Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2016Sociedades, movilidades, desplaza...En quarantaine pendant la guerre ...

Débats | 2016
Sociétés, mobilités, déplacements : les territoires de l’attente d’hier à aujourd’hui (le cas des mondes américains, XIXe – XXIe siècles) – Coord. Laurent Vidal y Alain Musset, en colaboración con Grégory Bériet y Dominique Vidal
Jan Lambertz

En quarantaine pendant la guerre froide : Norbert Wollheim et la détention sur Ellis Island

Traduction de Nadia Pazolis-Gabriel
[25/01/2016]

Résumés

Les services d’immigration ont longtemps conservé des territoires spéciaux, détenant parfois les nouveaux arrivants pendant des mois, voire des années. L’un de ces territoires – l’iconique Ellis Island dans le port de New York – a servi depuis les années 1920 de lieu pour détenir les radicaux d’origine étrangère et de point de départ pour nombre d’expulsions. Les longues périodes de détentions ont à la fois bouleversé et renforcé les identités des éventuels immigrants. Ce article examine les expériences de Norbert Wollheim, retenu, au début de la Guerre froide, comme élément subversif sur l’île, quelques mois à peine après la condamnation à mort pour espionnage de Julius et Ethel Rosenberg par la cour fédérale des Etats-Unis. Le cas de Wollheim, un survivant d’Auschwitz et ancien dirigeant de la communauté juive en Allemagne de l’Ouest, révèle un chapitre sombre dans la politique d’immigration américaine post Seconde Guerre mondiale, faite d’inclusion et d’exclusion dans une relation marquée par une tension permanente. En même temps, cette histoire aigre-douce illustre comment ce seul « territoire de l’attente » sur l’estuaire de l’Hudson River offre ironiquement un point de vue unique pour comprendre la mentalité et la culture américaines du milieu du XXe siècle.

Haut de page

Notes de l’auteur

The views expressed here are those of the author and do not necessarily reflect those of the United States Holocaust Memorial Museum.

Texte intégral

Je remercie Jürgen Matthäus, Björn Siegel, Annette Igra, Fabien Théofilakis et le défunt James A. Miller pour leurs remarques sur les premières versions de cet article.

1Six ans après la Seconde Guerre mondiale, en septembre 1951, un candidat à l’immigration arrivait sur le sol américain en provenance d’Allemagne de l’Ouest. Norbert Wollheim, Juif allemand et rescapé d'Auschwitz, débarquait à l’aéroport Idlewild – aujourd’hui JFK – à New York avec sa femme, Friedel, rescapée juive des camps elle aussi, et leurs deux jeunes enfants. L'émigration demeurait difficile pour les Juifs, même après la guerre. Bien que les papiers de Norbert Wollheim fussent en règle, les agents des services d’immigration le harcelèrent de questions aux détails dérangeants. Un groupe de vieux amis qui s’était retrouvé à l’aéroport attendait la famille avec impatience, mais on n’accorda pas aux Wollheim les retrouvailles tant espérées : les agents fédéraux firent monter les Wollheim dans une voiture et les emmenèrent de force à Ellis Island, dans le port de New York. Pendant les cinq mois qui suivirent, ils y furent à plusieurs reprises détenus et relâchés, demeurant sous la constante menace d’être rapatriés contre leur gré en Allemagne.

2Chaque année, des milliers, voire des millions de gens sont détenus aux frontières. Relégués dans des centres spéciaux de détention ou des espaces clos, ils vivent dans des « territoires de l’attente » pendant longtemps, confrontés à un avenir incertain qui pourrait être celui de l'exclusion et du rapatriement. En se concentrant sur l'arrivée difficile des Wollheim à New York, cet article a pour but de mettre en valeur l'expérience sociale d'une telle « détention de l'immigration » aux États-Unis. Le cas de ces deux survivants des camps nazis et de leurs enfants nous offre un commentaire unique, parfois caustique, sur les attentes et les divisions sociales qui opèrent dans ces « territoires de l’attente » au début de la guerre froide. On y découvre aussi que les règles américaines en matière d'immigration à cette époque pouvaient s'avérer désespérément obscures et difficiles à utiliser, même pour les nouveaux arrivants pourvus d'un arsenal juridique fiable et de « bonnes relations »

3Dans cette saga, Norbert Wollheim posait un problème aux services d’immigration, encore que sa femme fût dans une certaine mesure également concernée. Avant la guerre, le jeune Norbert Wollheim avait habilement organisé, depuis l’Allemagne, des Kindertransporte, opérations qui avaient permis de mettre à l’abri des milliers d’enfants juifs allemands et autrichiens en les transférant en Grande-Bretagne. Il avait ensuite survécu aux travaux forcés à Berlin, puis à la déportation à Auschwitz-Birkenau. Sa famille, elle, n’en était pas revenue : ses parents, sa sœur, sa première femme et leur enfant y avaient tous été assassinés. Malgré ces terribles pertes, c’est un Wollheim inspiré et plein d’énergie que l’on retrouve après sa libération, un défenseur des Juifs rescapés et déplacés. Il s’installa à Lübeck, dans le nord-ouest de l’Allemagne.

  • 1 Norbert Wollheim papers, U.S. Holocaust Memorial Museum Archives (ci-après USHMMA), Acc. 1999. A. 0 (...)
  • 2 Sur les discussions concernant son travail dans la Zone britannique, le Central Committee of Libera (...)
  • 3 Pour une présentation de ce procès, voir le site en ligne Wollheim Memorial, www.wollheim-memorial. (...)

4Jusqu'à son départ, Wollheim prit part à toutes les grandes controverses et campagnes de l’après-guerre qui touchaient les conditions des Juifs en Allemagne : le scandale du navire Exodus, le devenir des biens communautaires juifs en Allemagne, les négociations sur la restitution des biens des rescapés juifs, ainsi que la question épineuse pour la population juive de savoir s’il fallait partir ou reconstruire leur vie en Allemagne.1 Wollheim parlant anglais, il fut pendant longtemps l’intermédiaire entre la communauté des Juifs rescapés de Bergen-Belsen et les autorités britanniques d’occupation.2 Il est connu pour avoir intenté un des douze procès dits procès successeurs, celui contre le géant de l’industrie chimique IG Farben : en 1951, l’année de son départ pour New York, il demanda réparation pour avoir été prisonnier dans le camp de Buna/Monowitz dans le compexe d’Auschwitz.3 Bref, en quelques années, Wollheim avait beaucoup accompli. Pourquoi alors a-t-il été mis à l'écart à son arrivée sur le sol américain ?

  • 4 Cela fait maintenant trois ans que je tente, en vertu de la loi sur la liberté d'accès à l'informat (...)

5Il est aujourd'hui possible de reconstituer une grande partie de cette histoire et de l'épreuve qu'a ensuite dû subir Wollheim sur Ellis Island grâce à son courrier. Correspondant infatigable et enjoué, il gardait non seulement les nombreuses lettres qu'il recevait, mais aussi les copies sur papier carbone de celles qu'il envoyait (une trace des habitudes prises dans les bureaux et organisations allemands où il avait autrefois travaillé). Quant à la version des services d'immigration et de renseignement américains sur cette histoire, y compris les enquêtes sur son passé et les dénonciations proférées contre lui par ses rivaux politiques après la guerre, elle reste malheureusement inaccessible à ce jour, engloutie dans les rouages insondables des processus de déclassification des archives.4 Les informations explicitant le point de vue de Friedel Wollheim, née Löwenberg, sur son arrivée s'avèrent tout autant inaccessibles. Elle avait visiblement moins de temps « libre » que son mari au cours de ces mois d'enfermement.

  • 5 La famille et bien d’autres pouvaient voir leurs droits refusés, car ils n’avaient pas été administ (...)

6Étant donné tout ce qu'a accompli Norbert Wollheim, cela pourrait paraître étrange de se pencher sur ses interminables démêlés avec les services d’immigration et sur ces mois passés sous les verrous dans le port de New York, mais son cas est instructif. Il montre que même un homme doué d’une grande intelligence politique et stratégique pouvait se perdre dans les dédales de la bureaucratie américaine de la guerre froide. Cette histoire est également un « exemple » à la fois commun et exceptionnel : elle permet d’étudier comment des espaces de rétention de longue date ont pu être transformés à la faveur d’un nouveau climat politique. Que nous apprend le long séjour des Wollheim, en temps de paix, sur le labyrinthe pénitentiaire5 – cette « salle d’attente » des immigrants –, l’ordre politique et l’État américain qui les y ont placés et retenus ?

  • 6 Jonas, Susan (dir.), Ellis Island. Echoes from a nation’s past, New York, Aperture, 1989. Voir Sahl (...)
  • 7 Cette expression évocatrice apparaît dans Raskin, A. H., « New role for Ellis Island », New York Ti (...)
  • 8 Sutherland, Cara A., The Statue of Liberty, New York, Barnes & Noble, 2003.

7Comme de nombreux États modernes du XXe siècle, les États-Unis avaient créé non seulement des frontières physiques et des postes de contrôle sur leurs frontières, mais aussi des territoires spéciaux et des endroits fermés, iconiques et souvent à fonction punitive.6 Pour beaucoup de candidats à l’immigration pendant la première moitié du XXe siècle, l'un de ces territoires spéciaux était ce « global dot of land »7, Ellis Island, où l'inclusion et l'exclusion se frôlent. Porte symbolique vers le rêve américain pour beaucoup, ce tout petit bout de terre dans le port de New York a bientôt été renommé « l'île des larmes » pour ceux, nombreux, qui non seulement vivaient l'angoisse de quitter leur foyer, mais aussi celle de se voir rejeter comme « indésirables ». Depuis les années 20, l'île sert à contenir les militants politiques nés à l'étranger, et pour beaucoup, est le point de départ de leur expulsion. Elle se trouve juste au nord de la statue de la Liberté, perchée sur son propre îlot de terre depuis 1886. Aucun migrant ne pouvait manquer la grande dame verte, cadeau des Français aux États-Unis, haute de ses impressionnants 35 mètres.8 Et les récits des nouveaux arrivants la décrivent de manière bien plus positive que la toute proche Ellis Island.

  • 9 Perec, Georges, avec Robert Bober, Récits d'Ellis Island. Histoires d'errance et d'espoir, Paris, é (...)

8En 1892, l’île fut d'abord un centre d’immigration : entre 1892 et 1924, presque 16 millions de personnes traversèrent ses couloirs, dont 2 à 3 pour cent étaient rejetés. Mais elle devint rapidement beaucoup plus que cela. Comme Georges Pérec l’écrit en 1980 dans son essai photographique sur le site en ruine, « […] Ellis Island ne sera rien d'autre qu'une usine à fabriquer des Américains, une usine à transformer des émigrants en immigrants, une usine à l'américaine, aussi rapide et efficace qu'une charcuterie de Chicago : à un bout de la chaîne, on met un Irlandais, un Juif d'Ukraine ou un Italien des Pouilles, à l'autre bout – après inspection des yeux, inspection des poches, vaccination, désinfection – il en sort un Américain ».9

  • 10 Cannato, Vincent J., American passage. The history of Ellis Island (New York, HarperCollins, 2009, (...)
  • 11 200 Allemands environ y étaient toujours retenus à l’automne 1947 et, en juin 1948, le nombre avait (...)

9Mais cela ne dura pas. En 1940, l'U.S. Immigration Service, jusque-là sous la juridiction du ministère du Travail (Department of Labor), fut placé sous la juridiction du ministère de la Justice (Department of Justice). Ainsi le pouvoir de rassembler les « étrangers » (aliens) passait-il aux mains du procureur général (Attorney General) et du FBI. Après l’attaque japonaise sur Pearl Harbor en décembre 1941 et l’entrée en guerre des Américains, les rafles d’« ennemis étrangers » se multiplièrent. Les agents du FBI de J. Edgar Hoover commencèrent par détenir des milliers de nationaux allemands, italiens et japonais à travers tout le pays, « écrémant des listes qu’il avait établies les deux précédentes années ».10 Mi-1942 le FBI avait arrêté quelque 7 000 « étrangers » et, à la fin de la guerre, ce nombre était monté à 30 000. Environ la moitié furent rapidement relâchés ou placés en liberté conditionnelle, mais beaucoup restèrent en détention sur Ellis Island en attente de leur expulsion. Quelques centaines y restèrent même après la fin de guerre.11

  • 12 Voir Norbert Wollheim (ci-après NW), Memo to Dr. Robert Marcus, Political Director, WJC, NY, 30 avr (...)
  • 13 Lettre, NW au De Käte Mendelsohn, 13 octobre 1950, USHMMA, Acc 1999. A. 0031.
  • 14 Lettre, Hermann E. Simon à NW, 9 octobre 1950, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031.

10Wollheim put émigrer aux États-Unis grâce à une disposition exceptionnelle connue sous le nom de Displaced Persons Act, loi de 1948. Il effectua les démarches en 1949, mais, pour des raisons peu claires, son dossier fut bloqué. Il ne semble pas avoir été extrêmement surpris, ayant été témoin ou ayant essayé d’intervenir à l'occasion de nombreux problèmes de visa pour des « personnes déplacées » (Displaced Persons, DPs) juives en Allemagne, des dizaines dans le camp de transit de Wentorf près de Hambourg et dans le camp de traitement à Grohn près de Brême, et plus d’une centaine à Berlin.12 Lorsque les visas de la famille Wollheim furent établis en 1951, son cercle de survivants de Lübeck était si réduit en nombre que cela avait posé problème pour constituer un minyan. Alors qu'il attendait que leur situation administrative se décante, Wollheim se plaignit à un ami : « Ou bien nous sommes des nazis suspects ou bien de dangereux communistes, je ne le sais pas exactement. En tout cas, nous représentons manifestement un danger pour la sécurité de l’Amérique (…). Nous avons déjà eu à souffrir amèrement une première fois d’injustice. Espérons que nous soyons suffisamment aguerris pour pouvoir encaisser l’injustice venant d’un parti que nous avons tenu pour plus humain ».13 Les trois à quatre mois d’attente sur lesquels tablait la famille Wollheim s’étirèrent sur deux ans, au cours desquels une loi sur la sécurité intérieure – la Internal Security Act, ou « McCarran Act » – était entrée en vigueur en 1950.14 Elle resserrait l’étau sur les personnes suspectées d’activités subversives et renforçait l’exclusion des étrangers ainsi que les lois d’expulsion.

  • 15 Un service de renseignement américain de premier plan dans la Zone américaine d'occupation après la (...)
  • 16 Lettres, NW à Albert Kimmelstiel, 4 juillet 1950, et NW à Henry Kellerman, 25 juillet 1950, USHMMA, (...)
  • 17 Sur l’histoire de la VVN en Allemagne de l’Ouest, voir Schmidt, Wolf Dietrich, « “'Wir sind die Ver (...)
  • 18 Les immigrants éventuels ne furent pas les seuls à être soumis à cet examen intense et suspicieux. (...)

11Comme de nombreuses personnes déplacées en demande de visa, les Wollheim firent l’objet d’un contrôle politique serré par les fonctionnaires des commissions pour les personnes déplacées et le CIC (Counterintelligence Corps) avant même qu’ils ne quittent l’Allemagne.15 On demanda ainsi à Norbert Wollheim s’il avait bien été interné dans un camp de concentration.16 On le questionna sur ses liens avec le « VVN », la Vereinigung der Verfolgten des Naziregimes, association qui regroupait des rescapés des persécutions nazis.17 Ironie de l’histoire, en Allemagne des fonctionnaires avaient vivement encouragé les rescapés à faire partie de l’organisation afin d’avoir droit à de la nourriture et des cartes de rationnement.18 Cependant, en 1948 ou 1949, la gauche communiste avait pris les rênes de l’organisation. Pour les Juifs qui demandaient à entrer aux États-Unis, le simple fait d’être membre pouvait devenir un problème grave.

12Wollheim fut très surpris quand l’interrogatoire sur ses penchants politiques reprit à son arrivée à New York. Après quelques jours à Ellis Island sans aucune communication possible avec l’extérieur, sa femme et lui purent prendre contact avec des proches et un vieil ami également émigré qui se fit leur avocat. Un mois plus tard, à la fin d’octobre 1951, la famille bénéficia d’une liberté provisoire sous la responsabilité de cet avocat alors que l’enquête se poursuivait. On les plaça à nouveau en garde à vue à Ellis Island en décembre, tandis que l’avocat tentait d’obtenir des autorités à Washington qu’une audience soit accordée pour réfuter les accusations vagues portées contre son client.

  • 19 Sur Meyer, consulter Mario Kessler, Die SED und die Juden -- zwischen Repression und Toleranz. Poli (...)
  • 20 Lettre, De H.G. Van Dam (Hambourg) au Dr [Hans-Erich] Fabian, 26 octobre 1951, USHMMA, Acc. 1999. A (...)
  • 21 Lettre, NW au Haverim (Josef Rosensaft, Julius Dreifuss, Moritz Goldschmidt, Harry Goldstein, Siegf (...)

13Wollheim fut régulièrement interrogé au cours de ces mois, pas seulement sur ses activités au sein du groupe de rescapés VVN, mais aussi sur ses contacts avec le leader des Juifs d’Allemagne de l’Est, Julius Meyer.19 Malgré de nombreux témoignages de soutien, l’affaire n’en finissait pas. Des témoins de moralité déclaraient que Wollheim était « complètement en accord avec l’Occident », qu’il s’était en fait « rendu extrêmement impopulaire » auprès des milieux de gauche à cause de « ses déclarations anti-communistes extrêmes […] ».20 Il avait bien rencontré Julius Meyer, mais leur relation avait été si exécrable que Meyer avait traité Wollheim de « Goebbels politiquement impossible ». Cependant, comme Wollheim l’écrivit à ses amis allemands, « les autorités compétentes se sont encore laissé abuser par les dénonciations de mes adversaires. »21

  • 22 Wollheim considérait sa famille chanceuse en comparaison de tous ceux autour d’eux : ils pouvaient (...)
  • 23 Moloney, Deirdre M., National insecurities. Immigrants and U.S. deportation policy since 1882, Chap (...)

14À l’époque, la présence de Norbert Wollheim à Ellis Island n’était pas spécialement célèbre ou décriée, et il ne fut pas maltraité physiquement.22 Mais la possibilité bien réelle d’être renvoyé en Allemagne lui était douloureuse. En 1951, plus de 17 000 étrangers non résidents furent expulsés des États-Unis (procédure similaire à l’expulsion pour les étrangers résidents) ; en 1952, ce chiffre se monta à 23 000.23 La méfiance envers les nouveaux immigrants venus d’Europe fut probablement à son apogée quelques mois avant l’arrivée des Wollheim, quand les tribunaux américains condamnèrent à mort pour espionnage Julius et Ethel Rosenberg, tous les deux nés aux États-Unis. Le 9 novembre, c’est un Norbert Wollheim agacé qui écrivit à Alex Easterman, du Congrès juif mondial à Londres :

  • 24 Lettre, NW à Easterman, 9 janvier 1952, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031. Wollheim aurait apprécié l’arti (...)

[P]ersonne ne sait exactement ce que mes gardiens veulent de moi, ni quand et où j’aurais été impliqué dans des activités « subversives ». Les haverim ici font de leur mieux, vraiment, mais ils ne peuvent que se heurter au mur de la « sécurité intérieure », ce qui veut tout et rien dire dans ce milieu politique. […] Friedel [sa femme] et moi […] avons quitté l’Allemagne pour ne plus être victimes du développement du totalitarisme, et ici nous trouvons quoi ? Le machiavélisme, le mccarranisme, le maccarthysme, et quantité d’autres ‑ismes, et… Ellis Island !24

  • 25 Lettre, NW à des amis à Londres (par l’intermédiaire de la Firma A.J. Fischer, BM/AJEVA), 17 janvie (...)
  • 26 Il annonça à ses amis que le rabbin Aaron Ohrenstein, le cercle Philipp Auerbach et leurs « satelli (...)
  • 27 Lettre, NW à ses Haverim (responsables d'organisations juives au nord-ouest de Allemagne), 27 janvi (...)

15La semaine suivante, il écrivit à des amis : « Jusque-là, il semble que je sois toujours considéré comme “subversif”, comme un dangereux élément qui menace la démocratie. Pourquoi, comment, de quelle façon… on ne le sait pas, nos amis ne le savent pas, notre avocat ne le sait pas. La source des accusations ne peut être révélée car elle pourrait nuire à la sécurité des États-Unis… »25 Wollheim finit par conclure, à tort ou à raison, que des adversaires politiques juifs à Munich l’avaient dénoncé, pour prendre leur revanche.26 Pourtant, fin janvier, contre toute attente, la famille fut libérée puis officiellement admise aux États-Unis, sans plus aucune réserve.27 Wollheim écrivit à nouveau à des amis à Londres :

  • 28 Lettre, NW à Ajevas, 8 février 1952, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031.

D’une certaine façon, c’était plus simple dans le Reich de mille ans : on savait qu’on avait affaire à un ennemi brutal et sans merci… Avec nos rêves européens et notre cerveau continental, nous ne pouvions concevoir à quel point la névrose politique avait terriblement progressé dans ce pays […] Ceux qui ont connu les États-Unis il y a des années, qui l’admiraient pour ses valeurs morales, sa civilisation, sont peinés et choqués.28

  • 29 Lettre, NW à « Meine Verehrtesten », 31 mars 1952, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031.

16Comme tant de ses contemporains dans des circonstances similaires, Wollheim garda un pied sur chaque continent pendant un certain temps. Il restait en contact avec ses amis allemands, participait à des discussions sur l’avenir de l’Allemagne organisées par Aufbau, le journal new-yorkais pour les émigrés juifs allemands. En Allemagne, ses amis le suppliaient de rentrer au moins pour quelque temps, déplorant le manque de direction au sein de la communauté juive. Mais Wollheim et sa femme étaient décidés à rester aux États-Unis et s'adoucirent bientôt un peu.Après tout, les recours avaient porté leurs fruits, et, deux mois après leur sortie, Wollheim écrivit : « Nous sommes […] en train de passer de l’état de fossiles européens à celui de Yankees pur jus. C’est ce que veut la nouvelle Vaterland. Et finalement, c’est bien ce que nous voulions aussi. »29 Peut-être que les démarches de recours effectuées par leurs amis avaient abouti ; peut-être que les décisions avaient été prises arbitrairement. Beaucoup de questions restent sans réponse.

  • 30 James, op. cit., p. 143. Par la suite, James fut expulsé en Grande-Bretagne.

17L'affaire des Wollheim en dit long sur l'inconstance politique du début des années 50, mais aussi sur un « territoire de l’attente » bien typique des États-Unis en ce milieu du XXe siècle. On peut souligner pour conclure certains des paradoxes que l’on trouve au fil de ce récit post-Holocauste, récit de transits juifs allemands, de frontières traversées, récit de l'incertitude aussi. Tout d’abord, dans cette histoire, Ellis Island apparaît très clairement comme une vaste prison fouettée par le vent, un endroit où le rêve américain est mis entre parenthèses, où les aspirations sont laissées en suspens, verrouillées et les êtres parfois expulsés. Ainsi, par exemple, C.L.R. James, intellectuel originaire de Trinité et confiné sur l’île peu après la famille Wollheim, fait la remarque suivante dans le livre qu’il a écrit en détention (un essai sur le classique américain Moby Dick) : « À Ellis Island, les autorités tiennent au mot “relégués” plutôt que “prisonniers”. D’après ma propre expérience et ce que j’ai vu ici, ce serait ridicule de ma part de contribuer à tromper encore plus le peuple américain. Sous cette administration, les gens de l’Île sont des prisonniers. »30

  • 31 Ibid., p. 370, revient également sur le désintérêt de l’agent gouvernemental américain pour les fin (...)

18D’autre part, il apparaît que, sous le couvert de « deuxième peur rouge » aux États-Unis, les conditions d’immigration, qu’ont bien connues des hommes comme Wollheim, se sont radicalement durcies. Les inclinations politiques, réelles et imaginaires, l’emportèrent sur les moyens financiers des immigrants. L’énergie déployée pour enquêter sur Wollheim prend des proportions incroyables. Replacé dans un contexte allemand, Wollheim ne peut être considéré comme communiste. On ne peut s’empêcher d’imaginer des enquêteurs maladroits, s’acharnant assidûment sur la mauvaise cible pendant beaucoup trop longtemps ; ces hommes n’avaient manifestement aucune idée de ce qu’était la politique allemande de l’après-guerre, mais ils exerçaient un pouvoir considérable.31 La guerre froide a certes existé à l’échelle « mondiale », mais dans le cadre de ces enquêtes, les affiliations politiques restaient figées dans des contextes nationaux étroits, difficiles à comprendre pour des personnes extérieures, bureaucrates américains ou fonctionnaires du renseignement.

  • 32 Voir par exemple Hermann E. Simon, mémo (conversation téléphonique avec Devaney, Immigration and Na (...)
  • 33 Voir Charles Weisselberg, « Prisoners of the INS », Human Rights, hiver 2001, vol. 28-6, p. 6-7.

19Dans l’énorme système de surveillance mis en place après-guerre, être quelqu’un d’important ou avoir des relations ne sert pas à grand-chose. En revanche, les dénonciations ont souvent plus de poids que des preuves « ordinaires », plus « respectables », sur la moralité et les affiliations politiques des individus.32 Ce qui constitue « une preuve » devient particulièrement opaque et difficile à contester. Même pour Norbert Wollheim, avec ses relations, son avocat dévoué et présent, il fut difficile de se défendre dans ses conditions.33 Du fait qu’il n’était administrativement pas « admis » sur les côtes américaines quand il débarqua en 1951, Wollheim n'eut pas le droit à une claire explication sur les raisons de sa détention, restriction que la Cour suprême confirma dans d’autres cas ; on ne lui en donna pas.

  • 34 Mae Ngai, « The Strange Career of the Illegal Alien: Immigration Restriction and Deportation Policy (...)

20En outre, le lien entre passé et présent avait changé. L’examen médical de la machine d’immigration américaine à Ellis Island n’était plus aussi humiliant qu'avant et ne tondait plus les cheveux.34 Mais on peut tout de même soutenir que l’immigration – et les systèmes de détention modernes – a toujours dégradé l’image de soi, la dignité et les repères sociaux. On peut, pour finir, soulever un paradoxe : sous la McCarran Act et les autres mesures prises pendant la guerre froide, cette fuite de l'Allemagne doit avoir un goût doux-amer pour les rescapés des camps nazis comme les Wollheim, le goût d'un départ sans fin. Les démarches pour entrer sur le territoire américain entraînent – ou déclenchent – des retours incessants sur le passé, une sorte de « rapatriement » symbolique forcé. Les rescapés des camps ont lutté pour laisser leur passé derrière eux, mais les processus d'immigration du début des années 50 les tirent en arrière, les interrogeant sur les lieux où ils étaient, qui ils étaient, et avec qui ils étaient en contact. Ainsi, plutôt que simplement les dépouiller de leur identité, la machinerie de la guerre froide disséquait leur passé et s’acharnait dessus comme jamais auparavant, et ce d’autant plus pour de nouveaux arrivés. Les longues périodes de « détention de l'immigration » rallongent cette double expérience, et viennent à la fois troubler et renforcer l'identité du candidat à l'immigration.

  • 35 Paradoxalement, les Wollheim restèrent en rapport avec le large réseau d’amis presque sans interrup (...)
  • 36 Lettre, NW à Ajevas, 8 février 1952, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031.
  • 37 James, op. cit., p. 151, 152, et voir p. 128.

21Enfin, de nombreuses lettres de Wollheim suggèrent d’un ton étrangement guilleret que ce monde est un monde à l’envers. Il laisse entendre que le « cosmopolite » – autrement dit celui qui est assez perspicace et bien placé pour comprendre ce qu’est la vraie nature des institutions américaines – est le détenu d’Ellis Island et pas l’homme de New York.35 Selon ce récit inversé, cette petite île lourde d'une torpeur agitée devint un endroit de plus en plus rare de privilège, où peuvent avoir lieu des rencontres et des conversations impossibles sur la terre ferme américaine. Tout enfermés qu'elle était, la famille Wollheim savourait son point de vue imprenable sur le fleuve Hudson : « Tout ce qui rentre et sort de New York passe sous nos fenêtres, même M. Churchill […] »36 D’autres énoncent également cette idée plus ou moins ironique. C.L.R. James écrit ainsi : « Le monde entier est représenté à Ellis Island […] Pris comme un tout, ces hommes connaissent le monde contemporain, le connaissent mieux que beaucoup de célèbres correspondants étrangers. Ils discutent entre eux de leur attitude envers les États-Unis, envers la Troisième Guerre mondiale, la Russie, le totalitarisme, la démocratie, l’indépendance nationale. Jamais je n’ai entendu, ni lu dans aucun journal, de discussions si froidement réalistes. »37 Paradoxalement, cette position – celle de détenus relativement privilégiés, hommes et femmes disposant de certains moyens – suggère que les « outsiders » sont en fait les vrais « insiders », ceux qui connaissent la vraie nature de la vie et de la politique américaines. Dans ce récit, la vie dans le « territoire de l'attente » à l'embouchure du fleuve Hudson devient non pas de l'impuissance et de la monotonie, mais plutôt un espace privilégié où comprendre l'Amérique. Cette position propose un rempart contre le désespoir. Elle atténue les fantasmes exaltés sur ce monde de l’autre côté du port, hors de portée. Mais d’autre part, une telle connaissance, une telle compréhension, sorties des « territoires de l’attente », semblent être une monnaie d'échange en vérité bien inutile, incapables qu’elles étaient d’assurer la libération de la plupart des détenus.

Haut de page

Notes

1 Norbert Wollheim papers, U.S. Holocaust Memorial Museum Archives (ci-après USHMMA), Acc. 1999. A. 0031.

2 Sur les discussions concernant son travail dans la Zone britannique, le Central Committee of Liberated Jews et, plus largement, la communauté juive allemande d’après-guerre, voir par exemple Lavsky, Hagit, New beginnings. Holocaust survivors in Bergen-Belsen and the British Zone in Germany, 1945-1950, Detroit, Wayne State University Press, 2002 ; Geller, Jay Howard, Jews in post-Holocaust Germany, 1945-1953, New York, Cambridge University Press, 2004.

3 Pour une présentation de ce procès, voir le site en ligne Wollheim Memorial, www.wollheim-memorial.de (consulté le 25 juin 2015).

4 Cela fait maintenant trois ans que je tente, en vertu de la loi sur la liberté d'accès à l'information « FOIA », Freedom of Information Act, d'accéder à des documents sous le contrôle du gouvernement américain, sans succès : mes demandes auprès du Department of Homeland Security et des U.S. National Archives n'ont à ce jour pas abouti.

5 La famille et bien d’autres pouvaient voir leurs droits refusés, car ils n’avaient pas été administrativement « admis » sur les côtes américaines. Sur la distinction entre « expulsion » (en anglais, deportation) et « exclusion », voir Hutchinson, Edward P., Legislative history of American immigration policy, 1798-1965, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1981, p. 423-427, 439-460.

6 Jonas, Susan (dir.), Ellis Island. Echoes from a nation’s past, New York, Aperture, 1989. Voir Sahlins, Peter, Boundaries. The making of France and Spain in the Pyrenees, Berkeley, University of California Press, 1989, p. 3-9, 298.

7 Cette expression évocatrice apparaît dans Raskin, A. H., « New role for Ellis Island », New York Times, 12 novembre 1950.

8 Sutherland, Cara A., The Statue of Liberty, New York, Barnes & Noble, 2003.

9 Perec, Georges, avec Robert Bober, Récits d'Ellis Island. Histoires d'errance et d'espoir, Paris, éditions du sorbier, 1980, p. 11-12.

10 Cannato, Vincent J., American passage. The history of Ellis Island (New York, HarperCollins, 2009, p. 351.

11 200 Allemands environ y étaient toujours retenus à l’automne 1947 et, en juin 1948, le nombre avait à peine baissé pour atteindre 182. Cannato, op. cit., 359 sq. Le site ferma en novembre 1954 et le président Lyndon B. Johnson l’intégra au National Park Service en 1965.

12 Voir Norbert Wollheim (ci-après NW), Memo to Dr. Robert Marcus, Political Director, WJC, NY, 30 avril 1950, Jacob Rader Marcus Center of the American Jewish Archives, Cincinnati, World Jewish Congress papers, dossier H127/6 et voir H350/5; World Jewish Congress Digest, 26 juin 1950, vol. 5, n° 21.

13 Lettre, NW au De Käte Mendelsohn, 13 octobre 1950, USHMMA, Acc 1999. A. 0031.

14 Lettre, Hermann E. Simon à NW, 9 octobre 1950, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031.

15 Un service de renseignement américain de premier plan dans la Zone américaine d'occupation après la guerre.

16 Lettres, NW à Albert Kimmelstiel, 4 juillet 1950, et NW à Henry Kellerman, 25 juillet 1950, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031.

17 Sur l’histoire de la VVN en Allemagne de l’Ouest, voir Schmidt, Wolf Dietrich, « “'Wir sind die Verfolgten geblieben”'. Zur Geschichte der Vereinigung der Verfolgten des Naziregimes (VVN) in Hamburg 1945-1951 », in Jörg Berlin (dir.), Das andere Hamburg: Freiheitliche Bestrebungen in der Hansestaddt seit dem Spätmittelalter, Cologne, Pahl-Rugenstein, 1981 ; Bulletin des Presse- und Informationsamtes der Bundesregierung (Bonn), n° 222, 1 décembre 1962, p. 1887. Herf, Jeffrey, Divided memory. The nazi past in the two Germanies, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1997, p. 281, indique qu’en mai 1948, le parti social-démocrate (SPD) ne permit plus à ses membres d’y adhérer.

18 Les immigrants éventuels ne furent pas les seuls à être soumis à cet examen intense et suspicieux. A propos des tests de loyauté pour les employés fédéraux de cette période, voir Storrs, Landon R.Y., The second Red Scare and the unmaking of the New Deal left, Princeton, Princeton University Press, 2012, p. 2.

19 Sur Meyer, consulter Mario Kessler, Die SED und die Juden -- zwischen Repression und Toleranz. Politische Entwicklungen bis 1967, Berlin, Akademie Verlag, 1995; Herf, op cit. ; « Fear Grips Jews in Red Reich », New York Post, 16 janvier 1953.

20 Lettre, De H.G. Van Dam (Hambourg) au Dr [Hans-Erich] Fabian, 26 octobre 1951, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031.

21 Lettre, NW au Haverim (Josef Rosensaft, Julius Dreifuss, Moritz Goldschmidt, Harry Goldstein, Siegfried Heimberg, Carl Katz, Norbert Prager, Heinz Salomon, Dr Simonsohn, et Dr Weinberg), 27 janvier 1952, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031.

22 Wollheim considérait sa famille chanceuse en comparaison de tous ceux autour d’eux : ils pouvaient vivre ensemble et avaient leur propre chambre. Voir Knauff, Ellen Raphael, The Ellen Knauff story, NewYork, Da Capo Press, 1974 [orig. 1952] ; Weisselberg, Charles D., « Exclusion and detention of aliens. Lessons from the Lives of Ellen Knauff and Ignatz Mezei  », University of Pennylvania Law Review, avril 1995, vol. 143, p. 933ff. C.L.R. James pensait alors qu’Ellis Island pouvait difficilement passer pour une « zone de plaisir », que ce n’était ni « un camp de concentration nazi ni un camp de travail russe ni rien dans le genre ». James, Mariners, renegades & castaways. The story of Herman Melville and the world we live in. The complete text, Hanover, NH, University Press of New England, 2001 [orig. 1953], p.  135, 137.

23 Moloney, Deirdre M., National insecurities. Immigrants and U.S. deportation policy since 1882, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 2012, p. 264. Sur les individus refoulés à Ellis Island, voir Dorothee Schneider, « The United States Government and the Investigation of European Emigration in the Open Door Era », in Nancy L. Green et François Weil (dir.), Citizenship and those who leave. The politics of emigration and expatriation, Urbana, University of Illinois Press, 2007, en particulier p. 203-205.

24 Lettre, NW à Easterman, 9 janvier 1952, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031. Wollheim aurait apprécié l’article de Richard Hofstadter, quelques années plus tard, « The Paranoid Style in American Politics », Harper’s Magazine, novembre 1964.

25 Lettre, NW à des amis à Londres (par l’intermédiaire de la Firma A.J. Fischer, BM/AJEVA), 17 janvier 1952, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031.

26 Il annonça à ses amis que le rabbin Aaron Ohrenstein, le cercle Philipp Auerbach et leurs « satellites » (qu’il décrivait comme des « bandits munichois ») menaient une « campagne pour l’incriminer ».

27 Lettre, NW à ses Haverim (responsables d'organisations juives au nord-ouest de Allemagne), 27 janvier 1952, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031.

28 Lettre, NW à Ajevas, 8 février 1952, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031.

29 Lettre, NW à « Meine Verehrtesten », 31 mars 1952, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031.

30 James, op. cit., p. 143. Par la suite, James fut expulsé en Grande-Bretagne.

31 Ibid., p. 370, revient également sur le désintérêt de l’agent gouvernemental américain pour les fines distinctions politiques.

32 Voir par exemple Hermann E. Simon, mémo (conversation téléphonique avec Devaney, Immigration and Naturalization Service, Washington, DC), 14 janvier 1952, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031.

33 Voir Charles Weisselberg, « Prisoners of the INS », Human Rights, hiver 2001, vol. 28-6, p. 6-7.

34 Mae Ngai, « The Strange Career of the Illegal Alien: Immigration Restriction and Deportation Policy in the United States, 1921-1965 », Law and History Review, printemps 2003, vol. 21, p. 85-86. Certains examens de santé continuèrent bien évidemment. Voir Alison Bateman-House et Amy Fairchild, « Medical Examination of Immigrants at Ellis Island », Virtual Mentor, avril 2008, n° 4, p. 235-241. Wollheim croyait que les examens de santé en Allemagne étaient faussés en défaveur des candidats juifs à l’émigration aux États-Unis ; NW mémo au Dr Robert Marcus, 30 avril 1950, Rader Marcus Center, World Jewish Congress papers, dossier H127/6. D'autre part, trois dessins humoristiques trouvés dans les papiers de Wollheim suggèrent que les examens médicaux ont continué à faire obstacle aux immigrants voulant entrer sur le territoire américain. Voir les archives photographiques USHMM, photos 49098, 11532, et 49103 (accessibles en ligne)

35 Paradoxalement, les Wollheim restèrent en rapport avec le large réseau d’amis presque sans interruption par lettres pendant leur détention.

36 Lettre, NW à Ajevas, 8 février 1952, USHMMA, Acc. 1999. A. 0031.

37 James, op. cit., p. 151, 152, et voir p. 128.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jan Lambertz, « En quarantaine pendant la guerre froide : Norbert Wollheim et la détention sur Ellis Island », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 27 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/68952 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.68952

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search