Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesExtraits de thèses2015La sédition militaire de Semana S...

2015

La sédition militaire de Semana Santa de 1987. Le peuple au secours du régime démocratique argentin

La sedición militar de Semana Santa del 1987. El pueblo en defensa del régimen democrático
Jérémy Rubenstein

Résumés

Notre thèse de doctorat porte sur la crise de Semana Santa, un soulèvement militaire qui a provoqué l’une des plus grandes mobilisations populaires du XXéme siècle argentin, entre le 16 et le 19 avril 1987. Elle s’introduit dans les histoires respectives du système judiciaire, de l’Armée, des partis politiques, des médias et du Mouvement des Droits de l’Homme afin de rendre compte de la complexité de l’événement. Elle démontre comment la mobilisation populaire est le résultat d’un changement culturel, qui implique tous les acteurs susnommés, initié avec le nouveau régime démocratique fondé en 1983. Notre thèse cherche aussi des méthodes pour replacer le peuple, comme acteur politique, dans l’historiographie actuelle. Pour cela elle s’inscrit dans l’historiographie de la mémoire, à laquelle elle apporte le concept de « mémoire active » qui permet de dépasser l’approche commémorative du phénomène mémoriel.

Haut de page

Notes de l’auteur

Thèse soutenue le 10 juin 2014, et obtenue avec la mention « très honorable » et les félicitations à l’unanimité du jury présidé par M. Enzo Traverso, composé de :
Mme Marina Franco, Professeur, Universidad Nacional San Martín, rapporteur
M. Gilles Bataillon, Professeur, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, rapporteur
Mme. Annick Lempérière, Professeur, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, directrice de thèse
M. Enzo Traverso, Professeur, Université de Picardie
M. Pascal Ory, Professeur, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne

Texte intégral

Introduction du Chapitre 6 intitulé « La mémoire active du peuple. La construction d’une culture des droits de l’Homme »

1Nous nous sommes efforcés de rendre compte du surgissement du peuple durant les journées de Semana Santa à travers le repositionnement des acteurs politiques de la crise (chapitre 4) puis par son traitement dans la presse (chapitre 5). Nous avons insisté sur ce terme de peuple, pourtant peu commode, afin, entre autres, de bien établir que la mobilisation populaire dépasse les clivages partisans et sociaux argentins. Nous n’avons cependant encore offert aucune explication à l’irruption du peuple. En effet, nous avons montré le rôle fondamental des appels sectoriels à la mobilisation – qu’ils proviennent des partis, des syndicats, du gouvernement ou des multiples organisations qui ont immédiatement réagi – et, dans le même temps, avons affirmé que ceux-ci ne suffisaient pas à établir la présence du peuple. De sorte qu’il convient maintenant de saisir quel est le liant du peuple ou le moteur de sa mobilisation ; en d’autres termes, ce qui constitue, durant ces quatre jours de mobilisation populaire, le peuple en tant que sujet politique.

  • 1 Vincent Lemire et Yann Potin, « “Ici on noie les algériens.” Fabriques documentaires, avatars polit (...)
  • 2 Crenzel, Emilio La historia política del nunca más. La memoria de las desapariciones en la argentin (...)
  • 3 Danielle Tartakowsky, « Quand la rue fait l'histoire », Pouvoirs, 2006/1 n° 116, p. 19-29.
  • 4 Rousso, Henry, Le syndrome de Vichy : De 1944 à nos jours, Paris, Ed. Le Seuil, Coll. « Points/Hist (...)

2Notre thèse comporte d’indéniables aspects d’une lapalissade, tant il est évident que le peuple réagit contre un passé qui se présente sous la forme d’un nouveau coup de force militaire. De sorte que dire, comme l’affirme centralement notre thèse, que la mémoire est le principal moteur de la mobilisation et l’aspect unificateur de celle-ci frise le truisme dont un doctorat pourrait bien se passer. Néanmoins, la nature peu palpable de la mémoire complique déjà singulièrement la démonstration de sa présence, d’une part et, de l’autre, le rôle mobilisateur – directement agissante et non pas commémorative – que nous offrons à la mémoire inscrit notre travail dans une historiographie de la mémoire encore peu explorée. En effet, l’histoire de la mémoire est dominée par l’étude de vecteurs (lieux, discours politiques, produits culturels, associations) qui portent la mémoire étudiée ; il s’agit d’une méthode historiographique à laquelle nous avons largement recours, en particulier dans ce chapitre. Nous nous inscrivons pleinement dans cette historiographie, de sorte qu’il ne s’agit aucunement de la remettre en question mais d’aborder un aspect des effets de la mémoire qu’elle n’a guère l’occasion d’explorer. Schématiquement, une étude historienne sur la mémoire se focalise sur un ou plusieurs vecteurs et en montre les évolutions dans le temps. Par exemple, Vincent Lemire et Yann Potin1 montrent comment le graffiti « Ici on noie des Algériens » a laissé des traces – en particulier une photographie – qui ont permis à la mémoire du massacre du 17 octobre 1961 de se frayer un chemin quelque peu souterrain durant quarante ans avant sa reconnaissance officielle par la mairie de Paris. Plus proche de nous, Emilio Crenzel a montré les différents usages et significations qu’a acquis le rapport de la CONADEP, Nunca Más, depuis son élaboration en 1984 jusqu’aux années 20002. Nous pourrions multiplier les exemples où un vecteur est étudié dans le temps, mais ces études ont rarement l’occasion de montrer un effet autre que commémoratif de la mémoire, les institutions qui prennent en charge cette commémoration ou les usages de la mémoire adoptés par des secteurs qui la portent. Or, la particularité de l’événement que nous étudions nous offre la possibilité d’aborder une mémoire mobilisatrice ou une « mémoire vive » pour reprendre l’expression de Danielle Tartakowsky3. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que nous citons ce dernier auteur, l’historienne traite précisément de la mémoire à l’intérieur de la manifestation et la manifestation comme « relais et vecteur de l’histoire ». C’est-à-dire qu’elle s’intéresse aux aspects de différentes manifestations qui mobilisent un passé dans sa marche, qui « fait histoire » en même temps qu’elle se réclame de l’histoire. Il faut cependant remarquer que les mobilisations populaires de Semana Santa sont moins des manifestations (dans le sens d’un défilé d’un endroit à un autre) que des concentrations à des endroits précis, certains traditionnels dans l’espace politique et symbolique de Buenos Aires (devant le Congrès et sur la Place de Mai), d’autres spécifiques à la crise en cours (devant les casernes, celle de Cordoba puis, surtout, de Campo de Mayo dans la province de Buenos Aires). Pour bien illustrer notre propos, nous pourrions effectuer une comparaison. Lorsque Henry Rousso analyse magistralement la cérémonie du transfert du corps de Jean Moulin au Panthéon4, il dresse en creux un tableau politique de la France de 1964 particulièrement pointu. Autrement dit, la mémoire de la Résistance est conçue comme un observatoire qui permet, non pas d’étudier la Seconde Guerre Mondiale mais la configuration politique française de 1964. C’est dans ce sens que nous comprenons l’histoire politique de la mémoire. Cet outil nous permettrait, par exemple, de dresser un tableau de la configuration politique argentine en 2004, à travers l’analyse de la cérémonie du retrait du portrait de Jorge Videla de la galerie des chefs d’Etat de l’ESMA par le président Nestor Kirchner. Cette analyse ne manquerait certainement pas d’intérêt mais nous avons choisi une scène qui ne respecte guère un protocole : une crise ouverte où le peuple est l’acteur central. Ce choix transforme la place que nous offrons à la mémoire, qui n’est plus seulement un observatoire du politique mais aussi le principal moteur de l’événement.

  • 5 Pascal Ory, L’histoire culturelle, Paris, Ed. PUF, coll. « Que sais-je ? », ed. électronique 2011 ( (...)

3Comme nous le disions, nous voulons aborder cette « mémoire vive » peu explorée par l’historiographie de la mémoire mais, dans le même temps, nous nous inscrivons dans cette dernière historiographie très attachée aux vecteurs culturels. Nous montrons dans ce chapitre comment le peuple surgit dans la rue comme le résultat d’une profonde mutation culturelle autour des droits de l’Homme qui deviennent une préoccupation centrale des Argentins. Cette mutation ne s’effectue pas sans des produits culturels concrets que nous abordons comme des vecteurs de mémoire, dont il convient de retracer les élaborations et d’évaluer la réception. En ce sens, nous nous inscrivons dans une histoire culturelle, ou plus exactement, nous utilisons des outils de l’histoire culturelle5 pour poursuivre notre travail d’histoire politique. Nous avons choisi, comme sources, des produits culturels de masse en fonction de l’impact qu’ils ont eu – qui dépasse largement un secteur particulier – et de leur thématique, centrée sur la disparition de personnes. Ainsi, nous analyserons la performance, entre l’art et la politique, du Siluetazo (1983), le rapport officiel de la CONADEP sur les disparitions de personnes Nunca Más (1984), le Procès aux Juntes (1985) – plus exactement Le Diario del Juicio, soit le dérivé culturel du procès le plus diffusé durant son déroulement –, le film La noche de los lapices (1987) et, enfin, le pañuelazo des Mères de 1987.

  • 6 Ce qui est appelé, durant la période que nous étudions, le Mouvement des Droits de l’Homme (MDH) es (...)

4Cet ensemble de produits culturels de masse nous introduira, en creux, dans le Mouvement des Droits de l’Homme (MDH)6 à travers ses positionnements par rapport à chacun d’entre eux. A l’intérieur du MDH, nous suivrons plus spécifiquement les Mères de la Place de Mai (MPM). La focalisation sur cette organisation est arbitraire dans la mesure où les MPM sont très peu représentatives des positions de l’ensemble du mouvement, dans lequel elles occupent souvent une place marginale, voire refusent d’y être associées. Néanmoins, outre le fait qu’elles sont l’organisation la plus emblématique du MDH du fait de leur visibilité, nationale et internationale, elles occupent un pôle sur l’échiquier politique des droits de l’Homme. Les positions des autres organismes du MDH et du gouvernement peuvent toujours se situer en fonction de celles, souvent bien différenciées, des MPM. Enfin, nous nous intéressons à un changement culturel dont les Mères sont les porteuses et la première et plus visible expression. Cette dernière constatation mènera ce chapitre à s’interroger sur le paradoxe qui veut que le thème des droits l’Homme s’installe dans la société argentine dans le même temps que les MPM – et plus largement le MDH – sont marginalisées. Pour résoudre ce paradoxe, il conviendra certes de suivre l’évolution ou la radicalisation des Mères mais aussi de comprendre et réévaluer un ressort central de l’installation des droits de l’Homme dans la culture politique du pays, à savoir le « mythe de la victime innocente ».

Haut de page

Notes

1 Vincent Lemire et Yann Potin, « “Ici on noie les algériens.” Fabriques documentaires, avatars politiques et mémoires partagées d’une icône militante (1961-2001) », Genèses, n° 49, décembre 2002, p. 141-161.

2 Crenzel, Emilio La historia política del nunca más. La memoria de las desapariciones en la argentina, Buenos Aires, Ed. Siglo XXI, 2008, 270 p.

3 Danielle Tartakowsky, « Quand la rue fait l'histoire », Pouvoirs, 2006/1 n° 116, p. 19-29.

4 Rousso, Henry, Le syndrome de Vichy : De 1944 à nos jours, Paris, Ed. Le Seuil, Coll. « Points/Histoire », 1990 (1987), 420 pages, pp.100-117.

5 Pascal Ory, L’histoire culturelle, Paris, Ed. PUF, coll. « Que sais-je ? », ed. électronique 2011 (2004).

6 Ce qui est appelé, durant la période que nous étudions, le Mouvement des Droits de l’Homme (MDH) est constitué de neuf organismes unis dans la dénonciation des violations des droits de l’Homme durant la dictature. A l’intérieur du MDH, on distingue habituellement les organisations de personnes directement affectées par la répression des autres. Ces dernières comptent la Liga Argentina por los Derechos del Hombre fondée en 1937, le Servicio Paz y Justicia (SERPAJ) fondée en 1974, la Asemblea Permanente por los Derechos Humanos (APDH) fondée en décembre 1975, le Movimiento Ecuménico por los Derechos Humanos (MEDH) fondé en février 1976, ainsi que le Movimiento Judío por los Derechos Humanos (MJDH) qui apparaît en 1983, et le Centro de Estudios Legales y Sociales (CELS) fondé en mai 1980. Les organisations de personnes directement affectées comptent les Familiares de Detenidos y Desaparecidos por Razones Políticas qui se constitue durant les derniers mois de 1976, les Madres de Plaza de Mayo (MDM) apparaît en avril 1977, desquelles naissent les Abuelas de Plaza de Mayo à partir d’octobre 1977. Pour bien saisir à la fois les différences entre chaque organisme et ce qui les unit dans un même mouvement, voir Elizabeth JELIN, « La política de la memoria : el Movimiento de Derechos Humanos y la construcción democrática en la Argentina », dans Carlos ACUÑA et al., Juicio, castigos y memorias. Derechos humanos y justicia en la política argentina, Buenos Aires, Ed. Nueva Visión, 1995, 272 pages, p. 101-146.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémy Rubenstein, « La sédition militaire de Semana Santa de 1987. Le peuple au secours du régime démocratique argentin »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68331 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.68331

Haut de page

Auteur

Jérémy Rubenstein

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search