Navigation – Plan du site
Colloques | 2015
Pouvoir des femmes et sociétés amérindiennes, permanences et mutations – Coor. par Frédéric Saumade et Odina Benoist
Frédéric Saumade et Odina Benoist

Introduction

[01/12/2015]

Texte intégral

1Le dossier thématique que nous présentons ici, « Pouvoir des femmes et sociétés amérindiennes, permanences et mutations » est le résultat des travaux de l’axe 3 du 11e Congrès annuel de l’Institut des Amériques (IdA), Femmes dans les Amériques, en partenariat avec le Centre Aixois d’Etudes Romanes (CAER) et avec le soutien de l’Institut des Etudes Politiques (IEP) d’Aix-en-Provence, du Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA) et du Laboratoire Interdisciplinaire de droit des médias et des mutations sociales (LID2MS). Ce congrès international et interdisciplinaire, qui s’est tenu du 4 au 6 décembre 2013 dans les locaux d’Aix-Marseille Université, a développé une réflexion générale sur une thématique, la femme et le genre, que l’on pourrait certes juger un rien surannée, mais dont le caractère fondamental ne saurait s’effacer sous l’effet de surface des modes. Si les travaux sur le genre et la femme ont largement marqué les sciences humaines ces dernières décennies, il s’agissait ici, dans une perspective épistémologique résolument comparatiste entre le Nord et le Sud du continent américain, d’analyser les permanences et les mutations des rôles et des statuts des femmes dans les Amériques, ainsi que la spécificité de l’aire culturelle des Amériques, marquée depuis le XVIe siècle par la dialectique devenue structurelle de l’autochtone et de l’allochtone.

2Bien que caractérisées par des affrontements physiques et/ou symboliques et par des dissensions idéologiques, les situations coloniales et postcoloniales de contact et de métissage culturel mettent au jour des systèmes d’influences et de collaborations réciproques créant, sinon une identité commune, un code de reconnaissance et de différenciation mutuelles à partir desquelles peut s’observer une dynamique de recomposition, de transformation et d’appropriation. Cette dynamique fonde la culture non point comme une essence mais comme un processus complexe, articulant les différentes dimensions du social – économique, politique, religieuse, technologique, esthétique, etc. –, au sens même où l’entendaient les grands maîtres de l’anthropologie américaniste, Boas, Kroeber, Wissler, Lowie, Aguirre Beltrán ou Murra.

3Dans cette perspective, l’atelier « Femmes amérindiennes » du congrès de l’IdA Femmes dans les Amériques a porté sur le rôle et le statut des femmes dans les processus de recomposition culturelle qui résultent de la diffusion des éléments de modernité, et de civilisation occidentale en général, parmi les communautés indigènes, ou bien par l’émigration de ces communautés dans les grandes villes et aux Etats-Unis. En quoi la femme, dont dépend naturellement la reproduction des groupes, participe-t-elle spécifiquement à la reproduction d’une culture native qui se détermine d’une manière toujours plus aiguë dans la relation à l’altérité ? Comment les tâches et les représentations que lui assigne la tradition de son groupe s’adaptent-elles aux impondérables de la migration ou de la modernisation ? Et dans quelle mesure la femme peut-elle être considérée comme agent de la dynamique d’une tradition capable d’absorber les influences exogènes – la religion chrétienne, l’économie de marché, la technologie, le droit et la médecine modernes, le travail salarié, les modes culturelles contemporaines, etc. – et d’en faire le principe même de la réactivation d’une identité amérindienne ?

4Le domaine de la reproduction est bien sûr un champ privilégié de l’analyse du rôle des femmes amérindiennes dans un contexte de marginalisation des savoirs traditionnels. Observant la pratique des sages-femmes traditionnelles des communautés totonaques de la région mexicaine de Papantla (Etat de Veracruz), Amandine Debruyker met en valeur un phénomène de résistance des croyances et savoirs d’origine indigène dans un contexte d’imposition généralisée du modèle médical allopathique et du mode occidental de civilisation urbaine. Cet effet de résilience est lié à la fois à la pertinence toujours actuelle d’un modèle cosmologique méso-américain et à la complexité de l’influence d’une modernité qui promeut, outre la prééminence de la science positive, l’initiative sociale des femmes.

5A partir d’une enquête d’ethnographie urbaine menée à Mexico sur les couturières, issues de l’exode rural depuis les zones les plus marginalisées des Etats de Puebla et Oaxaca, qui se sont vouées à confectionner et vendre des habits pour les figurines de l’Enfant Jésus et de la Santa Muerte (un néo-rite mexicain), Silvia Mancini montre de quelle façon l’intégration de cette pratique relativement récente dans un complexe rituel traditionnel se traduit par un effet de promotion sociale et économique de femmes d’origine très modeste ainsi que par une plus-value des images en termes d’efficacité symbolique.

  • 1 Sur ce thème, voir Jacques Galinier et Antoinette Molinié, Les néo-Indiens. Une religion du IIIe mi (...)

6Manifestement, la pratique religieuse, qui peut articuler de façon très subtile les référents d’origine préhispanique, chrétienne et néo-indienne1, se prête bien aux effets de recomposition qui favorisent l’émergence de figures féminines amérindiennes. L’histoire du continent depuis l’époque coloniale en atteste. Ainsi Marion Robinaud met-elle en exergue le rôle structurel de la femme dans le processus de diffusion du catholicisme au Canada et de son appropriation par certaines populations amérindiennes. Les femmes missionnaires, qui étaient déjà mobilisées par les jésuites au XVIIe siècle, favorisèrent la dévotion pour la Vierge, mais plus tôt encore, il semblerait que les pêcheurs de morue bretons du XVIe siècle fussent à l’origine d’un culte de Sainte Anne encore très vivant de nos jours chez les catholiques amérindiens du Canada. Cette appropriation du catholicisme au féminin s’est incarnée dans les figures des saintes natives, Catherine Tekakwitha au XVIIe et Rose Prince au XXe siècle.

7Traitant d’une société amérindienne localisée au nord-ouest des Etats-Unis, les Cœur d’Alene, Matthieu Charle confirme l’importance de la figure féminine dans l’adoption ambiguë du catholicisme par les populations natives. Il porte son attention sur le cas de Louise Sighouin, une fille de chef et petite fille de prophète qui, surgissant à l’issue d’une série de mouvements messianiques consécutifs à un cycle d’épidémies ravageuses, s’approprie les qualités d’une sainte chrétienne. Dans le processus d’hybridation culturelle qu’il analyse, l’auteur montre de quelle façon les référents liés à la culture indigène s’imposent subrepticement à l’apparente conversion.

8Cette initiative de la femme dans la recomposition religieuse des communautés amérindiennes a pu se traduire en termes de rapports de pouvoir. Adoptant une approche mixte, historique et ethnographique, des régions andines, Carmen Bernand analyse la transformation du statut de la femme amérindienne par l’intensification de son pouvoir d’agir à mesure de la progression du métissage et de l’hispanisation. Si aux premiers temps de la colonie, les bouleversements culturels de la conquête ont pour conséquence paradoxale un développement de la polygynie, le rôle des femmes métisses du XVIIe siècle dans le commerce urbain indique une voie d’émancipation et d’individualisation qui trouve une autre expression à travers le statut des femmes amérindiennes dans les pratiques de sorcellerie observées par l’ethnographe au début des années 1970.

9La force de la position des femmes dans leur propre société tient à la fois à la place que cette société leur a reconnue traditionnellement et aux aléas de l’histoire. Leticia Reina présente l’image des femmes zapotèques de l’Isthme de Tehuantepec au XIXe siècle comme un cas atypique quant aux rapports de genre, car elles ne furent pas soumises autant qu’ailleurs à des situations d’inégalité, de domination ou d’exploitation. Conduites à jouer un rôle économique important, tandis qu’une importante proportion d’hommes disparaissait dans les divers conflits armés qui secouèrent le Mexique et en particulier cette région du littoral occidental, elles ont par la suite facilité l’intégration et l’assimilation d’étrangers immigrés, par la voie du mariage notamment.

10En Amérique du Nord de nos jours, la situation des femmes amérindiennes dans la lutte contre les discriminations, à partir des grandes mobilisations des années 1960-1970, a pu conduire la tendance à l’émancipation à une véritable rénovation des rôles politiques traditionnellement tenus par les hommes. Ainsi Andrée Lajoie montre-t-elle que dans les communautés amérindiennes du Québec, les femmes occupent 29 % des places dans les conseils de bande et 9 % de postes de chef de bande. Ces pourcentages sont comparables à ceux des femmes québécoises non-autochtones remplissant des fonctions analogues : on compte en effet 27 % de conseillères municipales et 13 % de mairesses.

11Une telle promotion politique, qui commence timidement à produire ses effets en Amérique latine, implique que les systèmes juridiques nationaux reconnaissent progressivement à leur juste valeur les droits civiques des femmes amérindiennes. Odina Benoist observe ainsi que le mouvement général de revendication des droits spécifiques semble ouvrir progressivement la voie au respect des femmes amérindiennes en tant qu’individus. Une réflexion sur divers procès récents pour viol indique que la primauté donnée à la notion occidentale de « droits de la femme » peut même conduire à dénaturer la signification de certaines pratiques traditionnelles.

12Mais ces effets de promotion de la femme sous l’influence des modes de vie occidentaux et du métissage peuvent aussi avoir pour corollaire la revitalisation d’un statut traditionnel. Ainsi, à partir d’une approche comparative de pratiques festives observées chez les Indiens otomi et huichol du Mexique, Frédéric Saumade montre-t-il de quelle façon le contact avec la religion chrétienne et la modernité économique, intensifié par la mobilité migratoire, réactive une représentation dualiste du cosmos, d’origine mésoaméricaine, dans laquelle s’inscrit la polarité sexuelle. Ce processus – une sorte d’effet d’ « histoire longue » à la Braudel –, loin d’émanciper la femme, a confirmé celle-ci dans un rôle de matrice vouée aux cycles physiologiques et saisonniers dont la périodicité est évoquée, chaque année à la même époque, par des rites festifs dirigés par les hommes.

13On le voit, l’attention portée aux dynamiques socio-culturelles propres à transformer la position des femmes amérindiennes ne doit pas pour autant déboucher sur la vision idéaliste que pourrait inspirer la focale sur des études de cas particuliers. Car aujourd’hui, d’une façon générale, les femmes amérindiennes souffrent encore de la marginalisation et des violences qui leur sont associées. Ainsi, depuis son terrain colombien, Anna Schmit analyse-t-elle une situation où les femmes sont l’objet de discriminations et de violences dans un contexte de guerre civile. Afin d’obtenir de l’Etat la mise en place d’une vraie justice sociale, elles ont élaboré, dans le cadre d’une association indigène locale (Fuerza de mujeres wayúu), un rapport destiné aux Nations Unies qui traduit à la fois leur position de victimes dans la société et leur volonté d’assumer une participation politique efficace.

14Elise Gadea analyse sous un autre angle les violences subies par les femmes d’une communauté indigène des Andes boliviennes. Depuis la mise en place de l’Etat plurinational de Bolivie en 2009, ces femmes ont la double possibilité de s’adresser soit à la justice d’Etat, qui privilégie les droits individuels mais fait preuve d’une grande inefficacité, soit à celle de leur propre groupe qui, au nom de l’harmonie de la communauté, prône la conciliation au détriment de la sanction.

15Un tel déni de justice peut conduire à la situation la plus contre-naturelle – n’en déplaise à ceux qui défendent une certaine idéologie du genre : la négation du pouvoir féminin par excellence, celui de la reproduction de l’espèce. Dans le cadre de la société guatémaltèque, Anaïs Garcia montre, à partir d’une analyse intersectionnelle, que les représentations de la société majoritaire relatives à la planification familiale conduit les représentants des institutions médicales à pousser les femmes indiennes à la stérilisation, ce qui ne serait que le reflet du climat de violence successif à la guerre dans un pays marqué d’ailleurs traditionnellement par une idéologie machiste et patriarcale.

Haut de page

Notes

1 Sur ce thème, voir Jacques Galinier et Antoinette Molinié, Les néo-Indiens. Une religion du IIIe millénaire. Paris, Odile Jacob, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Saumade et Odina Benoist, « Introduction », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68485

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page