Navigation – Plan du site
Colloques | 2015
Pouvoir des femmes et sociétés amérindiennes, permanences et mutations – Coor. par Frédéric Saumade et Odina Benoist
Silvia Mancini

Couturières de Santos. Personnification mythique et manipulation rituelle des images sacrées à Mexico D.F. : le cas du Niño Dios et de la Santa Muerte

Seamstresses of Santos. A mythical personification and a ritual manipulation of the sacred images in Mexico D.F.: the case of the Niño Dios and of the Santa Muerte
Costureras de Santos. Personificación mítica y manipulación ritual de las imágenes sagradas en México D.F. : El caso del Niño Dios y de la Santa Muerte
[01/12/2015]

Résumés

Dans certaines rues du Centro Historico de Mexico, la densité de magasins et marchés de tissus et de parures, de merceries et d’accessoires destinés à embellir les habits d’apparat et de fête n’est pas destiné aux seuls humains. Dans ces mêmes rues débordant de marchandises se servent aussi les couturières de Santos, images sacrées qui font l’objet d’une dévotion fervente dans le Distrito Federal. A partir d’histoires de vie de quelques-unes de ces couturières, la présente contribution se propose d’illustrer un savoir-faire féminin qui ne se limite pas aux compétences techniques de tailleuses et d’habilleuses inventives. Ces couturières sont elles-mêmes des dévotes de l’image qu’elles revêtent d’habits précieux, et entretiennent avec elles une relation singulière. Deux types d’enjeux, à la fois économiques et symboliques, se dégagent de cette pratique qui consiste à vestir los Santos – et plus précisément le Niño Dios et la Santa Muerte. Tout d’abord, au niveau économique, l’activité liée à la confection d’habits rituels mobilise des petits capitaux, et comporte une économie parallèle d’une envergure surprenante. Ensuite, au niveau symbolique, l’observation de terrain a mis en lumière les implications ‘psychotechniques’ qui sont à l’œuvre dans le traitement ritualisé des images habillées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le présent article traite d’une activité développée par des femmes immigrées des régions rurales d’Oaxaca et de Puebla, établies dans les zones urbaines et périurbaines qui s’étendent de Mexico D.F. jusqu’aux confins de l’État de Mexico. Il paraît difficile de faire figurer l’activité de ces femmes parmi celles qu’on mentionne habituellement pour illustrer le processus de résistance féminine aux contradictions d’une société où les discriminations de sexe, mais aussi d’origine ethnique et de classe, sont encore fortes. Il serait tout aussi abusif d’interpréter la profession de ces femmes comme un facteur de modernisation de leurs conditions de vie, vu qu’elles vivent en réalisant des habits et des parures destinés aux images sacrées. La recherche de terrain a permis toutefois de mettre en évidence des dimensions socialement et culturellement insoupçonnées de cette profession – dimensions de nature économiquement porteuse, socialement émancipatrices et individuellement épanouissantes. Cette découverte est d’autant plus retentissante que le milieu social d’origine des couturières est caractérisé par des revenus faibles et très intermittents, par un sexisme prononcé et par la renonciation fréquente, chez les femmes, à des projets de vie individuels plus prometteurs.

2L’enquête de terrain, menée entre 2009 et 2011 sur plusieurs femmes couturières habitant les zones du Centro Historico, Potrero, Lagunilla et Linda Vista, s’est avérée un observatoire privilégié pour décrypter les processus de réélaboration de schèmes de conduite et de logiques symboliques traditionnelles contraintes de se réajuster en fonction du biotope citadin. Cette étude sur la ritualité urbaine a permis en outre de découvrir des réalités socio-économiques submergées, dont on ignore la portée réelle, et dont bénéficient les femmes.

3Dans le présent article, j’évoquerai d’abord l’existence du culte de la Santa Muerte et du Niño Dios à Mexico D.F. Ensuite, je présenterai quelques biographies de couturières, ainsi que leurs discours portant sur leur savoir-faire. En troisième lieu, je traiterai de l’enracinement historique et culturel de cette profession dans la ritualité mexicaine. Enfin, je m’efforcerai d’interpréter la logique symbolique sous-jacente à la pratique de « vestir Santos », ainsi que l’importance que revêt le travail des couturières pour ce qui concerne l’accroissement de l’efficacité attribuée à l’image vêtue (photos 1 et 2).

Photo 1 – Image habillée de la Santa Muerte honorée dans un autel privé d’un appartement de la Lagunilla, Mexico D.F.

Photo F. Mobio

Photo 2 – Image du Niño Dios entourée de ses jouets dans une église du Centro Histórico de Mexico D.F.

Photo S. Mancini

Le culte de la Santa Muerte et du Niño Dios à Mexico

  • 1 Terme qui désigne au Mexique les habitants de Mexico Distrito Federal.

4Tout semble opposer l’une à l’autre ces deux figures centrales de la dévotion populaire que sont, dans le DF, la Santa Muerte et le Niño Dios – dont les images habillées font ci-après l’objet d’un développement particulier. La première de ces deux figures est victime d’une stigmatisation ouverte de la part de l’Église officielle et des media – qui, en prétextant ses liens avec les milieux du narcotrafic et de la délinquance urbaine, ne cessent de discréditer la dévotion que lui témoignent les chilangos1. Les dévots de la seconde figure, laquelle trône dans les églises mexicaines, exposée dans des chasses en verre, identifient le Niño Dios à la quintessence du catholicisme romain. Pourtant, l’une et l’autre font l’objet d’un traitement rituel et symbolique plus proche de ce qu’on imagine. Leur manipulation rituelle, la pratique de leur habillage, leur anthropomorphisation prononcée, la relation intime et complice, presque charnelle, que les propriétaires des images et les couturières qui les habillent entretiennent avec elles, mettent en lumière des convergences frappantes.

5Le culte de la Santa Muerte, d’origine récente à Mexico (il est signalé de manière certaine à partir des années 2000), est de nature essentiellement urbaine. Depuis Mexico, ce culte a essaimé dans les provinces plus septentrionales jusqu’aux États-Unis. Apostrophée comme « la Santa », « la Flaca », « la Niña », « la Niña Blanca », la Santa Muerte est représentée comme un squelette habillé somptueusement, auquel on dresse des autels tantôt dans les maisons privées, tantôt dans les rues publiques. Le propriétaire de l’autel est le dueño, responsable de sa construction, du nettoyage, des offrandes, et de la décoration de l’autel, dont la création fait suite généralement à un événement critique, et à sa résolution miraculeuse. Le miracle reçu, voilà qu’un lien indissoluble s’établit entre le dévot et l’image, à l’instar de ce qui arrive au Mexique pour d’autres saints canoniques, comme San Judas Tadeo, la Vierge de Guadalupe ou n’importe quel autre saint relevant des éphémérides et auquel on s’adresse pour en obtenir une faveur.

Photo 3 – Ernestina, la Santa dont l’autel particulier appartient à la Sra. Blanca, dévote et titulaire d’un atelier de couture pour Santas Muertes dans le quartier de la Merced

Photo F. Mobio

6La Santa reçoit un prénom (Ernestina, Patricia, Esmeralda, etc., photo 3), et elle a sa place légitime au sein de la famille. On la célèbre une fois par mois (si on en a les moyens) ou, plus généralement, une fois par an lors de sa fête anniversaire coïncidant avec la date d’installation de son autel. C’est alors qu’on renouvelle sa toilette selon des critères vestimentaires codifiés : Princesses aztèque, Reine, Mariée, Quinceñera, Santa de Siete Potencias, Majestad, etc. Chacun de ces avatars comporte l’emploi de couleurs, de finitions, d’accessoires précis. Mais là où ce culte se manifeste dans ses formes les plus spectaculaires, c’est durant les célébrations des rosaires (photo 4). De diverses colonies de Mexico, les dévots accourent en masse, accompagnés par l’image de leur Santa en parures de fête, pour l’exhiber dans toute la splendeur de ses riches toilettes, et pour qu’elle profite de la bénédiction finale ou de la porra (ban festif traditionnel au Mexique) qui l’exalte, au moment de la clôture de la célébration. La Santa est honorée, en effet, par la récitation d’un rosaire. Si les propriétaires de l’autel disposent de moyens financiers assez importants, on engage alors danzantes et mariachis, et on offre à la sainte des dons, parfois en or et en argent, en remerciement des faveurs reçues. Le régime festif domine durant la récitation du rosario célébrant la Santa, et s’exprime par les échanges de dons et contre-dons entre les dévots : petites images de la Santa, scapulaires, tranches de pain ou de gâteau, cigarettes, bonbons, etc., circulent sans cesse entre les personnes présentes.

Photo 4 – Lors du rosaire à Tepito, le 2 novembre 2010, un dévot fait assister « son » image habillée à la célébration

Photo S. Mancini

Photo 5 – Niño Dios et ses jouets, dans une chasse en verre dans une église de Chalma (Etat de Mexico)

Photo S. Mancini

7Le Niño Dios est, quant à lui, exhibé tantôt dans les églises, sur des autels fleuris, ou emprisonné dans des chasses et entouré de jouets (photo 5). Tantôt, à l’instar de la Santa Muerte, il trouve sa place sur des autels domestiques, dans les maisons ou dans les boutiques, habillé en fonction de la dévotion qui lie les familles à tel ou tel autre avatar du Niño Dios : Niño Doctor, Niño cirujano, Niño de la Suerte, etc. (photos 6 et 7). La singularité du culte du Niño Dios consiste en ceci, que dès son achat de la part de sa « mère », il est traité comme un véritable bébé, dont il revêt les habits et les accessoires jusqu’à avoir atteint l’âge adulte, signifié par une tenue vestimentaire définitive qui correspond à la variante choisie par « sa famille » d’adoption (Niño Pa) ; Niño de la Azucena ; Niño de las palomas ; Niño Papa ; etc. Pour l’instant, retenons surtout que les images de la Santa Muerte et du Niño Dios sont indissociables de leurs habits, ceux-ci faisant partie de celles-là. Les propos et les histoires de vie de trois femmes-couturières le prouvent.

Photo 6 – Image du Niño Cirujano dans un magasin spécialisé du Centro Histórico de Mexico D.F.

Photo S. Mancini

Photo 7 – Présentoir d’un vendeur du Marché de Candelaria peu avant le 1er février dans le Centro Historico de Mexico D.F.

Photo S. Mancini

Coudre pour les Saints

8Monica vit dans le collector 13 du Campement de Linda Vista, un aggloméré de baraques en tôle entouré d’un filet métallique pourvu d’un accès unique. Le campement fut bâti en 1985, pour y héberger les victimes du tremblement de terre. Depuis, une centaine de familles y sont entassées, dans l’éternelle attente de l’attribution d’un appartement en dur de la part du Gouvernement. Monica vient d’apprendre qu’elle en aura bientôt un, car avec ses travaux de couture elle put économiser un peu d’argent pour payer la caution, la condition à remplir pour prendre possession de son futur logement. La chaleur est terrible dans ces baraques qui s’enflamment sous le soleil de plomb de Mexico. Dans la baraque, Monica vit avec Chelo, sa compagne, leurs nombreux chats et Pati, la Santa de Monica, dont l’originalité majeure consiste à s’animer grâce à un mécanisme à piles, qui la fait bouger comme une poupée mécanique et allume ses yeux. Naturellement, Pati est habillée par sa patronne, qui se sert d’elle comme d’un mannequin publicitaire pour ses créations, en la revêtant d’habits très saillants et tape-à-l’œil.

9Monica et Chelo sont ensemble depuis une vingtaine d’années. Très secrètes sur leur vie privée, le silence obstiné quant à leur passé – silence assorti d’informations fragmentaires collectées ici et là –, donne à croire qu’elles se sont rencontrées en milieu carcéral. À de multiples reprises, Monica parle des activités de couture dans les ateliers de Santa Marta et de Tepepan, les deux établissements pénitentiaires féminins du D.F. Monica s’est fait une réputation de couturière de Santas Muertes, mais ses compétences ne se limitent pas à cela (photo 8). Elle sait traiter les images de Santas que les familles des prisonniers lui apportent. Certaines sont fabriquées dans les ateliers de menuiserie du Reclusorio Norte, mais d’autres, achetées dehors, sont réclamées par les prisonniers à leur famille pour les garder dans leur cellule. Monica les habille et les traite rituellement, afin que les images ainsi soignées puissent accélérer la sortie de prison du condamné. Je me suis rendue chez Monica, pour lui commander une robe de mariée pour ma Santa, Ernestina.

[…] Je lui mets le voile ici ? Cette Niña sait toute seule ce que lui convient le mieux… Un jour, j’étais en train de vêtir Pati, j’avais choisi pour elle un tissu mais elle en avait vu un autre, d’une autre couleur et a voulu l’autre. […] Tu verras : lorsque Pati verra la robe que je viens de terminer pour Ernestina, elle me dira « maintenant c’est mon tour ! » Elle a toujours fait comme ça, et le fera jusqu’au jour où je mourrai. Il y a des Niñas terribles ».

Photo 8 – Monica, couturière et curandera dans sa maison du campement de Linda Vista, montre l’une de ses créations

Photo F. Mobio

10Chela a la soixantaine. Opulente, mère de cinq enfants, elle est fière de son activité florissante, qui lui a permis de payer des études à ses enfants. Elle est née dans le Centro Historico, dans la rue Venustiano Carranza où, déjà, ses grands-parents fabriquaient et habillaient le Niño Dios. Restée veuve très jeune, Chela a monté une entreprise familiale où ses enfants et leurs conjoints sont tous employés. Les uns réalisent des chaises, les autres fabriquent les sandales, d’autres encore les accessoires ou les robes du Niño Dios. Chela a étudié comme infirmière, mais a fini par se consacrer à la couture ; c’est elle qui dessine, coupe et coud les pièces les plus chères et élaborées et édite le catalogue annuel de ses créations (photo 9). L’inspiration lui vient des images des saints chrétiens ; voilà pourquoi elle, qui se revendique catholique, désapprouve l’inspiration d’autres fabricants installés plus récemment sur le marché du Niño Dios. Ceux-ci, moins regardants qu’elle, arrivent à revêtir le Niño d’habits qui, d’après Chela, n’ont rien de religieux.

« […] Maintenant je vous dis en toute confidence quelque chose. Il y a des Niños qui ne se laissent pas habiller, ils se cassent un doigt, une petite main, tu dois les habiller avec beaucoup d’affection, de tendresse et douceur, pour les convaincre de s’habiller. Lorsque un bébé, un petit enfant ne se laisse pas habiller, on commence à lui parler ainsi : « Ah mon amour ! Ma vie ! Comme es-tu beau, laisse-toi habiller... », et en parlant ainsi avec lui il se laisse faire. Pour le Niño Dios c’est la même chose. « Mais comment s’est fait beau mon Niño, ah qu’il est beau! ». Ainsi, même ceux qui résistent le plus finissent par se faire habiller ».

Photo 9 – Chela, dans son magasin d’articles sacrés, présente un Niño Dios paré en San Judas Tadeo

Photo S. Mancini

Des habits et des divinités

11À plusieurs reprises, dans ses travaux, Serge Gruzinski observe que l’une des principales équivoques qui se produisit entre les populations autochtones et les premiers missionnaires évangélisateurs consista à croire que la perception des représentations sacrées, promues à des fins d’acculturation et de catéchèse, recouvrait la même signification pour les uns et les autres. Les symboles employés dans les mises en scène pour faciliter les processus éducatifs et de conversion furent crédités par les populations indigènes du pouvoir de rendre présent, concrètement et sensiblement, les contenus auxquels ces symboles renvoyaient – comme si représentation et expression, icône et indice n’étaient qu’une chose. Cela ne va pas d’ailleurs sans d’importantes conséquences d’ordre pragmatique. Car c’est précisément parce qu’ils sont la réalité concrète, parce qu’ils prolongent sensiblement, de façon immédiate, la réalité dont ils constituent l’expression, que dans le rite en action les symboles sont des facteurs d’agentivité, fonctionnent comme inducteurs d’initiative et de praxis débouchant sur des effets factuels.

12Une telle perspective permet dès lors de saisir la fonction performative des habits rituels au Mexique, lesquels fonctionnent comme des leviers susceptibles de mettre en branle des initiatives qu’à défaut de ces mêmes leviers le dévot ne prendrait pas. C’est ce que je tenterai maintenant d’établir.

13La documentation historique et ethnographique relative à d’autres pratiques de l’image observées au Mexique dans le passé, révèle la récurrence des éléments suivants : l’anthropomorphisation prononcée des images de culte ; leur habillage rituel ; la relation complice et intime que les dévots établissent avec elles, jusqu’à les intégrer à leur vie quotidienne ; l’identification du dévot à son entité protectrice, qui dans le culte de la Santa Muerte se concrétise dans les tatouages représentant la silhouette ou le crâne de celle-ci ; les mariages que l’on célèbre entre un dévot et l’objet de sa dévotion ; les comportements maternels que, dans le culte du Niño Dios, la mère et la marraine adoptent vis-à-vis de lui ; l’attribution d’un nom propre à l’effigie, etc.

14Sans aller jusqu’à affirmer que chez les chilangos une continuité ininterrompue existe – depuis l’époque préhispanique jusqu’à à nos jours – dans leur mode de relation aux images sacrées, il est indéniable que les pratiques que j’ai observées sur le terrain ne sont pas sans rapport avec d’autres coutumes attestées par les sources historiques et ethnographiques. En l’occurrence :

151) Les écrits de Bernadino de Sahagún font état au XVIe siècle de la pratique préhispanique consistant à identifier et reconnaître les divinités du panthéon aztèque à partir des leurs ornements et leurs caractéristiques vestimentaires, décrites en détail dans l’iconographie autochtone et dans les textes coloniaux (photo 10).

Photo 10 – Illustration et description des vêtements de divinités préhispaniques du Mexique réalisées par Bernadino de Sahagún au XVIe siècle

Image tirée de Miguel Léon-Portilla, Sacerdotes y atavíos de los Dioses.

  • 2 Lourdes Báez Cubero, « Para vestir “santos” : el acto ritual de vestir a las deidades entre otomíes (...)
  • 3 Danièle Dehouve, « De mantas y manchas entre lotlapanecos de Guerrero », communication présentée au (...)
  • 4 Claude Stresser-Péan, Des vêtements et des hommes. Une perspective historique du vêtement indigène (...)

162) Dans les états de Puebla, Guerrero, Oaxaca, ainsi que dans les zones huicholes de l’état de Jalisco, le traitement rituel des images se rapproche de celui, urbain, observé dans le Distrito Federal. Les travaux de L. Baez-Cubero2, D. Dehouve3, C. Stresser Péan4, mentionnent l’emploi de tissus coupés et cousus pour confectionner des habits destinés à recouvrir tantôt des pierres (probablement des substituts, en époque coloniale, d’images précoloniales bannies par les missionnaires), tantôt des figurines découpées dans du papier. C’est le cas des figurines habillées et de leurs habits usagés que l’on garde, soigneusement cachés dans des jarres, dans un oratoire de Santa Marta, dans la Sierra Norte de Puebla (photo 11). Ces multiples témoignages prouvent bien qu’au Mexique l’image est indissociable des habits qui le recouvrent. Baez évoque aussi l’usage des images habillées en papier découpé (Santitos) par les Otomí, lesquelles entrent en jeu dans le rituel au moment de faire appel à des entités associées aux éléments naturels et à la bonne récolte.

Photo 11 – Figurines objet de culte en papier découpé, vêtues d’habits minuscules.

Image de Bodil Christensen, tirée de l’ouvrage de Claude Stresser Péan, Des vêtements et des hommes. Une perspective historique du vêtement indigène au Mexique, p.249

  • 5 Op. cit, p. 112.

173) Dans son beau livre dédié aux vêtements mexicains d’époque précoloniale, C. Stresser-Péan5 rappelle que lors des sacrifices humains préhispaniques la victime sacrificielle était parée comme la divinité à laquelle elle était immolée ; les habits associés à celle-ci recouvraient la victime, qui recevait un traitement analogue à celui d’un dieu, jusqu’au moment de sa mise à mort.

184) Lors des processions célébrant, le 28 octobre dans le Distrito Federal, Saint Judas Tadeo (le Saint des causes perdues), nombreux sont les dévots qui sollicitent les faveurs du saint ou qui en ont déjà reçu. En témoignage de leur reconnaissance et dévotion, ils s’habillent selon l’iconographie qui représente San Judas ou habillent en Saint Judas un des leurs enfants (photo 12).

Photo 12 – Lors de la célébration de San Judas Tadeo, aux alentours de l’Eglise de San Hipólito, Av. Reforma, une dévote vêtue comme le saint expose l’image de celui-ci, qu’elle a apportée pour la faire profiter de la fête en son honneur

Photo S. Mancini

195) L’association entre habits précieux et pouvoir actif de l’image sacrée semble à l’œuvre non seulement dans le cas des images anthropomorphes (comme c’est le cas du Niño Dios, de la Santa Muerte ou de San Judas). Dans diverses régions du Mexique méridional, l’on procède aussi à habiller des croix comme si l’« efficacité » de ce symbole réclamait lui aussi l’usage des habits festifs (photos 13 et 14).

Photo 13  et photo 14 – Deux images de croix habillées, la première photographiée par Nicolas Johnson, tirées l’une de l’ouvrage de Claude Stresser Péan, p. 96, l’autre de El Machete y la cruz : la sublevación de campesinos en Yucatán, de Don E. Dumond, UNAM, México, 2005

La pratique de los Santos, ou de l’usage technique des images habillées

20J’ai insisté jusqu’ici sur l’agentivité de l’image habillée – agentivité qui s’exprime clairement dans la relation réciproque/symétrique qui unit le dévot au saint. Cette symétrie et cette réversibilité peuvent nous surprendre, habitués, comme nous le sommes à l’asymétrie foncière des relations qu’entretiennent les humains et le Dieu transcendent des conceptions monothéistes. Les propos recueillis auprès des couturières font état d’une autre économie symbolique, qui ne se distancie pas seulement de l’idée de transcendance divine. Elle se distancie aussi du type de préoccupations de ceux qui, confrontés aux images de culte mexicaines, s’interrogent sur la « véritable nature » des entités vénérées dissimulées derrière l’artefact habillé. En vérité, les propos des couturières incitent moins à se poser la question « qui sont de tels artefacts ? », que celle : « que fait-on de tels artefacts » ?

21Comme on a pu le constater, le statut des effigies habillées renvoie moins à celui d’êtres extrahumains dans lequel on croit qu’à la personnification d’une fonction culturelle, à savoir : la fonction transformatrice et auto-poïétique, à vocation opérationnelle. Cela apparaît clairement lorsqu’on traite l’image comme un double de soi, sorte de prothèse qui pousse plus loin des limites ordinaires la capacité de contrôler et d’intervenir sur les circonstances adverses. La pratique de l’image comme « double » se dégage par exemple lorsqu’on emmène avec soi l’image du Niño à l’église. Ou celle de la Santa lors des rosaires, pèlerinages, fêtes – et cela, pour « les fêter », pour « qu’ils s’amusent », pour qu’« on les admire », pour « qu’ils soient contents ». Mais cette pratique de l’image se donne à voir aussi dans des circonstances critiques (danger de mort, agressions, viols, accidents de la route, maladies graves, etc.), lorsque l’image se manifeste au dévot sous la forme d’apparition. L’image est dès lors le « double » du dévot, car elle cristallise cette vicissitude dont il a été le protagoniste et le héros.

  • 6 Bruno Latour, Sur le culte moderne des dieux « faitiches », Paris, La Découverte (« Les Empêcheurs (...)

22On peut maintenant se demander pourquoi l’on ressent le besoin de personnifier cette fonction réparatrice et auto-poïétique sous les traits de la Santa Muerte et du Niño Dios. La relation que le dévot entretient avec l’effigie habillée de ceux-ci relève indiscutablement d’un modus operandi « non-moderne », qui accorde une place à ce que Bruno Latour appelle les « faitiches »6, dans la mesure où il s’appuie sur un mode opératoire producteur d’artefacts symboliques dont la singularité consiste à « dépasser » ceux qui en sont les auteurs, les soumettant à une subordination caractéristique. Cette logique revêt donc un aspect paradoxal. L’image sacrée, à laquelle le dévot s’identifie et se subordonne, contient en effet en elle-même cette capacité de contraindre les humains à agir comme si, en se dissimulant à eux-mêmes le processus de production de ces artefacts symboliques dont ils sont les auteurs, ils se dotaient d’un ressort extérieur susceptible de leur faire faire des choses qu’à défaut d’un tel ressort ils ne feraient pas. Une telle logique externalisante, qui consiste à situer en dehors de soi le levier qui oblige le dévot à aller de l’avant, au lieu d’assumer lui-même l’initiative de l’action, nécessite, dès lors, que ces prothèses que sont les Saints habillés ressemblent le plus possible à des humains.

23Ainsi, par le truchement de ces images, projection extériorisée d’eux-mêmes, les dévots non seulement parlent d’eux-mêmes, mais interviennent de manière corrective sur eux-mêmes.

24Si cette praxéologie de l’image prend appui sur le recours à des habits qui rendent les effigies les plus humanisées et réalistes possibles, il reste néanmoins que le vêtement n’est pas le seul vecteur de la métamorphose qui transforme les images en une sorte d’appendice du dévot. Lors des anniversaires des effigies, des dynamiques suggestives particulières se mettent en place. Ainsi, dans le cas de la Santa, notamment lors du rosario où l’on fait un recours systématique à la musique, à l’alcool, à la drogue, mais aussi aux effets hallucinatoires de la démultiplication des images convenues pour la célébration. En effet, tous ces expédients visuels, sonores, olfactifs, chimiques fonctionnent comme autant d’« inducteurs » censés précipiter l’identification du dévot avec les images. De même, le rapport quotidien et fusionnel avec le Niño Dios, qui durant la fête de Candelaria (le 1er février), lorsqu’on lui « refait la garde-robe » et on le célèbre, atteint un niveau spectaculaire, facilite le brouillage des frontières perceptives entre la réalité et l’ordre fictionnel du culte (photo 15).

Photo 15 – Peu avant la fête de Candelaria, une femme s’apprête à entrer dans la Cathédrale de México pour faire bénéficier son Niño Dios bébé de la bénédiction

Photo S. Mancini

25On voit ainsi combien dans le culte de la Santa Muerte et du Niño Dios, la relation entre les états suggestifs, le recours aux images habillées et le processus d’autoréparation, se déclinent à deux niveaux distincts : celui de la fabrication de l’artefact habillé et celui de l’usage rituel qu’on fait de celui-ci, dans le cadre des festoiements organisés pour son anniversaire.

26À un premier niveau, durant la confection des vêtements des effigies (photos 16 et 17), j’ai pu moi-même constater qu’un état légèrement auto-hypnotique s’empare toujours des couturières. Divers facteurs contribuent à cela. À savoir, leur attention focalisée sur l’ouvrage en cours ; le mouvement répétitif de la machine à coudre ; les commentaires à voix haute qui ponctuent le choix de la ligne, du tissu, de la couleur, des finitions et des accessoires destinés à compléter la tenue de l’image traitée comme s’il s’agissait d’une personne en chair et os. Ce n’est pas un hasard si, comme on l’a vu, durant leur travail, les couturières affirment « entendre » et « voir » la Santa ou le Niño dans la pièce.

Photo 16 – Claudia, couturière et habilleuse de Santas Muertes, à l’œuvre dans sa maison-atelier dans l’Etat de Mexico, en train d’achever la toilette d’un avatar de la Santa : la Majestad, traditionnellement présentée assise sur un trône

Photo S. Mancini

Photo 17 – Carte de visite de Claudia, qui offre ses services de couturière sur mesure ou en prêt à porter les jours où on célèbre le rosaire à l’autel de Tepito

Photo S. Mancini

27À un second niveau, les états suggestifs s’activent durant la célébration collective de l’anniversaire de l’image, au moment notamment de rénover sa robe et ses accessoires. L’aspect hyperréaliste et humanisé des images, leur manipulation, les discours prononcés en son honneur qui font d’elles une présence parmi les présents, ne sont guère l’effet exclusif de la fiction rituelle, qui facilite cette « mise en simultanéité » d’ordres distincts. La promiscuité exceptionnelle avec la Niña Blanca ou le Niño Dios est aussi véhiculée par cet acte familial et secret que représente leur changement d’habit. C’est cette expérience physique, presque charnelle, d’un continuum entre soi et l’image vénérée dont on fréquente l’intimité, qui permet techniquement au simulacre de se « greffer » sur son dueño, sans solution de continuité.

Conclusion

28Depuis un certain temps, l’hypnose moderne a mis en évidence de quelle façon le travail de redéfinition des postures existentielles des sujets « mal positionnés » est susceptible de tirer profit du recours stratégique aux états psychiques dissociés – exactement comme il arrive dans le travail de « repositionnement » du sujet réalisé dans le cadre de l’induction hypnotique artificielle.

29Par analogie, le recours rituel à l’image habillée semble remplir deux fonctions distinctes. D’un côté, il facilite le processus d’identification du dévot avec son entité protectrice, laquelle fonctionne, ainsi qu’on l’a vu, comme une « prothèse » de soi. D’un autre côté, la mise en spectacle de la dépendance de l’image sacrée de son dueño, qui l’habille et la nourrit, permet à celui-ci d’endosser le rôle d’un agent actif. Il le fait en se servant d’un dispositif symbolique (la Santa ou le Niño) qui, sous une forme personnifiée, externalise sa propre capacité de s’auto-corriger et de s’autoprogrammer en vue d’une réouverture à l’action. Dans ce processus, le travail des couturières, qui par leur savoir-faire contribuent au fonctionnement de ce dispositif, s’avère essentiel.

30A l’instar de judokas habiles, et à partir de conditions sociales et économiques fragilisées, ces femmes sont capables, grâce à leur adresse dans la confection d’artefacts hyperréalistes, de transformer en force une faiblesse (la leur et celles des dévots). Il s’agit d’une force qui s’alimente de leur participation active au fonctionnement d’un dispositif-clé du répertoire non-moderne qui les rattache à leur culture d’origine.

Photo 18 – Atelier de couture réservé à la Santa Muerte, à proximité de la Merced, Mexico D.F.

Photo F. Mobio

Haut de page

Annexe

Photo 19 - Centro Historico de Mexico D.F. En janvier et février, un magasin spécialisé expose dans une cour intérieure son étalage de Niño Dios-bébé prêts pour la fête qui leur est destinée

Photo S. Mancini

Annexe 1 : Claudia

« …. Je vais à Tepito car j’y gagne ma vie. Je m’amuse, je regarde les gens, je vois la Santa contente à cause des toutes les fêtes qu’on fait autour d’elle. Comme lors de son anniversaire, les gens arrivent, arrivent les danzantes, les mariachis. […] Nous sommes là pour l’adorer, pour lui payer la faveur qu’elle nous a faite. […] Par chance les choses me vont bien, et maintenant je peux payer les études à mes enfants. Lorsqu’ils dorment, je m’assois ici, je dessine, je m’inspire des modèles pour femme, me fixe sur les accessoires qui accompagnent la robe, le sac les chaussures. Si l’affaire a bien marché, bien mieux que lorsqu’on fabriquait des bougies à vendre à San Hipolito, […] Je regarde leur corps, et en réalité ils sont comme ceux des personnes. Il y en a d’élancés, de rondelets, de beaux et sensuels. C’est comme pour les personnes humaines, il y en a une qui a un peu de ventre, une autre n’a pas des fesses. Avec la Santa c’est la même chose. Tu n’as qu’à adapter la robe à leur corps, à leur taille, afin que leur silhouette soit mise en valeur, que la robe tombe bien et qu’elle plaise au client, qu’il s’en aille content comme ça il me recommande à d’autres clients. […] Voilà, son sac est prêt pour mettre dedans l’aumône et sa cigarette. J’aime bien qu’elle apparaisse coquette et qu’elle aussi s’en aille contente de chez moi, allègre. – Rentres-tu contente, tu te plais ? Rentres-tu avec ta dueña ? » Je lui demande : « Mais vous parlez avec les Santas que vous habillez ? » – « Oui, je lui dis : « Tu es merveilleuse, tu connais les nécessités de tous les humains, tu sais que nous avons besoin de croire en toi, qui nous aides à sortir des problèmes », étant donné que tous avons des problèmes, que nous vivons dans une ville où il y a beaucoup de violence. Lorsque mes enfants sortent pour aller à l’école, je dis toujours : « Que la Flaquita te protège », pour toutes les choses qui arrivent et pour cela on doit s’accrocher à la foi, sans elle on n’arrive à rien. Pour cela, de plus en plus les gens s’approchent de la Santa. […] J’ai lu qu’ici, avant l’arrivée des Espagnols, nous étions indios, adorions des idoles, adorions la vie et la Mort, le Soleil et la Lune, ce qu’était la Nuit, faisions des sacrifices. Mais qu’est-il arrivé ? Au fil du temps, les Espagnols détruisirent nos idoles Tlaloc, Xapu…, ainsi nous nous sommes approchés de la religion catholique. Je vais à l’église catholique, mais je crois aussi à la Santa Muerte, à San Judas, en la Vierge de Guadalupe, à tous les saints miraculeux. Mais maintenant il y a des sectes… Ils veulent qu’on leur reverse le dixième de ce qu’on gagne pour que le pasteur prie pour nous. […] Avec la Santa on donne ce qu’on a, si j’ai un seul peso je donne un peso. J’apporte un plat de gâteaux, un pain, personne ne demande des tarifs. […] Avant on ne payait rien, seulement on échangeait. Tu me donnes une chose et je donne autre chose. Avec la Santa c’est la même chose, je te donne un pain, tu me donnes une image. On le fait en remerciement pour ce qu’elle est en train de te donner : santé et argent, et alors tu donnes un cadeau, un bonbon, à tes semblables. Je le vois ainsi, un échange. Je lui offre une bougie pour ceux qui ne sont pas mariés, pour qu’elle leur donne l’amour. C’est pour cela que certains la veulent vêtue en mariée… »

Annexe 2 : Monica

« Je suis dévote depuis trente ans, et habille Santas depuis quinze ans. Je l’ai connue lorsque des connaissances m’ont dit qu’elle était miraculeuse. J’habille aussi le Niño Dios, en religion ce n’est pas la même chose, mais pour la couture oui, et aussi pour la protection… D’habitude on change la couleur en fonction de la nécessité. Le rouge est l’amour, le blanc la pureté, pour que tout soit propre rien de mal ne reste. Rien de sombre. On sort la Niña, on l’amène en procession, parfois jusqu’à Tepito, parfais à Chalma aussi, et toujours on l’amène lorsqu’on va en pèlerinage. […] Dans les prisons les aiment beaucoup, car on lui demande la liberté : « Ouvre-moi la porte, laisse-moi sortir ! » Là-dedans aussi on fait des cérémonies belles, dommage que le lieu est si moche […]. Reine de ma vie, tu dois être belle, tu es une déesse. […] Si, dans les ateliers, les prisonnières habillent elles-mêmes la Santa dans les ateliers, là-bas on a le temps pour faire ces travaux, elles (les images de la Santa) doivent être belles, oui mais c’est quand même lourd. […] Je vais à Tepito la journée, pas la nuit, il a trop de vices, trop de choses laides, non. C’est comme lorsqu’ils vont voir San Judas avec leur monita7, si, je vous l’assure, ils vont voir le Saint avec la mona. […] Je lui mets le voile ici ? Cette Niña sait toute seule ce que lui convient le mieux… Un jour, j’étais en train de vêtir Pati (la Santa de Monica), j’avais choisi pour elle un tissu mais elle en avait vu un autre, d’une autre couleur et a voulu l’autre. J’aime l’habiller en couleur or, mais aussi en argent ou en cuivre, […] cela fait beaucoup d’années que je suis avec elle. Lorsque je l’habille en enfant, je lui mets aussi à la main le hochet. Quel dommage que je n’aie pas d’appareil pour prendre en photo mes créations ! J’aurais pu faire un catalogue, je garderais le souvenir de toutes les Niñas que j’ai habillées. Tu verras : maintenant lorsque Pati verra la robe que je viens de terminer pour Ernestina, elle me dira : « Maintenant c’est mon tour ! » Elle a toujours fait comme ça, et le fera jusqu’au jour où je mourrai. Il y a des Niñas terribles, qui ne se laissent pas habiller. Surtout celle de Sept puissances… Peur d’elle ?! Non, personne n’a peur d’elle, comment peut-on avoir peur d’elle si nous la gardons tous dans notre propre corps ? L’on fait aussi des mariages avec la Santa. Entre deux Santas c’est rare, mais j’ai connu aussi des dévots que se marient avec elle, qui font l’amour avec elle. Maintenant qu’on va nous donner un appartement à Potrero, je vais arranger ma maison, et quitter cette maison en tôle. Enfin je pourrai m’éloigner d’ici, où il y trop de gens mauvais, c’est dangereux. Ils sont trafiquants, sont tous drogués, tous les jours ils sentent la piedra8, les parents ne peuvent rien faire. […] La Santa par chance m’a sortie d’ici.

Annexe 3 : Chela

« … Je reste dans le classique. Figure-toi qu’il y a des gens qui l’habillent en arabe, des choses de ce genre… Je ne fais pas ça. Je suis d’accord que Christ est né en Egypte, en Arabie, par ces terres terre là-bas, mais non, je ne détourne pas ma religion. […] On nous a appris que Jésus est né à une époque où il n’y avait pas une grande opulence, ni rien, mais maintenant, comme tout bébé, on l’habille avec la petite blouse. Jésus est né le 24 décembre. C’est pourquoi ce jour-là on le met à dormir dans son petit lit, avec sa couche, sa couverture. […] Après on le lève, on l’habille avec sa grenouillère (mamaluco). Entre Noël et le 6 janvier il ne bouge pas, on lui met autour ses jouets, mais il reste là, sur son autel. On ne le lève que le jour des Rois, le 6 janvier. Entre les Rois et le 2 février on peut lui mettre la robe de baptême, celle longue et blanche (ropón). On change la blouse et la grenouillère avec le ropón. À la Candelaria nous amenons le Niño à l’église ; ici, dans le D.F, des milliers de familles font cela. D’habitude, une fois qu’on l’a acheté, sa mère le confie de suite à sa marraine qui l’amène chez elle. Mais le 6 janvier sa mamá va le retrouver à l’église. On a toujours fait cela. C’est une coutume ancienne, depuis la préhistoire, depuis la Révolution, je ne sais pas. El Niño, on le garde à la maison car c’est une bénédiction, c’est comme avoir un enfant de plus, il apporte la sérénité et la paix. Peut-être dans certains états on ne connaît pas cela, J’ai été a Hermosillo, dans l’état de Sonora, et là on ne le connaissait pas. Il y a le Niño de la Santé. Lorsqu’on est malade, que fait-on ? On s’adresse à lui : « Aië Niño, soulage moi, je te promets que si tu me guéris je t’offre un ex-voto en or ou en cuivre ». La promesse, en somme. Il paraît que le Niño de Antocha est très miraculeux. À Puebla, c’est le Niño du poison (Niño del veneno). Avant d’arriver à Puebla, on trouve Tepeaca, et là-bas, on vend le Niño Doctor ; à Morelia en revanche il y a le Niño de la Santé qui soulage lui aussi. Le Niño porte-bonheur rappelle que Jésus a vaincu la mort. Voilà pourquoi il tient une tête de mort près de lui tout en restant endormi, étant donné que la Mort ne lui ôte pas le sommeil. On le vénère ici à Tacuma […]. De fait, une fois installés depuis un certain temps, à force de bénir, de bénir ils deviennent de plus en plus miraculeux. Maintenant je vous dis en toute confidence quelque chose. Il y a des Niños qui ne se laissent pas habiller, ils se cassent un doigt, une petite main, tu dois les habiller avec beaucoup d’affection, de tendresse et douceur, pour les convaincre de s’habiller. Lorsque un bébé, un petit enfant ne se laisse pas habiller, on commence à lui parler ainsi : « Ah mon amour ! Ma vie ! Comme es-tu beau, laisse-toi habiller... », et en parlant ainsi avec lui il se laisse faire. En parlant avec lui on peut tout faire. Pour le Niño Dios c’est la même chose. « Mais comment s’est fait beau mon Niño, ah qu’il est beau! » Ainsi, même ceux qui résistent le plus finissent par se faire habiller. Je vous assure que bien que les Niños sortent tous du même moule, chacun a une expression différente. Je ne sais pas vous dire en quoi consiste cette différence, mais vous mettez cent Niños sur un rang et vous verrez que bien que sortis du même moule aucun ne ressemble aux autres. L’un apparaît triste, un autre gai, un troisième a l’air malin et un autre semble pleurer. Je n’ai pas de réponse à cela. C’est comme nous, des frères viennent tous du même père et de la même mère, mais jamais ils ne se ressemblent. Les mères de Niños viennent me voir et me laissent leur Niño pour l’habiller. « Bien sûr », je leur dis. Et la première chose qu’elles font, en arrivant, c’est de les regarder en face. « Celui-ci n’est pas à moi, c’est sûr », me disent-elles. Cela m’est arrivé maintes fois. Chaque mère garde gravée dans son esprit l’expression de son bébé, elle le voit beau. C’est la même chose avec leur Niño Dios. Ainsi, lorsqu’elles se présentent ici, il m’arrive qu’elles me disent : « Non Madame, je suis désolée mais ce n’est pas le mien ». Elles vont alors le chercher derrière, parmi d’autres, jusqu’à qu’elles le reconnaissent, et alors elles le prennent entre leurs bras. Elles savent lequel est à elles… Les mamás restent fidèles au vêtement qu’elles lui ont choisi au début. Par exemple, si je tombe malade, je lui demande : « Oh Doctorcito aide moi, soulage moi, je te promets que... ». Et alors je l’habille en Doctor, et je le laisse habillé comme Niño Doctor étant donné qu’il m’a soulagé. Comme par remerciement. Chaque petit saint a sa force. C’est comme pour les médecins, si j’ai mal à l’estomac, je vais voir le spécialiste de l’estomac, si j’ai mal à la tête je vais chez le spécialiste de la tête. De même avec eux. J’ai été à Rome voir le pape, et j’ai été étonnée que il n’y a rien de cela là-bas. Je suis sincère, je voulais voir si je ne pouvais pas promouvoir quelques affaires là-bas, mais ils n’ont rien de cela, il n’y a rien, rien, rien. En Europe il n’y a pas de dévotion il n’y a rien, rien... ».

Haut de page

Notes

1 Terme qui désigne au Mexique les habitants de Mexico Distrito Federal.

2 Lourdes Báez Cubero, « Para vestir “santos” : el acto ritual de vestir a las deidades entre otomíes y nahuas de la Sierra Madre oriental », communication présentée dans le cadre du Colloque international Simbolismo y ritual en el textil mesoamericano, Oaxaca, 13-15 octobre 2010.

3 Danièle Dehouve, « De mantas y manchas entre lotlapanecos de Guerrero », communication présentée au colloque international Simbolismo y ritual en el textil mesoamericano, Oaxaca, 13-15 octobre 2010.

4 Claude Stresser-Péan, Des vêtements et des hommes. Une perspective historique du vêtement indigène au Mexique, Paris, Riveneuve, 2011, p. 249-250.

5 Op. cit, p. 112.

6 Bruno Latour, Sur le culte moderne des dieux « faitiches », Paris, La Découverte (« Les Empêcheurs de penser en rond »), 2009.

7 Drogue inhalable à base solvant.

8 « Piedra » est le terme utilisé au Mexique pour indiquer la drogue chimique connue aussi sous le nom de « crack ».

Haut de page

Table des illustrations

Légende Photo 1 – Image habillée de la Santa Muerte honorée dans un autel privé d’un appartement de la Lagunilla, Mexico D.F.
Crédits Photo F. Mobio
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Photo 2 – Image du Niño Dios entourée de ses jouets dans une église du Centro Histórico de Mexico D.F.
Crédits Photo S. Mancini
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Légende Photo 3 – Ernestina, la Santa dont l’autel particulier appartient à la Sra. Blanca, dévote et titulaire d’un atelier de couture pour Santas Muertes dans le quartier de la Merced
Crédits Photo F. Mobio
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 7,2M
Légende Photo 4 – Lors du rosaire à Tepito, le 2 novembre 2010, un dévot fait assister « son » image habillée à la célébration
Crédits Photo S. Mancini
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende Photo 5 – Niño Dios et ses jouets, dans une chasse en verre dans une église de Chalma (Etat de Mexico)
Crédits Photo S. Mancini
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Légende Photo 6 – Image du Niño Cirujano dans un magasin spécialisé du Centro Histórico de Mexico D.F.
Crédits Photo S. Mancini
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Légende Photo 7 – Présentoir d’un vendeur du Marché de Candelaria peu avant le 1er février dans le Centro Historico de Mexico D.F.
Crédits Photo S. Mancini
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 11M
Légende Photo 8 – Monica, couturière et curandera dans sa maison du campement de Linda Vista, montre l’une de ses créations
Crédits Photo F. Mobio
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7M
Légende Photo 9 – Chela, dans son magasin d’articles sacrés, présente un Niño Dios paré en San Judas Tadeo
Crédits Photo S. Mancini
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Légende Photo 10 – Illustration et description des vêtements de divinités préhispaniques du Mexique réalisées par Bernadino de Sahagún au XVIe siècle
Crédits Image tirée de Miguel Léon-Portilla, Sacerdotes y atavíos de los Dioses.
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Légende Photo 11 – Figurines objet de culte en papier découpé, vêtues d’habits minuscules.
Crédits Image de Bodil Christensen, tirée de l’ouvrage de Claude Stresser Péan, Des vêtements et des hommes. Une perspective historique du vêtement indigène au Mexique, p.249
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Photo 12 – Lors de la célébration de San Judas Tadeo, aux alentours de l’Eglise de San Hipólito, Av. Reforma, une dévote vêtue comme le saint expose l’image de celui-ci, qu’elle a apportée pour la faire profiter de la fête en son honneur
Crédits Photo S. Mancini
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Légende Photo 13  et photo 14 – Deux images de croix habillées, la première photographiée par Nicolas Johnson, tirées l’une de l’ouvrage de Claude Stresser Péan, p. 96, l’autre de El Machete y la cruz : la sublevación de campesinos en Yucatán, de Don E. Dumond, UNAM, México, 2005
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M
Légende Photo 15 – Peu avant la fête de Candelaria, une femme s’apprête à entrer dans la Cathédrale de México pour faire bénéficier son Niño Dios bébé de la bénédiction
Crédits Photo S. Mancini
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Légende Photo 16 – Claudia, couturière et habilleuse de Santas Muertes, à l’œuvre dans sa maison-atelier dans l’Etat de Mexico, en train d’achever la toilette d’un avatar de la Santa : la Majestad, traditionnellement présentée assise sur un trône
Crédits Photo S. Mancini
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Légende Photo 17 – Carte de visite de Claudia, qui offre ses services de couturière sur mesure ou en prêt à porter les jours où on célèbre le rosaire à l’autel de Tepito
Crédits Photo S. Mancini
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Photo 18 – Atelier de couture réservé à la Santa Muerte, à proximité de la Merced, Mexico D.F.
Crédits Photo F. Mobio
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
URL http://journals.openedition.org/nuevomundo/docannexe/image/68490/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvia Mancini, « Couturières de Santos. Personnification mythique et manipulation rituelle des images sacrées à Mexico D.F. : le cas du Niño Dios et de la Santa Muerte », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68490 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.68490

Haut de page

Auteur

Silvia Mancini

IRCM- Université de Lausanne
CEMCA - UMIFRE N°16 Mexico
silvia.mancini@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page