Navigation – Plan du site
Débats | 2015
Systèmes de nomination, mobilité et instabilité anthroponymique moderne – Coord. Gregorio Salinero
Ciaran O' Scea

Les pratiques de nomination des migrants irlandais en Espagne (1600-1680) : entre le rejet et l'assimilation

[18/09/2015]

Résumés

L’émigration des Irlandais en Castille durant le xviie siècle illustre parfaitement les relations entre l’instabilité anthroponymique et la mobilité des personnes. Bien souvent, les Irlandais durent abandonner leurs noms gaéliques et adopter un nom castillan. L’étude du nom de 2 600 migrants entre 1600 et 1680 révèle deux éléments. Le premier est que les Irlandais sont implicitement assimilés aux morisques durant la seconde décennie du xviie siècle ; la fréquence des cinq principaux noms gaéliques décroit au point qu’ils disparaissent quasiment avec d’autres traits culturels qui distinguaient les Irlandais. Dans le même temps, les Irlandais adoptent des noms constitués selon les standards européens ou bien internationalisent leurs noms. Par ailleurs, on peut constater qu’ils adoptent les pratiques culturelles castillanes. Cependant, ces changements ne deviennent manifestes qu’avec la seconde génération de ces Irlandais installés en Castille.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 G.T. Beech, M, Bourin y P. Chareille (eds.), Personal names studies of medieval Europe : social ide (...)

1Au cours de ces dix dernières années, plusieurs historiens tels que Monique Bourin, David Postles et David Wilson ont considérablement amélioré nos connaissances sur les systèmes de nomination médiévaux et contemporains dans le domaine européen1. Cependant, en ce qui concerne l'époque moderne il existe encore de nombreuses lacunes dans nos connaissances sur les usages et les pratiques des prénoms et des noms de famille pour beaucoup d'états modernes, où l'on présume que l'individu demeurait dans son lieu d'origine tout au long de sa vie.

2Les problèmes qui peuvent surgir au moment de choisir un nom augmentent considérablement dans les situations liées à l'immigration, ainsi que dans les contextes d’échanges interculturels. Il existe beaucoup de points de réflexion autour du rôle socio-économique des immigrants en tant que membres d'une minorité et sur la façon dont ils réagissent face à leur nouvelle réalité : s’intègrent-il dans leur nouveau milieu de vie ; assimilent-ils les normes auxquelles ils sont désormais soumis ; résistent-il à tout ce qui ne leur est pas familier ; éprouvent-il le besoin de valoriser leur identité ou bien de la cacher pour faire face à l’appareil administratif ? Autant de question qui sont d’actualité aujourd’hui tout comme au xviie siècle. Dans une telle situation, comment vont-ils utiliser le système de nomination ou d'identification de leur pays d’origine ou de leur culture ? Dans quelle mesure adoptent-il, ou non, une partie des éléments de la culture de leur pays d’adoption ? Comment se présentent les migrants tant à l’oral qu'à l’écrit ? Des noms différents seront-ils employés, l’un à destination de l’appareil bureaucratique auquel ils sont nouvellement soumis, et l’autre à celui de leurs compatriotes, un autre encore à destination de leur famille ? Comment s'appelleront-ils leurs enfants ? Selon quelle tradition ? Quels effets aura leur expérience dans le système de nomination de la société d'accueil ?

3Je ne prétends pas, dans cet article, répondre à chacune de ces questions. En revanche, j’examinerai les changements qui se produisent dans les systèmes de nomination des minorités étrangères en prenant comme exemple celui de l'émigration irlandaise au royaume de Castille au cours des quatre-vingts premières années du xviie siècle. Dans la première partie je camperai le contexte irlandais sur le plan sociopolitique, avant l'échec de l'intervention espagnole en Irlande au début du xviie siècle. Ensuite, j’analyserai les transformations et des changements intervenus dans l'utilisation et la pratique des noms de famille et des prénoms irlandais, tel qu’ils apparaissent dans la documentation castillane de l'époque, en même temps que j'essayerai d'interpréter ces changements.

Le contexte irlandais

  • 2 T.W. Moody et alii, A New History of Ireland, vol. 3 : Early Modern Ireland, 1534-1691.
  • 3 Voir A.Clarke, The Old English in Ireland, 1625-42.
  • 4 Il existe une tendance dans l'historiographie irlandaise à réduire ces deux groupes d'origine angla (...)

4Avant la fin de la conquête anglaise en 1603, on peut diviser la population irlandaise en trois groupes ethniques : ceux d'origine gaélique, qui représentaient la plus grande partie de la population, connus comme Old Irish ou Irlandais anciens, descendants des premiers habitants de l'île ; et deux groupes d'origine anglaise issus de la conquête incomplète que les Anglo-normands ont mené au xiie siècle. Parmi ces derniers, les dénommés anglo-normands, constituent une noblesse de propriétaires terriens, dont la plupart se sont mariés avec des membres des clans gaéliques et ont adopté bon nombre de leur coutumes2. Le dernier groupe était constitué des Old English, ou Anglais anciens, qui ont peuplé les villes côtières et la côte Est de l'Irlande appelée Pale dans les environs de Dublin3. Ils se sont différenciés du premier groupe d'origine anglaise parce qu’ils constituaient principalement une oligarchie urbaine qui a pourvu la plupart des fonctionnaires de l'administration royale irlandaise, au moins jusqu'à la Réforme d'Edouard vi et d'Isabelle i4. En ce qui concerne cet article, les précisions sur la société se réfèrent aux éléments gaéliques et anglo-normands.

  • 5 Pour une introduction à la société gaélique voir K.W. Nicholls, Gaelic and Gaelicized Ireland in th (...)

5Toute approche de la société gaélique prédominante en Irlande jusqu'en 1605 doit prendre comme point de départ le fait qu'il s'agissait d'un système agnatique, très proche des structures des taïfas du haut moyen-âge espagnol, où s'étaient développées des structures de pouvoir au sein du cadre du système de clans et où la justice et la réparation des délits étaient une affaire de groupe de parenté, basé sur l’honour price de l'individu5. Les juges on réduit la part des procédures et ont pratiqué de préférence les accords judiciaires entre groupes de parenté pour obtenir des compensations aux divers délits. Le système semble s’être développé ainsi à cause de l'absence d'appareil étatique moderne.

  • 6 Sur la généalogie voir K.W. Nicholls, «Genealogy», p. 156-61 ; B.M. Kane, The Beauty of Virtue : Ho (...)
  • 7 Pour un exemple semblable voir J.A. González Alcantud, « Famille, généalogie et mémoire à Fez. Mesu (...)
  • 8 B. Mac Cuarta, « Matthew de Renzy's letters on Irish Affairs 1613-20 », p. 129.

6A la base de ces règlements, il y avait une structure agnatique, où l'héritage ne passait que par la lignée paternelle, et dans laquelle la parenté tendait à s’organiser de la même façon. Ces éléments, alliés à la complexité du système d'héritage, favorisaient une structure familiale horizontale et non verticale, comme cela était courant en Castille. Le système agnatique a impliqué d'autres conséquences importantes : en premier lieu, il véhiculait une conception originale des notions d’honneur et du rôle de la généalogie destinée à bonifier le comportement et la renommée de sa noblesse6. En second lieu, la force de sa structure contribuait à maintenir les biens et les terres dans le groupe agnatique par l’intermédiaire des mariages, souvent consacrés entre des degrés interdits par l'église, et à glorifier les actes héroïques de ses lignages, ce qui à son tour conduisait à des conflits fratricides entre les divers clans pour s’assurer la suprématie régionale. En raison de la nécessité d'attiser ces rivalités, devenues une fin en soi, il existait toute une classe de poètes et d'historiens dont la fonction principale était de glorifier la contribution des individus à l'honneur et à la gloire du groupe de parenté, considéré comme des êtres vivants incluant tant les ancêtres défunts que les membres vivants. En ce sens, la fonction de la généalogie dans la société gaélique était très différente de beaucoup d'autres sociétés européennes, car l’individu regarde ses ancêtres non comme une histoire descendante d'Adam au présent, mais comme une histoire ascendante depuis l'individu jusqu'à ses ancêtres7. Finalement, il n'est pas surprenant que les autorités anglaises aient investi autant de temps et d'énergie pour essayer d'éliminer ces poètes et historiens. Un colonisateur protestant allemand recommanda même de liquider cette catégorie toute entière afin d'éradiquer toute possibilité que les seigneurs gaéliques puissent savoir d'où ils venaient8.

  • 9 Sur cet aspect voir L. Mac Mathuna, « what’s in an Irish Name ? ».

7En outre, le système agnatique favorisait la séparation légale entre le groupe de parenté paternel et maternel, très caractéristique du système gaélique. En revanche, toute la considération dont pouvait être créditée la parenté maternelle, parce que n'étant pas de descendance agnatique, se limitait à l'habitude qu'avaient les femmes d'utiliser le participe ni -qui signifie fille de- et les noms de famille de leurs pères, qu'elles soient mariées ou non. Par ailleurs, en raison des liens matrimoniaux étroits qui se sont développés entre les différentes familles et entre les branches de chacune d’elles, les évolutions se sont organisées en quatre systèmes de nomination, encore en vigueur à présent dans certaines régions d'Irlande9.

  • 10 Voir B.. Ó. Cuív, « Aspects of Irish Personal Names »; M.A. O’Brien, « Old Irish Personal Names: M. (...)
  • 11 i. e. latin, nordique, normand, et Anglais.
  • 12 B.Ó. Cuív, « Aspects of Irish Personal Names », p. 156, 166.
  • 13 B.Ó. Cuív, « Aspects of Irish Personal Names », p. 174-75.

8Pour terminer cette analyse du contexte anthroponymique irlandais, rappelons qu'il existe peu d'études sur les systèmes de nomination irlandais, bien que l'utilisation de noms de famille soit courante en Irlande depuis les xe et xie siècles10. En s’appuyant sur les textes des généalogistes médiévaux et sur des chroniques tardives, Brian Ó Cuív a montré que depuis la période du bas moyen-âge jusqu'à l'époque moderne, se produit une assimilation continue de prénoms d'origine étrangère ou bibliques11. Pour la plus haute période, il a calculé que 12 000 personnes ont utilisé 3 500 prénoms mais que 4 000 d’entre elles ont utilisé seulement 100 prénoms. Dans le même temps, certains groupes comme les anglo-normands ont montré une attitude très conservatrice au moment de choisir les prénoms de leurs enfants, y compris parmi des groupes qui avaient adopté des formes gaéliques pour leurs noms de familles12. Certaines, d'origine gaélique, montrent des préférences marquées pour les mêmes prénoms. Ainsi, entre les xiie et xviie siècles, parmi 522 prénoms des O´Donnell on retrouve 42 prénoms dont neuf constituent les trois cinquièmes du total13. Cette tendance se retrouve également parmi certaines familles venues en Espagne durant la première décennie du xviie siècle, comme nous le verrons plus loin.

  • 14 Pour des exemples de cette dernière pratique voir D. S. Smiths, « Child naming practices, kinship t (...)
  • 15 F. Verstraten, « Naming practices among Irish secular nobility in the High Middle Ages », p. 44, 46 (...)

9Par ailleurs, en travaillant sur des sources médiévales, Freya Verastraten a souligné comment la noblesse gaélique a utilisé les noms de famille, les prénoms et les surnoms pour distinguer entre ses différentes branches. Les prénoms des fils étaient tirés de la branche agnatique ascendante. Ils reprenaient ceux des individus dont la renommée avait joué un rôle important dans l'évolution du lignage. Ce faisant, pour nommer l’aîné ces reprises négligeaient les prénoms du père et du grand-père, à la différence de ce qui se produisit en Italie et aux États-Unis14. En revanche, les prénoms des fils des poètes et des historiens étaient choisis en suivant les noms de leurs protecteurs. Dans le même temps, il existait un nombre limité de prénoms, ce qui, selon l'auteur, impliqua que chaque prénom d'enfant mâle soit répété au moins trois fois entre les xie et xve siècles. Contrairement à ce qui a été dit, il y avait davantage de liberté dans le choix des prénoms des femmes, en sorte que de nouveaux prénoms féminins pouvaient être introduits dans la famille agnatique à travers le mariage15.

  • 16 Par exemple Catherine, David, Edward, Hanora, Henry, Isabel, Nicholas, Richard, et William.
  • 17 W.J. Smyth, «Excavating, Mapping, and Interrogating Ancestral Terrains: towards a Cultural Geograph (...)

10En se basant sur des sources anglaises relatives au comté irlandais de Tipperary au milieu du xviie siècle, l'historien William Smyth a souligné comment, dans les zones à dominance gaélique, entre 80 et 90 % des prénoms des fils de familles étaient d'origine gaélique, cependant que les autres s'adaptaient aux normes européennes16. En revanche, dans les zones à prédominance anglo-normande l'utilisation de prénoms d'origine gaélique, au sein des clans gaéliques, diminue jusqu'à 50 % ; tandis que, parmi les anglo-normands l'usage de prénoms européens s'est maintenu dans 90 % des cas étudiés. Quant aux femmes d'origine gaélique, il semble qu'elles aient eu davantage de liberté pour le choix de leurs prénoms, puisque aussi bien 80 % d’entre elles s'adaptaient à la pratique européenne17.

  • 18 W.J. Smyth, « Excavating, Mapping, and Interrogating Ancestral Terrains: towards a Cultural Geograp (...)

11Enfin, chez les garçons les prénoms les plus communs étaient John (9 %), Edmond (5 %), James (5 %), Thomas (5 %) et William (5 %), suivi par les noms d'origine gaélique Conor (Cornelio), Dermot, Donough (Dionisio), Rory et Teig (Tadeo), autour de 3 % chacun. Au total, ces dix noms de garçons représentaient 44 % de l'ensemble des prénoms masculins. Pour les femmes, les prénoms les plus communs étaient Margaret (23 %), Joan (12 %), Katherine (10 %), Ellen (9 %), suivis par Honor, Mary, Eilis, Mor et Síle18.

12Bien que le travail de Smyth représente la plus grande contribution concernant la nomination irlandaise durant les trente dernières années, il faut nuancer ces résultats. Tout d'abord, la zone étudiée avait une composition mixte à dominance gaélique/anglo-normande qui a beaucoup influencé les résultats. Dans celles à prédominance gaélique nous aurions certainement obtenu des résultats différents. De plus, il convient de se demander si le choix d'un prénom d'origine gaélique ou de tradition européenne était une question d'assimilation de la culture dominante anglaise/gaélique par les gaéliques/ anglo-normands, ou seulement de préférences au sein de chaque famille ? En troisième lieu, il faut considérer que cette importante étude ignore les influences potentielles de l'émigration irlandaise en Europe et l'adoption de prénoms basés sur les expériences de ces immigrants.

Les pratiques anthroponymiques

  • 19 Sur l'intervention espagnole en Irlande à Kinsale voir O, Recio Morales, L'aide de l'Irlande dans l (...)

13En 1601-1602, l'échec de l'intervention espagnole en Irlande, associé aux événements politiques des Îles Britanniques pendant la première moitié du xve siècle, a donné lieu à une émigration massive vers l'Espagne et ses territoires au cours du siècle. Quelques historiens l’estiment à un total de quelque 100 000 à 120 000 personnes parmi lesquelles des militaires, des religieux, des femmes et nombre de pauvres gens19.

  • 20 Les données pour celle-ci et la section suivante sont tirées des Archives Générales de Simancas (AG (...)

14La tâche consistant à identifier les systèmes de nomination d'une telle quantité de personnes serait pratiquement impossible à mener à bien sans y consacrer de nombreuses années de recherche. Malgré cela, il nous a été possible de faire une analyse du système de nomination dont relevaient 2637 migrants irlandais (entre les années 1600 et 1680) dont 2 038 hommes et 599 femmes. Parmi eux, 1323 correspondent aux décennies 1600-1620 ; 758 aux années 1621-1640 ; et 556 aux années 1641-168020. On peut identifier 1 613 individus comme étant d'origine gaélique, 196 Old English et 248 anglo-normands. L’origine des autres nous est inconnue. En outre, 24 % des immigrants portent seulement neuf noms de famille communs.

  • 21 Voir par exemple K. W. Nicholls, The Irish fiants of the Tudor sovereigns during the reigns of Henr (...)
  • 22 AHN-Nob, Fris, caisse 68, FFvous 35r-38r.

15La première remarque qu'il faut faire concernant l'arrivée initiale d'immigrants irlandais en Espagne après le retour de l'armée espagnole en 1602, est que la bureaucratie royale castillane était peu habituée aux prénoms et aux noms de famille irlandais, et que ses fonctionnaires les ont écrits tels qu'ils les entendaient phonétiquement. Très rapidement, certaines caractéristiques tellement particulières des noms gaéliques, l'utilisation des O', des Mc parmi ceux d'origine gaélique, et les Fitz d'origine anglo-normande, disparurent en grande partie de la documentation castillane de l'époque. Cette situation, contraste avec la plus grande assimilation en Irlande, par les autorités anglaises, de l'utilisation des O' et des Mc dans sa documentation. Là, les notaires et autres greffiers enregistraient souvent les noms du père, du grand-père ou de l'arrière-grand-père de l'individu nommé, ce qui nous permet aujourd’hui de reconstituer diverses pratiques de nomination21. En revanche, excepté dans des listes initiales d'immigrants irlandais à la cour à Valladolid, où les noms du père ont également été inscrits, les sources castillanes n'indiquent que le nom personnel de l'individu suivi de son nom de famille22. Le motif de cette divergence entre les pratiques anglaises et castillanes n'est pas clair, on ne sait s'il y avait une norme en Castille qui imposait la façon dont on devait écrire les noms des étrangers.

  • 23 Archives Historiques des Protocoles de Madrid (AHPM), Protocole, 8425,  n°8425, f 398r-399r, 10 mai (...)
  • 24 Archives Historiques Diocésains de Saint-Jacques de Compostelle (AHDS), paroisse de San Nicolás, li (...)

16Les noms irlandais, tels qu'ils apparaissent dans les documents castillans de l'époque, présentent parfois des difficultés d'interprétation, spécialement dans leurs formes hispanisées. Pour l’essentiel -de l’ordre de 85 % des cas- les noms de famille peuvent être reconnus (fig. 3-4) en ayant une connaissance préalable de leurs formes actuelles. Les 15 % restant peuvent se diviser entre ceux dont il n'a pas encore été possible d'identifier la forme irlandaise, et ceux qui sont clairement des noms castillans comme Carlos Hernandez de la Cruz, qui rédige son testament en 166023. Il en va de même de Leonor García qui a été marraine d'un enfant irlandais à La Corogne en 1611 ; ou de María Bravo qui est arrivée enfant en Galice, depuis Kinsale, dans le sillage des forces espagnoles de 160224.

  • 25 AGS, État (e), dossier (leg.) 2749, requête de Maria Bravo, 13 août 1615.
  • 26 AGS, Guerra Antigua (GA), relation de services de Denis de Castro, n° 15, 94.

17Dans le cas de María, nous savons qu'elle doit son nom de famille à sa bienfaitrice, Juana Bravo de Acuña, qui l'a recueillie et a veillé à son éducation dans un couvent de Madrid25. Quelques-uns de ces noms font référence aux lieux d'origines, tels Ireland, Galway, Limerick, Florida ou León. À défaut d'information supplémentaire, et d'une plus grande contextualisation, on ne peut que spéculer sur ceux qui apparaissent dans plusieurs langues, l'anglais, le castillan et le gaélique. Ainsi, avec Toy, Go, Brazo, Buey et Fein. Dans le cas du nom de famille Castro, nous savons qu'il a à voir avec un certain Denis McCrath arrivé en Espagne à l'âge de 14 ans, et que son adoption de de Castro est probablement liée à son origine irlandaise (à côté de Cashel), ou bien à ses études faites en Galice26. Quoi qu’il en soit, l'usage qu'il fait de ce nom de famille témoigne de son désir d’être assimilé à la culture et à la société castillane.

18Le dernier exemple concernant de Castro nous conduit relever à une autre tendance qui concerne environ 8 % des cas : l'utilisation des participes Ó, Ni et De. Les cas de l'utilisation du Ó se concentrent à 80 % sur la période des 20 premières années du siècle ; et parmi eux, se détachent spécialement certaines familles qui vivaient dans un même domaine en Irlande, ce qui pourrait indiquer qu'il s'est agi d'une réaction à leur expérience en Galice et à la cour. L'utilisation du Ni, qui représente 3 % des femmes, semble également obéir au même critère d'utilisation que le Ó, bien que le nombre d'exemples soit largement inférieur. Quant à l'utilisation de la particule de, soit dans 58 cas, elle ne montre aucune concentration périodique, mais plutôt un étalement sur la longue durée dans la péninsule Ibérique. Il s'agit généralement de personnes de la première ou de la seconde génération qui ont vécu de nombreuses années en Espagne, ce qui nous incite à penser qu'ils avaient le désir de s'intégrer à la culture dominante. Notons enfin, que seulement 1,5 % des 2000 personnes étudiés ont adopté la pratique castillane d'utiliser deux noms de famille, dont la plupart étaient des migrants de la seconde génération ou des individus qui avaient vécu de longues années en Espagne. Cette situation peut être interprétée de deux manières : soit les migrants ne ressentaient aucune nécessité de s'intégrer à la société castillane, beaucoup étant militaires, soit il s’agissait de formes de résistance aux normes castillanes.

19L’analyse de l’usage des noms de famille parmi les migrants irlandais dans la péninsule Ibérique révèle un fort sentiment d'identité et un attachement à leur appellation d’origine, qu'elle soit d'origine gaélique, Old English, ou anglo-normande. Ce fait ne doit pas nous surprendre, si l’on considère que la plupart des immigrants ont des origines intégrée à des structures de parentés agnatiques. Seul un petit pourcentage de cas met en évidence la transformation ou l'abandon des noms de famille, probablement pour des motifs d'assimilation ou d'intégration à la culture castillane dominante.

L'évolution dans l'utilisation des prénoms

  • 27 Il y a moins de données pour les décennies 1660-80 concernant les hommes. Suivent, les nombres d'im (...)

20En opposition avec ce qui précède, la situation relative aux prénoms est beaucoup plus complexe. En premier lieu, la documentation castillane montre qu'il a existé une tendance claire à réduire la variété des prénoms irlandais à quelques noms castillans plus communs. Le manque de prénoms d'origine irlandaise, comme cela se voit dans la documentation anglaise de l'époque, semble indiquer que les migrants ont évité de dire ou de donner des noms difficiles à prononcer ou à écrire pour les fonctionnaires royaux castillans. Cette tendance est sans doute liée aussi à une pratique des fonctionnaires eux-mêmes. En résumé, on peut réduire le nombre de prénoms irlandais à environ 200, dont seulement une cinquantaine étaient utilisés par les femmes. Dans le cas des hommes, 23 prénoms ont constitué 49 % du total ; tandis que 9 prénoms féminins représentaient 86 % du nombre total des prénoms. Par souci de clarté, les cas des hommes et des femmes seront traités séparément, avant de nous livrer à une analyse des pratiques irlandaises par décennies, jusqu'à 1640 pour les hommes, et jusqu'à 1680 pour les femmes27.

21À partir de l'analyse des prénoms de 2038 hommes, entre 1600 et 1680, on peut conclure que la plupart témoignent d’une préservation des pratiques importées d'Irlande ; on constate néanmoins des préférences très nettes selon les groupes ethniques. En général, les anglo-normands et les Old English s’avèrent plus conservateurs dans le choix du prénom de leurs enfants, une tendance déjà observée par O´Cuiv, du moins parmi les anglo-normands. Par conséquent, des prénoms comme William, Robert, Richard, John, Thomas, Patrick, Nicolas et James sont alors courants parmi les Old English. Par ailleurs, les anglo-normands ont des préférences pour les mêmes noms, mais en partagent également quelques autres avec l'élément gaélique, tels que Maurice ou Gerald, ou bien d'autres encore, Walther, Ulick ou Theobald, qui étaient d'usage exclusivement anglo-normand.

  • 28 Ces cinq noms représentaient 31 % du nombre total des noms masculins avant 1620.

22Contrairement à ces deux groupes, l'échantillon des prénoms utilisés par les familles gaéliques présente un vaste éventail de noms gaéliques, mais aussi anglais, normands et d'autres origines. Cependant, bien que certains prénoms gaéliques tels Conor (Cornelius), Teige (Tadeo), Donal (Daniel), Donough (Dionysos) et Dermot aient prédominé parmi les immigrants gaéliques ; on constate également une forte présence de prénoms d'origine anglaise, normande ou biblique tels Prises, John, Richard ou William, ce qui semble démontrer que la société gaélique avait assimilé la présence des deux groupes d'origine anglaise28. En revanche, un comportement semblable avec les prénoms gaéliques est bien loin d’être ordinaire parmi les groupes d'origine anglaise. Soulignons aussi deux autres éléments : d'une part, certaines familles utilisaient maintes et maintes fois les mêmes prénoms, tels les O'Driscoll, qui vivaient à La Corogne et chez lesquels 5 prénoms seulement représentaient près de 70 % du total des prénoms des hommes. D'autre part, il faut prendre en compte le fait que certains prénoms avaient une popularité régionale : dans le territoire gaélique des McCarthy Reagh, dans le sud de l'Irlande, où on utilisait beaucoup les prénoms Tadeo, Daniel, Denis, Dermot et Conor ; ou bien dans la partie centrale de l'Irlande où les prénom d’Edmond ou d’Edward jouissaient d’une manière de mode parmi les familles d'origine gaélique et anglo-normande.

23Ainsi, les migrants irlandais suivaient les pratiques de nomination qu'ils avaient apportées d'Irlande, ce jusqu'en 1620 au moins. À partir de cette date, on remarque des changements, radicaux mais aussi plus lents, dans l'utilisation des prénoms. Généralement, les prénoms peu usités durant les vingt premières années du siècle continuent à être utilisés, mais ce sont ceux qui s'avèrent facile à traduire en castillan, tel Arthur, Antonio, Bernard, Gerard, Hugh (Ugo), Henry (Enrique), Nicholas, Peter et Philip. En même temps, un courant limité de nouveaux prénoms apparaît, parfois castillans, tels Alberto, Alonso, Ferdinando ou bien l'utilisation de Michael (Miguel) parmi les Old English. Les Old English et les anglo-normands préféraient Oliver.

Fig. 1 – Évolution des dix principaux prénoms masculins, 1600-49 pour 940 hommes

Fig. 1 – Évolution des dix principaux prénoms masculins, 1600-49 pour 940 hommes

© Ciaran O' Scea

24Le changement le plus radical (fig. 1) consiste dans le brusque recul de l’usage des noms qui étaient majoritaires parmi ceux d'origine gaélique, Conor, Daniel, Denis, Dermot, et Thady. Tous ces noms ont reculé en moyenne jusqu'à 89 % après 1620 et n’ont jamais recouvré leur place. Cependant, bien que le rapport du nombre d'immigrants entre les deux premières décennies et les deux secondes soit de 1,75 pour 1, le recul est encore très fort. À partir de 1620, le groupe d'origine gaélique fait davantage usage des noms européens ; ou plutôt, de noms facilement transposable dans un contexte sociopolitique européen. Cette tendance marquée se reflète dans le recours à des noms tels que James, Thomas et William (peu populaires avant 1620) aux côtés de John (presque toujours diffusé) qui connaissent une grande popularité après cette date, jusqu'à représenter 25 % de l'ensemble des prénoms entre 1620 et 1680. Cette conduite est remarquable dans le cas de James, dont 61 % des apparitions se produisent après 1620. Par ailleurs, l’usage de toute une série de noms fluctuait selon les décennies. Ainsi, John, Nicolas, Patrick, Richard, Robert et Walther sont en recul durant la décennie 1620-29, mais connaissent un regain d’intérêt en 1630-39. Malgré le nombre limité des données disponibles pour les périodes 1610-19 et 1620-29, il semble bien qu’il y eût une baisse de l’usage des prénoms traditionnels entre 1610 et 1630. Malgré le nombre limité des données disponibles pour les périodes 1610-19 et 1620-29, on constate bien qu’il y eût une diminution de l’usage des prénoms traditionnels entre 1610 et 1630, du moins dans le groupe des immigrants d'origine gaélique.

  • 29 W. J. Smyth, « Excavating, Mapping, and Interrogating Ancestral Terrains : towards a Cultural Geogr (...)

25En ce qui concerne les femmes, on ne constate pas de changements aussi marqués que dans le cas des hommes. On relève davantage de continuité dans les prénoms utilisés et moins de variété : 599 femmes ont utilisé 43 prénoms (fig. 2), dont 9 seulement d’entre eux représentaient 86 % du total. Des prénoms comme Catalina, Cecilia, Juana, Elena ou Margaret ont été utilisés autant avant qu’après 1620. En outre, contrairement à la situation des hommes, ces prénoms féminins continuent à être populaires tant en Irlande que parmi les migrantes irlandaises tout au long du xviie siècle29. Dans le cas particulier de María, il y a eu une plus grande concentration à partir de 1650, un fait à mettre en rapport avec le succès du culte à la Vierge durant cette période. Soulignons enfin que certains prénoms ont été répétés de nombreuses fois dans les mêmes familles : les O' Driscoll ont montré un penchant pour les prénoms Catalina, Elena, Juana, et María ; les McCarthys ont préféré Cecilia, Elena, Juana, Leonor et Margaret ; tandis que les O'Sullivan ont eu une préférence pour Elena et Margaret

Fig. 2 – Distribution des prénoms féminins irlandais, 1600-1680, pour 599 femmes

Fig. 2 – Distribution des prénoms féminins irlandais, 1600-1680, pour 599 femmes

© Ciaran O' Scea

  • 30 C. O’Scea, In Search of Honour and a Catholic Monarch, p. 281.

26L'exemple des concentrations de prénoms féminins nous incite à tenter une micro-analyse des pratiques de nomination à travers la reconstruction familiale. On a retenu le cas des O'Driscoll de Castlehaven (fig. 5) qui ont vécu à La Corogne jusqu'en 1635. Dans presque toutes les branches paternelles, le choix des prénoms des garçons y est lié à la renommée d'importants ancêtres agnatiques, tel le prénom Tadeo qui a fondé la branche de Castlehaven. Les autres noms les plus communs (Daniel, Conor, Dermot) se retrouvent déjà dans cette même branche de Castlehaven ainsi que dans les autres branches des O'Driscoll. Les seules exceptions à cette situation se trouvent dans les branches les plus jeunes des Tadeo et Conor. Dans le cas des Tadeo, les prénoms de leurs fils (Antonio et Juan) étaient des exceptions à la norme. Ils naquirent en effet à La Corogne, dans la seconde décennie, quand il n'était plus possible de retourner en Irlande et que les pressions étaient les plus fortes pour se conformer aux pratiques de la culture dominante. Antonio entra dans les ordre, ce qui nous fait présager qu'il était destiné depuis la naissance à une vie religieuse, en sorte que le choix de son nom est probablement lié au collège irlandais franciscain de Louvain, qui était sous la protection de Saint-Antoine de Padoue30. Cela semble d'autant plus probable que deux de ses frères entrèrent eux aussi dans l'ordre franciscain.

27La seule autre exception a été Florence (Flaithrí), fils de Conor, né aussi dans la seconde décennie. Il est probable qu'il doive son nom à l'influence de la famille maternelle des McCarthy, puisqu’il s’agit là d’une appellation omniprésente dans cette famille, et non pas chez les O´Driscoll. Il semble que les noms des deux fils de la seule sœur, Elena O´Driscoll, soient tirés de la branche agnatique de son mari. En revanche, celui de sa fille María était une nouveauté, puisqu'il n'existait ni parmi les O´Driscoll, ni parmi les membres de la famille McCarthy, celle de son mari. Il est plus que probable que cela représente l'influence de l'expérience de ces parents en Castille, et la nécessité de donner un nom à la hauteur de circonstances, bien différentes de celles régnant en Irlande.

28Quant aux noms des filles, il semble moins conditionnés que celui des garçons par le système agnatique et par la nécessité de choisir le nom d'un ancêtre glorieux. Malgré le fait qu'il existait un très petit groupe de prénoms féminins, beaucoup de femmes de la première génération des O´Driscoll avaient adopté des noms en rapport avec leurs tantes ou leurs grands-mères paternelles. Au moins trois des quatre frères avaient des filles portant le même prénom que leur grand-mère paternelle, Juana. Cette pratique s'est maintenue dans la seconde génération de la branche principale, dans laquelle le second fils – Tadeo – a eu une fille portant le même prénom que sa mère, Isabel. Dans six des cas, parmi les diverses branches familiales, les prénoms choisis ont été ceux des tantes par alliance. Deux des filles ont pris le nom de leurs mères et deux autres celui d'une tante paternelle, religieuse de son état. Ces cas soulignent l'importance des liens politiques tissés avec les autres clans au moyen du système de nomination féminine. Dans les alliances hispano-irlandaises de la seconde génération on note plus clairement l'influence du monde non-irlandais. Au-delà de la branche principale, les prénoms des enfants sont en partie liés à des pratiques gaéliques, tels María et Isabel ; mais sont également issus de prénoms du domaine castillan et galicien, tel que Luis.

29La demi-sœur de Tadeo, Juana, se maria en première noce avec son cousin germain irlandais. La forme masculine du nom de la mère fut alors choisie pour le seul fils né de cette alliance. En revanche, lors de son second mariage elle et son mari suivirent les pratiques castillanes, puisque leurs enfants furent nommés comme les deux parents. L'autre cas particulier relatif aux O'Driscoll a été celui de la cousine germaine non agnatique de Tadeo, María McCarthy. Elle s'est également mariée deux fois, la première avec un Espagnol et la seconde avec un Irlandais. Les noms choisis pour la descendance issue de chacune de ces alliances met en évidence l’intégration des couples à un environnement totalement castillan et galicien.

  • 31 Sur Robert Comerford véase C. O’Scea, In Search of Honour and a Catholic Monarch, p. 57-63.

30En guise d’exemple inverse au cas gaélique des O´Driscoll, il nous a été possible de reconstruire l'exemple de la famille de Robert Comerford, d'origine Old English, qui vivait aussi à La Corogne durant la première moitié du siècle. Il s'agissait d'un négociant de Waterford, dans le sud de l'Irlande, qui s'est installé dans la ville à partir de 1580 et qui est devenu puissant et très riche31. En tant que telles, ses origines et sa vie contrastent avec celles des O'Driscoll qui faisaient partie de la noblesse gaélique, bien que de rang inférieur, et dont nombre de rejetons vivaient de la piraterie et de droits sur la mer.

31L'élément le plus frappant du système de nomination des Comerford (fig. 6) est que les prénoms de leurs enfants et de leurs petits-enfants reflètent de manière majoritaire leur implication dans le monde castillan/galicien. Bien qu'il ait eu cinq fils et que trois d’entre eux au moins aient conclu des alliances avec des membres de l'élite locale, aucun de ses petits-fils ne s'est appelé comme lui. Dans les mariages de Jorge, qui fut consul des nations étrangères dans la ville, tout comme dans celui de sa fille Viviana, mariée avec un conseiller municipal, presque tous les noms des enfants reflètent l'environnement familial et culturel de leurs conjoints. Seule l’une des filles de Jorge portait María en deuxième prénom, comme sa tante paternelle, religieuse de son état. Son autre fille, Ana, était mariée avec le corregidor de la ville. les choix de nomination ce celle-ci reflètent son intégration à la culture hispanique. Le couple utilise les prénoms espagnols de la famille du conjoint, mais aussi des prénoms reprenant ceux de sa grand-mère (Catalina), de son frère (Juan), de sa religieuse de sœur (Ana María) ainsi que son propre prénom. En fin de compte, la plus grande influence de l'environnement castillan/galicien sur le système de nomination des Comerford, reflète probablement la dépendance économique de Robert Comerford et de sa famille vis à vis des élites urbaines. Le choix de prénoms castillans de leurs enfants participe ainsi à l’expression de leur ascension sociale dans la ville.

Migration et changements de nomination

32Comme nous l'avons vu plus haut dans les micro-études des prénoms des O'Driscoll et des Comerford, l'expérience de l'émigration irlandaise en Castille a conduit à des changements, parfois radicaux et parfois plus lents, dans le système de nomination irlandaise au cours du xviie siècle. Sans aucun doute, le changement le plus dramatique fut-il la chute brusque et la disparition presque totale des noms qui étaient majoritairement utilisés dans les groupes d'origine gaélique, tels que Conor, Daniel, Denis, Dermot, et Thady, qui avant 1620 représentaient 31 % de l'ensemble des prénoms masculins.

33Il est possible d'avancer que cette situation ait été due à des changements dans les pratiques de nomination en Irlande ou bien à la composition de l'émigration ultérieure en Espagne, mais il n'en a pas été ainsi. Ces noms se rencontrent certes majoritairement dans la Province de Munster, dans le sud de l'Irlande, d'où provenait le gros de l'immigration initiale au début du xviie siècle. La vague d'émigration ultérieure des années 1630-50 provenait également de cette même région et était formée de gens portant les mêmes noms de famille. Mais bien que cela laisse quelque interrogation en suspend, il nous faut chercher l'explication de ce changement radical dans la question de l'assimilation de ces minorités au milieu castillan.

  • 32 C. O’Scea, In Search of Honour and a Catholic Monarch, p. 161-69.

34Dès le début du xviie siècle, la création et l'augmentation des communautés irlandaises dans le royaume de Castille sous la protection de la monarchie espagnole, dépendait en grande partie de l'attitude du valido, le duc de Lerma. Pour divers motifs politiques, la protection du duc envers la minorité irlandaise changea après 1608-09. À partir de 1610, le duc et ses soutiens dans l'administration royale promurent une identification des irlandais aux morisques, afin de dévier l'attention de l'expulsion de ces derniers vers une autre minorité. Étant donnée la dépendance économique des irlandais vis à vis de la monarchie espagnole et la xénophobie provoquée par le duc de Lerma, les communautés irlandaises durent changer nombre de leurs comportements socioculturels pendant la décennie suivante. De fait, ces changements correspondaient presque point par point aux critiques des vieux chrétiens envers les morisques, qui incluraient également des éléments anthroponymiques32.

  • 33 Bernard Vincent a souligné comment les quatre noms Leonor, María, Isabel et Catalina ont constitué (...)

35Une partie du problème de l'identification implicite des irlandais aux morisques est due au fait que la société gaélique présentait des éléments socio-anthropologiques et culturels très semblables à ceux de la société morisque. Sans doute, l'utilisation par les irlandais d'origine gaélique de deux prénoms, pratique que l'on retrouve aussi chez les morisques et qui est quasiment inconnue chez les vieux chrétiens, a-t-elle renforcé cette identification. En outre et pour diverses raisons, les noms préférés des femmes irlandaises durant les premières décennies du siècle sont très semblables à ceux antérieurement utilisés par les femmes morisques à Grenade au début du xvie siècle. Il faut ajouter que, les unes comme les autres n'utilisaient qu’un nombre limité de noms33.

  • 34 Ces mêmes noms disparaissent aussi des registres paroissiaux de la communauté irlandaise de La Coro (...)

36Le changement anthroponymique le plus frappant a été la disparition presque totale des prénoms les plus remarquables des fils d'origine gaélique. Au final, tout comme les autres transformations qu'ont pu souffrir les communautés irlandaises pour s'adapter et se conformer à la société castillane dominante, beaucoup d'irlandais ont changé leurs noms par d'autres plus faciles à castillaniser ou qui semblaient mieux acceptés par la société des vieux chrétiens34. Cependant, cette situation pose la question de savoir si les noms des Irlandais au service de la monarchie espagnole dans les décennies ultérieures constituent un moyen fiable de faire l’histoire de ce groupe.

37Les migrants adoptaient progressivement des noms péninsulaires et un système de nomination castillan. Les études manquent pour approfondir la question de l'utilisation des prénoms au sein de réseaux de familles irlandaises, ou au sein d'autres groupes d'étrangers. Cependant, l'influence de la société hispanique dominante se fait très clairement sentir, spécialement dans les familles formées par la seconde génération. Cela ne doit pas nous surprendre, puisque leur monde était presque totalement castillan, tandis que les pratiques de la première génération reflétait davantage leurs origines irlandaises.

Fig. 3 – Noms de famille irlandais qui n'ont pu être identifiés

Abren Agel Aho Al Azues

Balz Bargil Beeter Bonber Brazo

Bravo Buey Burley Cabila Caravallo

Carpetero Castro Cota de Hiso de las Llagas

de Leon de Noble Docto Fein Fernandez

Florida Galway Garcia Gul Go

Ireland Latin Limbre Marea Mater

Morales Pringuedos Riser Roland Ro

Sangasi Sanz Stabol Sulant Toy

Ysirnan

© Ciaran O' Scea

Fig. 4 – Les noms de famille tels qu'ils apparaissent dans les documents et leurs formes actuelles

Leurs formes actuelles

Leurs formes documentaires

Colins

colon

Crowley

cruli

Dunne

duni

Falvey

falveo

Hurley

urleo

Keegan

quegana/o

Fitzgerald

geraldino

Maguire

maguer

Miagh

maxi/mox

Maol Conry

molconri

O’Donoghoe

dongo

O’Driscoll

driscol

O’hAnnracháin

anrragha/aragaan

O’Keefe

quifi

O’Linchigh

lenceo

O’Sullivan

suliban

O’Kelly

queli

Purcell

porcelo

McCarthy

carti

McSweeney

Suini

Power

Puer

Rice

Ruis

Scanlon

escanel

Sheehan

sighan

Skiddy

esquidi

Walsh

vals/valois

White

bito/vitus

© Ciaran O' Scea

Fig. 5 – Généalogie des O’Driscoll de Castlehaven

Fig. 5 – Généalogie des O’Driscoll de Castlehaven

© Ciaran O' Scea

Fig. 6 – Généalogie des Comerford

Fig. 6 – Généalogie des Comerford

© Ciaran O' Scea

38En conclusion, nous avons pu vérifier comment le système de nomination des immigrants irlandais en Castille, ou plutôt de la majorité des gaéliques, était bien différent de la norme européenne, spécialement en ce qu’il négligeait la transmission des prénoms des pères, des grands-pères tout comme ceux des parrains. De même, leurs pratiques étaient bien différentes en matière de nomination féminine et masculine, principalement à cause de la nature du système agnatique.

39L'expérience de l'émigration vers Espagne ne conduisait pas les irlandais à adopter beaucoup de prénoms castillans. En revanche, ils jouissaient d’une grande variété de prénoms irlandais, qui dans le fonds étaient des noms « internationaux », facilement transposables dans beaucoup de pays européens. Le changement le plus remarquable était la perte des noms gaéliques traditionnels au profit de prénoms plus acceptables pour la société castillane, notamment pour contrecarrer l'identification des Irlandais aux morisques durant la seconde décennie du xviie siècle.

40En sorte la présence des prénoms castillans se renforce tout au long du siècle, l'influence des systèmes de nominations castillans se fait davantage sentir au sein des communautés irlandaises, mais seulement à partir de la seconde génération des migrants. En opposition avec les prénoms, les noms de famille irlandais connaissent un processus de conservation : dans 85 % des cas on observe la répétition des mêmes noms, ce qui contraste avec les pratiques castillanes, beaucoup plus variables.

Haut de page

Bibliographie

Beech, George T., Bourin, Monique, Chareille, Pascal, Personal names studies of medieval Europe: social identity and familial structures, Kalamazoo, Medieval Institute Publications, 2002

Clarke, Aidan, The Old English in Ireland, 1625-42, Dublin, Four Courts Press, 2000.

Delille, Gérard, Famiglia e proprietà nel Regno di Napoli, Turin, Einaudi, 1988.

Fine, Agnès, y Ouelette, Françoise-Romane (eds.), Le noms dans les sociétés occidentales contemporaines, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2005.

Gonzalez Alcantud, José Antonio, « Familia, genealogía y memoria en Fez. Tanteo epistémico sobre una ficción medieval », en Carmen Trillo San José (ed.), Mujeres, familia y linaje en la edad media, Granada, Editorial Universidad de Granada, 2004, p. 293-317.

Henry, Gráinne, The Irish Military Community in Spanish Flanders, 1586-1621, Dublin, Irish Academic Press, 1992.

Kane, Brendan Michael. The Beauty of Virtue: Honour in Early Modern Ireland and England, 1541-1641, tesis doctoral léida en 2004 en la universidad de Princeton (inédita).

Martínez Sopena, Pascual (ed.), Antroponimia y sociedad sistemas de identificación hispano-cristianos en los siglos IX a XIII, Santiago de Compostela, Universidad de Santiago de Compostela, 1995.

Mac Cuarta, Brian (ed.), « Matthew de Renzy's letters on Irish Affairs 1613-20 », Analecta Hibernica, 34, 1987, p. 107-82.

Moody, T. W., Martin, F. X., Byrne, F. J., A New History of Ireland, (9 vols), vol. 3: Early Modern Ireland, 1534-1691, Oxford, Oxford University Press, 2000.

Nicholls, Kenneth W. (ed.), The Irish fiants of the Tudor sovereigns during the reigns of Henry VIII, Edward VI, Philip & Mary, and Elizabeth I, Dublin, Éamonn de Búrca, 1994.

Nicholls, Kenneth W., « Genealogy », en Neil Buttimer, Colin Rynne, y Helen Guerin (eds.), The Heritage of Ireland, Cork, Collins Press, 2000, p. 156-61.

Nicholls, Kenneth W., Gaelic and Gaelicized Ireland in the Middle Ages, Dublin, Liliput Press, 2003 (2ª ed).

O’Brien, M. A., « Old Irish Personal Names: M. A. O’Brien’s ‘Rhŷs Lecture’-Notes, 1957 », ed. Rolf Baumgarten, Celtica, 10, 1973, p. 211-36.

Ó Crualaoich, Conchubhar, « Women’s names among the Irish of County Wexford 1550-1650 », The Past, 25, 2004, p. 5-18.

Ó Cuiv, Brian, « Aspects of Irish Personal Names», Celtica, 18, 1986, p. 151-84.

O’Scea, « Irish emigration to Castile in the opening years of the seventeenth century », en Patrick J. Duffy y Gerard Moran (eds.), To and from Ireland: Planned Migration Schemes c. 1600-2000, Dublin, Geography Publications, 2004, p. 17-37.

O’Scea, Ciaran, In Search of Honour and a Catholic Monarch: the assimilation and integration of an Irish minority in early modern Castile, 1601-1638, tesis doctoral leída en 2007 en el Instituto Universitario Europeo, Florencia (inédita).

Postles, David, Rosenthal, Joel Thomas, Studies in the Personal name in Later Medieval England and Wales, Kalamazoo, Medieval Institute Publications, 2006.

Postles, David, « Notions of the family, lodship and the evolution of naming processes in medieval English rural society: a regional example », Continuity and Change, 10, 1995, p. 169-98.

Recio Morales, Óscar, El socorro de Irlanda en 1601 y la contribución del ejército a la integración social de los irlandeses en España. Madrid, Ministerio de Defensa, 2002.

Smith, Daniel Scott, « Child naming practices, kinship ties and changes in family attitudes in Hingham, 1641-1880 », Journal of Social History, 18, 1985, p 541-66.

Smyth, William J, « Excavating, Mapping, and Interrogating Ancestral Terrains: towards a Cultural Geography of First Names and Second Names in Irelan », en Howard B. Clarke, Jacinta Prunty, y Mark Hennesy (eds.), Surveying Ireland's Past: Multidisiplinary Essays in Honour of Annagret Simms, Dublin, Geography Publications, 2004, p. 243-80.

Stradling, Robert. A., The Spanish Monarchy and Irish Mercenaries, the Wild Geese in Spain, 1618-68, Dublin, Irish Academic Press, 1994.

Verstraten, Freya, « Naming practices among Irish secular nobility in the High Middle Ages », Journal of Medieval History, 32, 2006, p. 43-53.

Vincent, Bernard, « Les Morisques et les prénoms chrétiens », en Louis Cardaillac (ed.), Les Morisques et leur Temps, Paris, Centre national de la recherche scientifique, 1983, p. 59-69.

Wilson, Stephen, The means of naming: a social and cultural history of personal naming in western Europe, London, UCL Press, 1998.

Haut de page

Notes

1 G.T. Beech, M, Bourin y P. Chareille (eds.), Personal names studies of medieval Europe : social identity and familial structures ; D. Postles y J.T. Rosenthal Postles, Studies in the Personal name in Later Medieval England and Wales; S.Wilson, The means of naming : a social and cultural history of personal naming in western Europe ; A. Fine y F. Oullette (eds.), Le noms dans les sociétés occidentales contemporaines ; P. Martínez Sopena (ed.), Antroponimia y sociedad sistemas de identificación hispano-cristianos en los siglos ix a xiii.

2 T.W. Moody et alii, A New History of Ireland, vol. 3 : Early Modern Ireland, 1534-1691.

3 Voir A.Clarke, The Old English in Ireland, 1625-42.

4 Il existe une tendance dans l'historiographie irlandaise à réduire ces deux groupes d'origine anglaise à un seul, mais au moins jusqu'à 1650 cette division tripartite s’avère pertinente, et en outre est confirmée par les sources castillanes.

5 Pour une introduction à la société gaélique voir K.W. Nicholls, Gaelic and Gaelicized Ireland in the Middle Ages.

6 Sur la généalogie voir K.W. Nicholls, «Genealogy», p. 156-61 ; B.M. Kane, The Beauty of Virtue : Honour in Early Modern Ireland and England, 1541-1641.

7 Pour un exemple semblable voir J.A. González Alcantud, « Famille, généalogie et mémoire à Fez. Mesure épistémique sur une fiction médiévale », p. 299.

8 B. Mac Cuarta, « Matthew de Renzy's letters on Irish Affairs 1613-20 », p. 129.

9 Sur cet aspect voir L. Mac Mathuna, « what’s in an Irish Name ? ».

10 Voir B.. Ó. Cuív, « Aspects of Irish Personal Names »; M.A. O’Brien, « Old Irish Personal Names: M. A. O’Brien’s ‘Rhŷs Lecture’-Notes, 1957 » ; C. Ó. Crualaioch, « Women’s names among the Irish of County Wexford 1550-1650 »; W. J. Smyth, « Excavating, Mapping, and Interrogating Ancestral Terrains: towards a Cultural Geography of First Names and Second Names in Ireland »; F. Vertraten, « Naming practices among Irish secular nobility in the High Middle Ages »

11 i. e. latin, nordique, normand, et Anglais.

12 B.Ó. Cuív, « Aspects of Irish Personal Names », p. 156, 166.

13 B.Ó. Cuív, « Aspects of Irish Personal Names », p. 174-75.

14 Pour des exemples de cette dernière pratique voir D. S. Smiths, « Child naming practices, kinship ties and changes in family attitudes in Hingham, 1641-1880 », p. 546 ; G. Delille, Famiglia et proprietà nel Regno di Naples, p. 280.

15 F. Verstraten, « Naming practices among Irish secular nobility in the High Middle Ages », p. 44, 46-48.

16 Par exemple Catherine, David, Edward, Hanora, Henry, Isabel, Nicholas, Richard, et William.

17 W.J. Smyth, «Excavating, Mapping, and Interrogating Ancestral Terrains: towards a Cultural Geography of First Names and Second Names in Ireland», p. 249, 251.

18 W.J. Smyth, « Excavating, Mapping, and Interrogating Ancestral Terrains: towards a Cultural Geography of First Names and Second Names in Ireland », p. 257-58.

19 Sur l'intervention espagnole en Irlande à Kinsale voir O, Recio Morales, L'aide de l'Irlande dans les 1601 et la contribution de l'armée à l'intégration sociale des irlandais en Espagne ; pour l'émigration immédiate en Castille voir C. O' Scea, « Irish emigration to Castile in the opening years of the seventeenth Century » ; voir aussi G. Henry, The Irish Military Community in Spanish Flanders, 1586-1621; R.A. Stradling, The Spanish Monarchy and Irish Mercenaries, the Wild Geese in Spain, 1618-68.

20 Les données pour celle-ci et la section suivante sont tirées des Archives Générales de Simancas (AGS), des Archives Historiques Nationales de Madrid (AHN), sa section Noblesse à Tolède (AHN-Nob), et des archives de La Corogne. Pour une liste complète de ces sources voir C. O' Scea, In Search of Honour and à Catholic Monarch, p. 384-91.

21 Voir par exemple K. W. Nicholls, The Irish fiants of the Tudor sovereigns during the reigns of Henry VIII, Edward VI, Philip et Mary, and Elizabeth I.

22 AHN-Nob, Fris, caisse 68, FFvous 35r-38r.

23 Archives Historiques des Protocoles de Madrid (AHPM), Protocole, 8425,  n°8425, f 398r-399r, 10 mai 1660.

24 Archives Historiques Diocésains de Saint-Jacques de Compostelle (AHDS), paroisse de San Nicolás, livre de baptême, 1 (1603-49), f 83.

25 AGS, État (e), dossier (leg.) 2749, requête de Maria Bravo, 13 août 1615.

26 AGS, Guerra Antigua (GA), relation de services de Denis de Castro, n° 15, 94.

27 Il y a moins de données pour les décennies 1660-80 concernant les hommes. Suivent, les nombres d'immigrants par décennies pour les hommes - 844 (1600-09), 220 (1610-19), 195 (1620-29), 410 (1630-39), 255 (1640-49), 92 (1650-59), 16 (1660-69), 2 (1670-79) ; et pour les femmes - 181 (1600-09), 67 (1610-19), 33 (1620-29), 87 (1630-39), 52 (1640-49), 66 (1650-59), 67 (1660-69), 41 (1670-79). Les variations numériques sont très largement dues à la nature des sources utilisées.

28 Ces cinq noms représentaient 31 % du nombre total des noms masculins avant 1620.

29 W. J. Smyth, « Excavating, Mapping, and Interrogating Ancestral Terrains : towards a Cultural Geography of First Names and Second Names in Ireland », p. 258.

30 C. O’Scea, In Search of Honour and a Catholic Monarch, p. 281.

31 Sur Robert Comerford véase C. O’Scea, In Search of Honour and a Catholic Monarch, p. 57-63.

32 C. O’Scea, In Search of Honour and a Catholic Monarch, p. 161-69.

33 Bernard Vincent a souligné comment les quatre noms Leonor, María, Isabel et Catalina ont constitué 87% de tous les noms des femmes morisques. Comme nous avons vu plus haut, neuf noms constituent 86% de tous les noms de femmes irlandaises. B. Vincent, « Les Morisques et les prénoms chrétiens », p. 63-64.

34 Ces mêmes noms disparaissent aussi des registres paroissiaux de la communauté irlandaise de La Corogne en Galice. Sur cette communauté voir C. O' Scea, In Search of Honour and à Catholic Monarch.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Évolution des dix principaux prénoms masculins, 1600-49 pour 940 hommes
Crédits © Ciaran O' Scea
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68416/img-1.png
Fichier image/png, 32k
Titre Fig. 2 – Distribution des prénoms féminins irlandais, 1600-1680, pour 599 femmes
Crédits © Ciaran O' Scea
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68416/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 5 – Généalogie des O’Driscoll de Castlehaven
Crédits © Ciaran O' Scea
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68416/img-3.png
Fichier image/png, 39k
Titre Fig. 6 – Généalogie des Comerford
Crédits © Ciaran O' Scea
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68416/img-4.png
Fichier image/png, 26k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ciaran O' Scea, « Les pratiques de nomination des migrants irlandais en Espagne (1600-1680) : entre le rejet et l'assimilation », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 18 septembre 2015, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68416 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.68416

Haut de page

Auteur

Ciaran O' Scea

University College, Dublin
ciaran.oscea@iue.it

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page