Navigation – Plan du site
Colloques | 2016
Sección 2 – Derechas y extremas derechas
Maud Chirio

Lutter contre l’ennemi interne : la longue histoire d’une obsession de la droite brésilienne

[25/01/2016]

Résumés

Cet article prétend explorer la généalogie, dans l’histoire brésilienne, d’une figure politique au fondement du régime autoritaire et répressif de 1964 : celle de l’ennemi interne. En effet, l’anticommunisme paranoïaque de la dictature, formalisé par les doctrines militaires de la Sécurité Nationale et de la Guerre révolutionnaire, n’est que l’une des formes de cet imaginaire politique, enraciné de longue date dans la pensée conservatrice brésilienne. Selon cette représentation, la nation brésilienne est structurellement menacée de l’intérieur : menacée de sécessions territoriales, de divisionnisme politique (les factions et partis, auxquels s’oppose l’idéal d’unanimisme), de fragmentation ethnique (hantise de « l’africanisation » du Brésil à la fin du XIXe siècle, politiques indigénistes assimilationnistes). Dans les années 1930, alors que les masses populaires urbaines sont progressivement intégrées à la politique, cette logique d’inclusion/exclusion se cristallise sur le communisme. L’imaginaire de l’ennemi interne, source d’une profonde tradition de répression politique et d’une réticence durable à l’égard du pluralisme démocratique, est un élément fondamental du conservatisme brésilien.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comblin, Joseph, A ideologia de segurança nacional: o poder militar na América Latina, Rio de Janei (...)
  • 2 Martins Filho, João Roberto, « A educação dos golpistas: as idéias que fizeram a cabeça dos militar (...)

1Les dictatures conservatrices, anticommunistes et militaristes qu’ont connues les pays du cône sud des années 1960 aux années 1990 sont fréquemment affublées d’une même appellation – les « dictatures de sécurité nationale » – du fait de l’adhésion massive des putschistes à la doctrine du même nom (DSN), formulée dans les états-majors et les académies militaires états-uniennes au début de la Guerre froide. Résumer des régimes parfois très différents à une unique doctrine, ou idéologie1, a pu sembler par trop simplificateur. Des auteurs ont ainsi souligné, à juste titre, les multiples variations de la DSN selon les pays et le fait que d’autres théories politico-militaires, comme celle de la guerre révolutionnaire, initialement formulée par des officiers français engagés dans les guerres coloniales indochinoise et algérienne, ont également fortement orienté les politiques mises en œuvre2. De plus, les traditions politiques nationales ont mené à des appropriations spécifiques de ces doctrines politico-militaires et donné leurs couleurs particulières à chacune de leurs formulations. Néanmoins, force est de constater que, quelles que soient les multiples variantes doctrinaires et politiques, une figure semble la clé de voûte de toutes ces dictatures : celle de l’ennemi intérieur, communiste, subversif, anti-national, à la solde de l’étranger, menace directe et invisible à l’ordre public et à la sécurité de la nation.

2Il s’agit, évidemment, de la pièce maîtresse de toutes les variantes de la DSN, dont l’ensemble du système repose sur l’hypothèse d’un affrontement global entre monde communiste et « monde libre » à l’intérieur des nations elles-mêmes, sous la forme de propagande larvée, d’actions de guérilla, de mobilisations de masse, de grèves et, par extension, de toute mobilisation populaire. Cette guerre interne est la justification première de la reformulation intégrale de la gestion de l’État, de la tutelle militaire, de la refondation juridique de la nation, et bien sûr de l’élimination de toute forme d’opposition au pouvoir en place. Le Décret-Loi de Sécurité Nationale brésilien no 314 paru en mars 1967 en donne une synthèse limpide : « La sécurité nationale comprend, essentiellement, des mesures destinées à la préservation de la sécurité externe et interne, y compris la prévention et la répression de la guerre psychologique adverse et de la guerre révolutionnaire ou subversive ». Les différentes théories et stratégies de combat contre-révolutionnaire et contre-insurrectionnel reposent sur la même hypothèse d’une guerre nouvelle promue par ce qu’il est commun d’appeler le « Mouvement Communiste International », tant dans leurs versions initialement formulées au sein des états-majors français (théorie contre-révolutionnaire) et états-unien (counterinsurgency) que dans leurs appropriations latino-américaines. Dans le cas brésilien, la consultation du Mensário de Cultura Militar, édité par l’état-major de l’Armée de Terre, particulièrement entre 1957 et 1964, montre bien comment la figure d’un ennemi multiforme (non seulement interne, mais aussi clandestin et engagé dans une guerre à la fois populaire, armée et psychologique) est centrale dans des articles français traduits, dans des textes brésiliens et, après le coup d’État, dans les traductions d’articles de revues nord-américaines.

  • 3 Merci à Rodrigo Nabuco de Araujo pour cette remarque, ainsi que pour ses conseils lors de la rédact (...)
  • 4 Stepan, Alfred, Os militares na política. As mudanças de padrões na vida brasileira, Rio de Janeiro (...)

3Cette centralité de la figure de l’ennemi interne dans les doctrines et théories militaires qui ont porté les dictatures latino-américaines de Guerre froide a eu pour conséquence que, dans les imaginaires collectifs et une bonne partie de la bibliographie, ils sont devenus indissociables : les années 1950 auraient été celles d’une mutation de l’imaginaire de la « guerre possible » et, avec elle, de « l’ennemi probable ». La projection dans la guerre extérieure, y compris nucléaire, laisse alors place à l’horizon d’une guerre subversive, psychologique et révolutionnaire. La prise de conscience du risque d’anéantissement collectif en cas de conflit atomique incite effectivement à la réflexion sur d’autres scénarios belliqueux : à la perspective, en lieu et place de la guerre de « l’infiniment grand », celle de « l’infiniment petit », la guerre de basse intensité3. L’ennemi externe, soldat identifiable et professionnel, posté sur un front – aux visages divers, mais toujours en zone frontière du territoire national – fait ainsi place à l’ennemi intérieur, invisible, fondu au cœur de la nation. Ce bouleversement est également associé à une modification du rôle des militaires en politique, et de leur légitimité à intervenir dans ce champ : en se déplaçant sur le territoire, la guerre devient le cœur de toute action politique et justifie la mainmise militaire sur le pouvoir d’État4.

  • 5 Pinheiro, Paulo Sérgio, « Polícia e Crise Política: o caso das polícias militares », in Paoli, Mari (...)
  • 6 Dutra Freire, Moema, « Paradigmas de Segurança no Brasil: da Ditadura aos nossos días », Aurora, 20 (...)
  • 7 Franco, Marina, Un enemigo para la nación: orden interno, violencia y « subversión », 1973-1976, Bu (...)

4Au Brésil, l’association étroite entre « l’ennemi interne » et la dictature a pour conséquence que, lorsque cette expression est utilisée pour une autre période, c’est en général pour étudier ses persistances jusqu’à nos jours dans les pratiques et représentations policières et militaires de la période de transition5 ou de post-Guerre froide6. L’attention est en fait le plus souvent portée sur le legs de la dictature, laquelle est généralement peu replacée dans une perspective historique. Or, si la lutte contre-révolutionnaire et la figure de l’ennemi intérieur gagnent bien une importance et une centralité inédite dans la pensée militaire brésilienne dans les années 1960, 1964 peut être considéré, sur ce plan, plus comme un aboutissement que comme l’entrée dans une ère nouvelle. Comme Marina Franco l’a montré pour l’Argentine, l’idée d’une rupture radicale des coups d’États et des régimes autoritaires, tant dans les pratiques répressives que dans les imaginaires politiques qui les sous-tendent – en particulier celui de l’ennemi intérieur –, est parfois, surtout, une construction mémorielle7.

  • 8 Ce paper propose certain nombre de réflexions préliminaires, fondées sur une première exploration b (...)

5Contribuer à penser le régime militaire brésilien dans la longue durée et replacer dans une perspective historique les imaginaires politiques de ses dirigeants sont les ambitions initiales de cette réflexion. Notre hypothèse de départ est ainsi que l’imaginaire de l’ennemi interne au Brésil n’est nullement une invention de la Guerre froide – ni comme catégorie stratégique de la pensée militaire, ni comme catégorie politique. Il ne s’agit pas non plus d’une importation extérieure récente, mais d’une construction sur un temps long, intimement liée à l’histoire même de l’idée de nation et de nationalisme brésilien – ce qui n’implique pas, nous le verrons, que l’on puisse pour autant retracer sa généalogie à partir de la seule histoire brésilienne puisque, à nos yeux, il s’agit d’une catégorie qui a circulé dans tout l’espace politique euro-américain au cours des XIXe et XXe siècles8.

« Le communisme, voilà l’ennemi »

  • 9 Cette phrase est prononcée à Constantine, en 1927, par le ministre de l’Intérieur français Albert S (...)

69Le premier point fondamental à souligner pour replacer l’idée d’ennemi intérieur dans une perspective historique est la longue histoire de la lutte anticommuniste, conçue comme une guerre interne et permanente, dans la stratégie politique, policière et militaire brésilienne.

  • 10 Silva, Carla Luciana, Onda vermelha: imaginários anticomunistas brasileiros (1931-1934), Porto Aleg (...)
  • 11 Patto Sá Motta, Rodrigo, Em guarda contra o « perigo vermelho »: o anticomunismo no Brasil (1917-19 (...)
  • 12 Sur les deux derniers points, voir également : Silva, Carla Luciana, Onda vermelha, op. cit.

7Rodrigo Patto Sá Motta a bien souligné que, au Brésil comme dans le reste que l’occident, l’anticommunisme a l’âge du communisme : on en trouve trace dès le milieu du XIXe siècle et ses imaginaires envahissent l’espace public dès 1917. Le début des années 1930 voit clairement s’accentuer et se diffuser au sein des élites brésiliennes l’inquiétude quant à la menace que le bolchévisme fait peser sur le pays et, plus largement, sur tout le sous-continent sud-américain10. Mais Motta souligne aussi que, avant 1930 et surtout avant 1935, le communisme est surtout considéré comme un problème extérieur au Brésil. La donne change d’abord à partir de la révolution de 1930 : « Les changements amenés par le mouvement “révolutionnaire” dirigé par Getúlio Vargas ont contribué à ce que le communisme soit de plus en plus vu comme un péril interne, digne de la vigilance attentive des autorités responsables du maintien de l’ordre11 ». Selon Motta, plusieurs facteurs y contribuent : le bouleversement révolutionnaire, qui accroît l’insécurité et les peurs sociales ; la croissance effective du mouvement communiste, dix ans après la fondation du Parti Communiste Brésilien, en 1922 ; la porosité des médias et des acteurs politiques et sociaux au discours européen anticommuniste et conservateur ; enfin l’espace conquis par l’Action Intégraliste Brésilienne, créée en 1932, et par un catholicisme conservateur à l’audience renouvelée12.

  • 13 Loi no 38, 4 avril 1935. Elle est complétée et amendée tout au long de l’ère Vargas par une série d (...)

8Si l’expression de « Sécurité Nationale » figure déjà dans des textes législatifs depuis le début du siècle, sa première association officielle à une menace de subversion de l’ordre social et politique apparaît dans la Loi de Sécurité Nationale brésilienne d’avril 193513. Il s’agit d’une loi ordinaire, votée par l’assemblée dans un régime constitutionnel, mais marqué par de très fortes tensions politiques. Le mouvement intégraliste, qui ne cesse de faire de nouveaux émules, affronte depuis mars 1935, en paroles et en actes, un nouveau front de gauche appuyé par le PCB, l’Alliance Libératrice Nationale. Ce front antifasciste, composé d’intellectuels, d’anciens tenentes en disgrâce, de leaders ouvriers et de ténors de la gauche démocrate et socialiste, réunit en quelques semaines des milliers, puis des dizaines de milliers de partisans. Rapidement les manifestations de rue sont l’occasion de violents affrontements entre intégralistes et antifascistes, opposés au gouvernement même si une minorité seulement souhaite ouvertement son renversement. Ce contexte sert de prétexte à la rédaction de la loi, qui définit comme « des crimes contre l’ordre politique » un certain nombre d’entraves à l’action de l’État et de ses agents (faits de grève, incitation à la désobéissance civile ou aux troubles dans les forces armées) et de divulgation de nouvelles susceptibles de porter atteinte à l’ordre public. Sont également définis comme des « crimes contre l’ordre social » l’incitation à « la haine entre les classes sociales », la promotion de toute activité ou organisation destinée à « subvertir ou modifier l’ordre politique ou social » ou encore le fait de provoquer à dessein la baisse ou la hausse des prix des produits de première nécessité.

  • 14 « 1) Tenter de soumettre le territoire de la Nation, ou une partie de celui-ci, à la souveraineté d (...)

9Si ni les mots d’ennemi (interne ou non) ou même de communisme ne sont cités dans la loi de 1935, les idées d’une guerre interne et d’une subversion organisée de l’ordre politique et social sont présentes. Le lexique de la guerre interne ne fait que s’accentuer lors des ajouts et reformulations de la LSN sous l’ère Vargas : ainsi, le Décret-Loi de mai 1938 (édicté sous l’Estado Novo), qui « définit les crimes contre la personne internationale, la structure et la sécurité de l’État et contre l’ordre social », rétablit entre autres la peine de mort pour des crimes qui sont présentés comme des crimes de guerre, mais commis hors d’un affrontement armé déclaré et sur le territoire national14. La LSN de 1935, très rapidement utilisée pour lutter contre l’opposition de gauche – l’ALN est fermée par application de cette loi dès juillet 1935 –, signale donc une modification de la perception du communisme comme un péril à la fois interne et militaire.

Le mythe de l’Intentona

  • 15 Sur la mémoire et les commémorations de l’Intentona, voir entre autres Patto Sá Motta, Rodrigo, Em (...)
  • 16 Carvalho, Ferdinando de, Lembrai-vos de 35!, Rio de Janeiro, Bibilotéca do Exército Ed., 1980.

10Un événement contribue à ancrer l’idée d’une menace communiste essentiellement intérieure dans les imaginaires et la pensée militaires brésiliens : une révolte communiste survenue dans les casernes de Natal, Recife et Rio de Janeiro, en novembre 1935, péjorativement baptisée d’Intentona (la « tentative »). Dès 1936, la révolte – ou plutôt sa répression et son échec – sont commémorés tous les 27 novembre dans les institutions militaires du pays, en présence des plus hautes autorités civiles et politiques15. Les textes lus à cette occasion par le ministre de la Guerre, puis de l’Armée, sont des indications éloquentes de l’obsession du péril interne – à la société, à la nation et à l’armée. Le colonel Ferdinando de Carvalho, artisan et figure de proue de l’oficialidade intermédiaire lors du coup d’État d’avril 1964, a réuni ces ordres du jour dans un ouvrage intitulé (significativement) Lembrai-vos de 35! (« Souvenez-vous de 35 ! ») et publié en 198016. On constate dans ces documents une très grande constance dans la représentation de l’ennemi ; ou, plus exactement, une affirmation systématique de son caractère multiforme, parfois externe et essentiellement interne. Ainsi, l’allocution prononcée au cimetière où sont enterrées les victimes de la révolte, en novembre 1938, par le major Afonso de Carvalho :

  • 17 Ibid., p. 180-181.

S’éloigne le temps où la mission du soldat était plus simple, beaucoup plus simple. On savait, au moins, où était l’ennemi. C’était aller de l’avant et attendre que le plus fort impose sa volonté.
Aujourd’hui, la mission du militaire est devenue plus difficile. L’ennemi est de tout côté. Il attire les adversaires sur les lignes de front. Et il provoque, ensuite, la rébellion à l’arrière. Et cela, dans la guerre comme dans la paix.
Et cet ennemi, que nous savons bien être le communisme, s’implique dans des procédés de déloyauté et de félonie.
Il se masque de toutes les manières et s’infiltre de toutes les façons. Il tente de s’accrocher partout avec des mouvements tentaculaires de poulpe. Il est assoiffé de sang comme les piranhas ….
Il faut dire bien clairement que tout communiste est un traître à la Patrie. Avec eux nous ne pouvons avoir aucun lien, même pas d’amitié. Parce que le contraire serait admettre que nous, soldats, entièrement dévoués à son culte, à sa grandeur, les plus grands responsables de son intégrité morale et matérielle, nous admettons l’absurdité d’être les collaborateurs de notre propre destruction …17.

  • 18 Reznik, Luís, Democracia e segurança nacional: a polícia política no pós-guerra, Rio de Janeiro, FG (...)

11Ce discours, très précoce donc, survit à l’Estado Novo et s’épanouit dans le contexte de la Guerre froide, quelle que soit la couleur politique des gouvernements et des ministres militaires. Cette perpétuation a pour contexte plus général un maintien, entre 1946 et 1964, du discours, de la législation et des politiques de « sécurité nationale »18. La promulgation d’une nouvelle Loi de Sécurité Nationale, en 1953, certes plus amène que les LSN antérieures, indique cependant que les outils juridiques forgés dans les années 1930, et notamment la punition spécifique de crimes politiques assimilés à des actes de guerre, continuent d’être utilisés dans le positionnement du régime constitutionnel et démocratique au sein de la Guerre froide.

12Il n’existe bien sûr pas de continuité pure et simple entre les représentations politiques et les dispositifs juridiques de ces périodes très différentes, pas plus qu’il n’existe un imaginaire collectif unique de « l’ennemi interne » entre les milieux civils et militaires, révolutionnaires ou non, gétulistes ou anti-gétulistes, etc., de ces différentes périodes. Néanmoins, la révolution de 1930 et l’année 1935 constituent des moments fondateurs d’une nouvelle appréhension du désordre interne, centrée sur la menace communiste, laquelle est perçue comme un (voire le principal) danger militaire auquel la nation brésilienne doit se préparer.

Une pensée militaire de la subversion, réflexions euro-américaines

  • 19 Vidal, Georges, « Les chefs de l’armée française face au communisme au début des années 1930 », Vin (...)

13La perception nouvelle, dans la première moitié des années 1930, de la subversion intérieure, en particulier communiste, comme une menace militaire n’est nullement spécifique au Brésil. En France aussi, l’imaginaire de « l’ennemi intérieur », central dans la pensée militaire de la Guerre froide et des guerres coloniales, apparaît dans des publications militaires bien plus précocement, désignant déjà la menace d’un soulèvement communiste. C’est le cas au moins à partir de 1932 : à cette date est rédigée par le général Voiriot, chef d’état-major de la région militaire de Paris, une Note sur la défense de la Région parisienne contre l’ennemi intérieur en temps de guerre. Selon Georges Vidal, ce texte « peut être considéré … comme la première définition par l’armée française d’une véritable doctrine de lutte contre la subversion19 ».

  • 20 Nabuco de Araujo, Rodrigo, Conquête des esprits et commerce des armes. La diplomatie militaire fran (...)
  • 21 Périès Gabriel, « L’Arabe, le Musulman, l’Ennemi dans le discours militaire de la “guerre révolutio (...)

14Or, à cette époque, les contacts entre élites policières et militaires des deux pays sont étroits, en raison de la présence depuis le début du siècle de missions françaises de formation : d’abord auprès de la force publique de l’État de São Paulo, de 1905 à 1924 ; puis, de 1919 à 1939, auprès de l’armée fédérale brésilienne. La première mission, peu étudiée, est l’occasion d’échange de techniques policières de maintien de l’ordre interne ; tandis que la seconde, connue sous le nom de Mission Militaire Française (MMF), destinée à accélérer le processus de « professionnalisation » de l’armée brésilienne, promeut aussi un climat favorable à l’élargissement du spectre des responsabilités politiques de l’armée – y compris dans la lutte contre des adversaires intérieurs. Rodrigo Nabuco de Araujo montre bien que le principal enseignement politique de la MMF, souvent le seul retenu dans l’historiographie sur le sujet, à savoir l’exigence d’apolitisme des officiers, prend une signification toute différente dans le contexte du Brésil des années 1920 et 1930 ; et, surtout, qu’il cohabite avec des imaginaires concurrents, notamment transmis par des officiers coloniaux, prônant au contraire un rôle social et civilisateur des forces armées, préalable à une légitimation de leur rôle politique et policier. Les ouvrages de Lyautey Le rôle social de l’officier et Le rôle colonial de l’officier, traduits en portugais, sont d’ailleurs ceux qui rencontrent le plus grand succès au sein des états-majors et des écoles militaires dans la seconde moitié des années 193020. Plusieurs décennies plus tard, ce sont également des officiers coloniaux français qui développeront une pensée de la contre-subversion et de l’ennemi intérieur21.

  • 22 Bellintani, Adriana Iop, O Exército Brasileiro e a Missão Militar Francesa: instrução, doutrina, or (...)

15Ces imaginaires ne sont certes pas explicitement transmis via la MMF, et certains auteurs relativisent même l’impact doctrinaire qu’aurait eu la mission sur l’oficialidade brésilienne22; néanmoins la globalisation, dans les années 1920 et 1930, d’une lecture coloniale du rôle des forces armées, a contribué à ancrer dans la culture politique des élites militaires brésiliennes l’idée que leur incombait le maintien de l’ordre interne de la nation, et de son appartenance morale et politique à la civilisation occidentale.

L’ennemi, l’étranger et la nation

  • 23 Décret no 4.247, 6 janvier 1921.

16La pensée de l’ennemi intérieur et des périls qu’ils font courir à la sécurité nationale naît sur le terreau d’une société et de pouvoirs publics de plus en plus préoccupés, depuis les années 1920, à la fois par l’ordre interne et par l’identité nationale. La mémoire de la révolution de 1930 comme une rupture radicale, accompagnée par les effets de la crise économique de 1929, a longtemps occulté l’antériorité de ces préoccupations. Or, dès le début des années 1920, dans un contexte de forte agitation sociale et de recrudescence des mobilisations ouvrières, l’État fédéral et les gouvernements des États manifestent leur préoccupation pour le maintien de l’ordre intérieur et, en particulier, pour le risque que les « idées exotiques » (anarcho-syndicalistes essentiellement) venues du sud de l’Europe feraient courir à la société brésilienne. En 1921, un décret fédéral permet l’expulsion d’étrangers soupçonnés d’être des agitateurs politiques23. Parmi les très diverses raisons invoquées pour expulser un étranger installé au Brésil depuis moins de cinq ans – y compris l’âge, la maladie ou le handicap, le vice, les tendances criminelles, etc. – on lit :

Art 2. Pourra être expulsé du territoire national, dans les cinq ans à compter de son entrée dans le pays, l’étranger dont il est prouvé ... que, par sa conduite, est considéré nocif à l’ordre public ou à la sécurité nationale.

17Le fait que les premiers organes de police politique (Delegacia de Ordem Político e Social – DOPS) datent des années 1920 – la première section est créée dans l’État de São Paulo en 1924 – montre bien que la préoccupation pour l’ordre interne précède à la fois la crise et la révolution de 1930. Cela indique également que la représentation d’une société menacée de l’intérieur n’émane pas nécessairement des états-majors militaires : c’est aussi, et peut-être d’abord, au sein des forces de police, que cet imaginaire se développe précocement.

  • 24 Compagnon, Olivier, L’adieu à l’Europe. L’Amérique Latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2013.
  • 25 Beired, José Luís Bendicho, Sob o signo da nova ordem: Intelectuais autoritários no Brasil e no Arg (...)
  • 26 Tucci Carneiro, Maria Luiza, « Sob a mascara do nacionalismo. Autoritarismo e anti-semitismo
na Era (...)

18Les années 1920 sont un moment de profonde remise en question des fondements philosophiques, politiques et juridiques de la démocratie libérale et pluraliste, d’une part ; et d’un questionnement identitaire et nationaliste, d’autre part. Olivier Compagnon a récemment montré la part qu’ont eu les échos de la Première Guerre mondiale dans ces bouleversements, contribuant à ébranler la foi dans le modèle européen de la démocratie libérale : comme de ce côté-ci de l’Atlantique, le « suicide de l’Europe » représente également, pour une partie de la classe politique et des opinions publiques latino-américaines, la faillite du parlementarisme et du pluralisme politique24. L’influence du conservatisme européen joua également, au Brésil comme en Argentine, un rôle important dans l’évolution de ce climat politique et idéologique25. Comme Maria Luiza Tucci Carneiro le souligne dans son étude sur l’antisémitisme, à partir des années 1920, l’interrogation nationale identitaire est collective, mais ses formes sont variées : on identifie alors l’ennemi de la nation dans ce qu’on imagine être l’ennemi du socle principal de celle-ci. Ainsi, pour l’intellectuel catholique conservateur Jackson de Figueiredo, les ennemis de la nation sont les menaces contre sa tradition catholique : le protestantisme, les Yankees, la franc-maçonnerie, le judaïsme international26.

19Cette pensée de la nation, focalisée sur l’identification de ses ennemis, ne naît néanmoins pas dans l’entre-deux-guerres ; et ni la révolution russe, ni la Première Guerre mondiale n’en sont les seules matrices. En fait, il apparaît clairement, tout au long du XIXe siècle, que l’obsession pour la menace interne est un discours construit en miroir de la nation idéale imaginée par les élites : dans ses caractéristiques nationales, raciales, religieuses mais aussi civiques et politiques. Ainsi, à la fin du XIXe siècle, dans un climat d’imprégnation de nationalisme racialiste venu d’Europe, l’étranger, le sud-européen, le noir récemment délivré de ses chaînes peuvent être vus comme des menaces à l’unité et l’intégrité de la nation. À la même époque, la méfiance à l’égard de « l’étranger dans la nation », alors que l’afflux d’immigrants venus d’Europe du sud explose dans les grandes métropoles, va de pair avec la crainte de la mobilisation de travailleurs pauvres : les classes moyennes et supérieures excluent de leur nation imaginée l’agitation et l’organisation ouvrières.

20Ces éléments épars sur la genèse de la formule et de l’imaginaire de l’ennemi interne n’en constituent pas une généalogie précise. Il s’agit de quelques pièces d’un puzzle très incomplet. Notre objectif ici était de montrer que, lorsque les putschistes de 1964 font de l’ennemi interne communiste le socle et la justification de leur prise du pouvoir et de l’implantation de leur régime dictatorial, ils mobilisent une figure très familière dans la culture politique brésilienne. D’abord parce que, depuis les années 1930, ce discours est omniprésent dans la classe politique et l’institution militaire, bien au-delà d’ailleurs des cercles conservateurs. Si le régime de Vargas a joué un rôle déterminant dans la construction de cet imaginaire, c’est d’abord parce que c’est le premier pouvoir qui entreprend de définir ce qu’est la nation, et l’anti-nation, camp parmi lequel est rangé le communisme qui en devient l’essence. Ce dernier est alors utilisé dans la propagande d’État comme outil pour fédérer autour du pouvoir et de son chef, et légitimer la législation et la politique répressive. Le profond conservatisme d’une partie de la hiérarchie militaire, déjà préoccupée par le sécessionnisme, la subversion et la division de la nation depuis l’époque de l’Empire, ainsi que des influences étrangères (notamment française) permettent une adhésion rapide des forces armées à cette représentation du communisme comme l’ennemi interne. Les dés ne sont certes pas jetés depuis les années 1930, puisque chaque génération et chaque groupe politique réinterprète la « menace intérieure » au regard de ses idées et de sa représentation de la nation et de l’anti-nation. Mais le fait que de nombreux chefs golpistas des années 1960 aient été formés, et même politiquement actifs, dès les années 1930, a certainement renforcé cette « hérédité » de la figure de l’ennemi intérieur.

Haut de page

Bibliographie

Barreto, Adriana Barreto de, O Exército na consolidação do Império: um estudo histórico sobre a política militar conservadora, Rio de Janeiro, Arquivo Nacional, 1999.

Beired, José Luís Bendicho, Sob o signo da nova ordem: Intelectuais autoritários no Brasil e no Argentina, São Paulo, Loyola, 1999.

Bellintani, Adriana Iop, O Exército Brasileiro e a Missão Militar Francesa: instrução, doutrina, organização, modernidade e profissionalismo (1920-1940), Thèse de doctorat en Histoire, Université de Brasilia, 2009.

Bohoslavsky, Ernesto, « Los mitos conspirativos en la Argentina en el siglo XX: miedos y fantasmas », in Sampaio Barbosa, Carlos Alberto, et Da Costa Garcia, Tânia (dir.), Cadernos de Seminários de Pesquisa. Cultura e Políticas nas Américas, vol. 1, Assis, UNESP Publicações, 2009, p. 20-31.

Carvalho, Ferdinando de, Lembrai-vos de 35!, Rio de Janeiro, Bibilotéca do Exército Ed., 1980.

Castro, Celso, A invenção do Exército brasileiro, Rio de Janeiro, Zahar, 2002.

Comblin, Joseph, A ideologia de segurança nacional: o poder militar na América Latina, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 1978.

Compagnon, Olivier, L’adieu à l’Europe. L’Amérique Latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2013.

Domingos, Manuel, L’influence étrangère sur la modernisation de l’armée brésilienne (1889-1930), Thèse de doctorat en Histoire, Université Paris III, 1979.

Dutra Freire, Moema, « Paradigmas de Segurança no Brasil: da Ditadura aos nossos días », Aurora, 2009, 3e année, no 5, p. 100-114.

Franco, Marina, Un enemigo para la nación: orden interno, violencia y « subversión », 1973-1976, Buenos Aires, Fondo de Cultura Economica, 2012.

Marinho de Azevedo, Celia Maria, Onda negra, medo branco: o negro no imaginário das elites, século XIX, São Paulo, Annablume, 2004² [1re éd. : Rio de Janeiro, Paz e Terra, 1987].

Martins Filho, João Roberto, « A educação dos golpistas: as idéias que fizeram a cabeça dos militares nos anos 60 », communication présentée lors du symposium The Cultures of Dictatorship: Historical Reflections on the Brazilian Golpe of 1964, University of Maryland, octobre 2004.

Murilo de Carvalho, José, Pontos e bordados, escritos de historia e política, Belo Horizonte, UFMG, 1977.

Nabuco de Araujo, Rodrigo, Conquête des esprits et commerce des armes. La diplomatie militaire française au Brésil (1947-1974), Thèse de doctorat en Histoire, Université Toulouse II – Le Mirail, 2011.

Nabuco de Araujo, Rodrigo, « Entre doutrina e política: a Missão Militar Francesa e a oficialidade brasileira (1920-1937) », Militares e política, 2009, no 5, p. 65-81.

Patto Sá Motta, Rodrigo, Em guarda contra o « perigo vermelho »: o anticomunismo no Brasil (1917-1964), São Paulo, Perspectiva, 2002.

Périès, Gabriel, « Du corps au cancer : la construction métaphorique de l’ennemi intérieur dans le discours militaire pendant la Guerre Froide. Partie 1 », Cultures & Conflits, 2001, no 43 [en ligne]. URL : http://conflits.revues.org/864, consulté le 3 septembre 2014.

Périès, Gabriel, « Du corps au cancer : la construction métaphorique de l’ennemi intérieur dans le discours militaire pendant la Guerre Froide. Partie 2 », Cultures & Conflits, 2001, no 43 [en ligne]. URL : http://conflits.revues.org/866, consulté le 12 mai 2011.

Périès, Gabriel, « L’Arabe, le Musulman, l’Ennemi dans le discours militaire de la “guerre révolutionnaire” pendant la guerre d’Algérie », Mots, 1992, no 30, p. 53-70.

Pinheiro, Paulo Sérgio, « Polícia e Crise Política: o caso das polícias militares », in Paoli, Maria Célia (dir.), A Violência Brasileira, São Paulo, Brasiliense, 1982, p. 57-92.

Reznik, Luís, Democracia e segurança nacional: a polícia política no pós-guerra, Rio de Janeiro, FGV, 2004.

Rigouste, Mathieu, « L’ennemi intérieur, de la guerre coloniale au contrôle sécuritaire », Cultures & Conflits, 2007, no 67, p. 157-174.

Silva, Carla Luciana, Onda vermelha: imaginários anticomunistas brasileiros (1931-1934), Porto Alegre, EDIPUCRS, 2001.

Stepan, Alfred, Os militares na política. As mudanças de padrões na vida brasileira, Rio de Janeiro, Editora Artenova, 1975.

Tucci Carneiro, Maria Luiza, « Sob a mascara do nacionalismo. Autoritarismo e anti-semitismo na Era Vargas (1930-1945) », Estudios Interdisciplinarios de América Latina y el Caribe, 1990, vol. 1, no 1, p. 23-40.

Vidal, Georges, « Les chefs de l’armée française face au communisme au début des années 1930 », Vingtième Siècle, 2001, vol. 70, no 1, p. 117-126.

Haut de page

Notes

1 Comblin, Joseph, A ideologia de segurança nacional: o poder militar na América Latina, Rio de Janeiro, Civilização Brasileira, 1978.

2 Martins Filho, João Roberto, « A educação dos golpistas: as idéias que fizeram a cabeça dos militares nos anos 60 », communication présentée lors du symposium The Cultures of Dictatorship: Historical Reflections on the Brazilian Golpe of 1964, University of Maryland, octobre 2004.

3 Merci à Rodrigo Nabuco de Araujo pour cette remarque, ainsi que pour ses conseils lors de la rédaction de cet article.

4 Stepan, Alfred, Os militares na política. As mudanças de padrões na vida brasileira, Rio de Janeiro, Editora Artenova, 1975.

5 Pinheiro, Paulo Sérgio, « Polícia e Crise Política: o caso das polícias militares », in Paoli, Maria Célia (dir.), A Violência Brasileira, São Paulo, Brasiliense, 1982, p. 57-92.

6 Dutra Freire, Moema, « Paradigmas de Segurança no Brasil: da Ditadura aos nossos días », Aurora, 2009, 3e année, no 5, p. 100-114.

7 Franco, Marina, Un enemigo para la nación: orden interno, violencia y « subversión », 1973-1976, Buenos Aires, Fondo de Cultura Economica, 2012.

8 Ce paper propose certain nombre de réflexions préliminaires, fondées sur une première exploration bibliographique ; il présente des hypothèses de travail et non des conclusions définitives.

9 Cette phrase est prononcée à Constantine, en 1927, par le ministre de l’Intérieur français Albert Sarraut. Elle parodie la phrase de Clemenceau, « le cléricalisme, voilà l’ennemi ».

10 Silva, Carla Luciana, Onda vermelha: imaginários anticomunistas brasileiros (1931-1934), Porto Alegre, EDIPUCRS, 2001.

11 Patto Sá Motta, Rodrigo, Em guarda contra o « perigo vermelho »: o anticomunismo no Brasil (1917-1964), São Paulo, Perspectiva, 2002, p. 8.

12 Sur les deux derniers points, voir également : Silva, Carla Luciana, Onda vermelha, op. cit.

13 Loi no 38, 4 avril 1935. Elle est complétée et amendée tout au long de l’ère Vargas par une série de décrets-lois et de lois complémentaires (Loi no 136, 14 décembre 1935 ; Décret-Loi no 431, 18 mai 1938 ; Décret-Loi no 4.766, 1er octobre 1942). Lui succèderont cinq autres lois et décrets-lois, promulgués pendant la période démocratique 1946-1964 (Loi no 1802, 5 janvier 1953) et surtout pendant le régime militaire (Décret-Loi no 314, 13 mars 1967, Décret-Loi no 898, 29 septembre 1969 ; Loi no 6620, 17 décembre 1978 ; Loi no 7170, 14 décembre 1983).

14 « 1) Tenter de soumettre le territoire de la Nation, ou une partie de celui-ci, à la souveraineté d’un État étranger ;
2) Porter atteinte, avec l’aide ou l’appui d’un État étranger ou d’une organisation de caractère international, à l’unité de la Nation, en cherchant à démembrer le territoire soumis à sa souveraineté ;
3) Tenter, par le biais d’un mouvement armé, le démantèlement du territoire national, à partir du moment où, pour le réprimer, il serait besoin de procéder à des opérations de guerre ;
4) Tenter, avec l’aide ou l’appui d’un État étranger ou d’une organisation de caractère international, de changer l’ordre politique ou social établi par la Constitution ;
5) Tenter de subvertir par des moyens violents l’ordre politique et social, afin de s’emparer de l’État pour établir la dictature d’une classe sociale ;
6) L’insurrection armée contre les pouvoirs de l’État, dès lors que sont retrouvées des dépôts d’armes ;
7) Pratiquer des actes destinés à provoquer la guerre civile, si une guerre civile en découle ;
8) Pratiquer des saccages, des vols, des incendies, des déprédations ou tout acte destiné à susciter la terreur, dans le but d’attenter à la sécurité de l’État ou à la structure des institutions ;
9) Porter atteinte à la vie, à l’intégrité physique ou à la liberté du Président de la République ».

15 Sur la mémoire et les commémorations de l’Intentona, voir entre autres Patto Sá Motta, Rodrigo, Em guarda contra o « perigo vermelho », op. cit., et Castro, Celso, A invenção do Exército brasileiro, Rio de Janeiro, Zahar, 2002.

16 Carvalho, Ferdinando de, Lembrai-vos de 35!, Rio de Janeiro, Bibilotéca do Exército Ed., 1980.

17 Ibid., p. 180-181.

18 Reznik, Luís, Democracia e segurança nacional: a polícia política no pós-guerra, Rio de Janeiro, FGV, 2004.

19 Vidal, Georges, « Les chefs de l’armée française face au communisme au début des années 1930 », Vingtième Siècle, 2001, vol. 70, no 1, p. 117-126, p. 117.

20 Nabuco de Araujo, Rodrigo, Conquête des esprits et commerce des armes. La diplomatie militaire française au Brésil (1947-1974), Thèse de doctorat en Histoire, Université Toulouse II – Le Mirail, 2011.

21 Périès Gabriel, « L’Arabe, le Musulman, l’Ennemi dans le discours militaire de la “guerre révolutionnaire” pendant la guerre d’Algérie », Mots, 1992, no 30, p. 53-70. Rigouste, Mathieu, « L’ennemi intérieur, de la guerre coloniale au contrôle sécuritaire », Cultures & Conflits, 2007, no 67, p. 157-174.

22 Bellintani, Adriana Iop, O Exército Brasileiro e a Missão Militar Francesa: instrução, doutrina, organização, modernidade e profissionalismo (1920-1940), Thèse de doctorat en Histoire, Université de Brasilia, 2009.

23 Décret no 4.247, 6 janvier 1921.

24 Compagnon, Olivier, L’adieu à l’Europe. L’Amérique Latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2013.

25 Beired, José Luís Bendicho, Sob o signo da nova ordem: Intelectuais autoritários no Brasil e no Argentina, São Paulo, Loyola, 1999.

26 Tucci Carneiro, Maria Luiza, « Sob a mascara do nacionalismo. Autoritarismo e anti-semitismo
na Era Vargas (1930-1945) », Estudios Interdisciplinarios de América Latina y el Caribe, 1990, vol. 1, no 1, p. 23-40.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Chirio, « Lutter contre l’ennemi interne : la longue histoire d’une obsession de la droite brésilienne », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68827 ; DOI : 10.4000/nuevomundo.68827

Haut de page

Auteur

Maud Chirio

Université Paris-Est Marne La Vallée / ACP
chirio@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page