Navigation – Plan du site
Débats | 2015
Systèmes de nomination, mobilité et instabilité anthroponymique moderne – Coord. Gregorio Salinero
Bartolomé Bennassar

Les noms des renégats

[18/09/2015]

Résumés

Lorsque les chrétiens adhéraient à l’Islam, quels qu’en fussent les motifs, ils changeaient d’identité et notamment de nom. Au total, on a pu connaître les nouveaux noms ou prénoms de près de 700 renégats et d’une vingtaine de renégates, soit qu’ils aient pu retourner en terre chrétienne et raconter leur aventure, soit qu’ils aient eu l’occasion d’évoquer le nom de captifs restés en pays musulman. Nous connaissons rarement les circonstances du choix du nouveau nom qui est parfois celui du nouveau maître ou qui peut être tiré au sort. Le plus souvent cependant, ce n’est pas le cas. Mais certains prénoms ne sont pas attribués, alors que d’autres arrivent en tête de ceux attribués aux captifs : les renégats ne reçoivent pas le nom de Mansour, victorieux ; Mostafa (« élu pour sa pureté par Dieu ») et Mourad (« Désir de Dieu », ou « Désir ») sont au contraire les plus communément attribués. Les prénoms tirés de la famille du prophète sont souvent utilisés, mais les noms bibliques ne sont pas absents pour autant. En passant en revue de très nombreux exemples et cas individuels, l’article montre comment, au-delà de l’attribution de circonstance, le nouveau nom des captifs ne devenait une composante importante de leur identité que dans le cas ou ceux-ci devenaient de véritables musulmans.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsque des Chrétiens adhéraient à l’Islam quels que fussent les motifs et les circonstances de cette adhésion, ils changeaient d’identité. Cette mutation s’effectuait dans le cadre d’un rituel qui comportait plusieurs opérations : d’abord la reconnaissance de la divinité d’Allah par une formule consacrée que devait prononcer le converti : « La ilaha illa Allah Mohammed rezul Allah », c’est-à-dire « Il n’y a de Dieu que Dieu et Mahomet est son messager ». De façon exceptionnelle mais nous connaissons plusieurs exemples de ce cas, le converti devait aussi explicitement par des mots ou un geste manifester leur rejet du symbole de la croix. Ensuite, le converti se dépouillait de ses vêtements et s’habillait à la mode musulmane, arabe, berbère ou turque, selon le lieu. Il se faisait raser la tête, tout en gardant un toupet. C’est ainsi, par exemple, que le maître charpentier de marine baléare Gregorio Trujol signifia publiquement qu’il voulait adhérer à l’Islam : il quitta ses vêtements chrétiens, puis, il endossa des habits de musulman. Il pouvait advenir que le nouveau musulman soit circoncis aussitôt, notamment s’il s’agissait d’un enfant. Enfin, il recevait un nouveau prénom.

2Il est vrai que ce rituel connaissait une variante importante lorsque la conversion procédait d’une démarche absolument volontaire et libre de l’individu concerné. Dans ce cas, la cérémonie était solennelle, avec procession et musique et se déroulait en présence d’un grand concours de peuple. Nous en connaissons plusieurs exemples, notamment à Alger.

Recevoir un prénom musulman

3Sauf exception nous ne savons pas comment se faisait le choix du nouveau prénom. En revanche, nous connaissons souvent le prénom que porta le converti si les hasards de la vie le ramènent en Chrétienté, des mois ou des années plus tard. D’autre part, au cours des audiences, il arrive souvent que l’ancien renégat fasse mention d’autres renégats qu’il a rencontrés à Alger, Tunis, Fez, Tripoli, Istanbul ou autres lieux et dont il donne le nom musulman. De la sorte, j’ai pu connaître les nouveaux noms ou prénoms de près de 700 renégats et d’une vingtaine de renégates. J’ai constitué un tableau des occurrences rencontrées que l’on pourra consulter en annexe.

4Comme déjà dit, la plupart du temps on ignore les motivations et les circonstances du choix du nouveau nom. Quelques exceptions cependant : on constate parfois que le converti se voit attribuer le nom de son nouveau maître : ainsi, Louis Blanc, de Marseille, qui comparait à Barcelone en 1614 s’appelait Morat (Mourad) comme son maître musulman, et l’Allemand Peter Spayer, d’Eisenach, rencontré en 1670, s’appelait en Islam Mohammed comme son maître. Mais ce n’est pas une règle : Michel Honoré, de Troyes, déclare au tribunal de Barcelone, en 1610, qu’il s’appelait Mami, alors que son maître était un raïs renégat nommé Morat.

5On constate fréquemment que le nom a été donné par le maître (tel Antoine Pelous, de Cassis, appelé Mostafa par son maître), ou par les ravisseurs dès après la capture dans les expéditions de course, c’est, en particulier, le cas des enfants. Très exceptionnellement, le Murcien Juan Dato, soldat au Peñon, qui déserta et fut présenté au Sultan reçut de lui le prénom de Mohammed. Selon Peter Castriana, Allemand du Holstein, qui dépose devant le tribunal de Majorque en 1648, son nouveau nom fut tiré au sort parmi plusieurs bulletins qui portaient chacun un nom différent. Mais je n’ai trouvé aucun autre exemple de ce modus operandi. Enfin, il y a deux ou trois cas de changement de nom. Le franciscain de Coria, Cristobal Rodriguez, au parcours tourmenté, soldat à Oran où il déserta, s’appela d’abord Ali, puis Abdallah. Il semble bien aussi que Miguel Lopez, Aragonais et soldat de Don Sebastian, pris lors de la fameuse bataille des Trois Rois de 1578, refusa de recevoir le nom d’Ali.

6Le problème le plus intéressant concerne la signification de ces prénoms. J’ai toutes les raisons de penser que la plupart des renégats ignoraient le sens et l’origine de leur nouveau nom. Mais il en allait autrement des Musulmans qui attribuaient les noms. Essayons de les expliquer.

7La première observation que je crois intéressante est relative aux très nombreux prénoms qui n’étaient jamais attribués aux renégats ou de façon tout à fait exceptionnelle. Par exemple, un très grand nombre de prénoms musulmans commencent par Abdel, c’est à dire le serviteur de : Abdelaziz (du Tout Puissant), Abdelbadi (de l’inventeur de toutes choses) Abdelhakim (du Juge) Abdelhaqq (du vrai), Abdelkader (du Puissant), etc. Il en existe une bonne trentaine. Or, ce type de prénoms n’apparaît pas dans la nomenclature des renégats, à une seule exception près et encore très limitée : Abdallah (le serviteur de Dieu), comme s’il s’agissait de ne pas attribuer à un renégat une forme de spécialisation.

8On remarque également l’absence de prénoms qui font référence à une qualité exceptionnelle. Il n’est pas étonnant que les renégats ne reçoivent pas le prénom de Mansour, c’est à dire victorieux ou de Fateh, Fatih, qui a le même sens. Il y a une exception, peu explicable, celle de Diego Gimenez, de Baeza, qui était soldat au Peñon et qui fut donné par le roi de Fez à un renégat. On connaît au Maroc un autre renégat célèbre nommé Almanzor mais cette fois c’est compréhensible car il a participé à la conquête du Soudan.

9En revanche, dans cet échantillon de plus d’un demi millier de noms aucun Anouar (lumineux éblouissant), pas de Aqil (Intelligent,) de Balir (éloquent), de Fade ou Fadil (Supérieur, Excellent.), de Housni (naturellement beau) ou de Jemel (beau). On trouve cependant un Mahir, prénom turc qui signifie ingénieux, habile, et un Saïd (heureux, chanceux), quatre Selim (sain, qui a le cœur pur). Dans ce registre la seule exception importante est celle de Rachid ou Rached qui signifie Droiture, bonne vie ou encore Guide et que l’on rencontre une vingtaine de fois. Faut il le considérer comme un exemple ? Aucune explication particulière à la présence de quatre Ridouane (Ridwane) qui signifie satisfaction, contentement.

10Parmi les noms surprenants signalons celui attribué à l’Anglais de l’archipel des Scillyn Peter Dien, capturé à l’âge de 9 ans et que l’on retrouve 12 ans plus tard sous le nom de Bouhrane (ou Bouirane), soit « preuve évidente venant de Dieu. »

11Un seul prénom relativement courant concerne le monde physique ; Jafer ou Xafer, qui signifie ruisseau, fleuve, que j’ai trouvé 22 fois, sans découvrir une raison précise et plausible à ce choix.

Le sens des nouveaux prénoms

12Venons en maintenant aux prénoms attribués de manière très fréquente : deux d’entre eux se détachent : Mostafa ou Moustapha ou Mustapha et Morat (Mourad), qui apparaissent plus de 90 fois (le premier) et quelque 80 fois (le second). Leur signification ne fait pas problème : Mostafa veut dire « élu pour sa pureté par Dieu » et Mourad « Désir de Dieu ou, plus simplement, Désir ». Cela dit, on n’en sait pas beaucoup plus. Les personnalités des individus, quand on les connaît, les circonstances de leur passage à l’Islam, ne permettent pas d’expliquer ces choix. A la rigueur, on pourrait croire que le jeune Corse Pietro ; capturé à l’âge de 5 ans, qui apparaît devant le tribunal de Barcelone en 1578, ou Boniface Proteau, pris en course à 12 ans, que l’on retrouve en 1615, ou encore Andrès, Basque d’Eibar, enlevé à l’âge de 14 ans, avaient reçu le nom de Mostafa en raison de leur innocence… supposée ! Mais que dire des Mostafa de 30 ou 40 ans, fort nombreux et qui ont reçu ce nom un peu partout en Méditerranée : à Alger, Tunis, Fez, Salé ou Istanbul, dont beaucoup ont eu un parcours personnel agité ! Je doute que leur nom leur ait été attribué pour la transparence de leur âme.

13Le cas de Mourad (Morat) pose des questions comparables. Je veux bien admettre qu’un certain nombre de convertis aient éprouvé « le désir de Dieu » ou qu’ils aient été portés par le désir fort d’autre chose. Mais, à en juger par les circonstances de leur adhésion à l’Islam, le plus souvent contraintes, je croirais volontiers que ce nouveau prénom leur a été donné de façon quasi automatique, en vertu d’une quelconque loi des séries. Il arrive en effet que plusieurs noms de Mourad soient donnés en même temps à la suite d’une capture massive sur terre ou sur mer. Ajoutons que Morat est un nom porté par plusieurs raïs renégats.

14Un autre nom, rencontré plus de cinquante fois pose un problème particulier car il ne figure dans aucune des listes des prénoms musulmans, arabes, berbères ou turcs, que j’ai consultées. On trouve Mamoun ou Maïmoun mais pas Mami. Il s’agit en effet de Mami, qui semble réservé aux renégats et en particulier à ceux qui se sont livrés à la course. D’ailleurs, nombre de raïs sont des Mami, comme on peut le constater déjà en lisant la liste des raïs algérois de 1581 établie par Diego de Haedo. Cette liste comporte une trentaine de raïs parmi lesquels on compte trois Mourad (Morat) et huit Mami. Il vaut la peine de les citer : soit Mami Arnaut, Capitaine de la mer, renégat, une galère de 22 bancs ; Dali Mami, renégat grec (une galère de 22 bancs) ; Marja Mami, renégat génois (une galère de 18 bancs) ; Mamixa, renégat génois (une galère de 18 bancs) ; Mami Raez, renégat vénitien (une galère de 22 bancs) ; Mami Gancho, renégat vénitien (une galère de 20 bancs) ; Mami Corso, renégat corse (une galère de 20 bancs) ; Mami calabrès, renégat (une galère de 20 bancs). Autrement dit, tous les Mami sont des renégats d’origine européenne (notons que Arnaut désigne un Albanais). Il est vrai qu’il y a une exception, un Mamixa turc. Mais il semble bien qu’on puisse considérer que le nom de Mami, absent de la nomenclature des prénoms musulmans, soit un monopole des renégats

15La référence fréquente au prophète Mohammed et à sa famille soulève moins de questions. Mohammed, (qui signifie très loué, lieu de la louange) apparaît plus de 50 fois, autant que Mami, et peut être considéré comme un nom de gala, honorifique en quelque sorte, et on peut s’étonner qu’il ait été donné à des renégats, d’autant qu’il ne s’agit pas de gens dont l’adhésion à l’Islam avait entraîné des risques particuliers ; ainsi, le Sicilien Francesco Amabile, enlevé à 4 ou 5 ans, a été appelé Mohammed. Et Miguel Fornes, de Palma de Majorque, n’avait lui que 11 ans quand il fut capturé, puis pareillement nommé. Ajoutons que plusieurs Mohammed, insensibles à cet honneur, s’évadèrent pour revenir en Chrétienté.

16En tout cas, la famille du Prophète a été souvent mise à contribution. Ali, son gendre, est un prénom donné aussi souvent que Mohammed, et Fatima sa fille, épouse d’Ali, vient largement en tête des noms féminins dont nous disposons. Leur fils Hassan (Azam, Assan) est utilisé une quarantaine de fois, et davantage si l’on tient compte de ce que Hossein (Usaïn, Husayn, Houssaine) (six mentions) est un diminutif de Hassan et désigne donc le même personnage. Ajoutons que Omar, beau-père de Mahomet et deuxième calife, et Osman, ,troisième calife, ont droit à quelques emprunts, trois ou quatre chacun. On peut penser que cette insistance à utiliser les fondateurs de la religion musulmane pour en quelque sorte débaptiser des Chrétiens et leur donner une nouvelle identité témoignait d’une volonté intégratrice. Le choix fréquent (une trentaine d’occurrences) d’Ahmed (Amet, Hamed), nom céleste du Prophète, qui signifie « le plus loué », irait dans le même sens.

17Autre marque de la volonté d’islamisation, le recours au calendrier musulman. Mais sur les douze mois de ce calendrier, trois seulement sont utilisés comme prénoms donnés aux renégats, peut-être parce que mois sacrés : Chaban (Chabane),huitième mois du calendrier et mois de préparation au Ramadan, que j’ai trouvé 28 fois, Ramadan, neuvième mois du calendrier et mois par excellence du jeûne, qui apparaît 30 fois, et enfin Rajab, septième mois avec 20 occurrences mais il est possible qu’il ait été donné davantage car ce mot est toujours très mal écrit (Recep, Ricep, Rigep, Rejete, etc..) On peut le confondre avec Rachid ou Rached.

18L’attribution de ces prénoms était elle liée à la date de l’adhésion à l’Islam du converti ? Je n’en sais rien et le caractère mobile des dates des mois dans l’année musulmane ne facilite pas l’expertise.

19Un dernier groupe de prénoms masculins correspond à ceux qui viennent de la Bible, particulièrement de l’Ancien Testament. Ils attestent la force des liens entre les trois religions du Livre. Ils sont moins nombreux que ceux qui concernent la famille du Prophète, ce qui est logique, mais tout de même très présents. Curieusement Souleymane (Soliman), est l’un des plus utilisés (25 occurrences, peut-être en raison du prestige du Sultan de ce nom, Soliman II dit le Magnifique(1520-66). Il y eut parmi les Soliman le Malouin Jean Mounet, qui s’évada, un Abraham Clemens, Hollandais qui épousa une More, mais aussi le maître calfat de Minorque Gregorio Trujol, devenu un vrai musulman et qui acheva ses jours comme raïs tué au combat. Comme prénom, Soliman est cependant dépassé par Yusuf (Usuf), c’est-à-dire Joseph, le plus fameux des treize fils de Jacob (Yaqoub) et le premier qu’il eut de sa deuxième épouse Rachel, Joseph dont le manteau multicolore, la haine jalouse de ses frères et la réussite en égypte ont fait la célébrité. J’ai rencontré 28 fois le prénom de Yusuf parmi les renégats. A côté de Joseph et de Salomon, le patriarche Abraham qui devient Ibrahim ou Brahim en Islam n’a droit qu’à une douzaine d’occurrences. Moïse (Musa, Moussa) n’apparaît que deux fois et Ismael, fils d’Abraham, une seule fois.

20Je dois préciser que le prénom turc Baran (ou Bayran) dont je n’ai pu découvrir le sens est relativement fréquent parmi les renégats qui ont vécu à l’Orient de la Méditerranée (Tripoli et Istanbul surtout). J’ai trouvé une fois Aydar (Haydar), le Lion, qui fut un soldat de Don Sebastian de Portugal et fut pris en 1578 (s’était il battu comme un lion ?), quelques prénoms non identifiés (Magalon, Garif, Abdi, Kassim). Je n’ai pu en déchiffrer quelques uns. D’autre part, s’il est très fréquemment certain qu’un renégat a bien reçu un prénom déterminé, il est aussi fréquent que le document ne le communique pas.

Quelque cas de femmes

21Je dispose de peu d’informations à propos des prénoms féminins car les renégates qui apparaissent dans la documentation inquisitoriale ou dans les chroniques sont peu nombreuses. J’ai cependant signalé, à propos de la famille du Prophète, le cas des Fatima, prénom bien représenté. Radija et Aïcha, épouses de Mahomet, Amina sa mère et Halima (Alima), sa nourrice, apparaissent aussi, de même que Mariam (Marie), Rachida (Bon guide), Malika (Reine), Jemila (Belle) ou Sara, épouse d’Ibrahim, Urquia, Sofia. Comment les chrétiens renégats vivaient ils leur nouvelle identité ? Celle-ci avait elle pour eux un sens ? La plupart du temps nous ne le savons pas. Nous ne disposons que de rares indices : Juan Roman, de Conil (Cadix) se faisait curieusement appeler Ali Santiago. Quant à l’armurier lombard, Filippo Cavalim, resté profondément chrétien et qui fit sept tentatives d’évasion, quoique ayant reçu le prénom d’Ali, il continuait à se faire appeler Filippo par les captifs chrétiens de Fez.

22Il en allait tout différemment quand les renégats avaient véritablement adhéré à l’Islam. écoutons Francesco Guicciardino, un Ferrarais devenu un raïs redoutable à Tunis, Ali de la Mer Noire. Nous n’avons aucun doute à propos de ses origines chrétiennes, que nous avons démontrées. Or, il revendique hautement son identité musulmane : « Je suis turc, né à Sinope… J’ai quarante ans. Mon père, décédé aujourd’hui, s’appelait Isem ; il était turc, né à Sinope ; Ma mère est née à Sinope également, je ne sais si elle vit encore. Mes grands-parents maternels, Mahomet et Aïssa, décédés, étaient des Turcs de Sinope…Mon père eut un frère, Assan raïs, qui vivait encore lorsque je quittai Sinope, ma sœur Fatima, plus âgée que moi, vivait à Sinope lorsque, tout jeune, j’ai quitté cette ville où je ne suis jamais revenu. Je suis marié à Tunis avec une Turque, Mina, depuis seize ans ; nous avons un fils, Mahomet, quatre ans, et une fille, Raxia, un an… ». On remarquera le soin avec lequel Guicciardino a choisi les noms de sa famille prétendue : Mahomet, Aïssa, Assan, Fatima !

23Le Languedocien Guillaume Bedos agit de même. Devenu Chaban (Xaban), il se prétend Grec de l’archipel Et son père et sa mère, de Skyros et de Négrepont, se nommaient, à l’en croire, Mahomet et Fatima, comme le Prophète et sa fille.

24La conclusion s’impose, me semble-t-il. Les noms donnés aux renégats ne prenaient un sens que si ceux-ci, au delà d’une conversion de commodité ou de contrainte, devenaient de véritables musulmans. Alors seulement, leur nouveau nom, devenait une composante importante de leur identité.

Annexe : les noms des renégats et leurs occurrences

25(Le signe + fait référence aux allusions, dans les documents, à d’autres renégats qui portaient ce même prénom)

Haut de page

Annexe

Prénom

Occurences

Mostafa (Moustafa) : Elu pour sa pureté par Dieu

90 +

Mourad (Morat) : Désiré de Dieu, Désir

80 +

Ahmed (Hamet, Amet Le plus loué, qui loue Dieu)

29

Mami (Semble réservé aux renégats., surtout Européens)

50 +

Le prophète et sa famille

Mohammed (Mahoma) : Très loué, le lieu par excellence

de la louange (le Prophète)

50 +

Ali : Elevé, Noble (gendre de Mahomet)

50 +

Hassan (Azan) (Fils d’Ali et de Fatima)

39

Hossein (Husayn, Uzaïn) Diminutif de Hassan

6

Omar (‘2° calife et beau-père du Prophète)

3

Osman (3° calife)

4

Fatima (fille du Prophète)

12

Aïssa (2° épouse du Prpphète)

2

Alima (Halima) (Nourrice du Prophète)

1

Le calendrier islamique

Rajab (7° mois du calendrier Islamique)

20

Chaban(Jaban,Xaban) ; 8° mois

28

Ramadan (Rabadan) (9° mois du calendrier islamique)

30

Les prénoms inspirés de la Bible

Ibrahim, Brahim (Abraham)

12

Yusuf , Usuf (Joseph, fils de Jacob)

28

Souleymane, Soliman (Salomon)

23

Moussa, Musa (Moïse)

2

Ismaël (fils d’Abraham et de Hajar)

1

Aïssa (Jésus)

1

Divers

Abdallah (serviteur de Dieu)

5

Reduane, Ridouane, Ridwane (Satisfaction, contentement)

9

Salim , Sélim (Qui a le cœur pur et droit)

4

Rachid, Rached (Droiture, bonne vie, guide)

20

Bouhrane ( Preuve évidente venant de Dieu)

1

Jafer, Xafer (Ruisseau, rivière, fleuve)

21

Mahir (Ingénieux, habile, prénom turc)

1

Bairan ,Badrane  (Beau et lumineux comme la lune) ?

11

Haïdar (Lion)

1

Almanzor, Mansour (Victorieux)

4

Autres prénoms féminins

Fatta (gagnante, victorieuse)

3

Jizmina

2

Camar (prénom turc)

2

Sofia

1

Illisibles

22

Sources

Pour l’essentiel, les procès et relations de causes des séries Inquisition de l’Archivo Histórico Nacional (Madrid), tribunaux de Sicile, Sardaigne, Majorque, Barcelone, Murcie, Grenade, Séville, Saint Jacques de Compostelle, Canaries ; de l’Arquivo da Torre do Tumbo, Seccao Inquisiçao, Lisbonne ; de Arquivo do Stato, Venise.

On été également utilisés :

Fray Diego de Haedo : Topografía e Historia General de Argel, Valladolid, 1612

Emmanuel d’Aranda, Relation de la captivité et liberté du sieur d’Aranda jadis captif à Alger, Bruxelles, 1662.

Luis Alberto Anaya, Moros en la Costa, Gobierno de Gran Canaria, Las Palmas de Gran Canaria, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bartolomé Bennassar, « Les noms des renégats », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68406 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.68406

Haut de page

Auteur

Bartolomé Bennassar

Université Toulouse Mirail
bartolome.bennassar@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page