Navigation – Plan du site
Débats | 2015
Systèmes de nomination, mobilité et instabilité anthroponymique moderne – Coord. Gregorio Salinero
Gregorio Salinero

Systèmes de nomination, mobilité et instabilité anthroponymique moderne

[18/09/2015]

Résumés

Les travaux d’anthroponymie sont pris entre deux orientations contradictoires : rendre compte de la très grande diversité des formes de nomination et des changements de noms ; tenter de dégager de la somme des cas originaux quelques règles claires. Sans doute faut-il s’efforcer de définir ce que sont les systèmes de nomination. Pour le cas de l’Espagne moderne, la question se pose de savoir comment et dans quelle mesure s’enracinent les pratiques consistant à donner aux enfants un double nom de famille. Plutôt que de postuler l’évolution vers un horizon anthroponymique stable réduit à quelques formes régionales, il convient de faire l’hypothèse de l’instabilité anthroponymique moderne très largement alimentée par les grands phénomènes migratoires qui atteignent une ampleur sans précédent. Rarement doté d’un solide patrimoine onomastique, le nom du migrant alimente un pari contre le passé et une stratégie pour l’avenir. Son nom est un piètre viatique pour espérer réussir ailleurs : est-il excessif de dire qu’il n’est pas de changement de lieux sans changement de nom ? Le nom, authentique ou revendiqué, est l’une des clés d’accès aux réseaux de pouvoir. Une logique d’alliance bien éloignée des principes lignagers travaille donc au cœur des pratiques de nomination. Parions que la très grande richesse documentaire de l’époque moderne permette la mise au jour de très beaux exemples et de nombreuses nuances régionales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Se reporter aux publications de la série des rencontre d’Azay-Le-Ferron commencées en 1986 et au tr (...)

1Plus que d’autres, les travaux d’anthroponymie sont partagés entre deux orientations contradictoires : d’une part, ils s’efforcent de rendre compte de la très grande diversité des formes de nomination, des changements de noms, de l’apparition de modes, de l’irréductible diversité des comportements et des contextes ; d’autre part, et le plus souvent au moyen de la statistique, ils tentent de dégager de la somme des cas originaux des règles de transmission, les contours de quelque système de nomination. La mise au jour de tels systèmes de nomination par les travaux remarquables des historiens médiévistes n’équivaut nullement (comme on pourrait être porté à le croire par erreur) à postuler que l’époque moderne voit triompher la stabilité anthroponymique. Bien au contraire, ces travaux ont ancré les questions de la dénomination des individus dans la diversité et la turbulence1. En effet, si des chaînes de nomination plus complexes apparaissent et se répandent, il n’en demeure pas moins que les noms des individus sont très changeants. Les transformations qu’engendre l’adoption de ces nouvelles références provoquent des tensions nées entre celles-ci et les modalités onomastiques plus anciennes qui limitent à un seul nom l’appellation des individus. Ainsi, des populations dépourvues de nom de famille semblent subsister au xixe siècle. En 1835 l’administration du Royaume des deux Sicile constate (sans s’émouvoir) qu’il est de nombreux villages dans lesquels « presque aucune famille n’a de nom de famille », peut-être un faux semblant. Les résultats des études médiévales n’induisent donc pas d’évolution linéaire vers des systèmes stables et intégrateurs des individus. Il faut comprendre tout au contraire que si de nouveaux systèmes de nomination se mettent en place, les individus eux, continuent de changer de nom, de passer d’un cadre nominal à un autre ou bien de se mouvoir, au gré des besoins, au sein d’un même appareil de référence.

Des systèmes de nomination

  • 2 B. Gainot, Les officiers de couleur dans les armées de la République et de l’Empire (1792-1815), Pa (...)

2La formule « système de nomination » souffre d’une certaine carence conceptuelle. D’ordinaire, elle désigne seulement la forme structurale du module de nomination et ses modalités de transmission : ensemble prénom et nom de famille simple ou double auquel peut se superposer un surnom ; chaîne de nomination plus complexe telle que celle du nom arabe, ism, kunya, laqab, nisba  auxquels vient s’ajouter un surnom. Mais la notion, délimitée de la sorte ne semble pas suffisante pour l’époque moderne. Ainsi, les noms de guerre attribués aux recrues par les commissaires aux guerres des régiments français du xviiie siècle prenaient-il sens dans le cadre militaire, La Fleur, Hercule et plus ironique, La Paix2. Qui plus est, les hommes étaient enregistrés sous ces noms et cette pratique répondait à une chronologie variable. La question se pose donc de savoir si nous n’avons pas à faire là à un authentique système de nomination. Aussi faut-il sans doute s’efforcer aujourd’hui de mieux définir ce que sont ces systèmes. Comptons au moins quatre aspects qu’il est nécessaire de définir pour s’assurer qu’existe bien un système de nomination.

3- Un système de nomination repose sur des processus d’établissement et de transmission d’un ou plusieurs noms et dont on peut relever les multiples configurations (ainsi pour le seul cas des noms d’ascendants immédiats, les formes X filius domini Y / X filius YZ ou XZ filius YZ), des compositions reconnaissables et démontrant une certaine permanence. Le plus remarquable ici est le passage du système à un nom personnel (prénom, nom de baptême) à un système à deux noms aux configurations multiples, qui recourt bien souvent au patronyme. Cette nouvelle référence est cependant bien loin d’équivaloir à l’éclosion générale d’un nom de famille puisque le second nom n’est pas toujours transmis pour permettre de désigner un groupe de descendants.

  • 3 Plusieurs auteurs ont fait remarquer qu’il ne fallait pas trop vite réduire l’importance des liens (...)

4- Un éventail de significations est attaché aux noms : nom lié à une origine, à une activité ou à une catégorie socioprofessionnelle, prénoms et noms de familles. Mais dans cet ensemble, il nous faut surtout distinguer des réalités bien différentes : d’une part, la quête de l’origine du nom, de son sens étymologique ou religieux par les historiens ou les contemporains de l’époque moderne ; d’autre part le sens perçu par les individus qui en font usage et la société dans laquelle ils se meuvent. En somme la reconnaissance des connotations du nom qui induit certaines formes d’efficience de celui-ci, la garantie d’un bon accueil de l’individu, des faveurs, ou au contraire le rejet et la méfiance. Il ne faut donc pas négliger l’efficacité sociale du nom. En Nouvelles Espagne, les Peralta (en principe navarrais), les Maldonado (censés venir de Salamanque) bénéficient d’une certaine clémence de l’administration espagnole dans laquelle plusieurs branches de ces familles ont fait carrière. Le nom, authentique ou revendiqué, est en effet l’une des clés d’accès aux réseaux de pouvoir. Une logique d’alliance bien éloignée des principes lignagers travaille donc au cœur des pratiques de nomination3.

5- Les noms prennent sens dans un domaine territorial d’expression et de reconnaissance, compris parfois par les historiens comme autant d’aires culturelles. Celles-ci, caractérisées par une langue et des systèmes de référence propres, donnent une couleur particulière aux noms. Ces aires, délimitées par une certaine homogénéité du stock nominal permettent d’étudier les mouvements migratoires par les noms. L’apparition d’un nom exceptionnel (l’apax des statisticiens) désignant l’appartenance de ceux qui le portent à la catégorie des migrants. Ce qui pouvait être un boulet pour l’individu s’avère donc être une aubaine pour le statisticien. Quelquefois, les modernistes pourront étudier à la manière des médiévistes les migrations et la mobilité sociale par les noms ; mais plus généralement l’étude des noms doit bien plutôt être faite à partir de l’étude des migrations et des groupes sociaux et professionnels.

6- Enfin, il est un temps des noms, une durée et une chronologie de leur pérennité, de celle de leur perception et de leurs changements. La césure du xive siècle qui délimite les débuts de la montée en force d’un système à deux noms est bien loin d’être pertinente partout. La finesse de la chronologie est sans doute très variable selon la période et les sources. Avec une toute autre précision chronologique, les sociologues et contemporanéistes ont constaté qu’en France au cours des années 1970-1980, les élites, pour se distinguer, donnaient de préférence des prénoms composé à leurs enfants ; certains devenant objet de caricature (tel Charles Édouard) la tendance c’est infléchie en faveur de la brièveté et de la rareté des prénoms, l’apax vertueux en somme. Pour le cas de l’Espagne moderne la question se pose de savoir quand, comment et dans quelle mesure, s’enracinent les pratiques consistant à donner aux enfants le nom du père ou de la mère, voire, au-delà, un nom de la branche paternelle et un nom de la branche maternelle. Mais dans chaque cas, il faut se poser la question de l’inscription des phénomènes anthroponymiques dans le cadre chronologique. Parfois, pour les besoins de la statistique et la constitution d’un panel suffisamment large, la chronologie est écrasée : un phénomène remarquable, tel que le renforcement de l’endogamie d’un groupe familial, risque ainsi d’être étendu abusivement à une longue période, réduisant d’autant la part des stratégies familiales à court terme.

7Quoi qu’il en soit du contour des systèmes de nomination, ils présentent toujours un caractère abstrait et collectif. Il s’agit en effet de constructions sociales, intellectuelles et légales relayées par les administrations princières. En somme, des objets dont la fonction référentielle est toujours privilégiée. Ils témoignent de la prise de conscience des individus d’appartenir à un groupe plus large. Tout se passe comme si loin d’aboutir à une plus forte individualisation ces systèmes devaient être compris en tant que manifestations des identités collectives.

Nomination et identités collectives

8C’est sans doute ce qui explique que les homonymies sont légion comme si l’important n’était pas de distinguer l’individu, mais bien de multiplier les occurrences de son propre système de nomination pour le distinguer de formes différentes et rivales. Le souci de l’identité collective semble donc l’emporter sur l’affirmation de l’individu tant proclamée au cours de la période de la Renaissance. Du même coup, la tendance à constituer des systèmes de nomination plus homogènes contribue à la réussite des stratégies individuelles, passant par les changements de noms. En somme, l’effort de stabilisation des systèmes de nomination s’accompagnerait d’une plus grande instabilité des noms des individus eux-mêmes. Renforcement des systèmes de nomination et floraison des cas particuliers ne seraient alors que deux facettes d’un phénomène unique : d’une part l’antagonisme accru entre systèmes rivaux et la multiplication de ceux-ci ; d’autre part la traduction anthroponymique du tourbillon accru de la mobilité, des conquêtes et de la colonisation, des conflits religieux et de l’affirmation des pouvoirs politiques. Les modernistes des mondes hispaniques sont constamment englués dans les homonymies. Dans les cas de celles qui se manifestent au sein de la famille nucléaire, il faut réviser l’idée que la répartition d’un prénom et d’un nom correspond toujours à une reprise des noms d’un proche décédé. Relevons seulement le cas des six fils de don Diego de Vargas Carvajal, une famille de la bonne noblesse de Trujillo d’Espagne, durant la seconde moitié du xvie siècle. Ils se prénomment Juan, don Diego, don Fabian, don Lorenzo, don García et à nouveau don Diego, le petit dernier ; apparemment tous vivants au moment de la rédaction du testament du père. Soit trois personnes distinctes avec le même prénom et le même nom. à cette homonymie véritablement familiale on pourrait ajouter l’homonymie (au moins par le prénom) avec les esclaves le plus souvent appelés comme leurs maîtres. De tels mécanismes justifient sans doute que l’on constitue des objets d’étude sur la base de l’hypothèse du développement d’une identité collective. Ainsi pourrait-on étudier des groupes tels que les soldats, les artistes, peintres, danseurs ou tout autre ensemble familial ou non.

  • 4 Bernard Vincent, « Les morisques et les prénoms chrétiens », dans Louis Cardaillac (coord.), Les mo (...)

9Tout au long d’une très large période allant du xve au xixe siècles, la multiplication des cadres réglementaires les plus divers témoigne également de cette volonté de constituer des systèmes de nomination plus homogènes. Il n’est pas dans notre propos d’aborder ici la question des liens multiples entre religions et anthroponymie ; retenons toutefois deux cas. Dans celui des morisques de la péninsule Ibérique il semble que ce soient les parrains et marraines vieux chrétiens qui choisissent les prénoms des convertis et des enfants. La réglementation royale (juntes de Grenade et de Madrid, 1526, 1561-1565) vise à gommer la mémoire des noms musulmans. Cependant, les nouvelles appellations ne révèlent pas de jeu prononcé avec les dénominations ; ni volonté de paraître encore plus chrétien que les vieux chrétiens eux-mêmes ; ni souci de faire le choix d’un nouveau système qui puisse rappeler l’ancien. Toutefois, les exemples connus ne vont pas tous dans le même sens. Mais l’usage (qui reste celui du nom musulman) et l’appellation officielle (chrétienne) s’avèrent si dissociés que nombre de morisques ne se souviennent pas des prénoms chrétiens de leurs propres enfants4. Cet exemple démontre que les usages réels, souvent difficiles à appréhender, constituent l’une des clés de la compréhension de la véritable valeur des systèmes officiels de nomination. Reste à approcher les pratiques des communautés, nombreuses, dont les noms et les usages en ces matières demeurent méconnus.

  • 5 Moché Catane, « Les prénoms des juifs du Bas-Rhin en 1808 », dans Jacques Dupâquier, Alain Bideau, (...)

10Autre temps, autre lieu. Au début du xixe siècle, les juifs d'Alsace n'ont pas à proprement parler de nom de famille. Ils accolent un patronyme, qui se présente parfois comme un nom de famille, à un stock de prénoms réduits. En 1808, Napoléon impose l'adoption de noms complets pour faciliter le travail de l'administration impériale : ils doivent alors se rendre à la mairie pour y enregistre prénom et nom. Beaucoup ne comprennent pas ce qui leur est demandé car ils vivent dans une ambiance culturelle à part, parlant certes un dialecte germanique mais surtout l'hébreu. Qui plus est, nombre de secrétaires de mairie ne savent pas le français. De sorte que des prénoms traditionnels font l’objet d’une transposition par assonance (Marx substitut de Mardochée) ou tout à fait arbitraire : Wolf substitut de Benjamin. De tels mécanisme produisent logiquement nombre de bizarreries Abrham devient Aberham ou Abram. Ce qui signifie sans doute que l'on assiste tout à la fois à un dédoublement des pratiques nominales et des usages linguistiques, l’une administrative, l'autre réservée au domaine de la vie privée et des pratiques religieuses. En 1830, le gouvernement prussien à son tour tente de limiter le nombre des noms juifs et contraint ceux-ci à adopter certains noms germaniques5. Ces exemples montrent qu’un relevé systématique des règlements administratifs du nom s’impose pour l’ensemble de l’époque moderne.

L’irréductibilité à des systèmes homogènes

11Les systèmes de nomination se renforcent et conduisent à la multiplication des exigences de conformité. Mais ils se multiplient aussi en modifiant leurs propres cadre de référence, il en va ainsi des noms des réformés en rupture avec les usages catholiques. Qui plus est, de très nombreux systèmes différents se trouvent face à face avec l’expansion européenne et la colonisation. Pour autant, il est inutile de forcer le trait : les crises au cours desquelles les individus sont contraints de faire enregistrer leurs noms montrent aussi qu’il est de longues périodes durant lesquelles s’exerce sur eux une suspicion anthroponymique limitée. Les formes de cohabitation onomastique, les emprunts réciproques, les phénomènes transfrontaliers et ceux liés aux modes, sont autant de facteurs qui œuvrent au renforcement de la diversité. La variété des usages de nomination, écrits et oraux, répond au mieux aux situations ordinaires. Mais la dissociation entre les deux pratiques peut être tout à fait radicale. Parfois les noms manquent, comme ce semble être le cas dans certains villages italiens ; ailleurs les surnoms sont les seules formes de nomination selon lesquelles se reconnaissent les membres d’une même communauté, ainsi dans nombre de villages andalous quasiment jusqu’à nos jours.

12Enfin, la diversité du corps social ne saurait s’inscrire simplement dans des systèmes de nomination emboîtés, juxtaposés ou rivaux. On l’a dit, la tendance à constituer de systèmes de nomination plus homogènes contribue à la réussite des stratégies individuelles passant par les changements de noms. Les chercheurs ont probablement trop lié les interrogations sur les noms à celle d’identité individuelle, ce qui tend à réduire la complexité des pratiques de nomination. Dans le domaine littéraire tout autant que dans leur existence sociale, les individus ont été portés à clamer voire à glorifier la fusion de leur nom avec leur identité personnelle. Charles Auguste de Sainte-Beuve souligne la force de ce sentiments dans les Nouveaux Lundis : « tachons de trouver ce nom caractéristique d’un chacun et qu’il porte gravé, moitié au front, moitié au dedans du cœur » (1862). L’histoire détaillée de cette promotion des identités par le nom reste sans doute à faire. Elle relève de l’histoire des mentalités, de l’histoire politique, de l’anthropologie voire plus simplement du domaine de la psychologie.

  • 6 Gregorio Salinero, La trahison de Cortés, PUF, Paris, mars 2014, p. 217-218.

13Pour autant, certains doubles noms qui affichent une filiation ne sont réalité que le fruit d’habiles manipulations, le premier capital de l’imposteur, un trompe l’œil pour créer la fiction de l’appartenance à tel ou tel clan, l’outil du travestissement social. Dans le même temps, la devise de nombre de ceux qui empruntent de nouveau noms pourrait être, « se nommer autrement pour continuer d’être sois même ». Sans doute en va-t-il ainsi de nombre de groupes persécutés : ce n’est pas le nom qui fait le morisque, pas plus que le convers ou le juif. D’ailleurs, les contemporains eux-mêmes font la distinction entre identité et nom. À l’occasion, ils jouent du fait qu’un même nom peut correspondre à plusieurs individus : ainsi ce maestre Diego (maître Diego, sans aucune autre précision) arrêté à Mexico pour rébellion dans les années 1560 et qui affirme simplement ne pas être le maestre Diego recherché sans qu’il ait changé de nom. Les juges castillans auront toutes les peines du monde à établir son identité et sa culpabilité6. L’identité déborde donc le nom, elle est tout aussi bien constituée de la pratique religieuse, de l’appartenance sociale ou des itinéraires personnels qui se trouvent bien souvent décrochés des origines dont semblent témoigner les noms. Distinguer entre fonction des noms, perception de ceux-ci selon un contexte particulier, et système de nomination conduit donc à renoncer à la quête d’un sens unique et à privilégier la compréhension de la polysémie des noms.

Mobilité et instabilité anthroponymique moderne

  • 7 Rocío Sánchez Rubio, La emigración extremeña al Nuevo Mundo: exclusiones voluntarias y forzosas de (...)
  • 8 Antonio Domínguez Ortiz et Bernard Vincent, Historia de los moriscos, Madrid, 1993.
  • 9 Olivier Pétré-Grenouilleau, Les Traites négrières : essai d'histoire globale, Paris, 2006.
  • 10 Bartolomé et Lucile Bennassar, Les chrétiens d'Allah : l'histoire extraordinaire des renégats, xvie(...)

14Plutôt que de postuler l’évolution vers un horizon anthroponymique stable réduit à quelques formes régionales, il convient de faire l’hypothèse de l’instabilité anthroponymique moderne (celle des groupes et celle des individus) très largement alimentée par les mécanismes de contact et les grands phénomènes migratoires, politique ou religieux qui atteignent une ampleur sans précédent : expulsions, déportations, esclavage, Réforme et Contre Réforme ; sans oublier les conflits politiques, annexions (ainsi celle du Portugal par l’Espagne), sécessions, rébellions et autres périodes révolutionnaires, celles ou s’active « la guillotine à particules », selon la belle formule de Pierre Serna. Ajoutons à cette longue liste la simple mobilité qui conduit des millions d’individus des campagnes vers les grandes villes, parfois via un séjour dans des agglomérations secondaires. Rappelons quelques chiffres. Les grandes colonisations de l'Amérique démultiplient en les exportant les différents systèmes de nomination. Dans le même temps, ce sont de formidables occasions de changer de noms pour de très nombreux individus. Les migrations d'Espagne vers l’Amérique impliquent 300 000 personnes au xvie et au moins 400 000 au xviie, si on se contente d’estimer le volume des départs7. Notons concernant ce domaine qu’une partie non négligeable de ces mouvements engendre des retours et des migrations multiples internes au domaine américain et transatlantique. Côté péninsulaire, on compte la déportation de plusieurs dizaines de milliers de morisques en 1568 après la guerre des Alpujaras ; puis l’expulsion d’environ de 300 000 d’entre eux en 16098. Pour la période 1450-1750, Pétré-Grenouilleau a estimé à 800 000 personnes le nombre d'esclaves déportés9. Lucile et Bartolomé Bennassar ont considéré pour leur part qu’environ 300 000 chrétiens faits prisonniers en Méditerranée avaient dû embrasser la foi musulmane durant l’époque moderne10. On peut estimer l'émigration des Irlandais vers les domaines hispanique et français à un volume compris entre 100 000 et 150 000 personnes durant les xvie et xviie siècles. La liste n’est pas exhaustive. Si l’on ajoute à ces quelques chiffres les mouvements divers qui ne font pas l’objet d’un enregistrement particulier, tel que le gonflement des grands ports atlantiques durant l’époque moderne, il faut estimer à des volumes considérables de plusieurs millions d’individus le nombre de migrants pour les xvie et xviie siècles.

  • 11 Gregorio Salinero, Une ville entre deux Mondes. Trujillo d’Espagne et les Indes. Pour une histoire (...)

15Dans le domaine atlantique, on peut considérer qu’un départ enregistré correspond à plus de deux migrations réelles. Le taux de retour et de voyages multiples se situe aux environs de 30 % des départs. À cela il faut ajouter que la mobilité ne saurait se réduire à l’émigration. Elle mobilise les proches du migrant, des groupes constitués pour l’occasion, des prêteurs sur gage et nombre de membres des administrations locales. Une fois parti, l’individu maintient généralement des liens avec sa ville d’origine, donne ses biens à gérer, fait placer l’argent qu’il envoie et confie ses enfants en bas âge à une tierce personne. En sorte qu’on peut estimer à plus de quatre le nombre de personnes directement impliquées dans les affaires nées des liens entre les villes de départ et l’Amérique11. Sans doute en va-t-il de même aux Indes où les plus modestes recherchent d’ordinaire le rapprochement avec un proche et la protection de la clientèle d’un puissant.

  • 12 « Quel dicho Alonso Davila la haría honra y le daría de comer », AGI (Archivo General de Indias, Sé (...)

16Ainsi, le personnage de Diego Pizarro, arrive-t-il aux Indes vers 1562 avec la flotte de Pedro Meléndez, sans doute après avoir participé à l’expédition contre les français installés en Floride. Âgé de 25 ou 26 ans, il se lie d’amitié avec Gonzalo Núñez, un domestique de Martin Cortés dont il se préoccupe de l’état de santé après sa propre arrestation. Au point que les différents témoins sont convaincus que les deux hommes sont parents. À Mexico, il bénéficie de la protection de l’encomendero Alonso Dávila, « le dit Dávila lui ferait honneur et pourvoirait à le nourrir » indique un témoin du procès de Diego Pizarro. Alonso accepte de recevoir en gage un esclave que Diego possède, pour tout bien, en échange de 50 pesos afin de régler une dette. Les deux membres de la clientèle de Dávila ne font en somme que recourir au chef du clan pour régler leurs affaires. Par ailleurs, en Nouvelle Espagne Diego a un frère nommé Mateo Hernández, ce qui semble indiquer que ce dernier aussi a changé de nom, puisque ni leur père ni leur mère ne porte ce nom12. Cette forme de clientélisme est le lot des migrants. Leur route est jalonnée des relais et des soutiens qu’ils peuvent espérer. En sorte qu’en ajoutant aux quatre ou cinq individus actifs dans le phénomène migratoire côté castillan (mais resté sur place) les membres opérant du milieu d’accueil côté américain (dont la résidence peut correspondre à plusieurs localités), on parvient au rapport d’un migrant pour une dizaine de personnes efficacement impliquées dans les mécanismes de mobilité. Initiatives personnelles, procédures administratives et sommes des relais constituent autant d’occasions de changer de nom pour le migrant, mais aussi pour ceux qui restent. Il faut donc distinguer entre durabilité de certains noms, et leur attribution ou leur emprunt renouvelé, au bénéfice d’individus différents. La stabilité des noms peut masquer le changement des personnes qui le portent. En somme, les noms demeurent, pérennisés par de multiples mécanismes de défense, d’extension et d’intégration ; mais ceux d’un même individu et ceux associés à un groupe d’individus changent. C’est pourquoi on ne peut pas simplement opposer l’instabilité des noms de chacun et la stabilité des noms d’un groupe particulier.

17Les mouvements migratoires ne conduisent pas à la formation d’une catégorie particulière de noms, moins encore à la constitution d’un système de nomination. Quelquefois le doute est permis, comme il en va du cas des peruleros, les « voyageurs au Pérou » de la péninsule ibérique, dont le surnom peut coller au nom de plusieurs générations, mais dont il n’est pas toujours certains qu’ils soient allé aux Indes. Qui plus est, la très grande majorité de ceux qui sont allés dans les Andes ne sont jamais surnommés peruleros. Par ailleurs, il convient-il de distinguer ceux qui se trouvent pris dans un contexte linguistique et anthroponymique étranger de ceux qui exportent leurs noms dans un milieu de réception linguistique et religieux favorable, comme c’est le cas dans les colonies espagnoles pour les péninsulaires. Il est cependant des formes caractéristiques : hispanisation, francisation, adaptations linguistiques diverses, transpositions, changements purs et simples de noms, composition de noms mêlés. Les particularités ne manquent pas pour autant, ainsi les Irlandais dans l’armée espagnole ou française qui tirent parti de leur noms commençant par la lettre “o”, et qu’ils se plaisent à faire valoir pour la particule de noblesse irlandaise “ô” en la transposant sous la forme de la particule “de”. Toutefois, le migrant est rarement doté d’un solide patrimoine onomastique, son nom alimente un pari contre le passé et une stratégie pour l’avenir. D’ordinaire, son nom est un piètre viatique pour espérer réussir ailleurs. D’autant que la mobilité spatiale se mêle généralement à son désir d’ascension sociale.

  • 13 Exemples empruntés à Vincent Denis, Une histoire de l'identité : France, 1715-1815, Paris, 2008.
  • 14 Gregorio Salinero, « Sous le régime des licences. L’identification des migrants vers les Indes espa (...)

18Si le nom est le premier capital de l’imposteur, c’est qu’il a une forme d’efficacité sociale. Ainsi, en région parisienne durant la seconde moitié du xviie siècle, un certain Louis Roger évoque les noms d’une vraie nourrisse, mais qui n’a pas été la sienne, afin de se faire passer pour noble ; le Chevalier Le Bon, lui, se présente en tant que noble de Montpellier avec force détail et références authentiques. Tout est vrai, mais ni l’un ni l’autre ne sont les hommes qu’ils prétendent être13. Dans le domaine Atlantique, les cas de changements de nom pullulent, motivés par de multiples raisons. Le plus fréquent est sans doute motivé par les exigences liées à l’obtention d’une licence royale pour aller aux Indes. L’autorisation exclue notamment ceux qui ont des dettes impayées, ceux qui font l’objet d’une condamnation grave, les hérétiques de tous poils, ainsi que les convers et les morisques. Contourner la réglementation suffit à rendre compte des changements de noms14. Parfois, il semble que le candidat au départ ait seulement utilisé un titre de passage disponible pour accélérer les procédures. D’autres fois, il nous est quasi impossible d’expliquer un changement qui semble connu de tous.

  • 15 « para cobrar de la Caja de los difuntos de Sevilla 5000 reales que dejó Pedro Alonso de Paredes qu (...)
  • 16 Sur les passagers clandestins à proprement parler, Jacobs Auke Pierter,  « Pasajeros y polizones. A (...)
  • 17 1557, série Escribania. 952/1535-1577. Sentencias del Consejo Con Francisco Noguerol sobre haberse (...)

19En 1601, la religieuse Gerónima de Jesús y San Agustín (Gerónima Núñez ?), fille de Diego Serrano et de Mencía álvarez, donne diverses procurations, pour encaisser l’argent que son oncle, Gaspar Serrano, décédé au Pérou, leur a laissé à elle et sa sœur Francisca Núñez : « pour encaisser auprès de la caisse des défunts de Séville 5000 réaux laissés par Pedro Alonso de Paredes qui s’appelait auparavant Gaspar Serrano, son oncle, fils de Gerónimo Serrano »15. Francisca Núñez est décédée, si bien que Gerónima réclame à la fois sa part d’héritage et la part de sa sœur. Le changement de nom de Gaspar est connu, et il est peu vraisemblable qu’il procède d’une usurpation d’identité ou qu’il soit frauduleux. Toutefois, il est possible que Gaspar Serrano ait utilisé la licence d’un autre pour aller aux Indes, empruntant pour se faire le nom du titulaire de la licence, à moins qu’il n’ait effectué la traversé sans papiers personnel, mais compris dans le groupe de la domesticité d’un noble fortuné16. Notons que les deux filles de la famille ne portent pas le premier nom de leur père, pas plus que le premier nom de leur mère. Retenons, concernant ici le cas des femmes, que l’apparente incohérence de la nomination n’est pas nécessairement le signe de la manipulation des identités. Bien des exemples indiquent donc que dans le centre de la péninsule ibérique le système de transmission des noms ne sembles pas absolument arrêté au xvie siècle, du moins pas selon les règles ultérieures du cumul de noms venus de la branche paternelle et de la branche maternelle. La bigamie successive et les multiples cas de doubles vies engendrent davantage de camouflages d’identité17. Qui plus est, on voit dans le cas précédent que Pedro Alonso de Paredes, après avoir utilisé un autre nom, retrouve aisément son nom de famille à l’occasion du règlement d’une affaire d’importance. Si les modifications semblent se faire avec tant de fréquence et de simplicité, c’est qu’en exportant les systèmes de nomination péninsulaires aux Indes, leur souplesse et leur permissivité d’origine à l’égard des changements sont conservés intactes par-delà la mer océane.

  • 18 Miguel Muñoz de San Pedro, « Francisco Pizarro debió apellidarse Díaz o Hinojosa », Revista de Estu (...)

20Prenons un autre exemple en Estrémadure. La famille Pizarro semble avoir adopté très tôt une pratique consistant à lier les garçons à un nom unique qui véhicule le prestige militaire des soldats de la lignée, à contrario donc des lignages aristocratiques qui passent à un système à deux noms de famille, parfois dès le xve siècle. Pour les premiers, il n’est pas de stratégie aux petits pieds ; faute d’être issu de l’union de plusieurs lignages nobles, ils conservent le nom le plus tinté d’hidalgía, de petite noblesse. L’arrière grand-père du conquistador Francisco Pizarro avait pour nom Hernando Alonso de Hinojosa, et le père de son arrière-grand-mère Gonzalo Díaz. Pour autant, le grand père Hernando Alonso Pizarro, délaisse les noms de la branche masculine pour ne conserver que le second nom de sa mère, Teresa Martínez Pizarro. Cette attitude peu en accord avec la conservation des patronymes a fait écrire à nombre d’érudit que le petit fils Francisco Pizarro aurait dû s’appeler Hinojosa ou bien Díaz18. Toujours est-il que l’aïeul du conquistador s’illustre dans les guerres d’Italie et que son propre père conserve ce nom unique. Mais trois des quatre fils Pizarro (Francisco le conquistador, Gonzalo le rebelle et Juan le cadet), sont des bâtards, en sorte qu’eux aussi continuent de ne porter que le seul nom de Pizarro, excluant celui tout à fait roturier de leurs mères respective. C’est précisément pour ne pas apparaître comme des enfants adultérins ou naturels, que les membres de la bonne noblesse castillane s’attachent à porter deux noms de famille, évocateurs de leur double noblesse et de leur appartenance aux groupes de vieux chrétiens, fussent-ils des noms usurpés. Mais ce comportement ne serait que très banal si le destin n’avait propulsé les quatre frères sur le devant de la scène atlantique.

  • 19 Alessandro Stella Histoires d'Esclaves dans la péninsule ibérique, Paris, 2000 ; Gregorio Salinero (...)
  • 20 María Rostworowski de Diez Canseco, Senoríos indígenas de Lima y Canta, Lima, 1978.

21Parmi les Espagnols, les capitaines, les conquistadors et ceux qui reçoivent des répartitions d’indiens, sont très fréquemment des donneurs de noms. C’est aussi le cas en Espagne où un le propriétaire d’un esclave, parfois même l’employeur d’un domestique, sans nécessairement appartenir à la haute noblesse, donne son nom, et bien souvent son prénom, à son subalterne19. Aux Indes, ils donnent leur prénom et parfois leurs noms de famille à un serviteur indien ou à un cacique administrateur d’un des villages pris dans leur encomienda. Qui plus est, selon la formule de Victor Hugo, « le nom grandit quand l’homme tombe » (Les châtiments V). Très prisé par les contemporains, le nom de Pizarro connaît une certaine diffusion accélérée après l’assassinat du marquis de la Conquête dans le palais du gouverneur à Los Reyes en 1541. Encore aujourd’hui, il est l’objet de nombre de convoitises, d’autant que la descendance des frères est tout à fait réduite. Dès le début des années 1530, Martín, l’interprète indigène du Gouverneur Francisco Pizarro, prend le nom de son maître et se fait appeler Martín Pizarro20. Il suivra Gonzalo Pizarro dans sa révolte et perdra finalement les biens qui lui avaient été distribués par le gouverneur.

  • 21 Christiane Klapisch-Zuber, « Le nom refait. La transmission des noms à Florence (xive-xvie siècles) (...)
  • 22 Suzanne Hoyez et Andrée Ruffelard, « Prénoms protestants au xviie siècle en Brie et en Provence » d (...)
  • 23 Sur la condition des femmes, un texte précurseur, Testón Núñez, Isabel, Amor, sexo y matrimonio en (...)

22Le nom des femmes apparaît comme le maillon faible dans la chaîne anthroponymique. Lors de leur mariage, moment où elles changent parfois de nom, elles s’inscrivent bel et bien dans une forme de mobilité à une échelle modeste, en passant de la maison de leurs parents à celle de leur nouvelle famille. Elles accèdent plus tardivement à un système nominal complexe, portent plus souvent des diminutifs, sont dotées fréquemment de noms fantaisistes soumis aux modes. La recherche elle-même a sans doute négligé l’histoire de leurs noms. Curieusement, on semble savoir plus de choses sur la dénomination des esclaves ou des clercs que sur celle des femmes à l'époque moderne. Dans certaines aires culturelles telles que la Sicile on constate un retard très net à la christianisation de leur prénom. Fin xve à Florence, Christiane Klapisch-Zuber note que les diminutifs construits sur la base des noms de Saints sont plus fréquemment donnés aux filles qu'aux garçons : Johannes, Giovanni, déclinés en Nanna ; mais moins souvent en Vanni ou Nanni. Sans doute en percevait-on le caractère dévalorisant pour le Saint et pour les garçons, plus que pour les filles21. L’étude du cas des protestants de l’églises de Provence (environ 9/10 000 individus) et du registre d'état civil de Château Thierry (colloque protestant d'Île de France, environ 20 000 personnes) fournit pour les femmes une très grande variété de prénoms : ils sont tirés de l’Ancien Testament, repris de l'Antiquité ou bien de la légende des saints ; on trouve parmi eux des prénoms étrangers, des prénoms d'homme féminisés (Gabriella, Jacqueline), ainsi que des noms de fleur22. En Brie, Marguerite dépasse Madeleine ou Marie. Pourtant en 1562, le synode avait recommandé de choisir pour les filles un prénom dans l'Ancien Testament, ce qui ne se vérifie guère au xviie siècle. Ici, les prénoms des femmes sont plus sensibles aux modes. Mais il n’en va pas toujours mieux de leur nom de famille23. On a relevé l’exemple de Gerónima et Francisca Nuñez filles de Diego Serrano et de Mencía álvarez qui ne portent pas le nom de leur père. Plus loin nous évoquerons ceux de Francisca Pizarro, la fille du conquistador du Pérou, qui n’est jamais appelé Huayllas Yupanqui du nom de sa mère ; tout comme le cas de Leonor Montecuma qui ne transmet pas d’avantage son nom (pourtant espagnolisé) à sa fille, doña Isabel de Valderrama, qu’à ses petits-enfants nommés Arias de Sotelo. En somme, le maillon faible est plutôt un maillon souple : c’est sans doute par elles qu’une certaine flexibilité est rendue possible au sein des systèmes de nomination qui doivent faire montre de plus d’homogénéité tout en ménageant la possibilité d’accueillir des membres d’une catégorie sociale inférieure, de s’allier à une famille de convers, d’intégrer une étrangère, ou plus simplement d’intégrer des enfants bâtards.

Pouvoirs et diffusion des noms

  • 24 Benoît Cursente, « Aspects de “La révolution anthroponymique” », dans Monique Bourin, Jean-Marie Ma (...)

23Sans conteste, l’exercice du pouvoir politique et militaire est une source de diffusion des noms, par le biais des clientèles et des réseaux sociaux. Ces formes d’extension restent à étudier. Dans le cas des études anthroponymiques pour la période médiévale, il est quelques rares exemples. Ainsi, le nom de Guillaume fait-il une forte percée dans le midi, mais correspond tout à la fois à celui du héros épique, du prince d'Aquitaine et du fondateur de l'abbaye de Gellone. Quand la Gascogne tombe aux mains du comte de Poitiers Guy Geoffroi en 1063, après sa victoire sur le compte d'Armagnac Bernard Tumapaler, s’en suit une vague de Geoffroi, mais dont le démarrage était déjà perceptible dans la population qui avait préalablement « voté avec son nom »24. Les noms des puissants se diffusent donc avant l’époque moderne ; certains, tels que Foulque, restant secondaires. Qui plus est, la polysémie prévaut, ce qui oblige à une très grande prudence dans l’interprétation de leur sens. Des précautions similaires sont nécessaires pour les périodes ultérieures. Mais il est des cas très clairs. Citons celui de Diego Pizarro qui témoigne simultanément de l’ébauche d’une sorte de lignées factices dans le domaine militaire, des diverses formes d’efficacité sociale des patronymes et de la diffusion du nom des puissants.

  • 25 « Hombre rigoroso y hombre de mucha fuerza y grande arcabuzero que ha oido decir que es hombre muy (...)
  • 26 « y luego le fué puesta una toca delgada en la boca y por mandamiento de los dichos señores se le e (...)

24Suite aux dénonciations du complot de Martin Cortés à Mexico, au milieu des années 1560, les auditeurs de l’audience firent arrêter et assigner à résidence près d’une centaine de personnes. Parmi elles, Diego Pizarro fut décrit par les délateurs comme un homme très fort, expert dans le maniement des armes, redoutable soldat venu du Pérou répandre l’insurrection en Nouvelle Espagne. En somme un comportement arrogant non dénué de quelque coquetterie : « homme très rude et doté de beaucoup de force un grand tireur d’arquebuse dont il a entendu dire qu’il est très courage, c’est pourquoi je crois que c’est l’un des principaux conjurés » ; « irréductible sectateur, homme d’une très grande force qui affiche partout son courage ». Quand l’ordre de se saisir de lui fut donnée, il fuit : « il était caché sur les terres du marquis del Valle... et il s’est vanté d’être des Pizarro, un membre du clan qui a trahi le service du roi et qui s’est soulevé dans le royaume du Pérou... un homme fourbe »25. Craignant d’essuyer les pires difficultés pour se saisir de lui, les membres de l’audience le traquèrent et parvinrent non sans mal à le mettre aux fers. Les commissaires royaux arrêtèrent rapidement qu’il soit soumis à la question, aux tourments de la corde et de l’eau, tormento de agua y cordelles, afin de faire céder cet homme doté d’un caractère bien trempé. Mais avant même la première séance de torture dans les cachots de l’audience, Diego se présenta comme un modeste charpentier de 25 ou 26 ans. Les tourments de Diego s’intensifièrent « on lui a mis un bâillon étroit dans la bouche... on y a versé une jarre d’eau... puis l’opération a été répétée ; puis il a dit : arrêtez, je vais parler, attendez... le bâillon lui a été retiré et il a promis de faire consigner son témoignage ; puis le bâillon lui as été remis et on y a reversé de l’eau... »26. Une trentaine de fois durant la même matinée, il fut soumis à cet infâme traitement. Il nia tout en bloc et admit seulement être le fils de Gonzalo del Corral y de Catalina Pizarra. Il n’avait fait que prendre le nom de sa mère. Notons toutefois que Pizarra est rarissime (un simple prétexte ici ?) et qu’à tout prendre Pizarra ne vaut pas Pizarro. Enfin, il tenta dans un premier temps de cacher aux visiteurs qu’il était venu aux Indes pourvu d’une licence pour faire des bombes dans les chantiers de construction et les mines, une compétence qui ne pouvait qu’intéresser les rebelles.

  • 27 Idem.
  • 28 « Por la culpa que resulta contra el dicho diego Hernández Pizarro le devemos condenar y condenamos (...)

25Il est clair que Diego, entré dans la ligue pour y perpétrer quelque mauvais coup, avait usurpé le nom de Pizarro pour faire encore grandir sa réputation de soldat redoutable et d’expert en arquebuses27. Nom emprunté certes, mais nom renforcé par le nombre de tous ceux qui voulurent s’en emparer pour affirmer ce qu’ils étaient ou ce qu’ils prétendaient être. La sentence tomba : « selon la culpabilité établie à l’encontre du dit Diego Hernández Pizarro nous le devons condamner et condamnons à ce qu’il soit tiré de la prison où il se trouve et soit mis, pieds et poings liés et le torse nu, sur une bête de somme avec une proclamation publique de son délit et de la justice qui doit être faites ; qu’il soit ainsi exhibé dans la cité par les rues accoutumées et que lui soient infligés cent coup de bâtons ; nous le condamnons, en plus, à servir sa majesté sur les galères qui naviguent le long des côtes espagnoles en tant que rameur durant les quatre prochaines années sans aucun salaire et qu’il fournisse entièrement le dit service sans faillir sous peine de devoir le rendre pour le double de cette durée ; et par la présente sentence définitive... nous l’ordonnons en imputant à sa charge les frais de justice »28. Il parvint finalement à faire commuer sa peine en simple amende.

  • 29 John Hemming, La Conquista de los Incas, Mexico, FCE 1982.

26Notons que les historiens et autres généalogistes ont leur part de responsabilité dans la création de faux semblants anthroponymiques. Dans la généalogie d’un éminent biographe anglo-saxon des Pizarro, Francisco Pizarro (fils de Hernando Pizarro et de doña Francisca Pizarro) est désigné sous le nom de Francisco Pizarro y Pizarro, un nom qui n’apparaît pas dans la documentation notariale29. Il s’agit d’un étiquetage logique, sorte de travail d’entomologiste scrupuleux, soucieux d’éviter les nombreuses confusions qui sont possibles, mais en rien de l’enregistrement d’une pratique du temps. C’est aussi une manière de souligner la concentration de noblesse et la somme vertueuse des héritages accumulés dans une seule personne, sorte de nom au carré. Après 1580, dans la documentation de Trujillo Francisco Pizarro apparaît en tant que Francisco Pizarro alférez, titre quelque peu symbolique de sergent des hommes d’armes. Avant cette date, son père puis son frère Juan accaparent cette charge ; il est alors question de lui sous le simple nom de Francisco. L’aboutissement de ce processus à une stricte concentration sur un nom de famille est aussi rendu possible par le gommage du nom indien de la grand-mère maternelle de l’édile, Inés Huayllas Yupanqui. De fait, la mère de Francisco, fille de Francisco Pizarro et d’Inés (mariée avec son oncle Hernando) est toujours mentionnée sous la simple forme de Francisca Pizarro.

Un nom ailleurs

27Dans le même temps, les lettrés ont permis partout de conserver quelques traces de la diversité et des changements du nom des individus : livres de raison qui s'ouvrent à l'histoire familiale ; responsa rabbiniques fournissant des centaines de noms et donnant leur version sacré et laïque ; dictionnaires biobibliographiques des savants musulmans ; actes juridiques anglais, espagnols et germaniques ; registres de taille ; actes de conversion et registres de baptêmes des morisques qui conservent la mémoire de leurs noms anciens ; listes d’enrôlement qui enregistrent les noms des recrus étrangères ; actes sur lesquels les notaires ajoutent certains noms et raturent l’orthographe de quelques autre pour mieux conserver une trace de leur identité. Ainsi, concernant le nom des juifs qui se déplacent de la Castille vers l’Aragon, Claude Deanjean relève-t-elle l’attitude des notaires qui tentent d’identifier les nouveau venus, qui ajoutent des noms en marge de leurs registres et surchargent leurs actes, bien loin de se contenter d’exiger des juifs une simple norme notariale. En sorte que, les noms des convertis sont repérables dans la masse des noms chrétiens, y compris peut-être dans les cas d’homonymie. Entre noms chrétiens et noms des juifs, ces homonymies sont nombreuses à Gérone à la fin du xve siècle. L’ordre et les modalités d’apparition des noms dans ces diverses listes, selon les prénoms, les noms de famille ou la condition des individus, pourrait sans doute constituer une autre voie d’étude. À tout le moins, elles nous offrent une très grande variété de formes des noms.

  • 30 Jean-Pierre Molénat, « L’onomastique tolédane entre le xiie et le xve siècles. Du système onomastiq (...)

28Les noms mêlés, ou noms mixtes, sont typiques des périodes d’intervention du politique dans le domaine onomastique, des époques de persécutions religieuses, des zones de frontières et des régions de colonisation ; autant de moments et de lieux qui ont pour base diverses formes de mobilité. Jean Pierre Molénat a mis en évidence, dans la région de Tolède, la longue persistance d'un système de nomination arabe. Au xve siècle la situation onomastique y est complexe d'autant plus que des noms familiaux d'origine arabe et juive se mêlent (Aben Abas, Aben Hamin) avant que les noms judéo-arabes ne disparaissent ou ne soient masqués : Aben Saboca devient Saboca puis « de la Cruz ». À Saragosse au xve siècle, les notaires enregistrent les noms arabes en les traduisant ou en les transcrivant de façon phonétique (Abd Allah al-Siltan / Audalla el rey), mais aussi en y joignant des surnoms qui pouvaient correspondre à une partie des pratiques du système de nomination musulman30. De même, dans le cadre colonial, la rencontre entre systèmes de nomination différents engendre des formes diverses d’intégration au nouveau contexte linguistique de référence, des transcriptions phonétiques ou bien de simples juxtapositions. Généralement les formes nouvelles et les anciennes se mêlent, toujours avec le souci d’atteindre une certaine efficacité sociale.

  • 31 AGI, Patronato 207 R1 fol. 3083
  • 32 « con doña isabel de Valderrama hijo legitima de Pedro de Valderrama e de doña Leonor de Montecuma (...)
  • 33 « por que se nombraba la dicho doña Leonor del apellido de Montecuma dijo que por que fué hija legí (...)
  • 34 « abían heredado los dichos hijos... de su abuelo Montecuma diciendo que les pertenecía toda esta t (...)

29À Mexico au milieu des années 1560, Diego Arias fut soupçonné de contester l’autorité du roi sur la Nouvelle Espagne31. En effet, Diego était un grand propriétaire d’encomienda, une institution que la couronne voulait réduire tout en contrôlant davantage le poids juridique et politique des hommes en charges des grandes répartitions d’indiens, souvent les descendants directs des conquistadors bien enracinés dans la région. Interrogé par les commissaires du roi, Diego évoqua ses visites au marquis del Valle, le fils d’Hernán Cortés, « [une fois] avec doña Isabel de Valderrama fille légitime de Pedro de Valderrama et de doña Léonor de Montecuma [défunte] et une autre fois avec doña María Manuel sœur du trésorier don Hernando de Portugal avec laquelle il fait maintenant vie commune »32. Surpris par le nom indien de la mère de la première femme de Diego Arias, les commissaires du roi lui demandèrent de s’expliquer : « elle se nommait du dit prénom de doña Léonor et de son nom Montecuma, dit-il, car c’était la fille légitime et biologique de Montecuma qui était seigneur de cette terre »33. Un mariage entre conquistador et princesse Mexica donc ; celle-ci (dont le nom était espagnolisé) ayant reçu tout de même un prénom chrétien. Et Diego d’expliquer qu’il n’était pas concerné par les limitations des encomiendas et de leur transmission puisque aussi bien il tenait les terres en pleine propriété « les dits fils… avaient hérité de leur grand-père Montecuma… [ils] dirent qu’ils étaient propriétaires de toute ces terres »34. Diego précisa qu’il n’était en contact avec le marquis Cortés qu’en tant que premier procureur de la ville de Mexico, titre au nom duquel il se devait de traiter les différends concernant les terres, dont plusieurs dans lesquels se trouvait impliqué le marquis. On comprend ici tout l’intérêt de la conservation des noms Mexica ou Inca dans la démonstration de la légitimité qui présida aux redistributions des propriétés. Diego n’évoquait ni la conquête (argument ordinaire des fils de conquistadors), ni l’achat de terre (suspect aux yeux de la couronne), mais le simple droit castillan de l’héritage, la terre et le nom par-delà la colonisation. On sait qu’il existe aujourd’hui encore nombre de ces noms mêlés au Mexique et quelques-uns en Espagne, mais une certaine colonisation des noms indiens s’est bel et bien produite. Dans le cas présent, les enfants du premier mariage d’Arias ne prirent pas pour autant le nom de Montecuma, mais seulement celui d’Arias de Sotelo. Ni Diego, ni son frère Baltasar ne se feront jamais appeler Arias Montecuma. Reste à savoir, plus généralement, quelles formes a pris cette acculturation anthroponymique et dans quelle mesure elle a fait reculer les noms autochtones durant la période coloniale.

30Sans doute n’est-il pas excessif de dire qu’il n’est pas de changement de lieu sans quelque changement de nom. En effet, dans un nouveau contexte le nom d’origine change véritablement de sens. Il cesse d’être perçu unilatéralement. On sait qu’aux Indes un nom espagnol, même un nom de roturier, est déjà un atout en comparaison de celui des populations indiennes. La situation est cependant toute différente pour les migrants transplantés dans un univers colonial qui n’est pas exporté depuis leur Métropole d’origine. Alors, faute de dire qui est l’individu, le nom le désigne nouvellement aux autres. Et ces changements de sens sont perçus en écho par ceux demeurés dans les régions de départ. Car le migrant anonyme peut se faire un nom, parfois synonyme de grandeur, parfois synonyme d’échec ou d’abus. Partout, quelques noms ou partie du nom des migrants disent la réussite et de familles appartenant aux couches supérieures de la société. Il en va de la sorte des Grana pour les juifs livournais dont certains sont installés à Amsterdam au début du xviie siècle. Quand la pression du contrôle social se fait plus légère, il advient que le migrant reprenne l’usage de son ancien nom, un tel Rodríguez abandonne ainsi son nom espagnol pour reprendre son nom juif après plusieurs années passées à Amsterdam. À Cologne, ce sont les Stoniel, une famille originaire des environs de Cologne à la fin du xvie siècle, qui est réputée être l’une des plus vieilles familles de la ville.

  • 35 « El año pasado de 1557 ante Diego de Morales escribano público de la dicha ciudad de Trujillo, yo (...)

31Autre contexte, Diego de Vargas Carvajal part de Trujillo d’Espagne pour Los Reyes, vraisemblablement à la fin de l’année 1557 ou au début de 1558, afin d’y occuper une charge royale. Entre temps, sa femme Beatriz de Vargas restée sur place tombe malade et fait son testament peu de temps avant de mourir. Elle exige alors un nouveau système de nomination des héritiers, qui implique des restrictions à l’usage de son seul nom de Vargas et impose l’alternance des prénoms García et Juan pour l’héritier qui prendra la tête du majorat créé avant le départ de son mari pour les Indes. Si le nom est de toute évidence lié aux biens, et spécialement à la terre, on voit que ce lien (qui a lui aussi a une histoire) est spécialement soumis aux changements. Dans son testament fait à Los Reyes, le 28 juin 1562, Diego de Vargas Carvajal ne peut qu’entériner le changement : « L’an passé de 1557, devant Diego de Morales, écrivain public de ladite ville de Trujillo, doña Beatriz de Vargas et moi (...) avons passé un acte (de fondation) de majorat avec ce qu’elle tenait de Juan de Vargas, son père, au bénéfice de don Juan, notre fils aîné (...) l’année suivante, en 1558, alors que j’étais absent, la dite Beatriz de Vargas est décédée et dans le testament et les dernières volontés qu’elle a consigné elle a déclaré et (...) commandé que ceux qui succéderont à la tête du dit majorat s’appellent seulement du nom de Vargas voulant ainsi déroger à la clause de la fondation du dit majorat par laquelle elle et moi avions ordonné qu’ils se nomment Carvajal et Vargas »35. Don Juan n’utilise que le seul nom de Vargas. Sa fille Beatriz en fait de même. Il existe donc bien à cette époque une tendance au repli sur un seul nom de famille, le plus prestigieux, qui se confirme une nouvelle fois dans ces groupes importants, segmentés en de nombreuses branches latérales. Ce mouvement de sélection exclusive d’un nom s’accompagne ici d’une expansion de la place économique de la famille. Qui plus est, il se fait au détriment du nom de la branche paternelle. Les cas de changements de noms liés à la transmission des majorats sont courants. Dans le domaine andin, Carvajal n’est pas en odeur de sainteté, le nom est synonyme de brutalité des conquistadors et de comportement sanguinaire. Il est probable que ce fait ait pesé sur la décision de Beatriz qui apportait l’essentiel des biens mis en commun pour la formation de son majorat en Estrémadure. Ce faisant, la migration pèse sur le nom de ceux qui sont restés.

  • 36 Voir l’étude de Jean Hébrard, « Esclavage et dénomination: imposition et appropriation d'un nom che (...)

32On sait que les esclaves reçoivent d’ordinaire le nom de leur maître, un nom imposé. Toutefois, même en bout de chaîne de nomination, les esclaves des Canaries, du Pérou ou du Chili, malgré une forte dispersion de leurs prénoms et de leurs noms, semblent parvenir à conserver des indications rappelant leurs divers marchands et leurs origines, au moins sous la forme d’ethnonymes de qualité tels que Pedro Congo ou María Angola. On peut toutefois se demander s’il s’agit d’une authentique trace de leurs origines, ou bien d’un simple étiquetage de marchandise, quoi de plus acculturant ; et si les indications d’origine ne relèvent pas le plus souvent de la même logique marchande, une promesse de qualité du produit, on sait quelle confiance il faut faire à la réclame. Le nom étiqueté n’est pas une forme de résistance anthroponymique. Toutefois, si ces noms sont bien loin de véhiculer les identités des captifs dans leur propre langue africaine, il est très probable que l’usage de leur nom d’origine ait pu subsister dans des communautés linguistiques reconstituées après leur déportation36.

  • 37 Jacqueline Sublet, Le voile du nom. Essai sur le nom propre arabe, Paris, 1991.

33Parfois, le lieu s’invite pour composer le nom sous la forme d’un toponyme adjoint à la chaîne des noms, une manière de « traçabilité » moderne des individus, un moyen supplémentaire et souvent douteux pour afficher une identité substitutive de la famille ; le nom situé en somme : nous avons évoqué plus haut les peruleros castillans qui n’ont jamais vu l’océan ; l’esclave affranchis Juan de Castilla qui prétend se faire enregistrer sur une registres du Pérou n’a jamais vu l’Espagne ; Pedro de Oñate n’est pas d’Oñate ; Agustín de Sevilla n’est pas de Séville… Le nom de lieu ne fait pas le migrant. Catherine Sublet a dit pour le nom arabe, tous ces « points aveugles », ces lieux de migration qui ne figurent jamais dans les noms37. En somme, « dis-moi comment tu t’appelles et je ne saurais pas d’où tu viens ».

  • 38 De nombreux cas apparaissent dans les textes publiés par Rocío Sánchez Rubio, Isabel. Testón Núnez, (...)
  • 39 Sur le contrôle d’identité, Vincent Denis Une histoire de l'identité : France, 1715-1815, Paris, 20 (...)

34Hormis dans les registres et autres dictionnaires, les changements de noms apparaissent fréquemment dans les affaires judiciaires, procès au pénal et au public, ainsi qu’à l’occasion des différends entre particuliers. S’attribuer le nom d’une famille d’importance revient à s’attribuer une part de ses mérites et à tenter de détourner un peu de son influence, ce qui justifie le recours aux instances judiciaires. Dans les grandes cités à la juridiction favorable aux vieux résidents, choisir un nom associé aux lignages qui ont pignon sur rue constitue pour le nouvel arrivant une voie possible pour obtenir la reconnaissance de quelques avantages. Quelquefois, le changement de noms rend difficile le règlement d’un litige familial, notamment en matière d’héritage. Pourtant, il semble que le changement de nom lui-même ne constitue pas un délit. Les poursuites contre les usurpateurs en matière onomastique sont toujours menées au titre de la fraude fiscale, de la bigamie, de l’hérésie, du détournement d’héritage et jusqu’au délit de lèse-majesté38. Il semble qu’on ne connaisse pas de délit anthroponymique pur et simple, seul l’usage frauduleux fait du faux nom s’avère punissable. Toutefois, Christiane Klapisch-Zuber a fait remarquer qu’il est des statuts communaux, tels ceux de la Florence médiévale, qui enregistrent ces cas de répression contre les changements de noms indus. L’histoire du traitement judiciaire de ces usurpations reste à faire. Quoi qu’il en soit, il semble que le souci de mieux contrôler les identités préside à une l’élaboration tardive d’un cadre judiciaire spécifique. Ainsi, la législation sur les étrangers et les juifs et les règlements de police français prévoient-ils dans les années 1750 une gradation de la gravité des cas d’usurpation de noms et d’identité ; du moins punissable au plus grave : se donner pour fils de ; pour mari d’une autre femme ; se présenter comme une autre personne, se donner pour noble. Reste à savoir ce qu’il en fut de l’application de ces cadres réglementaires tout au long de l’époque moderne39.

En manière de conclusion

  • 40 Agnés Fine et Françoise-Romane Ouellette (éd.), Le nom dans les sociétés occidentales contemporaine (...)
  • 41 Nicole Lapierre, Changer de nom, Paris, 1995.

35Le migrant tend probablement à adopter le nom le plus efficace pour parvenir à ses fins, sans que nous puissions postuler qu’il soit toujours attaché à la conservation de son propre nom, ni qu’il s’efforce systématiquement d’en changer. En somme, le changement n’est ni unilatéral ni irréversible. Mais chaque situation de changement engendre, en contre coup, des formes de résistances, l’affirmation d’une identité collective et individuelle malmenées. En pratique, la notion de résistances à la mise en conformité des noms avec une norme extérieure s’avère spécialement difficile à manier tant les faux semblants sont nombreux. Les résultats des travaux des historiens médiévistes peuvent conduire à croire, à tort, à l’avènement d’une époque de grande stabilité des systèmes de nomination. À l’inverse, les travaux des anthropologues et des sociologues d’aujourd’hui soulignent la convergence de facteurs tendant à affaiblir, voire à rompre, les liens que le nom (en particulier le prénom) établit avec les cadres économiques et familiaux40. Il est en effet une plus grande liberté, permise par la loi, et dont les individus font usage pour choisir ou changer leurs noms et leurs prénoms. En sorte que ces tendances récentes aboutissent à insister sur la singularité des individus comme étant des personnes à part entière séparées des groupes d'appartenance desquels ils pourraient se revendiquer. D’autres interprétations de ces phénomènes sont sans doute possibles. D’ailleurs, les médiévistes et les contemporanéistes ont eux même beaucoup nuancé la portée et la solidité de ces traits d’évolution. Aussi faut-il éviter le piège d’une conception trop linéaire des évolutions depuis un cadre contraignant à la pure et simple dissolution des systèmes de nomination. De ce point de vue la différence est grande entre l’usage fait des prénoms et celui fait des noms de famille. Instabilité, flexibilité et effets de mode sont anciens. Passés les xive et xve siècles, le développement de systèmes de nominations plus complexes témoigne sans nul doute du besoin de définition accru des identités collectives, chacun rêve du bon nom, à la fois conforme et singulier. Une illusion d’autant plus remarquable que le nom constitue un support efficace d’annonce des identités, mais un support trompeur et partiel. C’est pourquoi, il s’avère nécessaire de mieux distinguer entre étude des identités et anthroponymie. Car le nom est menteur, il ne se révèle qu’à la lumière des exigences des groupes de pouvoir, des réseaux sociaux et de l’infini variété des stratégies individuelles et familiales qui président à sa conservation et à son histoire. En ce sens, les noms modernes ne sont sans doutes pas plus proches des identités familiales que les noms actuels41. Au nombre des phénomènes qui dessinent les contours des systèmes de nomination, relevons les nouvelles fractures religieuses, les bouleversements territoriaux et politiques de l’Europe moderne, les mouvements migratoires et les processus de colonisation qui les accompagnent, mais aussi les mécanismes sociaux tels que l’ouverture de la noblesse moderne. Il serait donc naïf d’imaginer que les élites sédentaires ne recourent pas à la manipulation des noms pour renforcer l’image de leur homogénéité sociale et la conformité de leur dénomination avec les systèmes de références en vigueur ; il serait tout aussi simplificateur de croire que les changements de noms des migrants répondent toujours à des exigences identiques. La reprise d’un nom préalablement changé peut aussi s’avérer très profitable pour ces individus. Tendance à la stabilité affichée et instabilité réelle sont donc parfaitement complémentaires.

Haut de page

Bibliographie

Auke Pierter, Jacobs, « Pasajeros y polizones. Algunas observaciones sobre la emigración española a las Indias durante el siglo xvi », Revista de Indias, n° 172, Madrid, 1983.

Bizzocchi, Roberto, Genealogie incredibili : scritti di storia nell’Europa moderna, Bologne, 1995.

Bennassar, Bartolomé et Lucile, Les chrétiens d'Allah : l'histoire extraordinaire des renégats, xvie et xviie siècles, Paris, nouvelle édition augmentée, 2006.

Bourin, Monique, Jean-Marie Martin, François Menant (recueillis par), L’anthroponymie document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, (Actes du colloque international organisé par l’école française de Rome, 6-8 octobre 1994), Rome, 1996.

Bourin, Monique (éd.), études d’anthroponymie médiévale, I-II Rencontres d’Azay-Le-Ferron, 1986-1987, Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, t. I, Tours, 1989.

Bourin, Monique et Pascal Chareille (éd.), études d’anthroponymie médiévale, III-IV Rencontres d’Azay-Le-Ferron, 1989-1990, Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne. Intégration et exclusion sociale : lectures anthroponymiques, t. II-1 Persistance du nom unique. Le cas de la Bretagne, anthroponymie des clercs, et t. II-2, Persistances du nom unique. Désignation et anthroponymie des femmes. Méthodes statistiques pour l’anthroponymie, Tours, 1992

Bourin, Monique et Pascal Chareille (éd.), études d’anthroponymie médiévale, V-VI Rencontres d’Azay-Le-Ferron, 1991-1993, Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, t. III, Enquêtes généalogiques et données prosopographiques, Tours, 1995

Beck, Patrice (éd.), études d’anthroponymie médiévale, VII Rencontres d’Azay-Le-Ferron, 1995, Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne. Discours sur le nom : normes, usage et imaginaire (vi-xvi), t. IV, Tours, 1997.

Bourin, Monique et Pascal Chareille (éd.), études d’anthroponymie médiévale, VII-VIII Rencontres d’Azay-Le-Ferron, 1995-1997, Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne. Intégration et exclusion sociale : lectures anthroponymiques. Serfs et dépendants au Moyen Age (viii-xii), t. V-1 et t. V-2, Serfs et dépendants au Moyen Age (Le nouveau servage), Tours, 1997.

Catane, Moché, « Les prénoms des juifs du Bas-Rhin en 1808 », dans Jacques Dupâquier, Alain Bideau, Marie-Elizabeth Ducreux (recueil de contributions préparé par), Le prénom. Mode et histoire. Entretiens de Malher 1980, Éditions EHESS, Paris, 1984, p. 321-331.

Cursente, Benoît, « Aspects de “La révolution anthroponymique” », dans Bourin, Monique, Jean-Marie Martin, François Menant (recueillis par), L’anthroponymie document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, (Actes du colloque international organisé par l’école Française de Rome, 6-8 octobre 1994), Rome, 1996, p. 41-62.

Denis Vincent, Une histoire de l'identité : France, 1715-1815, Paris, 2008.

Domínguez Ortiz Antonio et Bernard Vincent, Historia de los moriscos, Madrid, 1993.

Dupâquier, Jacques, Alain Bideau, Marie-Elizabeth Ducreux (recueil de contributions préparé par), Le prénom. Mode et histoire. Entretiens de Malher1980, Éditions EHESS, Paris, 1984.

Fine Agnés et Françoise-Romane Ouellette (éd.), Le nom dans les sociétés occidentales contemporaines, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 2005.

Gainot, Bernard, Les officiers de couleur dans les armées de la République et de l’Empire (1792-1815), Paris, 2007.

Hébrard, Jean, « Esclavage et dénomination : imposition et appropriation d'un nom chez les esclaves de la Bahia au xixe siècle », Cahiers du Brésil contemporain, 53-54, 2003, p. 31-92.

Hemming, John, La Conquista de los Incas, México, FCE, 1982.

Hoyez, Suzanne et Ruffelard Andrée, « Prénoms protestants au xviie siècle en Brie et en Provence », dans Jacques Dupâquier, Alain Bideau, Marie-Elizabeth Ducreux (recueil de contributions préparé par), Le prénom. Mode et histoire. Entretiens de Malher1980, Éditions EHESS, Paris, 1984, p. 223-231.

Klapisch-Zuber, Christiane, « Le nom refait. La transmission des noms à Florence (xive-xvie siècles) », L’Homme, 1980, 20-4, p. 77-104

Klapisch-Zuber, Christiane, « Quel Moyen Âge pour le nom ? », dans Bourin, Monique, Jean-Marie Martin, François Menant (recueillis par), L’anthroponymie document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, (Actes du colloque international organisé par l’école française de Rome, 6-8 octobre 1994), Rome, 1996, p. 473-480.

Klapisch-Zuber, Christiane, La maison et le nom, Stratégies et rituels dans 1’Italie de la Renaissance, Éditions EHESS, Paris, 1990.

Lapierre, Nicole Changer de nom, Paris, 1995.

Martínez Shaw, Carlos, La emigración española a América (1492-1824), Oviedo, 1994.

Martínez Torre, José antonio Prisioneros de los infieles. Vida y rescate de los cautivos cristianos en el Mediterraneo musulmán (siglos xvi-xvii), Barcelone, 2004.

Mitterauer, Michael, « Une intégration féodale. La dénomination, expression des relations de service et de vassalité », dans Bourin, Monique, Jean-Marie Martin, François Menant (recueillis par), L’anthroponymie document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, (Actes du colloque international organisé par l’école française de Rome, 6-8 octobre 1994), Rome, 1996, p. 295-311.

Molénat, Jean-Pierre, « Les Musulmans de Tolède aux xive et xve siècles », dans Les Espagne médiévales. Aspects économiques et sociaux. Mélanges offerts à Jean Gautier-Dalché, Annales de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Nice, Nice, 1983, p. 175-190.

Molénat, Jean-Pierre, Campagnes et monts de Tolède, xii-xve siècles, Madrid, 1997.

Molénat, Jean-Pierre, « L’onomastique tolédane entre le xiie et le xve siècles. Du système onomastique arabe à la pratique espagnole moderne », dans Bourin, Monique, Jean-Marie Martin, François Menant (recueillis par), L’anthroponymie document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, (Actes du colloque international organisé par l’école française de Rome, 6-8 octobre 1994), Rome, 1996, p. 167-178.

Muñoz de San Pedro, Miguel, « Francisco Pizarro debió apellidarse Díaz o Hinojosa », Revista de Estudios Extremeños, t. VI, Badajoz, 1950, p. 503-542,.

Pétré-Grenouilleau, Olivier, Les Traites négrières : essai d'histoire globale, Paris, 2006.

Rostworowski de Diez Canseco, María, Doña Francisca Pizarro una ilustre mestiza, 1534-1598, Lima, 1989.

Rostworowski de Diez Canseco, María, Senoríos indígenas de Lima y Canta, Lima, 1978.

Salinero, Gregorio, La trahison de Cortés. Désobéissances, procès politiques et gouvernement des Indes de Castille, seconde moitiés du xvie siècle, PUF, Paris, mars 2014.

Salinero, Gregorio, « Sous le régime des licences. L’identification des migrants vers les Indes espagnoles, xvie, xviie siècles », Actes du colloque des 2-3-4 décembre, Naples 2004, dans Claudia Moati et Wolfgang Kaiser (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Maisonneuve & Larose / Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Paris, 2007, p. 345-367.

Salinero, Gregorio, Une ville entre deux Mondes. Trujillo d’Espagne et les Indes. Pour une histoire de la mobilité à l’époque moderne, Casa de Velázquez, Madrid, 2006.

Salinero, Gregorio (texte), Alexis de Kermoal (dessins), Maîtres domestiques et esclaves du siècle d’or. Dépendance domestique et dépendance servile à Trujillo, Madrid, 2006.

Sánchez Rubio, Rocío, La emigración extremeña al Nuevo Mundo: exclusiones voluntarias y forzosas de un pueblo periférico en el siglo xvi, Madrid, 1993.

Sánchez Rubio, Rocío, Isabel. Testón Núnez, El hilo que une. Las relaciones epistolares en el Viejo y el Nuevo Mundo, (siglos xvi-xviii), recueil de textes avec prologue de Antonio Domínguez Ortiz, Mérida, 1999.

Testón Núñez, Isabel, Amor, sexo y matrimonio en Extremadura, Universitas, Badajoz, 1985.

Stella, Alessandro, Histoires d'Esclaves dans la péninsule ibérique, Paris, 2000.

Sublet, Jacqueline, Le voile du nom. Essai sur le nom propre arabe, Paris, 1991.

Sublet, Jacqueline, « Nom et identité dans le monde musulman », dans Bourin, Monique, Jean-Marie Martin, François Menant (recueillis par), L’anthroponymie document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, (Actes du colloque international organisé par l’école française de Rome, 6-8 octobre 1994), Rome, 1996.

Vincent, Bernard, « Les morisques et les prénoms chrétiens », dans Louis Cardaillac (coord.), Les morisques et leurs temps, Actes de la table ronde internationale 4-7 juillet 1981, Montpellier, Nîmes, 1983, p. 57-70.

Haut de page

Notes

1 Se reporter aux publications de la série des rencontre d’Azay-Le-Ferron commencées en 1986 et au travail poursuivi par Monique Bourin depuis plus de vingt ans, en bibliographie.

2 B. Gainot, Les officiers de couleur dans les armées de la République et de l’Empire (1792-1815), Paris, 2007.

3 Plusieurs auteurs ont fait remarquer qu’il ne fallait pas trop vite réduire l’importance des liens verticaux de dépendance au tournant de l’époque médiévale à l’époque moderne, Michael Mitterauer, « Une intégration féodale. La dénomination, expression des relations de service et de vassalité », dans Monique Bourin, Jean-Marie Martin, François Menant (recueillis par), L’anthroponymie document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, (Actes du colloque international organisé par l’école française de Rome, 6-8 octobre 1994), Rome, 1996, p. 295-311.

4 Bernard Vincent, « Les morisques et les prénoms chrétiens », dans Louis Cardaillac (coord.), Les morisques et leurs temps, Actes de la table ronde internationale 4-7 juillet 1981, Montpellier, Nîmes, 1983, p. 57-70.

5 Moché Catane, « Les prénoms des juifs du Bas-Rhin en 1808 », dans Jacques Dupâquier, Alain Bideau, Marie-Elizabeth Ducreux (recueil de contributions préparé par), Le prénom. Mode et histoire. Entretiens de Malher1980, Éditions EHESS, Paris, 1984, p. 321-331.

6 Gregorio Salinero, La trahison de Cortés, PUF, Paris, mars 2014, p. 217-218.

7 Rocío Sánchez Rubio, La emigración extremeña al Nuevo Mundo: exclusiones voluntarias y forzosas de un pueblo periférico en el siglo xvi, Madrid, 1993 et Carlos Martínez Shaw, La emigración española a América (1492-1824), Oviedo, 1994.

8 Antonio Domínguez Ortiz et Bernard Vincent, Historia de los moriscos, Madrid, 1993.

9 Olivier Pétré-Grenouilleau, Les Traites négrières : essai d'histoire globale, Paris, 2006.

10 Bartolomé et Lucile Bennassar, Les chrétiens d'Allah : l'histoire extraordinaire des renégats, xvie et xviie siècles, Paris, nouvelle édition augmentée, 2006 et José Antonio Martínez Torre, Prisioneros de los infieles. Vida y rescate de los cautivos cristianos en el Mediterraneo musulmán (siglos xvi-xvii), Barcelone, 2004.

11 Gregorio Salinero, Une ville entre deux Mondes. Trujillo d’Espagne et les Indes. Pour une histoire de la mobilité à l’époque moderne, Casa de Velázquez, Madrid, 2006.

12 « Quel dicho Alonso Davila la haría honra y le daría de comer », AGI (Archivo General de Indias, Séville), série Patronato, 218 R 2 fol. 1-64.

13 Exemples empruntés à Vincent Denis, Une histoire de l'identité : France, 1715-1815, Paris, 2008.

14 Gregorio Salinero, « Sous le régime des licences. L’identification des migrants vers les Indes espagnoles, xvie, xviie siècles », Actes du colloque des 2-3-4 décembre, Naples 2004, dans Claudia Moati et Wolfgang Kaiser (dir.), Gens de passage en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne. Procédures de contrôle et d’identification, Maisonneuve & Larose / Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, Paris, 2007, p. 345-367.

15 « para cobrar de la Caja de los difuntos de Sevilla 5000 reales que dejó Pedro Alonso de Paredes que se llamaba Gaspar Serrano, su tio, hijo de Gerónimo Serrano », procuration, 9/1/1601, A.P.A.M.T. (Archivo de Protocolo del Archivo Minicipal de Trujillo), Juan de Lucio.

16 Sur les passagers clandestins à proprement parler, Jacobs Auke Pierter,  « Pasajeros y polizones. Algunas observaciones sobre la emigración española a las Indias durante el siglo xvi », Revista de Indias, n° 172, Madrid, 1983.

17 1557, série Escribania. 952/1535-1577. Sentencias del Consejo Con Francisco Noguerol sobre haberse casado dos veces !

18 Miguel Muñoz de San Pedro, « Francisco Pizarro debió apellidarse Díaz o Hinojosa », Revista de Estudios Extremeños, t. VI, p. 503-542, Badajoz, 1950.

19 Alessandro Stella Histoires d'Esclaves dans la péninsule ibérique, Paris, 2000 ; Gregorio Salinero (texte) avec dessins d’Alexis de Kermoal, Maîtres, domestiques et esclaves du siècle d’or, Casa de Velázquez, Madrid, 2006.

20 María Rostworowski de Diez Canseco, Senoríos indígenas de Lima y Canta, Lima, 1978.

21 Christiane Klapisch-Zuber, « Le nom refait. La transmission des noms à Florence (xive-xvie siècles) », L’Homme, 1980, 20-4, p.77-104 ; Christiane Klapisch-Zuber, « Quel Moyen Âge pour le nom ? », dans Monique Bourin, Jean-Marie Martin, François Menant (recueillis par), L’anthroponymie document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, (Actes du colloque international organisé par l’école française de Rome, 6-8 octobre 1994), Rome, 1996, p. 473-480 ; Christiane Klapisch-Zuber, La maison et le nom, Stratégies et rituels dans 1’Italie de la Renaissance, Éditions EHESS, Paris, 1990. Sur le cas italien voir aussi Roberto Bizzocchi, Genealogie incredibili : scritti di storia nell’Europa moderna, Bologne, 1995.

22 Suzanne Hoyez et Andrée Ruffelard, « Prénoms protestants au xviie siècle en Brie et en Provence » dans Jacques Dupâquier, Alain Bideau, Marie-Elizabeth Ducreux (recueil de contributions préparé par), Le prénom. Mode et histoire. Entretiens de Malher 1980, Éditions EHESS, Paris, 1984.

23 Sur la condition des femmes, un texte précurseur, Testón Núñez, Isabel, Amor, sexo y matrimonio en Extremadura, Universitas, Badajoz, 1985.

24 Benoît Cursente, « Aspects de “La révolution anthroponymique” », dans Monique Bourin, Jean-Marie Martin, François Menant (recueillis par), L’anthroponymie document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, (Actes du colloque international organisé par l’école française de Rome, 6-8 octobre 1994), Rome, 1996, p. 41-62.

25 « Hombre rigoroso y hombre de mucha fuerza y grande arcabuzero que ha oido decir que es hombre muy valiente y por esto cree este testigogo que sería uno de los mas ciertos conjurados » ; « incorregible facioneroso y hombre de mucha fuerzas que presume de valiente » ; « se halló y escondió en tierra del marques del Valle… y se a alavado que es de los Pizarros y deudos de los que han traicionado al real servicio se alzaron en los reinos del Pirú... es hombre travieso », AGI, série Patronato 218 R2 fol. 1-64.

26 « y luego le fué puesta una toca delgada en la boca y por mandamiento de los dichos señores se le echaron un jarro de agua... y se le hizo otro tal apercibimiento el quel dijo yo diré esperar… fuele quitada la toca y dijo que levantaré testimonio y tornósele a poner la toca y a echarle agua… », idem.

27 Idem.

28 « Por la culpa que resulta contra el dicho diego Hernández Pizarro le devemos condenar y condenamos que de la carcel e prisión en que esta sea sacado cavallero encima de una bestia de albarda atado pies y manos desnudo de la cintura arriba con pregón público que manifeste su delito e la justicia que se manda hacer ; sea traido por las calles publicas acostumbradas desta ciudad y le sean dados cien  azotes ; condenámosle más a que por tiempo y espacio de quatro años primeros siguientes sirva a SM en las galeras que andan en las costas de la mar en España e por galeote y sin sueldo y al remo el cual dicho servicio guarde e cumpla y no lo quebrante so pena que lo cumpla doblado ; y por esta nuestra sentencia definitiva... lo... mandamos con costas », idem.

29 John Hemming, La Conquista de los Incas, Mexico, FCE 1982.

30 Jean-Pierre Molénat, « L’onomastique tolédane entre le xiie et le xve siècles. Du système onomastique arabe à la pratique espagnole moderne », dans Monique Bourin, Jean-Marie Martin, François Menant (recueillis par), L’anthroponymie document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, (Actes du colloque international organisé par l’école française de Rome, 6-8 octobre 1994), Rome, 1996, p. 167-178, voir aussi Jean-Pierre Molénat, Campagnes et monts de Tolède, xii-xve siècles, Madrid, 1997 ; Jean-Pierre Molénat, « Les Musulmans de Tolède aux xive et xve siècles», dans Les Espagnes médiévales. Aspects économiques et sociaux. Mélanges offerts à Jean Gautier-Dalché, Annales de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Nice, 1983, p. 175-190.

31 AGI, Patronato 207 R1 fol. 3083

32 « con doña isabel de Valderrama hijo legitima de Pedro de Valderrama e de doña Leonor de Montecuma [difunta] e otra con doña María Manuel hermana del tesorero don Hernando de Portugal con la quel al presente hace vida », AGI, série Patronato 207 R1 fol. 3083

33 « por que se nombraba la dicho doña Leonor del apellido de Montecuma dijo que por que fué hija legítima y natural de Montecuma señor que fué desta tierra », idem

34 « abían heredado los dichos hijos... de su abuelo Montecuma diciendo que les pertenecía toda esta tierra », Idem.

35 « El año pasado de 1557 ante Diego de Morales escribano público de la dicha ciudad de Trujillo, yo doña Beatriz de Vargas (...) hicimos una escritura de (asiento) de mayorazgo de cual la dicha Beatria poseia de Juan de Vargas su padre en don Juan nuestro hijo mayor (...) después en el año de 1558 siguiente estando yo ausente falleció la dicha doña Beatriz mi mujer y en su testamento (de) ultima voluntad que hizo dijo (...) y mandó que los que sucedieren en la dicha mejora y mayorazgo se llamasen solamente de apellido de Vargas queriendo cuanto esto derogar la claúsula del dicho mayorazgo en que ella y yo habíamos ordenado que se llamasen de Carvajal y Vargas », A.P.A.M.T., testament de don Diego de Vargas Carvajal, Los Reyes, 28/6/1562, Pedro Carmona.

36 Voir l’étude de Jean Hébrard, « Esclavage et dénomination: imposition et appropriation d'un nom chez les esclaves de la Bahia au xixe siècle », Cahiers du Brésil contemporain, 53-54, 2003, p. 31-92.

37 Jacqueline Sublet, Le voile du nom. Essai sur le nom propre arabe, Paris, 1991.

38 De nombreux cas apparaissent dans les textes publiés par Rocío Sánchez Rubio, Isabel. Testón Núnez, El hilo que une. Las relaciones epistolares en el Viejo y el Nuevo Mundo, (siglos xvi-xviii), recueil de textes avec prologue de Antonio Domínguez Ortiz, Mérida, 1999.

39 Sur le contrôle d’identité, Vincent Denis Une histoire de l'identité : France, 1715-1815, Paris, 2008.

40 Agnés Fine et Françoise-Romane Ouellette (éd.), Le nom dans les sociétés occidentales contemporaines, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse, 2005

41 Nicole Lapierre, Changer de nom, Paris, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gregorio Salinero, « Systèmes de nomination, mobilité et instabilité anthroponymique moderne », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68402

Haut de page

Auteur

Gregorio Salinero

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
gregorio.salinero@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page