Navigation – Plan du site
Colloques | 2015
Pouvoir des femmes et sociétés amérindiennes, permanences et mutations – Coor. par Frédéric Saumade et Odina Benoist
Anaïs Garcia

Post-conflit guatémaltèque et planification familiale médicalisée des femmes indigènes

[01/12/2015]

Résumés

Ces dernières années, la stérilisation féminine a vu son taux s’accroître fortement au Guatemala, principalement auprès des populations indigènes. Certaines femmes qui y ont recours n’ont pas conscience de son caractère définitif, de ses effets secondaires, ou encore de l’existence d’autres moyens de contraception.
Les institutions et les personnels de santé, préjugeant de l’incompréhension des patientes indigènes en termes de nécessités sanitaires et sociales, les considèrent parfois inaptes à prendre les « bonnes » décisions en raison de leur « culture », qu’ils préjugent irrationnelle, machiste... Ils cherchent alors à influencer ces décisions pour les rendre conformes à une norme procréative prédéfinie. En lien direct avec les exigences des organismes d’aide internationale qui financent les programmes guatémaltèques de planification familiale, cette norme procréative s’inspire d’une idéologie néo-malthusienne.
Une analyse intersectionnelle permet de déconstruire les discours, pratiques et représentations sociales liées à la planification familiale afin de mieux comprendre les rapports qui s’instaurent entre institutions, prestataires, patientes et communautés, dans un pays marqué par des violences sexuelles, passées et présentes, à l’encontre des femmes indigènes mayas, et une volonté de contrôle sur leurs corps.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le Guatemala a été marqué par un « conflit interne armé » d’une trentaine d’années, qui a causé la (...)
  • 2 Il s’agit de l’équipe médicale d’aides-soignantes, infirmières et gynécologues exerçant dans la cli (...)

1Le Guatemala traverse depuis plusieurs années une période complexe d’après-guerre1. Dans ce contexte, la conception, l’application et la réception des politiques publiques s’inscrivent dans des rapports de pouvoir entre différents acteurs (institutions publiques, ONG locales, financeurs internationaux, personnels exerçant pour ces institutions, communautés indigènes ciblées par ces programmes...). Ce texte constitue une réflexion sur la production et l’appropriation de normes coercitives dans le cadre plus spécifique des politiques de planification familiale et de santé reproductive. Cette réflexion s’appuie sur un travail ethnographique de plusieurs mois, effectué entre 2012 et 2013. Celui-ci a consisté principalement en la réalisation d’entretiens et d’observations participantes auprès de deux équipes médicales2 exerçant dans le département de Huehuetenango, zone à forte population indigène, qui fut grandement touché par le conflit armé interne.

  • 3 Clara Duterme, Tourisme alternatif et mémoire du conflit armé dans deux communautés au Guatemala, T (...)
  • 4 Philippe Bourgois, « Théoriser la violence en Amérique. Retour sur trente ans d’ethnographie », L’H (...)

2Les rivalités actuelles autour de la mémoire de la guerre montrent que cette page de l’histoire du Guatemala est loin d’être tournée. De nombreux anthropologues observent que les populations guatémaltèques qu’ils ont étudiées conçoivent un lien récurrent entre la violence passée, celle du conflit, et le fort climat de violence dans lequel baigne actuellement ce pays3. Ce « continuum de violence »4 se structure historiquement au sein de systèmes imbriqués d’oppression économique, politique et sociale qui touchent particulièrement les femmes indigènes.

3Dans ce contexte, la mise en place de programmes stricts de planification familiale médicalisée ciblés sur cette population n’a rien d’anodin. Il s’agit alors de comprendre comment la stigmatisation qui émerge des discours et des pratiques d’institutions liées à la santé reproductive découle d’enjeux de pouvoir, incorporés aux structures sociales de la société guatémaltèque. Il convient donc de décortiquer ces enjeux en retraçant l’histoire d’une violence symbolique d’appropriation du corps des femmes indigènes guatémaltèques.

Guerre et exacerbation des violences sur le corps des femmes indigènes

  • 5 Dans la pire expression de cette violence, on peut mentionner le seul cas jugé par la Cour Interamé (...)

4La question des violences sexuelles commises pendant la guerre est longtemps restée dans l’ombre. Elle a été dénoncé publiquement à grande échelle pour la première fois en 2010, dans le rapport final du « Tribunal de conscience contre la violence sexuelle sur les femmes durant le conflit armé interne au Guatemala », composé d’organisations nationales et internationales, principalement indigénistes, de défense des droits de l’Homme ou encore féministes. Ce rapport met en avant des faits de violence ayant touché spécifiquement les femmes. Presque tous ces faits concernent des atteintes au corps, à la sexualité et à la capacité reproductive : viols, grossesses forcées, vie conjugale forcée avec des militaires ou paramilitaires, esclavage sexuel et domestique par une disponibilité constante pour les troupes, mutilations, stérilisations forcées et avortements non désirés par les violences5.

5Trois ans plus tard, lors du procès contre le général Efrain Rios Montt en 2013, le témoignage de femmes mayas-ixiles des violences sexuelles qu’elles ont subies durant la guerre détermina la condamnation pour génocide de l’ex-dictateur, bien que cette sentence fut annulée. Différents rapports estiment que plus de 90 % des femmes violées et torturées étaient indigènes.

  • 6 Voir par exemple l’article de presse suivant : Patricia Simon, « Mujer, violencia y silencio en Gua (...)

6Si ces témoignages ont permis de faire reconnaître le caractère génocidaire du conflit, c’est parce que ces femmes sont considérées dans les représentations communes comme les porteuses de leur « culture », qu’elles transmettent aux enfants via la langue ou la façon de soigner, et surtout parce qu’elles sont associées à la reproduction du groupe6.

Du génocide au féminicide

  • 7 Un « ladino » désigne un guatémaltèque « non-indigène », hispanophone et « occidentalisé ». La « cu (...)
  • 8 Amandine Fulchiron, Olga Alicia Paz y Angélica López , Tejidos que lleva el alma. Memoria de las mu (...)

7Du côté indigène comme du côté ladino7, les unions interethniques ont été historiquement désapprouvées socialement en raison de la transmission culturelle par le patrilignage8. Afin de garantir la continuité du groupe, un contrôle communautaire accru sur la sexualité et la capacité reproductive des femmes indigènes devient « nécessaire », donc légitime. Elles sont alors privées de la propriété de leur propre corps et des décisions le concernant. C’est pourquoi, selon la politologue Amandine Fulchiron, les violences sexuelles faites aux femmes mayas pendant la guerre sont interprétées comme une attaque à la culture et à l’honneur de la communauté et non pas comme une atteinte à l’intégrité physique et à la liberté sexuelle des femmes. Cette conception d’une violence dirigée uniquement envers un groupe culturel sans en analyser les spécificités individuelles pose problème, car la violence touchant au corps, à la sexualité et à la capacité reproductrice de ces femmes s’exprime non seulement dans le cadre de rapports de pouvoir racistes, mais aussi d’autres rapports de pouvoirs, patriarcaux et de classe notamment.

8Ce n’est pas un hasard si le témoignage de ces violences n’a été porté publiquement que très récemment compte tenu de l’enjeu qu’il représente pour faire reconnaître le caractère génocidaire du conflit. Or, pendant les années qui précèdent le procès pour génocide de l’ex-dictateur Rios Montt en 2013, les femmes survivantes ont souffert d’autant plus d’oppression et d’atteintes à leur corps et à leur sexualité par le fait qu’on les ait rendues coupables des violences qu’elles avaient subies. Elles ont été discriminées fortement au sein des communautés, nombreuses sont celles qui ont souffert de nouvelles violences sexuelles, certaines ont même été assassinées, sans aucune condamnation sociale ni judiciaire.

9On peut se demander également si le biais culturaliste de dénoncer les violences sexuelles du conflit uniquement sous l’angle d’un génocide ethnique ne participe pas à la naturalisation d’un rôle féminin de reproduction dont le corps appartiendrait au groupe. Les femmes se trouveraient, selon cette vision, dépossédées de leurs propres corps, et surtout d’un rapport individualisé à leur corps. Les violences sexuelles semblent encore aujourd’hui être traitées comme des atteintes au groupe, ce qui minimise la dimension genrée de l’agression et occulte la prégnance de la violence faite aux femmes.

  • 9 Victoria Sanford, Guatemala : Del genocidio al feminicidio, F&G Editores, 2008.

10Or des organisations internationales considèrent que le Guatemala regroupe le plus fort taux de « féminicides » du monde (crimes ciblés sur les femmes)9. L’augmentation forte des violences faites aux femmes, notamment sexuelles, et leur impunité, témoigne d’un refus de la part de l’État guatémaltèque de prendre de réelles mesures, tant au niveau éducatif qu’au niveau de la protection des « citoyennes ». L’inertie étatique participe à légitimer ce « continuum de violences » par l’appropriation du corps des femmes.

11Celui-ci semble évident dans sa dimension physique criminelle, cependant il s’exprime également plus subtilement dans des dimensions symboliques, tel que dans les programmes de santé reproductive.

Approche intersectionnelle de la violence

  • 10 Le corte est le tissu plié en jupe longue dont sont vêtues de nombreuses femmes indigènes guatémalt (...)

12La guerre a contribué à une naturalisation plus forte de la violence envers les femmes indigènes, et à une négation de leur reconnaissance en tant que sujet, qui perdure aujourd’hui. Aussi, les femmes guatémaltèques sont touchées de façon différente par la violence sexuelle selon qu'elles soient identifiées comme « ladinas » ou « indigènes ». Le cumul de stigmates raciaux, sociaux et sexuels des femmes indigènes légitime toute atteinte à leurs corps. Lors d’un entretien, une jeune femme maya-mam expliquait comment les jeunes hommes cherchaient à la séduire en la complimentant dans la rue lorsqu’elle portait un pantalon mais sans aller plus loin, chose qui n’arrivait jamais lorsqu’elle portait son corte10 : à ce moment des hommes, généralement plus âgés, l’attouchaient sexuellement dans les lieux publics ou dans les transports en commun, comme si, parce qu’elle portait les stigmates de son identité indigène, cela légitimait socialement le fait que l’on puisse plus facilement disposer de son corps. Or, on voit bien dans cet exemple le caractère contextuel de ces stigmates.

  • 11 Julian Pitt-Rivers, « Race in latin America : The concept of raza », Archives européennes de sociol (...)
  • 12 Jean Pierre Lavaud, « Essai sur la définition de l’indien: Le cas des indiens des Andes », in G. Go (...)
  • 13 Cf. Aura Cumes, « Las mujeres son ‘más indias’. Género, multiculturalismo y mayanizacion », in Sant (...)

13A l’image d’autres catégories ethniques, « l’identité indigène » a été déconstruite dans les travaux de nombreux auteurs, tels que Pitt-Rivers11 ou Lavaud12. Dans ce terrain guatémaltèque, on peut observer la portée du caractère appréciatif de cette identité dans la manière dont les personnels de santé choisissent de cocher la case « indigène » ou « ladino » pour chaque patient. S’ils disent ne pas rencontrer de difficultés à opérer ce classement et affirment avoir pour uniques critères le nom et la provenance géographique, dans l’application, les critères retenus semblent plutôt provenir du genre, de l’apparence et du niveau d’étude. Ainsi, deux hommes candidats à une vasectomie, portant un nom indigène, ont été classés dans la catégorie « ladina », parce qu’ils avaient un haut niveau d’études. A l’inverse, des femmes analphabètes ont souvent été classées dans la catégorie « indigène » sans que rien d’autre que leur analphabétisme ne justifie ce classement. Celui-ci détermine pourtant le traitement donné à la patiente : par exemple, les patientes analphabètes sont plus souvent orientées vers la stérilisation que les patientes alphabétisées. L’analphabétisme féminin constituant un marqueur de l’indigénéité, ce sont donc plutôt les patientes indigènes qui sont orientées vers cette méthode. Dans les représentations communes, les caractéristiques d’être indigène, d’être une femme, d’être analphabète et d’appartenir aux couches sociales défavorisées sont très souvent associées. Des anthropologues guatémaltèques montrent ainsi qu’au Guatemala on dit parfois des femmes qu’elles sont plus « indias » (« indiennes »), or le terme « indio » (préféré dans certains contextes au terme politiquement correct « indigène ») est utilisé comme synonyme d’idiot, d’ignorant13.

  • 14 Cette notion, développée par Kimberlé Crenshaw (« Cartographies des marges : intersectionnalité, po (...)
  • 15 Didier Fassin, « Inégalité, genre et santé, entre l’universel et le culturel » in Y. Preiswerk et M (...)

14L’approche intersectionnelle14 paraît donc essentielle pour appréhender les rapports de pouvoirs entretenus dans le cadre des programmes de planification familiale et santé reproductive guatémaltèques dont les femmes indigènes sont les principales cibles. Cette approche permet de faire émerger par contraste le raisonnement culturaliste par lequel les institutions de santé reproductive appréhendent ces rapports. Le recours de ces institutions à une rhétorique culturaliste aboutit à une essentialisation et une surdétermination d’une « culture indigène » qui serait un frein aux programmes de santé reproductive et plus largement au développement du pays. Lorsque des administrateurs d’institutions sont interrogés sur la question des échecs possibles des programmes de santé reproductive, tout malentendu semble relever de la responsabilité des patientes indigènes ou encore de leur cercle familial ou communautaire de par « leur culture ». Didier Fassin met ainsi en avant la désignation récurrente d’obstacles à des programmes de santé sous des expressions telles que « facteurs culturels » ou « résistances culturelles », occultant par là-même « une triple inégalité sociale d’origine économique, ethnique et sexuelle »15

Violence et culturalisme

15Au Guatemala, les politiques de santé se confrontent au « multiculturalisme » d’après guerre qui s’accompagne souvent d’une conception dichotomique entre deux cultures, une « culture ladina » qui cherche à s’affirmer comme développée, moderne, ancrée dans la rationalité alors que la « culture indigène » serait attachée à ses « traditions ancestrales » et jugée arriérée. La volonté affichée de l’État de mieux prendre en considération ses « minorités indigènes » se manifeste souvent comme une injonction pour ces populations à s’adapter à la culture dominante. C’est le cas des politiques de santé qui leur sont destinées. Dans ce cadre, les femmes indigènes tendent à être uniquement perçues à travers leur altérité culturelle et leurs conditions sociales ne sont que très rarement prises en compte (analphabétisme, mortalité infantile, recomposition familiale dans la migration...).

  • 16 Didier Fassin et Jean-Pierre Dozon (dir.), Critique de la santé publique : une approche anthropolog (...)

16De par sa posture autoritaire, notamment dans le rapport technicisé à la santé, le culturalisme des politiques de santé publique finit par constituer une « violence symbolique » envers les populations considérées comme cibles prioritaires16. Les institutions et les personnels de santé, préjugeant de l’incompréhension des patientes indigènes en termes de nécessités sanitaires et sociales, les considèrent parfois inaptes à prendre les « bonnes » décisions en raison de leur culture, qu’ils préjugent irrationnelle, machiste... Ils cherchent alors à influencer ces décisions pour les rendre conformes à une norme procréative prédéfinie.

17A l’hôpital, les professionnels disposent d’une panoplie de stratégies pour convaincre et contraindre les femmes d’utiliser un moyen de contraception, souvent la stérilisation, parfois en ayant recours à la ruse, à la culpabilisation ou encore au mensonge, lorsqu’ils l’estiment légitime et indispensable. Dans des cas plus extrêmes, il arrive que des femmes soient stérilisées à leur insu, le consentement pour cette opération ayant été signé par leur mari en leur absence, par exemple au milieu d’un accouchement difficile. Des hommes racontent ainsi que les professionnels en charge de l’accouchement de leur femme les auraient prévenus que la vie de celle-ci ou celle du bébé dépendait de leur bonne volonté à signer d’urgence le consentement permettant la stérilisation de la parturiente.

D’éduquer à « civiliser »

18Dans les entretiens réalisés auprès des prestataires des services de planification familiale et des acteurs institutionnels, ceux-ci témoignent souvent de leur sentiment de faire de l’humanitaire sur plusieurs niveaux. En réduisant la charge familiale des populations indigènes, ils disent assurer le développement de ces populations, diminuer les risques liés aux grossesses et participer à l’émancipation des femmes, considérées oppressées au sein de leur sphère familiale et communautaire. Le premier objectif de développement efface cependant souvent le dernier objectif dit « féministe ». En effet, ces acteurs considèrent que diminuer le nombre d’enfants permet avant tout aux femmes indigènes d’assurer mieux leur rôle de mère, en termes de nutrition ou de scolarisation des enfants. C’est notamment le discours de promotion direct des moyens de planification familiale lorsqu’en s’adressant aux candidates potentielles, ils les félicitent de leur manière d’assumer leur responsabilité de mères correctement. Certains prestataires associent cette remarque à l’idée que les mères de familles indigènes n’accordent pas à leurs enfants l’attention et la tendresse qu’ils jugent nécessaire, même s’ils disent « convenir que cela doit aussi venir de leurs traditions ». Plusieurs prestataires sous-entendent même que le manque d’affection et d’attention donné par ces mères de familles nombreuses à leurs enfants est l’une des raisons pour lesquelles la délinquance, la violence et le crime sont si répandus au Guatemala.

19Aussi, ces représentations renvoient aux figures genrées relatives aux populations indigènes. D’une part, la figure diabolisée de l’époux, et d’autre part, les femmes indigènes, qui paradoxalement sont présentées comme des victimes absolues, mais sur qui on fait pourtant porter la responsabilité d’une forte natalité qui pénalise le développement du pays, leur propre développement personnel et celui de leur famille ou encore de l’échec des programmes de santé reproductive.

  • 17 Abdelmalek Sayad, L’Immigration et les paradoxes de l’altérité, Paris-Bruxelles, De Boeck Universit (...)
  • 18 « Ladinisation » fait référence au fait de se comporter comme un « ladino », donc de quitter des co (...)

20Les institutions de santé et leurs prestataires envisagent alors leur action non seulement comme une « mission humanitaire » mais aussi comme une « mission éducative ». Abdelmalek Sayad montre bien comment ce type de « mission éducative » dans des contextes post-coloniaux justifie un traitement d’exception en ethnicisant sa population-cible tout en niant les violences sociales qu’elle subit. Elle se confond alors en « mission civilisatrice »17. C’est exactement dans ces termes qu’un infirmier ladino chargé de promouvoir la planification familiale dans une municipalité maya-mam et interrogé brièvement sur le faible recours aux méthodes de contraception médicalisées, explique : « ce qu’il faut c’est éduquer les populations indigènes car le problème c’est que ces personnes ne sont pas « ladinisées »18... comment dire... elles ne sont pas civilisées quoi ».

Violence et néo-malthusianisme

21Au Guatemala, la rhétorique de développement utilisée dans le cadre des programmes de santé reproductive s’enracine donc dans un terreau raciste, issu de l’époque colonial et réactualisé lors du conflit armé. Cependant, cette rhétorique se présente plutôt comme l’expression de normes de développement dictées au niveau mondial. En lien direct avec les exigences des organismes d’aide internationale qui financent ces programmes, la norme procréative guatémaltèque s’inspire directement d’une idéologie néo-malthusienne, selon laquelle l’accès à la planification familiale n’est nullement considéré en termes de droit humain, mais comme une stratégie d’urgence pour assurer le développement. La hausse démographique chez les populations pauvres et indigènes est alors envisagée par les institutions comme un risque pour l’ensemble de la société guatémaltèque, pouvant provoquer la détérioration des conditions sanitaires et sociales, l’augmentation de la délinquance et de la violence, de fortes tensions et protestations... Selon cette conception, cette population croissante est donc considérée comme potentiellement dangereuse pour la nation et doit être mise sous contrôle par des programmes stricts de planification familiale médicalisée, car elle ne parvient pas à se réguler d’elle-même et à comprendre les enjeux liés à sa reproduction. Les programmes guatémaltèques de santé reproductive définissent donc comme objectif principal : la généralisation de l’utilisation des méthodes contraceptives médicalisées chez les femmes pauvres et indigènes, surtout les méthodes durables et les méthodes définitives.

  • 19 A l’Hôpital National du département, les vasectomies ne représentent qu’environ 1 % du total des st (...)

22Ainsi, les institutions et prestataires de service de planification familiale affirment que la stérilisation est la meilleure des contraceptions pour les femmes indigènes et la promeuvent parfois de manière autoritaire, sans chercher à comprendre ni les pratiques réelles des patientes, ni leurs besoins, ni leurs contraintes et encore moins leurs désirs. La stérilisation féminine, lourde et risquée, a vu son taux augmenter de façon exponentielle au Guatemala, principalement auprès des populations indigènes et analphabètes. Certaines femmes qui y ont recours n’ont pas conscience de son caractère définitif, de ses effets secondaires, ou encore de l’existence d’autres moyens de contraception. D’autre part, la vasectomie est beaucoup moins promue19 alors qu’elle est relativement moins coûteuse pour les financeurs, plus facile à réaliser pour les professionnels, et moins lourde et dangereuse pour les patients. Pourtant, il n’existe presque aucune démarche d’information sur cette méthode.

23Il convient donc de s’interroger sur la notion d’autonomie des femmes indigènes dans le choix de la contraception et de son moyen, et plus généralement dans la gestion de leur vie reproductive. En effet, la prévalence du résultat quantitatif, au détriment de la qualité des soins et de l’attention aux patientes peut parfois effacer, pour les prestataires de ces services de santé, la question de leur réel consentement.

24Les pratiques autoritaires et coercitives au sein des programmes de planification familiale médicalisée s’inscrivent dans une appropriation autoritaire et collective du corps des femmes pauvres et indigènes et semblent prolonger une violence physique et symbolique historique, que la dénonciation des violences sexuelles du conflit armé ne suffit pas a enrayer, peut-être en raison de leur interprétation uniquement en terme ethniques.

25Encore faut-il analyser, au-delà de la contrainte, les formes de résistances que ces femmes mettent en place et dont la complexité reste à approfondir.

Haut de page

Notes

1 Le Guatemala a été marqué par un « conflit interne armé » d’une trentaine d’années, qui a causé la mort de plus de 200.000 personnes. En 1997, des accords de paix sont signés entre les forces de Guérilla et l’Armée. La Commission pour l’Éclaircissement Historique mandatée par l’ONU a estimé que l’État guatémaltèque était responsable de plus de 93 % des actes de violence et de violation des Droits de l’Homme au cours du conflit, et que ces actes se dirigeaient principalement vers les populations indigènes mayas.

2 Il s’agit de l’équipe médicale d’aides-soignantes, infirmières et gynécologues exerçant dans la clinique de planification familiale et la maternité de l’Hôpital National du Département, ainsi que de l’équipe mobile d’une importante ONG guatémaltèque, financée par l’aide internationale, composée d’éducateurs, d’aides-soignantes, d’un personnel administratif, d’un médecin et d’un gynécologue, qui prêtent des services de stérilisation et de pose d’implants contraceptifs dans les zones rurales du département.

3 Clara Duterme, Tourisme alternatif et mémoire du conflit armé dans deux communautés au Guatemala, Thèse de doctorat sous la direction de Marlène Albert-Llorca et Valérie Robin, Université de Toulouse II Le Mirail. 2013, p. 278.

4 Philippe Bourgois, « Théoriser la violence en Amérique. Retour sur trente ans d’ethnographie », L’Homme, 2012, vol. 203-204, p.139-168.

5 Dans la pire expression de cette violence, on peut mentionner le seul cas jugé par la Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme, le massacre de Dos Erres de 1982, où les 300 habitants de cette communauté indigène ont été exterminés. Lors du procès, il a été reconnu que les kaibiles (soldats anti-insurrectionnels d’élite) avaient pour ordre lors d’une épreuve d’obtention de grade, d’éventrer les femmes enceintes et de sortir les fœtus de leurs propres mains. Le reste des femmes furent regroupées dans l’église du village, et violées avant d’être tuées.

6 Voir par exemple l’article de presse suivant : Patricia Simon, « Mujer, violencia y silencio en Guatemala », periodismohumano, 09/06/2011, en ligne sur < http://periodismohumano.com/mujer/mujer-violencia-y-silencio-en-guatemala.html>.

7 Un « ladino » désigne un guatémaltèque « non-indigène », hispanophone et « occidentalisé ». La « culture ladina » représente généralement la « culture nationale », celle du pouvoir et s'oppose ainsi à la culture dite « indigène » (cf. Richard Adams et Santiago Bastos, Las Relaciones étnicas en Guatemala : 1944-2000, Antigua, Guatemala, CIRMA, 2003, et Severo Martínez Peláez, La patria del criollo : ensayo de interpretación de la realidad colonial guatemalteca, Costa Rica, EDUCA, 1973).

8 Amandine Fulchiron, Olga Alicia Paz y Angélica López , Tejidos que lleva el alma. Memoria de las mujeres mayas sobrevivientes de violación sexual durante el conflicto armado, Guatemala, ECAP, F&G, 2011, p. 71.

9 Victoria Sanford, Guatemala : Del genocidio al feminicidio, F&G Editores, 2008.

10 Le corte est le tissu plié en jupe longue dont sont vêtues de nombreuses femmes indigènes guatémaltèques.

11 Julian Pitt-Rivers, « Race in latin America : The concept of raza », Archives européennes de sociologie, 1971, vol. 14, p. 3-31.

12 Jean Pierre Lavaud, « Essai sur la définition de l’indien: Le cas des indiens des Andes », in G. Gosselin et J.-P. Lavaud (dir.), Ethnicité et mobilisations sociales, l’Harmattan, 2001, p. 41-65.

13 Cf. Aura Cumes, « Las mujeres son ‘más indias’. Género, multiculturalismo y mayanizacion », in Santiago Bastos et Aura Cumes, Mayanizacion y vida cotidiana. La ideología multicultural en la sociedad guatemalteca, volume 1, Guatemala, Flacso-CIRMA, 2007, p. 155-186, et Manuela Camus, Ser indígena en ciudad de Guatemala, Guatemala, FLACSO, 2002.

14 Cette notion, développée par Kimberlé Crenshaw (« Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du Genre, 2005, vol. 39, p. 51-82), véhicule l’idée selon laquelle les rapports de pouvoir entre différentes catégories sociales, s’entrecroisent et se conjuguent, pour déterminer la position sociale d’un individu et son vécu de l’oppression.

15 Didier Fassin, « Inégalité, genre et santé, entre l’universel et le culturel » in Y. Preiswerk et M.-J. Burnier, Tant qu’on a la santé : les déterminants socio-économiques et culturels de la santé dans les relations sociales entre les femmes et les hommes, Genève, IUED, DDC et Commission nationale suisse pour l’UNESCO, 1999, p. 126.

16 Didier Fassin et Jean-Pierre Dozon (dir.), Critique de la santé publique : une approche anthropologique, Paris, Balland, 2001.

17 Abdelmalek Sayad, L’Immigration et les paradoxes de l’altérité, Paris-Bruxelles, De Boeck Université, 1997.

18 « Ladinisation » fait référence au fait de se comporter comme un « ladino », donc de quitter des comportements qui seraient « indigènes » pour se comporter comme une personne non-indigène, « occidentalisée ». Ici, il semble que l’infirmier utilise les termes « éduquer », « ladiniser » et « civiliser » en tant que synonymes.

19 A l’Hôpital National du département, les vasectomies ne représentent qu’environ 1 % du total des stérilisations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Garcia, « Post-conflit guatémaltèque et planification familiale médicalisée des femmes indigènes », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 01 décembre 2015, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68682 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.68682

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page