Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesDébats2016Alcool et ivresse en Amérique – A...Alcool et ivresse en Amérique – A...

2016
Alcool et ivresse en Amérique – Approches historiques et anthropologiques

Alcool et ivresse en Amérique – Approches historiques et anthropologiques

Anath Ariel de Vidas et Anne-Marie Losonczy

Texte intégral

1La fabrication et la consommation de boissons alcoolisées articulent une multiplicité de relations sociales, culturelles et économiques. Sur le continent américain, le contact avec les Européens a apporté non seulement de nouveaux fruits fermentables mais aussi de nouvelles boissons et techniques de distillation qui ont participé progressivement à des mécanismes de pouvoir, d’aliénation et de subordination des populations locales. La fabrication du vin et de la bière sur le nouveau continent a accompagné les changements des paysages et de modes de travail. Boissons autochtones et allochtones ont par ailleurs suivi, partiellement, un processus de métissage sur les plans des techniques artisanales et des savoir-faire. L’existence préalable de boissons alcoolisées locales a généré aussi, dès le contact et jusqu’à nos jours, des usages, coutumes et espaces de socialisation souvent distincts selon l’origine de la boisson consommée. Chroniqueurs, missionnaires, administrateurs et colons déploraient l’ivresse des Indiens et des esclaves tout en tirant des profits non négligeables. L’histoire économique et morale de la vie quotidienne profane et religieuse à travers le continent américain peut se lire ainsi à travers les modes d’intégration, de consommation, de ritualisation et d’hybridation… des différentes boissons alcoolisées.

2L’alcool est en effet taxé, trafiqué, contrôlé ; il est exclusif, il sert à rémunérer et à exploiter et aussi à dénoncer fiscalement et moralement. Sa fabrique, sa consommation et ses lieux de libations se régissent selon son origine autochtone ou allochtone mais aussi selon les genres et les classes sociales des buveurs… Ritualisé, il est lié aux différentes traditions religieuses célébrées sur le continent ; il est en rapport à l’ancestralité et aux origines ; il est bu et on s’en enivre pour oublier, pour se souvenir, pour ressembler, pour se distancier, pour exister, pour disparaître, pour rassembler et pour diviser, pour amorcer, pour se soustraire… L’ivresse a ses codes, eux aussi sociaux et ethniques. L’alcool est également, dans le contexte contemporain de migration, de globalisation et de revendications identitaires sujet à substitution, patrimonialisation, folklorisation, mises en chansons…

3Nous nous proposons de réunir anthropologues et historiens des sociétés américaines, passées et présentes, afin d’explorer ces différents types de représentations, constructions et circulations qui parcourent à travers l’alcool les différents segments des sociétés américaines. Il s’agira d’examiner ainsi des ensembles de relations et circulations dans l’espace et dans le temps entre alcool et ivresse, culture, société et pouvoir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anath Ariel de Vidas et Anne-Marie Losonczy, « Alcool et ivresse en Amérique – Approches historiques et anthropologiques »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Débats, mis en ligne le 25 janvier 2016, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/69032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.69032

Haut de page

Auteurs

Anath Ariel de Vidas

CNRS, CERMA-Mondes Américains

Articles du même auteur

Anne-Marie Losonczy

EPHE, CERMA-Mondes Américains

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Nuevo mundo mundos nuevos est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search