visiteurs, seulement en 2010, dont beaucoup provenaient de Tequila, une ville de l’autre côte du volcan. Avec la déclaration de l’UNESCO accordée en 2006 pour protéger le paysage d’agaves et le site archéologique Guachimontones, le gouvernement a décidé la construction d’une route touristique et le site archéologique est une des attractions. Devant le flux des visiteurs, plusieurs résidents de Teuchitlán ont suivi des cours pour avoir la certification de guide touristique. D’autres ont pris des cours pour devenir artisans. Ces deux phénomènes mettent en évidence la diversification des champs de travail à cause du tourisme. Certaines personnes ont inauguré des commerces et des restaurants. Aussi, la modernisation de l’infrastructure de Teuchitlán, l’embellissement des rues et la mise en place de panneaux qui indiquent la route pour arriver jusqu’au site, étaient des changement qui ne sont pas passés inaperçus auprès des résidents. Une femme de 45 ans qui mit en place un commerce de boissons qu’elle nomme « préhispaniques » a souligné qu’avec l’ouverture du site elle avait l’opportunité de « sortir de chez elle et faire quelque chose de productif, pour offrir quelques produits traditionnels aux touristes ».

11La valorisation des ruines précolombiennes locales en tant que site archéologique, patrimoine culturel et témoignage des sociétés ancestrales faisaient partie d’un processus. Selon le témoignage d’un répondant de 25 ans, « dans un premier temps, les avantages du tourisme ont été ignorés. Pour certaines personnes, il était ridicule de penser qu’un touriste arriverait là. Mais peu à peu, la plupart des habitants ont commencé à réaliser que Guachimontones était quelque chose d’important ». Les personnes âgées étaient les plus concernées car elles étaient habituées à la tranquillité et à l’isolement de leur village. Il est possible d’affirmer qu’il y a un changement de paradigme entre les adultes et leurs parents, car Guachimontones en tant que lieu et qu’espace a pris une importance complètement différente. Plusieurs répondants ont expliqué qu’actuellement c’est eux qui parlent aux parents de l’importance historique et architectonique du site, qui selon les archéologues est unique dans son genre.

  • 12 Dansac, Yael et González Lucía. “Voices about the Impacts of Tourism on the Agave Landscape: Compar (...)

12Comme l’analysent Dansac et González,12 les opinions sur les impacts du tourisme sur la population de Teuchitlán sont influencés en grande partie par les bienfaits et les préjudices individuels associés au tourisme. Parmi la plupart des répondants de la deuxième génération, le site est conçu comme un catalyseur du développement local et régional, car il a attiré l’attention nationale et internationale sur un territoire avec une richesse historique et naturelle remarquable. Dans la dernière décennie, l’image urbaine de Teuchitlán a été l’objet d’une transformation drastique. Des peintures murales des Guachimontones sont exposées sur les murs de l’Hôtel de ville et même à l’entrée du village. Le jardin au centre du village a été rénové et deux musées archéologiques ont été inaugurés. Le premier est localisé dans le centre de la ville et sa collection est composée de pièces ayant appartenu aux familles locales. Le deuxième est à l’entrée du site archéologique et les pièces exposées sont issues des fouilles archéologiques du site.

La voix des jeunes : « les pyramides » comme un héraut du passé

  • 13 Depuis 2012 l’entrée au site cessé d’être gratuit et maintenant elle a un prix établi.

13Parmi les répondants de la troisième génération, les collines et terres agricoles autour de Teuchitlán ne sont pas connues en détail. L’assistance aux cours scolaires a remplacé les travaux agricoles des enfants qui n’accompagnent plus leurs grands-parents aux ejidos. La reconnaissance des collines et sources d’eau, l’observation des feux follets dans la nature et la recherche de tombes à puits préhispaniques, sont des actions absentes des discours recueillis chez les jeunes. Il faut souligner aussi que cette génération naît dans un Teuchitlán disposant du statut de site archéologique, et que pour eux les activités de pillage archéologique ne sont pas très connues, ou même, complètement ignorées. Leurs connaissances du Guachimontones sont plus proches du discours des archéologues et des campagnes touristiques, que des savoirs locaux de leurs parents et grands-parents. Donc, le patrimoine archéologique est un concept très utilisé par les jeunes, qui à l’inverse des répondants âgés, visitent Guachimontones plusieurs fois par an.13

  • 14 Galinier, Jacques et Antoinette Molinié. Les Néo-Indiens. Une religion du IIIe Millénaire, Paris, O (...)

14A cause des contenus éducatifs scolaires sur le passé précolombien du Mexique et des voyages sur les autres sites archéologiques, les jeunes font des comparaisons architectoniques et historiques entre leur site local et des cités préhispaniques telles que Teotihuacán, Tula, Palenque ou Monte Alban. Avec ces expériences scolaires, leur appréciation du Guachimontones est insérée dans le paradigme patrimonial. Comme l’explique un étudiant de quinze ans, « notre site est un patrimoine de l’humanité hérité des ancêtres de Teuchitlán, la culture Guachimontón ». L’instauration des fêtes comme le festival du printemps attire de nombreux visiteurs du pays et d’ailleurs. L’ampliation du programme culturel de Teuchitlán est un motif de joie pour les jeunes, car « il y a plus choses à faire à Teuchitlán ». La fête de l’Equinoxe est un phénomène très mentionné dans les entretiens avec les jeunes, cet évènement prend place au début du mois de mars. Il rassemble des milliers de personnes non locales qui, vêtues de blanc, visitent « les pyramides » pour prendre de l’énergie. Des rituels de type New Age et néo-indien, comme ceux décrit dans l’ouvrage de Galinier et Molinié,14 se déroulent à Teuchitlán pendant trois jours.

15Le rapprochement entre les archéologues et les écoles locales était mentionné par trois étudiants de dix-sept ans. Ils affirment que les chercheurs ont visité leur école pour parler aux enfants et aux jeunes des découvertes dans les fouilles archéologiques du site. Cette information est transmise au reste de la famille par les jeunes, en construisant un nouveau flux des connaissances sur les Guachimontones. Même si les parents leur ont raconté des images sur les monticules de pierre recouverts par l’herbe, le premier contact des jeunes avec les objets archéologiques survient dans les musées locaux et cette approche plus formelle avec les vestiges a une grande influence sur les discours des répondants.

Guachimontones : objet quotidien, produit touristique et patrimoine de l’UNESCO

16Le cycle diachronique de significations sociales des objets et des espaces associés à des cultures préhispaniques à Teuchitlán, exposées dans cet article, prouve l’existence d’un phénomène culturel en construction et en transformation. Avec cette ethnographie du patrimoine archéologique effectuée à Teuchitlán, la compréhension de l’imaginaire et la mémoire sociale autour de Guachimontones et d’autres vestiges archéologiques locaux, s’est élargie. Les trois récits générationnels exposés dans ce texte représentent les changements des différents modèles de comportement et d’interaction avec un lieu millénaire à travers le temps.

17Il est important de souligner que la valorisation de Guachimontones en tant que patrimoine archéologique et culturel a pour point de départ une initiative extérieure à la communauté de Teuchitlán, et pourtant, l’ouverture du site était un sujet difficile à accepter surtout chez les répondants de la première génération. Mais la modernisation et l’ouverture touristique de Teuchitlán sont des processus devenus imparables, donc, les consultations publiques prennent un caractère vital pour concilier les positions. Aujourd’hui, quatorze ans après l’ouverture du site archéologique Guachimontones et huit ans après la déclaration de l’UNESCO qui le protège, les résidents de Teuchitlán font face à un avenir où l’interaction avec les ruines doit envisager la conservation du patrimoine archéologique local et son exploitation responsable.

Haut de page

Bibliographie

Breglia Lisa. Monumental Ambivalence: The Politics of Heritage, Austin, University of Texas Press, 2006.

Dansac, Yael. Conceptualizaciones autóctonas y etno-conocimientos sobre los vestigios prehispánicos en el folclore rural. Notas de la exploración del patrimonio etnológico de Teuchitlán, México”, 2012, 25(1), p. 90-101.

Dansac, Yael. “Son más que piedras: la biografía cultural de Los Guachimontones de Teuchitlán, basada en testimonios orales”, TRACE, Travaux et recherches dans les Amériques du Centre, 2013, p. 64, 55-68.

Dansac, Yael et Lucía González. Voices about the impacts of Tourism in the Agave Landscape: Comparison between Tequila and Teuchitlan, México, International Journal of Tourism Anthropology, 2014, 3(4), p. 325-341.

Galinier, Jacques et Antoinette Molinié. Les Néo-Indiens. Une religion du IIIe Millénaire, Paris: Odile Jacob, 2006.

Gnecco, Cristóbal. Caminos de la arqueología: de la violencia epistémica a la racionalidad”. Boletín del museo paraense Emílio Goeldi Ciências Humanas, 2009, vol 4-1, p. 15-26.

Hamilakis, Yannis et Aris Anagnostopoulos. What is Archeological Ethnography?, Public Archaeology: Archaeological Ethnographies, 2009, vol 8, 2-3, p. 65-87.

Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática. Anuario del año 2010 sobre el número de habitantes por municipio.
URL: sieg.gob.mx/contenido/Municipios/Teuchitlan.pdf, consulté le 10 janvier 2015.

Kojan, David et Dante Angelo. Dominant narratives, social violence and the practice of Bolivian Archaeology. Journal of Social Archaeology, 2005, 5-3, p. 383-408.

Mannheim, Karl. The Problem of Generations, dans Mannheim K. Essays on the Sociology of Knowledge, Londres, RKP, 1952, p. 276-322.

Paredes-Maury, Sofía. Sobreviviendo en la selva : Las realidades del saqueo en las aldeas rurales del Petén, Guatemala. FAMSI, 2005. Consulté le 10 janvier 2015.
URL : http://www.famsi.org/reports/95096es/

Haut de page

Notes

1 Gnecco, Cristóbal. “Caminos de la arqueología: de la violencia epistémica a la racionalidad”, Boletín del museo paraense Emílio Goeldi Ciências Humanas, 2009, vol 4-1, p. 15-26.

2 Kojan, David et Dante Angelo. “Dominant narratives, social violence and the practice of Bolivian Archaeology”, Journal of Social Archaeology, 2005, vol 5-3, p. 383-408.

3 Mannheim, Karl. “The Problem of Generations”, dans Mannheim K. Essays on the Sociology of Knowledge, Londres, RKP, 1952, p. 291.

4 Discipline nommé comme Ethnographie archéologique (Archaeological Ethnography) par Hamilakis, Yannis et Aris Anagnostopoulos. “What is Archeological Ethnography?”, Public Archaeology: Archaeological Ethnographies, 2009, vol 8-, 2-3, p. 65-87.

5 Dansac, Yael.“Son más que piedras: la biografía cultural de Los Guachimontones de Teuchitlán basada en testimonios orales”, TRACE. Travaux et Recherches dans les Amériques du Centre, 2013, vol. 64, p. 55-68.

6 Nomme régional donné aux résidents de Teuchitlán.

7 Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática. Anuario del año 2010 sobre el número de habitantes por municipio. URL: sieg.gob.mx/contenido/Municipios/Teuchitlan.pdf, consulté le 10 janvier 2015.

8 Breglia Lisa. Monumental Ambivalence: The Politics of Heritage, Austin, University of Texas Press, 2006.

9 Dansac, Yael. “Conceptualizaciones autóctonas y etno-conocimientos sobre las ruinas prehispánicas en el folclore rural. Notas de la exploración del patrimonio etnológico de Teuchitlán, Mexico”, Apuntes, 2012, vol 25-1, p. 90-101.

10 Nomme qui désigne une propriété collective attribuée à un groupe de paysans pour y effectuer des travaux agricoles.

11 Paredes-Maury, Sofía. Sobreviviendo en la selva : Las realidades del saqueo en las aldeas rurales del Petén, Guatemala. FAMSI, 2005, p.28. URL : http://www.famsi.org/reports/95096es/ , consulté le 10 janvier 2015.

12 Dansac, Yael et González Lucía. “Voices about the Impacts of Tourism on the Agave Landscape: Comparisons between Tequila and Teuchitlan”, International Journal of Tourism Anthropology, 2014, vol. 3-4, p. 325-341.

13 Depuis 2012 l’entrée au site cessé d’être gratuit et maintenant elle a un prix établi.

14 Galinier, Jacques et Antoinette Molinié. Les Néo-Indiens. Une religion du IIIe Millénaire, Paris, Odile Jacob, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yaël Dansac, « Un patrimoine polysémique : récits générationnels sur les Guachimontones de Teuchitlán (Mexique) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Questions du temps présent, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68270 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.68270

Haut de page

Auteur

Yaël Dansac

Doctorante en Anthropologie Sociale et Ethnologie, Laboratoire d'Anthropologie et d'Histoire de l'Institution de la Culture, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.
dansac.yael@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page