Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesComptes rendus et essais historio...2015Anaïs Fléchet, Marie-Françoise Lé...

Laurent Vidal

Anaïs Fléchet, Marie-Françoise Lévy, Littératures et musiques dans la mondialisation, XXe-XXIe siècles

Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, 288 p.
Référence(s) :

Anaïs Fléchet, Marie-Françoise Lévy, Littératures et musiques dans la mondialisation, XXe-XXIe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015, 288 p.

[18/09/2015]

Texte intégral

1Au grand débat qui a mobilisé la scène européenne et mondiale dans les années 1990, sur la nécessité de tenir compte de l’exception culturelle dans les accords de libre-échange économique, voici une étonnante contribution : non la culture n’échappe pas à la mondialisation ! Les modifications qu’elle subit du fait de cette mondialisation (notion prise ici dans une acception très large et pas seulement restreinte au domaine économique) sont justement au cœur de cette réflexion collective.

2Actes d’un colloque, lui-même précédé de journées d'études, cet ouvrage collectif s’inscrit dans le champ des circulations culturelles transnationales contemporaines, en privilégiant deux objets d’analyse : la musique et la littérature. Pas moins de 19 auteurs ont été conviés par Anaïs Fléchet et Marie-Françoise Lévy : historiens, musicologues, spécialistes de littérature, traducteurs ou spécialistes de la diplomatie culturelle. Y sont évoquées des figures comme Paul Claudel, Daniel Barenboim, Milan Kundera ou Gilberto Gil ; mais aussi le jazz, le tango, les musiques juives, les littératures argentines, françaises, tchèques, les festivals (comme « Etonnants voyageurs ») et institutions culturelles, les livres et leurs traducteurs, les chansons et leurs circulations…

3Ainsi que l’expliquent les organisatrices dans leur introduction, les études réunies se situent dans une double dynamique historiographique : le renouveau de l’approche historienne de la littérature et l’intérêt récent des historiens pour la musique. Par une « approche croisée de deux univers artistiques », les auteurs ont tous été conviés à une réflexion sur la « circulation contemporaine des mots et des sons ». Un plan en échelles emboîtées a été privilégié : de la diplomatie culturelle aux échanges culturels internationaux ; des circulations-interprétations à la culture-monde et à la mondialisation culturelle. Complété par une très belle bibliographie et un index des personnes, cet ouvrage prétend (et tient sa promesse !) être un outil de référence pour comprendre les enjeux culturels de la mondialisation.

4L’ouvrage s’ouvre par la figure d’un dramaturge-diplomate, Paul Claudel, qui invitait à « aller chercher aux quatre coins de l’univers des images et des figures pour en composer un prodigieux concert », et se clôt (ou presque) sur celle d’un musicien, Gilberto Gil, qui en tant que ministre de la culture du gouvernement Lula, a fait de la musique, et de ses concerts (qu’il proposait alors gratuitement), un élément de diplomatie. En témoigne ce concert organisé au siège de l’ONU, en septembre 2003, en hommage au diplomate brésilien Vieira de Mello, victime d’un attentat en Irak, et à la fin duquel il a invité le secrétaire général Kofi Annan à le rejoindre sur scène pour l’accompagner aux congas. En témoignent aussi ces nombreux autres concerts en hommage au Mercosul, à l’Afrique, à la communauté des pays de langue portugaise. Au-delà de la notion de world music, pour laquelle il a remporté plusieurs grammy awards, le parcours du ministre Gilberto Gil témoigne de « l’importance du facteur politique dans le processus de mondialisation musical ».

5Parmi les différentes études de cas proposées, citons, non pas en raison d’une qualité supérieure, mais d’un intérêt particulier de lecteur, un bel article sur Milan Kundera et la littérature tchèque, qui nous fait découvrir un occident oublié, timoré, meurtri, fragile, mais qui, grâce à la traduction et à la circulation de ses œuvres littéraires (à l’exemple de celles de Kundera) a trouvé un élément de survie de l’œuvre : « la littérature n’existe pas sans sa circulation ». Les travaux de Michel Riaudel sur la littérature brésilienne, comme l’étude des multiples traductions de l’Odyssée et des Mille et une nuits prouvent bien que les traductions sont des « lieux de la mise en pratique du transfert culturel ».

6Laurent Cugny, dans son étude sur la réception du jazz en France, s’interroge sur la façon dont est reçue une musique et un style nouveaux : au travers de quels cadres mentaux et culturels ? Alors que les premiers critiques ont du mal à s’émanciper de leur culture musicale européenne, écrite et savante, ne faudrait-il pas plutôt, comme nous y invitent tour à tour Philippe Soupault et Michel Leiris, privilégier l’appréhension des émotions et de la sensualité ? Ne faudrait-il pas accepter en somme l’impossibilité première d’un discours savant, et chercher une autre voie pour rendre compte de l’irruption d’une forme culturelle nouvelle ?

7Jean-Sébastien Noël présente pour sa part les grands moments de l’invention d’une vie musicale israélienne, avant même la fondation de l’Etat d’Israël, en soulignant « l’évolution de compositeurs formés à la tradition européenne vers une expression musicale à la fois esthétiquement et politiquement israélienne » (que l’on qualifie de « style méditerranéen »). S’appuyant de manière critique sur l’invitation d’Eric Werner à croiser l’approche morphologique de la musique avec l’étude des circulations et migrations des compositeurs, pour comprendre les évolutions musicales au sein de la diaspora juive, il étudie d’autres transformations de la musique juive, à l’exemple de la musique Klezmer (des juifs d’Europe de l’est) aux Etats-Unis. L’auteur nous montre que les compositeurs ont nourri leur répertoire et rythme de l’expérience du monde américain, pour créer un style nouveau, une évolution en somme comparable à celle qui a donné forme au style méditerranéen. Cette scène klezmer va même dialoguer avec les musiques d’Israël, en « folklorisant des chansons israéliennes contemporaines » pour répondre à la demande de l’industrie discographique états-unienne. Au total il ressort une musique en évolution constante, par les déplacements et contacts culturels de ses musiciens et compositeurs.

8Qu’ajouter de plus à ce beau travail collectif ? Peut-être, mais il faut prendre cela comme un penchant personnel, la question du rythme aurait-elle pu être posée : comment s’inscrivent précisément les circulations culturelles parmi les rythmes de la mondialisation ? Est-ce dans les temps forts ou dans les creux que les rencontres les plus fertiles ont lieu ? En quoi la rencontre des rythmes culturels et sociaux, que favorise ou oblige la mondialisation, affecte-t-elle les créations et productions culturelles, mais aussi les diffusions ? Mais ces quelques questions ne sont que des invitations à creuser un sillon fertile, promettant encore de très belles récoltes historiographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Vidal, « Anaïs Fléchet, Marie-Françoise Lévy, Littératures et musiques dans la mondialisation, XXe-XXIe siècles », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Comptes rendus et essais historiographiques, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68382 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.68382

Haut de page

Auteur

Laurent Vidal

Professeur des Universités
Université de La Rochelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search