Navigation – Plan du site

AccueilRubriquesColloques2016Race, ethnie, identité : écrire u...Race, ethnie, identité : écrire u...

2016
Race, ethnie, identité : écrire une histoire hémisphérique des signifiants identitaires

Race, ethnie, identité : écrire une histoire hémisphérique des signifiants identitaires

Juan José Heredia Neyra et Serge Ollivier

Notes de l’auteur

Actes de la journée d’étude des doctorants de Mondes Américains (novembre 2014). Tous nos vifs remerciements à Véronique Hébrard (CRALMI) et à Peter Marquis (U. de Rouen) présidents de séances de la journée pour sa participation active et son soutien, et aussi au comité scientifique (V. Hébrard, P. Marquis, Clément Thibaud, et Thomas Grillot). Nous adressons également tous nos remerciements au soutien financier de la Maison des Sciences de l’homme en la figure de M. Nelson Vallejo-Gomez. Merci beaucoup à l’appui logistique et financier du laboratoire Mondes Américains, particulièrement à Karine Penalba (communication) et à Natalia Alves (logistique).

Texte intégral

1Le dossier issu de la deuxième journée d’étude des doctorants de Mondes Américains s’inscrit largement dans l’actualité historiographique du concept de « race ». Y sont décryptées diverses dynamiques historiques ayant donné lieu à une série de modelages et remodelages des concepts de « race », d’identité ou encore d’ethnie sur le continent américain. Les auteurs des articles qui composent ce dossier montrent comment les acteurs historiques ont défini et utilisé ces concepts en corrélation étroite avec d’autres notions devenant ainsi des construits historiques complémentaires et inséparables. Les contenus attribués au notions d’ancestralité, de devenir historique national, d’État-nation et bien-sûr d’identité nationale y sont analysés en étroites relation historique avec la théorisation de la « race » et du fait racial dans différents cadres nationaux américains.

Race et ancestralité

  • 1 Sarah Abel (EHESS) : « A la recherche des identités américaines à l’ère de la génomique : Une discu (...)
  • 2 Juan José Heredia Neyra (U. de Nantes-Staraco) « Robustecer o enflaquecer el alma nacional en el Pe (...)
  • 3 Eduardo Giraldo (EPHE) « Les Guajiros, ethnie binationale transfrontalière ou nation amérindienne s (...)

2Dans les Amériques comme ailleurs, l’idée d’enracinement est si cruciale dans la formation de l'identité personnelle et collective que des gouvernants, des intellectuels et des scientifiques se sont fait les inventeurs de traditions et de signifiants identitaires. De telles constructions ne sont pas innocentes car elles revêtent une « deuxième peau » faite de stéréotypes essentialistes dont l’émergence et les auteurs sont parfaitement identifiables. Les contributions d'Abel1, Heredia2 et Giraldo3 retracent ces constructions historiques de stéréotypes racistent. Abel et Giraldo analysent dans leurs contributions de processus de quête/invention des origines. Abel démontre, dans une démarche d’histoire du temps présent, comment la mode des analyses génétiques aux Etats-Unis reconfigure le caléidoscope qui forme l’identité américaine. Bien que définissant l’identité américaine comme multiraciale, Abel montre comment cette mode tend à développer une vision génétique et essentialiste de l’ancestralité et de, partant, de la notion d’héritage culturel aux Etats-Unis. Entre Colombie et Venezuela, Giraldo, étudie quant à lui la généalogie de l'idée d'une « grande nation Wayuu » sans frontière, si chère à tout un pan de la notion d'ancestralité amérindienne.

Race et devenir

3Les trois articles sont des études précieuses du processus de racialisation et d’essentialisation des groupes ethniques. Les articles d’Abel et de Giraldo déconstruisent la notion des origines comme outil incontournable pour expliquer le présent et pour fabriquer des identités ethniques. Heredia adopte une perspective inverse et se livre à l’étude de la relation « race » et de la construction fantasmatique du devenir. Il met l’accent sur la notion de "futur ouvert" développée par des intellectuels péruviens appelant de leurs vœux une nation capable de se transformer, de changer son histoire par, notamment, des politiques migratoires discriminantes. Ainsi, une « bonne immigration » composée d’une « bonne race » rachèterait le Pérou contrairement à une immigration racialement dévaluée. Selon lui, les intellectuels péruviens ont ainsi vilipendé une immigration chinoise perçue comme nocive et pouvant mener le pays au désastre.

4Cette dernière réflexion mène à penser la notion d’être dans l'histoire ; autrement dit, la capacité de certaines ethnies à faire l'histoire. L’article d’Abel pose une question d’actualité : la communauté afro-américaine forge-t-elle une nouvelle identité, une fierté, grâce aux analyses génétiques d’ancestralité (à fort caractère essentialiste) qui peuvent retracer l’origine géographiques des ancêtres esclaves déportés d’Afrique ? L’issue logique est celle de pouvoir prétendre faire l’histoire, c’est-à-dire d’avoir capacité de pouvoir l’écrire pour mieux être l’agent de son propre devenir. Heredia, quant à lui, rappelle que la réflexion des intellectuels péruviens était conditionnée par le contexte de la construction de l’Etat-nation. L’enjeu des intellectuels était de savoir si le Pérou pouvait devenir une grande nation. Les intellectuels péruviens très tourmentés ne trouvaient qu’une seule solution pour sauver un pays neuf au XIXème siècle : l’arrivée possible d'Européens afin de fortifier l'âme nationale. Dans un pays qui s'efforçait d’être dans l'histoire, l'arrivée des Chinois, une « race sans histoire », fut perçue comme négative par les intellectuels qui développèrent par la suite des visions apocalyptiques du pays liées à la diversification de sa composition ethnique.

Identités ethniques et identités nationales

5Les contributions ont ainsi pour toile de fond la construction des nations. Le travail de Giraldo en particulier réfléchit sur la relation entre nation et cadres transfrontaliers. Un enjeu important de son étude est de montrer comment la grande nation Wayuu, partagée entre la Colombie et le Venezuela dès les indépendances hispano-américaines, se retrouve contrainte par le cadre national. L’auteur nous rappelle le jeu intéressé entre une identité ethnique et l'identité nationale dont les Wayuu tirent parti. En conséquence, la notion de frontière est importante dans la démarcation territoriale entre des nations peut devenir floue sans pour autant disparaître, car les Wayuu peuvent se sentir aussi bien colombiens que vénézuéliens et juxtaposent ainsi des identités nationales faibles qui s'interpénètrent.

Résumé des articles

6La communication de Sarah Abel (EHESS) : « A la recherche des identités américaines à l’ère de la génomique : Une discussion des appropriations et des ambiguïtés de cinq concepts sociologiques au sein des études moléculaires » réfléchit sur l’actualité de la notion de race dans la mode des tests d’ « ancestralité » aux USA. Après avoir exposé les tentations scientifiques ou pseudo-scientifiques d’explication du monde social par les approches génétiques en Amérique du Nord, Abel a entreprit une histoire politique et sociale des tests génétiques d’ « ancestralité », de leurs justifications et de leurs pratiques aux Etats-Unis. D’abord conçus dans le cadre de l’African Burial Ground Project comme un moyen de réparer les injustices de la traite atlantique et de lutter contre un racisme historique anti afro-américain, les tests d’ « ancestralités » sont devenus un produit commercialisé pour qui souhaite connaitre ses « racines ». Abel démontre comment la nouvelle gamme d’origines ethniques résultantes des tests génétiques propose de définir les Etats-Unis comme une nation génétiquement « multi-ethnique » et non racialement divisée au prix, cependant, d’ « interprétations génétiques et essentialistes de l’ancestralité ». L’appartenance ethnique, bien que plurielle, tend ainsi à être réduite à une notion fixiste de « populations » caractérisées par des « données biologiques quantifiables » et cartographiables, faisant fi des identités collectives comme des construits culturels constamment refondés.

7Juan José Heredia Neyra (U. de Nantes-Staraco) démontre les processus de racialisation de la communauté chinoise au Pérou dans sa communication « ‘Le chinois bouc émissaire’ vs ‘le chinois travailleur’. Les intellectuels et la racialisation de la minorité chinoise au Pérou (1860-1914) ». Comment, interroge Heredia, les chinois au Pérou sont-ils devenus une race sans histoire ? Comment les sino-péruviens ont été revêtus par le discours savant d’une deuxième nature expliquant leur infériorité et les cantonnant, au mieux, au statut de travailleurs efficaces et soumis ? La communication de Heredia vise à déconstruire les discours élaborés sur les chinois au Pérou, pays où ils sont considérés comme une « race inférieure » tandis que les discours européens en font une « race moyenne ». Au-delà de la déconstruction des discours, Heredia essaie de manière originale d’étudier d’après les discours l’histoire qu’entretient la minorité chinoise avec l'identité nationale péruvienne. Heredia utilise un large éventail de sources tant normatives que narratives (essais, discours politiques sur l’immigration au Pérou, thèses universitaires, journaux satiriques, récits de voyages, etc.). Il en ressort que la capacité d’être ou non dans l’histoire nationale est la toile de fond des discussions concernant les immigrants qui devaient arriver au Pérou pour revigorer l’âme nationale. Les chinois dans ces discussions ne sont pas l’exception. Ces discours à fort contenu raciste deviennent le socle des dérapages de la société péruvienne (toutes couches confondues) en termes de persécutions et d'attentats contre les asiatiques au Pérou qui sont devenus les parfaits boucs émissaires.

8Eduardo Giraldo (EPHE) a présenté la communication : « Les Guajiros, ethnie binationale transfrontalière ou nation amérindienne sans frontières ? ». Giraldo propose un regard transfrontalier et urbain entre la Colombie et Vénézuela dans la péninsule de la Guajira, divisée entre les deux pays et pourtant berceau du même peuple Wayuu. L’auteur questionne l'idée « de la grande nation Wayuu sans frontière » dans le quotidien des Wayuu bilingues entre les villes de Maracaibo au Vénézuela et Ríohacha en Colombie. Il a utilisé des données collectées sur le terrain en 2010 et 2011. Pour Giraldo, la frontière peut devenir floue sans pourtant disparaître complètement. Les Guajiro se reconnaissent comme une « grande nation sans frontière » et instrumentalisent le statut reconnu dans les deux pays aux peuples autochtones ainsi que les « bienfaits » d’être citoyens colombiens ou vénézuéliens à part entière. Ce jeu souvent intéressé entre identité ethnique et identité nationale n’empêche pas la circulation entre les deux villes de discours indigénistes de caractère à la fois local et hémisphérique. Ceux-ci appellent à réécrire l'histoire officielle de l'Abya Yala (les Amériques) et ainsi à repenser les frontières politiques tant dans la Guajira que dans le reste du continent.

9A l’issue des deux panels de la journée d’étude et notamment au regard des trois communications publiées, la prégnance de la recherche des origines est clairement ressortie comme le point commun entre la majorité des communications. Cette quête identitaire, revendiquée par les sujets ou imposée par des tiers – Etats ou intellectuels – est au cœur des tensions entre notions globales de la communauté, de la frontière, de la race ou de l’ethnie et la réalité des situations locales. Du jeu entre les notions sémantiques, juridiques ou scientifiques et les nécessitées vécues émergent des tensions identitaires dont la complexité n’est pas rendue par le partage de bien des notions clés à l’échelle hémisphérique.

Haut de page

Notes

1 Sarah Abel (EHESS) : « A la recherche des identités américaines à l’ère de la génomique : Une discussion des appropriations et des ambiguïtés de cinq concepts sociologiques au sein des études moléculaires ».

2 Juan José Heredia Neyra (U. de Nantes-Staraco) « Robustecer o enflaquecer el alma nacional en el Perú : El “chino expiatorio” vs. El chino trabajador (1860-1914)».

3 Eduardo Giraldo (EPHE) « Les Guajiros, ethnie binationale transfrontalière ou nation amérindienne sans frontières ? »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juan José Heredia Neyra et Serge Ollivier, « Race, ethnie, identité : écrire une histoire hémisphérique des signifiants identitaires »Nuevo Mundo Mundos Nuevos [En ligne], Colloques, mis en ligne le 10 octobre 2016, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/nuevomundo/69586 ; DOI : https://doi.org/10.4000/nuevomundo.69586

Haut de page

Auteurs

Juan José Heredia Neyra

Doctorant
Université de Nantes-Staraco

Articles du même auteur

Serge Ollivier

Doctorant
Mondes Américains-CRALMI

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search