Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesExtraits de thèses2015Mécanismes de pouvoir et de solid...

2015

Mécanismes de pouvoir et de solidarité féminine

La femme hispano-américaine dans les testaments de Cadix au XVIIIe et XIXe siècles
Gloria de los Ángeles Zarza Rondón

Résumés

L'étude que nous présentons ici fait partie d'un travail de recherche plus large qui avait pour objectif de présenter des caractéristiques principales de la population hispano-américaine qui habita la ville de Cadix entre 1765 et 1840. Dans cet article, nous approcherons l'univers féminin à travers des sources documentaires consultées, pour tenter déterminer quelle était la place et le rôle des femmes américaines dans le Cadix du XVIIIe siècle et du début XIXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Duby, George y Perrot, Michelle: Historia de las mujeres en Occidente, Vol. III, Madrid, Taurus, 19 (...)

«Allí donde se mire, allí está ella con su infinita presencia…, en la escena doméstica, económica, pública, intelectual, conflictual e, incluso lúdica, de la sociedad».2

1La femme dans l'Histoire et la femme en société sont étudiées aujourd’hui, non seulement en tant que compléments de l’Histoire générale – de caractère essentiellement masculin –, mais également en tant que figures indépendantes.

2Notre étude fait partie d’un projet de recherche plus large qui a pour objectif d’aborder les caractéristiques principales de la population hispano-américaine qui s’établit dans la ville de Cadix entre les années 1765 et 1840. Ce travail est basé, entre autres, sur l’analyse des dispositions testamentaires de l’Archivo Histórico Provincial de Cádiz (en fr. Archive historique provincial de Cadix), ainsi que sur des dossiers de mariage consultés dans l’Archivo Histórico del Obispado (en fr. Archive historique de l’évêché) de la même ville. Il est évident qu’à l’occasion de l’étude de ces sources, nous ne pouvions laisser passer l’opportunité de nous pencher vers l'univers féminin. C'est ainsi que nous avons orienté notre recherche vers les comportements et le rôle des femmes hispaniques résidant à Cadix pendant le XVIIIe siècle et le début du XIXème siècle.

3L’idée que le sexe féminin était destiné à s’occuper des tâches ménagères et de tout ce qui était en rapport avec le foyer a prévalu de manière traditionnelle. Nonobstant, il faut mettre en exergue les particularités de la réalité du Cadix de l’époque. Le fait que la population masculine était fortement liée au commerce américain obligea les femmes mariées à supporter les longues absences de leurs maris et par conséquent, à assumer le rôle de chef de famille. Ainsi, non seulement ces femmes se retrouvaient à la tête de l’économie domestique et de l’éducation des enfants, mais elles géraient également les affaires que le mari leur confiait, comme en témoignent les procurations établies par les époux en faveur de leurs épouses. Par ailleurs, dans cette étude nous observons comment de nombreuses femmes qui avaient perdu leur mari, et se retrouvaient donc en marge du contrôle conjugal, pouvaient décider librement de la distribution de leurs biens. Ce type de situations soulignait un trait caractéristique de la relation entre ces femmes : une profonde solidarité féminine qui se reflète dans le soutien économique que les testatrices portaient aux femmes de leur entourage quotidien.

4Les femmes de notre étude arrivèrent à Cadix accompagnés soit du mari, soit de leurs familles, qui provenaient généralement du milieu commerçant américain, ou bien elles arrivaient seules de façon individuelle pour constituer des unités domestiques avec d’autres femmes consacrées à des métiers similaires.

  • 3 Archivo Histórico Provincial de Cádiz (Archive historique provincial de Cadix), dorénavant AHP: Sec (...)

5Un tiers des testaments consultés furent déposés par des femmes d’origine hispano-américaine ou mariées à un commerçant provenant des Colonies. La plupart des femmes étaient veuves, elles purent donc faire rédiger leur testament de façon individuelle ; seul une des femmes de notre étude était célibataire. Il s’agit de María Josefa Rojas Camacho3, née à Santiago de Chile, fille unique du couple formé par le commerçant de Vizkaya (région du Pays Basque espagnol où se trouve la ville de Bilbao) José Antonio Ugarte et la chilienne María Dolores Camacho.

  • 4 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 0939, année 1799.
  • 5 Retegui, Mariano: El Siglo XVIII gaditano, Cádiz, Ayuntamiento de Cádiz, 1982. Pour rendre compte d (...)

6Soulignons que, de façon générale, le veuvage n’était pas la meilleure condition pour une femme, notamment si elle avait de faibles ressources économiques. Il ne faut cependant pas oublier que la majeure partie de la population de notre recherche jouissait d’une situation économique aisée grâce aux relations, plus ou moins productives, avec le commerce de la Carrera de Indias. Nonobstant, parmi les veuves avec une moindre capacité économique, nous pouvons mentionner le cas de María Teresa Ayllón4, née à La Havane, et veuve de Bernardo Fernández. María Teresa Ayllón dépose son testament en 1799 dans lequel elle rapporte que son état de viduité « dura ya más de veinte años » (en fr. dure depuis plus de vingt ans). Même si elle ne donne aucune information quant au métier du mari décédé, les maigres ressources dont elle disposait suggèrent que le mari aurait pu être un petit commerçant, avec un capital réduit qui leur permettait de vivre de façon digne tant qu’il continuait avec ses affaires. Mais après le décès de celui-ci, María Teresa Ayllón se retrouva sans soutien économique. La difficile situation vécue par la femme l’obligea à demander de l’aide à la famille de son gendre, qui lui verserait une pension mensuelle de 30 pesos5.

7Pour continuer avec les femmes qui firent rédiger un testament, nous voulons souligner les cas où, malgré le fait qu’elles étaient mariées, elles disposèrent de leur dernière volonté de façon individuelle. Dans ce groupe nous pouvons citer les exemples de Francisca Melchora Ramírez – née à Ciudad de los Reyes (Lima) et épouse d’Antonio de Ulloa –, de María Javiera Amat, de Manuela Bustillo Sáenz Rico et de Petrona de Llano y San Ginés, toutes les trois originaires de Veracruz.

8La première, Francisca Melchora Ramírez, était la fille de Ventura Ramírez Laredo, né à Trujillo (en Amérique), et de Francisca Javiera Encalada y Chacón, comtes de San Javier y Casa Laredo. Le 11 mars 1765 elle épouse le Sévillan Antonio de Ulloa dans Ciudad de Los Reyes. Arrivant bientôt au terme de sa grossesse et en vue du proche départ pour les Indes de son mari, Francisca Melchora Ramírez fit rédiger son testament en suivant le conseil de ce dernier. Elle nomma plusieurs exécuteurs testamentaires : son mari Antonio de Ulloa, son beau-frère Fernando de Ulloa, colonel ingénieur et directeur des canalisations de Castille, Martin de Ulloa, lieutenant-colonel de l’Armée Royale, et Pascal de Ulloa, sergent-chef de la place de Ciudad Rodrigo. Elle désigna ses quatre enfants comme héritiers.

9Les cas de María Javiera Amat, de Manuela Bustillo et Petrona de Llano illustrent comment l'autonomie de la femme pouvait s’imposer malgré leur statut de mariées. Observons de manière attentive ces trois cas.

  • 6 Une fois installée à Cadix, la famille Alvarez Campana y Amat accumula une énorme fortune grâce au (...)
  • 7 Ce fut certainement le genre de mariage de convenance, où l’un des époux –dans notre cas le mari-, (...)

10María Javiera Amat, originaire de Veracruz, était la deuxième épouse de José Alvarez Campana, l’un des commerçants les plus reconnus à Cadix dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Son père, Bernardo Amat, originaire de Malaga (en Espagne), était capitaine de frégate de l’Armée Royale et capitaine du port de la ville de Veracruz. Il épousa Ana Godarte, née à Veracruz. María Javiera Amat se maria très jeune avec José Alvarez à Veracruz. Entre 1758, date de l’union, et 1767, année où le couple s’installe à Cadix, elle enfanta quatre garçons : Francisco Javier et José Ignacio, qui suivirent une carrière militaire, Manuel, qui continua avec les activités commerciales du père, et Bernardo, qui bien qu’inscrit dans une voie religieuse proche de la paroisse de San Antonio à Cadix, il aida occasionnellement l’entreprise paternelle6. José Alvarez décèda le 23 mai 1782, et sa veuve María Javiera Amat épousa en secondes noces Santiago Carriola, un commerçant de la Carrera de Indias né à Andújar en Espagne. La cérémonie eu lieu certainement entre 1783 et 1784, période pendant laquelle María Javiera Amat apporta 128.000 pesos pour fonder avec son deuxième mari la compagnie commerciale Campana, Carriola y Cia. En 1789, Santiago Carriola déposait son testament à Cadix, et à peine un an plus tard, le 7 août 1790, María Javiera Amat se mariait pour la troisième et dernière fois avec Agapito de Zarza, un commerçant originaire de Vizcaya, dans l’église du prieur se Sanlúcar de Barrameda. Si bien María Javiera Amat ne fait aucun commentaire sur l’âge de son troisième mari, elle donne le détail des biens que celui-ci apporta à l’union : 8.000 pesos fuertes, des bijoux et du mobilier domestique. En outre, dans le but de concrétiser le mariage, elle fut obligée de céder à Agapito de Zarza, « como promesa honrosa y por medio de donación, la cantidad de 25.000 pesos fuertes »  (en fr. en tant que promesse honorable et au moyen d’une donation, le montant de 25.000 pesos fuertes), somme qui provenait de deux actes de propriété faits à Cadiz devant un notaire publique7.

  • 8 Le père de Manuela Bustillo était arrivé à Veracruz dans les années 1730, où il fut commissaire ord (...)

11Passons maintenant au cas de Manuela Bustillo. Née à Veracruz, fille de Luisa Agustina Sáenz Rico y Monterde y Antillón, originaire aussi de Veracruz, et de Fernando Antonio de Bustillo y García Varas y Moro8, originaire de Llanes (ville située dans la région des Asturies, dans le nord de l’Espagne), Manuela Bustillo vécu dès son enfance dans le milieu administratif et commercial de la Carrera de Indias. Elle se maria à Veracruz le 23 juillet 1753 avec Pedro de Aycinena, frère du premier marquis d’Aycinena, basé au Guatemala. Le couple eut une fille, María Dolores Josefa Micaela de Aycinena y Bustillo, née au Mexique le 27 juin 1777, qu’ils désignèrent héritière unique et universelle de tous leurs biens. D’après nos recherches, Manuela Bustillo arriva à Cadix probablement au cours du dernier tiers du XVIIIe siècle, suite au décès de son premier mari, Pedro de Aycinena. C’est à Cadix également, qu’elle épousa en secondes noces José Javier Goenaga en 1785.

12En ce qui concerne Petrona de Llano y San Ginés, nous savons qu’elle était née à Buenos Aires et qu’elle était la fille de Francisco Llano y San Ginés, comte de Torre Alegre, et de María Francisca Fernández Justiniano, originaire de la même ville que sa fille. En 1770, Pretrona de Llano y San Ginés s’installe avec ses parents à Cadix, où sa famille avait des intérêts économiques avec Juan Agustín Ustáriz, l’un des commerçants les plus importants du XVIIIe siècle. Une fois installée à Cadix, Petrona de Llano y San Ginés épousa Juan Felipe de Madariaga, marquis de Casa Alta. Ils eurent deux enfants: Juan Antonio et María Francisca. La répartition des biens jointe au testament déposé de façon individuelle par Petrona de Llano y San Ginés témoigne d’une grande fortune en biens immobiliers qui s’élevait à un total de 80.000 pesos fuertes, et qu’elle laissa en héritage à sa fille María Francisca.

13Ces trois derniers exemples, quoique particuliers, ne sont pas surprenants dans la mesure où il s’agit de femmes issues de familles riches de Cadix qui avaient des relations avec la Carrera de Indias. Elles comptaient donc avec des ressources économiques qui leur permettaient de vivre de façon aisée et autonome. Ainsi, nous pouvons supposer qu’elles connaissaient les risques de ne pas distribuer officiellement leurs bien et que, tout en suivant les lois établies, elles procédaient à fixer l’héritage de manière individuelle.

  • 9 Fernández, Manuela.: El impacto del comercio americano en la estructura demográfica, social y urban (...)
  • 10 Ibidem, p. 104.

14Dans son œuvre, Fernández Mayo9 explique que les valeurs traditionnelles de la conception de classes étaient encore fermement ancrées dans la société de la période abordée dans notre étude. Ainsi, la réputation de la femme ne provenait en aucun cas de ses propres actions, mais elle dépendait du statut social des hommes du foyer. Comme nous l’avons expliqué ci-dessous, les femmes étaient soumises dès leur naissance à la volonté et à l’autorité de père ou du mari10.

  • 11 Ibidem, p. 105.
  • 12 Fernández, Paloma.: El rostro familiar de la metrópoli. Redes de parentesco y lazos mercantiles en (...)
  • 13 Ibídem, p. 234-235.

15Nous avons mentionné au début de ce travail quelques détails concernant la réalité du Cadix de l’époque. En effet, la population masculine étant étroitement liée au commerce américain, les femmes mariées à des commerçants, ou à des hommes qui travaillaient dans le secteur, devaient supporter leurs longues absences en même temps qu’elles assumaient le rôle de chef de famille et, dans certains cas, elles devaient se consacrer en plus à la gestion des entreprises que leurs maris leur avaient confiées11. L’esprit commercial qui envahissait la ville affecterait également à la collectivité féminine, en les faisant partie intégrante du commerce américain. Cet engagement avec l’activité mercantile constitue sans aucun doute un comportement particulier, mais non unique. Les femmes de l’élite commerciale étaient davantage présentes dans la vie de la ville depuis le dernier tiers du XVIIIe siècle par rapport à des époques antérieures12. Ce comportement contrastait avec le conservatisme qui touchait les femmes de l’Espagne de l’intérieur rural. Cependant, celui-ci n’était pas un fait isolé de la ville de Cadix. Ce phénomène était relativement commun dans les villes maritimes qui se consacraient à l’activité transocéanique, dans lesquelles prédominaient les migrations masculines régulières et permanentes. La ville de Séville éprouva ce même phénomène au XVIe siècle. L’autonomie publique qu’acquérait progressivement la femme de la bourgeoisie commerciale et financière était le résultat des conditions démographiques, économiques et idéologiques que la prospérité du commerce colonial favorisait13.

  • 14 Fernández, Manuela: El impacto del comercio americano en la estructura demográfica, social y urbana (...)
  • 15 AHP : Section ‘Protocoles notariaux de Cadix’. Libre 1377, année 1827. Née à Buenos Aires, Juana Pe (...)

16Toutefois, en nous basant à nouveau sur les travaux de Fernández Mayo, et suite à l’analyse de la documentation commerciale de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, nous pouvons conclure que la participation de la femme dans le commerce d’outre-mer, quoiqu’elle existait, elle se limitait, dans la plupart des cas, à des participations de caractère occasionnel. Il faudrait donc borner de façon drastique cette participation féminine dans le commerce américain. Bien qu’il existait une connexion occasionnelle avec l’activité mercantile, le nombre de femmes qui réalisait des transactions commerciales de façon habituelle était encore assez limité à l’époque14. Notre analyse comprend divers cas de femmes qui, étant devenue veuves, et par conséquent s’étant libérées du contrôle de l’époux, firent une répartition libre de biens. Cependant, nous trouvons le cas unique de Juana Perecoreda y Bonet15, modèle de participation évidente de la femme dans la vie commerciale de la ville.

  • 16 Pour tracer le graphique ci-dessous, nous avons utilisé les travaux de Paniagua, Jesús.: Morir en C (...)

17Le rôle de la femme dans les dispositions testamentaires avait un rapport direct avec le contrôle et la surveillance que le mari exerçait sur celle-ci. Ainsi, nous avons constaté que, dans certains cas, la bonne relation entre les époux, voire la considération que le mari avait pour sa femme, entrainait la désignation de celle-ci en tant qu’exécutrice testamentaire ou légataire du testament. Le graphique16 ci-dessous représente les différents modes de participation des femmes dans les testaments de notre étude :

  • 17 Paniagua Pérez, Jesús.: Morir en Cádiz, León, Lobo Sapiens, 2009

18L’analyse de ce graphique circulaire montre que les femmes de notre recherche participent dans les dispositions notariales à des niveaux différents : mis à part celles qui déposaient leur testament de façon individuelle, dans les autres cas, le rôle de l’exécuteur testamentaire, premier ou second, était attribué à l’autre conjoint, ce qui garantissait en quelque sorte le contrôle de l’héritage. En ce qui concerne ce dernier aspect, l’héritage avait un fonctionnement traditionnel et, d’après les Leyes de Toro, le legs universel revenait directement aux enfants, s’il y en avait. Si ce n’était pas le cas, l’héritage correspondait aux parents du testateur et, si ces derniers n’étaient plus en vie, c’étaient donc les frères et les sœurs qui étaient désignés. La femme ou le mari en vie n’avait droit qu’à la moitié des biens, ce qui était rarement explicité dans les dispositions testamentaires dans la mesure où cela était sous-entendu. Si on mentionnait cette dernière disposition c’était pour appliquer un avantage au conjoint17.

  • 18 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 2266, année 1811.
  • 19 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 1377, année 1826.
  • 20 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 2136, année 1754.
  • 21 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 1235, année 1752.

19Dans la plupart des cas étudiés, la loi était observée et la pratique la plus commune était celle de désigner les enfants legs universels. Seul dans un nombre réduit de testaments le droit de succession retombe soit sur l’autre conjoint, lorsqu’il s’agit de couples sans descendance, soit sur la famille d’origine, que ce fut les parents ou les frères et sœurs du testateur. Comme il convient, María Javiera Amat18 désigna ses deux frères célibataires Manuel et Ignacio ; Josefa Fernández Soto19 fit de même avec sa mère, Angela Soto, veuve résidant à La Havane. Les seuls exemples où l’héritage revient aux petits-enfants sont ceux d’Ana de Rosaguillano20 et de Lucía Maestre21. Ana Rosaguillano, née à La Havane, mariée avec Jodé Díaz Ugarte, commerçant originaire de Alava (région du Pays Basque espagnol), dispose que ses quatre petits-enfants, Juana, José, Alfonsa et María Remedios, seraient ses héritiers de plein droit en raison de la mort prématurée de José Díaz, son unique fils. De son côté, Lucía Maestre présente l’une des histoires de vie les plus désolantes que nous ayons analysées. Mariée avec Juan Portela, originaire de La Havane, et veuve depuis plus de 15 ans lorsqu’elle fait rédiger son testament, elle explique qu’elle eut six enfants : Agustín, María, Josefa, Antonia, Juan et José. Au moment de la rédaction, seul l’aîné était encore en vie : Agustín Portela, « ausente en los reinos de Indias desde la muerte de su padre » (en fr. absent des royaumes des Indes depuis la mort de son père), qui se trouvait certainement au Honduras, d’après ce que croit sa mère. Les cinq autres enfants décédèrent après la mort du mari et le départ de l’aîné. Lucía Maestre souffrit seule la perte de toute sa famille avec la présence unique de ses petits-enfants, à qui elle lègue ses maigres possessions.

20Continuons avec la désignation des héritiers. Les cas que nous présentons ci-dessous sont particulièrement significatifs dans la mesure où ils n’observent pas les lois en vigueur concernant la distribution de l’héritage.

  • 22 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 1725, année 1833. Dans l’inventaire de ses biens nous rema (...)
  • 23 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 0939, année 1799.

21Revenons aux deux femmes que nous avons présentées au début de cet article : María Josefa Rojas Camacho et María Teresa Ayllón. La première, Josefa Rojas Camacho22, dans sa condition de fille unique et célibataire, désigna Josefa Luisa Arana comme héritière de ses biens, envers qui elle dit être redevable pour les soins qu’elle lui porta pendant sa maladie. Le cas de María Teresa Ayllón23 met également en évidence la reconnaissance envers d’autres personnes lors de la désignation des bénéficiaires des héritages : elle désigne comme legs universel Andrés de Loyzaga, beau-frère de son unique fille Andrea. Celui-ci porta à la femme le soutient économique nécessaire suite au décès de son mari.

  • 24 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 0496, année 1840.
  • 25 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 1616, année 1756.

22Dans les exemples qui suivent la démarche est similaire : Rosario Guitérrez24, originaire de Montevideo et veuve du capitaine d’infanterie Luis Balanzas, désigne comme héritier de ses biens l’un des plus proches amis de son défunt mari, Félix María Carrasco y Torres, sous-lieutenant de milices destiné dans la Real Isla de León (San Fernando). De cette même façon, Isabel María de Cuenca25, veuve d’Antonio Zamarriego, nomme José Beltrán, homme de confiance de son mari, légataire de ses biens et administrateur de l’entreprise commerciale que le défunt avait dans la ville.

  • 26 Pérez, Paloma: .El rostro familiar de la metrópoli. Redes de parentesco y lazos mercantiles en Cádi (...)
  • 27 Ibidem, p. 196.
  • 28 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 2550, année 1760.

23Pour finir cette étude sur le rôle de la femme dans la rédaction des dernières volontés, nous voulons décrire un dernier trait significatif : la profonde solidarité entre les femmes, mise en évidence à travers le soutien économique que les testatrices portaient aux femmes qui faisaient partie de leur vie quotidienne. Ce comportement était nécessaire, jusqu’à un certain point, dans une ville comme Cadix, où les hommes étaient les administrateurs du patrimoine familial26. Ainsi, nous pouvons en déduire que cette conduite découle directement des intenses flux migratoires professionnels masculins qui, dans les secteurs mercantiles les plus humbles, obligeaient les femmes à affronter des périodes d’incertitude et de faibles revenues. Dans ces circonstances, c’était la famille de l’un des deux époux qui portait l’aide nécessaire jusqu’au retour du mari. Mais il y eut un autre noyau de solidarité constitué par les femmes appartenant à l’entourage, pouvant appartenir ou pas à la famille27. Ce type d’aide fut sans doute le grand soutien des femmes les plus démunies que nous avons analysées dans notre étude. Le cas de Teresa Adalid Gamero28, veuve de José Práxedes León, né à Véracruz, illustre bien ce dernier type de situations. Selon sa disposition testamentaire, le couple n’eut pas de descendance, et en raison de sa viduité, et par conséquence de sa liberté pour gérer ses biens, Teresa Adalid Gamero s’efforça pour favoriser toutes les femmes qui jusqu’à alors faisaient partie de son entourage. Elle nomma donc ses deux sœurs héritières de son patrimoine : Olaya, célibataire, et Marina, veuve de Luis Lozano. Mis à part un « cierto capital líquido » (en fr. un certain capital liquide), elle leur laisse également son bien le plus précieux, une propriété de deux étages située calle de la Zanja. La seule condition qu’elle impose à ses sœurs est que le rez-de-chaussée, constitué d’une alcôve, une cuisine et une cave à charbon, fût légué en tant qu’usufruit à Petronila de la Cruz Buitrago « para su decente vivir » (en fr. pour qu’elle vive de façon décente). Petronila de la Cruz Buitrago avait servi pendant plus de 22 ans la testatrice, qui lui prodiguait une grande amitié et lui accordait une énorme confiance. Teresa Adalid Gamero souligne également l’honnêteté et la décence de sa suivante, que nous présumons d’un certain âge et célibataire, et donc nécessiteuse d’un minimum d’aide pour survivre. Il s’agit d’un comportement profondément solidaire avec les femmes les plus défavorisées. Ce cas illustre de façon nette la tactique matriarcale. Consciente de la possibilité d’une mort prématurée de ses sœurs, Teresa Adalid Gamero continue la lignée de l’héritage avec ses deux nièces : Lucía et Juana Lozano. Non seulement elle garantit le soutien de tous les membres féminins de sa famille, mais également la permanence de l’héritage au sein de celle-ci. Et cette mentalité matrilinéaire et endogamique ne s’arrête pas ici. Teresa Adalid Gamero ordonne dans les clauses finales de son testament que, en cas de décès et de ses sœurs et de ses nièces, son patrimoine devait passer au couvent de religieuses de l’ordre dominicain de Jerez de la Frontera, où demeuraient « dos novicias muy allegadas a su persona » (en fr. deux novices très proches à sa personne). Nous voyons que c’est un modèle clair d’aide et de soutien entre femmes.

24L’objectif de notre étude était de montrer comment les femmes hispano-américaines résidant à Cadix entre le XVIIIe et le XIXe siècle sont en même temps un sujet actif et un sujet de recherche toujours d’actualité. Ce furent des femmes qui adoptèrent leurs propres initiatives et qui participèrent dans un monde dominé et pensé pour les hommes. Ces initiatives soulignent la façon dont les femmes influencèrent les modes de cohabitation, de survie et de réussite, en mettant en pratique leurs propres ressources. Nous avons observé comment les grandeurs et les pénuries du commerce avec l’Amérique touchèrent ces femmes. Les grandeurs parce que les fortunes des maris commerçants leur permettaient, dans la plupart des cas, d’élever leur statut économique ainsi que de jouir du luxe et du raffinement régnant dans la société de Cadix. Les pénuries en ce qui concerne la solitude, et parfois l’existence misérable, provoquées par des bouleversements économiques ou par la mort du mari ou des enfants dans l’aventure américaine.

Haut de page

Bibliographie

Andreo, J. y Guardia, S. B (eds.), Historia de las mujeres en América Latina. Murcia. Universidad de Murcia. Centro de Estudios de la mujer en la historia de América Latina, CEMHAL, Departamento de Historia Moderna, Contemporánea y de América, 2002

Bustos, M., Cádiz en el sistema atlántico. La ciudad, sus comerciantes y la actividad mercantil (1650- 1830), Madrid, Sílex Ediciones, 2005

Cerro, Mª P. del, Mujer, herencia y patrimonio en la sociedad rural gaditana del Antiguo Régimen. Alcalá de los Gazules, Chiclana de la Frontera y Medina Sidonia. (1670- 1750), Cádiz, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz, 2005

Chacón, F. y Bestard, J. (ed.), Familias. Historia de la sociedad española: del final de la Edad Media a nuestros días, Madrid, Cátedra, 2011

Duby, G. y Perrot, M, Historia de las mujeres en Occidente. Vol. III. Del Renacimiento a la Edad Moderna, Madrid, Taurus Ediciones, 1991

Fernández, M., El impacto del comercio americano en la estructura demográfica, social y urbana de Cádiz a mediados del siglo XVIII, Cádiz, 2004

García, M., Herencia y patrimonio familiar en la Castilla del Antiguo Régimen (1650- 1834), Valladolid, Universidad de Valladolid, 1995.

Gonzalbo, P. y Rabell, C., Familia y vida privada en la historia de Iberoamérica, México, El Colegio de México- Instituto de Investigaciones Sociales, Universidad Nacional Autónoma, 1996

Herrero, M. D., El mundo de los negocios de Indias. Las familias Álvarez Campana y Llano San Ginés en el Cádiz del siglo XVIII, Madrid, CSIC, Universidad de Sevilla y Diputación de Sevilla, 2013

Paniagua, J., Morir en Cádiz (1650- 1850). La vida y la muerte de las gentes de los obispados de Astorga y León en Cádiz, así como de Oviedo en la provincia de León, León, Ediciones Lobo Sapiens, 2009

Pascua, M. J. de la, Mujeres solas: historias de amor y de abandono en el mundo hispánico, Málaga, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz y Centro de Ediciones de la Diputación de Málaga, 1998

Pérez, P., El rostro familiar de la metrópoli. Redes de parentesco y lazos mercantiles en Cádiz, 1700- 1812, Madrid, Siglo XXI Editores, 1997

Retegui , M., El siglo XVIII gaditano, Cádiz, Ayuntamiento de Cádiz, 1982

Siegrist, N. y Samudio, E. O (Coords.), Dote matrimonial y redes de poder en el Antiguo Régimen en España e Hispanoamérica, Mérida, Venezuela, Universidad de los Andes, Talleres Gráficos Universitarios, 2006

Zarza, G.: Mujeres Hispanoamericanas en el Cádiz constitucional. Un estado de la cuestión, Deusthland, Editorial Académica Española, 2012

Rapport de sources documentaires

Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 2550, année 1752. Disposition testamentaire de Lucía Maestre y Laynes.

Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 2433, année 1754. Disposition testamentaire de Ana de Rosaguillano.

Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 1616, année 1756. Disposition testamentaire de Isabel María de Cuenca.

Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 2550, année 1760. Disposition testamentaire de Teresa Adalid Gamero.

Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 5364, année 1776. Procuration de Francisca Melchora Encalada y Ladero rédigée devant un notaire.

Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 3856, année 1788. Disposition testamentaire et répartition des biens de Manuela Bustillo Sáenz Rico.

Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 0939, année 1799. Disposition testamentaire de Maria Teresa Ayllón.

Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 2266, année 1811 (copie du testament rédigé à Séville en 1802). Disposition testamentaire et partition de biens de María Javiera Amat.

Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 4588, année 1813. Disposition testamentaire de Petrona de Llano y San Ginés.

Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 1377, année 1826. Disposition testamentaire de Josefa Fernández de Soto.

Section ‘Protocoles’ (Cadix). Livre 1377, année 1827. Disposition testamentaire de Juana Perecoreda y Bonet.

Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 1725, année 1833. Disposition testamentaire de María Josefa de Rojas Camacho.

Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 496, année 1840. Disposition testamentaire de María del Rosario Gutiérrez.

Haut de page

Notes

2 Duby, George y Perrot, Michelle: Historia de las mujeres en Occidente, Vol. III, Madrid, Taurus, 1991

3 Archivo Histórico Provincial de Cádiz (Archive historique provincial de Cadix), dorénavant AHP: Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 1725, année 1833.

4 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 0939, année 1799.

5 Retegui, Mariano: El Siglo XVIII gaditano, Cádiz, Ayuntamiento de Cádiz, 1982. Pour rendre compte de la possibilité de vivre de façon digne avec 30 pesos fuertes par mois (600 reales de vellón), nous avons recours à deux termes comparatifs : le loyer mensuel le plus bas pour une chambre dans une maison correspondait à 30 reales de vellón, un peu plus d’un peso fuerte par mois, et le loyer le plus élevé atteignait 83 reales de vellón, quelque 4 pesos fuertes. Le deuxième terme comparatif correspond au prix des transports urbains de la ville et des alentours : la location d’une berline de quatre chevaux à destination de San Fernando (à une quinzaine de kilomètres de Cadix) coûtait 50 reales de vellón et à destination de Jerez (à environ 40km de Cadix), le montant s’élevait jusqu’à 240 reales de vellón.

6 Une fois installée à Cadix, la famille Alvarez Campana y Amat accumula une énorme fortune grâce au commerce avec les Indes. Ce patrimoine se vit accru par les importants bénéfices que José Alvarez avait obtenus pendant son séjour à Veracruz où, en plus de l’activité commerciale, il exerça en tant que maire ordonnateur de la ville. Se faisant remarquer grâce à ses activités financières et commerciales entre plusieurs ports américains et européens, il obtint à Cadix un siège de député du Commun et une charge de procureur majeur. Il était également propriétaire de plusieurs salines dans la zone de la Baie de Cadix.

7 Ce fut certainement le genre de mariage de convenance, où l’un des époux –dans notre cas le mari-, obtenait un bénéfice majeur, surtout grâce au succulent patrimoine que María Javiera Amat avait hérité de ses antérieurs maris.

8 Le père de Manuela Bustillo était arrivé à Veracruz dans les années 1730, où il fut commissaire ordonnateur de la marine et échevin de la ville et du port. En 1737, il devint maire ordonnateur de Veracruz. Puis, en 1751, il fut nommé surintendant des Hôpitaux Royaux de Veracruz, et prit également en charge la préfecture de la congrégation de Nuestra Señora de los Dolores y la Buena Muerte, fondée au Collège de la Compagnie de Jésus. Au cours de ces années, il finança l’édition de l’œuvre du Padre Juan Croiset, Retraite spirituelle pour un jour de chaque mois.

9 Fernández, Manuela.: El impacto del comercio americano en la estructura demográfica, social y urbana de Cádiz a mitad del siglo XVIII, Cádiz, 2004

10 Ibidem, p. 104.

11 Ibidem, p. 105.

12 Fernández, Paloma.: El rostro familiar de la metrópoli. Redes de parentesco y lazos mercantiles en Cádiz, 1700- 1812, Madrid, Siglo XXI Editores, 1997

13 Ibídem, p. 234-235.

14 Fernández, Manuela: El impacto del comercio americano en la estructura demográfica, social y urbana de Cádiz a mediados del siglo XVIII, Cádiz, 2004

15 AHP : Section ‘Protocoles notariaux de Cadix’. Libre 1377, année 1827. Née à Buenos Aires, Juana Perecoreda y Bonet était fille des cubains Miguel Perecoreda et de Ana María Bonet. Son grand-père, Juan Bautista Bonet, fut lieutenant général de l’Armée Royale à La Havane, ville où il possédait l’exploitation agricole El corral de las moscas, qu’il laissa en héritage à sa petite-fille. La date d’arrivée de Juana Perecoreda à Cadix nous est inconnue, mais nous savons qu’en 1813 elle était déjà installée au numéro 113 de la Calle Portería de Capuchinos, dans le quartier des Capuchinos. Elle y habitait avec son troisième mari, Manuel de Córdoba, capitaine d’infanterie retraité, et une servante originaire de Saint Domingue, Celestina Sanita. Bien que ce fût son troisième mariage, elle n’avait pas eu de descendance. Elle désigna donc héritière universelle de tous ses biens sa filleule Juana María Pastor, qu’elle aimait « con amor y ternura como si fuese su propia hija » (en fr. avec amour et tendresse comme si c’était sa propre fille). Dans son testament Juana Perecoreda explique qu’elle allait faire un voyage à La Havane, pour s’occuper des bien qu’elle y possédait. Un des traits distinctifs de sa disposition testamentaire est la fierté qu’elle dégage en parlant de son indépendance économique. Aucun de ses trois époux n’apporta des biens à la société conjugale, que ce fut des arrhes à l’occasion de l’union matrimoniale ou pendant la vie en commun. Elle affirmait que « todo lo que poseo me pertenece por legítimo derecho » (en fr. tout ce que je possède m’appartient de plein droit). Elle précise en plus que le fait de ne pas avoir eu de descendance dans aucun de ses trois mariages la déchargeait de toute responsabilité et obligation avec des héritiers directs, tout en soulignant la liberté génuine dont elle jouissait pour distribuer ses biens comme elle en déciderait elle-même. Ainsi, elle fit prévaloir son indépendance économique et son droit de disposer de son patrimoine lorsqu’elle apportait des renseignements sur les plaintes qu’elle avait déposées par rapport à la récupération d’un certain nombre de terrains à proximité de Madrid acquis par elle-même en 1809. Au retour du roi Fernando VII en 1814, cet achat fut annulé. L’autorité morale de Juana Perecoreda ainsi que sa participation dans la vie active de la ville est mise en évidence dans les différentes affaires qu’elle gérait dans le cercle commercial de Cadix. Elle était créancière, entre autres, d’un crédit important dans la maison du commerce de Miguel Lefer, Hermanos y Cia. de la ville Cadix.

16 Pour tracer le graphique ci-dessous, nous avons utilisé les travaux de Paniagua, Jesús.: Morir en Cádiz, León, Lobo Sapiens, 2009. Nous avons suivi la méthodologie que l’auteur présente dans le chapitre II, “Origen y estado de los originarios de los obispados de Astorga, León y Oviedo: Matrimonio y vida conyugal de os leoneses en Cádiz”. Nous reproduisons cette méthodologie dans notre recherche pour mieux apprécier le rôle de la femme dans les dispositions notariales.

17 Paniagua Pérez, Jesús.: Morir en Cádiz, León, Lobo Sapiens, 2009

18 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 2266, année 1811.

19 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 1377, année 1826.

20 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 2136, année 1754.

21 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 1235, année 1752.

22 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 1725, année 1833. Dans l’inventaire de ses biens nous remarquons le logement qu’elle possédait à Cadix, du mobilier domestique et ses habits, dont la valeur s’élevait jusqu’à 702 reales de vellón, 2.000 pesos fuerte en argent comptant et 48 pesos fuertes en pièces d’agent.

23 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 0939, année 1799.

24 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 0496, année 1840.

25 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 1616, année 1756.

26 Pérez, Paloma: .El rostro familiar de la metrópoli. Redes de parentesco y lazos mercantiles en Cádiz, 1700- 1812, Madrid, Siglo XXI Editores, 1997. L’auteur renforce son affirmation en soulignant que ce type de comportement était courant et commun dans les territoires de Castille. D’après les coutumes catalanes et valenciennes, les femmes de ces régions pouvaient administrer légalement leurs propriétés ou leurs biens paraphernaux sans le consentement du mari, ce qui s’oppose au contrôle que les lois castillanes octroyaient au mari.

27 Ibidem, p. 196.

28 AHP : Section ‘Protocoles’ (Cadix) Livre 2550, année 1760.

1 Zarza Rondón, G.: Cádiz, Puerto y Puerta de América. Presencia de hispanoamericanos en la ciudad entre 1765 y 1840. Thèse de doctorat soutenue à l'Université de Cadix le 28 mars 2014. Mention ‘Très honorable avec félicitations du jury’. Composition du jury de thèse : Edda O. Samudio Aizpurúa (Universidad de Los Andes; Mérida de los Andes. República Bolivariana de Venezuela), Antonio Gutierrez Escudero (Escuela de Estudios Hispanoamericanos del CSIC. Universidad de Sevilla), Alberto Ramos Santana (Facultad de Filosofía y Letras. Universidad de Cádiz)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gloria de los Ángeles Zarza Rondón, « Mécanismes de pouvoir et de solidarité féminine »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Extraits de thèses, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 05 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68572 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.68572

Haut de page

Auteur

Gloria de los Ángeles Zarza Rondón

Université Paris Ouest Nanterre- La Défense
gloria.zr@u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search